Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Les clercs, spiritualité et vie matérielle

Un tribunal inquisitorial mal connu : le tribunal de Sardaigne

Bartolomé Bennassar

Texte intégral

  • 1 A propos du tribunal de Sardaigne on peut consulter Agostino BORROMEO, Contributo allo stu (...)

1On sait qu’un certain nombre de tribunaux de district de l’inquisition espagnole, créés par son Conseil suprême et soumis à sa juridiction étaient extérieurs à l’Espagne continentale : outre les tribunaux des Baléares et des Canaries, installés à Majorque et à Las Palmas, et les trois tribunaux américains, deux autres contrôlaient des populations majoritairement non espagnoles : ceux de Sardaigne et Sicile, deux îles qui relevaient de la Couronne d’Aragon. Or, le tribunal de Sardaigne est généralement négligé et tient fort peu de place dans les histoires générales de l’inquisition espagnole. Son cas est cependant très loin d’être dénué d’intérêt1.

Des commencements difficiles

  • 2 Bruno ANATRA, Storia d’Italia, T. X, La Sardegna medioevale e moderna, éd. UTET, Torino, 1 (...)

2Les débuts de l’histoire du tribunal de Sardaigne sont encore confus. Il est presque certain que le premier inquisiteur de l’île, Micer Sancho Marin, débarqua en Sardaigne en 1492. Les premiers inquisiteurs de la nouvelle juridiction de la Foi, qu’Isabelle et Ferdinand avaient obtenue de la Papauté, avaient été installés à Séville dix ans avant. Ferdinand d’Aragon n’avait donc pas tardé à mettre en place un embryon de la nouvelle instance, afin de prendre le relais de l’inquisition médiévale que la Sardaigne avait connue comme les autres Etats de la Couronne d’Aragon mais qui, à la fin du XVe siècle, était "morte de consomption", selon l’expression de Bruno Anatra2.

3Cette première tentative ne fut pas très heureuse : Sancho Marin éprouva les pires difficultés avec les Sardes, au point que, six ans plus tard, il fut expédié en Sicile. Il fut remplacé, semble-t’il, par deux inquisiteurs dont l’un siégeait à Cagliari (Caller dans la langue du temps) et l’autre à Alghero, le principal foyer de l’implantation catalane. Quelques procès furent instruits de 1497 à 1502 contre des gens, presque tous d’origine espagnole et résidant à Cagliari, dont les noms et les activités suggèrent irrésistiblement l’appartenance "conversa". De la sorte, grâce aux biens confisqués, le tribunal se procura aussitôt des ressources.

4Les historiens sardes ne sont pas du même avis en ce qui concerne la date du transfert du tribunal à Sassari (Sacer). Cependant, il semble bien que ce transfert se soit opéré dans la décennie 1550, comme le croient G. Sorgia et B. Anatra, et non dès la fin du XVe siècle, comme le pense Michele Pinna. Les incertitudes de la chronologie sont dues à l’activité réduite du tribunal sarde au cours de la première moitié du XVIe siècle et au fait que son personnel était très peu nombreux : en 1514, huit personnes seulement dont trois ecclésiastiques qui avaient en charge les fonctions de justice tandis que les cinq laïques géraient les fonctions techniques et administratives, tout en ayant généralement un autre emploi public.

5Le problème le plus difficile qu’ait rencontré le Saint Office de Sardaigne au cours de son histoire fut celui de son autorité réelle, de sa compétence, face aux autres pouvoirs, celui du Vice-Roi d’une part, celui de l’archevêque et des évêques de l’île de l’autre, dont par son action il confisquait partiellement les fonctions et les prérogatives. Cela fut évident d’emblée : lorsque la nouvelle Inquisition, à peine installée en Sardaigne, voulut lancer l’attaque contre les "conversos", avec la protection de Ferdinand, elle eut fort à faire : dès 1512, le vice-roi Rebolledo fut menacé d’excommunication par l’inquisiteur pour avoir donné asile à un "converso" condamné par contumace à Saragosse. Or, il s’agissait là d’une circonstance fréquente : poursuivis par le Saint Office dans d’autres districts, des "conversos" se réfugiaient en Sardaigne où il était relativement facile d’échapper à un tribunal dont les moyens en hommes et en argent étaient faibles. Durant la première partie de son histoire le tribunal sarde ne parvint pas à se ménager un espace de pouvoir substantiel entre la juridiction vice-royale et la juridiction épiscopale.

