Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Les chapelles rurales en Languedoc d’après la carte de Cassini (Diocèses d’Alet, Carcassonne, Narbonne et Saint-Pons)

Marc Bouyssou

Texte intégral

  • 1 Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, "L’espace et le sacré au XVIIIe siècle : géographie des lieux de cu (...)

1Il y a quelques années, Mme Froeschlé-Chopard avait lancé une enquête sur les lieux de culte en France, fondée sur l’étude de la carte de Cassini. Celle-ci, commencée en 1760, est la première carte réalisée à grande échelle (1/86 4000e) couvrant l’ensemble du territoire français. Une grille d’analyse a été élaborée pour permettre l’étude des lieux de culte en fonction du milieu géographique et par rapport à l’habitat1.

2Parmi les divers lieux de culte, les chapelles rurales nous ont paru une matière significative pour aborder l’étude des dévotions en ce que, contrairement aux églises paroissiales dont l’existence est indispensable à l’institution ecclésiastique, elles reflètent la christianisation de l’espace et témoignent des cultes populaires.

  • 2 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. IX, col. 1005 ; t. XV, col. 250 ; Dom (...)

3Notre enquête s’est limitée aux quatre diocèses languedociens résultant des démembrements successifs de l’archidiocèse de Narbonne : vers 570, en furent distraits les diocèses d’Elne et de Carcassonne et en 1318, le pape Jean XXII, dans le cadre d’une réorganisation de l’ensemble de l’administration ecclésiastique du Languedoc, détacha de l’église métropolitaine les nouveaux diocèses d’Alet et de Saint-Pons-de-Thomières. Au XVIIIe siècle, ces quatre diocèses regroupaient un peu plus de 500 paroisses et succursales2.

4Géographiquement, il s’agit d’une région allant de la Montagne Noire dans le diocèse de Saint-Pons au Nord, à l’avant pays pyrénéen dans les Corbières et jusqu’aux Pyrénées en Capcir dans la partie la plus méridionale du diocèse d’Alet. Vers l’Ouest, la relation avec Toulouse se fait à travers les collines du Lauragais, tandis que vers l’Est, en Narbonnais, au-delà des basses collines, la plaine littorale s’achève sur la Méditerranée en une côte basse et sablonneuse bordée d’étangs.

  • 3 Le Père Thomas BOUGES, Histoire ecclésiastique et civile de la ville et du diocèse de Carcassonne, (...)

5Pour établir l’inventaire des chapelles rurales, la carte de Cassini a été confrontée à des sources contemporaines de sa confection, un état du diocèse de Carcassonne de 1741, pour celui de Narbonne un état dressé par l’archevêque Le Goux de la Berchère en 1706 et un pouillé rédigé entre 1756 et 1758 par le chanoine Caldaguez et complété par un continuateur, ou à des travaux d’érudits locaux, l’Abbé Sabarthès, J. Sahuc et M. l’Abbé Alzieu3. Malgré cette relative abondance de sources, dresser un inventaire exact et précis des chapelles rurales est difficile, voire téméraire.

6Dans les limites du diocèse de Carcassonne, 68 chapelles, dont 28 ruinées, sont figurées sur la carte de Cassini mais, faute d’une liste exacte des chapelles au XVIIIe siècle, une comparaison est impossible. On peut noter, cependant, que 8 chapelles de Cassini, dont 6 en ruine, sont indiquées comme prieurés par le Père Bouges. Pour l’ensemble du diocèse de Narbonne, on relève sur la carte 110 chapelles, dont 49 en ruine, et 13 ermitages, dont 4 ruinés, mais seulement 47 chapelles et un ermitage sur les deux pouillés utilisés. Sur ces 47 chapelles, 24 sont figurées comme telles, dont une en ruine, sur la carte, 5 y sont qualifiées d’ermitages et pour 7, l’emplacement est occupé par un autre symbole, 10 enfin ne sont pas sur la carte ; quant à l’ermitage, il a bien été figuré par Cassini. En utilisant diverses sources, on recense 48 chapelles dans le diocèse de Saint-Pons, mais la carte n’en représente que 31, dont 12 ruinées, 3 églises isolées, dont 2 en ruine, et un ermitage ; 9 chapelles figurées par Cassini semblent inconnues par ailleurs et 20 connues par la documentation utilisée ne sont pas représentées sur la carte, sans doute parce qu’une bonne part d’entre elles avait disparu avant sa confection. Pour le diocèse d’Alet enfin, la carte ne figure que 11 chapelles, dont 2 ruinées, auxquelles on peut ajouter 3 églises isolées et ruinées.

