Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Quand passe un thaumaturge (Lyon, 1681). Autour des perceptions de la réputation de sainteté

Bernard Dompnier

Texte intégral

  • 1 Mise au point récente sur le personnage et les diverses facettes de son activité dans Marco d’Avian (...)

1Le capucin Marco d’Aviano n’est nullement un inconnu pour les historiens de l’époque moderne. Sa présence aux côtés des armées impériales lors de la bataille de Kahlenberg, en septembre 1683, est souvent mentionnée ; on retient même ordinairement que là, le crucifix à la main, il bénit les troupes et les exhorte à affronter vaillamment le Turc. On sait aussi que son rôle, lors de ce siège de Vienne, ne se limite pas à celui d’un simple aumônier militaire. Conseiller écouté de l’empereur Léopold, c’est avec la bénédiction du pape qu’il a quitté précipitamment sa province de Venise pour la capitale des Habsbourg au mois d’août, et il participe aux préparatifs de la bataille, rencontrant le roi de Pologne, favorisant la coordination des commandements et s’employant à tenir Léopold à l’écart de Vienne. Après cet épisode, le nom de Marco d’Aviano apparaît encore à l’occasion d’initiatives pontificales pour unir les puissances chrétiennes contre le Croissant. Pendant une partie de sa vie, ce capucin a ainsi une activité de diplomate dans des négociations entre souverains1.

2Mais ce religieux avait aussi acquis très tôt une réputation de thaumaturge, qui l’accompagne dans ses nombreux et longs périples à travers l’Europe. En Autriche comme en Italie du Nord ou dans les Pays-Bas espagnols, l’arrivée de Marco d’Aviano dans une ville est toujours marquée par des rassemblements de foules qui sollicitent sa bénédiction ; les malades et infirmes se font conduire sur les places où il prêche et espèrent de lui la guérison. Bref, le Père Marco fait partie de ces religieux à qui les fidèles accordent de leur vivant une réputation de sainteté.

3En France, ce type de religieux se rencontre assez couramment dans les premières décennies du XVIIe siècle. Puis les documents se font plus rares à ce sujet. Recul du phénomène lui-même, ou simple silence des sources, qui l’évacueraient par quelque suspicion ? Les deux hypothèses semblent indiquer que ces "saints vivants" sont victimes de l’évolution des sensibilités religieuses de la seconde moitié du siècle, lorsque la dévotion se fait plus "raisonnable" et l’évidence du miracle moins assurée. On se plaît toutefois à imaginer une possible vérification de ces conclusions. Par exemple, comment un thaumaturge tel que Marco d’Aviano aurait-il été accueilli en France ? En fait, il est inutile de faire de l’histoire-fiction : Marco est bien venu, et les documents qui relatent ce séjour apportent beaucoup de réponses à nos questions.

Entrée d’un saint religieux, sortie d’un agent de l’étranger

4A la fin du mois de mai 1681, Marco d’Aviano demeure en effet quatre jours à Lyon, puis il s’arrête à Mâcon, Tournus, Chalon-sur-Saône et Dijon, avant de prendre la direction de Paris. Mais il n’atteint pas la capitale, car son séjour dans le royaume est brutalement interrompu, dans des conditions sur lesquelles nous reviendrons. Ce passage en France fait partie des grandes pérégrinations que le Père Marco entreprend à la belle saison pendant une partie de sa vie, l’hiver le retenant dans sa province de rattachement, célle de Venise, où il assure ordinairement une station d’Avent et de Carême. En 1681, après le carême qu’il a prêché à Venise même, il se met en route à travers l’Italie du Nord, effectuant des haltes plus ou moins prolongées dans diverses cités. Mantoue est sa première étape importante, car le pape l’a chargé de négociations avec le duc. Par Bergame et Milan, il gagne Turin, où il est accueilli par Philibert de Savoie et sa cour. C’est ensuite à travers la Savoie qu’il gagne la France, avec l’intention d’aller à la cour, à la demande de Marie-Anne de Bavière, l’épouse du Grand Dauphin, mais la rencontre ne peut avoir lieu. On retrouve ensuite Marco d’Aviano dans les Pays-Bas espagnols en juin et juillet, puis le périple se poursuit en terre d’Empire par Münster, Paderbom, Cologne, Würzbourg et Innsbruck. Après avoir traversé une partie de la Suisse, le capucin regagne Padoue dans le courant du mois de septembre. Cette ample pérégrination, dont l’itinéraire complexe appellerait de longues explications, est effectuée avec des moyens de locomotion très divers – la calèche comme le coche d’eau – mais aussi en partie à pied, conformément à la règle de l’ordre.

