Version classiqueVersion mobile

Foi, Fidélité, Amitié en Europe à la période moderne

 | 
Brigitte Maillard

Du Languedoc à la Touraine

La bibliothèque d’un héritier (Paris 1567)

Pierre Aquilon

Texte intégral

1On ne connaîtra jamais le mal qui a emporté au printemps 1567, Jean Briçonnet, sieur de Presles, "advocat en la cour de Parlement", célibataire encore domicilié dans l’hôtel familial de la rue des Bourdonnais et propriétaire d’une bibliothèque qu’une plus longue carrière aurait sans doute permis d’accroître, mais dont l’inventaire est révélateur des goûts d’un homme encore jeune – autour de la trentaine sans doute – et qui n’avait pas pour seul horizon les humanités classiques et les Casus longi.

  • 1 Cf. B. CHEVALIER, Tours, ville royale, 1356-1520, Paris, Louvain, 1975, passim et particul (...)
  • 2 E. CAMPARDON et A. TUETEY, Inventaire des registres des insinuations du Châtelet de Paris  (...)

2Arrière-petit-fils du cardinal Guillaume (  ߙ 1514), il appartient à la lignée des "Pierre" ; son grand-père auquel un office de notaire et secrétaire du roi avait mis le pied à l’étrier des charges de finances1, son père, écuyer, seigneur de Cormes ( ߙ entre 1549 et 1551)2 jadis trésorier du duché de Milan et échanson de la reine de Navarre, son frère aîné, portaient en effet ce prénom qui sera aussi celui de son neveu, Grand maître des Eaux et forêts vers la fin du siècle.

  • 3 En 1572 elle agit comme procuratrice de son fils aîné, cf. Bibliothèque Nationale, Ms PO 5 (...)
  • 4 Archives Nationales, Minutier Central, Etude LXXXVII, 65.

3Du côté maternel, son aïeul, Jean Hesselin ( ߙ avant 1549) qui avait tenu le greffe de la ville de Paris, aurait été le fils d’un officier de Louis XI. C’est à l’instance de sa mère, Marguerite – elle lui survivra plusieurs années3 – comme tutrice de François, frère puîné de Jean et devenu plus tard "capitaine en Piémont", qu’est dressé le 2 mai 1567 par les notaires René Barrière et Lambert Chartain l’inventaire des "biens meubles, habillemens, livres, filtres et enseignemens" ayant appartenu au défunt, en présence d’Alexis Le Gauldier, son serviteur et de Nicole Corboran "servante de lad. dame"4. Les documents généalogiques lui donnent un troisième frère, René, et quatre sœurs, Marie, Anne, Françoise et Magdeleine, toutes religieuses.

  • 5 Ibid., passim : "ung bauldrier de velours rouge... une pistolle et ung pistollet... une ch (...)
  • 6 Archives Nationales, Minutier Central, Etude LXXXVI, 67.

4Au-delà des objets ordinaires – vêtements et coffres – l’inventaire révèle le goût de Briçonnet pour les armes peut-être5, à coup sûr pour la musique : il possédait en effet "ung estuy garny de quatre flustes, tant grandes que petites, façon d’Almaigne", ainsi que "deux lucz, une quiterne garnyz de leurs estuis et un cistre". Quant aux rentes dont les titres font état, elles ne dépassent pas 150l.t. par an6.

  • 7 On a conservé l’exemplaire de dédicace du Quincuplex Psalterium (Paris, 1509) de Lefèvre d (...)
  • 8 B.N., Ms, P.O. 314 (312) : copie (30 XII 1536) de l’inventaire après décès de Nicole Briço (...)

5Bien qu’aucun inventaire ne nous soit parvenu de la bibliothèque du cardinal ni de celles de ses fils les évêques de Saint-Malô (  ߙ 1535) et de Meaux (  ߙ 1534)7, on peut supposer – en parcourant la liste des 29 titres laissés en 1506 par Nicole, contrôleur général des finances et frère des précédents8 – qu’en 1567 le livre était depuis plusieurs générations déjà, un objet familier aux Briçonnet.

  • 9 Il s’agit d’Estienne (III) Petit ( ߙ1508) et de Pierre Le Gendre ( ߙ1525), notaires et sec (...)

6Deux des quatre maris de Charlotte Briçonnet, l’une des tantes de Jean, possédèrent des bibliothèques dont nous avons conservé la trace9, et n’est-ce pas l’une des plus célèbres collections de l’époque qui était entrée dans la famille en 1520 – également "par alliance" et sans que l’on puisse savoir si le jeune avocat fréquenta jamais l’hôtel de la rue Guénégaud où elle était installée – grâce au mariage d’Anne, fille posthume de ce même Nicole, avec Jean Grolier ?

