Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Vies de chanoines à Tours, de Louis XIV à Louis XVI

Claude Petitfrere

Texte intégral

  • 1 Philippe LOUPES, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS, 1985, (...)
  • 2 En voici la liste par ordre chronologique, avec les références aux A.D. Indre-et-Loire : Pierre Mil (...)

1"Les chanoines sont à la fois les mal aimés et les oubliés de l’historiographie", écrit Philippe Loupès1. Notre ambition, bien modeste, est de contribuer à tirer de l’ombre ceux de Tours en donnant un bref aperçu de leurs conditions de vie dans les deux derniers siècles de l’Ancien Régime. Nous le ferons à partir de vingt inventaires après décès qui s’étalent de 1675 à 1784, six ayant été réalisés sous Louis XIV, dix sous Louis XV, quatre sous Louis XV12. Les cinq chapitres de la ville et de ses abords immédiats sont représentés dans l’échantillon, ceux de Saint Martin (6 inventaires) et de la cathédrale Saint-Gatien (2), les plus prestigieux, et les "petits" chapitres de Saint-Pierre-le-Puellier (6), de Saint-Venant (3), mais aussi de la chapelle royale du Plessis (3).

  • 3 Cf. notamment Daniel ROCHE, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Pa (...)
  • 4 Par exception, nous connaissons la fortune totale au décès de Pierre Barat, grâce au partage des bi (...)
  • 5 Le notaire a relevé 11 contrats de constitution parmi les papiers de P. Milon en 1675. Ch. Crosnier (...)

2Notre source a ses limites, bien connues3. Elle ignore, notamment, les revenus des prébendes et autres bénéfices ainsi que l’étendue des biens immobiliers propres au défunt et il serait vain d’espérer reconstituer les fortunes à partir d’elle seule4. Cependant la rubrique "titres et papiers" permet de repérer certains types de revenu comme les loyers, les fermages ou encore les rentes. Cinq ou six de nos "Messieurs” les affectionnent particulièrement5, mais les champions en sont les deux Tardif. Jean, mort en 1694 touchait annuellement 1535 L 2 s de rentes établies par un contrat pignoratif et 13 contrats de constitution, représentant un capital de 30400 L. Parmi les emprunteurs, l’Etat par le biais de la Ville de Paris (7500 L de principal), l’Hôtel-Dieu de Tours (3000 L), les Jésuites et les Augustins pour 1700 L chacun et, pour 1500 L, un président au Bureau des Finances, Pierre Rocher. Claude-Augustin, décédé en 1755, était à la tête de 1469 L 17 s 5 d de rentes dont 258 L 8 s 9 d sur l’Hôtel de Ville de Paris (capital 10337 L 10 s) et 71 L 5 s sur les aides et les gabelles (2850 L de principal).

  • 6 Si elle était confirmée par l’étude d’un échantillon statistiquement représentatif, cette tendance (...)
  • 7 Ces chapitres, surtout celui de Saint-Martin, auraient-ils une structure sociale proche de celle du (...)

3Nos chanoines, apparemment tous prêtres, sont, autant qu’on puisse en juger, des Tourangeaux, en majorité originaires de la ville capitale et du milieu de la marchandise (9 individus sur les 16 dont le père nous est connu)6. Mais nous avons aussi un fils d’officier (F. Godefroy, chanoine de Saint-Pierre dont le père était procureur au présidial) et 6 fils de nobles ou d’anoblis. Ces derniers appartiennent tous aux deux grands collèges de la ville, l’un, J.– R. Mégessier, au chapitre métropolitain, les cinq autres à l’illustre chapitre de Saint-Martin7 : A.-S. de Magny, les deux Milon et les deux Tardif. Signalons enfin que quatre de nos personnages possèdent des seigneuries, à titre personnel ou parce qu’ils en jouissent à vie canoniale : P. Milon seigneur de Launay, A.-S. de Magny, qui possède la baronnie de Ligueil, L.-V. Milon, qui est prévôt de Restigné, seigneurie appartenant à la collégiale et F.-G. Delacroix, le seul qui ne soit pas chanoine de Saint-Martin, qui fut prieur de la châtellenie de Chenusson.

  • 8 Cf. Col. Etienne ARNAUD, Les Milon, une famille de Touraine et d’Anjou (XIIIe – XIXe siècle), Tours (...)

4Quatre chanoines de Saint Martin, sont apparentés deux par deux : Pierre et Luc-Victor Milon, Jean et Claude-Augustin Tardif, ce qui est l’indice d’une présence continue de certains lignages dans ce corps, phénomène aisément vérifiable à compulser les généalogies8. Il se peut aussi que les deux Pierre Barat, l’un chanoine de Saint-Martin, l’autre du Plessis, soient apparentés, mais nous n’avons pu l’établir.

  • 9 Le total devrait être un peu supérieur pour Clément Duvau dont les 41 pièces de vaisselle d’étain f (...)

5Le montant total des inventaires (compte non tenu des revenus signalés dans les "titres et papiers") s’étale de 83L 12s (pour Cl. Duvau, chanoine de Saint-Venant), à 17583 L 1 s 3 d9. Trois d’entre eux dépassent 10000 L, tous relatifs à des chanoines de Saint-Martin : avec celui de L.-V. Milon, le plus élevé, ceux de Cl.-A. Tardif et de P. Barat (celui qui est mort en 1740), d’un montant respectif de 10764 L 5 d et 10332 L 19 s 6 d. Douze inventaires font mention d’argent liquide pour des sommes allant de 2 L chez Ch. Crosnier (cinq pièces de monnaie dont deux anciennes et un jeton d’argent), à 10225 L 4 s 3 d chez L.-V. Milon. Si trois de ces sommes sont inférieures à 100 L, cinq sont comprises entre 100 et 500 L, et quatre dépassent les 500 L. Ces dernières se rencontrent uniquement chez des chanoines de Saint-Martin. Trois d’entre eux semblent avoir pris plaisir à thésauriser. L.-V. Milon conservait dans son logis canonial 349 louis d’or et 13 double louis (valeur totale : 9000 L). Il avait aussi dans sa résidence de Rigny 1196 L 6 s 3 d en pièces diverses, notamment 35 louis, 8 demi-louis, 33 écus de 6 L, 63 écus de 3 L. On a trouvé dans le cabinet de la chambre de Cl.-A. Tardif 53 louis d’or dans une bourse de soie, 44 double louis dans un petit sac, 8 autres sacs emplis de pièces, et de la monnaie éparse : un total de 5865 L 19 s 6 d si l’on y comprend 411 L 10s de dettes actives remises à la succession par un confrère du défunt. Enfin chez P. Milon on découvre 55 louis d’or et pistoles (605 L) et un sac dans lequel se trouvent d’autres pièces représentant une valeur de 1330 L, soit 1935 L au total.

