Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

La marque de l’esprit occitan chez les frères Folard

Jean Chagniot

Texte intégral

  • 1 Le roi Frédéric II de Prusse.
  • 2 B.N., Ms français 19671, fol. 107 à 109.
  • 3 Archives de la Guerre, Vincennes, Mémoires et Reconnaissances- 2480 (4), fol. 166 r°.

1Le chevalier de Folard n’a jamais manqué d’envoyer les brouillons de ses ouvrages sur l’art militaire à son frère aîné Nicolas, chanoine à Nîmes, et l’abbé en faisait profiter aussitôt ses amis. Un petit cénacle de lettrés languedociens eut ainsi la primeur des Nouvelles découvertes sur la guerre, ébauche des Commentaires sur Polybe. Un des commensaux de l’abbé Folard, M. Daudé, écrivit à l’auteur, le 7 septembre 1723, pour le féliciter. Il l’invitait pourtant à réformer son style prolixe et divaguant, le chevalier fait comme la Durance, sa voisine, qui sort trop souvent de son lit. Sans lésiner sur les métaphores, le bel esprit nîmois ajoutait : "Vous voyez que les productions de l’esprit, tout comme les fruits, sentent le terroir : celui où vous êtes né est abondant, et sa fertilité donne de la vigueur à de mauvaises herbes qu’il faudrait sarcler". Voilà donc l’exubérante nature comtadine responsable du malaise qu’éprouve tout lecteur de Folard, déconcerté par le mélange d’intuitions géniales et de digressions saugrenues ; un autre censeur, prussien celui-là1, écrira méchamment qu’il s’est évertué à extraire les diamants du fumier. Daudé conclut sa lettre en comparant Folard à Pierre Bayle, Méridional expatrié lui aussi, dont il vient de parcourir le Supplément du Dictionnaire à la foire de Beaucaire : tous deux ont la même faculté de penser librement sans s’embarrasser de l’opinion commune et la même tendance à "égayer leur style par la bagatelle"2. Un peu plus tard, le prince François II Ragotsky remarqua pareillement que l’auteur du Polybe employait "la langue de Bayle et de plusieurs auteurs de cette espèce pour produire certaines saillies égayantes"3. Il est regrettable que le chevalier de Folard n’ait pas cultivé la rhétorique, car il eût pu demander à M. Daudé par quel miracle les maigres sols des Pyrénées ariégeoises, les molasses de Puylaurens et les boulbènes toulousaines, dont le génie de Pierre Bayle aurait dû refléter la nature, avaient pu produire une végétation aussi touffue que le riche terroir d’Avignon. Les boutades et les rapprochements insolites qui agrémentent la moindre lettre de Folard ont du moins plus de pertinence que les fleurs de style de M. Daudé, indifféremment calcicoles et silicicoles.

  • 4 Sans doute du bas latin gurdus ou gurdonicus, stupide, lourdaud.
  • 5 B.N., Ms français 19671, fol. 34.

2Le chevalier était profondément attaché à sa ville natale, au point de s’y établir à la veille de sa mort après avoir songé plusieurs fois à habiter soit en Avignon même, soit à Morières. Mais si son œuvre foisonnante porte effectivement la marque du pays, ce n’est pas tant en vertu d’un déterminisme hydrographique ou pédologique qu’à cause d’une culture et d’une tournure d’esprit qu’on peut qualifier de méridionales et, d’un certain point de vue, d’occitanes. Le chanoine Folard déplorait en effet que "le jargon des Gurdons"4 fût devenu la langue dominante dans le royaume de France. Au collaborateur du chevalier, le mauriste dom Vincent Thuillier, il avoua le 25 octobre 1723 qu’il éprouvait plus de plaisir à écrire en latin qu’en français ; Guez de Balzac avait bien raison d’exalter l’italien et l’espagnol aux dépens d’une langue impropre à certaines formes d’expression littéraire. Il n’est même pas interdit de penser que, "avec notre patois, nous serions venus plus tôt sur les rangs et nous aurions eu notre Virgile et peut-être notre Homère que nous attendons en vain". Désavantagées par une langue de lourdauds, les lettres françaises n’ont commencé à figurer sur le Parnasse qu’au XVIIe siècle avec près de deux siècles de retard sur la littérature espagnole et trois sur l’italienne5. Les Parisiens bavardent à tort et à travers. S’ils ont accueilli avec une ferveur émue Inès de Castro dont la lecture n’a pas laissé une trop bonne impression à notre chanoine, l’auteur, Houdar de La Motte, n’a pas à en tirer gloire car "les applaudissements des Parisiens ne signifient pas grand-chose aujourd’hui".

