Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

L’évêque suffragant en Lorraine et en Alsace dans les premières années du XVIIe siècle

Louis Chatellier

Texte intégral

1On nommait suffragant sous l’Ancien Régime non seulement l’évêque qui, dans une province ecclésiastique, dépendait d’un métropolitain mais aussi le prélat qui – sans prétendre à la succession – se chargeait de la plus grande partie des tâches exigées de l’"ordinaire" par les canons ou par les décrets du concile de Trente. La présence du suffragant était pratiquement de règle au-delà de la rive droite du Rhin. Le titulaire du siège, prince du Saint-Empire, considérait parfois comme indigne de sa qualité l’accomplissement des humbles besognes pastorales effectuées parmi les fidèles des villages et des villes ou au milieu des simples clercs. D’autre part, l’immensité de certains diocèses de l’Europe du Nord ne permettait pas à l’évêque en titre, même scrupuleux et de bonne volonté, de remplir seul ses fonctions. Celles-ci donnaient lieu à une répartition de fait. Au prince-évêque la gestion politique et administrative du territoire ; au suffragant les tournées de confirmation, les visites pastorales, les ordinations, les examens des candidats aux cures.

  • 1 R. TAVENEAUX, Le jansénisme en Lorraine 1640-1789, Paris, 1960 ; Le diocèse de Metz sous l (...)

2L’institution en usage dans les évêchés du monde germanique était loin d’être inconnue dans l’Eglise gallicane. Elle y fut, semble-t-il, largement répandue au XVIe siècle et dans la première partie du XVIIe siècle, c’est-à-dire en un temps où le cumul des bénéfices avait pris une particulière extension. L’examen de la manière dont étaient recrutés les suffragants et l’étude de leurs activités dans les diocèses constitueraient certainement des sujets d’enquêtes passionnants. L’exemple d’une région frontière encore réunie dans les années 1600 à l’Eglise germanique mais déjà sensible – du moins en Lorraine – aux influences du royaume de France peut servir d’illustration1.

Le temps des principautés

3A la fin du XVIe siècle, les grandes maisons princières de la région située entre Meuse et Rhin étaient puissamment implantées dans les évêchés qui se trouvaient sur leurs terres ou à proximité. Jean de Manderscheid-Blanckenheim fut prince-évêque de Strasbourg de 1569 à 1592. Il appartenait à une famille de l’Eifel dont les représentants se retrouvaient d’âge en âge dans les stalles des prestigieux chapitres de Cologne et de Strasbourg. La maison de Lorraine contrôlait directement ou par personne interposée les trois évêchés de Toul, Metz et Verdun. Ce dernier avait à sa tête depuis 1593 le prince Erric de Lorraine-Chaliqny. Ses prédécesseurs Nicolas Boucher (1588-1593), Nicolas Bousmard (1576-1584) et Nicolas Psaume (1548-1575) n’appartenaient pas aux grands lignages lorrains. Mais ils servaient la maison de Lorraine, demeuraient dans sa clientèle et administraient pour elle, au temporel comme au spirituel, les terres de l’évêché quand aucun prince ne le dirigeait. Il en fut ainsi à Toul après le décès de Charles de Lorraine-Vaudémont en 1587. Christophe de La Vallée (1588-1607) et Jean des Porcelets de Maillane (1607- 1624) représentaient la cour du duc. En revanche, l’évêché de Metz, le plus important par ses revenus et par sa position stratégique, avait à sa tête depuis 1578, le propre fils du duc Charles III, le cardinal Charles de Lorraine. En 1592, ce dernier était devenu également prince-évêque de Strasbourg. Il est vrai qu’il lui avait fallu disputer son riche bénéfice à un compétiteur protestant, Jean-Georges de Brandebourg. Mais à l’issue de "la guerre des évêques", en 1604, la famille de Lorraine contrôlait au spirituel, et pour une large part aussi au temporel, un vaste ensemble qui s’étendait des bordures de la Champagne jusqu’au Rhin et même au-delà puisque le prince-éveque de Strasbourg disposait de plusieurs bailliages outre-Rhin, jusqu’en Forêt-Noire. La même maison était présente de Thionville, en terre luxembourgeoise, jusqu’au mundat de Rouffach enclavé, au Sud, au milieu de l’évêché de Bâle. Le duc Charles III (1545-1608) était donc parvenu à bâtir, entre le royaume de France et les états patrimoniaux de la maison d’Autriche (Sundgau et Brisgau), une véritable puissance. Les riches et prestigieux bénéfices ecclésiastiques de la région, au moins autant que le duché proprement dit, en étaient les éléments constituants.

