Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Le Cardinal Guillaume Briçonnet, évêque de Nîmes (1496-1514)

Bernard Chevalier

Texte intégral

  • 1 EUBEL, Hierarchia catholica medii aevi, , 1914, réimp. Paris, 1960, II, 222. Gallia christ (...)
  • 2 R. SAUZET, "Huguenots et papistes à Nîmes du XVIe au XVIIe siècle" dans Histoire de Nîmes,(...)

1Le 26 octobre 1496, le cardinal Guillaume Briçonnet, déjà évêque de Saint-Malo, obtint par une bulle du pape Alexandre VI, le siège de Nîmes vacant depuis le décès du titulaire, Jacques de Caulers1. A partir de là et pendant un demi-siècle, cet évêché languedocien devint la possession de "la prestigieuse famille tourangelle des Briçonnet que le maniement des finances royales avait conduit à collectionner charges et dignités de l’Etat et de l’Eglise"2. Robert Sauzet en faisant cette juste remarque devait y mettre quelque malice en pensant à sa propre carrière universitaire qui l’avait amené justement à faire le trajet inverse avec le succès que l’on sait. Mis à part ce détail piquant, rien ne vient relever au premier abord la banalité du cas, ni l’intervention directe du Saint-Siège en faveur d’un cardinal ni ce cumul des évêchés, devenu fréquent en cette fin de siècle. Il reste qu’il est encore permis de s’interroger sur quelques points.

  • 3 L. MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 175 (...)

2Le cardinal tourangeau à la recherche d’un rang social et ecclésiastique avait-il quelques raisons particulières de jeter son dévolu sur cet évêché méridional plutôt que sur un autre ? Question à poser, d’autant qu’il n’y était pas attendu à bras ouverts ; l’irremplaçable travail de Léon Ménard l’a déjà montré depuis longtemps3. Sa nomination entraîna au contraire de 1496 à 1504 l’un de ces longs procès que ces affaires ne manquaient jamais de provoquer et qui, pour banal qu’il soit, lui aussi, gagnera à être éclairci. Enfin si R. Sauzet n’a pas tort de dire qu’il a été un "pasteur non résidant, imité en cela par son neveu et successeur Michel Briçonnet", il convient de voir s’il est vraiment resté totalement indifférent à la marche de son nouveau diocèse.

Un évêque tourangeau à Nîmes

3Né à Tours, en 1445 sans doute, Guillaume Briçonnet était le fils d’un notable, élu des aides et receveur général de Languedoïl de 1466 à 1475. Loin d’être promis à l’Eglise dès son jeune âge, comme son frère Robert, il avait été marié à une fille de Jean de Beaune, ce qui le rattachait au groupe d’hommes d’affaires tourangeaux qui avait pris la suite de Jacques Cœur. D’abord marchand, comme il se doit, il entame en 1480 une brillante carrière administrative : secrétaire signant en finances sous Louis XI, général des finances en Dauphiné, Provence et Languedoc à partir de 1483 et membre très influent du conseil du roi.

  • 4 Ce que ne manquent pas d’observer les ambassadeurs florentins auprès du roi de France, Nég (...)
  • 5 Pierre de Laval mourut le 14 août 1493 ; il était archevêque de Reims, évêque de Saint-Mal (...)
  • 6 Y. LABANDE-MAILFERT, Charles VIII et son milieu, Paris, Klincsieck, 1975, p. 318.

4En 1493 , c’est déjà un homme arrivé, puissant et riche4. Est-ce assez pour faire bonne figure et résister aux coups du sort, quand on est sans aïeux ni fief titré ? Il ne le pense pas. Seule l’entrée dans l’Eglise peut lui donner cette assurance. Devenu veuf, c’est justement en 1493 qu’il fait le pas avec l’espoir de parvenir très vite au pinacle. L’occasion à saisir est la succession ouverte par la mort de Pierre de Laval, archevêque de Reims et évêque de Saint-Malo5. Le premier siège lui échappe au profit de son frère Robert, il doit se contenter du second. Mais l’expédition de Naples, dont il est l’un des plus ardents partisans, lui permet d’atteindre son vrai but. Le 16 janvier 1495 , le pape Alexandre VI, tremblant devant le roi Charles VIII qui vient d’entrer triomphalement à Rome, se résigne à le nommer cardinal au titre de Sainte-Pudentienne6.

  • 7 Voir la liste des bénéfices dont il a joui en tout ou partie de 1498 à 1515, soit neuf abb (...)
  • 8 Gallia, II, 657 et A. LECLERC, "Histoire de l’abbaye de Grandmont”, Bulletin de la société (...)
  • 9 EUBEL, Hierarchia, op. cit., V. II, p. 23, n. 5.
  • 10 Gallia, XVI, 143.

