Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Le prieuré de Saint-Baudile de Nîmes dans la congrégation de Saint-Maur

Daniel-Odon Hurel

Texte intégral

1Présenter quelques aspects de l’histoire de St.-Baudile aux XVIIe et XVIIIe siècles permet de mettre en évidence la diversité d’un réseau monastique centralisé à l’époque moderne. Avec ses trois religieux durant toute cette période, ce petit monastère, dépendant de la Chaise-Dieu, offre des caractères bien différents de St.-Germain-des-Prés et des grandes abbayes provinciales : pas ou peu de travail intellectuel, rayonnement spirituel difficile à saisir faute de sources connues et fragilité d’une vie "conventuelle" soumise aux nécessités pastorales, aux changements de religieux décidés par les supérieurs et tout simplement à la santé de ses membres. Néanmoins, cette communauté fait partie intégrante d’une congrégation à chapitre général, réunissant près de 200 monastères et dont le rayonnement spirituel et intellectuel et l’essor rapide ne furent sans doute pas étrangers à son implantation à Nîmes.

  • 1 Abbé GOIFFON, Les bénédictins à Nîmes ou le prieuré de St.-Baudile d’après Ménard et les documents (...)

2Lieu de pèlerinage dès le IVe siècle autour du tombeau de st. Baudile, "évangélisateur" de Nîmes, le sanctuaire semble avoir accueilli un monastère au début du VIe siècle. Ce n’est qu’à la fin du XIe siècle que cet établissement est donné à l’abbaye de la Chaise-Dieu dont il devint un prieuré. En 1479, l’oratoire est reconstruit et une réorganisation du sanctuaire a lieu en 1517. Les troubles des années 1560 aboutissent à la fuite des moines à la Chaise-Dieu et à la destruction du monastère en 1563. C’est à partir des années 1618 que la question de la restauration du prieuré se pose. De 1618 à 1688, il faudra la volonté épiscopale et celle des catholiques nîmois pour obtenir que les mauristes de la Chaise-Dieu acceptent d’y rétablir la vie conventuelle, en dépit des résistances des prieurs commendataires1.

Une réforme monastique en trois étapes.

  • 2 Cf. Pierre-Roger GAUSSIN, Huit siècles d’histoire : l’abbaye de la Chaise-Dieu. 1043-1790, Brioude, (...)

3L’introduction des mauristes à Nîmes fut particulièrement lente et difficile. Une première tentative eut lieu dans les années 1640-1645, sous le priorat de Claude de St.-Bonnet de Thoiras, évêque, puis de son successeur Thomas de Chambres, parallèlement à la réforme de la Chaise-Dieu, effective le 8 mars 16442. Ce n’est qu’en 1659 que la question se repose véritablement, dans un contexte différent, celui de l’essor de la Contre Réforme à Nîmes, sous le second épiscopat de Denis Cohon. Malgré la pression des catholiques de la ville qui entreprennent des démarches dès 1653, l’évêque essuie un nouvel échec. La troisième étape, entre 1672 et 1688, date de l’installation définitive des moines, est caractérisée par la forte pression de la population catholique auprès des consuls, de l’évêque, des mauristes et des prieurs commendataires, et ce, dans le cadre de la reconquête catholique autour de la révocation de l’Edit de Nantes.

  • 3 Né à Semur (diocèse d’Autun) en 1600, il fit profession le 2 janvier 1631 à St.-Rémi de Reims et mo (...)
  • 4 Né dans le diocèse d’Amiens, il fit profession à Jumièges en 1627, prieur de la Chaise-Dieu de 1640 (...)
  • 5 Abbé GOIFFON, Les bénédictins à Nîmes, op. cit., pp. 40-41.

