Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

Nîmes en Bas-Languedoc : l’évolution des noms de personnes du Xe au XIIe siècle

Monique BOURIN et Madeleine SAUZET

Texte intégral

  • 1 Archives départementales du Gard, G 133, éd. E. GERMER-DURAND, Nîmes, 1874.
  • 2 Nous avons très largement profité de nombreux mémoires de maîtrise, cités en note, faits par des ét (...)

1Le cartulaire du chapitre cathédral de Nîmes1 regroupe plus de 200 chartes qui éclairent essentiellement les environs de la ville, aussi bien le littoral que le proche arrière-pays, et même, en suivant l’Hérault ou le Gardon, quelques zones cévenoles. A la différence des autres cartulaires des chapitres bas-languedociens, les documents y sont assez régulièrement répartis entre la fin du IXe siècle et le milieu du XIIe. Ce cartulaire constitue donc une source particulièrement adaptée à l’observation des phénomènes qui bouleversent la désignation des personnes au cours des XIe et XIIe siècles dans l’ensemble de l’Europe occidentale chrétienne. Néanmoins pour en saisir la portée, il faut en comparer les données avec celles d’autres cartulaires méridionaux2.

  • 3 Dans le cartulaire du chapitre d’Agde, cette proportion est aux environs du tiers de l’ensemble des (...)

2Suivant des rythmes et des enchaînements propres à chaque région, l’anthroponymie subit en effet des évolutions multiples. La plus évidente est l’apparition d’une désignation à deux éléments, le nom et le surnom (qui deviendront peu à peu le prénom et le nom patronymique). Partout plusieurs types de surnoms coexistent, parfois corrélés à l’appartenance sociale, mais deux l’emportent nettement dans les campagnes des années 1100, le surnom de lieu et celui qui reprend au génitif un nom d’homme, en général celui du père (nomen paternum). Le Midi méditerranéen accorde une place particulièrement importante au nomen paternum3

  • 4 Les documents donnent l’impression qu’il est même sans cesse enrichi et renouvelé, mais sans doute (...)
  • 5 Voir sur ce point, Michaël MITTERAUER, Ahnen und Heilige, Beck Verlag, Munich, 1993.

3Parallèlement le nom évolue. Sans que disparaisse un stock de noms "rares"4, les choix se concentrent peu à peu sur un petit nombre de noms, essentiellement ceux des grands princes et ceux de quelques saints5. Les choix dessinent des régions anthroponymiques, révélatrices de réseaux de pouvoirs et de dévotions.

  • 6 K. F. WERNER, "Liens de parenté et noms de personne : un problème historique et méthodologique", in (...)
  • 7 C. KLAPISCH, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Nancy, 199 (...)

4Ces nouveaux modes de choix se combinent avec un autre, traditionnel, où la dénomination des enfants reprend essentiellement celle des ancêtres, que l’on puise avec rigueur dans un corpus familial rigoureusement assimilable à un patrimoine commun, selon la thèse de K.F. Werner6, ou que l’on pratique, comme plus tard à Florence, un "nom refait", à travers lequel l’aïeul défunt revit7. L’adoption d’un nom de saint ou de grand, lorsqu’elle intervient pour la première fois dans une famille, introduit une rupture avec le corpus traditionnel. Elle mérite donc d’être étudiée avec soin, interprétée dans le cadre d’une stratégie familiale, comparée aux pratiques des autres familles de rang équivalent et à celles des autres milieux sociaux.

5Les données anthroponymiques du cartulaire de Nîmes font apparaître avec beaucoup de netteté :

  • la réduction du nombre des noms, sensible dès le milieu du Xe siècle. Ce sont les noms "typiquement" germaniques, associant deux thèmes en un nom d’une grande longueur, tels que Adalfredus, Baldegaudus ou Rotbaldus, qui souffrent de cette érosion. Après 1100, ils sont exceptionnels, hormis quelques uns devenus "classiques", tels que Ugo ou Wuillelmus (devenu Guillelmus), Bertrannus ou Bernard us, dont la consonance germanique s’est éteinte. A l’état de rares reliques, subsistent Adalbertus, Gandelmannus ou Olricus. Le corpus en comptait plus de 130 entre 900 et 950, 90 dans la deuxième moitié du Xe siècle, pour un échantillon supérieur de près de 25 % ; une cinquantaine dans le premier tiers du XIe siècle, mais pour un effectif plus limité. Une lecture "impressionniste" des chartes confirme que la mutation la plus rapide se produit aux environs de 975.

  • En même temps, en tête des fréquences, la concentration s’opère rapidement : elle est acquise dès le deuxième tiers du XIe siècle, suivant une évolution à peu près régulière depuis 975.

  • La multiplication des surnoms semble bien ici suivre celle des risques d’homonymie. Il faut attendre le milieu du siècle pour que le nombre de noms à deux éléments soit égal à celui des dénominations simples.

  • Ces surnoms concernent d’abord les milieux aristocratiques ; ils s’étendent plus tard, au XIIe siècle, à l’ensemble de la société, ou du moins, est-ce alors seulement qu’ils sont inscrits dans les chartes. Les mécanismes d’apparition de la double dénomination sont donc tout à fait conformes aux schémas classiquement décrits, mais qui apparaissent récemment – il en sera discuté plus loin – moins universels qu’on ne le pensait. Pourtant, le cartulaire de Nîmes révèle aussi des originalités. Les premiers surnoms, ceux utilisés à la fin du Xe siècle et au début du XIe, sont presque exclusivement des sobriquets. Ils sont plus nombreux, dans l’entourage du chapitre notamment, que dans d’autres régions, même languedociennes : ni la chancellerie du chapitre d’Agde, ni celle de Lézat, ni celle de Conques n’usent de sobriquets à cette époque. Aucun exemple n’atteste une transmission de génération à génération, mais elle n’est pas totalement exclue puisque certains de ces surnoms se rencontrent à plusieurs reprises. A partir du milieu du XIe siècle, les noms de lieu et les nomina paterna apparaissent assez rapidement, les premiers plus souvent utilisés pour les grands personnages laïcs ; les seconds sont aussi, suivant les circonstances, utilisés par ces mêmes grands laïcs, mais ils caractérisent plus spécifiquement les proches du chapitre.

