Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Le paysan, la guerre et le miracle dans les Miracula Sanctimartialis Anno 13881

Jean Tricard

Texte intégral

  • 1 Cet article ne pouvait être dédié qu’à Robert SAUZET. Non seulement au spécialiste d’histoire relig (...)

1Lorsque toutes les autorités politiques faillissent à leur devoir de protection des populations, reste à celles-ci le recours à la protection de Dieu, de ses saints et de leurs miracles.

  • 2 FROISSART, Chroniques, S. Luce éd., Paris, 1869-1931, t. XIV, p. 135-183. Ventadour : Corrèze, arr. (...)

2C’est précisément à ce type de situation que sont confrontés les Limousins – comme bien d’autres – à la fin du XIVe siècle. Sans doute la guerre franco-anglaise est-elle alors en sommeil. Mais ce n’est pas synonyme de retour à la paix car des bandes de brigands se sont emparées de nombreux châteaux et, s’il faut croire Froissart, une véritable "ligue de brigands" règne sur le pays. L’un deux, Geoffroy Tête-Noire, maître du château de Ventadour en Bas-Limousin se serait proclamé, selon le même auteur "duc de Ventadour, comte de Limoges, sire et souverain de tous les capitaines d’Auvergne, de Rouergue et du Limousin"2. Des titres ronflants et usurpés qui traduisent pourtant une certaine réalité de fait et la toute puissance d’un prince des brigands sur une bonne part des campagnes du Massif Central.

  • 3 "Lemovicensis villa gravi et pestifera inimicorum persequcione circumquaque vellata erat, et potiss (...)

3C’est précisément Geoffroy Tête-Noire et son activité prédatrice qui expliquent l’appel des Limousins à la protection de saint Martial – le grand saint évangélisateur de l’Aquitaine et du Limousin – en 1388 : des ostentions des reliques du saint sont alors organisées à Limoges – signe de péril, de désespoir et de besoin extrêmes – pour conjurer l’action du brigand qui assiège Limoges, coupe la ville de ses campagnes, y fait régner la peur et la famine par suite de la cherté des blés3.

  • 4 Ibid, p. 74-76.

4En cette occasion solennelle et tragique, un moine de l’abbaye Saint-Martial de Limoges rédige un recueil des miracles réalisés alors par son saint patron4.

  • 5 J. BERLIOZ et M. A. POLO DE BEAULIEU, Les exempla médiévaux, Carcassonne, 1993 ; C. BREMOND, J. LE (...)

5Témoignage de la gloire efficace du grand saint de Limoges, les Miracula Sancti Martialis Anno 1388 ne sont pas sans rappeler les exempla qui fleurissent dans les sermons5. Chaque miracle décrit en effet une situation dramatique, classique et particulière à la fois, avant d’indiquer la façon de s’en sortir par l’invocation du saint.

  • 6 J. L. LEMAITRE, art. cit., p. 80-81.
  • 7 " patriam Lemovicensem et Biturricensem" (miracle 45).
  • 8 "illius pseudo christiani Gaufredi Testa Negra et suorum sequipedum” (Prologue, p. 105) ; "ilium pe (...)
  • 9 Il s’agit, le plus souvent, de dons de cire pour fabriquer des cierges (miracles 44,47, 53, 60, 62, (...)