  • 10 Sur Gilles Corrozet (4 janv. 1510 – 4 juil. 1568) on consultera Le Plan de Paris par Trusc (...)

7Les 32 items (62 titres) composant la bibliothèque de Jean furent prisés par Gilles Corrozet10 l’un des libraires du Palais ; par bonheur, l’inventaire qu’il en a établi n’a laissé dans l’obscurité d’une prisée par lots qu’une dizaine de volumes.

  • 11 "La gramaire de Linacre ; le vocabulaire Nebrincense (i. e. Lebrija) in octavo et autres a (...)
  • 12 "Apophthecmata Erasmi in octavo, reliez en parchemyn, prisez cinq s." ; "Claudianus octavo (...)
  • 13 "Les Estatz tenuz a Tours, Orus Apolo & aultres in octavo au nombre de quatre, prisé ensem (...)

8Sans entrer dans le détail, Corrozet a enregistré les vestiges en plus ou moins bon état des livres de classe du défunt : textes élémentaires, grammaires et dictionnaires11, auxquels s’agrègent les humanités et les Anciens soit en latin, soit en français12, bien que "le Feydon de Platon (3 sols t.)" où il faut voir la traduction avec commentaire donnée par Louis Le Roy en 1553, – y étaient jointes celles du Xe livre de la République "en ce qu’il parle de l’immortalité...[et] de deux passages du mesme auteur a ce propos, l’un de Phèdre, l’autre du Gorgias" ainsi que du VIIIe livre de la Cyropédie – et l’édition d’Horapollon prisée plus loin relèvent vraisemblablement d’intérêts plus tardifs13.

  • 14 "Ung cours de droict civil, en six volumes, compris les Institutes, reliez en bazanne jaul (...)
  • 15 Cf. P. AQUILON, "Petites et moyennes bibliothèques, 1530-1560”, Histoire des bibliothèques (...)
  • 16 "Les euvres de Me André Alciat, relié en trois volumes, couvertz en veau noir, prisés ense (...)
  • 17 Le "Lexicon juris civilis, impression de Lyon, relié en veau noir, prisé quinze solz t." p (...)
  • 18 "Les Decisions de Monsieur Le Maistre, prisées 4 s.t."
  • 19 Une édition en latin "Encheridium Imberti octavo, relié en veau, prisé quatre s. t." et un (...)
  • 20 "Institutiones forenses in octavo, Griffius Lyon, reliez en parchemyn, prisez six s. t.” ; (...)

9Le rayon professionnel est conforme, sans excès, au modèle de ce temps : un Corpus juris civilis14 en constitue le noyau de référence auquel Briçonnet n’a pas cru nécessaire – ou n’a pas eu le temps ? – d’adjoindre les Consilia, Decisiones, Lecturæ si nombreux chez la plupart de ses collègues15. Il s’est contenté des œuvres d’Alciat16 – ce qui va dans le sens d’une certaine modernité – de quelques "usuels" dont les fréquentes rééditions disent le succès : un dictionnaire de droit civil17, les Décisions notables de Gilles Le Maistre (  ߙ 1562)18, et surtout les manuels de Jean Imbert, aussi indispensables à la pratique quotidienne des hommes de loi de ce siècle que les différents codes peuvent l’être à ceux d’aujourd’hui : c’est d’abord l’Enchiridion, sorte de dictionnaire alphabétique des principales matières de droit civil et criminel (minor et maior, monetæ usus, mulier...) qu’un répertoire analytique (abbé, ne se peult obliger au moine, clapier, si peut estre erigé contre le voisin) permet d’interroger transversalement19, et ensuite les Institutions forenses, – comme pour l’Enchiridion, il en possède, deux exemplaires, l’un en latin, l’autre en français – où l’auteur "délibéra de traicter tout l’ordre et procedure des jugements de la Gaule coustumiere" de façon que ce qui se trouvait "espars en plusieurs livres et autheurs et autres lieux, et tout confus" soit réuni, et que "toute la Practique, tant des causes civiles que criminelles [soit rédigée] en ung corps”. Le succès fut à la mesure de ses espérances : pendant près d’un siècle (c. 1535-1627) les Institutions forenses firent l’objet d’une trentaine de rééditions en français, une dizaine en latin20.

10Allégées dans les versions françaises de l’un et l’autre manuels les références au Corpus juris civilis, aux coutumes, aux glossateurs anciens et modernes, Alciat et Tiraqueau entre autres, aux ordonnances, ainsi qu’aux auteurs de l’Antiquité classique, par le truchement de Budé, témoignent de la solide culture humaniste et juridique de leur auteur, épigone tardif du cénacle de Fontenay-le-Comte.