  • Les noms les plus fréquemment portés, de plus en plus fréquemment portés, ne sont pas identiques d’une période à l’autre. Certes, il est des noms, de deuxième grandeur, assez stables, tels Stephanus, Giraldus, Bertrannus à travers les deux siècles que couvre le cartulaire. Ceux-là sont portés par le mouvement de concentration, avec une faveur régulière. Les réajustements semblent plus vifs pour les cinq noms de tête : des vagues successives les mettent au premier rang puis les remportent, que l’on peut résumer pour chacun d’entre eux :

    1. Bernard demeure le plus stable, le premier à profiter de la concentration des choix, dès le début du Xe siècle, oscillant entre les trois premières places.

      • 8 Parmi les noms de laïcs, Willelmus n’est attesté qu’une fois entre 901 et 950, une autre fois entre (...)

      Petrus et Guillelmus suivent deux courbes voisines, celle de Petrus précédant d’une génération celle de Guillelmus. Leur succès date du XIe siècle8.

    2. Pons a une histoire plus irrégulière, nettement détaché en tête dans la deuxième moitié du Xe siècle, demeurant très fréquent pendant tout le XIe siècle, subissant une véritable dégringolade au XIIe siècle. Il apparaît comme le complémentaire de Raimond, qui suit la courbe inverse, attesté avec importance à partir du milieu du XIe siècle, égalant presque Pons dans la première moitié du XIIe siècle.

6Au moment de la plus grande concentration des noms – elle marque un palier après 1100, pour reprendre très certainement après la date des dernières chartes conservées dans le cartulaire –, entre 1060 et 1100, Pierre et Pons suffisent à dénommer près de 40 % des "Nîmois", ou plutôt des personnages présents dans le cartulaire. Plusieurs chartes révèlent deux frères portant le nom de Petrus et Pontius, dans cet ordre de primogéniture.

  • 9 La différence est assez nette pour être significative, malgré les petits effectifs de chacun des no (...)

7Les effectifs ne permettent pas d’affirmer avec sécurité l’usage préférentiel de tel ou tel nom pour les laïcs ou pour les clercs. Il semble bien que Pons soit, tout au long de la période, un nom de clerc, notamment au début de sa vogue, dans la deuxième moitié du Xe siècle, et entre 1060 et 1100. Guillaume et Pierre semblent équilibrés ; Bernard un peu plus fréquent chez les laïcs, Raimond plus clairement laïc9.

  • 10 En 978, n° LXXIII, Segemundus et Ema ont trois fils, Galdrannus, Geirardus et Pons ; en 979 (LXXV), (...)
  • 11 charte n° CIV, de 1007.
  • 12 Dans la très haute aristocratie, le cas de Bernard Pelet, époux de la comtesse Garsinde, et seigneu (...)

8Les usages diplomatiques et les formes de propriété des biens ne donnent que très rarement lieu à l’énoncé de groupes familiaux, constitués des parents et de leurs enfants avant les années 1030-1040. Il est donc difficile d’apprécier si ces "nouveaux" noms s’introduisent par les cadets, dont un bon nombre pouvaient être précocement destinés à une carrière ecclésiastique. Les trois exemples antérieurs à l’an mil concernent, il est vrai, deux cadets et un clerc10 Un exemple à peine postérieur à l’an mil montre le renouvellement du corpus anthroponymique : Teudisetus et Ema ont trois fils, Petrus, Pontius et Alcherius ; l’un de ses proches (il n’est pas dit qu’ils sont frères), Amblard et sa femme Guitburga ont deux fils, Taudisetus et Petrus ; un troisième proche, Gumigerius et sa femme Goila ont un fils nommé Raimond11 : la mutation semble être rapide, seul le nom de Teudisetus subsistant d’un éventuel patrimoine onomastique familial ancien à la nouvelle génération. Quand les exemples se font plus nombreux, il n’est pas plus net que les noms issus du patrimoine familial sont plus souvent réservés aux aînés12.

9Les chartes du cartulaire de Nîmes révèlent donc une mutation anthroponymique s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de la fin du Xe au début du XIe, pour que les grands traits du système soient en place, l’usage du nom à deux éléments s’appuyant sur une transformation du choix des noms. L’explication de ces nouveaux choix est fondamentale, puisqu’elle semble ici être le point de départ de toute la transformation.

  • 13 Indépendamment des conditions particulières de mutation des choix, l’index thématique de l’ouvrage (...)

10Avant de rechercher les raisons de ces choix, – qui ont toutes les chances d’être complexes, comme il est normal au moment de la gestation d’un nouveau système de désignation13 – et pour mieux en saisir les originalités, il est bon de replacer ces caractéristiques de l’anthroponymie nîmoise dans celle de la France méridionale et plus précisément dans celle du Languedoc.

  • 14 On se référera notamment au remarquable ouvrage de Michaël Mitterauer, cf. note 5.
  • 15 Cf. J. L. BIGET, "L’évolution des noms de baptême en Languedoc au Moyen Age", Cahiers de Fanjeaux, (...)

