Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

De la visite pastorale à l’enquête administrative : les méthodes d’investigation des archevêques de Tours au temps des Lumières

Brigitte Maillard

Texte intégral

  • 1 J. LE GOFF et R. REMOND (dir.), Histoire de la France religieuse, t. 2 : du christianisme flamboyan (...)

1Il y a 20 ans, en 1975, paraissait à Rome la thèse de troisième cycle de R. Sauzet, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres dans la première moitié du XVIIe siècle. Essai de sociologie religieuse ; outre qu’elles invitaient les historiens à poursuivre l’exploration de ces sources, ses conclusions ont contribué à nourrir le débat sur le développement de la Contre-Réforme et de la Réforme catholique et plus particulièrement sur la religion dite "populaire"1. Il y a 10 ans dans le tome IV du Répertoire des visites pastorales de la France la rubrique rédigée par R. Sauzet établissait pour le diocèse de Tours un constat de carence en ce qui concerne les procès-verbaux de visites pastorales tout en démontrant grâce au relevé fait dans les registres paroissiaux des ordonnances de visite que dans leur ensemble, les archevêques n’avaient pas négligé cet aspect fondamental de leur devoir.

  • 2 R. MOLS (S.J.), "Saint Charles Borromée, pionnier de la pastorale moderne", Nouvelle Revue Théologi (...)
  • 3 F. MARTEL, H.-M.-B. de Rocozels de Fleury archevêque de Tours (1750-1774), Mm Université de Tours, (...)
  • 4 AD IL, Registres paroissiaux de Mazières, 1757. C. LABREUILLE, Etude historique sur Montrichard et (...)

2Au XVIIIe siècle, après les troubles dus à la vacance du siège épiscopal de 1716 à 1722, le diocèse de Tours voit se succéder seulement trois archevêques. Chacun est donc resté en fonction assez longtemps pour laisser sa marque dans un diocèse aux dimensions somme toute réduites. Dans un premier temps Mgr Chapt de Rastignac (1723-1750) mit toute son énergie à lutter contre le jansénisme ; dans cette même période, en vrai disciple de saint Charles Borromée2, il multiplie les visites pastorales ; puis à partir de 1734, il abandonne cette pratique en même temps qu’il cesse de poursuivre les jansénistes. Dans la seconde moitié du siècle se succèdent Mgr Rosset de Fleury (1751-1775)3 et Mgr de Conzié. Le Répertoire des visites pastorales fait apparaître un vif contraste dans l’activité de ces deux prélats. Pendant toute l’administration de Mgr de Fleury des tournées de visites pastorales sont organisées ; il y participe en personne. Au contraire peu de registres paroissiaux gardent la trace d’une visite faite au temps de Mgr de Conzié. Est-ce à dire que la visite pastorale est devenue sans objet et sa méthode jugée répétitive et finalement obsolète ? Y a-t-il alors vraiment au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, au temps de la "monarchie administrative", évolution des méthodes pastorales et d’administration du diocèse et adoption de modes plus "modernes" ? Puisque l’on ne peut dresser pour le diocèse de Tours un tableau comparable à celui du diocèse de Chartres, au moins peut-on tenter d’étudier les moyens d’action des archevêques de Tours au XVIIIe siècle en utilisant, pour pallier la pauvreté des archives épiscopales, les richesses encore mal connues des registres paroissiaux, comme ceux de la petite ville de Montrichard et d’une paroisse rurale proche de Tours, Mazières4.

3Mgr Rosset de Fleury est sans doute venu au moins une fois dans chacun des doyennés de son diocèse ; la visite est pour lui un "devoir essentiel". Son activité très importante entre 1754 et 1758 répond à la volonté de visiter tout son diocèse dès le début de son épiscopat, programme contrarié par des "affaires indispensables [qui]... ont enlevé presque tout le temps" destiné à ces visites, écrit-il en 1758 ; s’agit-il à cette date de la lutte contre le jansénisme ? En 1759, la maladie le force à interrompre une tournée et il semble achever la visite de tout son diocèse vers 1761. En 1767, il entame une seconde tournée générale ; certaines paroisses ont donc été inspectées deux fois, et parfois plus, par lui-même ou ses délégués, vicaires généraux ou doyens ruraux : Mazières l’est en 1757, 1768 et 1772 ; les doyennés de Montrichard et de Bléré le sont en 1758 et 1767.

