Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Du bois pour dieu ? Réflexions sur quelques choix prioritaires ou imposés faits par les communautés nivernaises dans l’emploi de leurs revenus forestiers

Jean Boissière

Texte intégral

  • 1 P. CORNU, Etudes sur les forêts nivernaises du XVIe à la fin du XVIIIe siècle, thèse, 1906, éd. 198 (...)

1Parmi les revenus communaux dont le produit va concourir, au XVIIIe siècle, au service de Dieu et de l’Eglise se situent, en bonne place, les ventes de bois dont l’Etat autorise la coupe exceptionnelle. On a, depuis longtemps, signalé, pour le Nivernais, cette utilisation d’un revenu dont le fruit était le résultat de la remise en ordre colbertienne des eaux et forêts lentement poursuivie jusqu’au cœur du règne de Louis XV1. Dans un premier temps, en effet, les communautés, qu’il s’agisse des villages ou des petites villes dispersées dans le pays, habituées à gérer les fonds communaux selon la vieille pratique de l’usage, ne purent accepter les modes d’exploitation rationalisés et contrôlés introduits par les maîtrises royales et firent une obstruction sourde que l’Etat ne surmonta vraiment qu’en deux à trois générations. L’imbrication, par ailleurs, dans nombre de secteurs, des intérêts seigneuriaux et communaux retarda, jusqu’à la mise en place massive de cantonnements des bois à la fin de l’ancien Régime, la possibilité d’aboutir à des règlements satisfaisants. C’est, sans doute, ce qui explique la lenteur avec laquelle, en Nivernais, les bonnes habitudes sont prises : ce n’est que peu à peu que les bois sont bornés, arpentés, répartis selon le rapport de 1 à 4 en réserve destinée à croître en futaie et en taillis dont l’aménagement doit permettre une coupe en principe annuelle de rejets ayant atteint une vingtaine d’années dans la plupart des cas. A ces revenus réguliers le principe de la conservation de baliveaux à l’intérieur des coupes ajoute, au bout d’une quarantaine d’années, une espèce de prime que peut compléter l’autorisation accordée de manière exceptionnelle par le conseil du roi de pratiquer l’exploitation du quart de réserve. Ce sont ces ressources extraordinaires dont l’emploi va permettre d’entreprendre des travaux dont l’importance n’est pas, parfois, sans nous surprendre quand nous pouvons en saisir les projets et les réalisations.

VILLES ET VILLAGES DU NIVERNAIS
BÉNÉFICIANT D’UN FINANCEMENT D’ORIGINE FORESTIÈRE
POUR LA RÉALISATION DE LEURS TRAVAUX ÉDILITAIRES
(XVIIIème SIÈCLE)

  • 2 R. MOUSNIER, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, t. 1, p. 431.

2On ne peut, cependant, apprécier la valeur des choix que font alors les communautés, qu’elles soient rurales ou urbaines, sans rappeler le cadre étroit dans lequel elles sont tenues de les exprimer. Traditionnellement, en effet, il leur incombe de construire et d’entretenir l’église, le presbytère, la maison d’école et la maison commune selon les besoins. Une ordonnance de 1695 avait précisé ces responsabilités mettant à la charge des habitants l’entretien de la nef, du clocher, des cloches, de l’horloge et du presbytère2. De même l’entretien des chemins d’intérêt local, des ponts et du pavé des rues et des abords de la localité relevait de la commune. Dans ces conditions on ne peut être étonné de retrouver régulièrement dans les procès-verbaux des assemblées de communautés, auxquels font référence les arrêts du conseil royal autorisant les ventes exceptionnelles de bois, l’annonce de travaux de ce type. On est là au niveau de l’application banale de règlements dont le non respect risquait de rendre, a priori, la demande d’exploitation des bois irrecevable : dans les pratiques édilitaires du temps l’entretien des édifices destinés au service de Dieu et à ses prolongements sociaux était placé par la loi au premier plan des obligations collectives des communautés.

  • 3 Pour l’ensemble des faits et données évoqués ici cf. à la date de référence Arch. dép. Nièvre, B Ma (...)