5La pourpre cardinalice mettait Guillaume Briçonnet à l’abri de toute surprise au sein du conseil royal, mais ne suffisait pas à assurer son rang dans l’Eglise ; il lui fallait encore accumuler le nombre respectable de bons bénéfices qui convenait à son nouvel état. Nécessité impérieuse que la carrière de son contemporain, le cardinal Amanieu d’Albret, démontre à l’évidence7. Le nouveau promu s’y employa avec ardeur sans se laisser rebuter par les échecs. Il manque les abbayes angevines laissées par Pierre de Laval, mais obtient en 1495, avant mars, l’abbaye chef-d’ordre de Grandmont8 et le 30 mai 1496 en expectative, celle de Saint-Germain-des-Prés9. Le 11 août 1496 une autre bulle lui attribue le décanat de Vienne, d’où il n’arrivera pas du reste à évincer son compétiteur10. Celle qui le nomme à l’évêché de Nîmes prend donc place dans une longue série.

  • 11 Arch. de Montpellier, Inv. Joffre, VI, p. 306 (compoix du septain de Sainte-Foy).
  • 12 M. VEISSIERE, L’évêque Guillaume Briçonnet (14710-1534), Provins, 1986, p. 41.
  • 13 Y. LABANDE-MAILFERT, Charles VIII, op. cit., p. 194.

6Pourquoi Nîmes ? Thérouanne, Cavaillon, Luçon, Quimper et Senlis vacants aussi en 1496 auraient pu aussi bien faire l’affaire. Non sans doute, car notre homme, on l’a vu, a appris à connaître le Languedoc au cours de sa longue carrière administrative ; il en a à bien des reprises présidé les états et a acquis une résidence à Montpellier11. En 1489, quand il avait cherché un évêché pour son jeune fils Guillaume, alors étudiant au collège de Navarre, c’est celui de Lodève qu’il lui avait fait attribuer12. Loin d’être un inconnu à Nîmes en 1496, il était "devenu un homme du Midi"13 et s’y était fait de nombreux amis et obligés.

Un procès comme tant d’autres

  • 14 A.D.G., G 131, f°11 ; le 29 septembre Faucon désigne un procureur chargé de faire confirme (...)

7En octobre 1496 pourtant Guillaume Briçonnet n’était pas seul à briguer l’évêché. La date de décès de Jacques Caulers n’est pas connue, mais avant le mois de septembre le chapitre s’était déjà assemblé pour élire au siège son prévôt, maître Jean Faucon14.

  • 15 Le parlement de Toulouse avait été saisi de l’affaire, cf. A.D.H.G., B. 11, f°166, 178, 18 (...)
  • 16 Parmi les études similaires sur des cas mieux documentés, voir J. MAUBOURGUET, "Luttes aut (...)
  • 17 J.-L. GAZZANIGA, L’Eglise du Midi à la fin du règne de Charles VII (1444-1461), d’après la (...)

8Entre l’évêque élu et le pourvu par bulle le conflit était inévitable. Un parmi tant d’autres à cette époque, mais mal connu, sinon par les brèves notes de L. Ménard et les mentions éparses contenues dans les registres d’arrêts du parlement de Toulouse15. N’en ayons pas trop de regrets16. Il suffit de bien voir où se situaient les enjeux de ces luttes répétitives. A Nîmes même le conflit ne pouvait étonner ; il était l’exacte réplique de celui qui avait opposé de 1453 à 1461 le cardinal Alain de Coetivy et les élus successifs du chapitre17.

9Les données de base de ces affaires sont toutes semblables. La pragmatique sanction de 1438 a remis l’élection des évêques au collège des chanoines de la cathédrale, éventuellement guidés dans leur choix par une recommandation du roi que le corps de ville de la cité épiscopale appuie souvent. L’élection doit être ensuite vérifiée et confirmée par le métropolitain, qui juge de la validité des opérations sur le fond, c’est-à-dire au pétitoire. Mais le pape n’a jamais donné son aval à l’ordonnance gallicane et use de son droit de réserve pour pourvoir par bulle ses candidats, notamment ses cardinaux, et recevoir tous appels interjetés devant sa juridiction. Voilà deux droits qui s’opposent et dont savent jouer éventuellement les candidats aux prises.