11Les grands traits des nouveaux choix ont été analysés par de nombreux historiens14. Deux grands types de noms regroupent les nouveaux choix : noms de princes et noms de grands saints à la vocation universelle, tels que Pierre et Etienne, ou Jean. Principalement par la diffusion de noms princiers, mais aussi par les choix des protecteurs spirituels (et peut-être aussi par les corpus familiaux qui survivent), l’anthroponymie est révélatrice de vastes ensembles culturels. Ainsi la Normandie ou l’Angleterre anglo-normande que caractérise la fréquence de Guillaume et de Richard, comme l’espace germanique où triomphent Hinz (Heinrich) et Kunz (Konrad). Le Languedoc voit se répandre15 cinq noms : Guillaume, Raimond, Pons, Bernard et Pierre.

  • 16 Marie Nigoul a étudié les données anthroponymiques du cartulaire de Lézat dans un mémoire de maîtri (...)
  • 17 Les statistiques sont issues des cartulaires eu chapitre cathédral d’Agde (cf. note 3) et du cartul (...)

12Au début du XIIe siècle, c’est-à-dire en un temps où la concentration des choix est fermement acquise dans la région, de même qu’ils font partie des six noms de tête dans la région de Nîmes et dans le cartulaire de Lézat16, ce sont les cinq noms les plus fréquents autour d’Agde et de Montpellier17. Dans les diverses sources languedociennes, ces cinq noms désignent alors plus de la moitié de la population (plus des 2/3 autour d’Agde).

  • 18 Cf. les développements de B. BARRIERE dans l’ouvrage collectif, sous la direction de L. PEROUAS, (...)
  • 19 G. BEECH, "Les noms de personne poitevins du IXe au XIIe siècle", Revue Internationale d’onomastiqu (...)
  • 20 B. CURSENTE, "Etude sur l’évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre mé (...)
  • 21 L’obituaire de Moissac introduit des données assez discordantes. Bien que Moissac soit situé entre (...)
  • 22 cf. C. LAURANSON-ROSAZ, L’Auvergne et ses marges du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, p. 173.
  • 23 Les informations manquent pour la Provence. Bien évidemment, dans cette période de rapide mutation, (...)
  • 24 Cf. Noël COULET, "Les saints locaux dans l’onomastique provençale", Mémoires de l’Académie de Vaucl (...)

13En revanche, en Limousin18 comme en Poitou19, même si Pierre et Bernard, ou Guillaume et Pierre prennent les premières places comme en Languedoc, Geraldus, Aimericus et Gaufredus se glissent dans le groupe dominant, à la place de Raimond et Pons. Avec la Gascogne20, la différence est plus faible, au même moment ; si Guillaume, Raimond, Bernard et Pierre y constituent bien le groupe des noms les plus fréquents, Pons n’y paraît pas, remplacé par les noms "traditionnels" gascons, Forto, Oddo, Garsia et Arnaud21. En Auvergne22, en revanche, les choix sont nettement autres : deux des noms "languedociens" se trouvent en tête, dans l’ensemble du XIe siècle, Guillaume (n° 1) et Pons (n° 3) ; Etienne (à égalité avec Guillaume), suivi de Bertrand et Hugues aux premières places, donnent à l’Auvergne sa marque propre. Les données manquent malheureusement pour la Provence23, mais Pons y appartient aux noms les plus fréquents à la même époque24.

  • 25 Seul le Limousin l’installe à une place moins éminente aux XIe et XIIe siècles, au mieux 5ème ou 6è (...)
  • 26 Certains noms comme Geraldus ou Bertrandus sont également très largement répandus ; parfois parmi l (...)

14Les cinq noms dont l’association marque l’anthroponymie languedocienne ont donc dans l’ensemble du Sud de la France, à l’Ouest du Rhône, des géographies différentes. Aux environs de 1100, un seul est d’un emploi universel, Guillaume25. Bernard y est également répandu dans un vaste espace26. Pierre a une aire plus restreinte, assez spécifiquement languedocienne. Pons est commun avec l’Auvergne et la Provence, pas avec le Midi aquitain. Il serait important de vérifier si Raimond, qui n’est guère porté en Auvergne, franchit le Rhône.

15Si ce "quintette", Guillaume, Bernard, Pierre, Pons et Raimond constitue la marque commune de l’anthroponymie languedocienne aux environs de 1100, la situation anthroponymique est loin d’être identique dans l’ensemble de la région : les nuances y sont sensibles.

16Au seuil du XIIe siècle, l’hétérogénéité tient d’abord au poids de ce groupe de tête, sensiblement plus fort dans la partie méditerranéenne que dans le Languedoc aquitain, même si la différence de concentration sépare nettement la France méridionale du reste du pays. Cependant, il n’y a pas de graduation, ordonnée d’Est en Ouest, du poids des noms dominants. La basse vallée de l’Hérault l’emporte sur la région nîmoise, elle-même plus "concentrée" que les données anthroponymiques du cartulaire de Lézat.

17L’hétérogénéité régionale tient également à la répartition des fréquences à l’intérieur du groupe des noms dominants. Ici encore s’opposent deux Languedocs, l’un méditerranéen et l’autre aquitain. Le second est caractérisé par une relative égalité des noms dominants : cinq noms échelonnés entre 14 et 10 % des occurrences à Lézat, tandis qu’à Nîmes, le premier, Pierre, regroupe 20 % des occurrences et le cinquième moins de 7 %. Entre Nîmes et Lézat, à Maguelonne ou à Agde, la situation est intermédiaire.

18Enfin, la fréquence et l’ordre des noms dominants ne sont pas identiques. Sans doute les différences ne sont-elles pas partout significatives, les échantillons pas toujours suffisants pour en décider. Néanmoins quelques physionomies anthroponymiques se dégagent.