5Dans ce périple, le séjour en France ne représente donc qu’un bref moment, plus bref à vrai dire que ne l’aurait souhaité le religieux. Arrivé à Lyon le 23 mai, il est déjà hors du royaume le 12 juin. Il est en effet sur le point d’arriver à Paris, après sa traversée de la Bourgogne, lorsque des émissaires du roi viennent lui interdire l’accès de la capitale. Bien plus, Marco et son compagnon sont alors conduits sous escorte jusqu’à la frontière des Pays-Bas. C’est donc par une expulsion de France que s’achève le séjour qui nous intéresse, même si certains documents laissent entendre que les émissaires du roi firent valoir au religieux que l’état de santé du duc d’Arenberg, qui l’attendait à Mons, avait gravement empiré. Le Père Marco lui même semble avoir attribué la décision royale à sa situation irrégulière sur le territoire. En juin 1682, rencontrant l’ambassadeur de France à Vienne, il s’excuse en quelque sorte, comme le rapporte une dépêche de cet ambassadeur au roi :

  • 2 Extrait de la dépêche du marquis de Sébeville en date du 7 juin 1682 (Positio..., p. 213). Tous les (...)

6"Il me dist d’abord qu’il venoit me marquer la reconnaissance qu’il avoit de toutes les bontés que Vostre Majesté avoit eues pour luy, non obstant la faute qu’il avoit commise d’entrer dans son Royaume sans sa permission, venant d’un lieu d’où l’on pouvoit soupçonner d’avoir quelque commission secrète ; qu’à la vérité, c’estoit une faute qu’il avoit commise par ignorance"2.

  • 3 Il convient toutefois de noter que Marco d’Aviano avait désapprouvé le soutien impérial aux ennemis (...)
  • 4 Dépêche de Sebastiano Foscarini du 12 juin 1681 (Positio..., p. 208).

7En fait, ces propos attribués au Père Marco semblent bien indiquer que le motif véritable ne tient nullement à l’absence de titre de séjour du religieux, mais bien aux desseins politiques qui lui sont prêtés. Dans le contexte de tension entre le roi et l’empereur d’une part, entre la France et Rome d’autre part, les étroites relations du capucin avec les puissances en conflit avec Louis XIV le rendent persona non grata sur le sol français3, et a fortiori à la cour. Alors que la position royale est d’une grande fermeté à l’égard de la papauté et que le spectre d’un concile national reparaît, certains ont pu craindre que le religieux vienne tenter d’affaiblir le front du gallicanisme, sinon d’infléchir la détermination de Louis XIV. L’ambassadeur de Venise en France, en se fondant sur des rumeurs, évoque le rôle de l’archevêque de Paris et du Père de La Chaise dans la décision du roi, à qui ils auraient remontré le "danger" d’une venue du capucin à la cour ; on estimait, précise-t-il, qu’il pouvait être porteur d’instructions secrètes du pape ou, pour le moins, émouvoir les esprits du peuple et "causer des inconvénients"4.

  • 5 A la mort du nonce Varese en 1678, le poste n’est pas immédiatement pourvu par le pape, et c’est do (...)
  • 6 Dépêche du 25 juillet (Positio..., p. 215-216).
  • 7 Positio..., p. 216.

8L’auditeur de la nonciature lui même5, interrogé par la Secrétairerie d’Etat, n’apporte pas d’explications plus précises sur le motif exact de l’interdiction de séjour qui frappe alors Marco d’Aviano6. Mais il est au moins un point sur lequel s’accordent tous les diplomates et religieux qui évoquent le fait : la renommée du capucin est telle qu’en France aussi il attire les foules sur son passage. Explicitement, le nonce déclare dans la dépêche déjà citée que certains pensent que le roi n’a pas voulu de la venue du Père Marco à Paris "pour ne pas voir un grand rassemblement de peuple, comme cela est arrivé dans d’autres régions où il est allé"7. En 1681, en effet, le capucin a déjà une solide réputation de saint religieux, même si elle demeure relativement récente. A 50 ans, il a déjà passé trente-trois années sous l’habit de son ordre, mais n’a vraiment commencé à faire parler de lui que depuis 1676. Cette année-là, une religieuse de Padoue a été miraculeusement guérie par lui. Dans les mois qui ont suivi, les couvents où il réside, à Venise comme à Vérone, ont été assaillis par des malades en quête de miracle dès que sa présence était signalée, et les guérisons se sont multipliées. Aussi, les prédications confiées à Marco d’Aviano ont-elles réuni des foules considérables au cours des années suivantes. Déjà des princes souhaitent sa venue dans leurs Etats. Commence alors en 1680 la longue série des voyages hors d’Italie, avec d’abord un périple en Tyrol et en Bavière ; la même année, il repart du Trentin pour rencontrer l’empereur Léopold qui l’a appelé à Linz, puis il parcourt une partie de l’Allemagne, invité notamment par le Palatin et l’Electeur de Cologne.