4On ne saurait être surpris, en conséquence, que le choix des suffragants et même des vicaires généraux révélât des intentions de la part des évêques – et plus encore du prince territorial – qui dépassaient le souci d’une bonne administration diocésaine (cf. annexe). Voici, en 1605, ceux qui étaient les hommes de confiance de l’évêque de Metz et de Strasbourg (le cardinal Charles de Lorraine, titulaire des deux Eglises) et de Christophe de La Vallée à la tête du diocèse de Toul. Antoine Fournier, évêque de Basilis, était suffragant de Metz depuis 1574, c’est à dire l’année même de la mort du "grand cardinal" de Lorraine, Charles de Lorraine-Guise. Ce fut, très vraisemblablement, ce dernier qui désigna Antoine Fournier pour suppléer son frère Louis de Guise évêque de Metz en titre et d’une incapacité notoire. Un indice supplémentaire est fourni par le lieu d’origine du futur évêque de Basilis, Reims, où jusqu’en 1574 il était chanoine de Saint Denis. Or, le premier cardinal de Lorraine était archevêque de Reims. Ainsi constatons-nous comment un prélat qui, en théorie avait été transféré d’un évêché dans un autre conservait un droit de regard sur l’administration spirituelle de son ancien diocèse. Quant au temporel, il était clair que le droit canon lui laissait les moyens d’en garder la jouissance dans sa quasi totalité. Une question ne peut être évitée : pourquoi choisir un Français pour diriger un évêché lorrain ? Depuis 1552, une garnison française occupait Metz et le cardinal était suffisamment bien informé en raison de sa place à la cour de Charles IX, pour savoir que le roi n’avait nullement l’intention de la retirer. Nommer un suffragant français, c’était tout à la fois un acte de fidélité à l’égard du roi de France et conduire celui-ci à tolérer comme évêque en titre, disposant du temporel, un prince de la maison de Lorraine. Celle-ci était présente, au tout début du XVIIe siècle, en Alsace du fait de l’élection comme évêque de Strasbourg du second cardinal Charles de Lorraine. Il s’agissait d’une terre d’Empire. Le choix d’un suffragant originaire de la ville de Luxembourg, donc sujet des Habsbourg d’Espagne, pouvait paraître opportun. Adam Peetz était, de surcroît, curé de Thionville au diocèse de Metz et donc soumis à l’autorité de l’ordinaire du lieu qui était également le cardinal Charles. Là encore, c’était concilier les intérêts du souverain avec ceux de la maison de Lorraine. Mais lorsque celle-ci, au cœur de ses Etats, n’avait plus de telles précautions à prendre, le résultat était tout autre. A Toul, à la même époque, si le suffragant avait, semble-t-il, une personnalité assez effacée, il n’en allait pas de même pour le vicaire général. François de Rosières, qui occupa ces fonctions de 1565 à 1607, appartenait à une famille d’ancienne noblesse établie dans le Barrois et attachée au service des ducs. Lui-même fut à la fois maître des requêtes et qrand archidiacre et se rendit célèbre en 1580 en publiant un ouvrage destiné à prouver les droits des ducs de Lorraine à la couronne de France. Il échappa de justesse à la peine capitale car il avait oublié que le roi de France se prétendait le maître à Toul comme il l’était à Metz. L’incident est riche d’enseignements. Il révèle qu’appartenant à une clientèle, le vicaire général ou le suffragant était employé à servir une maison à l’endroit où il se trouvait et dans les diverses tâches qui pouvaient se présenter.

