Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Les rapports de visites ad limina des évêques de Béziers

Marc Venard

Texte intégral

1Dans le Bas-Languedoc des XVIe et XVIIe siècles, le diocèse de Béziers contraste fortement avec ceux de Nîmes et de Montpellier. Comme l’a bien noté Mireille Laget, le cours de l’Hérault trace une véritable frontière confessionnelle entre un protestantisme conquérant à l’est, et un catholicisme dominant à l’ouest. Les raisons de ce contraste n’ont jamais été bien élucidées, mais on invoque généralement, pour expliquer la forte résistance catholique du diocèse de Béziers, l’importance de la société ecclésiastique dans la cité épiscopale et la surveillance plus proche par le parlement de Toulouse. Sans prétendre trancher la question, je me propose simplement d’apporter un témoignage inédit sur la "Contre-réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc" : les rapports de visites ad limina adressés en 1594 et en 1600 par les évêques de Béziers.

2En 1585, le pape Sixte Quint, par la bulle Romanus pontifex, avait remis en honneur, tout en la modifiant profondément, la vieille coutume des visites ad limina apostolorum (c’est-à-dire à Rome) des évêques de la chrétienté. Actes d’hommage rendu au souverain pontife autant qu’aux basiliques des premiers apôtres, ces visites seraient désormais soumises à une périodicité régulière, et elles devraient s’accompagner de la remise (ou de l’envoi, si la visite était accomplie par un procureur) d’un rapport détaillé sur l’état du diocèse. Il s’agissait donc d’une mesure caractéristique de centralisation romaine, dans la perspective de la Réforme définie par le concile de Trente.

3Dans la France gallicane, la bulle Romanus pontifex ne fut jamais reçue et n’eut donc pas force de loi. Néanmoins, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, seize rapports de visites ad limina ont été conservés, provenant de diocèses inclus dans le royaume (non comptés les évêchés lorrains, dont le statut était encore incertain). Ce n’est certes pas beaucoup, eu égard à la centaine de diocèses qu’on comptait alors en France, mais, redisons-le, rien n’obligeait les évêques à s’acquitter de cet exercice. Or, sur ces seize rapports, deux proviennent du diocèse de Béziers. Pourquoi cette exception ? Nous aurons peut-être la réponse quand nous connaîtrons mieux les deux évêques qui les ont signés.

4Thomas Bonsi, né à Florence en 1522, est venu en France en 1550 dans la suite de Laurent Strozzi, un de ces fuorisciti que la faveur du roi a fait évêque de Béziers ; celui-ci en fit son vicaire général. Thomas Bonsi continua d’exercer cette charge sous le successeur de Strozzi, Julien de Médicis ; et quand ce dernier eut été transféré à l’archevêché d’Aix-en-Provence, son vicaire général réussit, non sans peine, à obtenir pour lui-même le siège de Béziers (1575). Sauf trois voyages en Italie, dont deux en mission diplomatique pour le compte du roi de France, l’évêque résida dans son diocèse où il dut faire face à une situation fort troublée, entre le gouverneur Montmorency, allié des protestants, et le parti de la Ligue. Toutefois, à partir de 1589, il suit le premier dans le ralliement au roi Henri IV. Bien qu’il eût résigné son évêché en 1596 en faveur de son neveu Jean, il continua en fait à le gouverner jusqu’à sa mort en 1603.

5Jean Bonsi, né à Florence en 1560, avait eu une éducation et une carrière tout italiennes quand il fut désigné par son oncle pour l’évêché de Béziers, moyennant une pension de 2400 écus. Il fut consacré à Rome en 1598, et gagna sa résidence l’année suivante. Mais peu après, il retournait à Florence pour négocier le mariage d’Henri IV avec Marie de Médicis, et il accompagna celle-ci dans sa venue en France. En reconnaissance, la reine le fit nommer grand aumônier et le retint à la cour. Aussi, même après la mort de son oncle, Jean Bonsi devait peu résider dans son diocèse, d’autant que, créé cardinal en 1611, il fut envoyé, à partir de 1615, à la cour pontificale pour y veiller aux intérêts de la France. Il mourut à Rome en 1621.