4En 1641, Claude de St.-Bonnet de Thoiras consent au rétablissement du service religieux dans son prieuré. Il en fait la demande aux supérieurs mauristes et s’adresse aux bénédictins de St.-André d’Avignon, abbaye récemment réformée (1637). Sur ordre de dom Grégoire Tarrisse, supérieur général, le prieur de St.-André, dom Germain Espiard3, fait la visite du prieuré et ordonne le rétablissement de la conventualité avec une commission du prieur de la Chaise-Dieu tout juste réformée, dom Victor Mareschal4. Le départ de dom Mareschal pour St.-Allyre de Clermont, celui de dom Espiard pour la Bourgogne et le changement de prieur commendataire furent des facteurs qui contribuèrent certainement à l’échec de cette tentative. Ils montrent aussi la mobilité des supérieurs mauristes dans cette période encore fragile de plein essor de la congrégation où les moines de valeur sont envoyés successivement d’un monastère ou d’une province à une autre au gré des nécessités, remettant parfois en cause les initiatives les plus fragiles. Thomas de Chambres, nouveau prieur commendataire (1642-1650), refuse tout partage des revenus pour permettre le rétablissement des bâtiments et de la vie conventuelle. Ces partages étaient pourtant pratique courante chez les mauristes : le premier tiers des revenus était réservé à l’entretien des religieux, le second, affecté à la restauration des bâtiments et enfin le dernier laissé au prieur titulaire. Devant ce refus, les mauristes décident, le 30 décembre 1645, d’attendre et de transférer le service à la Chaise-Dieu5.

5Si l’intervention de Denis Cohon, en 1659, fut capitale pour l’avenir de St.-Baudile, les années 1650 ne sont pas exemptes de tentatives. La première est liée à la réforme de l’abbaye de Cendras, proche de Nîmes. Il semble que l’abbé, Henri Le Rond de Biscarras (1630-1680) et les religieux firent appel aux mauristes en acceptant même de transférer le monastère dans la ville épiscopale :

  • 6 Léon GUILLEREAU, Les Mémoires du R.P. Dom Bernard Audebert, Paris, Jouve, 1911, p. 162.

6l’abbé "et les religieux offrent de traiter avec nous et consentent qu’on transfère le revenu à Nismes pour s’y bastir et qu’on ne fera le service divin jusqu’à ce que les bastiments soient faits"6.

  • 7 Daniel-Odon HUREL, Le prieuré mauriste de Bonne-Nouvelle et la bibliothèque publique d’Orléans au X (...)

7Pour les mauristes, Nîmes représentait une étape sur la route de Toulouse à St.-André de Villeneuve-lès-Avignon, une des principales abbayes de la province. La constitution d’un réseau d’abbayes justifia parfois les choix des bénédictins. C’est aussi en partie parce qu’Orléans était sur la route allant de Paris à Marmoutier qu’un monastère y fut fondé dans les années 16507. La proposition de transférer le revenu de Cendras à Nîmes fut faite à la diète de 1650 et, nous dit dom Audebert :

  • 8 Léon GUILLEREAU, Mémoires de dom Bernard Audebert, op. cit., pp. 162-3. Dom Edmond MARTENE, dans so (...)

8"sur ce qu’on peut amasser de l’argent peu à peu pour rebastir et vu la commodité d’avoir là une retraite pour aller en Avignon, on a donné charge au P. Visiteur de Toulouse de traiter. Or le dessein est de bastir ou dans la ville de Nismes en une place du prieuré St. Bausile, ou au dehors, au lieu où il estait jadis : et même pourra-t-on avoir quelque chose du revenu pour unir avec celuy de Cendras, car c’est un prieuré conventuel dépendant de la Chaise-Dieu et le prieur a traité à donner annuellement 300 livres jusqu’à ce que les bastiments soient restablis pour y remettre communauté"8.

  • 9 Abbé GOIFFON, Les Bénédictins, op. cit., p. 41.
  • 10 Robert SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de (...)

9La succession de Thomas de Chambres fut difficile et le nouveau prieur, Georges Letus (1651-1670), semble avoir accepté en 1653 de confirmer l’accord conclu entre son prédécesseur et les mauristes9. En définitive, la réforme de Cendras échoua, peut-être en partie à cause de son appartenance à la congrégation de St.-Victor de Marseille, abbaye qui refusa énergiquement d’être elle-même réformée par les mauristes. Cendras se maintint dans cet état malgré les plaintes de Cohon en 1664 et les ordonnances du visiteur de St.– Victor en 166710.

10Si l’on en croit dom Audebert, témoin privilégié des diètes mauristes pendant ces années, c’est en 1653 que s’affirme le rôle des catholiques nîmois dans le processus de réforme à travers une démarche officielle :

  • 11 Léon GUILLEREAU, Mémoires de dom Audebert, op. cit., p. 269 ; Edmond MARTENE, Histoire de la congré (...)