  • 6 Charles de COYNART, Le chevalier de Folard, Paris, 1914, a relevé, p. 212 à 247, de nombre (...)

3Il est vrai que l’abbé Folard était affecté d’un héliotropisme qui pourrait l’avoir porté à déprécier ce qui venait du nord et en particulier de la capitale : les vapeurs dont il s’est plaint constamment ne se dissipaient qu’au soleil. Quand le chevalier lui proposa en 1720 de venir le rejoindre à Paris, le chanoine déclina l’invitation à sa façon, en plaisantant : il irait s’installer plus volontiers dans le pays de Callimaque avec sa vieille servante et son chien pour se rapprocher du tropique, si les habitants de Cyrène n’étaient pas mahométans. La nature méridionale a d’ailleurs beaucoup d’agréments auxquels il serait difficile de renoncer. L’air est admirable à Morières et l’endroit charmant. A Nîmes, l’entretien du jardin coûte cher à cause de la sécheresse, mais quel plaisir d’avoir contre le mur de sa maison une palissade de jasmin et des orangers un peu plus loin ! Les vignes produisent d’excellents fruits, surtout quand elles sont vieilles, comme les parents Folard dont le dernier enfant, le père jésuite Melchior, est de loin le plus beau. Celui-ci vient de se fixer à Nîmes après avoir enseigné dix ans au collège de Lyon, ce qui lui donne l’occasion de se régaler avec les faisans de l’évêque de Lodève à l’abbaye de Saint-Gilles. Pendant ce temps, son frère aîné déguste des écrevisses, des soles et des merlans, mais surtout les carpes du Vidourle, bien meilleures que celles du Rhône : peut-être les molinistes et les jansénistes ont ils des avis différents sur la façon de les traiter, au court-bouillon ou à la sauce blanche6.

  • 7 B.N., Ms français 19671, fol. 50 à 52.
  • 8 Daniel ROCHE Le siècle des Lumières en province ; Académies et Académiciens Provinciaux, P (...)
  • 9 Id., ibid.

4Amateur de livres, épistolier et interlocuteur intarissable, l’abbé Folard a choisi de vivre au milieu d’un petit cercle d’amis cultivés et spirituels : deux marquis, Baschi d’Aubais et Seytres de Caumont, y retrouvaient la menue monnaie de Monseigneur Fléchier, à savoir deux chanoines et un capitaine de dragons, M. Chazet, procureur du roi et grand admirateur du Polybe, M. Montelz, cousin germain et héritier de l’académicien français André Dacier, et M. Daudé. Cette académie informelle accueillait parfois des visiteurs de marque comme Inigo Martinez de Albayda, professeur à Salamanque. Mais, contrairement à son père et à deux de ses frères, le mestre de camp Jean-Charles et le Jésuite Melchior, le chanoine Nicolas Folard n’ambitionna jamais la gloire des lettres. Comment aurait-il fait bonne figure dans cette carrière, alors qu’il condamnait l’évolution récente de la littérature et de la langue sous la double influence des salons parisiens et du collège de Clermont ? Il apprit au marquis de Caumont, le 15 Juillet 1724, qu’il venait d’acquérir d’un coup cinq ou six cents vieux bouquins lors de la vente aux enchères d’une bibliothèque. A part la controverse religieuse, l’histoire et la physique, rien ne l’intéressait dans les productions actuelles. "Ce n’est pas mon dessein d’apprendre le langage du XVIIIe siècle" ; en voulant filtrer le français pour l’épurer, on lui a fait perdre la plus grande partie de sa substance. Il faudrait pouvoir écrire comme faisait encore Pellisson, ce Languedocien passé maître dans l’art de manier la langue du grand siècle, puisqu’il n’est plus permis de parler comme La Noue et Amyot. L’abbé Folard conclut son manifeste en ces termes : "avec la langue d’Amyot et le goût du siècle passé, Je crois que nous parviendrions à égaler les Grecs et les Latins"7. Autrement dit, les Français ont commis successivement l’erreur de répudier la langue d’oc et celle de dénaturer le jargon des Gurdons après l’avoir suffisamment perfectionné. S’il est vrai que "l’épanouissement méridional du phénomène (académique) exprime pleinement l’espoir d’une part notable des milieux dirigeants urbains dans la création d’une communauté nationale du discours"8, ce qui est fort probable, l’abbé Folard se situait délibérément à contre-courant du mouvement qui inspira la fondation et le développement des académies provinciales. Il n’adhérait pas du tout à "l’universalité centralisatrice du purisme parisien"9.