6Comme il est aisé de faire disparaître des pièces de monnaie avant l’apposition des scellés, nous avons exclu de nos comptes l’argent liquide, ainsi que les récoltes, éléments très fluctuants selon les époques de l’année, et calculé la valeur représentée par les "meubles meublants", la vaisselle, précieuse ou non, les vêtements et les livres, telle qu’elle a été estimée par les appréciateurs. Ainsi définis, les montants ne s’étagent plus que de 83 L 12s à 7229 L 17s (toujours pour Cl. Duvau et L.-V. Milon) soit quand même un rapport de 1 à 87. Les inventaires se partagent presqu’également en quatre catégories : cinq sont au-dessous de 500 L, six entre 500 et 1000 L, quatre entre 1000 et 2000 L et cinq dépassent cette somme. Quatre chanoines de Saint-Martin se retrouvent dans cette dernière classe, les deux autres dans la catégorie immédiatement inférieure.

7Tous ces chiffres doivent être considérés avec prudence. D’une part 7 inventaires ont été dressés avant 1726, année de la stabilisation de la livre, d’autre part les trois ventes à l’encan dont nous disposons montrent non seulement que, selon l’habitude, les prix avancés par les appréciateurs sont très largement sous-estimés, mais qu’aucun coefficient stable de plus-value ne peut être calculé. Les biens de P. Barat, appréciés 787 L 5 s en 1778 ont été vendus 1285 L 6 s (coefficient 1,6), mais l’ensemble des "meubles" de R. David (1771) estimés 302 L ont rapporté à la vente 1460 L 2 s (coefficient 4,8). En fait la plus-value diffère d’un article à un autre. Les variations sont modestes en 1705 dans le cas d’A.-S. de Magny (de l’ordre de 1,5 à 2 fois la valeur de l’estimation). Ainsi les meubles de sa cuisine appréciés 52 L 1 s ont été vendus 93 L 10 s tandis que son petit carrosse et ses deux chevaux, évalués 400 L ont rapporté 600 L. Par contre, dans la deuxième moitié du siècle des Lumières la plus-value semble plus irrégulière. Une commode de noyer appartenant à R. David, estimée 10 L a trouvé preneur à 38 L 5 s, mais sa bibliothèque que les parties avaient évaluée à la somme dérisoire de 14 L a rapporté à la vente 247 L 19 s. Le lit principal de P. Barat a été apprécié 150 L et vendu seulement 29 L de plus, les 70 volumes de sa bibliothèque estimés 6 L ont été vendus 16 L 10 s, alors qu’une soutane de drap appréciée 3 L a trouvé preneur à 12 et qu’un lot de 10 chaises n’ayant été estimé que 3 L a été vendu 20 L .

  • 10 Cependant quelques chanoines, comme J. Quillon ou R. David, habitent des maisons qui leur appartien (...)
  • 11 R. David occupe seulement une chambre et un cabinet dans la vaste maison du mail Preuilly (13 pièce (...)
  • 12 Des descriptions intéressantes des maisons canoniales figurent dans les PV d’estimation des biens n (...)

8La plupart des chanoines demeurent dans des maisons dites canoniales qui leur sont concédées à vie et sont regroupées dans les "cloîtres" de Saint-Martin, Saint-Gatien ou Saint-Pierre-le-Puellier10. Ils n’y manquent généralement pas d’espace. Si nous comptabilisons les pièces à vivre principales, celles qui sont dénommées "chambres" (les plus nombreuses) ou "salles", en y comprenant ces pièces plus spécialisées que sont les cuisines, présentes dans tous les logements, et les "salles" ou "salons à manger" dont disposent seulement 3 chanoines du XVIIIe siècle, nous nous apercevons que leur nombre varie d’une seule11 à huit, mais le type modal est celui des logis à 4 pièces que l’on rencontre à 7 reprises. Cinq demeures comptent un nombre inférieur de pièces, mais huit en ont davantage, les trois mieux pourvus (8 pièces chacun) étant, sans surprise, des chanoines de Saint-Martin, A.-S. de Magny qui habite le vaste hôtel du doyenné et les deux Tardif. C’est Claude-Augustin qui jouit de la maison la plus spacieuse. Elle comporte cuisine et salle à manger au rez-de-chaussée, et à l’étage une "salle" et 5 "chambres". S’y ajoutent 14 pièces ou espaces annexes (vestibule, office, garde-robe, cellier, 2 greniers, 3 caves, 1 écurie, 2 remises, 1 serre et 1 fruiterie), sans compter cours et jardins12. La plupart des logis disposent, en effet, de plusieurs pièces secondaires : 13 d’entre eux en ont au moins 4. Il s’agit surtout des "cabinets", à usages divers, que l’on rencontre dans 16 inventaires, mais aussi des greniers et des caves, omniprésents ou peu s’en faut. Certains lieux sont plus rares et indicatifs des meilleurs logis comme les offices que l’on trouve dans 8 maisons ou les écuries citées seulement à 3 reprises.

  • 13 Comme leurs confrères nîmois, les chanoines de Tours mènent une "vie de notables urbains mâtinés de (...)

9Seize chanoines possèdent aussi une, voire deux "résidences secondaires"13. Pour 6 d’entre eux nous n’en connaissons l’existence que par de brèves informations, tirées notamment de la rubrique "titres et papiers". Mais 10 inventaires détaillent les biens mobiliers de ces maisons des champs. Trois de nos clercs en possèdent deux, sept en ont une seule. Deux résidences sont situées dans les alentours immédiats de la ville (une faubourg Saint-Eloi et une dans la partie rurale de la paroisse de Notre-Dame La Riche), huit autres dans des paroisses proches de Tours (2 à Vouvray, une dans chacune des paroisses de Saint-Cyr, Fondettes, Chambray, Saint-Avertin, Joué, Ballan), enfin trois sont situées plus loin, dans la vallée du Cher (deux à Civray) ou de la Loire (une à Noizay).