  • 8 Sur cette question, je me permets de renvoyer à ma contribution au colloque Marco d’Aviano e il suo (...)
  • 9 Extrait d’une relation anonyme (Positio..., p. 233).
  • 10 Lettre du P. Eliseo da Verola, 3 mai 1681 (Positio..., p. 170).

9Les témoignages conservés évoquent tous la nombreuse affluence de fidèles lors de son passage dans les diverses cités8. Surtout, leur recoupement permet de tracer les grandes lignes de la pastorale de Marco d’Aviano. Partout il prêche – sur les places lorsque les églises sont trop petites – et exhorte les fidèles à la pénitence. Ne parlant que l’italien, mais ponctuant ses sermons de quelques exclamations dans la langue de la contrée (que la foule reprend à pleine voix), il sait par ses procédés rhétoriques émouvoir ses auditeurs. Expliquant que Dieu n’accorde sa grâce qu’à ses "amis", il invite à la conversion ceux qui espèrent la guérison. Puis il termine son propos en accordant sa bénédiction, geste attendu pour ses effets thaumaturgiques. De fait, les guérisons semblent nombreuses partout où il s’arrête. A Liège, en 1681, un protestant témoin de son apostolat dans la ville le résume en une phrase : "Il pleura, prêcha, donna sa bénédiction et guérit une multitude d’impotens, estropiés, aveugles"9. Ainsi le religieux qui arrive à Lyon en 1681 est-il tenu pour un puissant thaumaturge, sur le chemin duquel les fidèles de Bergame criaient quelques semaines auparavant : "Viene il Santo, viene il Santo !"10.

Les limites de l’exception française

10Qui, à Lyon, avait entendu parler de Marco d’Aviano avant les derniers jours de mai de cette année 1681 ? Personne, est-on tenté de répondre avec peu de risques d’erreur. Ou du moins personne avant qu’il n’atteigne Chambéry, où il délivre une possédée le 18 mai. De ville en ville, la réputation du religieux se répand au rythme de ses pas, toujours enrichie grâce aux prodiges survenus lors de ses dernières étapes. Le capucin Cosma da Castelfranco, qui fut le compagnon du Père Marco pendant 24 ans et en rédigea la première biographie, évoque l’empressement des fidèles autour de lui dès son arrivée en France et pendant tout son séjour :

  • 11 COSMA DA CASTELFRANCO, Vita del R. Padre Marco d’Aviano (Positio..., p. 192). La couleur du vocabul (...)

11"Penetrata la Francia, non vi fù città che non si spopolasse per incontrarlo ; convenivano turbe per partire benedette e contrite... S’ammassavano da vari paesi le persone d’ogni qualità in numéro sopragrande per vedere il benefattore delle celestiali beneficenze ; e alla sua comparsa gridavano tutti : Padre, dateci la benedizione ; Rev. Padre, dateci la benedizione. Confermavano i clamori colle lagrime et amorosi sospiri mandati al cielo in argomento di compuntione impressa ne’loro cuori dalle motioni del Padre Marco"11.

  • 12 Lettre du P. Archange de Bourbon-Lancy du 18 juin 1681 (Positio..., p. 195).

12Le témoignage le plus précis sur le passage de Marco d’Aviano à Lyon est celui laissé par son confrère français Archange de Bourbon-Lancy qui, comme il le déclare lui-même, ne l’a "point perdu de vue" pendant ces quatre jours. Ce capucin souligne notamment l’importance des foules qui se rassemblaient pour voir le saint religieux ; le couvent où il séjournait était "remply et envesty de gents de toutes qualités, de touts sexes et de touts ages". Marco d’Aviano était ainsi contraint de monter en chaire cinq ou six fois par jour ; "là il exhortoit ceste multitude, moitié par des gestes, moitié par quelques mots italiens meslés de quelques très mauvais françois", invitant les fidèles à la pénitence. Il bénissait les fidèles, mais aussi de l’huile et de l’eau destinées à des malades qui ne pouvaient se déplacer. Lors de son départ, prévu de bon matin par commodité, "le peuple coucha dans les rues et nous eumes assez de peine a le iester dans un carosse qui le tira des mains de ce peuple"12.