  • 10 Traité de la colonne, manuscrit de la Bibliothèque du Service Historique de l’Armée de Ter (...)
  • 11 Archives de la Guerre, Mémoires et Reconnaissances 2480 (4), fol. 83 v°.
  • 12 B.N., Ms français 19671, fol. 102 -103.

5Sur ce point comme sur beaucoup d’autres, le chevalier de Folard partageait les sentiments de son frère aîné, même s’il les exprimait avec beaucoup plus de virulence. Il n’adhéra jamais au parti pris en faveur de la modernité ni à la foi dans le progrès indéfini des sociétés humaines, deux thèmes qui ont sous-tendu l’activité académique et la littérature de convention jusqu’en 1750 au moins. La démarche intellectuelle de Folard, plus encore peut-être que telle de ses déclarations tapageuses à l’encontre des généraux français de son temps, trahit une nostalgie. L’idée, assez communément admise, que le progrès des armes à feu a entraîné une révolution militaire en privilégiant nécessairement les options défensives dans le domaine de la stratégie, lui reste étrangère. En outre, si Folard attache plus d’importance à la science livresque et à l’étude qu’à l’expérience de la guerre pour la formation d’un bon général, n’est-ce pas en partie parce que l’art militaire n’est plus ce qu’il a été ? Les coteries parisiennes et jésuitiques lui pardonneraient à la rigueur d’avoir exalté les Anciens aux dépens des Modernes. C’est un péché véniel d’écrire au roi Charles XII, le 10 décembre 1715, que les Anciens en savaient plus que nous et que, si nous les considérons à juste titre comme nos maîtres dans les beaux-arts, il est tout naturel de "puiser la science de la guerre dans leurs écrits"10. Folard n’est d’ailleurs pas dupe de son procédé, qui consiste à proposer en alternance au lecteur les chapitres de Polybe et les commentaires qu’ils lui inspirent : il admet volontiers qu’il a attribué aux Anciens beaucoup d’idées qu’ils n’ont ni conçues ni mises en pratique. "Je ne l’ai fait que pour me mettre à couvert", avoue-t-il au prince Ragotsky11. Mais aussi pour se livrer à un exercice littéraire très subtil, dont le modèle est chercher dans le Discours sur la première Décade de Tite-Live, l’un des chefs-d’œuvre de Machiavel. Ce qu’on n’a pas pardonné à Folard, en revanche, c’est d’avoir loué un XVIIe siècle qui a pris fin quand est mort le maréchal de Luxembourg et de dénigrer par comparaison la génération actuelle. Pour s’aliéner la République des Lettres en 1724 et s’attirer une sanglante riposte dans le Mercure, intitulée Apologie du XVIIIe siècle, il lui a suffi d’écrire dans la préface des Nouvelles découvertes que le siècle passé peut être appelé "le siècle des innovations dans les arts et les sciences, comme celui-ci l’est de l’oubli". Déconcerté par le scandale qu’il vient de causer, Folard proclame après coup son admiration pour les académies ; il a voulu, prétend-il, dénoncer seulement le déclin de l’art militaire12, mais cette protestation n’est de nature ni à désarmer ses contradicteurs ni même à nous convaincre.