10Mais avant même que l’affaire soit jugée au pétitoire, se pose la question litigieuse de la mise en possession. Car pendant la vacance du siège, le temporel, y compris le palais épiscopal, est saisi par le roi, en vertu de son droit de régale et l’évêque élu ou pourvu doit en être mis en possession après avoir prêté serment de fidélité et procéder ensuite à une entrée solennelle dans sa cité et sa cathédrale, marque de sa saisine. Mais en cas de litige, alors que le procès sur le fond est engagé au pétitoire en cour d’Eglise, les parties adverses cherchent à accumuler les marques de possession qui leur vaudront présomption de droit ; de là sur le terrain une compétition dans laquelle le recours aux armes n’est pas exclu et inévitablement une action en trouble de jouissance et attentat au droit de régale devant les juges civils qui sont depuis longtemps réputés compétents au possessoire.

11Voies de fait très brutales, mesquines querelles de sacristie, procès canoniques et civils inextricablement mêlés sont donc les ingrédients de ces affaires toujours appelées à s’éterniser. En effet la valeur d’un évêché tant en revenu tangible qu’en honneur suscite beaucoup de convoitise ; des intérêts multiples sont en jeu, ceux des familles les plus considérables du lieu et ceux des hommes d’appareil, au service soit de l’Etat, soit de l’Eglise. Le développement de la centralisation pontificale au XIVe siècle avait masqué les premiers tout en exacerbant les seconds. Les errements du temps du Grand Schisme, puis la mise en application de la pragmatique sanction les firent ressortir tous au grand jour. La provision d’un bénéfice est affaire de droit, mais bien plus encore âpre compétition d’intérêts opposés que seul un compromis peut satisfaire. Les parties le savent parfaitement et, pour elles, voies de fait et incidents de procédure sont autant de ruses tactiques utilisées dans un affrontement où l’intimidation et la lassitude escomptée jouent un rôle primordial.

12Ceci dit, l’on peut voir déjà que s’il y a eu contentieux de 1496 à 1504 pour le siège de Nîmes entre l’homme du lieu, Jacques Faucon et l’homme politique et cardinal de l’Eglise romaine, Guillaume Briçonnet, il a été somme toute simple, bref et dépourvu de voies de fait, ce qui n’est déjà pas si mal. Il suffira donc d’en relever les principales phases.

  • 18 A.D.H.G., B 11, f°166, 7 février 1500 n. st.
  • 19 A.D.G., G. 131, f°11, 6 mars 1497, institution de procureurs pour plaider devant le roi ou (...)
  • 20 L. MENARD, op. cit., p. 62 ; A.D.G., G.131, f°11 v°.
  • 21 L. MENARD, op. cit, p. 62 ; en février 1500 le cardinal dépose une requête pour obtenir ma (...)

13D’après L. Ménard, G. Briçonnet a eu d’abord l’avantage, car, fort sans doute de ses relations locales et de la bulle du pape, il n’a pas eu de peine d’abord à prendre possession de l’évêché et à se faire reconnaître des habitants, autrement dit du consulat. Jacques Faucon, bien que soutenu par le chapitre, était au contraire en mauvaise posture, car le métropolitain de Narbonne, peu désireux sans doute de brusquer un homme comme Briçonnet, n’a pas validé l’élection, mais ouvert une enquête qui durait encore en février 150018. Pour regagner le terrain perdu, le chapitre et Jacques Faucon assignent donc le cardinal au possessoire devant le parlement de Toulouse en 149719. Cette cour en général est plutôt favorable aux élus qu’aux pourvus, surtout parce que la pragmatique est la loi de l’Etat ; sa jurisprudence le montre, notamment dans les cas similaires de Sarlat ou de Pamiers. Néanmoins en l’occurrence, après une information qui dut être longue, elle ordonne, en 1499 seulement, un peu avant septembre, la mise sous séquestre du temporel, sans le remettre à l’une ou l’autre des parties, mais en assignant sur ses revenus à titre conservatoire une pension de 600 livres au profit de Jacques Faucon20. Guillaume Briçonnet, pourtant fort de l’archevêché de Reims acquis en 1497, ne cherche pas à s’y opposer par la force et le séquestre est exécuté21.

  • 22 Jean Bohier et Jean Briçonnet, fils du cardinal ont été reçus conseillers le 12 avril 1492 (...)
  • 23 Guillaume Briçonnet fait jouer aussi le procureur de son fils, l’évêque de Lodève ; il res (...)
  • 24 Gallia christ., 1, 842.

