Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les entreprises de biens de consommation sous l’Occupation

 | 
Sabine Effosse
, 
Marc de Ferrière Le Vayer
, 
Hervé Joly

Le secteur des produits lessiviels : ersatz et vieilles méthodes...

Ruth Navascues

Texte intégral

  • 1 Ce n’est qu’en 1949 que le grand magasin Bazar de l’hôtel de ville à Paris prendra comme slogan de (...)

1En 1938, selon les annuaires rétrospectifs de l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), le volume de production des produits savonniers et détergents s’élevait à 414 000 tonnes (t), soit une consommation par an et par habitant de 10 kilogrammes (kg) environ. En 1944, ce volume n’est plus que de 76 000 t, la consommation a été divisée par plus de cinq, soit moins de 2 kg par habitant (/hab.). La pénurie, dans ce domaine aussi a été sévère, et a duré d’ailleurs bien après la guerre, les produits savonniers resteront rationnés jusqu’en 1949 au moins1. Cinq ans après la guerre, la consommation par an et par habitant ne représente toujours que la moitié de celle de 1938 (5,3 kg/hab).

  • 2 Source  site des éditions Anovi, www.anovi.fr, 2005.
  • 3 En 1943, une affiche éditée par le ministère de la Production industrielle et des Communications en (...)
  • 4 Dans sa contribution à ce volume, Cédric Perrin évoque un système de primes payées aux producteurs (...)

2Les chiffres concernant l’approvisionnement en corps gras nécessaires à la fabrication des lessives et savons sont encore plus éloquents  une lettre circulaire2adressée par l’Office central de répartition des produits industriels (OCRPI) aux maires de France le Ier mars 1944 dresse un état des lieux alarmant : en 1938, la consommation de suifs (corps gras animaux) s’élevait à 50 000 t ; en 1944, la récupération3, qui constitue alors la seule ressource possible, en fournit à peine 300 t/mois ; on est à 7 % des chiffres de 1938. Quant aux graines oléagineuses4, la récolte de 1944 correspond tout juste à 5 % des seules importations de 1938 ! La pénurie en matières premières est donc presque totale !

3Si on met en relation ces deux séries de chiffres, une remarque s’impose tout de suite : la consommation par habitant a été divisée par cinq environ, alors que les volumes de matières premières disponibles se sont eux complètement effondrés : pour les suifs, le ratio est de 1 à 14, de 1 à 20 presque pour les graines oléagineuses. Autrement dit, en 1944, il n’y a quasiment plus rien pour fabriquer des lessives, et pourtant on ne lave que cinq fois moins qu’avant la guerre ! Ce miracle apparent s’explique bien sûr par le type de produits utilisés et ce qu’ils contiennent réellement comme agents de lavage.

4Les chiffres cités amènent d’emblée à la nécessité de préciser les contours plus exacts de l’objet de mes recherches  il s’agit des produits détergents destinés au soin du linge dans un cadre domestique, principalement donc les lessives. Sont exclus bien sûr les produits destinés à l’hygiène du corps, mais aussi les savons en tant que tels, d’une part, parce que leur usage est loin d’être réservé aux seuls soins du linge, d’autre part, parce que l’histoire de la savonnerie a des racines anciennes qui dépassent largement le cadre chronologique dans lequel s’inscrit mon travail de recherche. On peut situer les débuts d’un véritable marché français des produits lessiviels proprement dits, dans la deuxième moitié du xixe siècle : c’est à ce moment que l’on voit émerger réellement une nouvelle industrie, celle des détergents.

5Pour une étude resserrée chronologiquement sur la période 1939-1945, les différents angles d’approche possibles n’offrent pas tous les mêmes perspectives. Les pistes de recherche s’organisent en premier lieu autour d’une appréciation quantifiée du marché en volume et en valeur, un deuxième axe de recherche concernant les entreprises présentes sur le marché. Enfin, un troisième ensemble de sources est exploitable et permet de s’intéresser aux produits lessiviels eux-mêmes, à leur nature et par conséquent à leur plus ou moins grande efficacité, la notion d’ersatz étant ici au cœur de la problématique.

6Ces sources nous donnent des indications quant à l’attitude des consommateurs face à la pénurie : comment la demande s’est-elle adaptée à l’offre disponible ? La contraction de la demande est bien sûr liée à la raréfaction de l’offre, mais aussi à une stratégie d’adaptation du consommateur sous l’Occupation, pour lequel il était évidemment plus vital de se ravitailler en produits alimentaires qu’en lessive... Où en est-on exactement sur l’échelle qui va de l’indispensable au nécessaire ? Après tout on ne meurt pas de porter du linge un peu plus sale que ce que l’on aimerait ! Pour autant, la lessive n’est pas un produit superflu, en témoignent l’offre en produits de remplacement et le recours à des produits anciens, plus ou moins tombés en désuétude. Qu’en est-il de l’autoproduction familiale ? voire de la fabrication et revente clandestines ? Autant de thèmes qui permettent d’éclairer utilement la difficile survie au quotidien des Français pendant la guerre.

  • 5 D’après l’arrêté d’octobre 1940, les tickets de rationnement donnaient droit chaque mois (indépenda (...)

