Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Le millénarisme de Campanella

Jean Delumeau

Texte intégral

  • 1 Ed. consultée : fac-similé de l’éd. de 1633 publié par la Bottega d’Erasmo, Turin, 1960 (d (...)
  • 2 T. CAMPANELLA, La Profezia di Cristo (1. XXV des "inediti theologicorum"), Rome, Centro In (...)
  • 3 T. CAMPANELLA, La prima et la secunda resurrezione (1. XXVII-XXVIII) des "inediti theologi (...)

1Les principaux livres de Campanella ont été rédigés en prison, le plus connu étant la Cité de soleil (vers 1602). Mais nous intéressent surtout ici des ouvrages de moindre notoriété : le De monarchia Messiae, vers 1605, édité pour la première en 16331 et deux traités faisant partie de ses "écrits théologiques" qui n’ont été publiés qu’en notre temps avec traduction italienne, La profezia du Cristo (écrit en 1623)2 et La Prima e la secunda resurrezione, composé aussi en 1623-16243. Ces textes permettent indiscutablement de ranger Campanella parmi les millénaristes et font apparaître le crescendo de son eschatologie chiliaste.

  • 4 T. CAMPANELLA, La Cité de Soleil, trad. A. Zévaès, Paris, Vrin, 1981, pp. 10-111.

2Déjà dans la Cité du Soleil un personnage qui est un porte-parole de Campanella déclarait : "Ce que vous m’apprenez des Solariens qui, grâce à la seule connaissance de la loi naturelle, ont pressenti et presque approché le christianisme me fournit un solide argument en faveur de la religion chrétienne qui est la plus vraie de toutes les religions et qui, une fois purgée de certains abus, régnera sur l’univers entier, comme l’enseignent et l’espèrent les plus illustres théologiens. Les docteurs ajoutent que c’est dans le but de grouper tous les peuples sous une législation commune que Dieu a permis que le Nouveau Monde fût découvert par les Espagnols4".

  • 5 T. CAMPANELLA, de Monarchia Messiae, p. 40.
  • 6 Ibid., p. 41.
  • 7 Ibid., p. 42.
  • 8 Ibid., p. 43.
  • 9 Ibid., p. 44.
  • 10 Ibid., p. 68.
  • 11 Ibid., p. 71.
  • 12 Ibid., p. 70.
  • 13 Ibid., p. 77.

3Quelques années plus tard, dans le De Monarchia Messiae, Campanella démontre que le Pape, vicaire du Christ, possède de droit "le pouvoir temporel et le glaive matériel5". Il doit donc régner et n’être soumis à personne. Les Hébreux de l’Ancien Testament savaient déjà que le Messie serait roi "à la fois dans les choses temporelles et dans les spirituelles6" et "l’apôtre affirme (en parlant de Jésus) que Dieu a placé toutes choses à ses pieds7". Tout pouvoir lui a été donné au ciel et sur la terre. Or "y a-t-il un prince laïc, détenteur de la puissance temporelle, qui soit plus grand que le Christ ?8". Campanella cite encore le psaume 2 : "Le Seigneur m’a dit ’Tu es mon fils... et je te donne les nations comme patrimoine, en propriété les extrémités de la terre. Tu les écraseras avec un sceptre de fer’9". C’est du pape que Charlemagne a reçu l’empire10. "D’où je conclus, affirme Campanella, que le glaive des princes chrétiens est celui que David a enlevé au païen Goliath ; c’est donc celui du Messie11". En conséquence le pape est à juste titre "appelé le pontifex maximus, le roi des rois, le dieu des dieux12". Alors pourquoi, demande l’auteur aux princes chrétiens, continuer à vous combattre les uns les autres plutôt que de vous soumettre au "principat commun de la papauté" ? Vos royaumes seraient "stabilisés". Vous n’auriez plus de conflits entre vous. Le monde serait unifié dans "la sécurité" "à l’abri des maux intérieurs et extérieurs13 ".

  • 14 Notamment dans la Profezia di Cristo, pp. 143, 149-151, 209, dans la Prime... resurrezione(...)
  • 15 Profezia di Cristo, pp. 149-151.