14Reste pour la cour de Toulouse, avant de rendre un arrêt définitif, à ordonner l’enquête sollicitée par le chapitre de Nîmes. Belle occasion pour les deux parties d’incidents de procédure multipliés et de récusations en cascade tant de conseillers que de présidents. Le cardinal pousse même l’audace un peu loin. Le 20 septembre 1500, il vient en personne à Toulouse et siège en chambre du conseil jusqu’au 4 décembre, comme il en a le droit en tant qu’archevêque de Reims et premier pair de France, mais il le fait même les jours où vient son affaire. Il est trop avisé pour recourir alors aux services de Jean Bohier, frère de son gendre Thomas, et de son propre fils Guillaume, l’un et l’autre conseillers à la cour22, mais, à peine arrivé et installé à la trésorerie de la sénéchaussée, il prend contact avec l’un de ses anciens obligés du temps où il était général de Languedoc, Raymond de Belveser, bourgeois de Toulouse. Il lui demande instamment de le recommander auprès des conseillers de sa connaissance. Le confident, comprenant parfaitement le sens de la mission se livre alors à une véritable tentative de corruption auprès du conseiller Nicolas Benoist pressenti pour faire l’enquête23. Le coup manqua et Belveser fut condamné. La cour cependant écarta Nicolas Benoist, mais ordonna l’enquête confiée à un autre conseiller. Le cardinal chercha alors à intimider ses adversaires par le recours aux armes spirituelles, parade usuelle en pareil cas. Le vice-régent d’Avignon, qui n’avait rien à lui refuser puisqu’il venait d’être admis en 1497 comme archidiacre de cette église24, excommunia ses adversaires et fulmina des monitoires dont la cour de Toulouse, en février 1501, lui intima l’ordre d’obtenir le retrait.

15L’enquête traîna plus d’un an encore, puisque, d’après L. Ménard, le cardinal obtint finalement que le parlement de Toulouse fût dessaisi et la cause renvoyée devant celui de Bordeaux. Il voyait juste, car en août 1503 cette cour mieux disposée lui accorda à titre provisoire la possession de l’évêché sous réserve que la pension de 600 livres serait toujours versée à Jacques Faucon. On s’acheminait visiblement vers le compromis, bien que, en août et septembre 1504 , Faucon et le chapitre, infatigables, aient nommé des procureurs pour les représenter tant devant la cour de Bordeaux au possessoire que devant celle de l’archevêque de Narbonne au pétitoire. Ultime bataille. En octobre l’accord est conclu ; il sera homologué par le pape Jules II le 15 novembre 1504. Guillaume Briçonnet a gagné ; il obtient le complet désistement de son adversaire moyennant une pension de 500 livres et l’expectative de bénéfices dans le diocèse jusqu’à 800 livres de rente. Immédiatement Jacques Faucon cède cette réserve à son neveu Hermangard, chanoine et préchantre de Nîmes. Lui aussi, dans toute cette affaire, avait donc agi pour préserver des intérêts lignagers.

Un bon administrateur

  • 25 J.-M. VIDAL, op. cit., termine en ces termes sa longue étude consacrée à l’affaire de Pami (...)

16Voilà donc Guillaume Briçonnet maître incontesté de cet évêché tant convoité où pourtant, selon toute vraisemblance, il ne résida jamais, pas plus qu’il ne le faisait du reste à Saint-Malo. N’avait-il donc été mû que par de sordides considérations d’intérêt ? N’avait-il pas ce faisant profondément heurtés les fidèles qui après avoir été les enjeux passifs de cyniques affrontements entre candidats avides se voyaient maintenant abandonnés par leur pasteur enfin reconnu ? Abus criants que leur généralisation et leur fréquence n’excusent point et que les historiens ont constamment invoqués pour expliquer ou justifier la révolte protestante25.

  • 26 Les conclusions tirées par F. RAPP, Réforme et réformation à Strasbourg : Eglise et sociét (...)

17Et pourtant il n’est pas sûr que ces affaires aient eu dans l’opinion commune le retentissement qu’on leur prête après coup. Depuis longtemps le système bénéficial ébranlé par cent ans de marasme économique et de profonds changements institutionnels dans l’Eglise, ne fonctionnait plus selon les normes qui avaient présidé à sa fondation26. Le bénéfice, séparé en fait de l’office, est un honneur et un bien de rapport, qui font partie du patrimoine d’un lignage. Son titulaire n’exerce généralement pas le ministère qui lui est attaché, mais il reste tenu moralement et canoniquement d’en assurer une correcte administration en choisissant de bons vicaires ; c’est d’eux seuls en définitive que relève la pastorale et eux seuls que connaissent les fidèles.

18Que doit-on attendre dans ces conditions d’un évêque en titre, quand il ne réside pas, parce qu’il cumule son bénéfice avec bien d’autres ? Tout simplement qu’il soit un bon administrateur, veillant à la gestion du temporel et à la discipline du clergé dans son diocèse.