  • 5 M.H. et M. FROESCHLE-CHOPARD, Atlas de la réforme pastorale en France de 1550 à 1790, Paris, 1986, (...)

4La technique des visites est tout à fait au point ; une tournée5 concerne plusieurs doyennés : en 1757, ce sont les secteurs de Luynes, de Saint-Symphorien et Vernou et en 1758, les doyennés de Montrichard et de Bléré. L’archevêque se déplace avec une escorte nombreuse qui comprend les vicaires généraux qui participent activement aux visites, son secrétaire qui rédige sur le champ les procès-verbaux et parfois les ordonnances, son aumônier et de nombreux domestiques ; il y a là vraiment le travail d’une équipe. L’archevêque réside dans un endroit confortable, comme le presbytère du doyen rural à Montrichard, la Haye ou Sainte-Maure, ou le château principal comme celui de Cinq-Mars en 1757, et plus tard Ussé ou Villandry. L’archevêque fait ses visites au printemps ou en automne, par exemple du 15 au 22 octobre 1758 à Montrichard pour "profiter de quelques jours de loisirs que [...] procure la fin des plus gros travaux agricoles".

5La visite, qui est en même temps une tournée de confirmation, est annoncée par un mandement imprimé adressé aux curés qui doivent le lire en chaire ; ces derniers ne disposent que de peu de temps, 15 jours à un mois, pour faire les préparatifs, matériels mais surtout religieux, de la visite ; il leur faut procéder à l’examen des paroissiens qui doivent recevoir la confirmation, réaliser l’inventaire de la vaisselle et des ornements liturgiques, préparer les registres paroissiaux. Les mandements sont toujours composés de deux parties : ils exposent d’abord les motifs de la visite, "devoir essentiel", "moyen bien propre à resserrer les nœuds des liens sacrés qui nous unissent à vous pour jamais" et indiquent dans quel esprit les paroissiens doivent se préparer ; dans la seconde partie est évoquée l’organisation matérielle de la visite. On peut comparer deux mandements rédigés à quelques mois de distance en 1757 et 1758. En 1758 pour le doyenné de Montrichard, l’archevêque met l’accent sur la signification de la confirmation, si bien que l’aspect de la visite-inspection disparaît presque :

6"Nous vous exhortons, M.T.C.F., à recevoir dans de saintes dispositions les grâces précieuses dont nous vous ferons part [...] Adjuvantes exhortamur ne in vacuum gratiam Dei recipiatis. C’est pour former au Seigneur un peuple parfait que nous allons vous imposer les mains et vous donner le Saint Esprit avec la plénitude de ses dons, cet esprit consolateur vous soutiendra dans les peines, les travaux et les afflictions inséparables de toute condition. Il vous enseignera toute vérité, et vous fera goûter les saintes maximes de son Evangile". Le curé ajoute : "C’était une grande nouvelle, car les confirmations étaient bien rares".

7Dans le texte de 1757, destiné au doyenné de Luynes, l’archevêque n’évoque que très rapidement la confirmation et n’utilise qu’une seule fois l’expression "divin Esprit" mais il s’explique longuement sur les raisons de sa visite :

8"La décence du culte divin, la réparation des scandales, la réconciliation des ennemis, la paix dans les familles, l’union entre les brebis et les pasteurs des différentes paroisses ; la conservation de la foi, la sanctification du clergé et du peuple confiés à notre vigilance et à nos soins, ce sont les objets qui nous amènent au milieu de vous. Daigne le ciel favorable à nos vœux, répandre sur nos travaux les plus abondantes bénédictions. Méritez-les, M.T.C.F., par la ferveur de vos prières et la sainteté de vos dispositions".

9Les prescriptions pour la préparation des fidèles ne sont pas non plus présentées de façon identique : en 1757 l’archevêque insiste sur ce qui peut rendre impossible la confirmation, comme "la vie scandaleuse ou l’extrême ignorance des vérités de la religion", deux situations placées sur le même plan. En 1758, il met l’accent sur les conduites individuelles : il faut se préparer avec l’aide de la prière et de la prédication, grâce à un examen de conscience, à la réception du sacrement de pénitence accompagné de la résolution de ne plus pécher. Ces phrases sont donc adaptées à une réelle diversité des situations et ne se répètent pas.