5Mais, parmi ces dernières, figuraient bien entendu, celles qui concernaient le spirituel. François de Rosières fut ainsi le zélé collaborateur de son évêque, Charles de Lorraine-Vaudémont (1580-1587) lui-même disciple de Charles Borromée. A deux reprises au moins, il conduisit des équipes de visiteurs de paroisses (1580, 1583-1584) dans l’immense diocèse de Toul. Cette activité réformatrice fut un des traits dominants des évêques suffragants de la région étudiée. Nicolas Psaume était certes évêque titulaire de Verdun. Il n’en était pas moins dans la dépendance d’un patron puissant qui était le cardinal Charles de Lorraine-Guise. Jean Delphius (1553-1582) était suffragant de Strasbourg au temps des évêques Erasme de Limbourg et Jean de Manderscheid. Nicolas Psaume et Jean Delphius furent parmi les rares prélats du Nord de l’Europe à participer au concile de Trente lors de la session de 1551-1552, aux côtés de l’archevêque de Trêves, Jean d’Isenbourg. Ils s’employèrent à en répandre l’esprit ainsi que les décrets dans les synodes suivis par la publication de statuts synodaux. Les représentants de la génération suivante furent tout aussi zélés. A Metz, Antoine Fournier réalisa au moins trois visites (1592, 1602, 1606), il tint des synodes, il publia les statuts ainsi qu’un missel à l’usage du clergé en 1597. Il contribua fortement à l’établissement du premier séminaire diocésain en Lorraine qui fut installé à Pont-à-Mousson, près de l’université jésuite, en 1595. Dans le diocèse de Strasbourg, Adam Peetz entreprit dans les semaines qui suivirent sa nomination comme évêque suffragant une visite générale du diocèse (1605-1606) d’autant plus difficile à mener qu’elle avait lieu après dix ans de guerre. Elle fut la première visite pastorale entreprise en Alsace selon le modèle instauré par Charles Borromée. Elle fut renouvelée en 1614-1615. Leur organisation comme leurs décrets servirent de modèles aux successeurs proches et lointains d’Adam Peetz jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Entre-temps, il avait établi dans la petite ville de Molsheim, une véritable administration épiscopale avec, pour la première fois dans le diocèse, un Conseil ecclésiastique (1613) bien distinct des services de la Régence qui administraient les bailliages du prince-évêque. Il convient de s’en persuader : dans les grands diocèses de la région d’entre Meuse et Rhin c’étaient bien souvent, dans les années 1600, les suffragants de concert avec quelques religieux – jésuites le plus souvent – qui non seulement dirigeaient la pastorale mais surtout réformaient, rénovaient la vie religieuse.

Le temps des monarchies

6La carte de l’influence des grandes puissances, telle qu’elle résultait de celle des évêchés et des familles qui s’y trouvaient représentées, changea rapidement dans les années qui suivirent la mort du second cardinal de Lorraine. En fait, ce ne fut que le résultat d’une évolution dont les débuts sont perceptibles un demi-siècle plus tôt. Depuis les années 1565, en effet, les représentants du roi de France dans les trois évêchés ne laissaient plus passer une vacance de l’un des sièges épiscopaux sans intervenir. En Haute Alsace, les archiducs Habsbourg ne se contentaient pas de nommer les curés et de les contrôler. Depuis 1570, ils prenaient la tête du mouvement de réforme de l’Eglise qu’ils imposaient par ordonnances sans se préoccuper des droits de l’évêque de Bâle. En 1608, les Habsbourg obtinrent un nouveau champ pour le développement de leur activité politique et religieuse sur les bords du Rhin. Ils parvinrent à faire élire évêque de Strasbourg l’archiduc Léopold, frère du futur empereur Ferdinand II. Successeur de ce dernier dans le Tyrol et l’Autriche antérieure, après l’élection impériale de 1619, Léopold n’avait pas grand temps pour s’occuper de son évêché de Strasbourg. D’ailleurs, il quitta l’état ecclésiastique en 1625. Son successeur à la tête de l’Eglise de Strasbourg fut son neveu Léopold-Guillaume, fils de l’empereur Ferdinand II. Sur les champs de bataille, puis pendant dix ans gouverneur des Pays-Bas, l’archiduc ne vint pas une seule fois dans son évêché des bords du Rhin durant son épiscopat (1626-1662).