19Bon administrateur, Guillaume Briçonnet l’était de métier, pourrait-on dire, et le montra dans tous les bénéfices dont il fut titulaire. Dans le cas de Nîmes l’information manque pour entrer dans les détails. Remarquons d’abord qu’il a toujours été assez attaché à ce siège pour n’avoir jamais songé ni à le céder à l’un de ses fils ni à en faire l’échange, comme il le fera pour l’archevêché de Reims troqué contre celui de Narbonne en 1507.

  • 27 Le procès qu’il soutient en tant que prieur de Saint-Césaire contre le consulat au sujet d (...)

20La gestion du temporel, qui a suscité toute son attention à Reims ou Narbonne, n’a pas laissé de trace à Nîmes27, hormis la reconstruction du palais épiscopal, celui-là même qui, d’après I, . Ménard, a duré ensuite jusqu’aux guerres de religion.

  • 28 Voir à ce sujet G. BRETONNEAU, Histoire généalogique de la maison des Briçonnets, Paris, 1 (...)

21La discipline du clergé dépend au jugement de l’époque de la tenue régulière de synodes au cours desquels sont promulgués des statuts propres à rappeler aux clercs les devoirs de leur ministère. Sous l’épiscopat de Briçonnet, il en fut bien ainsi à Nîmes, comme à Saint-Malo et à Reims, même si aucun statut synodal ne nous est parvenu28.

  • 29 Cf. BOHATTA (Hanns) Bibliographie der Breviere, 1501-1850, Leipzig 1937, 350 p. et la révi (...)
  • 30 C’est pourquoi l’abbé V. LEROQUAIS, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques (...)
  • 31 Le livre dont parle L. Ménard appartenait en son temps à M. Fléchier, l’archidiacre, neveu (...)

22La qualité de la liturgie tant au chœur de la cathédrale que dans les paroisses est liée au nombre et à la valeur des livres disponibles. Sous son pontificat, il en fut imprimé deux à l’usage du diocèse, un bréviaire en décembre 1499, un missel en 1511. Rien là de bien remarquable à première vue. De telles impressions faites souvent du reste à l’initiative des chapitres sont alors très courantes29. Pourtant le bréviaire mérite l’attention et non pas seulement parce que sa composition le rend assez exceptionnel (les textes y sont regroupés en effet selon leurs catégories et non selon les heures)30, mais à cause de sa date d’impression. En décembre 1499, le siège étant toujours vacant, l’initiative de cette publication a dû être prise par un vicaire capitulaire ou plutôt par l’évêque pourvu, mais non encore intronisé. Ce qui fait pencher vers cette hypothèse, c’est que Guillaume Briçonnet a tenu à se faire faire pour sa propre dévotion un exemplaire enluminé du bréviaire à l’usage de son nouveau diocèse. L. Ménard, qui l’a eu en main, en fournit comme preuve la miniature "d’assez bon goût", placée après le calendrier, qui figurait un cardinal présentant un évêque en vêtements pontificaux à la Vierge Marie et à l’Enfant Jésus, autrement dit de manière indubitable Guillaume Briçonnet lui-même et son fils, de même nom, l’évêque de Lodève31. Ainsi donc au moment où le parlement de Toulouse prononçait la mise sous séquestre du temporel de l’évêché, Guillaume Briçonnet démontrait de cette manière l’intérêt personnel qu’il portait à la vie spirituelle de son église.

  • 32 Gallia, VI, 458, IX, 169, G. BRETONNEAU, Histoire généalogique...., p. 23. Ajoutons encore (...)

23Toutefois, pour en dire plus sur le sujet, il faudrait pouvoir se prononcer sur le choix qu’il fit de ses vicaires tant au temporel qu’au spirituel et sur la composition de la curie épiscopale. Il est probable en effet que le cardinal a dû être en mesure de nommer des vicaires bien avant le règlement judiciaire de la cause pendante. Mais le seul que l’on connaisse est son neveu, Michel Briçonnet, attesté seulement en mars 1511. C’était le fils de son frère aîné Guillaume, conseiller au parlement de Paris, mort prématurément en 1477, et de Jeanne de Brinon. Orphelin en bas-âge, il avait été pris en charge par son oncle, qui l’éleva comme ses fils ; ainsi le trouve-t-on étudiant ès arts au collège de Navarre en 1489, en même temps que son cousin germain, Guillaume, l’évêque de Lodève, qui y étudie la théologie ; probablement déjà pourvu de quelques bénéfices, il est ensuite avocat au parlement de Paris, et en tout cas, prévôt du chapitre de Reims en 1502 par permutation avec ce même cousin, et enfin vicaire général de son oncle dans l’archidiocèse de Narbonne à partir de 1507, avant de remplir la même fonction à Nîmes en 1511 au plus tard32.