6Les conseillers de Charles-Quint avaient cru trouver la solution en nommant comme inquisiteur de Sardaigne l’évêque d’Alès, Giovanni Sanna, un Sarde, qui s’entoura de "naturels" de l’île, dont son collaborateur le plus direct, le chanoine Andrea, et recruta des familiers dans sa parentèle. Mais l’évêque Sanna s’occupa surtout de Cagliari et de ses environs : d’ailleurs près de la moitié des 50 familiers résidaient à Cagliari ou dans ses faubourgs. Vers 1540, l’inquisition sarde demeurait ingouvernable. La situation s’améliora pendant quelques années grâce à la double mission confiée à Pietro Vaquer, évêque d’Alghero, en 1543 : Visiteur du royaume et commissaire du Saint Office, Vaquer définit avec soin les compétences du tribunal et lui donna l’exclusivité de la gestion du problème des renégats, ce qui donnait au tribunal un rôle évident de service secret. Mais vers 1550, avec la reprise de la charge d’inquisiteur par Sanna la situation s’était à nouveau dégradée.

Faiblesse des ressources et conflits de compétences

7Si on y regarde de près on constate qu’une bonne partie des difficultés du tribunal sarde procède de la faiblesse de ses ressources, qui génère d’autres maux. Les confiscations de biens ne lui procurèrent l’aisance financière qu’à ses tout débuts, lorsque ses clients étaient les familles de judaïsants installées dans l’île. Il n’y avait presque pas de morisques en Sardaigne où le luthéranisme ne s’implanta pas : de 1540 à 1700, neuf cas de luthéranisme seulement sont recensés. L’activité du tribunal fut donc réduite : la Suprême obligea d’autres tribunaux qui avaient bénéficié de confiscations fructueuses (Majorque, Llerena, Saragosse) à accorder une aide financière au tribunal sarde mais il ne s’agit que de secours conjoncturels. Les rois demandèrent plusieurs fois au Pape, en 1580, puis en 1618, de transférer les bénéfices d’un ou deux canonicats au tribunal, comme cela se fit dans d’autres districts, mais en vain. Pour comble, on a la preuve que deux inquisiteurs au moins, Pefia et Diego Calvo, se laissèrent aller à des malversations en conservant à leur profit une part des biens confisqués.

8Ce manque de ressources financières produisit un système dont les inconvénients sont évidents et qui contribua à multiplier les conflits de compétences : l’usage du "pluriemploi" pour le personnel du tribunal. Au milieu du XVIe siècle, à l’exception de l’inquisiteur qui était unique (contre deux ou trois dans les autres tribunaux), tous les fonctionnaires étaient des laïques qui remplissaient d’autres charges pour le compte de l’administration royale : l’assesseur de l’inquisiteur pouvait être en même temps régent come dans le cas de Simon ; le receveur des amendes et confiscations était en même temps receveur de la capitainerie d’Iglesias ; le geôlier des prisons du saint Office était aussi alguazil (chef de police) royal.

9D’autre part, le réseau des commissaires du saint Office, pièce essentielle de la structure inquisitoriale, d’autant que le personnel du siège central était réduit, était recruté intégralement parmi le personnel ecclésiastique et surtout parmi les chanoines des cathédrales. C’était là l’une des causes des conflits entre le tribunal et les prélats car les commissaires pouvaient se réclamer face à leur évêque du for inquisitorial et le prélat subissait ainsi une restriction de son pouvoir juridictionnel qu’il vivait fort mal. On en avait eu un exemple en 1538-39, lorsque l’archevêque de Sassari, Alepus, entra en conflit avec ses chanoines. Ceux-ci se servirent de l’inquisition qui n’hésita pas à accuser l’archevêque de proposition hétérodoxe et adressa l’objet du délit, une homélie de l’archevêque, à la Suprême. Mais celle-ci ne trouva rien à redire au sermon du prélat et rappela l’inquisiteur à une salutaire prudence.