3Cela dit il n’est pas tout à fait sans intérêt d’observer, autant qu’on le peut, de quelle manière ces données du temps ont été mises en œuvre sur le terrain. Nous avons retrouvé, au travers des registres de la maîtrise royale des eaux et forêts de Nevers, des informations touchant 23 des 92 communautés que l’administration forestière recense, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, lors de ses assises annuelles, soit un quart du total3. Il s’agit donc d’une minorité de privilégiés dont la situation favorable doit, sans aucun doute, être mise en relation avec une régularisation administrative de leurs bois engagée suffisamment tôt dans le siècle pour qu’ils puissent en tirer profit au bénéfice de leur équipement communal. Quinze d’entr’elles ont un projet de restauration de l’édifice consacré au culte et à ses annexes habituelles, sacristie, presbytère, clocher et cimetière. Les raisons techniques invoquées sont, le plus souvent, liées à la vétusté des bâtiments dont certains, comme l’église de Saint-Benin des bois en 1762, sont présentés comme tombant littéralement en ruine. Les réfections de charpente, de pavé et de maçonnerie constituent les points majeurs de ces travaux. A sept reprises est notée la nécessité d’intervenir au bénéfice de la maison presbytérale : à Chevanne-sous-Montenoison elle est, en 1789, entièrement à reconstruire. Il en est de même à Cuncy-les-Varzy en 1767 ; à Tannay à la même époque sa remise en état fait partie des réparations municipales urgentes. La question du cimetière apparaît cinq fois. Il s’agit, le plus souvent, d’en refaire les murs (à Surgy, Ouaigne, Maison-Dieu), alors qu’à Clamecy, en 1740, on désire en établir un nouveau. L’attention portée au clocher par cinq de nos communautés ne se limite pas à la restauration du bâti bien que celui-ci ait été quelquefois fortement endommagé par la foudre (Maison-Dieu, 1767, Savigny-les-Chanoines, 1773) ou tombe en ruine comme à Saint-Benin des Bois en 1762. On s’intéresse aussi aux cloches : Ouaigne en 1739 et Surgy en 1767 veulent s’équiper d’un engin de plus gros volume "pour pouvoir, dit-on dans la première de ces communautés, être entendu des hameaux éloignés de l’église dépendant de la paroisse". Quant à la question de la sacristie elle est abordée à trois reprises : à Surgy en 1767 où elle est à refaire, à Saint-Saulge où la charpente est menacée, enfin, dans la petite localité du Ouaigne qui désire en construire une à la même date.

4Tous ces projets, si importants soient-ils, n’épuisent pas, il s’en faut, le champ des préoccupations communales. L’intérêt porté à l’amélioration des routes, chemins et ponts est omniprésent dans un pays où les conditions générales de la circulation sont particulièrement médiocres à la mauvaise saison. Sur le Beuvron, à Thurigny, à Ouaigne, voire à Chevannes on a besoin de construire ou de reconstruire un pont. Surgy, localité située sur la rive gauche de l’Yonne à quelques km en aval de Clamecy, se propose, en 1767, d’en élever trois. Clamecy, en 1740, a besoin de reconstruire le sien. A Ouaigne on souhaite, en 1739, remplacer le petit pont de bois simplement piétonnier (3 pieds de large, c’est-à-dire en gros un mètre) par un ouvrage de pierre susceptible de servir "pour les troupes et le curé". A Thurigny on évoque plus modestement le passage du bétail (1772). Quant à l’entretien des chemins il est présent pour la part qui peut en incomber à la communauté. Il s’agit essentiellement des secteurs pavés qui bordent le pont (Ouaigne), l’église (Surgy), les rues (Saint-Saulge en 1766, Prèmery en 1735). Quoi qu’en disent certains de nos textes on en est, à ce point, à des préoccupations de type strictement édilitaire. Il y a là un secteur qui tend à se développer en fonction des moyens dont disposent les localités et, peut-être, de l’avancement du siècle. Il faut ici faire une place à part à cette calamité du monde moderne que représente l’incendie. A six reprises nous trouvons référence à de tels sinistres : à Cuncy-les-Varzy, en 1767, date à laquelle une partie du village est à reconstruire ; à Pousseaux, où, à la même époque, 71 maisons sont endommagées ; à Dompierre et Saint-Bonnot, près des sources de la Nièvre, où nombre d’immeubles ont également besoin de réparations, dès 1729, pour les mêmes raisons. Ailleurs on cherche à s’équiper de manière préventive : à Thurigny on se propose de réparer les fontaines (1772), à Tannay l’abreuvoir doit être transformé en un réservoir contre l’incendie (1785). D’une manière générale, d’ailleurs, la question des puits et des fontaines publiques s’insinue peu à peu dans les préoccupations municipales : à Dornecy dès 1740, à Tannay en 1764, à Saint-Saulge en 1766 on envisage de se doter de tels édifices.