6Ainsi est dressé un répertoire des principaux types de malheurs qui frappent la population limousine à la fin du XIVe siècle. Le plus récent éditeur des Miracula fait remarquer que ces textes ont une valeur et une authenticité accrues par le fait qu’ils ont été rédigés à chaud, sans grande recherche littéraire et sont donc d’autant plus proches du témoignage oral porté par les victimes elles-mêmes6. On ne peut cependant ignorer la part prise par le rédacteur et sa culture cléricale dans la présentation écrite des miracles : ainsi l’évocation de la "patrie limousine et berrichonne" renvoie-t-elle sans doute à la province ecclésiastique de Bourges dont fait partie le diocèse de Limoges7. De même sont diabolisés Geoffroy Tête-Noire et ses gens8. Un souci didactique – qui rapproche encore les Miracula des exempla – est toujours présent : l’auteur ne manque jamais de préciser comment doivent se comporter les victimes pour amener l’intervention salvatrice du saint, comment elles doivent l’en remercier, ensuite : c’est d’abord la prière appelant saint Martial au secours au moment du danger, c’est le miracle accompli, le pèlerinage obligé – souvent en pénitent, corps ou pieds nus – à l’abbaye Saint-Martial de Limoges, jusqu’au tombeau du saint. Le miraculé doit y adorer le "Saint Chef", raconter dans le détail et les larmes son aventure, rendre grâce au saint et accomplir son vœu9. Au total, l’indication d’un ensemble de comportements simples et accessibles à tous fait des Miracula un bon exemple d’une religion populaire proposée par un clerc pour la plus grande gloire de son saint et la sauvegarde des humbles.

  • 10 Dans certains cas, l’auteur se contente d’indiquer "un homme”, "une femme", sans plus de précision.
  • 11 Une dizaine de miracles concernant des pèlerins et quelques prêtres.
  • 12 Les autres catégories sociales représentées sont des bourgeois et habitants de Limoges et quelques (...)

7La grande majorité des bénéficiaires des miracles de Saint Martial sont en effet de modeste origine et avant tout des ruraux. Près de deux sur trois sont simplement définis par leur nom et l’indication de leur paroisse, sans formule de notoriété ni d’activité professionnelle précise. Ce sont manifestement des paysans10. Loin derrière vient le groupe des pèlerins11. Deux catégories qui, surtout dans une optique cléricale, ont plus besoin que d’autres de l’aide du saint12.

  • 13 Plus de la moitié des miracles décrivent une guérison miraculeuse.
  • 14 miracles 9, 30, 40, 64.
  • 15 miracle 10.
  • 16 miracles 3, 46, 50, 59.
  • 17 miracles 21, 24, 41, 61, 65.
  • 18 miracles 6, 43, 51, 57.
  • 19 miracles 3, 39, 46, 48, 50, 59.

8La guerre ne fait pas disparaître les soucis traditionnels des humbles, si elle ne les aggrave encore. Deux miracles de saint Martial sur trois sont donc des "miracles de tous les temps" et ne sont pas directement liés aux ravages de bandes armées. A travers eux, Saint Martial apparaît avant tout comme un saint thaumaturge13. Il est d’abord le protecteur des enfants : il les sauve de la cécité14, de la noyade15. Il ressuscite le nouveau-né, le temps du baptême16. Mais il sauve aussi des adultes de la cécité17, de la paralysie18. Il secourt les femmes en couches19.

  • 20 miracles 16, 71, 73.
  • 21 miracle 15.
  • 22 miracles 5 et 8.

9Saint guérisseur, saint Martial se transforme à l’occasion en saint vengeur : il punit le voleur – particulièrement lorsque celui-ci s’en prend à ses dévots -20, le joueur21, le faux-pénitent22. Vision traditionnelle du saint "généraliste", tout aussi capable de châtier le méchant que de protéger l’innocent ou de guérir le malade.

  • 23 Plusieurs miracles, par exemple, dénoncent les méfaits des "Anglais" de Chalucet. Ce château est al (...)
  • 24 D’après les Miracula, une douzaine de châteaux sont alors tenus par des brigands (cf. J.L. LEMAITRE (...)
  • 25 "Cum Anglici suo inefrenato el solito more discurerent patriam lemovicensem et biturricensem, venie (...)
  • 26 Le miracle 14 évoque un homme de Razès fait prisonnier par les "Anglais" de Chassens ; il y a cent (...)