11"Les catholiques de Nîmes ont donné charge au Procureur du roy de prier le Prieur de St. André d’Avignon d’obtenir de nos pères de s’établir au prieuré de St. Bausile à Nîmes, dépendant de la Chaise-Dieu ; et où les réparations doivent être faites par le Prieur suivant un arrêt du Grand Conseil. Ledit Père en a écrit à la diète, et on s’est excusé"11.

12La diète suivait les conseils de dom Bocquet et refusait une nouvelle fois de s’installer dans une abbaye ruinée.

  • 12 Léon MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, Nîmes, Lacour, 198 (...)

13Lors de son second épiscopat, Anthime Denis Cohon poursuivit sa politique offensive. Après son soutien aux jésuites, la fondation des ursulines (1637), des religieuses du Verbe Incarné (1639), des doctrinaires (1642), le retour du prélat, en 1657, fut marqué par la restauration durable du culte catholique dans le faubourg des Prêcheurs (1659), l’installation des hospitalières de Saint-Joseph (1663), la fin de la construction du couvent des capucins (1663), la fondation des visitandines (1664) et celle du second couvent des ursulines (1668)12. C’est dans ce cadre réformateur mais aussi au cœur d’une période difficile et troublée (émeute du 30 décembre 1657) que Cohon tente d’exiger du prieur commendataire et des mauristes le rétablissement de la vie conventuelle à St.- Baudile.

  • 13 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 42-43.

14A la suite d’une visite canonique, en mars 1659, durant laquelle l’évêque constate l’état de délabrement des bâtiments, celui-ci exige du prieur qu’il reconstruise une chapelle dans le faubourg des Prêcheurs et qu’il entretienne un desservant. Les augustins puis les doctrinaires (en 1666) prennent en charge le service religieux à la place des mauristes persistant dans leur refus depuis la diète de 165313.

  • 14 Abbé GOIFFON, Op. cit., pp. 46-48.
  • 15 Jean Lieutaud (n° 1460 dans la Matricula éditée par dom Chaussy), né dans le diocèse d’Aix, avait f (...)
  • 16 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 49.
  • 17 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 50.

15Les années 1670 marquent une accélération certaine facilitée par l’essor général des mauristes, beaucoup plus nombreux et puissants qu’en 1650, et par les démarches répétitives des catholiques nîmois. Ceux-ci adressent une requête aux consuls le 17 novembre 1672 demandant le rétablissement du service divin dans l’église de St.-Baudile. L’année suivante, les supérieurs de la Chaise-Dieu, abbaye mère, acceptent d’envoyer un bénédictin et le 28 septembre 1674, un arrêt du Grand conseil oblige les moines à installer à Nîmes trois religieux, le prieur se contentant de leur fournir la chapelle et le logement14. Pour les catholiques, la renaissance du sanctuaire consacré à l’évangélisateur de la ville participait sans aucun doute de l’esprit de reconquête catholique. C’est à la suite de cet arrêt que dom Jean Lieutaud et dom Antoine Dexere arrivent à Nîmes15. Ces deux religieux ne durent pas y rester longtemps car, en 1678, le nouvel évêque, Séguier, se voit contraint d’exiger l’entretien par le prieur titulaire du desservant et la restauration des lieux16. Le 5 novembre le Grand conseil condamne de nouveau le prieur à rétablir les lieux pour trois religieux, dans un délai de trois ans. En 1682, le nouveau prieur, Jean Pin (mort en 1684) constatait que rien n’avait été fait. Il eut néanmoins le temps de faire dresser un devis par deux architectes, fixant le prix des travaux à 14000 livres. Louis Tiburge, son successeur (1684-1698) proposa et obtint d’abandonner le site d’origine du monastère et de le transférer en ville, place Belle-Croix, dans l’ancienne résidence épiscopale17. Cette rupture avec le sanctuaire originel consacrait peut-être aussi l’impossible restauration du pèlerinage.

  • 18 Dom Pinot (Matricula, n° 1881) était né à Bordeaux en 1640 et avait fait profession à La Daurade en (...)