5L’horloge et le collège sont, en quelque sorte, l’aboutissement privilégié de ces investissements. Seules trois localités peuvent envisager le premier : les habitants de Prèmery, en 1735, veulent changer la leur qui est "usée de vétusté". Saint-Saulge, en 1766, souhaite, avec l’accord de l’intendant, en acquérir une. Deux ans plus tôt Tannay se proposait de changer la sienne mais, à vrai dire, l’opération ne sera pas encore réalisée en 1785. Plus importante encore est la préoccupation de l’école et du collège. On la rencontre à Prèmery dès 1735, où la maison du maître d’école est à reconstruire. Mais à Châtel-Censoir et à Tannay, surtout à Clamecy se pose la question du collège et de son entretien. Dans cette dernière localité elle traverse le siècle, régulièrement évoquée à chaque coupe de la réserve (1740, 1763, 1783). A cette date Tannay, qui avait les mêmes ambitions vingt ans plus tôt (1764), préfère, entr’autre, acheter un terrain pour construire un hôtel de ville et réparer la place publique qui sert de marché.

6Telles sont, à peu de chose près, les ambitions de ces petites communes rurales, si l’on ajoute, pour terminer, le projet de Dornecy, en 1740, de réparer l’auditoire (sans doute seigneurial) de justice. On a donc bien affaire à un ensemble de préoccupations qui visent à l’entretien et à la modernisation des services publics les plus humbles dont une collectivité constituée peut souhaiter se doter, du moins dans un système public dans lequel la séparation de l’Eglise et de l’Etat n’est pas prononcée. Dans ces conditions on mesure de quel poids pèse sur la communauté l’entretien du culte et ses annexes : église, presbytère, cimetière, voire école et collège. Aucune communauté, en fait, ne se dispense d’engager des frais en ce domaine, huit d’entr’elles entreprenant deux sinon trois chantiers au bénéfice du complexe immobilier destiné à entretenir une présence spirituelle dans la paroisse. Une partie, il est vrai, des édifices à conserver s’insère également dans la vie communale : l’école, le collège sans nul doute, mais également le cimetière et, comme seul lieu où la collectivité peut s’assembler, l’édifice du culte. Ce n’est qu’à l’extrême fin de la période qu’apparaît dans une seule des communautés le désir d’acquérir un terrain pour construire une maison commune. En revanche le système hospitalier est totalement exclu de ces formes de financement, sans doute parce qu’il bénéficie de son propre réseau de dotation et de revenus.

7Quoi qu’il en soit on ne peut considérer que le service du spirituel se dissout entièrement dans la satisfaction d’un certain nombre de besoins édilitaires dont il se distinguerait mal. Certains signes sont là qui témoignent de sa forte spécificité et attestent une attente particulière : à Dompierre on veut ajouter aux travaux de réparation de l’église une dotation pour l’entretien d’un prêtre (1729). A Brèves et Sardy on se préoccupe de l’achat de "vases sacrés" (1769) après, il est vrai, qu’ils aient été volés. A Saint-Firmin de Bussy, petit village perdu dans la campagne, on souhaite non seulement payer le curé des réparations qu’il a dû faire pour l’église et le presbytère mais on projette l’achat d’ornements et de linges pour le culte. Mais c’est à Pousseaux que l’on peut, à la lecture des conditions que met l’autorité diocésaine à l’attribution de l’autonomie paroissiale, mesurer l’importance des engagements auxquels la communauté accepte de se soumettre. C’est l’occasion pour nous, également, de faire le compte de l’équipement considéré alors par l’autorité religieuse comme le minimum indispensable au fonctionnement, dans la dignité, du culte. Les exigences de l’évêque d’Auxerre sont en effet les suivantes en plus de l’agrandissement de la chapelle locale présentée, vu l’accroissement démographique, comme trop petite : l’achat d’un terrain et la construction d’un presbytère estimé à 3500 livres, des frais d’officialité (350 1.), l’établissement d’une rente perpétuelle pour le prêtre de 500 livres au capital de 12500 (à 4 %), plus "un soleil, un ciboire, deux chapes, deux chazubles, deux tuniques, des aubes, napes, surplis et autres ornements d’église, une boite des saintes huiles portative, un tabernacle, un calice, une bannière, une croix de procession, huit chandeliers d’autel, un encensoir, trois croix d’autel et de l’œuvre, un antiphonaire noté, cinq processionneaux, un graduel noté". A ces auxiliaires liturgiques considérés comme indispensables, l’autorité diocésaine ajoute encore les fonds baptismaux, un confessionnal, un lutrin et un banc des chantres, l’installation d’une balustrade autour du chœur avec deux portes et une stalle pour le curé, un banc de sacristie, une armoire et deux petits autels. Et, pour faire bonne mesure, elle impose également la construction de murs au cimetière, d’un escalier de bois "à monter sur les voutes du clocher", la pose de lambris à l’extérieur de l’église "pour empécher la pluie et la neige d’y tomber" ainsi que l’adjonction d’une lampe, de deux pierres de marbre consacrées et d’une cloche. L’opération doit s’accompagner d’un certain nombre de formalités administratives : enquête de commodo-incommodo, obtention et homologation de lettres patentes d’érection en communauté indépendante et nombre d’autres démarches qui font estimer la facture finale à plus de 17600 livres. A ce prix là le village mettra près de vingt ans pour réaliser cet ambitieux programme.