  • 4 Pour des raisons pratiques, dans la suite de cette étude, nous n’avons retenu que les chapelles don (...)

7C’est donc environ 220 chapelles qui sont figurées sur la carte, auxquelles s’ajoutent les ermitages et églises isolées que nous avons exclus de l’enquête pour éviter les confusions4.

CHAPELLES ET ÉGLISES ISOLÉES D’APRÈS LA CARTE DE CASSINI

(Diocèses d’Alet, Carcassonne, Narbonne et Saint-Pons)

8L’utilisation de la grille d’analyse élaborée par Mme Froeschlé-Chopard permet d’étudier la répartition et la localisation géographiques des sanctuaires ruraux.

  • 5 Etienne DEJEAN, Un prélat indépendant au XVIIe siècle, Nicolas Pavillon, évêque d’Alet (1637-1677), (...)
  • 6 A la fin du XVIIIe siècle, la paroisse de Saint-Félix fut divisée en quatre annexes, Quérigut, Carc (...)

9Les chapelles ne sont pas également réparties dans l’ensemble des quatre diocèses. Elles sont particulièrement nombreuses le long d’un arc allant du Haut-Razès au diocèse d’Alet jusqu’au Nord de l’archiprêtré des Hautes-Corbières dans l’archidiocèse de Narbonne et passant par le Carcassès, le Minervois et la partie méridionale du diocèse de Saint-Pons où, d’après la carte, certaines paroisses, telles Cesseras, Olonzac ou Siran, en possèdent jusqu’à 3 ou 4, densité que l’on retrouve en Minervois à Laure et Trausse par exemple. Géographiquement, cet arc correspond à la plaine et aux collines du piémont de la Montagne Noire, mais, dès que l’on s’élève, les chapelles se raréfient à l’exception des environs de Saint-Pons. Dans la partie méridionale des diocèses de Carcassonne et de Narbonne, les chapelles sont plus disséminées en Termenès, Hautes et Basses-Corbières, régions calcaires au relief très accidenté où les altitudes peuvent dépasser 600 m, voire 1 000 m. Dans le diocèse d’Alet, elles sont totalement absentes des zones les plus montagneuses du Haut-Razès et du Fenouillèdes, régions fort peu chrétiennes encore au XVIIe siècle, au temps de Nicolas Pavillon5, où la mise en place du réseau des paroisses, assez dense cependant, n’est achevé qu’à la veille de la Révolution6.

10La carte figure le relief par un système assez rudimentaire de hachures qui, s’il n’est guère précis et a tendance à en exagérer les accidents, nous transmet l’impression du cartographe et sans doute la vision des populations locales du site des chapelles. Dans l’ensemble des quatre diocèses, près de 35 % des chapelles sont construites au pied d’un relief, 32 % sur un sommet et un peu plus d’un quart sont édifiées en terrain plat. Si les proportions varient légèrement d’un diocèse à l’autre, la hiérarchie reste la même pour les deux diocèses de Narbonne et Carcassonne, les mieux documentés statistiquement.

  • 7 Alphonse DUPRONT, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langage, Paris, 1987.
  • 8 Et seulement 40 % si on exclut des comptages le diocèse de Narbonne où les possibilités de sites él (...)