16Les vrais débuts de la communauté mauriste à Nîmes datent de 1685. Dom Laudemare, dom Laurent Pinot et le convers Antoine Lacam s’installent dans le nouveau local, place Belle-Croix. Cette présence monastique restait fragile et liée aux problèmes de santé éventuels des trois moines mais aussi au peu d’empressement de la congrégation d’affermir la "fondation". Dés 1688, dom Laudemare quitte Nîmes et Laurent Pinot décède18, laissant seul le frère Lacam qui rejoint peut-être alors un autre monastère. La Chaise-Dieu n’envoyant aucuns religieux, une ordonnance du Gouverneur, le duc de Noailles, puis, le 9 avril 1689, une démarche de l’évêque Esprit Fléchier furent nécessaires pour obtenir le remplacement des trois moines. A partir de 1689- 1690, de telles difficultés ne semblent plus s’être présentées et dom Martène, dans son Histoire de la Congrégation de Saint-Maur, mentionne cet événement tout "à l’honneur de l’Ordre et de la Congrégation", rejetant toutes les difficultés sur les seuls prieurs commendataires :

  • 19 Edmond MARTENE, Histoire de la Congrégation de Saint-Maur, Paris-Ligugé, t. VII, 1937, pp. 8-9.

17"Les ordonnances des seigneurs evesques de Nismes et les arrêts obtenus par la Communauté de la Chaize-Dieu au Grand Conseil contre le Prieur commendataire pour l’obliger à rétablir les lieux réguliers furent longtemps inutiles. Enfin, se voyant extrêmement pressé, il se détermina à acheter une maison auparavant dépendante du palais épiscopal, au dedans de la ville, dans la place de Belle-Croix, où par ordonnance de l’évesque Séguier, du 6 mars 1685, le prieuré fut transféré après une délibération du chapitre de l’église cathédralle et du consentement de tous les bourgeois de la ville. Enfin, l’an 1688, Anne Jules, duc de Noailles, pair de France (...), désirant de voir le service divin rétabli dans ce prieuré pour l’utilité et l’édification des habitans tant anciens que nouveaux catholiques, enjoignit au prieur de la Chaize-Dieu d’y envoyer trois de ses religieux huit jours après la signiffication. Le prieur y envoya quatre, dont l’exemple ne servit pas peu à confirmer les nouveaux convertis, dont le duc de Noailles eut une si grande joie qu’il confirma cette mesme année leur établissement dans le prieuré avec tous ses droits et privilèges"19.

  • 20 Yves CHAUSSY, Matricula, op. cit., n 1254 : né à Châlons-sur-Marne en 1627, il fit profession à St. (...)

18C’est ainsi que le 23 septembre 1689, dom Claude Hémin, prieur de la Chaise-Dieu20, établissait à St.-Baudile dom Jean-Paul Du Sault, dom Laurent Faidy et dom Joseph Guiraud. Eminent auteur spirituel, dom Du Sault fut nommé prieur de St.-Sauveur d’Aniane dès l’année suivante et remplacé par dom Louis Tardi.

  • 21 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 50-52. Les mauristes de Bonne-Nouvelle, à titre de com (...)

19L’installation des mauristes exigeait l’insertion de la réforme bénédictine dans l’histoire monastique et religieuse locale. Cette volonté se traduisit comme dans de nombreux monastères de la congrégation par la reconstitution d’un patrimoine sacré et dévotionnel ici constitué de reliques de st. Baudile. Dom Tardi chercha à acquérir des ossements du saint. Pour ce faire, il eut recours aux mauristes de Bonne-Nouvelle d’Orléans, ville d’où était originaire le saint. Devant le refus des chanoines de la cathédrale, le prieur se tourna vers le curé de St.-Pierre de Puechabon qui accepta de se défaire d’une partie de celles qu’il conservait. Le 20 mai 1692, dom Tardi fit exposer le reliques dans leur nouveau reliquaire21.

201640-1690. Cinquante années furent nécessaires à l’introduction des mauristes à Nîmes. Une fois les lieux et la vie "conventuelle" rétablis, comment se manifesta cette présence bénédictine voulue bien plus, semble-t’il, par les catholiques nîmois que par les mauristes eux-mêmes ? Les sources conservées à la Bibliothèque et aux Archives nationales ne permettent pas d’apporter des réponses précises mais cette absence documentaire est aussi révélatrice de la nécessaire étude de ces petits monastères, partie prenante d’une conception moderne du monachisme bénédictin. Prédication, participation ponctuelle à des missions, récitation de l’office divin et direction spirituelle occupèrent sans doute plus les trios mauristes successifs que les travaux intellectuels.