  • 27 Les effectifs issus du cartulaire de Maguelone sont peu nombreux au XIe siècle et ont conduit A. Da (...)

19Dans la géographie des fréquences, l’homogénéité des résultats est patente pour l’ensemble du Bas-Languedoc méditerranéen. Les études statistiques ne permettent de retenir qu’une différence significative entre les données du cartulaire de Nîmes et celles d’Agde27 pour le dernier tiers du XIe siècle : la fréquence de Guillaume, beaucoup plus nette à Agde.

20En revanche la comparaison entre les données nîmoises et celles de Lézat, considérées dans une première approche comme caractéristiques les unes de la partie méditerranéenne, les autres de la partie aquitaine, confirme les nuances qu’a montrées l’observation de la concentration des noms. Entre les cartulaires de Nîmes et de Lézat :

  • les différences sont toujours significatives, surtout jusque vers 1060, en ce qui concerne Raimond et Pons, le premier caractéristique de l’Ouest, le second de l’Est.

  • elles sont significatives en ce qui concerne Bernard au milieu du XIe siècle, le nom étant sensiblement plus fréquent à Nîmes qu’à Lézat. Mais au même moment, il est très fortement porté en Rouergue et sa géographie n’oppose donc pas simplement Aquitaine et Méditerranée.

  • elles le sont également pour Pierre, beaucoup plus fréquent à Nîmes.

  • elles ne le sont jamais en ce qui concerne Guillaume et confirment le caractère universel de ce nom.

21Par delà l’homogénéité anthroponymique, le Languedoc est donc partagé en plusieurs zones, prolongeant les choix de régions voisines : Pons et Pierre à l’Est (Languedoc méditerranéen) et Raimond à l’Ouest (Languedoc aquitain). Entre les deux, la présence de Guillaume, encore plus forte autour d’Agde qu’elle ne l’est de part et d’autre.

  • 28 Cf. note 15.

22Les résultats sont très proches, mais pas tout à fait identiques si la comparaison concerne non plus le seul cartulaire de Lézat, mais toutes les données récoltées par J.L. Biget28 dans les documents publiés par l’Histoire Générale de Languedoc. Celles-ci incluent évidemment les chartes nîmoises et donc atténuent les éventuelles nuances régionales entre l’Est et l’Ouest de la région, mais elles concernent une sélection sociale plus haute et plus proche des pouvoirs comtaux et vicomtaux. Pons et Pierre demeurent significativement plus fréquents à Nîmes (et dans la partie méditerranéenne du Languedoc), tandis que la fréquence de Raimond est plus basse dans la zone méditerranéenne, plus basse dans le seul cartulaire de Lézat que dans les documents de l’Histoire Générale de Languedoc. C’est donc sans doute dans les élites sociales du Languedoc aquitain que l’usage du nom de Raimond s’est d’abord répandu.

23Quant à Guillaume, significativement moins fréquent à Nîmes que dans l’ensemble des documents de l’Histoire Générale de Languedoc (sauf pendant le troisième tiers du XIe siècle), il révèle, à l’intérieur de cette homogénéité languedocienne, des nuances inattendues pour un nom par ailleurs si universellement choisi, notamment sa fréquence au centre du Bas-Languedoc entre Agde et Montpellier. A Nîmes, sa croissance est retardée d’une génération.

24Passées les premières années du XIIe siècle, les différences s’atténuent. A la fin du XIIe siècle, les données manquent à Nîmes, mais de Maguelonne à Auch, Guillaume et Pierre dominent l’anthroponymie, de manière d’autant plus écrasante que la concentration des noms est plus forte. Raimond et Bernard suivent, toujours très proches, Arnaud s’intercalant en quatrième position à Lézat comme à Auch. A dire vrai, en Touraine aussi, Guillaume et Pierre sont, au même moment, les deux noms les plus fréquents, mais les suivants ne sont ni Raimond ni Bernard, ni aucun des dix noms les plus fréquents en Languedoc. L’anthroponymie languedocienne s’est donc uniformisée, la différence entre la partie méditerranéenne et la partie aquitaine fortement atténuée.

  • 29 Ainsi en Touraine, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, Pierre est sensiblement plus fréquent qu (...)

25Dans son ensemble, l’Europe méridionale se caractérise par la précocité de la diffusion des noms de saints ; parmi ces noms, Pierre occupe la première place dans la France du Midi et de l’Ouest, suivi d’Etienne, Jean y étant, dans cette première phase, moins fréquent29. Le cartulaire de Nîmes participe complètement de cette évolution.

  • 30 Comme Jean, Pierre est un peu plus souvent porté par les clercs que par les laïcs dans les chartes (...)
  • 31 Paul OURLLAC, "Milieu monastique et milieu aristocratique d’après le cartulaire de Lézat aux IXe et (...)
  • 32 Ahnen und Heilige, cf. note 5.
  • 33 On pourrait penser également à une influence clunisienne ; toutefois, la fréquence de Pierre ne sem (...)

26Quel sens donner à cette diffusion du nom de Pierre ? Si ce nom semble parfois avoir valeur programmatique pour un futur clerc au Xe siècle30, c’est à partir des années 1060 qu’il s’impose, pour les laïcs aussi bien que pour les clercs en Languedoc. On y a vu la marque de l’influence romaine et des idées réformatrices31, en remarquant sa fréquence particulière dans la moyenne et petite aristocratie. Mais Michaël Mitterauer insiste sur la puissance rédemptrice du saint, qui ouvre les portes du paradis32. Dans les deux cas, on conçoit aisément l’ampleur de sa diffusion33. En revanche, Petrus ne semble guère s’être mué, au cours du XIe siècle en un nom traditionnellement attaché à telle ou telle famille aristocratique, à partir d’un éponyme ayant reçu par mutation ce nom de Petrus, le premier de la famille. Il est d’un usage universel et commun.