10La guerre et les brigandages ajoutent cependant une dimension nouvelle à l’action salvatrice du saint. Si l’on en croit les Miracula, les "Anglais" sont partout et le nom devient synonyme de brigand, quelle que soit l’origine réelle de celui-ci23. Ils tiennent les châteaux24. Ils parcourent les campagnes limousines avec une facilité et une rapidité qui surprennent et terrifient les habitants du plat pays25. Le danger est permanent et surgit souvent d’où on ne l’attend pas : qui se protège d’un sauf-conduit contre le maître du château brigand voisin est victime d’une bande venue d’ailleurs26.

  • 27 miracle 13.
  • 28 miracle 32.

11Le moindre déplacement tourne à l’aventure : un paysan de Solignac est arrêté par une bande en se rendant à Limoges, à quelques kilomètres seulement de chez lui27. Des pèlerins tremblent à l’idée de traverser une forêt, traditionnel repaire de brigands28. La peur des bandes, fondée ou non, paralyse les voyages.

  • 29 miracle 45. Bersac (Haute-Vienne, arr. Limoges, cant. Laurière).
  • 30 miracle 48. Folles (Haute-Vienne, arr. Limoges, cant. Bessines).
  • 31 miracles 45 et 48.
  • 32 miracle 45. N’y a t-il pas là un signe de relative indifférence à l’enfant et à son sort, camouflée (...)
  • 33 miracle 25.
  • 34 miracles 4, 35, 36.
  • 35 miracles 36, 42, 47.
  • 36 miracles 29, 31, 35, 47, 55, 62, 63, 66.
  • 37 miracles 29, 35, 55, 72.
  • 38 miracles 29, 35, 47, 55, 56, 62, 63, 66, 72.
  • 39 Comment expliquer autrement l’achat de sauf-conduits et le retour au village où l’on retrouve enfan (...)

12La vie au village n’est guère plus sûre. Les Miracula donnent une suite "d’exemples" des malheurs majeurs des villageois : les paysans de Bersac sont terrorisés par l’arrivée soudaine des "Anglais"29 ; ceux de Folles sont victimes de l’incendie de leurs maisons – méthode couramment appliquée par les brigands pour faciliter le pillage et s’assurer de la docilité des paysans30. Ceux-ci cherchent le salut dans la fuite, abandonnant nouveau-nés31, enfants32 et bétail33. Les moins prompts ou les plus malchanceux sont faits prisonniers34, torturés35, mis à rançon36 et jetés dans un cul-de-basse-fosse37 d’où ils s’échappent d’ailleurs assez facilement avec l’aide de saint-Martial, à moins qu’ils ne profitent de la négligence ou de la vénalité de leurs geôliers38. Si les Miracula n’évoquent jamais ouvertement la pactisation des communautés paysannes avec les brigands du château voisin – genre oblige – bien des passages des récits miraculeux évoquent à demi-mot une docilité forcée et une acceptation résignée de l’inévitable39.

  • 40 miracle 36.

13Les paysans n’ont guère le choix car les protecteurs – à part saint Martial – sont rares : un seul texte évoque l’arrivée des "Français" qui mettent en fuite les Anglais40.

  • 41 miracle 58. On rapprochera cette remarque de ce qu’écrit C. Beaune sur les aspects francophiles du (...)

14Un autre miracle paraît cependant proposer en exemple un autre comportement aux paysans et aurait, en des circonstances moins dramatiques, des allures de fabliau. Il raconte l’aventure de trois paysans qui montent une expédition de nuit pour dérober aux "Anglais" de Chalucet une vingtaine de moutons que ces brigands leur avaient peut-être enlevés. Découverts, les trois hommes y auraient laissé leur vie sans la protection de saint Martial. Cet épisode des "voleurs volés" met en valeur les ressources de la ruse paysanne et le courage du désespoir de certains rustres. Aux yeux du rédacteur des Miracula, leur audace paraît même prendre des allures patriotiques puisque les héros de l’affaire sont appelés "gallici” un qualificatif jamais appliqué à des non combattants dans le reste du recueil41. Cette modeste action de "résistance" est-elle proposée en modèle et en imitation aux autres paysans ?