Les mauristes de St.-Baudile

21Qui furent les moines envoyés dans ce petit prieuré urbain, dans le cadre de la reconquête catholique du bas-Languedoc ? Les différentes sources nous ont permis de réunir les noms de 25 religieux ayant séjourné quelques années à Nîmes.

  • 22 Dominique JULIA et Lin DONNAT, "Le recrutement d’une congrégation monastique à l’époque moderne : l (...)

22Si aucun de ces religieux n’était originaire de la ville, le diocèse a néanmoins fourni à la congrégation une douzaine de profès, soit 0,1 % des effectifs, c’est-à-dire un nombre sans doute un des plus faibles du recrutement par diocèse. En comparaison, celui d’Orléans en fournit 116 soit 1,32 %. Ces quelques moines ont tous fait profession entre 1678 et 1763. En dehors du contexte proprement mauriste, ce faible chiffre s’explique en partie par la situation politique et religieuse du bas-Languedoc et par l’absence d’une importante abbaye à Nîmes comme St.-Ouen à Rouen ou St.-Rémi à Reims22.

23Quatre d’entre eux étaient originaires de Sommières, peut-être de la même famille pour les deux premiers : Pierre Gautier, né en 1658, profès de La Daurade (1679) et mort en 1729 (n° 3156) ; Joseph-Pierre Gautier (n° 4949), né en 1691, profès de La Daurade (1709) et décédé à La Grasse en 1770 ; Simon Gaultier (n° 5650), né en 1702, lui aussi profès de La Daurade en 1722 et mort à Sordes ; enfin Joseph Clément (n° 6503), né en 1720, profès de La Daurade en 1737 et mort dès 1743 à St.-Thibéry. De même, deux Joseph Duran, nés à Nîmes, le premier vers 1660 et le second vers 1700 devinrent frères convers. Peut-être étaient-ils de la même famille. Certains de ces religieux purent fréquenter St.– Baudile avant d’entrer dans la vie monastique. Néanmoins, ils ne semblent pas avoir séjourné durablement au prieuré.

  • 23 Deux moines n’ont pu être identifiés dans la Matricule : dom Laudemare et dom Dexere.

24Parmi les 13 moines (en dehors des prieurs) ayant vécu à St.-Baudile et dont nous avons les noms, trois avaient fait profession à St.-Augustin de Limoges, une des premières abbayes réformées. Ces professions eurent lieu entre 1637 et 1658 et témoignent de la venue de religieux originaires de provinces septentrionales où le développement de la réforme avait été plus précoce et un peu plus rapide. Dès les années 1670, La Daurade, noviciat principal de la province de Gascogne, est le lieu de profession de 8 autres religieux23.

  • 24 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, Etudes augustiniennes, 1989, I, p. 100.
  • 25 Edmond MARTENE, Histoire de la Congrégation de Saint-Maur, Paris-Ligugé, t. VI, p. 185.
  • 26 Ursmer BERLIERE, Nouveau supplément à l’Histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, Mared (...)

25Nous n’avons que peu d’indices sur les raisons qui ont poussé les supérieurs à choisir ces religieux : dom Du Sault, dom Faidy et dom Guiraud, envoyés à Nîmes en 1689, étaient considérés dans la congrégation comme de grands spirituels et prédicateurs. Ainsi, dom Faidy avait prêché, en 1670, dans sa région d’origine, le Poitou24 et dom Guiraud avait la charge de prédicateur vers 168725. Leur réputation de prédicateurs ne fut pas étrangère à la volonté des supérieurs de concourir à la reconquête catholique (à la demande de l’évêque) et on peut supposer que leurs successeurs furent choisis pour des qualités similaires. A l’extrême fin du XVIIIe siècle, on trouve aussi un ancien professeur de mathématiques au collège de Sorèze et collaborateur de dom Carrière pour l’histoire de Guyenne, dom Vincent Bernard de St.-Julien26.