10Ces maisons comportent en général un nombre de pièces inférieur à celui des logis urbains. Dans la plupart d’entre elles (9 cas) on trouve en effet moins de 4 pièces principales. Il y a pourtant des exceptions. Ainsi la closerie des Petites Brosses à Ballan, dont est propriétaire Ch. Crosnier compte 7 pièces principales et 8 annexes. Deux maisons font même figure de gentilhommières, celle de Rigny que possède L.-V. Milon dans la paroisse de Joué et celle des Mesliers à Chambray, propriété d’un autre chanoine de Saint-Martin, Cl.-A. Tardif. La première compte 11 pièces principales : une cuisine, une "grande salle", la salle à manger faisant également office de chambre à coucher du maître, et 7 "chambres", le tout regroupé dans le grand corps de logis, enfin la "chambre du jardinier" au bout de l’écurie. Dans le bâtiment principal on remarque encore 9 pièces secondaires dont un office et 4 cabinets. Les bâtiments d’exploitation comportent deux écuries dont une "aux vaches", une boulangerie, une grange, un pressoir, une serre, un grenier, une "fuye" et 2 caves. Le logis magistral des Mesliers ne comprend "que" 9 pièces principales (cuisine, salon à manger et 7 "chambres"), mais on dénombre au moins 20 espaces secondaires dans cette maison de campagne, dont les bâtiments d’exploitation traditionnels : écurie, étable, pressoir, cellier, grange, remises, serre et fruiterie.

  • 14 Cf. Brigitte MAILLARD, Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Etude d’histoire économique et s (...)

11Le type dominant parmi ces propriétés champêtres, est celui de la "closerie" si répandu aux alentours de la ville14. On le trouve à 6 reprises. Un bon exemple est la maison des Gougets que P. Barat possède en 1740 à Saint-Avertin. Elle consiste en un corps de logis, composé de 3 chambres, dont 2 à cheminée, 3 cabinets et 2 greniers, un appentis utilisé autrefois comme brûlerie, une cave voûtée "à l’orient desdits bâtiments", une grange servant de cellier, avec pressoir et cuve, un puits couvert d’ardoises dans la petite cour où l’on entre par un portail à deux battants et porte bâtarde à côté. Les terres sont constituées d’un jardin fermé de haies et fossés, "orné de charmes", un verger, une pièce de terre en friche, un clos de vignes d’environ 7 arpents et demi lui aussi entouré de haies vives et fossés et dont les allées sont bordées d’arbres fruitiers. Dans un lieu dénommé "clos du Vivier" on trouve encore 1/2 arpent de vignes et un petit bâtiment couvert de tuiles et composé de deux chambres dont une à cheminée et d’un grenier. A la mort du chanoine cette closerie fut vendue par adjudication 5600 L.

  • 15 On trouvera beaucoup de points de comparaison dans les maîtrises soutenues depuis 1991 à l’Universi (...)

12Lorsqu’on pénètre à l’intérieur des logis, même si les foyers canoniaux paraissent toujours bien pourvus relativement à ceux du petit peuple15, l’impression de confort est très inégale. Rien de comparable entre l’environnement quotidien d’un Cl. Duvau, chanoine de Saint-Venant et celui d’A.-S. de Magny, doyen de Saint-Martin, qui appartiennent tous deux au même XVIIe siècle. Le premier vit fort humblement dans son logis de trois pièces de la rue Quicangrogne. La chambre principale est tendue d’une simple bergame estimée 4 L. Le lit (26 L 10 s) se compose d’un châlit de noyer, une paillasse, deux couettes et deux "traversiers", un petit ciel de serge violette et une couverture de laine rouge barrée de noir. Complètent le décor une table, un "méchant fauteuil", 6 chaises et un escabeau couverts de serge assortie au ciel de lit, un cabinet à 4 fenêtres et 2 "liettes" (tiroirs), de noyer cependant comme la plupart des meubles, une boîte de bahut sur ses pieds, et la cheminée avec ses accessoires (landiers de fer, crémaillère, gril). A côté la chambre du doyen de Magny paraît somptueuse, avec ses huit pièces de tapisserie racontant l’histoire de David (elles seront vendues 850 L), ses deux rideaux violets aux fenêtres avec leurs pentes et cordons, et ses meubles de prix : un grand miroir à crémaillère et cadre de glace (vendu 170 L), 6 fauteuils de bois doré couverts d’étoffe au point d’Angleterre et 6 tabourets assortis, 2 autres fauteuils revêtus de tapisserie, deux chaises caquetoires, un petit siège de commodité couvert lui aussi de tapisserie, estimé 2 L mais qui a trouvé preneur à 6, enfin un bureau et une petite table "en manière d’écritoire". Au milieu trône un lit (vendu 273 L 15 s) qui se distingue par son ciel au point d’Angleterre, sa housse d’indienne et sa courtepointe de soie blanche.

  • 16 Cf. Anne FILLON, "Comme on fait son lit, on se couche. 300 ans d’histoire du lit villageois", Popul (...)
  • 17 L’inventaire de R. David ne comporte pas d’estimation d’un lit complet.

13La valeur des lits principaux nous paraît un bon indice de la diversité des conditions de vie, elle-même révélatrice des rangs et des fortunes16. Leur montant estimé varie, pour un lit complet, de 11 L 10 s chez N. Levallet, chanoine de Saint-Pierre-le-Puellier mort en 1692, à 300 L chez F. Robelin, appartenant au même corps, mais décédé en 1784. Les estimations se répartissent presque également en trois catégories : six de moins de 50 L, sept comprises entre 50 et moins de 100 L, six de 100 L ou davantage, parmi lesquelles 4 concernent des chanoines de Saint-Martin17. Naturellement la date des inventaires doit être tenue pour une des variables qui rendent compte des différences de prix. C’est ainsi qu’ un seul des documents du XVIIe siècle recèle des lits appréciés plus de 100 L. Mais la chronologie n’explique pas tout et le lit du doyen de Magny, contemporain de Louis XIV, est plus somptueux que celui de F. Robelin qui meurt sous Louis XVI alors que le second a été estimé 300 L, rappelons-le, quand le premier n’avait été apprécié que 126 L (il est vrai qu’il fut vendu 273 L 15 s). Devaient faire aussi grand effet, le lit de P. Barat (1740) avec son tour et sa courtepointe de damas violet garnis de franges de soie, celui de L.-V. Milon qui se distinguait par sa courtepointe de satin blanc piqué, sa housse de moire "abondée" de "point dongrie", ses fond, dossier et petites pentes de droguet de soie et coton, ou celui de Cl.-A. Tardif dont les bonnes grâces, fond, dossier, pentes et courtepointe étaient faits de gros de Tours et damas jonquille.