  • 13 François-Xavier EMMANUELLE, L’intendance de Provence à la fin du XVIIe siècle, Paris, 1980 (...)
  • 14 Ch. de COYNART, op. cit., p. 222.
  • 15 Histoire de Polybe, t. III, p. VI à XVII.
  • 16 Lettre au comte de Belle-Isle, Archives de la Guerre, A1 2801 (55).

6Les Avignonnais ne sont-ils pas proches parents des Provençaux qui, selon l’intendant Cardin Lebret en 1697, "tous grands parleurs, se plaisent à faire des contes qu’ils composent eux-mêmes" ? Il paraît aussi qu’ils "n’ont point de respect pour leur seigneur ou ceux qui sont élevés en dignité au-dessus d’eux-mêmes"13. La religion peut avoir, sinon effacé, du moins travesti chez l’abbé Folard une disposition d’esprit caractérisée notamment par une imagination féconde et par le refus de la subordination. Le chanoine renchérit même sur certaines critiques des journaux contre les Nouvelles découvertes. Il accuse son frère de s’y être livré sans retenue à son tempérament, ce qui lui a fait commettre trois fautes. D’abord, les lecteurs ne sont pas des écoliers et il ne faut pas prendre un ton magistral pour les instruire, comme le ferait le père jésuite Melchior dans la classe de son collège. Ensuite, le fanfaron prête à rire et on pardonne plus facilement ses gasconnades à un défunt comme Monluc qu’à un vivant ; en effet, le Mercure a comparé Folard à un pyrgopolinice et à un thrason. Il n’est pas convenable enfin de critiquer sans mesure dans un livre les erreurs des généraux comme on le ferait dans une conversation : c’est contraire à la charité, à la politesse et à la prudence14. Peut-être Folard n’est-il devenu professeur d’art militaire qu’afin de pouvoir discuter d’égal à égal avec des supérieurs qui n’ont pas su reconnaître ses mérites dans l’armée et, mieux encore, de leur donner des leçons. Pour ce qui est de la charité, cependant, le mestre de camp n’a rien à envier au chanoine, car les moines de Saint-Germain-des-Prés ont dû bien s’amuser des disgrâces physiques de M. Montelz, décrites avec une extrême férocité par son vieil ami, l’abbé Folard, dans plusieurs lettres à dom Vincent Thuillier. Le chevalier est à peine plus méchant quand il s’en prend dans une préface de son Polybe à l’un de ses contradicteurs, le marin provençal Barras de La Penne, qui a eu le tort de faire état de son grand âge – "il court son seizième lustre" – et de ses indispositions – "un chef d’escadre souffre de la goutte" –, ce qui n’est pas trop gênant pour un commandant de galères. En effet, la guerre "des galères est une science parfaite et très réelle, car l’on ne peut pas dire que l’expérience soit nécessaire pour la bien savoir" depuis que les galères restent au port quand il y a un combat naval15. Si l’on veut apprécier la perfidie de ce trait, il faut préciser que Folard soutenait contre Barras que l’étude a plus d’importance que la pratique de la guerre dans la formation du chef. Seuls peuvent comprendre l’esprit de Folard et lui pardonner ses attaques personnelles les gens qui partagent son goût pour la dialectique. Ne se moque-t-il pas de lui-même, parfois, avec autant de bonheur ? Le 30 mai 1735, à peine remis de l’ébranlement moral qu’il a subi en se donnant en spectacle, après l’abbé montpelliérain Bécheran, aux fidèles du diacre Pâris à Saint-Médard, il écrit que le projet de mise en défense de la frontière du Nord par le maréchal de Puységur serait "capable de donner des convulsions à tout Français et à tout homme de bon sens". Quant à la pension que lui a promise le cardinal Fleury, il craint qu’elle ne soit aussi imaginaire que les cinq propositions de Jansenius, qu’on n’a jamais pu découvrir dans le texte16.