10La seconde partie du mandement est identique dans les deux textes : elle envisage les modalités pratiques de la cérémonie de la confirmation puis celles de la préparation de la visite ; l’accent est mis sur les problèmes matériels et financiers. Le questionnaire est bref ; la discrétion est de mise en ce qui concerne les abus possibles puisque les curés sont invités à rédiger un mémoire "court et précis" sur "tout ce qui peut contribuer au bien de leurs paroisses", alors qu’au XVIIe siècle ils témoignaient par oral. Pour que tous puissent jouir des bienfaits de la visite, l’archevêque promet une indulgence de quarante jours à ceux qui se confesseront et communieront alors.

11La visite d’un doyenné dure au moins cinq jours. Elle est toujours empreinte d’une grande solennité et l’accueil de l’archevêque dans l’église du doyen rural est marqué par une messe chantée qui comprend un sermon d’au moins une demi-heure prononcé par l’archevêque et des vêpres suivies d’une bénédiction du Saint Sacrement. Le "compliment" que le curé de Genillé adresse à l’archevêque en 1766 et qu’il a recopié dans le registre paroissial montre les conceptions que ce prêtre a de ses propres devoirs et du rôle de l’archevêque ; le curé se sent rassuré par la visite épiscopale : écrasé par le sentiment de son indignité et de sa faiblesse à bien plus juste titre que saint Augustin, son modèle, il a besoin de secours pour assurer ses "augustes fonctions" dans un "ministère saint et redoutable" ; le prélat est donc le médiateur entre le curé à la tête de son troupeau et Dieu dont il faut craindre la juste colère.

  • 6 Au siècle précédent, dans le diocèse de Chartres, la visite dure en moyenne 1 heure (cf. R. SAUZET, (...)
  • 7 Au contraire de la situation observée dans différents diocèses marqués fortement par le jansénisme (...)

12L’archevêque ne fait que la visite des églises principales ; ses vicaires généraux assurent celle des paroisses rurales, au rythme de deux à trois par jour, le plus souvent une le matin et une l’après-midi, si bien qu’ils peuvent prendre le temps d’adresser une homélie à la population6. La visite se double en fait d’une véritable mission puisque la prédication est assurée plusieurs fois par jour au lieu de résidence de l’archevêque ; est ainsi compensée la rareté des simples missions. L’archevêque procède à la confirmation des fidèles seulement quand leur paroisse a eu fait l’objet de la visite et la cérémonie, qui dure plusieurs heures, a lieu dans les églises assez vastes pour recevoir des centaines de personnes : 500 à Montrichard en 1758, plus de 2600 en deux jours à Amboise en juin 1754. En effet les confirmants sont des enfants mais aussi des adultes : leur âge s’étale de 10 à 30, voire 40, ans. Ces effectifs montrent que rares sont ceux qui sont refusés à l’examen préalable à la confirmation7. Mais cet examen en est-il vraiment un ? Peut-il être individuel ? Les habitants qui ont plus de 20 ans ont-ils gardé le souvenir des leçons de catéchisme et savent-ils autre chose que les prières récitées au prône du dimanche ?

  • 8 AD IL, RP Mazières 1774. L’ordonnance de la visite faite par l’archevêque le 14 septembre 1772 parv (...)

13Après la visite épiscopale une ordonnance est toujours établie mais dans des délais différents selon l’auteur réel de l’inspection. Si c’est l’archevêque, il rédige son ordonnance presque sur le vif ; le texte est alors daté et signé du lieu de sa résidence provisoire, il porte in fine "donné au cours de nos visites". Si la visite est faite par un autre que lui l’ordonnance est rédigée une fois l’archevêque rentré à Tours, au vu du procès-verbal. Un délai de plus de six mois, – il peut aller jusqu’à deux ans8 –, sépare toujours la visite de la réception de l’ordonnance dans la paroisse concernée.