8Car il n’est pas rare que d’autres impératifs soient jugés par les représentants de l’autorité comme prioritaires par rapport à ces motifs pieux. L’autorité forestière de tutelle, notamment, conserve toujours un droit de regard sur le produit des coupes exceptionnelles et il est même assez habituel qu’elle n’accorde l’autorisation d’abattre réserves ou baliveaux de plus de quarante ans que pour hâter l’achèvement d’un aménagement imparfait. Ainsi en est-il pour onze de ces communautés qui paraissent avoir plus ou moins échappé aux efforts de contrôle de l’Etat dans ce domaine. Lormes, Prèmery, Ouaigne, Dornecy, Châtel-Censoir, Courcelles-les-Varzy sont ainsi, tour à tour, dans la première moitié du siècle mis en demeure soit d’achever l’arpentage de leurs espaces boisés, soit de revoir l’ordre et la durée de leurs révolutions de coupe. Dans la deuxième moitié du siècle c’est l’établissement convenable d’une réserve qui retient toute l’attention des agents de l’Etat : à Clamecy en 1762, à saint-Firmin de Bussy en 1767, à Pousseaux en 1783 et à Ourouer. A sept reprises également l’obligation de revoir les conditions de bornage et l’état des fossés est imposée par l’arrêt du Conseil qui autorise la coupe et le fait est d’autant plus intéressant qu’il s’agit, pour cinq d’entr’elles, de décisions datant de la dernière décennie de l’Ancien Régime, ce qui témoigne qu’un certain nombre de localités, parmi lesquelles on doit compter la ville de Clamecy et quelques villages alentour, ont pu défier jusqu’au bout les exigences minimales de l’administration. Mais on doit considérer comme l’impératif le plus présent et le mieux marqué l’installation de gardes puisque treize localités se voient, tour à tour, imposer leur présence et, le plus souvent, par paire, pour des raisons évidentes d’efficacité. L’année 1767 notamment fut particulièrement prolifique en ce domaine puisque cinq communautés se virent imposer l’obligation d’avoir deux gardes. Mais, quand s’ouvre la dernière décennie de l’ancien Régime il y a encore six communautés villageoises qui en sont dépourvues et à qui la maîtrise en fera nécessité. Clamecy, une fois encore, en fait partie, tout comme Pousseaux, Tannay ou Thurigny, localités proches de la capitale régionale du flottage.

  • 4 Inférieur à 15001. pour la ville de Prèmery en 1760. Arch. dép. Nièvre, 1 C 211, Etat des revenus d (...)