6Est-ce donc parce qu’ils étaient italiens que les évêques de Béziers Thomas et Jean Bonsi ont adressé des rapports de visites ad limina ? L’explication n’est sans doute pas sans valeur, mais elle n’est pas suffisante ; car il y avait alors de nombreux évêques italiens en France, qui, pour la plupart, ont ignoré la bulle de Sixte Quint. Plus probablement, je pense que Thomas Bonsi, pris dans une position difficile du fait qu’il s’est rallié à un roi que Rome persiste à considérer comme un prince hérétique et illégitime, a Voulu par son geste témoigner de sa soumission au Saint-Siège. Ne pouvant se rendre lui-même à Rome, il a désigné comme procureurs (par acte du 26 mars 1594) un chanoine de la ville et un prêtre toscan, Fabio Landino, son auditeur ordinaire. Ceux-ci ont finalement remis le rapport le 9 avril 1595. Quant à Jean Bonsi, il était en Italie pour les affaires du mariage royal quand, en 1600, il se rendit à Rome et remit son rapport aux cardinaux de la Congrégation du Concile. Il était donc assez naturel qu’il se soumît à une règle acceptée par tous les évêques de la péninsule.

7En tout cas, ces évêques de Béziers connaissent bien les lois – écrites ou non écrites, on en discute encore aujourd’hui – qui président à la rédaction des rapports de visites ad limina. Ceux-ci doivent nécessairement comporter une partie descriptive, sorte de géographie des institutions ecclésiastiques du diocèse, et un compte rendu de l’activité pastorale de l’évêque, le tout entremêlé de jugements plus ou moins détaillés sur l’esprit religieux du clergé et des populations. Plus brièvement dans le cas de Thomas Bonsi, qui ne comporte que trois pages, plus copieusement avec son neveu, dont le rapport couvre six pages, nos rapports obéissent bien aux lois du genre. Elles nous fourniront donc le plan de notre présentation.

Description du diocèse

8Pour la partie descriptive, nous suivrons plutôt le rapport de Jean Bonsi, qui développe et corrige sur bien des points celui de son prédécesseur. L’évêché de Béziers est situé en Languedoc, et soumis à l’église métropolitaine de Narbonne, dont il est le premier suffragant, "le doyen des suffragants". Selon une volonté affichée en son temps, Jean Bonsi rappelle l’origine apostolique du christianisme à Béziers, évangélisée par saint Aphrodise, disciple de saint Pierre, qui y reçut la couronne du martyre.

9De l’évêque, nous saurons seulement que son revenu est d’environ 6000 écus, mais que "la malignité des temps" fait qu’en 1594 il n’en perçoit qu’une partie. Il dispose d’une demeure à côté de la cathédrale.

10Celle-ci, sous le titre des saints Nazaire et Celse, est dite bien ornée et d’une architecture remarquable (1600). Elle abrite un chapitre qui comprend six chanoines et six dignitaires : les archidiacres majeur et mineur, le préchantre, le sacristain, le camérier et le sous-chantre. Il y a aussi des bénéficiers, 60 en 1594, 70 en 1600, et une maîtrise de 8 clercs avec leur maître. La collation des dignités et des canonicats appartient à l’évêque, mais il a accepté que la plupart des bénéfices mineurs soient pourvus par le chapitre.

11Il y a encore dans la ville une importante collégiale, Saint-Aphrodise, ancienne abbaye sécularisée qui groupe, outre l’abbé, deux dignitaires (le sacristain et le sous-chantre) et 9 chanoines, avec une vingtaine de bénéficiers et une maîtrise de 4 clercs. C’est l’abbé qui a la collation de toutes ces prébendes et bénéfices, mais l’évêque est en procès avec lui à ce sujet, d’autant que l’abbé réside à Rome. A noter que c’est un chanoine de Saint-Aphrodise qui a porté à Rome le rapport de 1594.