  • 18 G. Viard évoque le "mur de la tapisserie et de l’argenterie" qui séparait, à Langres, les chanoines (...)

14Les tentures des salles de réception sont d’autres révélateurs des hiérarchies et de la richesse18. Un seul inventaire n’y fait aucune référence. Parmi les 19 autres, la toile de Bergame, estimée de 4 à 10L, ne figure qu’à trois reprises. Les tentures au point de Hongrie décorent les pièces principales de trois chanoines et sont appréciées entre 10 et 24L (mais celle de R. David bien qu’estimée seulement 10L a été vendue 45). Deux de nos "Messieurs" ont décoré les murs de leur "salle" de tentures de cuir doré à l’ancienne : P. Milon (1675) et Cl.-A. Tardif (1755). Ce dernier a revêtu de tapisseries historiées (évaluées 50 et 100 L) deux autres pièces de son logis citadin et l’on trouve aussi dans sa résidence des Mesliers des tapisseries de prix, dont une verdure estimée 50 L. Des tentures à personnages se rencontrent également chez J. Tardif (une chasse, appréciée 60 L), dans la grande salle de la gentilhommière de Rigny appartenant à L.-V. Milon (50 L), dans la salle basse de P. Barat dont les 6 tapisseries historiées des Flandres sont appréciées 150L, mais la plus belle se trouvait incontestablement dans la chambre du doyen de Magny déjà décrite. Les verdures ou "tapisseries à feuillage" semblent particulièrement goûtées au XVIIIe siècle. On les trouve dans sept logis inventoriés de 1740 à 1784, de la modeste tenture d’E. Demargot estimée 5 L à celle de F. Robelin dont la chambre est ornée d’une verdure en six pièces évaluée 100 L. Enfin, trait de modernité, une "tenture de papier" apparaît en 1775 dans le "salon à manger" de M. Bouchet.

  • 19 13 inventaires seulement portent la trace de l’existence de domestiques alors qu’il y a fort à pari (...)

15Tout comme les belles tapisseries, les miroirs peuvent être un signe de distinction des intérieurs. Si pratiquement tous les chanoines ont au moins un miroir portable à leur disposition, les miroirs muraux ou monumentaux sont l’apanage d’une petite minorité. Ainsi trois demeures seulement sont ornées de trumeaux. Le logis de Cl.-A. Tardif en a deux : celui de la chambre de la gouvernante19 et celui qui trône entre deux "bras" de cristal sur la cheminée de la pièce où dormait le maître. On en trouve aussi un dans la "salle" de M. Chaussé et un autre dans une des chambres de F Robelin qui possède en outre un grand miroir à cadre doré et crémaillère, évalué 90 L. De semblables monuments se rencontrent encore dans trois inventaires, le plus beau étant celui déjà entrevu dans la chambre du doyen de Magny.

16Parmi les autres meubles de luxe, les commodes n’apparaissent qu’en 1740, mais elles sont désormais présentes dans 9 inventaires sur 13. Cl.– A. Tardif en possède une à quatre tiroirs, dessus de marbre et garnitures de cuivre (estimée 40 L) dans son domicile principal, et deux en bois de poirier aux Mesliers (20 L chacune). Mais la plus belle est sans doute celle de F. Robelin, "une comode (sic) à tombeau, son dessus de marbre, à placage, ferrée et garnie, à quatre tiroirs" (estimée 70 L).

17L’abondance ou la rareté de la vaisselle précieuse est, elle aussi, indicatrice du luxe ou de la médiocrité. Dans 17 inventaires elle a été comptée à part. On apprend ainsi que Cl. Duvau, le moins riche de nos chanoines, possède 41 pièces de vaisselle d’étain fin et commun mais le lieutenant particulier ne les a pas jugées dignes d’être détaillées et n’a pas fourni d’estimation. Un autre cas singulier est celui d’A.-S. de Magny, le doyen du chapitre de Saint-Martin dont la vaisselle d’argent d’un poids de 26 marcs a été portée à la Monnaie en 1705 et n’a pas été évaluée. Mais il possède aussi une belle vaisselle d’étain fin de Cornouaille ou de Tours, estimée 103 L 10 s et qui a rapporté 144 L 18 s lors de la vente à l’encan. Dans les autres inventaires, l’ensemble de la vaisselle précieuse est appréciée au poids du métal. L’étain est présent dans 16 inventaires, mais il est de faible prix. En 1694, il vaut 5 s la livre quand il est commun, 8 s s’il est fin. En 1777, l’étain, sans distinction de qualité, est évalué 12 s la livre. L’argent vaut beaucoup plus cher. En 1675 le marc est prisé à 25 L, en 1750 à 46 L 18s, en 1784 à 48 L 9s 3d.

  • 20 Testament ouvert le 15 décembre 1747, 3 E 4 442, Jean Michau (1747).

18Le plus petit lot de vaisselle est estimé 60 L 15 s, le plus important 5316 L 1s. Deux de ces lots sont inférieurs à 100 L, sept sont compris entre 100 à 500 L, deux entre 500 et 1000 L et quatre autres (dont 3 appartiennent à des chanoines de Saint-Martin), dépassent cette somme. Chez les moins bien dotés, la vaisselle précieuse se borne à quelques pièces, comme pour M. Bouchet qui possède en tout et pour tout 3 cuillères, 3 fourchettes, une tasse "ancienne" et une petite "custode" d’argent (100 L 4 d au total). Le lot le plus riche est celui de L.-V. Milon. Sa vaisselle d’étain (40 L) est encore abondante pour l’époque (1747) : 5 douzaines d’assiettes, 19 plats, un égouttoir et une cuillère potagère). Mais son argenterie a une tout autre valeur : 5276 Lis. Elle comprend deux vases sacrés (un calice et sa patène), 80 jetons et surtout de la vaisselle, notamment 11 plats pour différents usages, 17 cuillères, 17 fourchettes 12 cuillères à café, dont 6 de vermeil doré etc. Encore n’ont pas été compris 2 flambeaux de vermeil et 2 d’argent que le chanoine lègue à ses petits neveu et nièce20.