  • 27 liste des prieurs connus : Jean-Paul Du Sault (1689, n° 2476), Louis Tardy (1690, n° 1874), Antoine (...)
  • 28 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, 1991, t. II, n° 2476.
  • 29 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, n° 1874.
  • 30 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, 5178. Chaque province mauriste avait un (...)
  • 31 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, n° 7073.

26Nous avons les noms de dix prieurs réguliers de St.-Baudile, en 1689 et 1690, en 1734 et entre 1754 et 1790. Ces lacunes peuvent se justifier par le fait qu’avant 1754, le prieur de la Chaise-Dieu et le Visiteur choisissaient le religieux nommé à cette fonction et non le chapitre général. Un examen de l’ensemble des sources pourrait infirmer ou confirmer cette hypothèse27. Pour certains, le passage à St.-Baudile fut une des premières étapes dans la "carrière". Pour les deux premiers, la connaissance des dossiers et des abbayes mauristes les plus proches furent sans doute les raisons de leur présence à Nîmes : Jean-Paul Du Sault, prieur en 1689, l’avait déjà été à St.-Thibéry (1681) puis à St.-André d’Avignon de 1684 à 1687. A ce titre, il avait suivi le dossier nîmois. A partir de 1702 il sera prieur de La Daurade et de nouveau de St.-André avant d’être nommé visiteur de la province, de 1714 à 171728. Son successeur, Louis Tardy, connaissait tout aussi bien la région, ayant été prieur d’Aniane en 1681 puis surtout de Notre-Dame de Rochefort, de 1684 à 169029. Au XVIIIe siècle, comme à Orléans, les prieurs sont choisis souvent parmi d’anciens professeurs. Ainsi, dom Jacques Roubian, prieur de 1760 à 1766, avait été professeur de philosophie et de théologie à Montmajour et à la Réole (entre 1724 et 1730) puis directeur de la récollection à St.-Thibéry et à Avignon en 1734-173530 ; même constatation pour Roch La Vayssière, prieur de 1766 à 1769 après avoir enseigné la rhétorique, la philosophie et la théologie à La Grasse, Montmajour et Bordeaux31.

  • 32 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 56-58 ; Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, o (...)

27La fin du XVIIIe siècle voit une situation assez originale chez les mauristes, manifestation de la crise identitaire que connaît la congrégation à partir des années 1750. En effet, en 1759, le prieur commendataire, Louis-François de Cohorn de La Palisse de Limone, résigne contre pension son prieuré en faveur d’un mauriste, dom Jean-François Delobel, et ce, malgré les constitutions interdisant à des moines de posséder des bénéfices en propre. Dom Delobel résigne à son tour son prieuré en faveur d’un de ses confrères, Louis Barreau de La Touche, le 11 octobre 178532. Si dom Delobel avait été professeur de théologie à Fécamp et à St.-Wandrille, son successeur était professeur de mathématiques à Sorèze.

  • 33 Abbé GOIFFON, Les Bénédictins, op. cit., p. 57.
  • 34 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 57 ; Robert SAUZET, Chroniques des frères ennemis, op. cit., pp. 36-38. (...)

28Avec le soutien de l’évêque de Nîmes et du conseil de ville, dom Delobel obtint le maintien du prieuré, soumis à l’édit de 1767 de la Commission des Réguliers. En 1769-1771, les mauristes échangèrent leur maison de Belle-Croix contre une autre, plus calme, semble-t’il, et "proche de la porte de la Boucairie"33. Cette nouvelle installation fut en partie financée par l’ensemble des abbayes mauristes de la province. C’est peut-être en partie grâce à la présence de ces deux prieurs, situation rare, peut-être parfois conflictuelle mais non unique chez les mauristes que St.-Baudile fut sauvé en 1767. En contrepartie du soutien de l’évêque, les moines durent accepter, en 1772, l’érection d’une paroisse sur le territoire de St.-Baudile, dans le cadre du grand développement des faubourgs au XVIIIe siècle34.

  • 35 Robert SAUZET, "Miracles et Contre-Réforme en Bas-Languedoc sous Louis XIV", dans Revue d’histoire (...)