7Disons tout de suite que l’approche quantifiée de ce marché en volume et en valeur est décevante. Vouloir appréhender le marché sous l’angle des volumes de production mène très vite à une impasse ; le chercheur se heurte à la difficulté qui consiste à « isoler », de façon sûre, ses produits dans des séries de données plus larges  corps gras, total de la savonnerie, etc. Quant à la valeur du marché, ou aux prix de vente de la lessive, autant des estimations de prix sont possibles depuis la fin du xixe siècle jusqu’en 1939, puis à partir des années 1960, autant sur la période de la guerre, l’exercice est difficile, voire impossible. Dès octobre 1940, les produits savonniers sont rationnés, les quantités qu’il était possible d’obtenir variant selon le pourcentage d’acides gras qu’ils contenaient5.

Les producteurs présents sur le marché

8L’axe de recherche sur les entreprises du marché ouvre des perspectives plus fournies que l’approche quantifiée en volume et en valeur. Les sources sur les entreprises de la branche doivent cependant être maniées avec précaution dans la mesure où aucune d’entre elles ne fabrique exclusivement de la lessive ; les rapports et bilans annuels, les comptes d’exploitation ne font la distinction entre les différentes productions que de façon très allusive ; les chiffres prêtent toujours à discussion, c’est une des difficultés de ce sujet de recherche.

Un marché dominé dès ses origines

  • 6 Voir la contribution de Ben Wubs dans ce volume.
  • 7 Société créée en 1936 par Unilever pour exploiter les savonneries Félix Eydoux de Marseille, Michau (...)
  • 8 Olivier Lambert, Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille xixe-xxe siècles, tome x, Mars (...)

9Il paraît nécessaire de dresser d’abord un rapide état des lieux de la branche à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le marché français des produits lessiviels fut dès ses origines un marché dominé en bonne partie par des producteurs étrangers ; il n’y a jamais eu de grand lessivier national. A priori pourtant, le tissu industriel de la savonnerie et de la stéarinerie française paraissait au moins aussi favorable qu’en Angleterre où Lever s’est imposée, dès la veille de la Première Guerre mondiale, comme une grande entreprise moderne très internationalisée. Elle n’a pas manqué d’investir le marché français très tôt ; sa marque Sunlight est déposée dès 1886, en même temps pratiquement que l’affaire démarre à Warrington, en Angleterre. Lever France est fondé en 1906 sous le nom de Compagnie française des savonneries Lever ; en 1913, l’usine d’Haubourdin dans la banlieue de Lille entre en activité. Dans les années 1930, le groupe devenu anglo-néerlandais6 multiplie les fusions et les prises de contrôle d’établissements français, de maisons marseillaises essentiellement. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Unilever représente environ 13 % de la production française, mais en réalité contrôle presque un quart de la savonnerie (23,5 %), si on ajoute la production de la société Eymital7 contrôlée par le groupe anglo-néerlandais8.

10À la fin des années 1930, de multiples petites entreprises nationales étaient présentes sur le marché des lessives. Sur la place de Marseille, on compte encore une cinquantaine de savonneries en 1938 ; mais, dans cette branche dispersée, il s’agit pour l’essentiel de petites affaires familiales ; la taille des usines est modeste (rarement plus d’une vingtaine d’employés) ; l’équipement traditionnel est faiblement mécanisé ; on a peu recours à une véritable publicité moderne, etc. On est plus proche en réalité de l’atelier artisanal que de la véritable industrie.

11Parmi ces savonneries marseillaises, ce sont les Établissements Fournier-Ferrier qui paraissaient a priori les mieux placés pour avoir l’envergure d’un véritable lessivier national. Plus grande maison de Marseille (avec 2 000 salariés en 1936), ils sont, à la veille de la Deuxième Guerre, les premiers producteurs avec 15 % environ de la production locale en 1938. Mais, même en additionnant leur production avec celle de leur filiale normande, la Société normande de corps gras, le total dépasse à peine plus de 10 % de l’ensemble de la savonnerie française, loin donc derrière Lever et Eymital qui en fournissent presque un quart.

  • 9 Des auteurs tels que Louis Pierrein – Industries traditionnelles du port de Marseille. Le cycle des (...)

12Nous n’aborderons pas ici les raisons pour lesquelles cette entreprise s’est laissée déborder sur le territoire national9, elles sont antérieures à la période de la guerre, mais il fallait la situer dans le tissu de la savonnerie française, car elle a été celle qui fut l’objet des convoitises allemandes pendant la période de l’Occupation.

Les ambitions de Henkel à la faveur de la guerre

13Le groupe allemand Henkel est présent en France depuis la fin des années 1930, où il se fait connaître comme fabricant et distributeur de produits destinés au dégraissage et blanchissage de textiles, ainsi que de colles et adhésifs.

14Pendant l’Occupation, pour s’imposer sur le marché français des produits lessiviels, chasse relativement bien gardée jusque-là par Lever, Henkel déploie sa stratégie dans différentes directions.

  • 10 A la fin des années 1920, la Stéarinerie Fournier a multiplié les prises de participation dans de n (...)
  • 11 Fournier-Ferrier connaissait la valeur de sa marque  dans le bilan annuel de l’année 1944, il est m (...)