7C’est dire l’importance des fonctions du suffragant au cours de cette période. Adam Peetz mourut en 1626. Quelques années plus tôt, il avait fait venir en Alsace deux jeunes compatriotes, luxembourgeois comme lui, Paul et Jean-Marc d’Aldringen. Il leur avait obtenu des cures en Haute-Alsace, dans le mundat de Rouffach dépendantes de l’évêché de Strasbourg mais à proximité des terres patrimoniales des Habsbourg. La belle et rapide carrière accomplie par les deux ecclésiastiques vint beaucoup plus de leur frère aîné devenu général dans l’armée impériale puis maréchal de camp que de leur protecteur Adam Peetz. Aussi, à la mort de ce dernier, ce fut Paul d’Aldringen qui lui succéda comme évêque de Tripoli et suffragant de l’évêque de Strasbourg (1627). Quelques années plus tard, son jeune frère Jean-Marc devenait prince-évêque de Seckau, et l’un et l’autre étaient élevés grâce à la faveur dont jouissait leur aîné, à la dignité de comtes du Saint-Empire.

8La comparaison s’impose avec ce qui advint dans l’autre évêché possédé par le cardinal Charles de Lorraine après le décès de celui-ci (1607). A Metz, Henri IV fit nommer sans difficultés – bien que les dispositions du concordat de Bologne ne pussent y avoir effet – un prélat français, le cardinal Anne de Perusse d’Escars de Givry. Celui-ci n’était là en réalité que pour assurer la transition avec le personnage qui devait être, selon le plan du roi, le véritable successeur du cardinal de Lorraine, son propre fils Henri de Bourbon-Vemeuil. Il en fut fait ainsi en 1612. Mais pas davantage que les archiducs en Alsace, l’illustre bâtard ne vint en Lorraine durant son épiscopat de quarante ans (1612-1652). Plus que jamais, la présence d’un suffragant à Metz était nécessaire. Or, ceux qui occupèrent la fonction au cours de la première moitié du XVIIe siècle furent tous des hommes proches de la cour de France, qui même parfois y exerçèrent leurs fonctions. André Valladier, un ancien Jésuite, fut le successeur d’Antoine Fournier. Il avait été prédicateur ordinaire de Henri IV. Il en alla de même de son successeur, le dominicain Nicolas Coeffeteau qui joignait à cette qualité celle d’être le disciple de l’homme le plus influent dans toute l’Eglise de France au cours des premières années du XVIIe siècle, le cardinal Jacques Davy Du Perron. Lorsque Nicolas Coeffeteau fut désigné par le roi pour occuper le siège de Marseille, il fut remplacé à Metz par Etienne de Puget. Ce dernier était le fils d’un trésorier de l’Epargne qui, en son temps, avait défrayé la chronique. Lui-même avait épousé la fille d’un maître des Comptes et n’était entré dans les ordres qu’après son veuvage. Parfait représentant du monde de la robe, très lié à plusieurs membres illustres du Parlement de Paris, lui-même issu des offices de finances, Puget devenait l’homme de la situation au temps où le roi songeait à la mise en place d’une administration dans les évêchés (création du Parlement de Metz en 1633). Son successeur le cordelier Martin Meurisse, bien que fort différent, était aussi lié au monde des officiers de finances et de judicature qui constituaient les gros effectifs du "parti dévot" et de la Compagnie du Saint-Sacrement. Il était aussi dans l’intimité des hommes pieux qui bénéficiaient de la sympathie et de la protection du frère du roi, Gaston d’Orléans. Les raisons qui avaient guidé le choix des suffragants de Metz pendant la première moitié du XVIIe siècle montraient l’importance que la monarchie française accordait à cette fonction dans ce poste avancé proche des terres d’Empire. A l’évidence, les considérations religieuses n’étaient pas seules prises en compte mais, tout autant et parfois davantage, celles qui pouvaient favoriser la consolidation de la présence française sur les marges du royaume. N’en était-il pas de même de Strasbourg lorsque l’archiduc, évêque en titre, choisissait pour le suppléer sur place un homme de confiance, frère du général de l’armée impériale ?