14Une lecture rapide des ordonnances figurant dans les registres paroissiaux peut laisser une impression de répétition ; le thème de la "décence" est récurrent. Il est vrai que comme celles de ses prédécesseurs les ordonnances de Mgr de Fleury semblent se préoccuper surtout de problèmes matériels ; mais sauf en ce qui concerne la clôture du cimetière, les demandes matérielles portent le plus souvent sur des points de détail : Mgr de Fleury demande de rendre "décentes" l’église et sa décoration, d’améliorer les ornements ou les livres. Les problèmes financiers restent très présents à cause des comptes de la fabrique. Toutefois si l’on étudie aussi la composition de l’ordonnance on peut noter qu’il en existe deux sortes : d’une part les textes rédigés après une visite faite par un vicaire général qui continuent à ressembler au type précédent et traitent d’aspects matériels et d’autre part ceux de l’archevêque lui-même qui comportent désormais toujours en premier article la recommandation suivante :

  • 9 AD IL, RP Genillé 1774, ordonnance de la visite du 15 mai 1774.

15"1° qu’on se rendra assiduement aux prônes et instructions de la paroisse qui doivent se faire tous les dimanches et fêtes. Les pères et mères, maîtres et maîtresses auront soin d’envoyer ou de conduire eux-mêmes leurs enfants et leurs domestiques aux catéchismes qui se feront les dimanches et fêtes et autres jours de l’année. Mr le curé interrogera ses paroissiens sur les principes de la religion, surtout quand ils se présenteront pour être mariés ou pour tenir des enfants sur les fonts baptismaux"9.

  • 10 J. C. DHOTEL, Les origines du catéchisme moderne, Paris, 1966, p. 157-164.
  • 11 AD IL, RP la Roche-Clermault, 1772.

16Ainsi en 1758 cette recommandation figure en tête de l’ordonnance pour Montrichard tandis que l’examen des problèmes matériels ("On aura un tabernacle décent...") vient en premier pour celle de l’église voisine de Nanteuil que l’archevêque n’a pas visitée en personne. Ce changement témoigne de l’attention portée à l’instruction des fidèles ; en plus il prouve que l’enseignement du catéchisme est désormais le fait du clergé et que le rôle des parents se limite à y envoyer les enfants10, qu’ils peuvent accompagner "tant pour leur propre instruction que pour le bon exemple"11. L’archevêque ne se borne donc pas à vérifier les conditions matérielles de l’exercice du culte.

17Une étude comparée des ordonnances des visites pastorales montre aussi qu’elles ne sont pas stéréotypées ; la confrontation entre deux ordonnances données au cours de la même tournée de visites en octobre 1758, pour les paroisses où résident les doyens ruraux de Montrichard et de Bléré, le prouve. Montrichard et Bléré sont deux gros bourgs, Bléré ayant environ 590 feux en 1787 et Montrichard 470 en 1789, mais l’activité de Bléré est fondée sur la production et le commerce des vins tandis que Montrichard a des fonctions plus urbaines grâce à la présence d’institutions judiciaires et le clergé y est plus nombreux. Dans les deux cas, l’article 1 prescrit l’assistance au catéchisme et au prône ; mais l’ordonnance de Bléré qui est la plus longue prend bien en compte les problèmes réels de la paroisse : celle-ci a besoin d’un second vicaire vu son étendue et vu le "défaut d’instruction de plusieurs", il est aussi recommandé au curé de faire à la messe de huit heures un "abrégé de la foi" et de faire réciter les prières ordinaires ; rien de tel à Montrichard. Le deuxième article traite de la pratique religieuse ; dans les deux cas l’archevêque rappelle l’obligation du devoir pascal, il renouvelle l’autorisation d’exposer le Saint Sacrement à quelques grandes fêtes et l’octroi de 40 jours d’indulgences pour ceux qui se confessent et communient alors. Mais à Montrichard il évoque l’existence de la confrérie du Saint Sacrement et à Bléré il rappelle la nécessité d’une plus fréquente confession. Les deux articles 3 sont totalement différents : à Bléré il traite du contrôle des sages-femmes et à Montrichard, dans un désordre curieux, il mêle une note sur les comptes de fabrique et une réglementation des processions ; cet aspect précis de la pratique n’est pas du tout évoqué à Bléré. Pour cette paroisse-ci l’article 4 détaille longuement les obligations des procureurs fabriciers ; à Montrichard, ce même article insiste fermement sur la nécessité de faire faire un coffre fermant à clé destiné à recevoir les archives de la fabrique et les registres paroissiaux. L’article 5 traite du même sujet pour les deux paroisses, celui de la sanctification des dimanches et fêtes avec l’obligation pour les juges du lieu de veiller à la fermeture des cabarets ; mais à Montrichard où les boutiques doivent être nombreuses, il y est rappelé que seule "une pressante nécessité et autorisation" peut permettre de travailler ces jours là ; cette formule n’apparaît pas à Bléré : le commerce y est moins développé et peut-être l’archevêque reconnaît-il implicitement les impératifs du travail de la vigne. A Montrichard un sixième et dernier article recommande quelques réparations et améliorations mineures. A Bléré le texte contient encore quatre articles qui portent sur de nombreux points matériels pour l’entretien et l’aménagement de l’église et de son mobilier ; enfin l’archevêque menace d’interdire le cimetière qui est mal tenu et mal clos, et il demande qu’il en soit créé un autre, plus grand. Les deux textes témoignent donc de l’existence de différences importantes dans les conditions de la vie religieuse entre les deux paroisses, mais aussi de l’attention que l’archevêque leur a portée pendant sa visite.