27Plus complexe encore, le cas de Guillaume où se confondent l’image du prince, celle du héros chevalier et celle du saint. Il n’est pas évident que les diverses images se recouvrent de la même manière lorsque le choix est normand et lorsqu’il est poitevin ou languedocien. Même à l’intérieur du Bas-Languedoc, il est probable que l’image héroïque ou princière est relayée différemment par d’autres ressorts de dénomination. Outre que Guillaume est le nom spécifique des ducs d’Aquitaine, il ne manque pas d’autres Guillaume dans le paysage méridional pour parfaire l’image du nom et constituer une référence anthroponymique : Guillaume le Pieux, fondateur de Cluny, qui renvoie aux ducs d’Aquitaine, mais aussi Guillaume le Grand, comte de Provence et vainqueur des Musulmans et son quasi-contemporain le comte de Toulouse Guillaume Taillefer.

  • 34 Cf. Claudie DUHAMEL-AMADO, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les (...)
  • 35 On notera cependant que le cartulaire de Maguelone n’enregistre aucune fréquence supérieure du nom (...)

28C’est au milieu du XIe siècle que le nom perce à Nîmes, mais à la fin du XIe siècle, comme au début du XIIe siècle, il n’a encore que la moitié de la fréquence de Pierre, et il est moins porté que Bernard. Comparée à l’évolution de la fréquence établie pour l’ensemble du Languedoc par Jean Louis Biget, Nîmes n’est pas précoce. Retard constaté par rapport à la diffusion dans la région d’Agde et Béziers, où les pourcentages atteints sont, là, toujours supérieurs. La présence de l’abbaye de Gellone, le poids des familles guillelmides dans l’arrière-pays héraultais, leur progression en direction du littoral34 révèlent comment un choix universel se renforce localement. Il en va de même autour de Montpellier dont la famille seigneuriale – au brillant développement à partir de la seconde moitié du XIe siècle – affiche un attachement particulier à ce nom, porté, comme chez les ducs d’Aquitaine, par chaque fils aîné et même par certaines filles35.

  • 36 Le succès de Bernard est plus dominant encore, à l’autre extrémité du Languedoc, en Rouergue : du d (...)

29La lecture du succès de Bernard est tout aussi ambiguë. Bernard est le nom de Bernard de Septimanie, fils de Guillaume de Gellone et neveu de Louis le Pieux ; mais c’est un nom porté chez les Raimondins. A la fin du IXe siècle, les clans adverses étaient tous dirigés par un Bernard : le Guillelmide, Bernard Plantevelue, son adversaire toulousain, malheureux, dit Bernard le Veau et le vainqueur de Bernard Plantevelue, Bernard le Poitevin ! Est -il simple de décoder à quel réseau renvoie le port du nom de Bernard ? Ajoutons-y que le nom fut porté également par plusieurs vicomtes de Nîmes et plusieurs évêques, dont Bernard II, qui appartient à la famille d’Anduze. Il y a donc bien des raisons nîmoises36 d’accorder à un nom, très présent en Languedoc, quelques fréquences supplémentaires.

30Le couple de noms Raimond / Pons présente aussi beaucoup d’intérêt. Les deux noms évoquent prioritairement la famille de Toulouse : ils remplacent celui, primitif, de Frédelon qui disparaît chez les comtes de Toulouse. Les comparaisons de sources ont montré à quel point, au XIe siècle, l’Ouest du Languedoc préfère Raimond et l’Est Pons. Jusqu’à une réduction, rapide, dans les toutes premières années du XIIe siècle, de la faveur dont jouit Pons. Ne serait-ce pas le charisme de Raimond de Saint-Gilles qui aurait déplacé les équilibres anthroponymiques ? Dès lors, certaines familles, comme celle de Montlaur-Castries ont enregistré ce doublet et partagé, au XIIe siècle, leurs deux branches par l’anthroponymie : l’une et l’autre comportent de nombreux Pierre et Guillaume, mais les Montlaur désignent leur aîné comme Pons et les Castries comme Raimond.

  • 37 Histoire générale de Languedoc, t. IV, col 173-179.
  • 38 Cf. Martin DE FRAMOND, La succession des comtes de Toulouse autour de l’an mil (940-1030) : reconsi (...)
  • 39 sign. Raymundi ducis Aquitanorum, cui aliud nutu Dei nomen est Pontii, H.G. L. IV, col. 173. J.P. P (...)
  • 40 Michael Mitterauer, cf. note 5, p. 264 ; mêmes attributions au nom de Jourdain.