  • 3 Il existe sur cette affaire un important procès, de plus d’une centaine de folios, écrit p (...)

10Enfin, le réseau des familiers, théoriquement supplétifs du Saint Office, révèle des compromissions de toute sorte avec la société sarde. Non seulement, ces familiers, dont on rappelle qu’ils pouvaient porter des armes "offensives et défensives", de jour et de nuit, étaient recrutés en nombre excédentaire par rapport aux règlements (ou "concordes") mais ils étaient choisis pour raisons familiales ou trafics d’influences, sans discernement, parmi des gens prêts à commettre tous les délits. De la sorte, le Saint Office sarde n’était pas seulement l’unique structure bureaucratique de l’île qui implique simultanément tous les secteurs de la classe dirigeante et de la bureaucratie laïque et ecclésiastique, comme un bouillon de culture où s’exaspéraient tensions, rancœurs et jalousies ; il était en relations directes, par le biais de certains familiers, avec les hors-la-loi, tueurs à gages, faux témoins, etc... On le vit bien à l’occasion de l’affaire extraordinairement compliquée où fut mise en cause, en 1540, la vice-reine, Maria Requesens, abusée par une sorcière Domenica Figus et son ami Truisco Casula : il s’agissait d’une véritable machination, ourdie par l’inquisiteur et son assesseur, pour déconsidérer le vice-roi et qui induisit des fonctionnaires subalternes de l’inquisition (dont le geôlier) et des familiers à prêter de faux témoignages3.

  • 4 A propos de Sigismond Arquer, outre les ouvrages de Dionigi SCANO et Marcello COCCO, il ex (...)

11Ajoutons que les vacances de la charge d’inquisiteur constituaient une bonne occasion pour l’administration royale d’une part et les prélats sardes d’autre part de détourner à leur profit les pouvoirs du tribunal. Or ces vacances pouvaient être longues : ainsi, de 1555, date de la mort de l’inquisiteur Sanna, jusqu’à 1562, année de nomination de l’inquisiteur Diego Calvo. Mais les choses n’étaient pas aussi simples. Pourquoi en effet l’archevêque Castillejo a-t-il sollicité plusieurs fois le remplacement de Sanna au lieu de profiter au maximum de l’absence d’inquisiteur ? Parce que l’archevêque, à son arrivée dans l’île, se trouve confronté au premier procès sérieux d’hérésie, intenté au grand humaniste sarde Sigismond Arquer, qui, en l’absence de l’inquisiteur, incombe à la juridiction épiscopale ordinaire4. Et parce que se développe parmi les élites de pouvoir de l’île une psychose de "l’agression" protestante, certes exagérée mais irrationnelle. L’archevêque pour sa part ne jugeait pas que le juriste de Cagliari fût hérétique mais les procès de Valladolid et Séville de 1559 et 1561, puis l’affaire Centelles, exacerbèrent cette psychose. Gaspar Centelles, de formation érasmienne, membre de la famille des comtes d’Oliva, qui appartenait au cercle du vice-roi Cardona, avait été gouverneur des châteaux de Sassari et Castellaragonese. Il fut convaincu de luthéranisme et envoyé au bûcher par l’inquisition de Valence en septembre 1564. Or, en mars 1563, la correspondance entre Arquer et Centelles était tombée aux mains du Saint Office.

12Les événements de 1563 et 1564 sont postérieurs à l’arrivée de l’inquisiteur Calvo et, a fortiori, aux demandes pressantes de l’archevêque Castillejo. Celles-ci ont été indiscutablement provoquées par la commotion produite par les procès de Valladolid et Séville et la révélation d’une conjoncture sarde apparemment identique. L’archevêque se dérobe devant la responsabilité. Pour la Suprême c’est une excellente opportunité de réactiver le tribunal sarde.