11Les chapelles édifiées sur des sommets ou en pied de relief, lieux cosmiques par excellence7, sont généralement éloignées de tout habitat, dans 71 % des occurrences dans le premier cas et dans 60,5 % dans le second, alors que pour les sanctuaires situés en plaine, la proportion d’édifices isolés n’est que de 50 %8.

SITUATION DES CHAPELLES PAR RAPPORT AU RELIEF ET À L’HABITAT

STRUCTURE DES CULTES

  • 9 Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, La religion populaire en Provence orientale, Paris, 1980, p. 326.

12C’est une situation assez comparable à celle rencontrée en Provence où, comme en Languedoc, on trouve des chapelles près des villages, mais aussi en des lieux éloignés, souvent des sites de rupture, notamment pour les sanctuaires en pied de relief9.

  • 10 Cf. la préface d’Alphonse DUPRONT au livre de Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, op. cit., p. 9.
  • 11 Saint Christophe peut être aussi un culte originel.

13Si l’on examine les dédicaces de ces chapelles, on constate qu’elles présentent une structure de cultes proche de celle des églises paroissiales. Parmi les saints titulaires de paroisses, la Vierge arrive en tête, les "saints originels", compagnons du Christ, saints des premiers siècles10 fournissent la grande masse des autres titulatures. Dans les chapelles, la Vierge arrive toujours en tête mais, à l’exception du diocèse de Carcassonne, dans une proportion légèrement moindre que parmi les titulaires paroissiaux. Les saints originels suivent mais moins fréquemment que dans les paroisses et parmi eux les saints des premiers siècles, en tête desquels saint Martin, l’emportent toujours sur les compagnons du Christ, mais, sauf dans le diocèse de Saint-Pons, les saints régionaux sont absents. En revanche, les protecteurs, saint Antoine, sainte Barbe, sainte Catherine, saint Christophe11, sainte Madeleine et saint Roch, à une exception près, inconnus comme titulaires de paroisse, fournissent 11,5 % des vocables de chapelles dans le diocèse de Carcassonne, 6,5 % dans celui de Narbonne, 18,5 % dans celui d’Alet, mais seulement 3 % dans celui de Saint-Pons, chiffres bien inférieurs à ceux relevés en Provence ou dans le diocèse de Chartres.

14Nous n’avons pas pu établir de rapport entre la titulature des chapelles et leur implantation topographique. Sans doute peut-on constater que les 4 sanctuaires dédiés à saint Michel sont tous situés sur des sommets, mais au diocèse de Narbonne, 5 des 8 chapelles Saint-Martin, saint qui n’est en rien spécialiste des sommets, sont aussi en position dominante. Dans l’ensemble, on ne distingue pas de saints des hauteurs et des saints de la plaine, de même qu’on ne remarque pas de saints préférant des sanctuaires isolés et d’autres la proximité d’un habitat.

  • 12 Abbé SABARTHES, Essai sur les pèlerinages et le culte des saints avant la Révolution dans le Narbon (...)

15La carte de Cassini montre un grand nombre de chapelles ruinées à la fin du XVIIIe siècle, 27 dans le diocèse de Carcassonne (38,5 %), 54 dans celui de Narbonne (44 %), 6 dans celui d’Alet (37,5 %) et 15 dans celui de Saint-Pons (43 %). L’abandon de ces édifices semble avoir été sélectif car les ruines ne concernent, presque exclusivement, que des sanctuaires dédiés à des saints originels et dans l’ensemble de ce groupe, les monuments abandonnés (78) l’emportent sur ceux restés en état (60), avec 56,5 % d’édifices déchus, alors que sur les 37 chapelles dédiées à la Vierge, 6 seulement (16 %), dont 5 dans le diocèse de Carcassonne, sont ruinées. De même, sur les 21 sanctuaires dédiés à des saints protecteurs, 4 (19 %), dont 3 à nouveau dans le diocèse de Carcassonne, sont en ruine. Ceci est d’ailleurs confirmé pour le diocèse de Narbonne par le pouillé du chanoine Caldaguez qui mentionne 13 chapelles extérieures à des églises paroissiales où les dédicaces à la Vierge (46 %) dominent devant celles à des saints protecteurs (31 %), et par l’abbé Sabarthès qui, parmi les pèlerinages du Narbonnais à la fin de l’Ancien Régime, en relève 6 à Notre-Dame mais seulement 4 à des saints12. Autrement dit, à l’époque de la confection de la carte de Cassini, les cultes véritablement vivants se limitaient à ceux de la Vierge et des saints protecteurs, alors que ceux des autres saints étaient tombés en désuétude.