  • 33 Notamment parce que les comptes consulaires manquent avant 1506, sinon ils en auraient por (...)
  • 34 Arch. com. Nîmes, LL 3, f°124, v°-126 et 131-139 ; documents dont je dois aussi la connais (...)

24Reste à savoir enfin si le cardinal a été l’objet après ou avant 1504 d’une intronisation solennelle sur le siège de Nîmes autrement que par procureurs. Là encore les preuves font défaut33. Plus exactement ce que l’on connaît bien, c’est la réception grandiose que le consulat fit à ses frais" pour l’honneur du roy à l’antrée de Monsr. le cardinal de Nerbonne, evesque de Nysmes" le 25 octobre 1513. A la porte des Jacobins, se dressent des arcs de triomphe et l’on joue un mystère. Sur le parcours dans les rues tendues en son honneur un grand cortège de cent hallebardiers, cent archers et cent arbalétriers, portant livrée de la ville, l’accompagne au son des trompettes et dans l’éclat des salves de couleuvrines ; on s’arrête pour voir d’autres "moralités" avec "Spes, Fides, Caritas et le Peuple", ainsi jusqu’à l’église Notre-Dame devant laquelle se joue encore de" belles Istoires" ; on lui offre torches, vin, gibier et volaille. Bref plus que d’une entrée d’évêque, il s’agit là de celle d’un lieutenant général du roi, ce qu’il est sans doute, au moment même où vont se tenir à Nîmes les états de Languedoc34.

  • 35 HEFELE-LECLERCQ, Hist. des conciles, VIII/1, p. 445, L. SANDRET, "Le concile de Pise (1511 (...)

25Le cardinal exerce en effet un grand rôle politique et militaire dans tout le pays à cette heure où le royaume est menacé sur toutes ses frontières. Or, à cause du rôle capital qu’il a joué au concile de Pise, dès août 1511 il a été excommunié par le pape Jules II et déchu de tous ses bénéfices, y compris l’évêché de Nîmes. Comme on le voit, sur place il n’y paraissait guère. Mais à ce moment même son fils Denis, évêque de Toulon, était à Rome pour négocier auprès de Léon X les conditions du retour en grâce de son père qui ne voulait se prêter à aucun reniement ni à aucune humiliation, tandis que la curie tenait au contraire à ce qu’il fît abandon des bénéfices confisqués avant qu’ils ne lui fussent rendus. Une solution fut trouvée. Léon X lui accorda son pardon en consistoire le 7 avril 1514, sans qu’il fût venu faire amende honorable35 et ensuite seulement le cardinal résigna ses deux évêchés, Saint-Malo en faveur de son fils Denis et Nîmes le 18 août en faveur de son neveu et vicaire général Michel.

26Il put ainsi mourir en paix à Narbonne, le 14 décembre 1514. L’évêché languedocien auquel il avait montré tant d’attachement n’était pas perdu pour la famille tourangelle.

Notes

1 EUBEL, Hierarchia catholica medii aevi, , 1914, réimp. Paris, 1960, II, 222. Gallia christiana, VI, c. 458 ; Dict. H.G.E. s.v. Briçonnet (Guillaume). Sur l’homme et sa famille, B. CHEVALIER, Tours ville royale, Louvain-Paris, Vander/ Nauwelaerts, 1975, (Publications de la Sorbonne, 14) p. 278-280 et 482, et : "Autour du cardinal Briçonnet et de ses fils : service de l’Etat et réforme de l’Eglise", actes du colloque tenu à Göttingen les 12-14 mars 1992, sous presse.

2 R. SAUZET, "Huguenots et papistes à Nîmes du XVIe au XVIIe siècle" dans Histoire de Nîmes, Edisud, Aix-en-Provence, 1982, p. 149.

3 L. MENARD, Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nismes, Paris, 1750-1758, 7 vol. réimp. Marseille, 1975, t. IV, p. 54-55 et p. 62, avec les "Notes sur l’histoire de Nîmes", p. 3, note III. Ménard a eu accès aux archives du chapitre et notamment aux registres du notaire Etienne Pignols, aujourd’hui perdus ; voir cependant quelques brèves analyses, Archives dép. du Gard, (cité ensuite A.D.G.), G.131, f°ll r° et v°. M.A. Venturini, qui en est le directeur, a bien voulu faire les vérifications et transcrire pour moi ces documents. Qu’il en soit ici très vivement remercié.