19Obtenir une prébende ne nivelle pas plus les comportements que le cadre de la vie quotidienne et nos clercs conservent les habitudes de leur milieu d’origine. Chevaux et équipages ne figurent que dans les inventaires de trois chanoines nobles. A.-S. de Magny possède, rappelons-le, deux chevaux et un petit carrosse coupé. Un cheval roux est logé dans l’écurie de Rigny appartenant à L.-V. Milon qui a aussi entreposé dans la salle à manger de sa gentilhommière une chaise à porteur "foncée de gros de Tours broché". Enfin on trouve deux juments dans l’écurie de la maison canoniale de Cl.-A. Tardif et dans les remises une chaise roulante et un tombereau. Toutefois la présence, au moins épisodique, de chevaux est attestée dans 4 autres inventaires par différents indices (selles, brosses, étrilles, brides, bâts). La chasse est pratiquée dans leurs maisons des champs par deux chanoines nobles, L.-V. Milon qui possède cinq fusils à Rigny, et Cl.-A. Tardif qui en a deux et un "bary" de poudre aux Mesliers. Mais des roturiers ont aussi des fusils : Ch. Crosnier en conserve un dans sa résidence principale du Plessis et il en a confié un autre à son closier de Ballan sous prétexte de "se deffendre des animaux". J. Quillon en possède un lui aussi, de même que M. Bouchet (avec un couteau de chasse). Mais ces deux derniers ont en plus des armes de défense (3 pistolets pour le premier, deux pour le second), ce qui est aussi le cas de P. Milon et J.-R. Mégessier, (respectivement 2 et 3 pistolets). Quant à J. Tardif, il conserve en 1694 dans une remise les glorieuses dépouilles de ses ancêtres : cinq vieux mousquets, deux hallebardes, un devant de plastron et deux collets "d’assier".

  • 21 Il faudrait cependant pouvoir mesurer l’assiduité aux offices et aux diverses obligations canoniale (...)
  • 22 Mais l’aumusse blanche et grise de R. David qui n’était estimée que 3 L a été vendue 40.

20Malgré la diversité des conditions et des cadres de vie, tous nos chanoines semblent partager quelques traits de comportement et de caractère. Et d’abord l’importance qu’ils attachent à leur fonction21, la fierté qu’ils en ressentent. Les vêtements sacerdotaux, qui figurent dans tous les inventaires, en témoignent. Pourtant, là encore, les écarts entre les extrêmes sont immenses. La garde-robe "professionnelle" de Cl. Duvau se limite à 2 aumusses et une soutanelle d’étamine noire. Elle est évaluée 2 L 10 s, soit dix fois moins que celle de son contemporain, J. Tardif (25 L 9 s 6 d). Celui-ci possède 2 soutanes, 1 soutanelle, 1 aumusse, 5 surplis, 5 rochets, 2 chapes, 2 dominos. Il conserve en outre, dans un monumental prie-Dieu, divers vêtements liturgiques et linges sacrés, chasuble, étole, manipule, voile et un tour d’armoire d’argent à fleurs garni de galons et franges or doublé de cadis (40 L en tout). Les soutanes et les surplis se trouvent presque toujours en plusieurs exemplaires. Le doyen de Saint-Martin, de Magny, ne possède pas moins de 13 soutanes (dont l’une, de drap d’Espagne, toute neuve, a été vendue 40 L), 2 soutanelles et 4 surplis, mais Ch. Crosnier a aussi 7 soutanes et 6 surplis. Les chapes et surtout les aumusses sont comme les emblèmes de la fonction. Les premières sont très fréquemment mentionnées, mais la plupart du temps en un seul exemplaire. Les aumusses sont citées dans 17 inventaires. Leur estimation varie, selon le tissu et l’état, d’une livre ou deux à 30 L pour celle "de petit gris" de F. Robelin22.

  • 23 Gilles DEREGNAUCOURT et Didier POTON affirment que "les chanoines possèdent et lisent plus de livre (...)
  • 24 Dont le cas particulier de N. Levallet qui a déposé dans son grenier 100 livres parmi lesquels ses (...)

21Autre caractère commun aux chanoines, la culture intellectuelle, et plus spécialement religieuse, dont témoignent leurs bibliothèques23. Seuls les quatre inventaires de P. Milon, Cl. Duvau, J. Roulleau et P. Barat ne mentionnent aucun livre. F.-G Delacroix ne possède que 15 titres (parmi lesquels 2 petits dictionnaires, l’un latin et l’autre français, 2 bréviaires et 8 ouvrages religieux dont la Bible de Sacy en 3 volumes et le Nouveau Testament en latin). On ne peut parler dans son cas d’une véritable bibliothèque. Par contre, tous les autres ont plusieurs dizaines d’ouvrages (de 43 à 341 volumes ce qui fait un nombre de titres moindre). Six de ces bibliothèques ont moins de 100 volumes, 3 entre 100 et 20024, les 6 dernières plus de 200. La plus importante est celle de F. Godefroy : 341 volumes évalués 100 L, sans compter 2 volumes et 3 brochures retrouvés dans une "manne" de sa closerie de Vouvray.

22Indices, comme les livres, d’une ouverture de l’esprit, les instruments scientifiques sont présents dans le plus grand nombre des demeures. Ceux qui servent à mesurer le temps, parmi lesquels les montres sont majoritaires, se retrouvent dans 11 inventaires dont le plus ancien date de 1712. F. Robelin, par exemple, possède "une grosse montre à répétition à boetier et chesne d’argent" estimée 36 L et "une pendule montée en cuivre doré" évaluée 80 L. On trouve quelques autres belles pièces, comme la pendule du salon à manger des Mesliers (30 L) chez Cl.-A. Tardif. Des instruments servant à mesurer les phénomènes atmosphériques sont consignés dans quelques inventaires du milieu du XVIIIe siècle (2 baromètres chez L.-V. Milon, 3 baromètres et 3 thermomètres dans les deux maisons de Cl.-A. Tardif). Deux chanoines possèdent des lunettes d’approche : M. Bouchet (1775) et N. Levallet (1692), un passionné de science qui détient en outre 2 compas, une équerre et un grand nombre de "machines" enchâssées dans du noyer, de l’ébène, du cuivre ou conservées dans 11 petites boîtes de papier marbré. On trouve encore une boussole (d’argent) chez A.-S. de Magny en 1705, deux autres chez J. Quillon en 1762. Enfin quatre chanoines paraissent montrer quelque penchant pour la géographie : J. Tardif (1694) qui a disposé dans son cabinet "une carte garnie de son cadre de bois représentant toutte la terre (sic)", L.-V. Milon, qui conserve dix cartes de géographie dans sa maison de Rigny (1747), F.-G. Delacroix qui a une carte de France dans sa chambre (1750), voire Ch. Crosnier (1777) bien qu’il ait remisé au grenier ses 9 cartes géographiques.