4Cette dernière formule était susceptible de se transformer en l’attente eschatologique d’un royaume de Dieu sur terre. Les deux traités de Campanella mentionnés ci-dessus, La Profezia di Cristo et La Prima e secunda resurrezione précisèrent cette évolution. Puisqu’ils ont été écrits vers les mêmes moments, on peut, à partir d’un questionnement thématique, puiser alternativement dans l’un et dans l’autre. Leur lecture fait d’abord ressortir un nombre non négligeable de références à Joachim de Flore14 et à ste Brigitte : ce qui éclaire l’état d’esprit de leur auteur qui se situait ainsi résolument à l’intérieur d’un courant de pensée bien caractéristique. Dans la Profezia di Cristo Campanella écrit notamment : "Puisque l’abbé Joachim, plein de l’esprit d’interprétation des prophéties, semble dire que nous nous trouvons déjà sous le sixième sceau (mentionné par l’Apocalypse), on pourrait en conclure que l’Antéchrist va bientôt se manifester... Joachim enseigne en effet que le premier sceau fut ouvert sous Zacharie, père de Jean-Baptiste, le second à la résurrection du Christ, le troisième sous Constantin, le cinquième sous Charlemagne, le sixième sous Joachim, quand surgirent l’Ordre des frères prêcheurs et celui des mineurs, à la fin duquel on attend la paix pour le septième, le diable étant enchaîné pour mille ans, et, pour le huitième, la translation de l’Eglise au ciel15".

5Dans les ouvrages utilisés ici Campanella apparaît bien comme millénariste dans la mesure où il distingue nettement les deux grandes échéances eschatologiques. On lit en effet dans La Prima e secunda resurrezione :

"La rénovation du monde sera double : l’une, qui correspond au règne des saints, après la chute de l’Antéchrist, qui se fera dans la résurrection générale, de sorte que l’homme et le monde ressusciteront immortels".

6S’appuyant sur Lactance et les "premiers pères" de l’Eglise, Campanella évoque d’abord la période qui s’ouvrira avec l’Antéchrist : "Le soleil s’obscurcira en permanence, la lune devenue sanglante sortira de son orbite ordinaire, si bien que l’homme ne parviendra plu à reconnaître les saisons ni le cours des astres. L’année sera raccourcie, les mois abrégés. Les étoiles tomberont en pluie drue, laissant le ciel sans lumières. On verra partout des comètes. Les montagnes s’effondreront. Les vallées seront aplanies. Parmi les hommes séviront les pestes, les famines et la mort, de sorte que sur mille à peine cent resteront en vie. Alors apparaîtra l’Antéchrist qui acculera les chrétiens aux difficultés extrêmes. Et ils invoqueront le Seigneur qui viendra du ciel pour abattre l’Antéchrist. Les bons seront séparés des mauvais et alors il y aura un ciel nouveau et une terre nouvelle. L’éclat du soleil sera multiplié par sept et la lune sera comme la soleil (aujourd’hui) : et cela pendant mille ans. Or il est bien vrai qu’Isaïe (ch. 65) situe cette rénovation du ciel et de la terre avant le siècle d’or, puisqu’il décrit ensuite les générations et les joies qui adviendront dans cette Jérusalem nouvelle. C’est donc que cette première rénovation des créatures ne sera pas celle qui les rendra immortelles, puisque continueront la procréation et la nourriture à partir des productions de la terre : ce qui ne peut se produire qu’à travers la corruption des éléments. En ce temps-là les étoiles et les éléments subiront une purification partielle et se verront imposés l’ordre et la disposition qui conviennent au siècle d’or, durant lequel les saints posséderont le monde humain".

  • 16 La Prima... resurrezione, pp. 167-169.

7Mais après les mille ans, "Satan sera délié”. "La charité se refroidira". Adviendra le jugement par le feu et "suivra une seconde rénovation du ciel et de la terre". Le monde sera "purifié" et "les morts ressusciteront dans une condition incorruptible". Ce sera le passage à l’éternité bien heureuse16.

  • 17 La Profezia di Cristo, pp. 139-141.

8Dans la Profezia di Cristo figurent des prédictions tout à fait concordantes : "Dans le septième millénaire, une fois vaincus les royaumes antichrétiens, quand l’Esprit aura éliminé toutes les puissances et principautés, il y aura un seul troupeau et un seul pasteur. Ce sera le siècle d’or et le jubilé du sabbat. On pourrait toutefois penser que l’Eglise sera dès ce moment-là transférée au ciel, le jugement dernier étant effectué en un battement de cils. En réalité le jugement dernier n’est attendu qu’à la fin du septième millénaire, quand la charité se refroidira par le manque de persécutions et l’abondance des plaisirs. Alors surgiront Gog et Magog, la queue de l’Antéchrist". Mais ils seront brûlés par le feu divin et le jugement aura lieu17.

9Constatation significative : Campanella, pour évoquer la période de paix et de bonheur antérieure au jugement dernier, a utilisé à plusieurs reprises l’expression de saeculum aureum : preuve que dans son esprit la terre retrouverait une sorte d’âge d’or avant la fin de l’histoire :

  • 18 La Prima... resurrezione, p. 19.