  • 13 Pour celui d’Alet, l’enquête n’a pas été menée faute de documentation.
  • 14 Les vocables analysés ici sont ceux du XVIIIe siècle ; ils ont pu changer au cours des siècles. Cf. (...)

16Ces nombreux abandons incitent à s’interroger sur la nature exacte des chapelles figurées sur la carte de Cassini. Sur 170 chapelles prises en compte dans les diocèses de Carcassonne, Narbonne et Saint-Pons13,3 correspondent à d’anciennes abbayes, 54 sont des prieurés, 33 d’anciennes églises paroissiales ou de communautés et l’origine des autres est incertaine. Pour les chapelles primitivement paroisses, la structure des vocables14 est fort proche de celle des titulaires de paroisses : la Vierge arrive en tête avec 19,5 % de dédicaces, les "saints originels" représentent 74 % des vocables et, parmi ces derniers, comme pour les titulaires paroissiaux, les saints des premiers siècles (48,5 %) l’emportent sur ceux de l’Ecriture. En ce qui concerne les chapelles primitivement prieurés, on note quelques différences avec les anciennes paroisses : la Vierge (16 %) perd un peu de son importance au profit des "saints originels" (76 %) et l’on voit apparaître, une seule fois, le vocable de Sainte Croix. Pour les autres chapelles, d’origine incertaine, les cultes présentent un tableau assez comparable avec, toutefois, une place plus importante accordée à la Vierge et un recul des "saints originels" devant les cultes médiévaux, voire plus tardifs, de sainte Anne, sainte Madeleine, saint Michel et des protecteurs saint Christophe, saint Roch ou saint Antoine. On note, en outre, quelques différences selon les diocèses, celui de Saint-Pons se distinguant par une importance moindre accordée à la Vierge, celui de Carcassonne par une forte proportion de cultes médiévaux au détriment des saints originels. Il est vraisemblable que, pour un certain nombre de sanctuaires, il s’agisse de chapelles de dévotion relativement récentes, telle la chapelle Saint-Roch du Tenda à Carcassonne bâtie en 1635, particulièrement celles sous le vocable de la Vierge (3 Notre-Dame-de-Pitié ; 1 Notre-Dame-de-Liesse ; 1 Notre-Dame-de-Consolation). Les sanctuaires ecclésiastiques, anciennes paroisses, prieurés, honorent davantage les "saints originels" que les chapelles souvent de simple dévotion, et sans doute plus récentes, où la Vierge occupe une place importante et où apparaissent des cultes médiévaux et ceux des saints protecteurs. C’est dans ces derniers sanctuaires que la dévotion est encore vivante au XVIIIe siècle alors que parmi les premiers, nombreux sont ceux déjà ruinés.

  • 15 A La Livinière, au diocèse de Saint-Pons, le pèlerinage à Notre-Dame des Palmes (espaima : pâmée), (...)