  • 12 L. de GRANDMAISON, "Les registres de l’état-civil de Tours-Nord", MSAT, t. XLIV, 1905, p. 91. Le cu (...)
  • 13 Le curé de Sainte-Radegonde est réduit à sa paroisse en 1727 ; il renouvelle son appel en 1740.

18Dans ces ordonnances de visite on ne peut que remarquer la rareté des prescriptions sur les sacrements. La pénitence est évoquée très indirectement à propos des confessionnaux à placer dans des endroits visibles et dont les fenêtres doivent être garnies de grillages serrés ; mais aucune recommandation sur les conditions nécessaires pour obtenir l’absolution n’est évoquée. Le baptême apparaît seulement à propos de l’examen des sages-femmes ; il n’est jamais question du mariage. Il faut noter que l’exhortation à "fréquenter davantage les sacrements dans le courant de l’année" apparaît tardivement, à une date où le problème du jansénisme ne se pose plus gravement : en 1768 à Parçay, en 1773 à Vallières, Fondettes et Sainte-Radegonde, trois paroisses situées au nord et à proximité de Tours alors que dans l’ordonnance de 1757 pour Fondettes12 par exemple rien de tel ne figure alors que les curés des deux derniers villages avaient été "réduits" à leur paroisse13. Peut-être faut-il y voir plutôt la crainte d’un affaiblissement de la pratique religieuse qui serait une conséquence indirecte de l’influence janséniste.

  • 14 L’archevêque visite Vernou, dont il est seigneur, en 1784 ; l’ordonnance est brève (trois articles) (...)
  • 15 AD IL, G 14.
  • 16 AD IL, G 18. Cf. R. SAUZET, "Dévotions anciennes et nouvelles au XVIIIe siècle. A propos de l’état (...)
  • 17 AD IL, B bailliage présidial de Tours, PV du greffe 1781 (II), mai 1781. La situation est presque p (...)

19Mgr de Conzié prend ses fonctions en décembre 1774. L’inspection de son diocèse grâce aux visites pastorales ne lui a pas semblé vraiment nécessaire. Certes elles ne cessent jamais vraiment14 mais le plus souvent l’archevêque fait seulement des tournées de confirmation. Cependant il porte son attention sur des lieux de culte dont l’inspection avait été négligée, les chapelles domestiques, et dès le début de son épiscopat il fait faire par les doyens ruraux une enquête systématique ; il est alors à même d’autoriser ou non le culte et il se montre très sévère n’hésitant pas à interdire toute célébration si la chapelle n’est pas dans un état "décent"15. En mars 1777 il demande un "état de toutes [les processions] d’usage dans les paroisses"16. En 1781 il fait procéder à un inventaire des vases sacrés, linges et ornements sacerdotaux des paroisses dont l’archevêque de Tours est décimateur17.

  • 18 L. de GRANDMAISON, "Michel Amelot archevêque de Tours", BSAT, t. 19, 1913-1914, p. 293- 295. L’enqu (...)