9Toutes ces exigences se traduisent, en fait, par des engagements de frais prioritaires qui peuvent reléguer provisoirement une partie des objectifs spirituels ou édilitaires au niveau de projets superflus ou accessoires. Il n’est pas toujours facile d’apprécier, faute d’information globale suffisante, l’usage réel qui fut fait des fonds procurés par les ventes exceptionnelles. Mais il est intéressant de comparer, dans les cas (un sur deux environ) pour lesquels nous connaissons la valeur des devis des travaux à réaliser, recettes et dépenses. Nous constatons qu’en moyenne les secondes n’engagent que 55 % des premières. Ainsi voyons-nous, en 1759, le village d’Armes, véritable avant-port de Clamecy, ne consacrer que 6 000 livres des 10 256 produites par la vente des bois à la réalisation d’ambitieux projets au bénéfice de l’église, du clocher, du cimetière, du presbytère et des chemins. Saint-Saulge, en 1767 vend pour 14 490 livres de bois sur pied et concède ses travaux par une adjudication au rabais de 6 000 livres alors que la charpente de l’église est à reprendre, les portes de la ville à restaurer, le pavé à refaire, un puits et une fontaine à construire et une horloge à acquérir. Dans ces conditions on n’est pas peu étonné de constater que, pour les 17 localités sur lesquelles nous sommes renseignés l’une d’entr’elles, Prèmery, aujourd’hui, il est vrai, chef-lieu de canton, engage pour plus de 35 000 livres de travaux pour la seule année de 1759 ; qu’un village comme Dornecy peut, en l’affaire de quinze ans, investir en travaux plus de 40 000 livres ; bref, pour le groupe appréhendé par nos sources, c’est une capacité moyenne d’investissement de l’ordre de 13 000 livres que nous pouvons dégager alors que les budgets ordinaires de ces communautés restent extrêmement modestes4.

  • 5 Adjudicataire des travaux de Tannay en 1768 (pour 17 9001.) et de ceux de Dompierre en 1770 (pour 2 (...)

10Il y avait donc là une aubaine autour de laquelle les convoitises furent, sans doute, nombreuses. En témoigne la large attraction qu’exercèrent sur les entrepreneurs de la région les mises en adjudication de ces travaux. Autre constatation qui n’est pas sans valeur, de la quinzaine de ceux dont les noms viennent jusqu’à nous émergent quelques patronymes bien connus pour leur activité dans le commerce des bois de la région. Tels sont, par exemple, les noms de Bonneville, Bossu, Faulquier, Hollier, Marandat, Seguin, et, comme il était prévisible dans ces conditions, tant ses activités le mènent alors d’un bout à l’autre du Nivernais en attendant ses engagements parisiens, F. Gavard, l’inévitable5.

11Les conditions du contrat furent elles respectées ? La qualité de notre source nous permet de le vérifier pour une dizaine de cas pour lesquels la fin des travaux est marquée par la visite des chantiers par le maître des eaux et forêts accompagné d’un expert. Une seule fois, à notre connaissance, l’enveloppe financière n’a pu être tenue. Dans tous les autres cas l’adjudicataire obtient quitus de ses engagements deux à trois ans après la mise en route des opérations et il ne tient qu’à la vigilance du lecteur de faire le rapprochement avec la mise en place antérieure du contrat. Dans ces conditions on a bien l’impression d’un système solidement ancré dans des pratiques culturelles dominantes à une époque où la prospérité en rend, peut-être, l’exercice sans histoire.

Notes

1 P. CORNU, Etudes sur les forêts nivernaises du XVIe à la fin du XVIIIe siècle, thèse, 1906, éd. 1981, Nevers, 296 p. Cf. également sur la question, à propos de l’Auxerrois tout proche mais où les conditions coutumières ne sont pas tout à fait comparables, A. CORVOL, L’homme et l’Arbre sous l‘Ancien Régime, Paris, 1984, 758 p.

2 R. MOUSNIER, Les institutions de la France sous la monarchie absolue, t. 1, p. 431.

3 Pour l’ensemble des faits et données évoqués ici cf. à la date de référence Arch. dép. Nièvre, B Maîtrise royale des eaux et forêts, 11,12, et 13, Registres des règlements de bois des ecclésiastiques, gens de mainmorte et communautés et déclarations des particuliers, 1730-1790, soit 25 registres.

4 Inférieur à 15001. pour la ville de Prèmery en 1760. Arch. dép. Nièvre, 1 C 211, Etat des revenus de la ville de Prèmery.

5 Adjudicataire des travaux de Tannay en 1768 (pour 17 9001.) et de ceux de Dompierre en 1770 (pour 20 000 1.). Sur cet important marchand de bois Cf. notre thèse de doctorat d’Etat Populations et économies du bois dans la France moderne Contribution à l’étude des milieux forestiers entre Paris et le Morvan au dernier siècle de l’Ancien Régime (vers 1685-vers 1790), t. 2, chap. 6, p. 150-159.

Table des illustrations

Légende VILLES ET VILLAGES DU NIVERNAISBÉNÉFICIANT D’UN FINANCEMENT D’ORIGINE FORESTIÈREPOUR LA RÉALISATION DE LEURS TRAVAUX ÉDILITAIRES(XVIIIème SIÈCLE)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19203/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search