29Cet aperçu, même incomplet, de l’histoire du prieuré mauriste de Nîmes est l’occasion de faire quelques remarques. Si l’appartenance à une institution monastique centralisée explique les modalités d’introduction de la réforme à St.-Baudile, le recrutement des moines et le choix des prieurs, le particularisme politico-religieux du bas-Languedoc pose le problème des difficultés d’adaptation de la réforme mauriste. Manifestement et même en prenant en compte les attitudes des prieurs commendataires et le manque de sources, les supérieurs de la congrégation ne semblent pas avoir considéré la collaboration à la reconquête catholique nîmoise comme une priorité. Ils suivaient en cela la volonté même des fondateurs mauristes c’est-à-dire, en premier lieu, la réforme de l’ordre de St.-Benoît en France, réforme spirituelle, institutionnelle, économique, intellectuelle et politique. L’installation à Nîmes permettait de compléter un réseau monastique. Seule la venue de prédicateurs, plus portés vers le travail missionnaire, permit un affermissement de la réforme. Dans ce cadre, on peut se demander pourquoi les mauristes n’ont pas fait du tombeau de st. Baudile, il est vrai, abandonné depuis plusieurs générations, un instrument de reconquête, au même titre que le pèlerinage de Notre-Dame de Rochefort dont ils avaient la charge depuis 163735.

Notes

1 Abbé GOIFFON, Les bénédictins à Nîmes ou le prieuré de St.-Baudile d’après Ménard et les documents originaux, Nîmes, 1875, 59 p., ici pp. 3-38. Nous avons utilisé l’orthographe "Baudile" même si certains auteurs parlent de "St-Bausile" ou de "St-Bauzile". Cf. Dom COTTINEAU, article "Nîmes, St-Baudile" dans Répertoire topo-biliographique des Abbayes et prieurés, Maçon, 1937, t. II, c. 2075-2076.

2 Cf. Pierre-Roger GAUSSIN, Huit siècles d’histoire : l’abbaye de la Chaise-Dieu. 1043-1790, Brioude, 1967, pp. 342-347.

3 Né à Semur (diocèse d’Autun) en 1600, il fit profession le 2 janvier 1631 à St.-Rémi de Reims et mourut le 3 mars 1649 à Réome. En 1642, il fut nommé visiteur de Bourgogne ; cf. Yves CHAUSSY, Matricula monachorum professorum congregationis Sancti Mauri, Paris, Pierrée, 1959, n° 449.

4 Né dans le diocèse d’Amiens, il fit profession à Jumièges en 1627, prieur de la Chaise-Dieu de 1640 à 1642 et mourut à Corbie en 1673 ; cf. Yves CHAUSSY, Matricula, op. cit., n° 263.

5 Abbé GOIFFON, Les bénédictins à Nîmes, op. cit., pp. 40-41.

6 Léon GUILLEREAU, Les Mémoires du R.P. Dom Bernard Audebert, Paris, Jouve, 1911, p. 162.

7 Daniel-Odon HUREL, Le prieuré mauriste de Bonne-Nouvelle et la bibliothèque publique d’Orléans au XVIIIe siècle, à paraître en 1995.

8 Léon GUILLEREAU, Mémoires de dom Bernard Audebert, op. cit., pp. 162-3. Dom Edmond MARTENE, dans son Histoire de la Congrégation de Saint-Maur (Paris-Ligugé, t. III, 1929, p. 157), reprend cette thèse : dom Antoine L’Espinasse, visiteur, fut chargé de faire ce concordat avec les religieux de Cendras "aux conditions de transférer l’abbaye à Nismes dans un emplacement du prieuré de Saint-Bausile, ou bien hors de la ville dans le lieu même où étoit le prieuré."

9 Abbé GOIFFON, Les Bénédictins, op. cit., p. 41.

10 Robert SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en bas-Languedoc au XVIIe siècle. Le diocèse de Nîmes de 1598 à 1694, Lille, 1978,2 vol., pp. 511-514 et 662-663.

11 Léon GUILLEREAU, Mémoires de dom Audebert, op. cit., p. 269 ; Edmond MARTENE, Histoire de la congrégation de Saint-Maur, Paris-Ligugé, t. III, 1929, p. 246. Le prieur de St.-André était dom Vulfran Bocquet (n° 875), né à Harfleur, profès de Jumièges (1638) et mort à Avignon en 1663. Il fut prieur de St.-André de 1648 à 1654 et de 1660 à 1663 mais aussi prieur de La Daurade de 1654 à 1660 ; cf. Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, Etudes Augustiniennes, t. II, 1991, n° 875.