20Mais surtout pour connaître son diocèse et pour y assurer la dignité du culte, Mgr de Conzié envoie dès les premiers mois de son épiscopat à tous les curés de son diocèse un questionnaire systématique sur leur paroisse. Ce texte n’est pas sans rappeler celui qui avait été établi dans les années 1670 par Mgr le Bouthillier ou Mgr Amelot18 ; il nous est connu grâce au curé de Mazières qui l’a recopié en 1775 et il commence ainsi :

21"Mgr l’Archevêque de Tours désirant acquérir les connaissances qui lui sont nécessaires pour pourvoir aux différents besoins des paroisses, y maintenir l’ordre et y rétablir l’uniformité, tant dans le culte que dans la discipline croit devoir recourir aux lumières et à l’expérience de ses coopérateurs. C’est pour entrer dans ses vues que M. le curé est prié de répondre promptement, avec clarté et précision, aux questions suivantes, observant de répondre à la marge sur chaque question en particulier".

  • 19 Le délai est de 24 heures même pour les enfants et de 36 heures en cas de mort subite. Apparaît bie (...)

22Le document frappe d’abord par sa longueur : le curé de Mazières note qu’il y a 159 questions ; en fait, elles sont environ 250 ; n’était-ce pas trop ? Malheureusement aucune réponse ne nous est parvenue. L’ordre de présentation rappelle celui de certaines ordonnances de visite pastorale ; quelques grandes rubriques apparaissent. Le premier ensemble de questions porte sur l’église, son "équipement" (mobilier, ornements et linges liturgiques) et son "annexe", le cimetière ; ensuite vient un examen détaillé des pratiques cultuelles. Les aspects financiers sont étudiés à travers les questions sur la fabrique, les fondations. Les individus, clercs ou laïcs, qui ont des responsabilités dans la paroisse font l’objet du quatrième groupe de questions. Vient ensuite l’examen d’aspects complémentaires des précédents : les autres lieux de culte, les institutions d’assistance et de charité, les couvents et leur rôle dans la célébration du culte. La présentation géographique et humaine de la paroisse n’est envisagée que tardivement dans le questionnaire qui se termine par une question sur les "abus" à dénoncer et une interrogation sur l’application des ordonnances des visites pastorales qui ont eu lieu dans la paroisse. On constate qu’environ deux cinquièmes des questions portent sur des aspects matériels (finances, ressources, titres...), un cinquième sur le culte (lieux, organisation et pratique), un quart environ sur les personnes, pour lesquelles un curriculum vitae détaillé est toujours demandé ; l’organisation du culte du Saint Sacrement, que ce soit les aspects matériels (tabernacle, lampe) ou les cérémonies, a nettement retenu l’attention. Les "abus" sont à peine évoqués ; seul est soulevé, – et ce n’est pas nouveau –, le problème des cabarets. Le questionnaire est particulièrement discret sur la pratique des sacrements : il n’évoque que la confirmation et ne parle nullement de l’Eucharistie, du baptême ou du mariage ; il ne rappelle pas l’obligation pascale. Par contre il met l’accent sur la "décence" nécessaire des processions ; bien des prédécesseurs de Mgr de Conzié aux XVIe et XVIIe siècles l’avaient déjà fait. Il insiste aussi sur la question des inhumations : il rappelle l’obligation de respecter les délais entre la constatation du décès et l’inhumation19.

  • 20 E. AUDARD, "Essai bibliographique sur les actes épiscopaux de Mgr de Conzié archevêque de Tours (17 (...)
  • 21 D. JULIA, "Discipline ecclésiastique et culture paysanne", La religion populaire, Paris, 1979, p. 2 (...)