9Cette situation préfigurant l’affrontement entre la maison de France et la maison d’Autriche, n’entraînait pas pour autant l’abandon de préoccupations spirituelles ou confessionnelles. Nicolas Coeffeteau qui avait contribué à la publication de l’ouvrage de son patron, le cardinal Du Perron, Examen du livre du sieur du Plessis (Mornay) contre la messe (1617) était un prédicateur et un controversiste réputé. Sa nomination à Metz que son prédécesseur, André Valladier, nommait "la ville de France la plus gangrenée" par l’hérésie se justifiait donc pleinement. A Metz, la France semblait, grâce à Nicolas Coeffeteau, suivre la même voie que celle qui avait été adoptée, à la fin du siècle précédent, par la maison d’Autriche en Haute Alsace. Dans les années 1580 le curé Johann Rasser puissamment soutenu par la régence d’Ensisheim avait tout à la fois engagé la controverse avec la bourgeoisie luthérienne de Colmar et, parallèlement, mis en place les fondements de ce qui allait devenir le collège des Jésuites de la petite résidence des Habsbourg en Haute Alsace (1584). L’établissement des Jésuites à Metz en 1622 par l’évêque suffragant répondait au même besoin d’intensification de l’apologétique et de défense du catholicisme. Dans quelle mesure cette intense activité de Contre-Réforme ne prenait-elle pas sa place dans une stratégie de concurrence entre les deux grandes monarchies qui se voulaient championnes l’une et l’autre de la cause catholique ?

10On savait bien, de part et d’autre des Vosges que la lutte contre le protestantisme était vouée à l’échec si elle ne s’accompagnait pas d’un effort considérable d’instruction et d’édification des catholiques. L’évêque suffragant de Strasbourg, Adam Peetz en était parfaitement conscient. Non seulement il soutint constamment les Jésuites de Molsheim mais il contribua aussi à la consolidation de leurs établissements (collège, séminaire, église) et à l’intensification de leur action. Soucieux de développer la piété des fidèles des villes et des campagnes, il entreprit activement la restauration des anciens pèlerinages (Marienthal près de Haguenau, le Mont-Sainte-Odile) qui étaient longtemps restés à l’abandon du fait des progrès de la Réforme, puis des guerres. Dans l’évêché de Metz, le cordelier Martin Meurisse, évêque de Madaure (1628-1644) engageait les curés à instruire leurs ouailles de la doctrine catholique dans tous ses articles, grâce à une prédication régulière. Pour parfaire cette œuvre, il organisa à Metz de janvier à avril 1644 une immense mission de quatre mois pour laquelle il fit appel aux prêtres de la Compagnie de Pierre de Bérulle, les Oratoriens. Il indiquait ainsi clairement, mieux encore que par l’approbation qu’il avait donnée l’année précédente à La fréquente communion d’Antoine Arnauld, le courant spirituel qui avait ses préférences. Il serait sans doute exagéré d’avancer que la mission de 1644 à Metz obéissait à un plan de propagande janséniste. Mais il n’est pas inexact de voir en Martin Meurisse, comme le fit René Taveneaux, l’un de ceux qui fit connaître en Lorraine la doctrine augustinienne de la Grâce telle qu’elle était entendue à Paris dans les milieux proches d’Arnauld et de l’abbé de Saint-Cyran que Meurisse avait fréquentés. Le soutien sans réserve, qu’à la même époque, Adam Peetz puis Paul d’Aldringen apportaient aux Jésuites de la province de la Rhénanie supérieure qui travaillaient dans le diocèse de Strasbourg, contribua, sans doute, à tenir l’Alsace à l’écart du mouvement janséniste, et cela définitivement. On saisit les conséquences pour l’avenir religieux des deux régions voisines, l’Alsace et la Lorraine, des options différentes prises par quelques évêques suffragants du début du XVIIe siècle.