15Il fait une tentative de rapprochement assez sérieuse avec la société Fournier-Ferrier, car, pour investir le marché français des lessives, il lui fallait prendre le contrôle d’une marque réputée qui l’intéresse particulièrement, Le Chat, marque phare de la maison marseillaise. Vers la fin de l’année 1942, dans le cadre d’une réorganisation financière, la banque Worms était entrée à hauteur de 26 % dans le capital d’une filiale de Fournier-Ferrier, la Société normande de corps gras10. La banque suit attentivement le projet d’association entre les deux entreprises. En échange du rapprochement escompté, qui lui aurait donné à brève échéance le contrôle de la marque convoitée Le Chat11, Henkel propose de faire bénéficier les Français de tous ses brevets – en avance de 15 ans –, précise-t-on chez le banquier français.

  • 12 Lettre de Gabriel Le Roy-Ladurie, dirigeant de Worms, 23 février 1943, citée par Renaud de Rochebru (...)

16Un des rares documents retrouvés montre que les négociations sont allées très loin : « Un accord entre Henkel et Fournier n’aurait de sens et de prix pour les intéressés que s’il était un témoignage du désir des deux parties contractantes d’établir des relations d’ordre technique, industriel et commercial tout à fait confiantes », peut-on lire dans un document daté de février 194312.

  • 13 Déclarations de renonciation à la marque Le Persil et Persil par Lever les 9 et 31 juillet 1941 pub (...)

17Mais l’affaire ne se fait pas finalement. C’est Lever qui semble avoir bloqué les négociations et manifesté son opposition à un accord Worms-Henkel dans son secteur d’activité. Le groupe anglo-néerlandais avait dû accepter un diktat d’Henkel, l’obligeant à retirer Persil de la vente sur le marché français à partir de 194113. Malgré cette éviction, Lever continuait à surveiller le marché français de très près. Worms refusa de continuer à négocier avec l’entreprise allemande « tant que le différend ne serait pas réglé ». Il faudrait sans doute creuser ici la piste des intérêts de Worms, mais gageons que la banque d’affaires très liée à la place de Londres a dû hésiter à mécontenter gravement une firme comme Lever.

  • 14 Le fameux Chat marseillais finira pourtant par tomber dans l’escarcelle d’Henkel  en 1986, le group (...)
  • 15 ACL, DEEF 49065-1, rapport du 11 mai 1945.

18En définitive, aucun accord, ni absorption ni fusion, n’a été conclu entre Fournier-Ferrier et Henkel14. Les contacts ont cependant dû être étroits  selon un rapport du Crédit lyonnais en mai 1945, Maurice Vignat, l’un des dirigeants de l’entreprise française et ancien délégué général du comité d’organisation des corps gras, aurait été arrêté en janvier 1945, pour « intelligence avec l’ennemi15 ».

Persil, une marque convoitée

19D’une façon générale, la guerre allait favoriser les grandes manœuvres sur le marché européen des poudres à laver, en réactivant la rivalité, endémique depuis les années 1920, entre Henkel et Lever, particulièrement pour l’exploitation de la marque Persil.

20Pour en saisir pleinement les enjeux, il faut revenir aux origines du conflit. On peut parler en effet, dès les années 1910, d’une bataille du savon en poudre en Europe. Lever et Henkel avaient rapidement compris l’intérêt des nouvelles présentations, mélanges à base de soude et de savon, persels ou saponines, qui permettaient de combiner l’action de blanchissage et celle de blanchiment et évitaient aux ménagères le travail fastidieux du brossage préalable du linge. Il s’agissait à l’époque de produits hautement innovants. L’un d’entre eux allait faire l’objet d’une lutte acharnée et devenir l’affaire Persil.

  • 16 En 1910, Lever avait acquis 50 % des intérêts de la Dr Thompson’s Seifenpulver, une fabrique allema (...)

21Le 6 juin 1907, Henkel a déposé en Allemagne la marque Persil, contraction de perborate et silicate, pour une lessive, premier détergent « auto-actif ». Ce produit a gagné rapidement des parts de marché, non seulement en Allemagne où il est devenu très vite leader sur son marché national, mais aussi dans les autres pays européens et a constitué une menace sérieuse pour Lever qui avait lancé en 1910 Rinso16, sa propre poudre à laver. Mais c’est autour de la marque Persil qu’une véritable lutte allait s’engager entre les firmes anglaise et allemande.

22Le 22 février 1906, Jules Ronchetti, un chimiste marseillais, avait déposé la marque Le Persil, à l’origine pour un savon de sa création, marque symbolisée par un brin de la plante du même nom. En octobre 1907, Henkel dépose sa marque Persil en France, pour une lessive donc, et signe des contrats de licence pour l’exploitation du produit, en France avec la Société d’électrochimie pour 10 ans et en 1909 avec la Crosfield Company au Royaume-Uni en commettant l’erreur de céder à la société anglaise l’enregistrement de la marque.

Tableau 1. Marques déposées avant 1914 en France

Tableau 1. Marques déposées avant 1914 en France
  • 17 En fait, sur le strict plan juridique, ce n’est pas parce que Jules Ronchetti a créé la marque Le P (...)