23Dans ce questionnaire c’est au moins par cinq fois que les curés sont interrogés sur l’opportunité d’établir des règlements généraux ; étant donné l’action de Mgr de Conzié on peut penser que cette volonté de réglementation a en partie commandé ce questionnaire qui définit indirectement ce qui paraît convenable et doit être réalisé partout. Dans ce but l’archevêque a multiplié les ordonnances20. En 1777 il réglemente les processions : reprenant une ordonnance de Mgr Rosset de Fleury qui avait été très partiellement appliquée, différents textes réduisent les processions au territoire de la paroisse et limitent leur durée à une heure ; ils fixent la liste de celles qui sont autorisées. En 1778 une ordonnance porte règlement pour les comptes des fabriques. En 1780 l’archevêque réduit à vingt-six les fêtes chômées21 ; en 1782 il publie un tarif pour le casuel ; en 1784 un texte vise à faire disparaître les abus occasionnés par l’offrande des cierges par les fidèles qui se livrent à une véritable compétition. En mai 1786 est publiée une "ordonnance portant règlement pour l’exposition, les processions, saluts et bénédictions du saint Sacrement dans toutes les églises". En 1788 un texte rappelle que les horaires du "service divin" sont fixés par un règlement diocésain et ne peuvent être modifiés selon la fantaisie des seigneurs.

  • 22 D. JULIA, "L’administration épiscopale du XVIIIe siècle : de l’inspection des âmes au service publi (...)
  • 23 AD Aveyron, Inventaire sommaire, G 20, questionnaire de Mgr Champion de Cicé (1771). Je remercie M. (...)
  • 24 Répertoire des visites pastorales en France, t. 3, p. 407.

24L’archevêque de Conzié apparaît donc bien comme un homme de son temps. Il n’est pas le seul parmi ses pairs22 : le recours à un questionnaire imprimé en lieu et place de la visite est aussi le fait des archevêques de Rodez dans la seconde moitié du XVIIIe siècle23, de Mgr de Talleyrand Périgord coadjuteur à Reims24, etc... Conzié a pu étudier les méthodes de la "monarchie administrative" dans les bureaux de Loménie de Brienne alors agent général du clergé, puis à la commission des Réguliers ; il fut aussi président de l’assemblée provinciale établie en 1787. Il montre un goût pour l’enquête uniforme, pour la quantification, pour la simplification et il dote son diocèse d’un ensemble d’instruments pastoraux : en 1783 il fait publier un bréviaire et un missel puis en 1784 un Processionnal et en 1785 un Rituel gallican. C’est un administrateur qui, comme le faisait alors l’intendant, se sert des curés comme enquêteurs et comme correspondants et ces derniers assument aussi de plus en plus un rôle social. L’archevêque supprime certaines fêtes chômées pour éviter les "indécences" mais aussi pour autoriser plus de journées de travail et en 1789 il travaille à l’établissement de "bureaux des pauvres".

  • 25 Les Etudes de sociologie religieuse de G. Le Bras, confirmées par bien d’autres travaux montrent qu (...)

25Les méthodes d’administration ecclésiastique de Mgr de Conzié sont donc bien dissemblables de celles de ses prédécesseurs dont l’action avait permis une grande amélioration dans la vie spirituelle et matérielle des paroisses. Mais ce faisant il a privilégié l’administration ; en abandonnant presque totalement la pratique des visites pastorales et en multipliant les règlements sévères, Mgr de Conzié a modifié ses rapports avec le bas clergé séculier auprès duquel il est impopulaire ; en mars 1789 il subit un terrible camouflet puisqu’il ne fut que le troisième élu du clergé. Quant aux fidèles, ils n’ont sans doute pas compris le sens de certains de ses règlements comme celui qui fit supprimer de nombreuses processions. De plus, malgré tous ses défauts, la visite pastorale était un événement important pour les ruraux puisqu’elle était la seule occasion de voir un "puissant" de ce monde s’intéresser directement à leur vie et à leur sort. En cessant d’aller le visiter l’archevêque a perdu le contact direct avec le peuple chrétien ; n’a-t-il pas ainsi contribué au développement de l’indifférence religieuse25 ?

Notes

1 J. LE GOFF et R. REMOND (dir.), Histoire de la France religieuse, t. 2 : du christianisme flamboyant à l’aube des Lumières, Paris, 1988.

2 R. MOLS (S.J.), "Saint Charles Borromée, pionnier de la pastorale moderne", Nouvelle Revue Théologique, 79,1957, p. 614-617.

3 F. MARTEL, H.-M.-B. de Rocozels de Fleury archevêque de Tours (1750-1774), Mm Université de Tours, 1992, dactyl., 176 p.