  • 17 Robert SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas- Languedoc au XVIIe siècle, éd.(...)
  • 18 Ch. de COYNART, op. cit., p. 214-215.

7L’adhésion au jansénisme, théâtrale chez le mestre de camp qui s’est converti tout d’un coup, réticente et plus constante à la fois chez le chanoine, traduit assurément dans les deux cas un refus de la modernité. Dans le diocèse de Nîmes où les "souffles" augustiniens sont faibles et intermittents17, l’abbé Folard se singularise. Tout en condamnant les cinq propositions et sans compter parmi les appelants, le bon chanoine tourne en dérision la science moyenne des jésuites et leur doctrine de la probabilité comme des innovations dénuées de fondement ; il trouve le marquis d’Aubais un peu trop moliniste à son gré ; le Journal de Trévoux l’exaspère ; il pense que les érudits bénédictins ont supplanté les jésuites dans l’étude du grec ; il revendique même la liberté de rendre visite au fougueux évêque de Montpellier, Joachim Colbert, si celui-ci séjournait à Nîmes18.

  • 19 L’Armée et ses problèmes au XVIIIe siècle, Paris, 1958, p. 110 et 209.
  • 20 Arch. de la guerre, Mémoires et Reconnaissances 2480 (4), fol. 82 r°.

8Les options stratégiques et tactiques du chevalier de Folard ont-elles été conçues tout près de Nîmes, au château d’Aubais ? Telle est l’hypothèse avancée par l’historien protestant Emile Léonard : Folard a non seulement travaillé à Saint-Germain-des-Prés mais aussi, paraît-il, dans la bibliothèque de Charles de Baschi, marquis d’Aubais, membre de l’Académie de Nîmes depuis 1712, en compagnie d’un hôte qui, quoique converti, serait resté protestant de coeur et fidèle à la foi de ses parents. Sans le dire expressément, Léonard suggère, par toutes sortes de rapprochements évocateurs, que le théoricien de la "guerre totale" a trouvé matière à réflexion dans la guerre "à fond" des Camisards. Le capitaine de cavalerie Jean-Louis Lecointe, agent de liaison entre le prince de Conti et les églises protestantes du Midi vers 1750, n’a-t-il pas pris dans l’"école d’Aubais" la place qu’y avait tenue précédemment Folard19 ? Cette argumentation est malheureusement plus ingénieuse que solide. En effet, le chevalier de Folard semble avoir peu fréquenté le château et la bibliothèque d’Aubais à l’époque où il rédigeait son œuvre. C’était alors le benjamin des frères Folard, le jésuite Melchior, qui entretenait les relations les plus cordiales avec le marquis chez lequel il passa l’été de 1723. Le chevalier et le chanoine, déjà prévenus contre les jésuites, leur devinrent hostiles quand ils soupçonnèrent le père Le Jay d’avoir, sinon écrit, du moins inspiré l’article du Mercure contre les Nouvelles découvertes. Or le marquis d’Aubais, dont la conversion était bien réelle, s’abandonnait à la direction spirituelle de son confesseur à Nîmes, le père jésuite Tupinier. On pouvait avoir au contraire toute confiance dans le marquis de Caumont, qui correspondait régulièrement avec les bénédictins de Saint-Maur et qui leur avait recommandé Jean-Charles de Folard en quête d’un bon helléniste. L’auteur du Polybe ne peut donc pas être considéré comme un disciple de l’"école d’Aubais". D’ailleurs, convaincu jusqu’en 1730 que "ceux qui n’admettent point le hasard ou une liberté d’action entière dans l’homme ne prennent pas garde, qu’en croyant d’élever l’excellence de la nature divine et d’humilier l’homme, ils font de celui-ci une machine et peu d’honneur à Dieu de le reconnaître pour la cause de toutes choses"20, il ne serait jamais allé chercher son inspiration chez les Camisards.

  • 21 Notamment dans l’Histoire de Polybe, t. V, .149-150.