15Ecrits au moment où les habitants de Limoges en danger implorent le secours de leur saint protecteur, les Miracula Sancti Martialis apportent pourtant avant tout des "exemples" sur les souffrances bien plus grandes encore des gens des campagnes à la fin du XIVe siècle.

  • 42 L’expression vise le temps de la guerre de Cent Ans dans un procès du XVe siècle (Archives National (...)

16Plus que jamais saint thaumaturge, le grand saint du Limousin combat aussi "la malice des temps"42 et pallie la faillite des autorités humaines par ses pouvoirs surnaturels. Répondant à l’appel de gestes de piété simples et accessibles à tous, il apparaît comme le seul recours des plus humbles dans les situations traditionnellement périlleuses.

  • 43 L’adoption, pour la première fois, du prénom Martial par d’assez nombreux Limousins aux XIVe et XVe(...)

17Peut-être Saint Martial y gagne-t-il encore en popularité auprès de populations coupées de l’extérieur par l’insécurité permanente et qui cherchent sur place, d’abord, une aide céleste. L’action de Saint Martial paraît d’autant plus efficace qu’il est le Saint des Limousins et qu’il peut, de son tombeau de Limoges, se préoccuper particulièrement du sort des siens43.

Notes

1 Cet article ne pouvait être dédié qu’à Robert SAUZET. Non seulement au spécialiste d’histoire religieuse et à l’ami mais aussi au Cévenol : sa famille est en partie originaire de Saint-Martial (Gard, arr. Le Vigan, cant. Sumène) et le seul manuscrit connu des Miracula Sancti Martialis Anno 1388 est conservé dans les archives communales de Nîmes, déposées aux archives départementales du Gard (SS21).

2 FROISSART, Chroniques, S. Luce éd., Paris, 1869-1931, t. XIV, p. 135-183. Ventadour : Corrèze, arr. Tulle, cant. Egletons, com. Moustiers-Ventadour.

3 "Lemovicensis villa gravi et pestifera inimicorum persequcione circumquaque vellata erat, et potissime illius pseudo christiani Gaufredi Testa Negra et suorum sequipedum, verum in ista villa vini, bladi, et aliorum carestia magna erat et timebatur major" ("Les miracles de Saint-Martial accomplis lors de l’Ostention de 1388", J. L. LEMAITRE éd., Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, t. CII, 1975, p. 105).

4 Ibid, p. 74-76.

5 J. BERLIOZ et M. A. POLO DE BEAULIEU, Les exempla médiévaux, Carcassonne, 1993 ; C. BREMOND, J. LE GOFF, J. C. SCHMITT, L’Exemplum, Turnhout, 1982 ; Prêcher d’exemples, récits de prédicateurs du Moyen Age, J. C. SCHMITT éd., Paris, 1985.

6 J. L. LEMAITRE, art. cit., p. 80-81.

7 " patriam Lemovicensem et Biturricensem" (miracle 45).

8 "illius pseudo christiani Gaufredi Testa Negra et suorum sequipedum” (Prologue, p. 105) ; "ilium pessimum christianicum Gaufredum Testa Negra et sues satellites" (miracle 20).

9 Il s’agit, le plus souvent, de dons de cire pour fabriquer des cierges (miracles 44,47, 53, 60, 62, 64, 66,69) ou parfois des ex-voto ("Ymagine Ceré"). Ainsi une femme aveugle fait-elle le vœu de venir à l’Ostention avec des yeux de cire (miracle 24). On retrouve d’autres allusions à des ex-voto de cire dans les miracles 51,61 et 67.