31Le dossier est, encore une fois, ambigu. L’occasion, d’abord, de constater que patronage des églises et fréquence anthroponymique ne vont pas de pair : deux églises seulement sont dédiées à Pons : l’abbaye Saint Pons de Thomières fondée par Raimon-Pons de Toulouse en 93637 et celle de Saint Pons de Mauchiens, sur la rive Est de l’Hérault, attestée à la fin du Xe siècle. Le dossier généalogique des Raimondins est loin d’être clair : plusieurs solutions sont proposées pour les filiations du Xe siècle, qui compliquent singulièrement le schéma simple jadis établi par l’Histoire Générale de Languedoc38. Il aurait tendance à faire apparaître que les cadets seuls s’appellent Pons, et il n’est pas exclu que jusque vers 1030, le détenteur du titre comtal de Toulouse portât systématiquement le nom de Raimond. J.P. Poly a attiré l’attention sur le nom de Pons, reprenant le texte de fondation de l’abbaye de Chanteuge où en 936, il appose son signum "Raimon duc des Aquitains, à qui par la volonté de Dieu est aussi un autre nom, Pons"39. Il a également montré comment l’emploi par Raimon-Pons du nom de Pons est attaché à la prétention au duché d’Aquitaine ; que le nom de Pons est fortement implanté dans l’aristocratie rhodanienne, dans certaines branches des Orange ; enfin que la revendication du nom de Pons pouvait être une décision par laquelle Raimon de Toulouse cherchait à se concilier la faveur des alleutiers empreints de romanité de l’Est languedocien. Il est bien probable que ce nom qui va devenir l’"autre nom" des comtes de Toulouse est acquis de la branche provençale des Guillelmides (Orange). Mais Pons "par la volonté de Dieu" ? Et la création de Saint Pons de Thomières ? Faut-il rapprocher de ces mentions le caractère nettement ecclésiastique, dans le cartulaire de Nîmes, du nom de Pons que l’on ne voit pourtant pas spécifiquement porté par les cadets ? Ne devrait-on pas rattacher cette mention à quelque victoire dudit Raimon ? Sur les Hongrois, comme le suggérerait une lettre des évêques de la province au pape Jean X, non datée, mentionnée par Catel ? Sur quelque raid musulman (de Provence), justifiant le nom de Pons, évêque de Cimiez ? Est-ce à ces événements, consolidant la légitimité toulousaine en Bas-Languedoc, l’ancrant dans la zone rhodanienne du royaume de Bourgogne, qu’il faut rattacher ces cohortes de Pons, spécialement abondantes d’Agde à Nîmes ? A quelles autres légitimités renverraient celles d’outre-Rhône ? Deux fidélités pour un même nom ? Un nom qui par ailleurs exorcise des démons40.

32L’intégration de l’anthroponymie nîmoise au vaste ensemble languedocien, souligne la communauté culturelle et l’ampleur des réseaux de pouvoir dans le Midi de la France. L’homogénéité anthroponymique de la région tranche avec l’image qui est traditionnellement donnée d’un pays morcelé. Elle ne cesse de s’accroître et souligne que, par-delà les particularismes, le XIIe siècle voit se conforter des références communes au monde méridional, et spécialement à l’ensemble languedocien. Mais les nuances de l’anthroponymie nîmoise au sein de cet ensemble montrent aussi les composantes locales, vivifiant les préférences générales, orientant les choix anthroponymiques.

33Ces choix combinent à l’évidence plusieurs logiques, dont celle du patrimoine anthronymique familial. Mais il est susceptible de mutations et beaucoup se produisent entre 975 et 1075. Elles renvoient à une histoire des structures familiales qui, au-delà de la survivance et de la stabilité des familles aristocratiques, manifeste aussi des ruptures.

34Ruptures au profit de noms renvoyant à des réseaux de pouvoir. Nulle part en France, à l’exception de la Normandie, la concentration des noms sur ceux des grands princes ne paraît atteindre un tel degré. Eliminons Petrus qui peut précisément mettre hors jeu les réseaux de fidélité des ducs et comtes : les Guillaume, Raimond, Pons et autres Bernard ne sont-ils pas là pour évoquer une exceptionnelle consistance des liens sociaux ? Mais les réseaux auxquels ils réfèrent sont-ils toujours clairs ? A l’exception de Raimond, nettement lié au comté de Toulouse, les autres noms les plus fréquents restent d’une lecture politique incertaine.

35Dans ces lignages princiers, comment expliquer le succès de l’un et la modestie ou l’abandon des autres ? L’image des divers princes n’est pas d’un égal poids. Les charismes individuels doivent relayer la force globale des lignages. Tout particulièrement celui du héros, qui allie la légitimité familiale, la valeur militaire, l’engagement contre les ennemis du Christ. Pons, Géraud, Guillaume et plus tard Raimond participent, semble-t-il, de ce modèle. S’il s’impose surtout lors des mouvements de paix de Dieu, dans l’anthroponymie du XIe siècle, on en sent les signes dès la deuxième moitié du Xe. De la même manière que la diffusion de Robert, nom capétien s’il en est, précède l’installation officielle du pouvoir capétien, à Bourges par exemple, la concentration des noms sur quelques modèles "chevaleresques" peut révéler quelques évolutions culturelles précoces, à moins qu’elle ne se contente de leur ouvrir la voie.

  • 41 cf. par exemple les généalogies dans P. Clavel, Nîmes de la Réforme au 18e siècle, Nîmes, éd. Lacou (...)

36En tous cas, c’était sans doute un enjeu à Nîmes de s’appeler Pons ou Pierre, enjeu qui préfigurait les temps où, aux temps de la Réforme et de la Contre-Réforme, le choix d’introduire Isaac ou Abraham dans un lignage serait fort de signification41.

ANNEXES

Cartulaire du Chapître Cathédral de Nîmes

Cartulaire du Chapître Cathédral de Nîmes

Notes

1 Archives départementales du Gard, G 133, éd. E. GERMER-DURAND, Nîmes, 1874.

2 Nous avons très largement profité de nombreux mémoires de maîtrise, cités en note, faits par des étudiants de Tours et d’autres universités. Qu’ils en soient remerciés. Notre gratitude va aussi à Pascal Chareille qui a bien voulu contrôler les données quantitatives et vérifier pour nous le caractère significatif de certaines différences.

3 Dans le cartulaire du chapitre d’Agde, cette proportion est aux environs du tiers de l’ensemble des surnoms pendant tout le XIIe siècle, cf. M. BOURIN, Les formes anthroponymiques et leur évolution d’après les données du cartulaire du chapitre d’Agde (Xe siècle -1250), in Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Publications de l’Université de Tours, Tours, 1989, p. 179-217.