Les tribulations du tribunal sarde à partir de 1562

13Installé dans le château de Sassari qui avait été la résidence du gouverneur Centelles et qui venait d’être assigné au Saint Office, le nouvel inquisiteur, Diego Calvo, jouit rapidement d’une réputation d’homme impitoyable. Il imposa de rigoureuses visites de navires dans les ports sardes, en quête de littérature protestante, déclina la collaboration offerte des letrados du Conseil Royal qui siégeait à Cagliari, et pratiqua à fond la "pédagogie de la peur". C’était une erreur : l’hostilité croissante des élites de Sassari lui valut bientôt une "visite" par ordre de la Suprême. Calvo fut jugé "homme coléreux et très impatient" et remplacé par Alfonso de Lorca.

14Cette substitution ne désarma nullement les préventions des Sardes à l’égard de l’inquisition. A son tour, Alfonso de Lorca fut accusé de "nombreux excès et injustices" par les marchands, chevaliers ou officiers royaux de l’île. Il fallut l’arrivée d’un nouvel archevêque, Martinez de Villar, pour assister à une ébauche de réconciliation. Ainsi, la Suprême et le vice-roi parvinrent à la mise au point d’une "Concorde", en 1569, à propos des familiers qui devaient être choisis parmi les "non poderosos" (c’est à dire les gens dépourvus d’une forte position sociale), avec l’aide de l’archevêque qui était arrivé en Sardaigne comme "visiteur inquisitorial" (toujours la confusion des pouvoirs !). La solution de doubler l’inquisiteur par l’archevêque, qui réussit à peu près avec Martinez Villar, se révéla impossible avec le successeur de Martinez Villar, Ibanez qui entra aussitôt en conflit avec l’inquisiteur Lorca.

15La Suprême décida alors de nommer deux inquisiteurs au lieu d’un seul. Mais comment résoudre la question financière ? La Suprême espéra un temps obtenir que soient transférés au saint Office les revenus du fief de Minerva qui venait d’être confisqué par la Couronne après la condamnation de son seigneur. Mais vainement. On sait aussi que le transfert des bénéfices de canonicats vacants ne put être obtenu du Pape. Enfin, une solution fut trouvée avec l’assignation de deux pensions de 500 ducats chacune sur les revenus des cathédrales de Sassari et Oristano. Ainsi, la Suprême put adjoindre un deuxième inquisiteur, Perez, à celui déjà en poste, Zurita. Le malheureux Perez ne dura pas une année et Zurita fut même soupçonné de l’avoir empoisonné ! L’archiprêtre de Sassari, Giovanni Francesco Fara, fut alors choisi pour succéder à Perez : ainsi, coexistaient un Espagnol et un Sarde.

16La solution des deux inquisiteurs connut un succès inégal. Après une vingtaine d’années d’un fonctionnement acceptable, le système se grippa lorsque, au milieu des années 1590, les tensions entre les inquisiteurs Osorio et Pefia dégénérèrent en une lutte ouverte, à mains armées, avec participation active des serviteurs des deux hommes ! Le conflit rendit inévitable une nouvelle "visite" dont le résultat fut édifiant : le visiteur ne dénonça pas seulement les violences auxquelles en étaient arrivés les deux inquisiteurs mais leur corruption, leurs malversations aux dépens des paysans, leurs comportements arbitraires. De plus, Peña se livrait à des débauches sexuelles tandis qu’Osorio était paresseux et d’une piété tiède.