10"En ce temps, annonce Campanella, un seul roi règnera sur tous les hommes, comme le dit Ezéchiel, au spirituel et au temporel ; et tous les rois lui obéiront comme vassaux et subordonnés ; et le pape et les cardinaux demeureront à Jérusalem, tandis que le monde sera pacifié. Aura lieu alors la première résurrection. Car le souvenir des martyrs et des saints resurgira devant la face de toutes les nations. Ils avaient été tenus pour morts et pour fous, comme le dit Salomon, et voici que les saints jugeront les nations et domineront les peuples. La fraude et l’iniquité cesseront et la vie humaine redeviendra telle qu’elle était au début ; si bien que, comme l’écrit Isaïe, l’homme à cent ans sera comme un enfant et que les saints règneront pendant un millénaire au milieu du bonheur, spirituel et matériel, pratiquant, selon la loi naturelle, la parfaite communauté des biens : ce sera l’âge d’or et il durera longtemps sur terre comme prélude au siècle futur dans le ciel qui adviendra avec la seconde résurrection comme le dit st Jean dans l’Apocalypse (ch. 2), quand tous surgiront des sépulcres avec leur propre corps, ceux-ci pour la vie, ceux-là pour la mort ; et quand le Christ apparaîtra dans sa majesté pour juger les hommes...18".

11Dans la Prima... resurrezione Campanella marque bien le lien qui unit cet ouvrage et sa pensée millénariste à son traité, De Monarchia Messiae. Il déclare en effet :

  • 19 Ibid., pp. 61-63.

12"Toutes les nations, par un désir naturel que Dieu ne donne pas en vain, aspirent à ce siècle (d’or), dans lequel cesseront les guerres, les épidémies, les disettes, les crimes et autres maux qui se sont développés chez les fils d’Adam à cause du péché et non de la nature. Or ils ne pourront absolument pas être supprimés tant qu’il y aura dans le monde de nombreux princes opposés entre eux par le pouvoir et la religion. A l’inverse, comme je l’ai montré dans mon livre de Monarchia Messiae, ils peuvent cesser le gouvernement d’un seul prince et d’une seule religion. Alors les guerres sont supprimées par l’autorité unique, les méfaits par l’unité de religion, la pénurie par l’échange des biens à l’échelle mondiale, les épidémies par les migrations19".

  • 20 La Profezia di Cristo, p. 125.
  • 21 Ibid., p. 145.
  • 22 Ibid., p. 161.

13Comme la plupart des millénaristes, Campanella s’est complu dans des spéculations arithmétiques compliquées sur les échéances eschatologiques. Il n’est pas toujours facile de les accorder entre elles. Ici il estime que "le sixième millénaire a commencé avec saint Bernard et qu’il s’achèvera d’ici quatre cents tins20". Ailleurs dans le même livre, La Profezia di Cristo, il énonce que "l’Eglise se trouve présentement à la fin du cinquième âge et au début du sixième21". Enfin, toujours dans la Profezia, il calcule que, "33 ans de la vie du Christ représentent 33 périodes de 50 ans de la vie de l’Eglise", soit 1650 ans. Après commenceront pour celle-ci "le repos et la résurrection" que précédera la venue de l’Antéchrist qui "tuera l’Eglise" en 1632 : "nous sommes donc aux portes22", puisqu’il écrit en 1623.

  • 23 ibid., p. 203.
  • 24 Ibid., p. 205.
  • 25 Ibid., p. 207.
  • 26 Ibid., p. 209.
  • 27 La Prima... resurrezione, p. 117.
  • 28 Ibid., p. 217.
  • 29 Ibid., p. 129.

14Mais plus intéressants que ces supputations chiffrées sont les passages où Campanella énumère les principaux événements qui marqueront le passage à la période de repos et de paix. Rome sera punie. "Elle sera condamnée, conquise et détruite. La papauté et les cardinaux crouleront23" : ce qu’ont annoncé, entre autres, l’Apocalypse, ste Brigitte, Denys le chartreux, Savonarole, st Vincent Ferrier, Dante et Pétrarque24. "Le pape subira le martyre, les chrétiens seront dispersés ; beaucoup renieront la foi25". Mais ensuite "l’Eglise latine resurgira plus lumineuse sous un nouveau Cyrus libérateur26". Alors "Jérusalem sera reconstruite et deviendra de préférence à Rome le siège du siècle d’or et capitale de la monarchie du Christ27". Les Juifs viendront à l’évangile, selon l’avis unanime" des Pères28, et "de toutes les parties du monde les hommes afflueront vers Jérusalem29".