4 Ce que ne manquent pas d’observer les ambassadeurs florentins auprès du roi de France, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, doc. recueillis par G. CANESTRINI et pub. par A. DESJARDINS, Paris, 1859-1866, 1. I, notamment, p. 326 et ss.

5 Pierre de Laval mourut le 14 août 1493 ; il était archevêque de Reims, évêque de Saint-Malo depuis 1486, abbé de Saint-Aubin et Saint-Nicolas à Angers et de Saint-Meen au diocèse de Saint-Malo, Gallia, XIV, c. 759.

6 Y. LABANDE-MAILFERT, Charles VIII et son milieu, Paris, Klincsieck, 1975, p. 318.

7 Voir la liste des bénéfices dont il a joui en tout ou partie de 1498 à 1515, soit neuf abbayes et sept évêchés dans J.-M. VIDAL, "Une crise épiscopale à Pamiers (1467-1524)", Revue d’histoire de l’Eglise de France, 19e année, t. 14, (1928), p. 346 et 347.

8 Gallia, II, 657 et A. LECLERC, "Histoire de l’abbaye de Grandmont”, Bulletin de la société archéologique et historique du Limousin, 59,1909, p. 55.

9 EUBEL, Hierarchia, op. cit., V. II, p. 23, n. 5.

10 Gallia, XVI, 143.

11 Arch. de Montpellier, Inv. Joffre, VI, p. 306 (compoix du septain de Sainte-Foy).

12 M. VEISSIERE, L’évêque Guillaume Briçonnet (14710-1534), Provins, 1986, p. 41.

13 Y. LABANDE-MAILFERT, Charles VIII, op. cit., p. 194.

14 A.D.G., G 131, f°11 ; le 29 septembre Faucon désigne un procureur chargé de faire confirmer son élection par le métropolitain, l’archevêque de Narbonne qui était alors Pierre d’Abzac (1494-1502). Nous ignorons tout de ce Faucon que le parlement de Toulouse dénomme "frere Jaques Falcon, prevost de l’eglise cathédrale de Nismes", sans doute parce que le chapitre n’est pas sécularisé, Archiv. dép. de la Haute-Garonne (cité désormais A.D.H.G.), B 11, f°166.

15 Le parlement de Toulouse avait été saisi de l’affaire, cf. A.D.H.G., B. 11, f°166, 178, 186, 198 v°, 208, 284, 291, 293, 297 v°, 298, 300, 301, 302, 306 v°, 350. M. le professeur J.-L. Gazzaniga a bien voulu relever et transcrire pour moi quelques-uns de ces textes, tous relatifs à des incidents de procédure ; je lui en exprime toute ma gratitude. Un sondage dans le fonds des plaidoyers non inventorié, B 2330 (déc. 1500-sept. 1501) n’a rien donné. Les archives de la Gironde sont muettes au sujet des décisions du parlement de Bordeaux qui clôturèrent l’instance.

16 Parmi les études similaires sur des cas mieux documentés, voir J. MAUBOURGUET, "Luttes autour d’un évêché (Sarlat) la veille de la Réforme", Mélanges A. Dufourcq, Paris, 1932, p. 126-143 ou plus encore J.-M. VIDAL, op. cit., au sujet de l’affaire de Pamiers qui dure plus de cinquante ans.

17 J.-L. GAZZANIGA, L’Eglise du Midi à la fin du règne de Charles VII (1444-1461), d’après la jurisprudence du parlement de Toulouse, Paris, Picard, 1976, p. 155-158. Son jugement en dit long : "A Nîmes depuis la mort en 1438 de Léonard Delphini l’évêché n’a cessé de vivre dans un état de confusion permanent”.

18 A.D.H.G., B 11, f°166, 7 février 1500 n. st.

19 A.D.G., G. 131, f°11, 6 mars 1497, institution de procureurs pour plaider devant le roi ou le parlement de Toulouse.

20 L. MENARD, op. cit., p. 62 ; A.D.G., G.131, f°11 v°.

21 L. MENARD, op. cit, p. 62 ; en février 1500 le cardinal dépose une requête pour obtenir mainlevée, A.D.H.G., B 11, f°186 v°.

22 Jean Bohier et Jean Briçonnet, fils du cardinal ont été reçus conseillers le 12 avril 1492, A.D.H.G., B 8 f°47 ; ce dernier cumule l’office avec celui de conseiller au parlement de Paris obtenu sur recommandation de son père le 28 avril de la même année, Lettres de Charles VIII, III, 260. et résigne en faveur de son frère Guillaume, l’évêque de Lodève, futur évêque de Meaux, le 26 mars 1499, M. VEISSIERE, Briçonnet, op. cit., p. 46.