4 AD IL, Registres paroissiaux de Mazières, 1757. C. LABREUILLE, Etude historique sur Montrichard et Nanteuil, 2 vol., Tours, 1896 (rééd. 1980).

5 M.H. et M. FROESCHLE-CHOPARD, Atlas de la réforme pastorale en France de 1550 à 1790, Paris, 1986, p. 24, n. 1. Pendant la "tournée" le visiteur parcourt un trajet déterminé à l’avance comprenant un certain nombre de paroisses.

6 Au siècle précédent, dans le diocèse de Chartres, la visite dure en moyenne 1 heure (cf. R. SAUZET, Les visites pastorales dans le diocèse de Chartres dans la première moitié du XVIIe siècle, p. 84).

7 Au contraire de la situation observée dans différents diocèses marqués fortement par le jansénisme (cf. D. JULIA, "Déchristianisation ou mutation culturelle ?", Croyances, pouvoirs et société. Des Limousins aux Français. Mélanges offerts à L. Pérouas, Treignac, 1988, p. 223).

8 AD IL, RP Mazières 1774. L’ordonnance de la visite faite par l’archevêque le 14 septembre 1772 parvient au curé le 15 septembre 1774.

9 AD IL, RP Genillé 1774, ordonnance de la visite du 15 mai 1774.

10 J. C. DHOTEL, Les origines du catéchisme moderne, Paris, 1966, p. 157-164.

11 AD IL, RP la Roche-Clermault, 1772.

12 L. de GRANDMAISON, "Les registres de l’état-civil de Tours-Nord", MSAT, t. XLIV, 1905, p. 91. Le curé janséniste de Fondettes, Roy, meurt en 1781.

13 Le curé de Sainte-Radegonde est réduit à sa paroisse en 1727 ; il renouvelle son appel en 1740.

14 L’archevêque visite Vernou, dont il est seigneur, en 1784 ; l’ordonnance est brève (trois articles). Le doyen rural visite Mazières en 1782.

15 AD IL, G 14.

16 AD IL, G 18. Cf. R. SAUZET, "Dévotions anciennes et nouvelles au XVIIIe siècle. A propos de l’état des processions de Saint-Martin de Ligueil en 1777’, ABPO, t. 83, 1976, n° 2, p. 359-369.

17 AD IL, B bailliage présidial de Tours, PV du greffe 1781 (II), mai 1781. La situation est presque partout satisfaisante.

18 L. de GRANDMAISON, "Michel Amelot archevêque de Tours", BSAT, t. 19, 1913-1914, p. 293- 295. L’enquête de la fin du XVIIe siècle est beaucoup plus brève (22 questions). Les questions portant sur la tenue (soutane, tonsure) et le comportement (fréquentation des cabarets, de la chasse) des curés ne sont pas posées en 1776.

19 Le délai est de 24 heures même pour les enfants et de 36 heures en cas de mort subite. Apparaît bien ici la crainte alors largement répandue de l’enterrement d’individus vivants.

20 E. AUDARD, "Essai bibliographique sur les actes épiscopaux de Mgr de Conzié archevêque de Tours (1774-1795)", BSAT, t. 19, 1913-1914, p. 103-113 et p. 187-197. Le texte d’un grand nombre de ces ordonnances a été conservé dans les registres de la paroisse de Sainte-Radegonde de Tours.

21 D. JULIA, "Discipline ecclésiastique et culture paysanne", La religion populaire, Paris, 1979, p. 206. On note trois vagues de suppression de fêtes religieuses chômées : "les années Colbert", la fin de l’Ancien Régime et 1802.

22 D. JULIA, "L’administration épiscopale du XVIIIe siècle : de l’inspection des âmes au service public”, Histoire de la France religieuse, t. 3, Paris, 1991, p. 369-376.

23 AD Aveyron, Inventaire sommaire, G 20, questionnaire de Mgr Champion de Cicé (1771). Je remercie M. Venard qui m’a communiqué cette référence.

24 Répertoire des visites pastorales en France, t. 3, p. 407.

25 Les Etudes de sociologie religieuse de G. Le Bras, confirmées par bien d’autres travaux montrent que le diocèse de Tours et les confins orientaux de celui d’Angers voient très tôt se développer l’indifférence religieuse.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search