12 Léon MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, Nîmes, Lacour, 1989 ; t. VI (rééd. 1875), pp. 10-181 ; Robert SAUZET, Chronique des frères ennemis. Catholiques et Protestants à Nîmes du XVIe au XVIIIe siècle, Caen, Paradigme, 1992, pp. 29-33.

13 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 42-43.

14 Abbé GOIFFON, Op. cit., pp. 46-48.

15 Jean Lieutaud (n° 1460 dans la Matricula éditée par dom Chaussy), né dans le diocèse d’Aix, avait fait profession à St.-Augustin de Limoges le 5 février 1653. Il mourut à St.-Chinian en 1686. Nous n’avons pas pu identifier dom Dexere dans la Matricule.

16 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 49.

17 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 50.

18 Dom Pinot (Matricula, n° 1881) était né à Bordeaux en 1640 et avait fait profession à La Daurade en 1658.

19 Edmond MARTENE, Histoire de la Congrégation de Saint-Maur, Paris-Ligugé, t. VII, 1937, pp. 8-9.

20 Yves CHAUSSY, Matricula, op. cit., n 1254 : né à Châlons-sur-Marne en 1627, il fit profession à St.-Rémi de Reims en 1648 et mourut à Lyre le 19 juillet 1711.

21 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 50-52. Les mauristes de Bonne-Nouvelle, à titre de comparaison, regroupèrent à cette même période de nombreuses reliques dont une de st. Benoît et un morceau du Voile de la Vierge, en utilisant principalement le réseau des abbayes de la congrégation.

22 Dominique JULIA et Lin DONNAT, "Le recrutement d’une congrégation monastique à l’époque moderne : les Bénédictins de St.-Maur. Esquisse d’histoire quantitative”, dans St.-Thierry. Une abbaye du vie au XXe siècle, St.-Thierry, 1979, pp. 565-594

23 Deux moines n’ont pu être identifiés dans la Matricule : dom Laudemare et dom Dexere.

24 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, Etudes augustiniennes, 1989, I, p. 100.

25 Edmond MARTENE, Histoire de la Congrégation de Saint-Maur, Paris-Ligugé, t. VI, p. 185.

26 Ursmer BERLIERE, Nouveau supplément à l’Histoire littéraire de la Congrégation de Saint-Maur, Maredous, 1931, t. II, pp. 207-209.

27 liste des prieurs connus : Jean-Paul Du Sault (1689, n° 2476), Louis Tardy (1690, n° 1874), Antoine Barescut (1734, n° 5375), François Galias (1754-1756, n° 5903), Raymond Reste (1756-1760, n° 5971), Jacques Roubian (1760-1766, n° 5178), Roch La Vayssière (1766, n° 7073), Joseph Goudar (1769-1778, n" 5677), François Boulin (1778-1783, n° 6026), Auguste Pollias (1783-1789, n° 7352).

28 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, Paris, 1991, t. II, n° 2476.

29 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, n° 1874.

30 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, 5178. Chaque province mauriste avait un ou deux noviciats et plusieurs maisons d’études pour la formation supérieure des jeunes profès qu’il ne faut pas confondre avec les collèges tenus par la congrégation. L’année de récollection était la dernière année de ces études, année d’approfondissement spirituel.

31 Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, n° 7073.

32 Abbé GOIFFON, Les bénédictins, op. cit., pp. 56-58 ; Yves CHAUSSY, Les Bénédictins de Saint-Maur, op. cit., II, n° 7201 (Delobel) et 8336 (La Touche).

33 Abbé GOIFFON, Les Bénédictins, op. cit., p. 57.

34 Abbé GOIFFON, Op. cit., p. 57 ; Robert SAUZET, Chroniques des frères ennemis, op. cit., pp. 36-38. En 1847, le couvent de la Bouquerie fut repris par des religieuses.

35 Robert SAUZET, "Miracles et Contre-Réforme en Bas-Languedoc sous Louis XIV", dans Revue d’histoire de la spiritualité, t. 48, 190, 1972/2, pp. 179-191.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search