23À la veille de la Première Guerre mondiale, Jules Ronchetti menace la Société d’électrochimie – un concurrent gênant –, d’éventuelles poursuites judiciaires et lance contre elle des campagnes de dénigrement, l’accusant de collaboration avec une entreprise allemande17. La notoriété de la marque attire d’ailleurs des outsiders pendant la guerre comme en témoignent les dépôts de marques suivants :

Tableau 2. Marques déposées pendant la Première Guerre mondiale en France

Tableau 2. Marques déposées pendant la Première Guerre mondiale en France

24Malgré son bon droit, la Société d’électro-chimie qui se refuse à passer pour un agent de l’ennemi, signe un contrat avec Ronchetti en septembre 1916 par lequel elle s’engage à cesser la production de détergents. Quelques mois après cette renonciation, en août 1917, Ronchetti crée sa propre société, la Société marseillaise de la marque Persil, et commercialise à son tour de la lessive..., Henkel ne peut pas s’y opposer dans le contexte de la guerre. Mais la nouvelle société ne dispose que d’un modeste capital et doit trouver les moyens financiers pour le développement de son produit. Les investisseurs sur la place de Marseille se montrent peu intéressés, contrairement aux Savonneries Lever qui s’engagent à financer les travaux de la firme.

25Notons au passage qu’un formidable marché vient ainsi d’échapper aux Marseillais, celui des poudres de lavage. L’invention était marseillaise, mais le développement a manqué et c’est Lever qui profita de la frilosité du capitalisme local pour s’emparer de Persil.

26Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la multinationale anglaise prend le contrôle de la société marseillaise et de Crosfield, toujours propriétaire de la marque que lui avait concédée Henkel. Lever « hérite » en fait doublement du Persil, du côté anglais de la marque Persil pour un détergent et du côté français de la marque Persil déposée pour un savon, mais, à la faveur de la guerre, utilisée aussi pour une lessive.

  • 18 En 1923, des officiers français en garnison à Coblence signalent à la chambre de commerce de Marsei (...)

27Pendant toutes les années 1920, la rivalité est exacerbée et de notoriété publique18 jusqu’à ce qu’en décembre 1927 un accord soit finalement conclu entre les deux entreprises  à Lever les marchés du Royaume-Uni et du Commonwealth, ainsi que le marché français, à Henkel, les marchés d’Allemagne, d’Europe centrale, des Pays-Bas et de Belgique.

  • 19 Cf. note supra.

28La période 1939-1945 réactive de façon aiguë la rivalité entre Henkel et Lever pour le contrôle de Persil. Henkel commercialise « sa » marque Persil en Alsace-Moselle, territoire considéré comme allemand, et contraint Lever à retirer « son » Persil du marché français à partir de 194119. Le fabricant anglo-néerlandais vend pendant l’Occupation la lessive Poudre Lever, d’une qualité médiocre, en échange de tickets de rationnement.

  • 20 Entretien avec Jacques Satorre, directeur des ventes d’Unilever France de 1971 à 1991, siège de Lev (...)

29Après la guerre, Lever intente un procès à l’administration de la direction des Domaines de la Seine qui avait confisqué les actifs en France de Henkel pour exploitation illégale d’une marque déposée française. L’entreprise demande deux milliards de francs de dommages et intérêts, en obtient un en première instance en 1953 et en réclame trois en appel. Une source orale20 précise que, chez Lever, tout le monde sait qu’il s’agissait d’une somme très, très importante... On dit que c’est avec cet argent qu’est montée la première usine Omo à Aubervilliers.

Tableau 3. Marques déposées 1938-1953

Tableau 3. Marques déposées 1938-1953
  • 1 renouvellement de dépôt.

Note*1

  • 21 La marque Persil est profondément ancrée dans la culture populaire allemande, particulièrement sous (...)

30À l’issue du procès pour exploitation illégale d’une marque déposée française, Henkel est contraint d’abandonner à Unilever tous ses droits sur Persil, en Grande-Bretagne et en France. L’affaire Persil21 est donc un chapitre de l’histoire lessivière qui, aujourd’hui encore, est douloureusement sensible à Düsseldorf.

Les produits lessiviels pendant la Seconde Guerre mondiale

Le dépôt de marque : une activité qui attire les particuliers

  • 22 À partir de 1858, un exemplaire de chaque dépôt est conservé au CNAM (Conservatoire national des Ar (...)

31Le dépouillement systématique du Bulletin officiel de la propriété industrielle (BOPI) à l’Office national de la propriété industrielle (ONPI)22 permet une recension complète des marques déposées entre 1939 et 1945. Si les dépôts ne disent rien d’une réelle mise sur le marché du produit, ils dénotent cependant une activité certaine sur ce marché et la volonté de « prendre date ».

  • 23 Le nombre total de dépôts étrangers effectués est faible par rapport aux années précédant la guerre (...)

32Cet ensemble de sources offre des pistes de réflexion multiples  sur le plan chronologique, c’est une série complète et continue ; chaque dépôt précise, outre la marque et ses caractéristiques, la date exacte, le lieu, ainsi que les noms et qualités des déposants. Il fallait questionner ce corpus pour en dégager les apports principaux : combien de dépôts et quelle évolution dans le temps ? Qui dépose ? des sociétés, des particuliers ? Qu’en est-il des dépôts étrangers23 ? Et, bien entendu, il fallait interroger les contenus sémantiques particulièrement révélateurs des noms déposés.

33Un certain nombre d’observations ressortent de cette analyse. On remarque tout d’abord que, si l’activité de dépôt se poursuit pendant toute la période, elle n’en subit pas moins des variations notables dans le temps ; à l’exception de l’année 1941, très atypique, la décrue est régulière : en ce qui concerne le nombre total de marques déposées, la diminution est de presque 20 % entre 1940 et 1942, de 15 % encore entre 1942 et 1943, de 9 % de 1943 à 1944, soit presque 40 % pour l’ensemble de la guerre.