4 Les documents donnent l’impression qu’il est même sans cesse enrichi et renouvelé, mais sans doute est-elle due au caractère toujours partiel de la connaissance complète du corpus onomastique.

5 Voir sur ce point, Michaël MITTERAUER, Ahnen und Heilige, Beck Verlag, Munich, 1993.

6 K. F. WERNER, "Liens de parenté et noms de personne : un problème historique et méthodologique", in Famille et parenté dans l’Occident médiéval, Actes du colloque de l’Ecole Française de Rome, Paris-Rome, 1977, p. 13-40.

7 C. KLAPISCH, La maison et le nom. Stratégies et rituels dans l’Italie de la Renaissance, Nancy, 1990. Et Jack GOODY, The development of the family and marriage in Europe, Cambridge 1983 ; trad. française, L’évolution de la famille et du mariage en Europe, Paris, A. Colin, 1983.

8 Parmi les noms de laïcs, Willelmus n’est attesté qu’une fois entre 901 et 950, une autre fois entre 951 et 1000. Petrus ne l’est pas.

9 La différence est assez nette pour être significative, malgré les petits effectifs de chacun des noms, entre 1060 et 1100.

10 En 978, n° LXXIII, Segemundus et Ema ont trois fils, Galdrannus, Geirardus et Pons ; en 979 (LXXV), Arnulfus a deux fils, Odo et Pontius ; en 1000 (XCVI), Richilda a un fils clerc, nommé Pontius.

11 charte n° CIV, de 1007.

12 Dans la très haute aristocratie, le cas de Bernard Pelet, époux de la comtesse Garsinde, et seigneur d’Anduze, est trop haut pour être utilisé ; il révèle la priorité donnée aux fonctions ecclésiastiques ; tous les noms renvoient à la même souche toulousaine ; les deux premiers fils, du moins énoncés comme tels dans la charte, Fredol et Giraldus sont respectivement évêques du Puy et de Nîmes, les suivants portant les noms d’Almerad, Raimundus et Bermundus. Fredol est, pour l’aîné semble-t-il, la reprise du nom de l’ancêtre, valeureux défenseur des comtes de Toulouse, au château d’Anduze, dont les Miracles de Sainte Foi rapportent les exploits, un siècle plus tard, c’est-à-dire au moment où vit Bernard Pelet (Miracles de Sainte Foi, éd. A. Bouillet, Paris 1897 ; cité par J.P. POLY, "L’autre nom du comte Raimon”, in La Catalogne et la France méridionale autour de l’an mil, Barcelone, 1991, p. 73.

13 Indépendamment des conditions particulières de mutation des choix, l’index thématique de l’ouvrage de Michaël Mitterauer, Ahnen und Heilige (cf. note 5) recense une centaine de modèles de désignation, ou suivant l’expression utilisée par les historiens de langue germanique de "Nachbenennung".

14 On se référera notamment au remarquable ouvrage de Michaël Mitterauer, cf. note 5.

15 Cf. J. L. BIGET, "L’évolution des noms de baptême en Languedoc au Moyen Age", Cahiers de Fanjeaux, 17, 1982, p. 297-341.

16 Marie Nigoul a étudié les données anthroponymiques du cartulaire de Lézat dans un mémoire de maîtrise soutenu, sous la direction de Pierre Bonnassie à l’Université de Toulouse en 1989-90.

17 Les statistiques sont issues des cartulaires eu chapitre cathédral d’Agde (cf. note 3) et du cartulaire de Maguelonne, suivant l’étude conduite par Anne DALENNE, sous la direction de P.A. Sigal, dans un mémoire de maîtrise soutenu à l’Université de Montpellier en 1987-88, "L’anthroponymie languedocienne du XIe au XIIIe siècle, d’après le cartulaire de Maguelonne".

18 Cf. les développements de B. BARRIERE dans l’ouvrage collectif, sous la direction de L. PEROUAS, Léonard, Marie, Jean et les autres, éd. du CNRS, Paris, 1984.

19 G. BEECH, "Les noms de personne poitevins du IXe au XIIe siècle", Revue Internationale d’onomastique, 1974, p. 26.

20 B. CURSENTE, "Etude sur l’évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre métropolitain de Sainte Marie d’Auch (XIe-XIIIe siècles)", in Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, 1989, p. 143-178.

21 L’obituaire de Moissac introduit des données assez discordantes. Bien que Moissac soit situé entre Toulouse et Auch et que les noms cités dans cet obituaire du XIIe siècle soient essentiellement ceux de personnages vivant au siècle précédent, la fréquence d’Etienne (n° 2, plus de 4 % des occurrences) et celle de Géraud (3,75 %) sont surprenantes. Pierre, Guillaume, Arnaud, Hugues, Raimond viennent ensuite (M. Th . MORLET, "Etudes d’anthroponymie occitane. Les noms de l’obituaire de Moissac”, Revue internationale d’onomastique, 1957, p. 269-282 ; 1958, p. 31-51, 193-207, 249-284 ; 1959, p. 56-67). Si l’on retrouve bien les noms méridionaux classiques, languedociens (les noms "gascons" n’y figurent pas), il est possible que le milieu monastique explique la présence "anormalement" élevée de Geraldus et Stefanus (cf. J.L. Biget, cf. note 7, p. 311). Que Raimond y soit deux fois plus abondant que Pons caractérise bien le Languedoc occidental.

22 cf. C. LAURANSON-ROSAZ, L’Auvergne et ses marges du VIIIe au XIe siècle, Le Puy, 1987, p. 173.

23 Les informations manquent pour la Provence. Bien évidemment, dans cette période de rapide mutation, on ne peut utiliser les statistiques de A. BERGH, Etudes d’anthroponymie provençale. Les noms de personne du Polyptique de Wadalde, Göteborg, 1941.