13Archange de Bourbon-Lancy rapporte que l’empressement ne fut pas moindre à Mâcon, à Chalon, et surtout à Dijon, "où le concours fut encore plus grand". Mais c’est un épisode survenu à Tournus que retient le religieux qui accompagna Marco d’Aviano entre Lyon et Avallon. Dans une lettre de 1699, donc très postérieure aux événements, ce capucin – Célestin d’Auxerre – explique que le voyage s’effectua pour sa plus grande partie par voie d’eau, afin d’éviter la gêne causée par les rassemblements de foules. Lors d’une halte à Tournus, le bateau fut soudainement assailli. On l’éloigna alors de la berge, mais beaucoup se jetèrent à l’eau pour le rejoindre ; bientôt, toutes les barques disponibles sur la rive furent prises d’assaut et traversèrent la Saône, chargées de fidèles implorant la bénédiction du Père Marco.

  • 13 Dépêche de Foscarini (Positio..., p. 208) et dépêche de Lauri (p. 214).

14Toutes les dépositions entendues jusqu’à présent émanent de capucins, et l’on pourrait les suspecter de vouloir embellir le récit du passage du saint religieux, pour la plus grande gloire des fils de saint François. Ce reproche ne peut être adressé à l’un d’entre eux au moins, nous le verrons. Par ailleurs, d’autres documents viennent corroborer leurs témoignages. L’ambassadeur de Venise évoque dans un courrier le séjour de Marco d’Aviano à Lyon et mentionne la présence d’une "quantité innombrable de peuple, accourue aussi des lieux voisins". De son côté, dans une dépêche du début du mois de juin, le chargé d’affaires de Rome informe la Secrétairerie d’Etat qu’il a appris que près de 200 000 personnes avaient entouré le religieux à son arrivée dans cette ville13. A l’évidence donc, dans la France de 1681, comme dans celle du début du XVIIe siècle, les foules convergent à l’annonce du passage d’un religieux en réputation de sainteté, attendant de lui le miracle.

15A travers ces récits concernant Marco d’Aviano, les formes de relation au saint religieux apparaissent les mêmes qu’au début du siècle, lorsque ce type de phénomène était fréquent. La recherche du contact physique, comme la quête de l’objet béni par le saint, témoignent de la certitude de son pouvoir thaumaturgique. Le statut du personnage investi d’une "puissance sacrale" semble donc bien n’avoir pas subi de modification notable au cours du siècle ; dans ce domaine au moins (mais il ne saurait être isolé de beaucoup d’autres), le XVIIe siècle ne connaîtrait pas de "révolution du croyable".

  • 14 PHILIPPUS A FIRENZE, Itinera Ministri generalis Bernardini ab Arezzo (1691-1698), éd. Marianus ab A (...)
  • 15 Aucune indication de ce type ne figure cependant dans J. SAINSAULIEU, Les ermites français, Paris, (...)

16Evidemment, Marco d’Aviano pourrait constituer une exception, voire la seule repérable ; du coup, les manifestations qui l’entourent ne seraient guère que les ultimes vestiges d’une forme de relation au sacré, trouvant leur explication dans la seule personnalité – vraiment hors du commun – d’un religieux capable de raviver d’anciens comportements qui n’auraient plus cours. Mais peut-on en être si certain ? Il vaudrait sans doute la peine de conduire une enquête méthodique à ce sujet. A titre de première pierre de celle-ci, qu’il suffise de noter ici que lorsque Bemardino da Arezzo, Général des capucins, parcourt la France en 1693-1694 pour visiter les provinces du royaume, les scènes qui se déroulent en de nombreuses villes ne sont pas sans rappeler les événements lyonnais et bourguignons de 1681. Lui aussi est appelé le Padre Santo ; on se presse pour le toucher, voire dérober un lambeau de son vêtement ou quelques poils de sa barbe ; partout, on souhaite recevoir sa bénédiction. Son secrétaire, qui tient le journal du voyage, se dit étonné de la ferveur dont font preuve les Français lors de cette visite14. Certes, il s’agit encore d’un capucin, et encore d’un Italien. Mais rien ne permet de conclure que les transalpins de cet ordre auraient le privilège de ce type de vénération. En particulier, il faudrait vérifier si certains ermites ne bénéficient pas de réputations analogues15. D’autre part, les diversités de comportement selon les régions mériteraient aussi de retenir l’attention. Sur la foi du journal de Filippo da Firenze, par exemple, l’empressement des fidèles autour de Bemardino da Arezzo est très inégal d’une province à l’autre du royaume.