Graphique 1. Nombre de marques déposées 1939-1945.

34Le nombre total de déposants a connu une contraction du même ordre, avec un tiers de déposants en moins entre 1939 et 1944.

Graphique 2. Nombre de déposants 1939-1945.

  • 24 J’ai retenu comme « sociétés » tous les dépôts dont les raisons sociales comportent dans leur intit (...)

35L’année 1941 se distingue en revanche par l’importance des dépôts effectués : presque 70 % d’augmentation du nombre de marques déposées, quasi-doublement du nombre de déposants par rapport à l’année précédente. De plus, le rapport entre déposants individuels et sociétés24 s’est complètement inversé : si en moyenne, avant la guerre, les premiers représentaient moins d’un tiers des déposants, en 1941, cette proportion dépasse les 60 %. La période est très circonscrite : de septembre 1940 à février 1942, de façon ininterrompue, le nombre de déposants individuels a nettement dépassé celui des sociétés.

Graphique 3. Déposants particuliers / Déposants sociétés.

Ersatz, récupération et « système D »

36Cette fièvre de dépôts coïncide étroitement avec une autre caractéristique, celle de l’apparition de produits nouveaux, les ersatz. C’est le 2 septembre 1940 qu’est déposée la première marque d’un ersatz de produit savonnier, Sansav Produit destiné à remplacer savon et lessive, par la société Masson & Antras à Marseille.

37De septembre 1940 à la fin de l’année 1945, 124 marques de produits de remplacement ont été déposées, soit 10 % du nombre total de marques déposées entre 1939 et 1945, 15 % en ne tenant pas compte des renouvellements ; 76 % du total (94 dépôts) s’effectue entre septembre 1940 et mai 1942. Pendant cette même période, les déposants furent, dans une écrasante proportion, des déposants individuels : 70 % sur les quatre derniers mois de 1940, 80 % en 1941 et 1942.

  • 25 La question des corps gras était tellement explosive qu’elle avait valu un séjour à Fresnes en 1943 (...)
  • 26 Mme Fournier donne une recette utilisée par sa famille pendant la guerre dans  « Le savon de fabric (...)

38Il y a donc eu une réaction immédiate devant la pénurie et le rationnement. Les familles ont eu recours à l’autoproduction ; on s’échange les recettes pour se transformer en « savonnier domestique ». Les journaux donnent des « trucs » et de bons conseils particulièrement en matière de récupération, car le plus difficile à se procurer était le « gras »25 : tout était mis en réserve, rognures de boucherie, graisses de volaille et du pot-au-feu, gras raclé sur les os26...

  • 27 Cédric Perrin évoque dans sa contribution le cas d’ingénieurs chimistes qui se mirent à fabriquer d (...)

39Le plus souvent, les femmes retrouvent le savoir ancestral des grandes « buées », dans lesquelles les cendres de chêne ou d’arbres fruitiers, débarrassées des résidus charbonneux, jouaient le rôle d’agent lessiviel. Production et autoconsommation familiales donc, mais aussi, et c’est peut-être plus inattendu, existence probable de micromarchés avec fabrication et distribution de produits savonniers. Les sources ne disent hélas rien de l’envergure de ces micro-entreprises27 ou ateliers, voire arrière-cuisines familiales, ni de leur visibilité économique. Il est significatif de noter que, après la guerre, certains fabricants se plaignent de la concurrence de savons fabriqués clandestinement, ainsi d’ailleurs que des fâcheuses habitudes d’économie prises pendant la guerre.

40Indéniablement, le dépôt de marques indique la volonté de saisir une opportunité en se positionnant de façon très réactive sur le marché naissant des produits de remplacement ; la synchronie est quasi parfaite entre rationnement et dépôts de marques d’ersatz.

41La dénomination des produits en dit long sur les ingrédients qu’ils contiennent et surtout sur ce qu’ils ne contiennent pas. L’esquisse d’une rapide typologie permet de repérer tous ceux qui annoncent clairement qu’ils sont « sans » (Sansav, Savnot, Sans Savon, Lavsan, Sansaf, Sanzuil, un très éloquent voire désespéré S.O.S. sans matière grasse, etc.), mais aussi des lessives qui s’obtiennent Sans ticket, Sans coupon, Sans carte... En décembre 1940, non sans un certain humour, fut même déposée la marque Poudre de Perlimpinpin !

  • 28 La coque des fruits de ces arbres (appelés d’ailleurs communément noix de lavage) contient une subs (...)

42Une autre catégorie évoque le recours à une chimie lessivielle ancienne, celle des saponines. La saponine est un produit végétal qui a la particularité de faire mousser l’eau comme le fait le savon, présent dans certaines plantes, particulièrement le sapindus28 (la saponaire) ou encore le bois de Panama, dont les propriétés étaient bien connues. Quantité de marques déposées évoquent cette origine : Sapindose, Sapobois, Savonaire, Lavobois, et autres Sapanama. D’autres végétaux furent également sollicités  Génésol provient de sous-produits du genêt et de l’alfa, Ecose lessive végétale s’inscrit dans une écologie de nécessité avant l’heure ; le colza, les pépins de raisin, les argiles également, ont servi de base pour la fabrication de ces piètres produits lessiviels. D’une façon générale, l’extrême pénurie de corps gras a imposé de s’adapter aux matières premières distribuées par l’OCRPI. En 1944, les savons ont fini par contenir presque 90 % de charges minérales, s’apparentant davantage à un abrasif qu’à du savon...