17Ces abandons paraissent plus importants pour les chapelles construites sur des sommets ou en pied de relief (respectivement 42,5 % et 43 % d’édifices ruinés), correspondant le mieux à des lieux cosmiques, que pour les sites de plaine (37,5 % de ruines) et plus encore pour les sanctuaires édifiés à mi-pente (19 % en ruine). Ce sont donc les sanctuaires intermédiaires qui résistent le mieux à la désaffection. Surtout, on constate que plus on s’éloigne des habitats, plus la proportion de ruines est importante : 48 % des chapelles éloignées de tout sont ruinées, 44,5 % de celles situées à proximité d’un hameau sont aussi dans ce cas, mais seulement 20,5 % de celles proches d’une ville ou d’une paroisse, comme si on assistait à un resserrement de l’espace christianisé autour des principaux lieux d’habitat en faveur de la Vierge et des saints protecteurs. Ce phénomène s’explique sans doute par le fait que beaucoup de ces édifices ruinés correspondent à d’anciens habitats disparus lors de Vincastellamento au début du XIIe siècle, ou à la suite de la grande crise de la fin du Moyen Age, ou bien encore en conséquence des guerres religieuses du XVIe siècle. Mais il faut aussi y voir, comme dans le diocèse voisin de Saint-Papoul, un effet de la réforme catholique du XVIIe siècle méfiante envers les lieux de cultes objets de dévotions suspectes et concurrents de l’église paroissiale15.

  • 16 Cf. Gérard CHOLVY et alii, Civilisations populaires régionales. Le Languedoc et le Roussillon, Roan (...)

18La carte de Cassini n’est pas un document précis pour établir une liste des chapelles en fonction de leur situation canonique, mais elle donne un état du bâti à la fin du XVIIIe siècle. Elle permet également de repérer des régions de fortes densités de chapelles, le Carcassès, le Minervois, le sud du diocèse de Saint-Pons, indique sommairement la topographie des sanctuaires et permet d’étudier leur relation avec l’habitat. L’indication de leur titulature, dans les trois quarts des cas environ, permet d’étudier les cultes où dominent la Vierge et les saints des origines, signes d’une christianisation ancienne de l’espace achevée au Moyen Age, alors que dans les zones montagneuses des diocèses de Saint-Pons et d’Alet, la quasi-inexistence des chapelles est sans doute la marque d’une christianisation réelle tardive au temps de la réforme catholique. Mais ce qui caractérise le plus ces diocèses languedociens, c’est l’importance des chapelles ruinées, conséquence de l’abandon des sites les plus difficiles, mais aussi effet de la pastorale de la réforme catholique privilégiant l’église paroissiale et les chapelles dédiées à la Vierge ou à des saints protecteurs, facilement contrôlables parce que proches des habitats et peut-être aussi indice d’une désacralisation de l’espace et des progrès d’une certaine indifférence religieuse16. L’extension de l’enquête à l’ensemble de la France devrait permettre d’établir une géographie différenciée de ce phénomène.

Notes

1 Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, "L’espace et le sacré au XVIIIe siècle : géographie des lieux de culte d’après la carte de Cassini", Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 9., 1983, p. 203-
220 ; "Lieux de culte et peuple de saints au XVIIIe siècle. Enquête en cours”, Revue d’histoire de l’Eglise de France, t. LXXI, n° 187, juil.-déc. 1985, p. 281-321 ; Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD et Robert SAUZET, "Aspect d’une enquête sur les lieux de culte : les églises paroissiales et leur nom aux XVIIe et XVIIIe siècles", Ricerche di storia sociale e religiosa, n° 29, 1986, p. 41 ; Marc BOUYSSOU et Madeleine SAUZET, "La carte de Cassini et le culte des saints dans les diocèses de Chartres et de Blois", Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, t. 92,1985, p. 145-159.

2 Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. IX, col. 1005 ; t. XV, col. 250 ; Dom Cl. DEVIC et dom J. VAISSETTE, Histoire générale du Languedoc, Toulouse, 1886, t. IX, p. 371-372.