23Les chanoines de Tours semblent apprécier les beaux-arts si l’on en juge par les nombreux tableaux et estampes qu’ils possèdent. Seuls 3 inventaires n’en comportent aucun (ceux de Cl. Duvau, J. Roulleau et J.-R. Mégessier). M. Chaussé et M. Bouchet n’ont que des estampes, mais en grande quantité : respectivement 13 et 40 de ces images, encadrées, sont suspendues aux murs de leur cabinet. Les riches nobles apprécient les tableaux autant que les belles tapisseries. P. Milon a dans son cabinet "un tableau peint à l’huile représentant Notre Seigneur Jésus-Christ". La salle basse de J. Tardif offre 4 peintures à l’admiration des visiteurs : un paysage au-dessus de la cheminée, une scène de la vie du Christ et des portraits d’Henri IV et Richelieu. Dans la chambre du défunt on trouve aussi 2 tableaux, une scène religieuse (le Christ, la Vierge et Jean-Baptiste) et une nature morte (un vase de fleurs). Enfin huit autres peintures ont trouvé leur place dans le cabinet. Le doyen de Magny a disposé dans une petite salle basse un grand tableau à cadre doré représentant le Christ (apprécié 10 L il fut vendu 22 L 10 s) et le cabinet qui abrite sa bibliothèque est décoré de 15 petits tableaux. Cl.-A. Tardif conserve dans la salle de sa maison canoniale 3 portraits, de Louis XIV, du Grand Dauphin, et du duc de Bourgogne, mais son logis principal possède encore 9 tableaux dont un Christ tandis que 17 autres et 2 estampes sont disposés dans sa maison de campagne des Mesliers. L.-V. Milon semble un grand amateur : il a enjolivé sa demeure citadine de 38 tableaux et en conserve 4 autres à Rigny avec 8 estampes. Quelques roturiers ne sont pas en reste : F. Godefroy a disposé 30 tableaux, souvent petits il est vrai, dans diverses pièces de sa maison et F. Robelin possède 3 gravures sous verre et 9 tableaux dont une représentation du jugement de Salomon, un Saint François d’Assise et 3 grands portraits qu’on aurait mieux imaginé dans un logis noble puisqu’ils figurent son père, sa mère et son aïeul paternel. On est étonné, par contre, de la rareté des instruments de musique dans les inventaires. Elle montre que nos "Messieurs" ne pratiquaient pas beaucoup l’art d’Euterpe, en dehors des offices évidemment. La "serinette" de F. Robelin ne pouvant vraiment passer pour tel, il ne reste au tableau qu’une flûte appartenant à M. Bouchet, et chez N. Levallet 2 flûtes et un hautbois qui ne devaient guère servir puisqu’ils sont relégués au grenier.

24L’importance de la vie de relation sera le dernier élément caractéristique de la vie quotidienne des chanoines que nous soulignerons ici. Elle est patente d’un bout à l’autre de l’époque considérée. Un premier indice en est le grand nombre de sièges des salles où l’on reçoit puisque seize inventaires comportent au moins une pièce disposant de 10 sièges ou davantage. Ainsi en 1675 P. Milon dispose, dans la "salle" de son logis, de 6 chaises, 6 escabeaux, 6 sièges pliants et deux fauteuils, mais il a placé aussi dans une petite garde-robe une réserve de 12 chaises, 6 sièges pliants et 2 fauteuils estimée à la somme considérable de 100 L. Même profusion chez A.-S. de Magny, nous l’avons déjà vu, ou chez J. Tardif qui peut offrir à ceux qui lui rendent visite dans la chambre où il dort, 6 fauteuils, une grande chaise de repos et 12 autres chaises dont 4 dites "caquetoires". Mais une autre de ses "chambres" compte aussi 16 sièges et il y en a 14 dans la "salle". Au milieu du XVIIIe siècle la chambre personnelle de Cl.-A. Tardif renferme 6 fauteuils de noyer "à la reine" recouverts de velours d’Utrecht couleur jonquille et deux autres à tapisserie rayée bleu et citron (estimés 42 L en tout), à quoi s’ajoutent une chaise et deux tabourets. Enfin en 1778 P. Barat a logé 15 chaises et un fauteuil dans sa chambre, le tout estimé 11 L mais revendu 49 L 5 s.

25La fréquence des jeux de société est un autre indice de cette vie de relation. Ils paraissent se multiplier au siècle des Lumières. Les premiers quinolas, ou tables à jouer, apparaissent chez P. Barat en 1740. Désormais ils seront présents dans tous les inventaires à deux exceptions près. Les mieux équipés sont, sans surprise, L.-V. Milon et Cl.-A. Tardif. Le premier possède à Rigny 2 quinolas, un tric-trac d’ébène, un solitaire et son damier, et divers accessoires tels qu’une boîte à quadrille, des pions pour le jeu de dames et 30 "boules à jouer" dans un sac. Le second dispose de rien moins que 4 quinolas et un "quadrille roulant" dans son logis principal, et aux Mesliers 2 quinolas et un jeu de trou-madame avec seize billes d’ivoire.

  • 25 Compte non tenu du vin des récoltes conservé aux Mesliers (29 poinçons et deux quarts, soit plus de (...)