17L’histoire tourmentée du tribunal sarde devait s’enrichir d’autres épisodes hauts en couleur au cours du XVIIe siècle : l’un d’eux provoqua de 1616 à 1618 un très grave conflit de compétence entre l’inquisiteur Gamiz et l’administration vice-royale : en effet, à l’occasion du transfert de deux célèbres bandits de la prison baronale de Tempio à la prison royale du gouverneur de Sassari, la force publique fut assaillie par un groupe armé qui libéra les deux bandits ; or, parmi les assaillants figuraient plusieurs familiers de l’inquisition. L’un d’eux fut finalement arrêté et incarcéré. Il demanda à être traduit devant le tribunal inquisitorial en vertu de son privilège de familiature. Gamiz soutint cette prétention au grand dam du Vice-roi. Cet inquisiteur s’était mis à dos toute la ville de Sassari et voulait d’ailleurs obtenir le transfert du siège du tribunal à Cagliari. Une fois de plus, il fallut que le conflit soit réglé par une intervention extérieure : la Suprême et le Conseil d’Aragon décidèrent le rappel simultané du vice-Roi et de l’inquisiteur Gamiz.

L’activité du tribunal de Sardaigne

  • 5 Archiva Historico National, Madrid, Sección Inquisición, Livres 782 à 784.

18Les dysfonctionnements du tribunal, les conflits de compétence continuels entre les trois partenaires (Inquisition, Vice-Roi et administration, prélats et chapitres) ont évidemment nui beaucoup à l’efficacité du tribunal sarde et cela d’autant que son prestige fut ruiné par le comportement personnel des inquisiteurs, à quelques exceptions près. D’autre part, le nombre réduit des judaïsants rapidement éliminés, l’absence quasi totale des morisques, enfin l’élimination précoce de la menace protestante après l’alerte des années 1560, sont autant de circonstances propres à favoriser une faible activité répressive. Certes, des conditions analogues peuvent être observées en Sicile. Or, de 1540 à 1 700, on compte 3 188 "relations de causes" (résumés de procès) en Sicile et seulement 767 en Sardaigne, très exactement pour la période 1572-1688. Il est vrai que la Sardaigne était beaucoup moins peuplée que la Sicile et que les livres sardes comportent des lacunes plus importantes que les siciliens. Cependant, l’écart est de 1 à 4. Le tribunal de Majorque, où les lacunes sont aussi graves, enregistre 1 260 "relations de causes" pour une population moins nombreuse que celle de Sardaigne à cette époque5.

19D’autre part, l’examen des catégories de délits est instructif. La Sardaigne est le seul exemple où le délit le plus fréquent soit celui des "entraves à l’action du Saint Office" : 198, soit 25,8 % ! Plus du quart ! On ne saurait trouver preuve plus éloquente de l’opposition au tribunal dont témoigna la société sarde dans son ensemble. C’est aussi le résultat des conflits de compétences que nous avons évoqués ci-dessus.

  • 6 Archivo, Historico National, Madrid, Sección Inquisición, Legajo 1628, Caja 2, Expediente  (...)
  • 7 Archivo Historico National, Madrid, Legajo 1628, Caja 2, Expediente 11.

20Le délit effectif le plus courant concerne la sorcellerie et la superstition avec 163 occurrences (21,25 %). De fait, plusieurs des procès de foi intégralement conservés concernent cette question. Ils mettent en valeur la force des croyances magiques, du rôle de la divination, des apparitions miraculeuses, dans la société rurale de la Sardaigne car ces procès concernent la plupart du temps des villages et de petites villes : Iteri de Cannedo, Bono, Santo Vito, etc... On peut rapprocher de ces délits les "propositions", au nombre de 122 dans notre comput des "relations de causes", soit 15,9 %. Ces propositions, erronées, déshonnêtes, etc..., sont quelquefois qualifiées d’hérétiques mais la plupart du temps elles confinent aux "illuminations" ou "révélations" comme dans le procès de Joan Segui, cordonnier du village de Bono6. Le procès contre Don Andrés Manca, accusé d’hérésie en 1624, est bien plutôt révélateur de l’hostilité délibérée de nobles sardes très arrogants à l’égard d’un tribunal dont la nécessité leur parait très contestable7.

  • 8 Archivo Historico National, Madrid, Legajo 1628, Caja 4, Expediente 20.
  • 9 Voir Bartolomé et Lucile BENNASSAR, Les Chrétiens d’Allah, éd. Perrin, 1989, pp. 110-24.