23 Guillaume Briçonnet fait jouer aussi le procureur de son fils, l’évêque de Lodève ; il ressort des interrogatoires que Belveser était en procès avec Jean de Foix, vicomte de Narbonne, dont il avait été le fermier en 1497 et qui lui devait 20 000 livres. Le cardinal lui avait promis d’intervenir par lui-même ou par ses parents pour obtenir son remboursement et Belveser qui était créancier du conseiller Benoist pour 200 livres jugea bon, à l’insu du cardinal, déclara-t-il, de proposer à celui-ci la remise de sa dette en échange de sa bienveillance dans l’enquête A.D.H.G., B 11, f°297-302 v°.

24 Gallia christ., 1, 842.

25 J.-M. VIDAL, op. cit., termine en ces termes sa longue étude consacrée à l’affaire de Pamiers qui par bien des aspects ressemble beaucoup à celle de Nîmes : "A cet instant même (en 1524) les semeurs d’ivraie entreprenaient leur funeste besogne... La crise de l’autorité provoqua la crise de la foi. Au schisme des prélats succéda celui des fidèles".

26 Les conclusions tirées par F. RAPP, Réforme et réformation à Strasbourg : Eglise et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris, Ophrys, 1974, p. 289 ss, au sujet des bénéfices mineurs et de l’Alsace, valent aussi bien pour les bénéfices majeurs et pour tout le royaume de France.

27 Le procès qu’il soutient en tant que prieur de Saint-Césaire contre le consulat au sujet de la dîme de l’huile n’est guère probant à ce sujet, A.C. Nîmes, LL 3, invent.

28 Voir à ce sujet G. BRETONNEAU, Histoire généalogique de la maison des Briçonnets, Paris, 1620, P. 91.

29 Cf. BOHATTA (Hanns) Bibliographie der Breviere, 1501-1850, Leipzig 1937, 350 p. et la révision de R. AMIET, Missels et bréviaires imprimés (supplément aux catalogues de Weale et Bohatta) Propres des saints (édition princeps), Paris, C.N.R.S., 1990, 623 p.

30 C’est pourquoi l’abbé V. LEROQUAIS, Les bréviaires manuscrits des bibliothèques publiques de France, I, Paris, 1934, p. LV, en fait mention, bien qu’il s’agisse d’un imprimé.

31 Le livre dont parle L. Ménard appartenait en son temps à M. Fléchier, l’archidiacre, neveu du célèbre évêque de Nîmes ; il existe encore à la Bibliothèque nationale (réserve, vélin 1611-1613), mais l’enluminure en pleine page décrite en a été enlevée. Pour renforcer sa démonstration L. Ménard observait même que l’une des vignettes portait un écusson "de gueules chargé d’un aigle essoré d’or", armes des Berthelot, donc de la mère du cardinal. L’écusson est visible, mais ces armes ne sont pas celles des Berthelot de Touraine.

32 Gallia, VI, 458, IX, 169, G. BRETONNEAU, Histoire généalogique...., p. 23. Ajoutons encore pour souligner les liens entre les deux cousins que Michel fit aussi partie de la maison de Marguerite d’Angoulême, comme vice-chancelier d’Armagnac en 1516-17 et qu’il fut conseiller clerc au parlement de Toulouse, reçu le 16 juin 1517 (A.D.H.G., B 16, f°697), comme son cousin germain auquel il succéda en 1521 en tant que garde du sceau de la cour, M. VEISSIERE, Guillaume Briçonnet, op. cit., p. 53, n. 49.

33 Notamment parce que les comptes consulaires manquent avant 1506, sinon ils en auraient porté la trace.

34 Arch. com. Nîmes, LL 3, f°124, v°-126 et 131-139 ; documents dont je dois aussi la connaissance à l’obligeance de M. Venturini.

35 HEFELE-LECLERCQ, Hist. des conciles, VIII/1, p. 445, L. SANDRET, "Le concile de Pise (1511), Revue des questions historiques, 1883, p. 455, A. RENAUDET, Le concile gallican de Pise-Milan... Paris, 1922, p. 616 et surtout E. GIOMMI, La monaca Arcangela Panigarola, madré spirituale di Denis Briçonnet... p. 13-14, 90, app. I/9, p. 91, tesi di laurea, ms., univ. di Firenze, 1967-68, 166 p et 116 p. d’appendices.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search