  • 21 Gesamtkatalog der Wiegendrucke, IV, n° 4968 recensait onze exemplaires dont deux (Arras et (...)

11Le droit coutumier n’apparaît qu’à travers "la Somme rural, impression d’Abbeville, relié en bois, prisé dix solz t.", que l’on doit identifier à coup sûr comme l’édition illustrée sortie en 1486 des presses de Du Pré et Gérard, et qui pouvait déjà apparaître en 1567 comme une curiosité21, même si le contenu est encore assez actuel pour qu’une douzaine d’éditions aient vu le jour avant la fin du XVIe siècle ; quant à l’activité législative contemporaine elle semble tenir tout entière dans "unes vieilles ordonnances in folio".

  • 22 "La Cronique de Gaguin" – "La Cronique [abrégée des rois de France] de Du Tillet, prisé tr (...)
  • 23 "L’Histoire de Selidan, in folio relié en parchemyn, frippee, prisée seize solz t.” compre (...)
  • 24 Le titre de la traduction française est le suivant : Recueil de diverses histoires touchan (...)

12Seule l’histoire récente, voire contemporaine, a trouvé place dans cette collection qui comprend les Actes des États généraux de Tours (1484), les œuvres de Gaguin, de Jean de Moustier, de Du Tillet (  ߙ 1570)22 et une édition de l’Histoire de Sleidan (  ߙ 1556), que sont format désigne comme un produit de l’officine genevoise de Crespin (1561, 1563 ou 1566), et qui réunit toutes les traductions en français de ses œuvres antérieurement publiées23 ; la petite géographie humaine de Johann Böhm [Boemus], succès de librairie à l’échelle européenne – entre 1535 et la fin du siècle on en dénombre 45 éditions/émissions, en latin, en allemand, en italien, en français, en anglais et même en tchèque24 – vient compléter cet ensemble résolument moderne.

  • 25 "Le grand proprietaire en latin relié en bois, prisé six solz t.” La traduction, par R. LE (...)
  • 26 Alessio Piemontese, représenterait Girolamo Ruscelli ; cf. THORNDIKE, A History of Magic a (...)
  • 27 On connaît quelques éd. incunables anonymes (Gesamtkatalog der Wiegendrucke, n° 6633-6642) (...)
  • 28 L’édition princeps (1558) et la suivante, parue l’année même de la mort de J. Briçonnet, o (...)

13La curiosité "scientifique" de Jean Briçonnet avait juxtaposé le De proprietatibus rerum, composé au milieu du XIIIe siècle par Barthélemy de Glanville, mais dont la librairie parisienne offrait encore au-delà de 1550, la traduction française, un "Cardanus de la subtilité des choses (8 solz t.)"25, et un petit livret de médecine et de recettes populaires d’origine médiévale, "les secretz de Alexis Piedmontois (4 s. t.)" qui prit son essor en Italie vers 1553 et que les traductions rendirent bientôt accessible à l’Europe entière26. Elle n’ignore pas les sciences occultes, présentes dans deux ouvrages dont l’un n’est guère identifiable que par son titre : "Chiromense en latin, relié en parchemyn, prisée trois solz t."27, et l’autre, le traité d’astrologie de Christophe de Cattan, la Geomance, comptait parmi les meilleures ventes du libraire Gilles Gilles28.

14La quasi inexistence du rayon religieux de cette petite "librairie" est frappante : rien d’autre que "l’Instruction de l’evesque de Vallence" petit in octavo prisé 2 sols, dans lequel Jean de Monluc explique aux fidèles "les commandemens de la loy et les saincts sacremens", et "le Bouclier de la foy (2 s. 6 d. t.)" où l’on reconnaît le plus populaire des écrits d’apologétique du victorin Nicole Grenier ( ߙ 1570). Peut-être y avait-il, ailleurs dans la maison, des Heures, et quelques autres titres venus de la bibliothèque paternelle, dont Marguerite Hesselin partageait l’usufruit avec son fils.

  • 29 J. DUMOULIN, Vie et œuvres de Fédéric Morel, Paris, 1901, p. 27-39.
  • 30 J. Paul BARBIER, Ma bibliothèque poétique : Ronsard, Genève, 1990, n° 28.
  • 31 J.-P. BARBIER, op. cit., n° 46.