  • 30 Ibid., p. 133.
  • 31 Ibid., p. 107. Cf. aussi p. 111.

15A l’intérieur du scénario cataclysmique qui doit précéder l’avènement du nouveau "siècle d’or" Campanella a fait une place à l’Amérique nouvellement découverte. Il annonce en effet que "la flotte des Turcs et autres antichrétiens" poursuivra l’Eglise jusque dans l’Atlantique où, là, elle se brisera contre les écueils et les îles et sera engloutie. Mais l’Eglise, portée par les ailes de l’aigle (de l’Apocalypse), –"c’est-à-dire les flottes de l’empire espagnol volant vers le Nouveau Monde30"– trouvera outre mer un lieu de réconfort. Les Espagnols sont ceux qui, comme Jean Baptiste, "préparent le chemin du Seigneur". Car "grâce à eux, au Nouveau Monde et sur les côtes de l’Asie et de l’Afrique, des chrétiens en petit nombre ont vaincu d’innombrables rois soutenus par une multitude infinie. Ils les ont piétinés et soumis au Christ31".

  • 32 Ibid., p. 131.
  • 33 La Profezia di Cristo, p. 211.
  • 34 La Prima... resurrezione, p. 95.
  • 35 Ibid., p. 109.

16D’où les deux hypothèses suivantes proposées par l’auteur. Selon la première "l’église romaine émigrera au Nouveau Monde, en passant d’abord par l’Espagne, puis par le Pérou. De là, retournant de notre Occident vers l’Orient, elle fera route du Japon vers le Mer rouge en suivant les côtes de l’Asie. Et finalement elle établira sa demeure en Judée et à Jérusalem". L’autre possibilité est qu’"elle glisse de l’Espagne vers la Mer rouge le long des côtes occidentales et méridionales de l’Afrique et de là qu’elle vienne s’établir à Jérusalem32". Mais, quel que soit l’itinéraire suivi, "La restauration (de l’Eglise) se produira33". Tous les rois, ayant abandonné leur souveraineté, seront soumis à un seul chef34. "Dans le siècle d’or" ils seront "comme des ministres et des défenseurs de l’Eglise sous le vicaire du Christ35".

Notes

1 Ed. consultée : fac-similé de l’éd. de 1633 publié par la Bottega d’Erasmo, Turin, 1960 (ds la coll. "Monumenta politica et philosophica rariora").

2 T. CAMPANELLA, La Profezia di Cristo (1. XXV des "inediti theologicorum"), Rome, Centro Internazionale di Studi Umanistici, 1973 ; trad. de R. Amerio. Référence à la date de 1623, p. 51.

3 T. CAMPANELLA, La prima et la secunda resurrezione (1. XXVII-XXVIII) des "inediti theologicorum", Rome, Fratelli Bocca, 1955 ; trad. de R. Amerio. Celui-ci a publié un ouvrage intitulé, Il Sistema teologico de T. Campanella, Milan, Ricciondi, 1972. Cf. surtout le ch. VII.

4 T. CAMPANELLA, La Cité de Soleil, trad. A. Zévaès, Paris, Vrin, 1981, pp. 10-111.

5 T. CAMPANELLA, de Monarchia Messiae, p. 40.

6 Ibid., p. 41.

7 Ibid., p. 42.

8 Ibid., p. 43.

9 Ibid., p. 44.

10 Ibid., p. 68.

11 Ibid., p. 71.

12 Ibid., p. 70.

13 Ibid., p. 77.

14 Notamment dans la Profezia di Cristo, pp. 143, 149-151, 209, dans la Prime... resurrezione, p. 13.

15 Profezia di Cristo, pp. 149-151.

16 La Prima... resurrezione, pp. 167-169.

17 La Profezia di Cristo, pp. 139-141.

18 La Prima... resurrezione, p. 19.

19 Ibid., pp. 61-63.

20 La Profezia di Cristo, p. 125.

21 Ibid., p. 145.

22 Ibid., p. 161.

23 ibid., p. 203.

24 Ibid., p. 205.

25 Ibid., p. 207.

26 Ibid., p. 209.

27 La Prima... resurrezione, p. 117.

28 Ibid., p. 217.

29 Ibid., p. 129.

30 Ibid., p. 133.

31 Ibid., p. 107. Cf. aussi p. 111.

32 Ibid., p. 131.

33 La Profezia di Cristo, p. 211.

34 La Prima... resurrezione, p. 95.

35 Ibid., p. 109.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search