26La vie sociale s’organise aussi autour de la table. Chez les chanoines les plus favorisés, le nombre des nappes et des serviettes en témoigne aussi bien que l’abondance de la vaisselle. P. Barat (1740) conserve dans une armoire 16 nappes et 9 douzaines de serviettes. L.-V. Milon dispose pour les besoins de son domicile principal de 18 nappes et 158 serviettes et, pour ceux de sa gentilhommière de Rigny, de 45 nappes et 196 serviettes. Le record est détenu par Cl.-A. Tardif qui a accumulé, dans ses deux maisons, 54 nappes et 562 serviettes. Nous n’avons aucun moyen de connaître les menus servis par nos chanoines à leurs invités. Du moins peut-on penser que le vin ne devait pas manquer. A la mort de P. Barat (1740), sa cave est garnie de 8 pièces de vin blanc et 2 de rouge, dont, il est vrai, une partie est "poussée" (estimation 150 L) et Cl.-A. Tardif avait dans l’office de sa résidence principale 200 bouteilles de vin prêtes à être débouchées et dans sa cave, outre 2 "poins" de vieux vin, 2 poinçons de vin rouge de l’année précédente, 3 quarts de vin blanc et 3 poinçons de "vin blanc de domestique", le tout estimé 87 L25. Les breuvages à la mode sont aussi largement répandus. Le premier à disposer d’un nécessaire à café (2 cafetières et un cabaret idoine) est A.-S. de Magny en 1705. A partir de 1740, tous les inventaires, sauf celui de R. David, recèlent des indices de la consommation de café (moulins, cafetières, tasses ou cuillères à café). Par contre, on ne trouve de théière ou de boîte à thé que dans 5 inventaires et à partir de 1747.

  • 26 Les inventaires des chanoines sont souvent fort copieux et bien des enseignements ont dû être laiss (...)
  • 27 R. SAUZET évoque "ce comportement de notables usant, dans un égoïsme tranquille, des privilèges de (...)
  • 28 Il est dommage que nous ne disposions que de deux inventaires de chanoines métropolitains, ce qui i (...)

27La modestie de notre échantillon autant que le cadre restreint de cet article26 nous interdisant toute généralisation, nous nous bornerons à baliser quelques pistes en guise de conclusion. La plus sûre est l’appartenance des chanoines à l’univers des notables, à Tours comme ailleurs27. Ils partagent avec les élites un large espace vital, l’habitude de la double résidence, citadine et campagnarde, le goût du confort et de la vie en société, même s’ils présentent quelques caractères spécifiques comme peut-être un penchant plus appuyé pour les livres. Une seconde remarque qui ne craint pas la contradiction est la grande disparité des conditions. Bien sûr l’amélioration du niveau de vie moyen de Louis XIV à Louis XVI et l’évolution séculaire des modes se lisent à des indices comme la multiplication et la diversification du mobilier, la banalisation du café ou l’apparition des commodes et des quinolas dans les inventaires du milieu du XVIIIe siècle. Mais les inégalités d’une vie à l’autre paraissent avant tout corrélées au prestige plus ou moins grand du chapitre auquel on appartient. Dans tous les domaines les chanoines de Saint-Martin se placent en haut de l’échelle28. Et comme cette appartenance est, grossièrement parlant, fonction de l’origine sociale, celle-ci nous paraît déterminante pour rendre compte de la diversité des conditions de vie. En quelque sorte les chanoines transposent dans l’univers clérical les goûts et les comportements du monde dont ils sont issus.

Notes

1 Philippe LOUPES, Chapitres et chanoines de Guyenne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, EHESS, 1985, p. 15.

2 En voici la liste par ordre chronologique, avec les références aux A.D. Indre-et-Loire : Pierre Milon, St-Martin, 3 E2, Me Gerbeau, 1675 ; Clément Duvau, St Venant, série B, BSPTours, Minutes du greffe et PV, 1692 ; Nicolas Levallet, St Pierre, B, BSPTours, Min. gr. et PV, 1692 ; Jean Tardif, St Martin, 3 E4 372, Me Louis Boutet, 1694 ; Antoine-Simon de Magny, St Martin, 3 E4 391, Me Boutet, 1705 ; François Godefroy, St Pierre, B, BSPTours, Min. gr. et PV, 1712 ; Jean Roulleau, Le Plessis-lès-Tours, B, BSPTours, Min. gr. et PV, 1724 ; Pierre Barat, St Martin, 3 E4 435, Me Jean Michau, 1740 ; Etienne Demargot, St Venant, 3 E4 439, Me Michau, 1744 ; Luc-Victor Milon, St Martin, 3 E4 432, Me Michau, 1747 ; François-Gilles Delacroix, St Venant, 3 E4 445, Me Michau, 1750 ; Jean-René Mégessier, St Gatien, 3 E6, Me Georget, 1754 ; Claude-Augustin Tardif, St Martin, 3 E4 450, Me Michau, 1755 ; Jean Quillon, St Pierre, 3 E9, Me Pierre Chéreau, 1762 ; Martin Chaussé, St Gatien, 3 E8, Me Gervaize aîné, 1766 ; Raymond David, St Pierre, 3 E1 442, Me Martin Brisset, 1771 ; Michel Bouchet, St Pierre, 3 E8, Me Gervaize, 1775 ; Charles Crosnier, Le Plessis, 3 E8, Me Nicolas Gervaize, 1777 ; Pierre Barat, Le Plessis, 3 E1 954, Me Thenon, 1778 ; François Robelin, St Pierre, 3 E8, Me Gervaize, 1784.

3 Cf. notamment Daniel ROCHE, Le peuple de Paris. Essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier Montaigne, 1981, p. 59-61 et Annick PARDAILHE-GALABRUN, La naissance de l’intime. 3000 foyers parisiens, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1988, p. 26-33.

4 Par exception, nous connaissons la fortune totale au décès de Pierre Barat, grâce au partage des biens qui a été fait entre ses héritiers le 6 février 1741 : le total, meubles et immeuble s’élève à 30335 L 14 s (3E4 435, Jean Michau).

5 Le notaire a relevé 11 contrats de constitution parmi les papiers de P. Milon en 1675. Ch. Crosnier jouissait en 1777, de 446 L 13 s de rentes (au capital de 6466 L) et F. Robelin en 1784 de 901 L 3 s 4 d, dont 240 L sur l’Hôtel-Dieu d’Orléans et 219 L15 s sur l’Hôtel de Ville de Paris.

6 Si elle était confirmée par l’étude d’un échantillon statistiquement représentatif, cette tendance (que pourrait expliquer l’importance peut-être plus grande qu’on ne le pense de la Manufacture de soie de Tours à cette époque), irait à l’inverse du modèle des chapitres de Guyenne où Ph. Loupés (op. cit., p. 241) note la "primauté des hommes de loi au sens large du terme", un modèle qui s’applique à Langres dont les chanoines provenaient, au Grand Siècle, pour 81,3 % du milieu noblesse-officiers-gens de loi et 10,5 % seulement de la marchandise (Georges VIARD, "Les chanoines de Langres au XVIIe siècle : recrutement, origines, fortunes", Annales de l’Est, 1976, p. 87- 138).