Des innovations nées de la pénurie

43Je voudrais terminer en évoquant le rôle qu’a joué précisément la pénurie à un autre niveau, en sortant cette fois du cadre français. La rareté en corps gras naturels a orienté l’industrie vers la recherche de ce que l’on peut appeler le « savon sans savon naturel », c’est-à-dire les détergents de synthèse. Ce n’était pas la première fois qu’une contrainte extérieure au marché des produits lessiviels stimulait la recherche et le développement de nouveaux produits et procédés.

44Le premier véritable produit issu de la synthèse chimique et non plus de corps gras naturels est apparu en Allemagne, en 1915, et c’était déjà la crise des corps gras pendant le blocus des Puissances centrales qui avait poussé les chimistes allemands dans cette direction. Le Nekal (ou isopropylnaphtalène sulfonate de soude) permettait à l’eau de mouiller les fibres textiles mais ne pouvait éliminer par lui-même les salissures ; il a été commercialisé en 1925 comme mouillant spécial pour l’industrie textile.

  • 29 Les produits sulfonés présentent des propriétés très intéressantes du point de vue industriel  solu (...)

45La synthèse des produits sulfonés29 s’est poursuivie en Allemagne pendant les années 1920, mais aussi aux États-Unis puis en Grande-Bretagne, à partir de produits hydrocarbonés.

46Les premières poudres synthétiques de lavage à usage domestique ont été lancées dans les années 1930, Fewa par Henkel en Allemagne en 1932, Dreft par la firme américaine Procter & Gamble en 1934. Il s’agissait de détergents réservés à la lessive de tissus délicats et pas encore pour les grosses lessives domestiques.

47La saga des lessives nous raconte que les Synthetic Detergents (Syndets) ont vu définitivement le jour quand les fabricants américains ont été sommés de fournir des produits de lavage efficaces aux blanchisseries ambulantes des forces armées, particulièrement à la marine contrainte de laver le linge de ses troupes dans de l’eau froide et salée. Légende ou réalité ? Toujours est-il que, après la guerre, l’industrie des détergents de synthèse, élaborés à partir de matières premières qui ne se prêtent pas à la fabrication de produits alimentaires et ne sont donc pas en concurrence avec eux, prend rapidement son essor.

  • 30 Les phosphates entament alors leur belle carrière d’agents du blanc, avant d’être immolés quelque q (...)
  • 31 Premiers slogans de la campagne publicitaire d’Omo.

48La percée qui donne l’avantage aux détergents de synthèse pour tout le linge, y compris le plus souillé, survient en 1946 quand le premier détergent « renforcé » est lancé aux Etats-Unis par Procter & Gamble. Tide contient une combinaison d’agents de surface et d’adjuvants, les phosphates30, qui améliorent considérablement les performances du détergent en augmentant son aptitude à laver du linge très sale. C’est le premier produit synthétique, qui grâce aux agents de structure aidant les tensioactifs à laver plus efficacement, convient pour les grosses lessives domestiques. En France, le véritable choc est créé en 1952 quand Lever lance Omo, premier détergent de synthèse universel, sur le marché français. Il fait découvrir aux Françaises une lessive aux performances nouvelles, permettant de laver même en eau froide, sans efforts fastidieux. « Omo est là, la saleté s’en va »31, voilà qui promet de satisfaire la fringale de propreté qui s’empare des Françaises. Le succès est foudroyant, il faut construire rapidement une nouvelle unité de fabrication afin de permettre à chacun d’avoir « le linge le plus propre du monde » !

49Quel bilan pouvons-nous tirer au terme de cette étude qui se veut être une première approche du secteur des produits lessiviels pendant l’Occupation ?

50En premier lieu, disons-le, l’insatisfaction domine pour le chercheur qui veut appréhender la réalité économique de ce secteur industriel. Faiblesse des sources statistiques, mutisme des séries des Archives nationales, sources d’entreprises fragmentaires, etc. Pour l’heure, nos fonds documentaires s’apparentent davantage à un collage de pièces rapportées d’importance et de valeur inégales qu’à un corpus méthodiquement construit. Un dépouillement systématique du fichier des établissements de l’OCRPI ainsi que l’utilisation des archives locales permettraient éventuellement de bâtir un canevas plus solide du tissu industriel des savonneries qui ont pu poursuivre leur activité entre 1939 et 1945.

51Pour autant, la conclusion la plus pertinente que nous pouvons dégager de cette étude demeure que les grandes évolutions en cours dans le secteur des produits lessiviels n’ont pas été bouleversées par les années de pénurie. Le marché français dominé dès ses origines l’est encore plus après la guerre. De grands producteurs étrangers au premier rang desquels Unilever, à qui le lancement d’Omo assura un quasi-monopole pendant quelques années, fournissent l’essentiel de la production. Minées par l’âpre et suicidaire concurrence qui régnait dans l’industrie des corps gras, les savonneries françaises ne prennent enfin conscience de leur retard qu’au sortir de la guerre. Plusieurs vagues de concentration débouchent en 1974 sur la formation de l’Union générale des savonneries dont Henkel s’empare en 1986. Mais entre-temps, l’arrivée de l’Américain Procter & Gamble a redistribué les cartes entre les trois producteurs étrangers qui se partagent désormais le marché français.