  • 16 Il ne subsiste de cette lettre qu’une traduction italienne, dont la formule est la suivante : "più (...)

17Mais la question la plus intéressante est évidemment celle de l’assise sociale de tels comportements. En particulier, pratiques et ferveurs qui entourent les thaumaturges peuvent-elles constituer un marqueur de différenciation entre dévotion des élites et religion populaire ? Les documents ne sont pas très prolixes sur la sociologie des fidèles qui accourent autour de Marco d’Aviano. Cosma da Castelfranco souligne qu’il s’agit de personnes "d’ogni qualité" ; quant au capucin Célestin d’Auxonne, lorsqu’il rapporte l’épisode de Tournus, il se souvient d’avoir été surpris de voir plusieurs des notables et "apparents"16 de la cité parmi ceux qui se mettaient à l’eau pour approcher du bateau du Père Marco. Le seul à introduire des nuances sociales dans la relation au saint religieux est Archange de Bourbon-Lancy. Certes, lui aussi mentionne des "gents de toutes qualités" dans la foule qui assaille le couvent de Lyon. Mais il semble donner une coloration surtout populaire à l’engouement pour son confrère italien lorsqu’il expose que "le peuple" coucha dans la rue la nuit précédant son départ. Plus avant dans son texte, évoquant les raisons de la popularité du Père Marco, il évoque "l’aclamation des peuples" et "la crainte qu’ont les honestes gens de s’opposer aux deiseins de Dieu". Enfin, imaginant ce qu’aurait été l’accueil parisien, il estime que "le peuple auroit couru les rues", mais que la cour aurait sans doute montré plus de curiosité que de foi envers le saint personnage, car "la Cour de France est d’un goût de pieté fort different de celuy de toutes les autres". En quelque sorte, le Père Archange oppose nettement "la cour et la ville", la première n’ayant qu’une foi "ordinaire et foible" ; mais il suggère aussi que toutes les catégories sociales ne sont pas animées de la même ferveur que le peuple à l’égard du thaumaturge ; certains, selon lui, ne se déplacent que mus par "la curiosité de voir quelque chose qui nous passe".

Anatomie d’une réputation de sainteté

  • 17 Les citations de cette lettre sont toutes empruntées à sa copie conservée aux archives provinciales (...)
  • 18 Il convient aussi de tenir compte du fait que Madeleine de Scudéry, alors septuagénaire, n’est plus (...)
  • 19 Schematismus ordinis FF. MM. S.P. Francisci Capuccinorum provinciae Lugdunensis in Gallia, Bar-le-D (...)

18Archange de Bourbon-Lancy exprimerait-il par ses remarques le regret d’une absence d’unanimité dans la ferveur autour de Marco d’Aviano ? Nullement. En dépit de la surprise que cela provoque a priori, il convient de ranger ce capucin parmi les Français les plus critiques à l’égard de son confrère italien. Il convient donc de s’arrêter quelque peu sur son texte qui, au-delà de l’analyse du cas Marco, témoigne des glissements à l’œuvre en cette fin du XVIIe siècle dans le regard porté sur les réputations de sainteté. Il s’agit d’une lettre, datée du 18 juin 1681, et adressée à Madeleine de Scudéry17. Si la personnalité de sa destinataire pourrait laisser entendre qu’il s’agit d’un aimable badinage dans le goût des salons précieux, la biographie de son auteur permet d’écarter assez catégoriquement cette hypothèse. Archange de Bourbon-Lancy n’a en effet rien d’un religieux plus assidu dans les ruelles qu’au cloître18. En 1681, prédicateur renommé au-delà des frontières de sa province, il a déjà été définiteur, puis provincial de Lyon pendant trois ans ; quelques années plus tard, la charge de la province lui est de nouveau confiée de 1685 à 168819. Les missions qu’il remplit dans l’ordre, en faveur de la province de Franche-Comté menacée de suppression par Louvois après la conquête française, ou dans celle de Provence agitée par des troubles, le montrent comme un religieux zélé pour son ordre et attaché à l’observance. Elles contribuèrent sans doute aussi à lui donner une vue plus ample et plus distante des événements que s’il était demeuré sa vie durant dans un couvent de province. C’est certainement au cours de celle qui le conduisit à Paris pour rencontrer Louvois qu’il lia connaissance avec Mademoiselle de Scudéry, vraisemblablement par l’intermédiaire de Pellisson. Le Père Archange déclare d’ailleurs à son illustre correspondante qu’elle pourra révéler à ce dernier la source de ses informations sur le Père Marco, mais à lui seul. C’est dire qu’il est parfaitement conscient que les propos qu’il tient ne sont pas exactement ceux que ses contemporains pourraient attendre d’un confrère du capucin italien. Les nombreuses précautions qu’il prend au début de la lettre, pour protester de la franchise qu’il affectionne avec ses amis et souligner le "mérité" et les "manieres" de la destinataire, confirment qu’il a le sentiment d’aller à l’encontre des idées reçues.