  • 2 M. VEISSIERE, L’évêque Guillaume Briçonnet (1470-1534), Provins, 1986.
  • 3 "Weihbischofe und nichtadelige Stifte im 16. und 17. Jahrhundert", colloque de Mayence org (...)

11Certes, l’enquête ainsi engagée devrait se prolonger tant dans l’espace – car la présence de suffragants ne fut pas un privilège des régions situées à proximité de la frontière – qu’en profondeur. Autour du prélat, il existait le plus souvent une équipe. Ce qui a été réalisé à propos de Guillaume Briçonnet devrait pouvoir être pratiqué dans beaucoup d’autres cas2. L’enjeu est d’importance. Il s’agit d’examiner comment s’exerçait le pouvoir dans l’Eglise ancienne ; comment la doctrine était fixée et surtout, en raison de la mobilité du personnel étudié, par quels réseaux elle était diffusée et appliquée. Peut-être, en outre, y trouverait-on quelques lueurs nouvelles sur les rapports complexes qui unissaient sous l’Ancien Régime l’Eglise et l’Etat. Ce sont sans doute ces raisons – et d’autres encore – qui ont conduit récemment un groupe de chercheurs allemands à entreprendre une enquête sur les évêques suffragants de Saint-Empire3.

ANNEXE

Metz

Evêques titulaires

1568-1578 Louis de Lorraine-Guise, cardinal

1578-1607 Charles de Lorraine, cardinal (également évêque de Strasbourg)

1608-1612 Anne de Pérusse d’Escars de Givry, cardinal

1612-1652 Henri de Bourbon-Verneuil

Suffragants

1574-1610 Antoine Fournier, év. tit. de Basilis

1610-1617 André Valladier

1617-1621 Nicolas Coeffeteau, év. tit. de Dardanie

1623-1628 Etienne de Puget, év. tit. de Madaure

1628-1644 Martin Meurisse, ev. tit. de Madaure

Strasbourg

Evêques titulaires

1569-1592 Jean de Manderscheid-Blanckenheim

1592-1607 Charles de Lorraine, cardinal (également évêque de Metz)

1608-1625 Léopold, archiduc d’Autriche

1625-1662 Leopold-Guillaume, archiduc d’Autriche

Suffragants

1553-1582 Jean Delphius, ev. tit. de Tripoli

1605-1626 Adam Peetz, ev. tit. de Tripoli

1627-1644 Paul d’Aldringen, ev. tit. de Tripoli

Notes

1 R. TAVENEAUX, Le jansénisme en Lorraine 1640-1789, Paris, 1960 ; Le diocèse de Metz sous la direction de H. TRIBOUT DE MOREMBERT, Paris, 1970 ; Le diocèse de Strasbourg, sous la direction de F. RAPP, Paris, 1982, p. 64-167, chapitres de F. RAPP, L. CHATELLIER ; Encyclopédie illustrée de la Lorraine. La vie religieuse, sous la direction de R. TAVENEAUX, Nancy-Metz, 1988, p. 83-150, chapitres de G. VIARD, M. PERNOT ; Die Territorien des Reiches im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung. Land und Konfession 1500-1650, sous la direction d’A. SCHINDLING et W. ZIEGLER, Munster, 1993, p. 50-71, article Trèves H. G. MOLITOR ; p. 73-95 article Strasbourg, F. RAPP ; p. 96-122, article Lorraine, Metz, Toul, Verdun, L. CHATELLIER ; Die Bischöfe des Heiligen Romischen Reiches 1450 bis 1648, Ein biographisches Lexikon, sous la direction de E. GATZ, Berlin, (à paraître), articles Metz, Toul, Verdun, Strasbourg par L. CHATELLIER.

2 M. VEISSIERE, L’évêque Guillaume Briçonnet (1470-1534), Provins, 1986.

3 "Weihbischofe und nichtadelige Stifte im 16. und 17. Jahrhundert", colloque de Mayence organisé par l’Institut fur Mainzer Kirchengeschichte sous la direction du professeur Friedhelm JURGENSMEIER, février 1994.

Auteur

Université de Nancy II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search