52Un des effets les plus patents des années de guerre sur ce secteur économique est sans nul doute le rôle d’« accélérateur technologique » qu’a joué la pénurie pour la chimie lessivielle. En imposant par la contrainte la rupture du lien traditionnel entre savonnerie et industrie des corps gras, elle a permis l’essor irrésistible de l’industrie des détergents de synthèse.

Notes

1 Ce n’est qu’en 1949 que le grand magasin Bazar de l’hôtel de ville à Paris prendra comme slogan de sa quinzaine des Arts ménagers  « le savon de Marseille est en vente libre et à volonté au BH V ».

2 Source  site des éditions Anovi, www.anovi.fr, 2005.

3 En 1943, une affiche éditée par le ministère de la Production industrielle et des Communications en appelle au civisme des Français et promet du « savon ou de la lessive contre un kilo d’os » ; affiche réalisée par René Ravo, numéro d’estampe 202836, bibliothèque Forney.

4 Dans sa contribution à ce volume, Cédric Perrin évoque un système de primes payées aux producteurs de graines oléagineuses afin de stimuler la production.

5 D’après l’arrêté d’octobre 1940, les tickets de rationnement donnaient droit chaque mois (indépendamment du savon à barbe et du savon pour jeunes enfants) aux quantités suivantes  1) 100 g de savon à 30 % ou 75 g à 40 % ; 2) pour le linge  75 g de poudre de savon à 40 % ou 250 g à 12 % ou 1 kg de lessive savonneuse à 3 %. Le total représente 60 g d’acides gras ou résiniques (30 g pour chaque catégorie de produits). Pour préparer ces divers produits, un savon intermédiaire à 63 % est fabriqué par traitement de sous-produits de raffinage d’huile et de résine. Ce savon est ensuite mélangé à des matières inertes (silicates, etc.) ; Crédit agricole SA, Archives historiques groupe, fonds du Crédit lyonnais (ACL), direction des études économiques et financières (DEEF) 59897, compte-rendu de visite aux administrateurs délégués des Huileries Calvé-Delft, 13 novembre 1940.

6 Voir la contribution de Ben Wubs dans ce volume.

7 Société créée en 1936 par Unilever pour exploiter les savonneries Félix Eydoux de Marseille, Michaud d’Aubervilliers et Talvande de Nantes.

8 Olivier Lambert, Histoire du commerce et de l’industrie de Marseille xixe-xxe siècles, tome x, Marseille entre tradition et modernité. Les espérances déçues (1919-1939), Marseille, chambre de commerce et d’industrie Marseille-Provence, 1995, p. 197.

9 Des auteurs tels que Louis Pierrein – Industries traditionnelles du port de Marseille. Le cycle des sucres et des oléagineux 1870-1958, Marseille, Institut historique de Provence, 1975 – ou Olivier Lambert – op. cit. – ont abordé la question, en étudiant notamment ce qui paraît être une des faiblesses majeures de l’entreprise  en effet, Fournier-Ferrier n’a jamais véritablement cherché à adosser son activité de savonnier à l’huilerie qui lui fournit la matière première et dont le coût obère lourdement les prix de revient. Pierre-Paul Zalio, quant à lui, s’est intéressé aux structures familiales du capitalisme marseillais, à sa conception plus négociante que véritablement industrielle du travail d’entrepreneur, autant d’éléments qui permettent de comprendre comment, au milieu d’une vague de grande industrialisation et concentration en Angleterre, Allemagne et aux États-Unis, l’entreprise française présente les caractéristiques d’un cas assez typique d’inadaptation ; « Un regard sur le patronat marseillais du xxe siècle », Industries en Provence, n° 6, mai 2004, p. 1-8.

10 A la fin des années 1920, la Stéarinerie Fournier a multiplié les prises de participation dans de nombreuses entreprises et constitué, en 1929, une sorte de cartel qui regroupe de multiples sociétés sous le nom de Société générale des matières grasses (SGMG) ; la même année, elle crée la Société normande de corps gras, avec semble-t-il la Société Ferrier & Cie, maison marseillaise qui fabrique la marque Le Chat depuis 1836. Fournier et Ferrier fusionnent en 1931 pour former les Établissements Fournier-Ferrier.

11 Fournier-Ferrier connaissait la valeur de sa marque  dans le bilan annuel de l’année 1944, il est mentionné que si les brevets et marques figurent pour 1 franc à l’actif, la seule marque « Savon Le Chat serait facilement vendable 5 à 6 millions » – de francs – ; ACL, DEEF 61013, commentaires du bilan au 31 décembre 1944.

12 Lettre de Gabriel Le Roy-Ladurie, dirigeant de Worms, 23 février 1943, citée par Renaud de Rochebrune, Jean-Claude Hazera, Les Patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 686.

13 Déclarations de renonciation à la marque Le Persil et Persil par Lever les 9 et 31 juillet 1941 publiées dans Bulletin officiel de la propriété industrielle, volume 1941-2, p. 1471 et p. 1952.

14 Le fameux Chat marseillais finira pourtant par tomber dans l’escarcelle d’Henkel  en 1986, le groupe allemand achère l’Union générale des savonneries (UGS) qui était née en 1974 de l’ultime tentative de concentration des savonneries françaises, marseillaises surtout, parmi lesquelles Fournier-Ferrier.