19Le contenu de la lettre fait découvrir qu’il ne s’agissait vraiment pas de clauses de style. A un rapide portrait physique du Père Marco, succède une présentation de sa personnalité : "il a médiocrement de la raison, peu d’esprit, point de culture ; suivant la nature de son genie à peu près où elle le conduit, ce qui ne le meine gueres loin et ne le esleve pas bien haut". Archange de Bourbon-Lancy, qui ne conteste nullement la piété personnelle de Marco d’Aviano, admet également la réalité des miracles opérés par le religieux. Toutefois, il entend ramener le phénomène à ses justes proportions. Pour Lyon, il tient quatre guérisons pour assurées et une cinquième pour vraisemblable. Mais, écrit-il à sa correspondante, "s’il est vray qu’il ai fait quelque miracle, ie ne vous conseille pas de croire la centiesme partie de ce que l’on vous en contera. Le peuple qui n’a point de raison pour dire la vérité, en trouve mille pour publier les mensonges".

20Avec les réserves émises ici, s’esquisse un véritable système d’explication du phénomène Marco par le Père Archange. La réputation du capucin italien tient à la conjonction de deux séries de données : la personnalité du thaumaturge et l’attente populaire. Sur la première, Archange s’appuie tout d’abord sur les déclarations de son confrère : Marco lui a avoué avoir procédé à sa première guérison un peu par hasard, en utilisant la formule de bénédiction d’un autre capucin italien "a miracle" ; puis il a été victime de son succès. Mais Archange ajoute sa propre interprétation de cette histoire. Certes, le premier succès ne s’explique guère, et il faut l’attribuer à un "effort de l’imagination" ou à "quelque circonstance favorable" ; le "tempérament" de Marco a ensuite fait qu’il a assumé totalement cette réputation naissante :

21"Le feu d’un bon zele, que l’on veut touiours trouver chez soy, meslé avec celuy de l’amour propre, que l’on ne veut iamais y apercevoir, l’a aysement persuadé qu’il estait destiné de Dieu pour des choses extraordinaires".

22Intervient alors la seconde série de facteurs, celle qui tient à l’accueil du thaumaturge. Archange estime à ce propos que le "genie" italien y est pour beaucoup. Le goût de Marco pour le "mystere" et le "miracle" y trouve son origine, autant que dans son tempérament. L’Italie est certainement pour notre auteur un terrain très favorable à la naissance d’une réputation de thaumaturge. Mais l’empressement manifesté par les princes pour appeler le capucin chez eux lui a aussi conféré une aura particulière. Enfin, l’attente populaire de l’extraordinaire favorise le succès d’hommes tels que Marco :

23"l’aclamation des peuples qui ne manque quasi iamais a suivre ceux qui ont assez de hardiesse pour l’atirer, la facilité des foibles..., enfin la curiosité de voir quelque chose qui nous passe, ou le desir d’en trouver une qui nous soulage, tout cela est capable de faire encore quelque chose plus grande que celle que cest homme nous fait voir".

  • 20 A titre d’illustration, voir l’attitude de Fléchier par rapport à certaines manifestations de ferve (...)

24En d’autres termes, le Père Archange n’est qu’à moitié surpris que l’on puisse attribuer autant de miracles à Marco d’Aviano, puisque tous les ingrédients nécessaires à la formation d’une réputation de sainteté sont présents ici. Mais, on le constate, le capucin français s’emploie à expliquer rationnellement, en se fondant sur une psychologie des individus et des foules. Indissociable d’une critique plus ou moins ouverte des sensibilités religieuses "populaires", cette attitude mérite d’être relevée : elle correspond à un courant profond dans les élites catholiques du temps20, qui n’épargne pas – au moins marginalement – des ordres plutôt réputés pour un attachement aux formes traditionnelles de la dévotion, tels les capucins.