12La ville est divisée en cinq paroisses, ce qui est relativement beaucoup pour une ville méridionale de 18 à 20000 habitants (chiffre fourni par le rapport de 1600). Ce sont, dans l’ordre de préséance, Saints-Nazaire-et-Celse, Saint-Aphrodise, Saint-Jacques, Sainte-Madeleine et Saint-Félix. On ne nous dit rien du clergé qui y assure la cure d’âmes.

13Les établissements réguliers ne le cèdent guère en importance à ceux du clergé séculier. Il y a d’abord l’abbaye Saint-Jacques, occupée par des chanoines réguliers suivant la règle de saint Augustin. Curieuse abbaye, du reste : on nous dit en 1600 qu’ils ne vivent pas sous le régime claustral, de sorte que la maison claustrale a été détruite. Elle n’en compte pas moins un abbé et trois officiers, le sacristain, l’infirmier et l’aumônier, ainsi que quelques autres moines. La collation de ces dignités est faite par l’abbé du moment. La ville a aussi l’éventail complet des quatre ordres mendiants : Carmes, Dominicains, Franciscains de l’Observance et Augustins. En 1582, les Capucins, à l’appel de Thomas Bonsi, ont fondé un couvent qui a prospéré, puisqu’en 1600 il sert de studium à toute la province. Le rapport de 1600 précise que dans toutes ces églises conventuelles on chante régulièrement les heures canoniales, selon le rite de l’Eglise romaine.

14Laissons momentanément les Jésuites, tout juste introduits en 1599. Mais il faut ajouter deux monastères de femmes, celui du Saint-Esprit, sous la règle de saint Augustin, sous l’autorité de l’évêque, et celui de Saint-Claire, soumis aux Franciscains de l’Observance. L’un comme l’autre ont peu de religieuses en 1600.

15Par ailleurs, Béziers compte quatre confréries de pénitents, dont on ne nous dit pas les dates de fondation, qui chacune a sa propre chapelle : ce sont les Blancs, sous l’invocation du Saint-Esprit ; les Bleus, de Saint- Jérôme ; les Noirs, de la Sainte- Croix ; et les Gris, de Saint-François.

16Il y a aussi deux hôpitaux. L’un est situé à l’intérieur des remparts, il a de gros revenus ; on y reçoit et soigne les pauvres pèlerins et les infirmes, on élève les enfants, et il ne manque pas de prêtres pour y administrer les sacrements. L’autre se trouve dans les faubourgs ; il s’occupe d’accueillir et de nourrir les lépreux, et pourvoit à tous leurs besoins tant spirituels que temporels.

17Au total, c’est donc une impression de puissance ecclésiastique et cléricale que donne la ville de Béziers en cette fin du XVIe siècle. Elle doit abriter environ 150 prêtres ou clercs séculiers et à peu près autant de religieux et de religieuses, soit 6 % environ de la population adulte. Les troubles des premières guerres de religion et surtout de la Ligue ne paraissent pas avoir entamé ses assises ni ses effectifs. Du reste, les protestants n’ont pas réussi à s’y implanter solidement. Selon le rapport de 1600, ils y sont environ 800, mais sans exercice de leur "prétendue religion" : donc une minorité non négligeable, mais dominée.

18A lire les rapports des évêques, il semblerait que le reste du diocèse compte peu à côté de la cité épiscopale : plus de deux pages, en 1600, pour celle-ci, contre quelques lignes pour celui-là. Nous saurons seulement qu’il compte 150 paroisses en 1594. Le rapport de 1600 est plus détaillé : le diocèse est partagé en trois archiprêtrés : de Casulis (Cazouls), qui comprend 60 bourgs et villages ; de Puggeto (Le Pouget), 52 ; de Bossacis (Boussagues), 30. Ce qui fait, pour le diocèse tout entier, y compris la ville de Béziers, une population d’environ cent mille personnes. Il y a 200 bénéfices à cure, et quantité de bénéfices simples et de chapelles, aussi bien dans les campagnes que dans les églises, dont assez peu sont sous le patronage des laïcs.

19Il y a encore dans le diocèse deux abbayes, celles de Joncelles et de Valmagne, toutes deux de l’ordre de saint Benoît ; également un prieuré conventuel sous l’invocation de Notre-Dame de Cassian, de l’ordre de saint Augustin. Dans chacune de ces maisons résident sept ou huit moines.