10 Dans certains cas, l’auteur se contente d’indiquer "un homme”, "une femme", sans plus de précision.

11 Une dizaine de miracles concernant des pèlerins et quelques prêtres.

12 Les autres catégories sociales représentées sont des bourgeois et habitants de Limoges et quelques hommes de guerre. Le héros du premier miracle est, une fois n’est pas coutume, un écuyer anglais.

13 Plus de la moitié des miracles décrivent une guérison miraculeuse.

14 miracles 9, 30, 40, 64.

15 miracle 10.

16 miracles 3, 46, 50, 59.

17 miracles 21, 24, 41, 61, 65.

18 miracles 6, 43, 51, 57.

19 miracles 3, 39, 46, 48, 50, 59.

20 miracles 16, 71, 73.

21 miracle 15.

22 miracles 5 et 8.

23 Plusieurs miracles, par exemple, dénoncent les méfaits des "Anglais" de Chalucet. Ce château est alors aux mains de Perrot le Béarnais et d’une bande d’origine internationale.

24 D’après les Miracula, une douzaine de châteaux sont alors tenus par des brigands (cf. J.L. LEMAITRE, art. cit., carte p. 139).

25 "Cum Anglici suo inefrenato el solito more discurerent patriam lemovicensem et biturricensem, venientes ad locum de Bersaco habitatoribus illius loci pro timore fugientibus et deserentibus ipsum locum..." (miracle 45).

26 Le miracle 14 évoque un homme de Razès fait prisonnier par les "Anglais" de Chassens ; il y a cent vingt kilomètres environ entre les deux (Razès : Haute-Vienne, arr. Bellac, cant. Bessines-sur-Gartempe ; Chassens : Dordogne, arr. Périgueux, cant. et c. Saint Astier (?)). Le miracle 22 a pour héros un paysan d’Aigueperse pris par les "Anglais" du Roc d’Ussac, à une cinquantaine de kilomètres de là (Aigueperse : Puy de Dôme, arr. Riom, ch. 1. cant. ; Unzac (?), Puy de Dôme, arr. Issoire, cant. Saint Germain-Lembron, c. Saint Gervasy). Dans le miracle 35, un homme de La Souterraine est capturé par les "Anglais” de Chalucet, situé à soixante-dix kilomètres au sud (La Souterraine, Creuse, arr. Guéret, ch. 1. cant.).

27 miracle 13.

28 miracle 32.

29 miracle 45. Bersac (Haute-Vienne, arr. Limoges, cant. Laurière).

30 miracle 48. Folles (Haute-Vienne, arr. Limoges, cant. Bessines).

31 miracles 45 et 48.

32 miracle 45. N’y a t-il pas là un signe de relative indifférence à l’enfant et à son sort, camouflée en inquiétude paternelle et maternelle dans le texte du miracle ?

33 miracle 25.

34 miracles 4, 35, 36.

35 miracles 36, 42, 47.

36 miracles 29, 31, 35, 47, 55, 62, 63, 66.

37 miracles 29, 35, 55, 72.

38 miracles 29, 35, 47, 55, 56, 62, 63, 66, 72.

39 Comment expliquer autrement l’achat de sauf-conduits et le retour au village où l’on retrouve enfants et bétail sains et saufs ?

40 miracle 36.

41 miracle 58. On rapprochera cette remarque de ce qu’écrit C. Beaune sur les aspects francophiles du culte de Saint Martial et leurs limites (C. BEAUNE, Naissance de la Nation France, Paris, 1985, p. 170-171).

42 L’expression vise le temps de la guerre de Cent Ans dans un procès du XVe siècle (Archives Nationales, S 6546).

43 L’adoption, pour la première fois, du prénom Martial par d’assez nombreux Limousins aux XIVe et XVe siècles est un autre indice d’une popularité accrue du saint. Le choix peut s’expliquer, là aussi, par la recherche d’un protecteur régional (L. PEROUAS, B. BARRIERE, J. BOUTIER, J. C. PEYRONNET, J. TRICARD, Léonard, Marie, Jean et les autres, les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984, p. 56).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search