25Si le Père Archange manie le scalpel avec autant de virtuosité pour "déconstruire" la réputation de son confrère italien, c’est surtout parce que leurs conceptions mêmes de la sainteté sont radicalement différentes. Il a d’ailleurs une très belle formule pour résumer cela : "Il y a des saintetés tumultueuses et d’esclat, comme il y en a de tranquilles et sédentaires". A lire l’ensemble de sa lettre, on ne doute pas que la seconde a nettement sa préférence. Marco, avec le "feu" de son "bon zele", est la figure même d’un sainteté baroque, dont le marqueur privilégié est l’extraordinaire. Plus que dépassée historiquement, cette forme de sainteté manque pour le Père Archange d’authenticité et de profondeur, d’humilité aussi. D’où des remarques sur Marco qui ne sont pas sans cruauté :

26"Il me semble avoir observé en luy des choses que ie ne voudrois pas voir dans l’homme de Dieu, et qu’on ne nous raconte pas dans la vie de nos saints. Il est vray que i’ay touiours cru que les saints de nos livres sont plus grands que ceux de notre eglise. Un historien ou un panegyriste seroit bien faché que l’on se fut aperceu que son sainct estoit un homme".

27La sainteté, selon le capucin français, s’accommode mal des actions d’éclat et des figures de composition qu’elles appellent, tant les unes et les autres conduisent à l’oubli de la condition humaine. La vraie sainteté est celle, "tranquille et sédentaire" selon ses termes, vécue au quotidien, loin des succès populaires.

28Le religieux, en particulier, doit d’abord aspirer à l’observance dans le retrait du monde. Archange ne l’exprime pas aussi explicitement ; mais, après avoir évoqué le couvent "rempli et envesty" par les séculiers lors de la visite de Marco, il ajoute un peu plus loin : "ce tumulte causoit beaucoup de desordre chez nous". Les deux modèles de sainteté s’accompagnent de deux modèles de la vie régulière. Pour un religieux français de la fin du XVIIe siècle, l’idéal est celui de la parfaite rupture avec le monde, même chez les capucins qui – plus que d’autres pourtant – avaient su déployer les fastes de la pastorale baroque et exploiter les succès qui l’accompagnaient. Pour cette raison, Archange ne s’intéresse finalement que très peu à la réalité des miracles attribués à Marco ou à leur décompte exact ; le désaccord sur la manière de vivre l’identité religieuse l’emporte sur toute autre considération.

  • 21 J. M. SALLMANN, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, 1994 (voir en particulier (...)

29A travers les figures contrastées de Marco et d’Archange, ce sont ainsi deux manières de concevoir la vie régulière et la sainteté qui s’opposent. Conflit lié au "génie" différent de la France et de l’Italie ? Le temps de la Réforme catholique a connu, de ce côté-ci des Alpes, trop de réputations de sainteté analogues à celle du capucin italien pour pouvoir conclure en ce sens. Conflit de générations alors ? La sainteté baroque italienne présenterait en cette fin du XVIIe siècle un caractère d’archaïsme par rapport à un modèle français plus "intérieur", empreint de rigueur, voire d’austérité, marqué aussi par le contexte culturel de rationalisme croissant. L’hypothèse est séduisante, qui confirme les mutations des sensibilités au sein du catholicisme de la longue ère post-tridentine, à condition de ne pas oublier toutefois que l’Italie elle-même n’échappe pas à des déplacements de l’idéal de sainteté à la fin du XVIIe siècle21.

30Mais le plus important demeure sans doute de souligner qu’il y a coexistence de modèles différents de la relation au sacré dans la société française du temps du Roi-Soleil. Le succès de Marco d’Aviano est avéré, et Bemardino da Arezzo provoque une décennie plus tard des attroupements analogues, comme d’autres saints thaumaturges peut-être. Plus qu’à une explication rapide par un archaïsme des formes de la religiosité populaire, ce constat doit inviter à une interrogation approfondie sur les représentations sociales et les fonctions de la sainteté. Pour la France de l’époque moderne au moins, le territoire demeure encore largement à explorer.

Notes

1 Mise au point récente sur le personnage et les diverses facettes de son activité dans Marco d’Aviano e il suo tempo. Un cappuccino del Seicento, gli Ottomani e l’Impero, Pordenone, 1993. Ce recueil d’actes d’un colloque contient en particulier une mise au point historiographique (V. CRISCUOLO, "Marco d’Aviano : lineamenti e problemi bio-bibliografici", p. 125-142).

2 Extrait de la dépêche du marquis de Sébeville en date du 7 juin 1682 (Positio..., p. 213). Tous les documents utilisés ici ont été publiés dans Beatificationis et canonizationis venerabilis servi Dei P. Marci ab Aviano... Positio super virtutibus, Rome, 1990 (Congregatio pro causis sanctorum, P.N. 435).