20En dehors de Béziers, le diocèse compte aussi des protestants, mais ils sont partout minoritaires, sauf à Bédarieux, où la messe n’avait plus été célébrée depuis de longues années. En 1600, le culte catholique y est rétabli, grâce à la paix et à l’édit du roi. Jean Bonsi se targue d’y être parvenu en intervenant auprès du parlement de Toulouse et du gouverneur de la province. C’est pour nous l’occasion de souligner que l’édit de Nantes n’a pas seulement été, comme on le répète, un acte de reconnaissance du culte protestant, mais aussi, en bien des endroits, un acte restaurateur du culte catholique.

21Nous conclurons cette partie descriptive avec le jugement porté par Thomas Bonsi en 1594 : "Le peuple de ce diocèse est en majeure partie chrétien, catholique, dévot et docile ; il fréquente dévotement les sacrements dans les églises, et verse des aumônes selon ses moyens ; et il n’y a jamais eu de (culte) public de l’hérésie". Qui croirait que nous ne sommes qu’à 100 km de Nîmes, et dans la même province de Languedoc ? A cet état de fait, nos évêques sont-ils pour quelque chose ? C’est ce qu’il nous faut maintenant examiner en étudiant la façon dont ils rendent compte de leur action dans leurs rapports adressé au Saint-Siège.

L’action pastorale de Thomas et de Jean Bonsi

22Il nous faudra cette fois marquer plus nettement les étapes, du rapport de 1594 à celui de 1600, car elles traduisent l’avancée de la Réforme catholique dans le diocèse de Béziers. Sur le fonds traditionnel des activités pastorales de l’évêque, ce sont en effet des initiatives nouvelles qui s’ajoutent l’une après l’autre.

23Par activité pastorale traditionnelle, j’entends principalement le synode diocésain et les visites. Au sujet du premier, Thomas Bonsi, qui déclare d’entrée de jeu qu’il a fait résidence continuellement dans son évêché depuis le jour de sa consécration, nous dit qu’il l’a réuni chaque année, qu’il a eu soin d’y réformer les mauvaises mœurs et d’y prendre toutes les mesures nécessaires, et qu’il y a publié les ordonnances apostoliques, c’est-à-dire pontificales, quand il en était édicté de nouvelles. Jean Bonsi, lui, précise que le synode se tient deux fois par an, au printemps et en hiver. Manifestement le synode diocésain est ici, comme dans la plupart des diocèses français, une institution solidement enracinée. Mais s’agissant des constitutions synodales qui doivent remédier aux abus du clergé et du peuple, Jean Bonsi apparaît beaucoup plus timide. Il en a préparé, dit-il, mais il ne les a pas encore publiées, parce qu’il lui a paru préférable de consulter d’abord le Saint-Siège, à cause de certaines difficultés. Cela donne à penser que les évêques n’osent pas exercer seuls tout le pouvoir que leur a pourtant reconnu le concile de Trente "comme délégués du Saint-Siège". Est-ce parce que le concile n’a pas été "reçu" en France ? Mais les Bonsi, eux, l’ont reçu dans leur diocèse, comme nous verrons plus loin.

24Quant aux visites pastorales, Thomas Bonsi avouait en 1594 qu’il n’avait pas pu les faire lui-même, "à cause des malheurs des temps" ; mais qu’il les avait fait faire par des personnes idoines. Plus loin, il explique qu’il a nommé dix "coadjuteurs" pour visiter les églises et prendre les décisions nécessaires pour en améliorer l’état. Ces coadjuteurs bitterois ressemblent assez aux vicaires forains institués par saint Charles Borromée dans son diocèse de Milan. Six ans plus tard, Jean Bonsi a visité, au moins partiellement, son diocèse (on conserve les procès-verbaux, assez sommaires, de la visite des cinq paroisses de Béziers), ce qui lui permet de faire état de ses observations : beaucoup d’églises manquent des ornements nécessaires ; certaines sont en ruine mais l’évêque en a fait réparer quatre qui sont unies à la mense épiscopale, et il a ordonné de restaurer les autres, en s’appuyant sur les ordonnances royales qui édictent qu’on prélève pour cela chaque année un sixième du revenu des églises. D’autre part, il a aussi repéré de nombreux bénéfices usurpés par des seigneurs et remis par eux en confidence à des prêtre qu’on appelle "custodes" ; il a opposé à cela les bulles apostoliques et les ordonnances royales, mais ce sera un abus très difficile à extirper. Même dans le chapitre de la cathédrale, il va falloir mettre de l’ordre dans l’attribution des prébendes, pour instaurer la prébende théologale...