24 Cf. Noël COULET, "Les saints locaux dans l’onomastique provençale", Mémoires de l’Académie de Vaucluse, 7ème série, VI, 1985, p. 167-178, précisément p. 169.

25 Seul le Limousin l’installe à une place moins éminente aux XIe et XIIe siècles, au mieux 5ème ou 6ème (cf. note 18, p. 37).

26 Certains noms comme Geraldus ou Bertrandus sont également très largement répandus ; parfois parmi les cinq ou six prénoms les plus fréquents – ceux qui sont retenus ici – parfois immédiatement au-dessous, ce qui les empêche d’apparaître dans ce palmarès régional.

27 Les effectifs issus du cartulaire de Maguelone sont peu nombreux au XIe siècle et ont conduit A. Dalenne à établir ses calculs sur l’ensemble du siècle. Les progrès de la concentration sont tels en Bas-Languedoc méditerranéen dans la deuxième moitié du XIe siècle, qu’on ne peut étayer solidement une comparaison avec les données de Maguelone.

28 Cf. note 15.

29 Ainsi en Touraine, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, Pierre est sensiblement plus fréquent que Jean, tandis qu’au Nord de la Loire, en Vendômois, Pierre est beaucoup plus rare que Jean qui occupe le sixième rang. En Bourgogne à la même époque, les deux noms sont à peu près à égalité, mais en Lorraine, Jean est le premier des noms "religieux”, à la 7ème place, c’est-à-dire dans une position comparable à celle du Vendômois. Cf. M. C. FIEVE, M. BOURIN et P. CHAREILLE "La désignation des clercs et des laïcs en Touraine : le cartulaire de Noyers. Etude d’anthroponymie comparative", in Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. II, vol. II, Tours, 1992, p. 55-86 ; D. BARTHELEMY, "Le système anthroponymique en Vendômois (Xe siècle – milieu XIIIe siècle), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, Tours, 1989, p. 35-60 ; P. BECK, "Evolution des formes anthroponymiques en Bourgogne (900-1280), ib. p. 61-86 ; E. GAGNEPAIN, Etude anthroponymique en Lorraine d’après le cartulaire de l’abbaye de Saint Mihiel et le registre des actes des évêques de Tout, . mémoire de maîtrise soutenu à l’Université de Tours, 1991-92. D’après le cartulaire de Nîmes, cette situation est vérifiée à partir du XIe siècle. On constate auparavant des distributions différentes entre Jean et Pierre, le premier étant présent à Nîmes, le second à Agde. L’unification des choix se fait, semble-t-il, après l’an mil.

30 Comme Jean, Pierre est un peu plus souvent porté par les clercs que par les laïcs dans les chartes du cartulaire du chapitre d’Agde au Xe siècle, mais cette caractéristique n’est pas confirmée par les données plus nombreuses du cartulaire du chapitre de Nîmes, d’où il est absent au Xe siècle et où il ne semble pas spécifiquement ecclésiastique par la suite, pas plus que dans le reste du Languedoc, d’ailleurs.

31 Paul OURLLAC, "Milieu monastique et milieu aristocratique d’après le cartulaire de Lézat aux IXe et Xe siècles", Structures monastiques et sociétés en France du Moyen Age à l’époque moderne, Paris-Genève, 1982. Et E. MAGNOU-NORTIER, La société laïque et l’Eglise dans la province ecclésiastique de Narbonne de la fin du VIIIe à la fin du XIe siècle, Toulouse 1974, chap. VI.

32 Ahnen und Heilige, cf. note 5.

33 On pourrait penser également à une influence clunisienne ; toutefois, la fréquence de Pierre ne semble pas spécialement grande aux abords des établissements liés à Cluny.

34 Cf. Claudie DUHAMEL-AMADO, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et Agde (900-1170), Thèse soutenue devant l’Université de Paris IV, 1995.

35 On notera cependant que le cartulaire de Maguelone n’enregistre aucune fréquence supérieure du nom de Guilllaume à la fin du XIIe siècle, en comparaison du proche cartulaire du chapitre d’Agde ou même de celui de Lezat. Le cartulaire de Maguelonne enregistre aussi de curieuses fluctuations des fréquences de Raimond, alors que le nom est attaché aux comtes de Barcelone dont les Guilhem sont vassaux.

36 Le succès de Bernard est plus dominant encore, à l’autre extrémité du Languedoc, en Rouergue : du début du Xe siècle jusqu’au début du XIIe Bernard est sans cesse le prénom le plus fréquent dans le cartulaire de Conques (cf. Valérie DEMONTJEAN ; Etude anthroponymique comparée entre le cartulaire de l’abbaye de Sainte Foy de Conques et le Livre de Miracles, mémoire de maîtrise, Université de Tours, 1992.

37 Histoire générale de Languedoc, t. IV, col 173-179.

38 Cf. Martin DE FRAMOND, La succession des comtes de Toulouse autour de l’an mil (940-1030) : reconsidérations. Annales du Midi, 105,204, Les généalogies méridionales, 461-488.

39 sign. Raymundi ducis Aquitanorum, cui aliud nutu Dei nomen est Pontii, H.G. L. IV, col. 173. J.P. Poly, cf. note 12.

40 Michael Mitterauer, cf. note 5, p. 264 ; mêmes attributions au nom de Jourdain.

41 cf. par exemple les généalogies dans P. Clavel, Nîmes de la Réforme au 18e siècle, Nîmes, éd. Lacour, 1987.

Table des illustrations

Titre Cartulaire du Chapître Cathédral de Nîmes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19108/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/19108/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search