21On observe un pourcentage important de procès pour bigamie, nettement supérieur à la moyenne des autres tribunaux : 85, soit 11,1 %. Le nombre des relations de "sollicitants", 15 (1,95 %) est suspect car anormalement faible. Il est vrai qu’il existe un procès d’un très grand intérêt, contre le prêtre Leonardo Maronjo, vicaire de l’église paroissiale de Claramonte, en 1595, parce qu’il livre un spectacle social et l’existence d’une sorte de "marché des femmes"8. Après 1570, c’est à dire pendant la période pour laquelle nous disposons de relations de causes, on ne voit apparaître que 3 judaïsants. La Sardaigne n’a donc pas connu les flambées de répression anticonversa de l’Espagne du XVIIe siècle, dues surtout on le sait à l’infiltration des "judaïsants" portugais. La catégorie "Variés" avec 32 cas (4,2 %) défie par définition toute classification. En revanche, l’inquisition sarde a investi une grande part de son énergie dans la chasse aux "renégats" : telle est la réalité du délit de "mahométisme", dont on relève, de 1572 à 1688,140 cas, soit 18,25 % de tous les délits, proportion comparable à la sicilienne et donc très élevée. J’ai eu l’occasion de présenter en détail le cas du renégat sicilien Giovanni-Batista Castellano, jugé en 1624 par le tribunal de Sassari, à propos duquel on dispose de l’enregistrement intégral des séances de torture par le scribe inquisitorial avec emploi des trois procédés dont usait l’inquisition espagnole : le chevalet, la perche et l’entonnoir9. Comme dans le cas sicilien, les renégats pris et jugés en Sardaigne sont originaires de tous pays. Un autre procès de foi intégralement conservé concerne un renégat, encore un sicilien, Francesco Léo, mais il est d’un intérêt moyen.

22Malgré ses limites, le tribunal de Sardaigne est l’une des clés de la connaissance de la société sarde à l’époque moderne. Mais il faut alors faire l’effort de dépasser le témoignage réducteur des "relations de causes" et pénétrer dans l’épaisseur des procès : ceux-ci semblent indiquer que la Contre-Réforme en Sardaigne avait à peine effleuré la société rurale.

Notes

1 A propos du tribunal de Sardaigne on peut consulter Agostino BORROMEO, Contributo allo studio dell’Inquisizione e dei suoi rapporti con il potere épiscopale nell’Italia spagnola del Cinquecento, in Annuario dell’Istituto storico italiano per l’eta modema e contemporanea, XXIX-XXX, 1977-78, pp. 219-76.

2 Bruno ANATRA, Storia d’Italia, T. X, La Sardegna medioevale e moderna, éd. UTET, Torino, 1984, p. 423.

3 Il existe sur cette affaire un important procès, de plus d’une centaine de folios, écrit pour l’essentiel en langue catalane, à l’Archivo Historico National, de Madrid, Seccion Inquisicion, Leg. 1628, Caja 2, Expediente 9 (Contre Toyzo Casula e Domenica Figas).

4 A propos de Sigismond Arquer, outre les ouvrages de Dionigi SCANO et Marcello COCCO, il existe un remarquable article récent de Massimo FIRPO, Alcune considerazioni sull’esperienza religiosa di Sigismondo Arquer, dont j’ai malheureusement égaré la référence.

5 Archiva Historico National, Madrid, Sección Inquisición, Livres 782 à 784.

6 Archivo, Historico National, Madrid, Sección Inquisición, Legajo 1628, Caja 2, Expediente 10.

7 Archivo Historico National, Madrid, Legajo 1628, Caja 2, Expediente 11.

8 Archivo Historico National, Madrid, Legajo 1628, Caja 4, Expediente 20.

9 Voir Bartolomé et Lucile BENNASSAR, Les Chrétiens d’Allah, éd. Perrin, 1989, pp. 110-24.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search