25Voilà qui nous ramène encore à l’application de la réforme tridentine. Thomas Bonsi l’a entreprise dès avant 1594, mais semble-t-il sur des points particuliers, sauf s’il entend par mandata apostolica l’ensemble des décrets du concile, ce qui est peu probable. Formellement, il mentionne seulement l’institution, avec l’accord de son clergé, des examinateurs synodaux (devant qui devront se présenter les candidats aux ordres ecclésiastiques et aux bénéfices) ; et l’introduction du bréviaire réformé à la suite du concile (imposé par Pie V en 1568). Mais entre 1594 et l’avènement de son successeur, Thomas Bonsi a bel et bien reçu et fait recevoir dans son diocèse le concile de Trente ; sans doute a-t-il profité pour ce faire de la dernière période des troubles. Jean Bonsi n’a plus eu qu’à faire renouveler cet acte dans ses premiers synodes, en y ajoutant, dit-il, la réception de constitutions pontificales qui n’étaient pas encore en usage. Béziers, à la fin du XVIe siècle, vogue en plein ultramontanisme.

26En conséquence, dans ce diocèse, on fait émettre la profession de foi tridentine avant de conférer un bénéfice. Les ordinations sont précédées d’un examen, en suivant la forme édictée par le concile, et suite à ces examens l’évêque a promu assez peu de candidats aux ordres, mais il en a recalé beaucoup, "afin qu’à l’avenir les candidats se présentent avec un bagage plus solide". En revanche, Jean Bonsi n’a pu jusqu’à présent mettre en pratique le décret conciliaire concernant le concours pour la provision des cures, à cause de l’ignorance des prêtres : en effet, toutes les fois qu’il a annoncé un concours, on n’a vu se présenter un seul candidat L’évêque compte sur le collège des Jésuites et sur le séminaire pour faire reculer l’ignorance du clergé.

27Mais d’abord il conviendrait d’instituer dans la cathédrale la prébende théologale, qui n’est pas encore pourvue en 1600, du fait qu’il ne s’est pas encore produit de vacance par décès d’un canonicat, dont Thomas Bonsi aurait pu disposer, et de la collusion entre les chanoines qui se transmettent les prébendes par résignation. Néanmoins, en attendant, on n’est pas privé d’enseignement de la théologie positive et des cas de conscience, grâce aux Jésuites.

28On y revient toujours, à ces Jésuites, dont l’installation à Béziers est le grand et tout récent triomphe de Jean Bonsi. En fait, il n’en fut pas l’initiateur puisque dès 1594 Henri IV avait autorisé la création d’un collège municipal qui commença de fonctionner (mal) en 1598, avant que la ville ne décide, l’année suivante, de le confier aux Jésuites : cette fois, l’évêque avait pris part à la négociation. Dès 1600, Jean Bonsi peut dire que les élèves affluent de partout ; ils sont déjà plus de 500 et ce nombre augmente de jour en jour. Parmi eux, il y a de jeunes protestants dont on pense qu’ils seront amenés à la conversion par l’exemple de leurs camarades. Outre les matières ordinaires, les Jésuites enseignent la philosophie et les cas de conscience, ce qui est très utile pour le diocèse et pour la province. Les dimanches après-midi, ils font aussi le catéchisme aux enfants.