3 Le Père Thomas BOUGES, Histoire ecclésiastique et civile de la ville et du diocèse de Carcassonne, Paris, 1741, p. 451-461 ; LE GOUX DE LA BERCHERE, Statuts synodaux du diocèse de Narbonne, suivis de l’Etat du diocèse de Narbonne, 1706, p. XCIX et suiv. ; Chanoine CALDAGUEZ, Pouillé du diocèse de Narbonne, ms., A.D. Aude, G. 299[1] ; Abbé SABARTHES, Dictionnaire topographique du département de l’Aude, Paris, 1912 ; J. SAHUC, Mémoire géographique et historique sur le diocèse de Saint-Pons au XVIIIe siècle, Montpellier, 1906, p. 34 et suiv. M. l’Abbé ALZIEU a rédigé un état du diocèse de Saint-Pons, resté inédit qu’il m’a aimablement communiqué ; qu’il trouve ici l’expression de ma reconnaissance.

4 Pour des raisons pratiques, dans la suite de cette étude, nous n’avons retenu que les chapelles dont le saint titulaire est nommé sur la carte, soit 166 édifices.

5 Etienne DEJEAN, Un prélat indépendant au XVIIe siècle, Nicolas Pavillon, évêque d’Alet (1637-1677), Paris, 1909, p. 30-32.

6 A la fin du XVIIIe siècle, la paroisse de Saint-Félix fut divisée en quatre annexes, Quérigut, Carcannières, le Puch et Artigues avec construction d’une église à Carcannières. Abbé de ROQUELAURE, Histoire de la haute vallée de l’Aude, Carcassonne, 1879, p. 295 et 299.

7 Alphonse DUPRONT, Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langage, Paris, 1987.

8 Et seulement 40 % si on exclut des comptages le diocèse de Narbonne où les possibilités de sites élevés sont limitées dans la plaine languedocienne.

9 Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, La religion populaire en Provence orientale, Paris, 1980, p. 326.

10 Cf. la préface d’Alphonse DUPRONT au livre de Marie-Hélène FROESCHLE-CHOPARD, op. cit., p. 9.

11 Saint Christophe peut être aussi un culte originel.

12 Abbé SABARTHES, Essai sur les pèlerinages et le culte des saints avant la Révolution dans le Narbonnais, Toulouse, 1891, 34 p.

13 Pour celui d’Alet, l’enquête n’a pas été menée faute de documentation.

14 Les vocables analysés ici sont ceux du XVIIIe siècle ; ils ont pu changer au cours des siècles. Cf. Marie-Claude MARANDET, "Les lieux de culte du diocèse de Saint-Papoul à la fin du Moyen Age", Archéologie du Midi médiéval, t. VIII-IX, 1990-1991, p. 99-120, p. 101 et suiv.

15 A La Livinière, au diocèse de Saint-Pons, le pèlerinage à Notre-Dame des Palmes (espaima : pâmée), invoquée pour les infirmes, était suivi au XVIIIe siècle d’un repas arrosé à l’ombre des oliviers. Abbé SABARTHES, art. cit., p. 11-12. A. RAMIERE DE FORTANIER, "Un ermite limousin en Lauragais, permanence d’un lieu de culte populaire : Notre-Dame-de-Bagnères", Bulletin philologique et historique, 1977, p. 49-59 ; Marie-Claude MARANDET, art. cit., p. 112.

16 Cf. Gérard CHOLVY et alii, Civilisations populaires régionales. Le Languedoc et le Roussillon, Roanne/Le Coteau, 1982, p. 247 et suiv.

Table des illustrations

Légende CHAPELLES ET ÉGLISES ISOLÉES D’APRÈS LA CARTE DE CASSINI
Crédits (Diocèses d’Alet, Carcassonne, Narbonne et Saint-Pons)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende SITUATION DES CHAPELLES PAR RAPPORT AU RELIEF ET À L’HABITAT
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende STRUCTURE DES CULTES
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19118/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search