15Ce qui caractérise la bibliothèque de Jean Briçonnet et la rend attachante se situe du côté de la littérature ; si "l’unziesme livre d’Amadis de Gaulle" appartient aux succès éphémères du roman de chevalerie, la véritable originalité de cette collection apparaît dans les deux items où voisinent les plus grands poètes contemporains : le 26e, qui enregistre "Les euvres de Joachim du Bellay, en trois volumes reliez en parchemyn", représente sans aucun doute – même si elle n’a encore fait l’objet en 1567 d’aucune édition collective – l’essentiel de sa production poétique ; l’estimation, "prisez ensemble douze solz t.", ne permet pas d’en déterminer le format ni de savoir si nous avons affaire aux in octavo publiés partir de 1549 par L’Angelier, Sertenas, Cavellat et Corrozet à où aux in quarto qui leur succéderont dès 1557 chez Fédéric Morel, désormais son imprimeur exclusif29 ; en revanche, le 27e "Les euvres de Ronsard en trois volumes in decimo sexto, reliez en velin doré, prisez ensemble douze solz t.", ne peut représenter que la première édition collective des Œuvres, à cette date seul titre de la bibliographie ronsardienne imprimé sous ce format30 ; or la précision apportée par Corrozet ne peut être mise en doute. Une seule inconnue demeure : l’exemplaire de Briçonnet était-il incomplet ou bien deux des quatre tomes étaient-ils reliés ensemble ? La rareté des témoins parvenus jusqu’à nous rend malgré tout précieuse sa présence certaine entre les mains d’un amateur dont la disparition allait suivre de quelques semaines la sortie de la seconde édition collective, le 4 avril 156731.

16Ainsi, toute modeste qu’elle ait été, tant par ses dimensions que par la nature des titres – nombre d’entre eux représentent les plus gros succès du siècle –, la bibliothèque de ce jeune avocat qui se donnait des allures de gentilhomme et qui aimait la musique, est révélatrice de ses goûts pour les nouveautés historiques et littéraires ; elle s’ouvre à la langue française et tranche sensiblement sur celles que l’on rencontre dans son milieu, où la fidélité au modèle humaniste l’emportera quelques décennies encore sur le goût pour la poésie contemporaine.

Notes

1 Cf. B. CHEVALIER, Tours, ville royale, 1356-1520, Paris, Louvain, 1975, passim et particulièrement p. 480-483.

2 E. CAMPARDON et A. TUETEY, Inventaire des registres des insinuations du Châtelet de Paris ; règnes de François Ier et de Henri II, Paris, 1906, n° 3021, 3886.

3 En 1572 elle agit comme procuratrice de son fils aîné, cf. Bibliothèque Nationale, Ms PO 514 (339).

4 Archives Nationales, Minutier Central, Etude LXXXVII, 65.

5 Ibid., passim : "ung bauldrier de velours rouge... une pistolle et ung pistollet... une chemise de maille... une paire de manches de maille...[des] bottes garnies de leurs espérons... ung carquois garni de douze flesches, ung arc, ung petit canon, une espee garnye de deux fourreaulx, l’ung de cuir, l’autre de velours, avec la ceincture servant a porter lad. espee".

6 Archives Nationales, Minutier Central, Etude LXXXVI, 67.

7 On a conservé l’exemplaire de dédicace du Quincuplex Psalterium (Paris, 1509) de Lefèvre d’Etaples (B.N., Rés. Vélins 911) offert au cardinal Guillaume Briçonnet ; sur l’évêque de Meaux, voir : Chanoine M. VEISSIERE, "Edition et mécénat dans le premier quart du XVIe siècle : le rôle de Guillaume Briçonnet", Revue française d’histoire du livre, 1981 (1), p. 21-46 ; Denis Briçonnet attacha son nom à l’édition de L’instruction des curez pour instruire le simple peuple, Paris, [c. 1515] : cf. B. MOREAU, Inventaire chronologique des éditions parisiennes du XVIe siècle, II, Paris, 1977, n° 1147.

8 B.N., Ms, P.O. 314 (312) : copie (30 XII 1536) de l’inventaire après décès de Nicole Briçonnet, dressé le 1 IX 1506 à l’instance de Charlotte de Poncher, sa veuve, "stipullant pour ung postume dont elle dit estre enceincte". Dans la maison de la "rue de la Voierrerie", a été trouvé "ou comptouer dud. defunct, ayant veue sur la grand cour : une petites aulmoire a trois estaiges servans a mectre livres...– Item, unes Heures en parchemyn et lettre de forme enluminees et historiées, relliees entre deux aiz, ou est la Passion par histoires, garnyes de deux fermouirs d’argent doré ; commenceant au second fueillet après le calendrier dung in monde et finisssant au penultime : societatem, prisées viij livres parisis. Item, vingt huict volumes de livres en parchemyn et papier en lettre d’impression pour la plupart, c’est assavoir : Josephus en deux volumes, Titus Livius et Problemator Alexandri, Theolomeo [=Ptolemæus], Epistole Ciceronis, Opuscula Ciceronis, ung aultre Josephus, Paulus Orosius, Franciscus Pletarca, Valerius en deux volumes, ung volume des Gestes des Romains, La bible en parchemin et petit volume, Leonardus Aretinus, Bocace, la Passion [par] personnages, et autres petits volumes prisés ensemble : Cxij solz parisis."