7 Ces chapitres, surtout celui de Saint-Martin, auraient-ils une structure sociale proche de celle du chapitre cathédral de Chartres où la part des nobles est passée de 36 à 47 % au cours du XVIIIe siècle ? Cf. Michel VOVELLE, "Un propriétaire collectif : le Chapitre cathédral ou le marquis de Carabas sous les traits d’un chanoine", Ville et campagne au 18e siècle (Chartres et la Beauce), Paris, Editions sociales, 1980, p. 167-207.
Sur le plus fameux chapitre de Tours, cf. Eugène JARRY, "Le chapitre de Saint-Martin aux XVIIe et XVIIIe siècles", Revue de l’histoire de l’Eglise de France, 1961, p. 117-149.

8 Cf. Col. Etienne ARNAUD, Les Milon, une famille de Touraine et d’Anjou (XIIIe – XIXe siècle), Tours, Centre Généalogique de Touraine, 1988.

9 Le total devrait être un peu supérieur pour Clément Duvau dont les 41 pièces de vaisselle d’étain fin et commun qui constituent son seul luxe, n’ont pas été appréciées.

10 Cependant quelques chanoines, comme J. Quillon ou R. David, habitent des maisons qui leur appartiennent en propre.

11 R. David occupe seulement une chambre et un cabinet dans la vaste maison du mail Preuilly (13 pièces principales) dont il a loué le reste et qui fut vendue sur licitation en 1773 (François CAILLOU, Les foyers tourangeaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle d’après les inventaires après décès de Maître Brisset, Tours, Maîtrise, 1991, p. 21 et 131).

12 Des descriptions intéressantes des maisons canoniales figurent dans les PV d’estimation des biens nationaux de première origine (A.D.I. & L., 1 Q282).

13 Comme leurs confrères nîmois, les chanoines de Tours mènent une "vie de notables urbains mâtinés de gentilshommes campagnards” (R. SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694 (étude de sociologie religieuse), Lille III, 1978, p. 482).

14 Cf. Brigitte MAILLARD, Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle. Etude d’histoire économique et sociale, Thèse d’Etat, Université de Rennes II, 1992, p. 724-734.

15 On trouvera beaucoup de points de comparaison dans les maîtrises soutenues depuis 1991 à l’Université de Tours à partir des inventaires après décès, entre autres, celles de François Caillou, Claire Dumaveux, Stéphane Laneau, Geneviève Legroux, Stéphane Malmert, Vincent Marik, Laurent Pamphile, Véronique Vandebrouk.

16 Cf. Anne FILLON, "Comme on fait son lit, on se couche. 300 ans d’histoire du lit villageois", Populations et cultures. Etudes réunies en l’honneur de François Lebrun, Rennes, 1989, p. 153-164.

17 L’inventaire de R. David ne comporte pas d’estimation d’un lit complet.

18 G. Viard évoque le "mur de la tapisserie et de l’argenterie" qui séparait, à Langres, les chanoines nobles des autres, art. cit.

19 13 inventaires seulement portent la trace de l’existence de domestiques alors qu’il y a fort à parier que chacun de nos chanoines avait au moins une servante, sauf peut-être R. David, retiré dans une seule pièce. Dans 9 cas nous avons repéré un seul domestique, dans 4 autres nous en avons détecté au moins 3. La proportion est à peu près semblable à celle que permet d’établir la capitation "bourgeoise” de Tours pour l’année 1773 : 58 % des chanoines qui y sont portés, n’employaient qu’un serviteur ou une servante (Cl. PETITFRERE, L’Œil du Maître..., Bruxelles, Complexe, 1986, p. 32).

20 Testament ouvert le 15 décembre 1747, 3 E 4 442, Jean Michau (1747).

21 Il faudrait cependant pouvoir mesurer l’assiduité aux offices et aux diverses obligations canoniales. Un chanoine de la cathédrale, Gabriel Lantier, dont nous avons retrouvé le testament d’inspiration janséniste s’accuse des "fréquentes absences et fautes de négligence et d’omission volontaire" qu’il a commises pendant trente ans (AD I & L, 3E1, Me Mouys, juin-déc. 1759). Sur le peu d’assiduité des chanoines de Nîmes au XVIIe siècle, voir R. SAUZET, op.cit., p 502 et 653-655.

22 Mais l’aumusse blanche et grise de R. David qui n’était estimée que 3 L a été vendue 40.

23 Gilles DEREGNAUCOURT et Didier POTON affirment que "les chanoines possèdent et lisent plus de livres que le commun des séculiers", La vie religieuse en France aux XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, Paris, Ophrys, 1994, p. 259. Cf. aussi G. VIARD, "Les chanoines de Langres et les Lumières", Congrès de l’Ass. bourguignonne des soc. sav., Langres, 1984, Dijon, 1986, p. 119-129. En dehors de notre échantillon, donnons les exemples de Pierre Aucard et Charles Tavernier, chanoines du Plessis et de Saint-Gatien, qui possèdent dans les années 1780 respectivement 409 et 846 volumes dont 47 et
43 % d’ouvrages religieux (Armelle LE BEHEREC, Les bibliothèques privées en Touraine dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Maîtrise, Tours, 1994, T.1, p. 51).

24 Dont le cas particulier de N. Levallet qui a déposé dans son grenier 100 livres parmi lesquels ses propres manuscrits de philosophie.

25 Compte non tenu du vin des récoltes conservé aux Mesliers (29 poinçons et deux quarts, soit plus de 78 hl, estimés 300 L).

26 Les inventaires des chanoines sont souvent fort copieux et bien des enseignements ont dû être laissés de côté, dont certains, tirés notamment des "titres et papiers" seraient précieux pour la connaissance des comportements, croyances et mentalités.

27 R. SAUZET évoque "ce comportement de notables usant, dans un égoïsme tranquille, des privilèges de leur rang et de leur fortune”, in "La qualité de la vie à travers quelques registres de délibérations capitulaires du Bas-Languedoc", Chronique des frères ennemis. Catholiques et Protestants à Nîmes du XVIe au XVIIIe siècle”, Caen, Paradigme, 1992, p. 203-208.

28 Il est dommage que nous ne disposions que de deux inventaires de chanoines métropolitains, ce qui interdit toute tentative de comparaison entre les "Messieurs" des deux chapitres les plus prestigieux.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search