9Il fut profondément marqué en revanche par la pensée de Machiavel. L’Italie centrale et les provinces méridionales de la France ont beaucoup d’affinités que révèlent aussi bien les paysages ruraux que les parlers locaux. Ce n’est pas du côté des Cévennes, mais plutôt dans les collines de Toscane, qu’il faudrait chercher le théâtre idéal pour la guerre de postes et de détachements dont Folard fonde la théorie après son maître florentin. L’art de la guerre consiste, quand on est plus faible, à savoir attirer l’ennemi là où le terrain impose le fractionnement des armées et le combat en colonne, où la cavalerie devra mettre souvent pied à terre, où la pratique de la chasse habitue le bon soldat à reconnaître, du premier coup d’oeil, la position stratégique. Si Folard a interprété parfois en dépit du bon sens les écrits des Anciens, il est toujours en parfaite communion avec Machiavel, dont il fait l’éloge à plusieurs reprises21. On aurait du mal à répertorier ses emprunts, avoués ou non, à l’Art de la guerre, au Discours sur la première décade de Tite-Live, aux Histoires florentines et à la Vie de Castruccio Castracani. Folard se plaît à rappeler l’initiative du tyran de Lucques, qui compensa l’infériorité numérique de son armée en obligeant les Florentins à combattre dans un défilé en 1325, et à célébrer le sang-froid de Francesco Bussone, dit le Carmagnole, qui convertit ses cavaliers en fantassins pour faire échec aux redoutables piquiers suisses à Arbedo le 30 juin 1422. Les jugements les plus pénétrants de Folard sont tirés presque textuellement de Machiavel, par exemple quand il écrit que l’infanterie n’a rien de mieux à faire, pour échapper aux boulets des canons ennemis, que d’"en venir aux mains", ou que le vaincu pourrait donner une leçon au vainqueur même, lorsque sa défaite est due à un événement fortuit.

Notes

1 Le roi Frédéric II de Prusse.

2 B.N., Ms français 19671, fol. 107 à 109.

3 Archives de la Guerre, Vincennes, Mémoires et Reconnaissances- 2480 (4), fol. 166 r°.

4 Sans doute du bas latin gurdus ou gurdonicus, stupide, lourdaud.

5 B.N., Ms français 19671, fol. 34.

6 Charles de COYNART, Le chevalier de Folard, Paris, 1914, a relevé, p. 212 à 247, de nombreuses indications relatives au paysage et la cuisine dans les lettres des frères Folard conservées à la Bibliothèque nationale et au Musée Calvet d’Avignon.

7 B.N., Ms français 19671, fol. 50 à 52.

8 Daniel ROCHE Le siècle des Lumières en province ; Académies et Académiciens Provinciaux, Paris-La Haye, 1978, t. 1, p. 20.

9 Id., ibid.

10 Traité de la colonne, manuscrit de la Bibliothèque du Service Historique de l’Armée de Terre, Vincennes, cote 75726, p. 36.

11 Archives de la Guerre, Mémoires et Reconnaissances 2480 (4), fol. 83 v°.

12 B.N., Ms français 19671, fol. 102 -103.

13 François-Xavier EMMANUELLE, L’intendance de Provence à la fin du XVIIe siècle, Paris, 1980, p. 131.

14 Ch. de COYNART, op. cit., p. 222.

15 Histoire de Polybe, t. III, p. VI à XVII.

16 Lettre au comte de Belle-Isle, Archives de la Guerre, A1 2801 (55).

17 Robert SAUZET, Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas- Languedoc au XVIIe siècle, éd. Université de Lille III, 1978, p. 724.

18 Ch. de COYNART, op. cit., p. 214-215.

19 L’Armée et ses problèmes au XVIIIe siècle, Paris, 1958, p. 110 et 209.

20 Arch. de la guerre, Mémoires et Reconnaissances 2480 (4), fol. 82 r°.

21 Notamment dans l’Histoire de Polybe, t. V, .149-150.

Auteur

E.P.H.E., Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search