29Quant au séminaire, le diocèse n’en a encore pas en 1600. Reprenant un projet de son oncle, Jean Bonsi voudrait en créer un en lui affectant les revenus du monastère des religieuses du Saint-Esprit, que son prédécesseur a reçu du pape le pouvoir de supprimer au profit des pères jésuites. Maintenant que ceux-ci ont obtenu par ailleurs des revenus annuels de 1500 écus, on devrait obtenir aisément le transfert des revenus du monastère sur le séminaire, en réservant seulement de quoi nourrir les dernières moniales. Il est probable que ce beau projet n’a pas eu de suite, car A. Degert, dans son Histoire des séminaires français, n’en parle pas. Au reste, à quoi bon un séminaire tridentin, que Thomas Bonsi envisageait comme un petit collège où douze enfants pauvres seraient nourris et instruits aux bonnes lettres, là où existe un collège de Jésuites où l’on enseigne même la théologie et les cas de conscience ?

30Pour les simples fidèles, nos évêques ne délaissent pas non plus l’enseignement religieux. Nous venons de voir que les Jésuites faisaient le catéchisme à Béziers. En rapportant ce fait, Jean Bonsi ajoute qu’il a ordonné à tous les curés de faire de même, et que cela s’observe déjà en beaucoup d’endroits. Dès 1594, Thomas Bonsi disait qu’il y avait dans le diocèse quelques écoles, où l’on enseignait les belles lettres en même temps que la piété. On prêchait aussi pendant tout le carême dans une dizaine de bourgs, et pendant la moitié du carême dans quelques autres. En 1600, l’évêque parle de prédications dans la cathédrale tous les jours de l’avent et du carême, les dimanches et les jours de fêtes solennelles ; ajoutant qu’on fait la même chose en beaucoup d’endroits du diocèse.

31La conversion des protestants préoccupe aussi Jean Bonsi. Il assure qu’une centaine, de son diocèse ou d’ailleurs, ont abjuré entre ses mains, et qu’il les a absouts en vertu du pouvoir qui lui a été spécialement attribué pour trois ans par la sacrée Congrégation de l’inquisition. Il attribue ces conversions à la paix et au travail des prédicateurs.

32Au terme de son rapport, Jean Bonsi ne cache pas qu’il a besoin de l’aide du Saint-Siège pour réussir dans son œuvre. En particulier de l’appui des Congrégations de l’inquisition et des Evêques. Il voudrait surtout que Rome mette fin au laxisme en matière de collation des bénéfices, en cessant par exemple d’expédier des actes de résignation où le nom du bénéficiaire est laissé en blanc, et autres pratiques semblables. Tant il est vrai que Rome, d’où souffle depuis un quart de siècle le vent de la Réforme catholique, reste encore parfois un des principaux obstacles à sa mise en œuvre.

33Nîmes, Béziers : encore une fois, le contraste est saisissant. Au moment où Pierre de Valemod assume la charge d’un diocèse en ruine, où les protestants font la loi non seulement dans la cité épiscopale mais dans la majorité des paroisses, Thomas et mieux encore Jean Bonsi rendent compte d’un autre diocèse, presque voisin, où le catholicisme est en plein épanouissement, non seulement épargné dans ses institutions anciennes, mais ouvert à toutes les nouveautés de la Réforme post-tridentine. Notre propos, ici, n’était pas d’essayer d’expliquer ce contraste. Les causes ne sont sûrement pas simples, et peuvent remonter loin. Notons seulement que les évêques du milieu du XVIe siècle n’avaient pas été plus présents ni plus consciencieux à Béziers qu’à Nîmes. Mais le temps n’est plus où l’on rendait compte de l’histoire des diocèses à partir de l’action des évêques. C’est déjà bien de pouvoir parfois en rendre compte à partir de rapports rédigés par eux.

Sources et bibliographie

Bibliographie

Archivio Secreto Vaticano, S. Congregatio Concilii, Relationes visitationum ad limina 128 Bitteren.

Bernard BARBICHE, Notices sur les évêques Tommaso et Giovanni Bonsi, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. XII, Rome, 1970.

Mme BELLAUD-DESSALLES, Les évêques italiens de l’ancien diocèse de Béziers (1547-1609), tome I, Toulouse-Paris, 1901.

G. CHOLVY (dir.), Histoire du diocèse de Montpellier, Paris, 1976 ("Les temps modernes", par M. LAGET).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search