15 ACL, DEEF 49065-1, rapport du 11 mai 1945.

16 En 1910, Lever avait acquis 50 % des intérêts de la Dr Thompson’s Seifenpulver, une fabrique allemande de poudres à laver. Lever se serait inspiré de ce produit pour son Rinso, lancé avec le slogan qu’une publicité intensive impose pour Persil plus tard  « We work when you sleep », « Nous travaillons pendant que vous dormez » ; Charles Wilson, The history of Unilever, A study in economic growth and social change, Londres, Cassell & Company Ltd, 1970, volume I, p. 189.

17 En fait, sur le strict plan juridique, ce n’est pas parce que Jules Ronchetti a créé la marque Le Persil pour un savon, qu’il a un droit sur la marque Persil, commercialisée en tant que lessive, les dépôts de marque ayant été effectués dans des classes différentes de la classification des marques en vigueur en France depuis 1858.

18 En 1923, des officiers français en garnison à Coblence signalent à la chambre de commerce de Marseille la vente du produit Persil, donné comme originaire de Marseille et fabriqué en réalité à Dusseldorf. Mais en réalité, ils confondaient le Persil « franco-britannique » et le Persil allemand !

19 Cf. note supra.

20 Entretien avec Jacques Satorre, directeur des ventes d’Unilever France de 1971 à 1991, siège de Lever, Paris, 2002.

21 La marque Persil est profondément ancrée dans la culture populaire allemande, particulièrement sous les traits de « la Dame Blanche », personnage légendaire créé par Kurt Heiligenstaedt en 1922. Après la guerre, par l’expression « certificat Persil », on désignait en Allemagne les mensonges et falsifications qui permirent à de nombreuses personnalités du monde politique et économique de se blanchir des « traces d’excrément brun » ; Gunter Grass, Pelures d’oignon, Paris, Le Seuil, 2007, p. 285.

22 À partir de 1858, un exemplaire de chaque dépôt est conservé au CNAM (Conservatoire national des Arts et Métiers). Les registres du CNAM sont transférés à l’ONPI en 1919 devenu Institut national de la propriété industrielle (INPI) en 1951.

23 Le nombre total de dépôts étrangers effectués est faible par rapport aux années précédant la guerre  34 entre 1939 et 1945, soit 8 % seulement des dépôts effectués par des sociétés, dont le tiers presque par Lever.

24 J’ai retenu comme « sociétés » tous les dépôts dont les raisons sociales comportent dans leur intitulé les mentions de société anonyme, société à responsabilité limitée, établissement(s), compagnie, et autres dénominations indiquant un statut de société commerciale.

25 La question des corps gras était tellement explosive qu’elle avait valu un séjour à Fresnes en 1943 au professeur Charles Richet, un éminent nutritionniste. Dans une lettre envoyée aux médecins de campagne pour les sensibiliser à l’importance vitale de la récolte des oléagineux, il critiquait sévèrement la carence des matières grasses et mettait en cause la politique de l’occupant ; Paul Sanders, Histoire du marché noir, 1940-1946, Paris, Perrin, 2001, p. 127.

26 Mme Fournier donne une recette utilisée par sa famille pendant la guerre dans  « Le savon de fabrication familiale », Bulletin d’études folkloriques du Centre-Ouest, tome 9, livraison 2,1975, p. 99.

27 Cédric Perrin évoque dans sa contribution le cas d’ingénieurs chimistes qui se mirent à fabriquer du savon et reçurent d’ailleurs un accueil favorable des autorités locales, car ils répondaient à une cruelle pénurie.

28 La coque des fruits de ces arbres (appelés d’ailleurs communément noix de lavage) contient une substance légèrement collante qui opère comme du savon. Quand les coques entrent en contact avec l’eau, ce « savon naturel » se dissout et génère une solution savonneuse douce.

29 Les produits sulfonés présentent des propriétés très intéressantes du point de vue industriel  solubles dans l’eau, ils sont mouillants, moussants et détersifs ; ils possèdent en outre l’avantage de ne pas perdre ces propriétés en présence de sels de calcium et autres sels minéraux présents en solution dans les eaux ordinaires. Cet ensemble de qualités en fait des agents d’élection pour des industries diverses  détersifs domestiques et industriels, industrie textile, teintures, industrie des fourrures et des cuirs, etc. La chronologie suivante est empruntée à l’article « Historique des Syndets », Droguerie Couleurs, septembre 1965, p. 25  1915  NEKAL ou isopropylnaphtalène sulfonate de soude ; 1916  synthèse des alkyl naphtalènes sulfonés ; 1921  synthèse des alkylsulfonates ; 1929  synthèse des acides gras et des alkylaryl sulfonés.

30 Les phosphates entament alors leur belle carrière d’agents du blanc, avant d’être immolés quelque quarante ans plus tard sur l’autel de l’écologie, condamnation qui mettrait une fois de plus au défi les chimistes des lessiviers, sommés de leur trouver des produits de remplacement.

31 Premiers slogans de la campagne publicitaire d’Omo.

Notes de fin

1 renouvellement de dépôt.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Marques déposées avant 1914 en France
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 2. Marques déposées pendant la Première Guerre mondiale en France
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Tableau 3. Marques déposées 1938-1953
Légende Note*1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Graphique 1. Nombre de marques déposées 1939-1945.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Graphique 2. Nombre de déposants 1939-1945.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Graphique 3. Déposants particuliers / Déposants sociétés.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteur

Université Paris I, Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site