3 Il convient toutefois de noter que Marco d’Aviano avait désapprouvé le soutien impérial aux ennemis de la France dans la guerre de Hollande et que Louis XIV en avait été informé (cf. en particulier la dépêche que lui adresse le marquis de Vautelet, de Munich, le 18 déc. 1680, reproduite in Positio..., 2e partie (Relazione, p. 72).

4 Dépêche de Sebastiano Foscarini du 12 juin 1681 (Positio..., p. 208).

5 A la mort du nonce Varese en 1678, le poste n’est pas immédiatement pourvu par le pape, et c’est donc l’uditore Jean-Baptiste Lauri qui représente les intérêts du Saint-Siège jusqu’en 1683.

6 Dépêche du 25 juillet (Positio..., p. 215-216).

7 Positio..., p. 216.

8 Sur cette question, je me permets de renvoyer à ma contribution au colloque Marco d’Aviano e il suo tempo ("L’apostolato di Marco d’Aviano e la tradizione missionaria dei cappuccini", op. cit., p. 247-277).

9 Extrait d’une relation anonyme (Positio..., p. 233).

10 Lettre du P. Eliseo da Verola, 3 mai 1681 (Positio..., p. 170).

11 COSMA DA CASTELFRANCO, Vita del R. Padre Marco d’Aviano (Positio..., p. 192). La couleur du vocabulaire utilisé a fait préférer le maintien de cette citation dans sa langue originelle. Une présentation détaillée de cette source est donnée dans la Positio..., p. 770 et suiv.

12 Lettre du P. Archange de Bourbon-Lancy du 18 juin 1681 (Positio..., p. 195).

13 Dépêche de Foscarini (Positio..., p. 208) et dépêche de Lauri (p. 214).

14 PHILIPPUS A FIRENZE, Itinera Ministri generalis Bernardini ab Arezzo (1691-1698), éd. Marianus ab Alatri, t. II (Per Galliam), Rome, 1968.

15 Aucune indication de ce type ne figure cependant dans J. SAINSAULIEU, Les ermites français, Paris, 1974.

16 Il ne subsiste de cette lettre qu’une traduction italienne, dont la formule est la suivante : "più persone qualificate furono tra questi, cioè i più riguardevoli délia città" (Positio..., p. 199-200).

17 Les citations de cette lettre sont toutes empruntées à sa copie conservée aux archives provinciales des capucins de Venise, d’après l’édition qu’en donne la Positio..., p. 193-198.

18 Il convient aussi de tenir compte du fait que Madeleine de Scudéry, alors septuagénaire, n’est plus exactement la Sapho des salons précieux. Elle publie alors des Conversations morales qui lui valent l’éloge de plusieurs évêques, et elle s’entoure d’amis choisis, dont le très fidèle Pellisson. Parmi ses correspondants, on trouve Daniel Huet ou Christine de Suède (G. MONGREDIEN, Madeleine de Scudéry et son salon, Paris, 1946 ; A. NIDERST, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, 1976). Une partie de ses lettres a été éditée par RATHERY et BOUTRON, Mademoiselle de Scudéry, sa vie et sa correspondance, Paris, 1873. G. Mongrédien évoque rapidement les échanges épistolaires avec notre capucin, dont aucune pièce n’est donnée dans l’édition précitée : "le Père Archange, capucin et bel esprit, l’entretient plus de littérature et de galanterie que de religion" (Madeleine de Scudéry et son salon, p. 185) ; le jugement est pour le moins sommaire, au vu de la lettre qui nous intéresse ici.

19 Schematismus ordinis FF. MM. S.P. Francisci Capuccinorum provinciae Lugdunensis in Gallia, Bar-le-Duc, 1895 ; THEOTIME DE SAINT-JUST, Les capucins de l’ancienne province de Lyon. Deuxième partie (1660-1814), Saint-Etienne, 1957, p. 363-366.

20 A titre d’illustration, voir l’attitude de Fléchier par rapport à certaines manifestations de ferveur catholique dans son diocèse (R. SAUZET, "Miracles et Contre-Réforme en Bas-Languedoc sous Louis XIV", Revue d’Histoire de la Spiritualité, t. 48, 1972, p. 179-192 ; Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, Louvain, 1979).

21 J. M. SALLMANN, Naples et ses saints à l’âge baroque (1540-1750), Paris, 1994 (voir en particulier p. 211 et suiv.). De ce point de vue, Marco d’Aviano, avec son insistance sur la conversion comme condition de la guérison, obtenue par l’intermédiaire de la bénédiction, s’inscrit lui-même dans une évolution du "modèle italien", question qu’il n’a pas semblé utile de développer ici.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search