9 Il s’agit d’Estienne (III) Petit ( ߙ1508) et de Pierre Le Gendre ( ߙ1525), notaires et secrétaires du roi ; cf. P. AQUILON, "Petites et moyennes bibliothèques, 1480-1530”, Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques médiévales : du VIe siècle à 1530, Paris, 1989, p. 285-309 ; A. LAPEYRE et R. SCHEURER, Les notaires et secrétaires du roi sous les règnes de Louis XI, Charles VIII et Louis XII (1461- 1515), Paris, 1978.

10 Sur Gilles Corrozet (4 janv. 1510 – 4 juil. 1568) on consultera Le Plan de Paris par Truschet et Hoyau 1550, dit plan de Bâle. Commentaire de Jean DERENS, Paris, 1986 (Les Cahiers de la Rotonde).

11 "La gramaire de Linacre ; le vocabulaire Nebrincense (i. e. Lebrija) in octavo et autres au nombre de six, prisez ensemble cinq s.t.” ; "Dix volumes de grammaire latine, reliez en veau in quarto, frippez et escriptz [i. e. chargés, dans les marges et les interlignes, de notes de cours manuscrites], prisez ensemble douze s.t."

12 "Apophthecmata Erasmi in octavo, reliez en parchemyn, prisez cinq s." ; "Claudianus octavo relié en parchemyn, prisez deux s." ; "Vallerius Maximus in octavo, prisé trois solz t." ; "Deux volumes d’Ovide et aultres in decimo sexto, jusques au nombre de sept en une liasse, prisés ensemble sept solz t."

13 "Les Estatz tenuz a Tours, Orus Apolo & aultres in octavo au nombre de quatre, prisé ensemble cinq solz t."

14 "Ung cours de droict civil, en six volumes, compris les Institutes, reliez en bazanne jaulne prisez cent solz".

15 Cf. P. AQUILON, "Petites et moyennes bibliothèques, 1530-1560”, Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, 1988, p. 185 et suiv.

16 "Les euvres de Me André Alciat, relié en trois volumes, couvertz en veau noir, prisés ensemble cent solz". Les Opéra omnia furent d’abord imprimées à Bâle, en 1547 ; il pourrait s’agir également de l’édition lyonnaise imprimée par Pierre Fradin (1559-1560), où les Emblèmes illustrés figurent dans le tome 6.

17 Le "Lexicon juris civilis, impression de Lyon, relié en veau noir, prisé quinze solz t." peut avoir pour auteur Lebrija, Kahl (Calvinus) ou Spiegel.

18 "Les Decisions de Monsieur Le Maistre, prisées 4 s.t."

19 Une édition en latin "Encheridium Imberti octavo, relié en veau, prisé quatre s. t." et une autre, peut-être en français : "Encheridium d’Ymbert, prisé quatre s. t.". Le titre complet est le suivant : Enchiridion juris scripti Galliæ moribus et consuetudine frequentiore usitati, itemque abrogati, en français : Brief recueil du droit escrit gardé et observé en France.

20 "Institutiones forenses in octavo, Griffius Lyon, reliez en parchemyn, prisez six s. t.” ; "Les Institutes de ( !) forenses d’Ymbert, prisé trois solz".
L’usage quotidien des Institutiones nous est confirmé par l’ex libris figurant sur l’un des exemplaires de la B.N. (Paris : Gabriel Buon, 1585, 16° [F 36638]) : "Jehan Johannet, procureur en Parlement de la court de Tours" l’avait emporté en 1589 sur les rives de la Loire où les besoins du parlement royaliste conduisirent en 1593 Claude de Monstr’œil et Jean Richer à en partager la réédition avec Sébastien Molin et Matthieu Guillemot. Cf. Répertoire Bibliographique (fasc. XXIII), Baden-Baden, 1976, p. 131, n° 28 ; p. 140, n° 7.

21 Gesamtkatalog der Wiegendrucke, IV, n° 4968 recensait onze exemplaires dont deux (Arras et Chartres) sont aujourd’hui détruits.

22 "La Cronique de Gaguin" – "La Cronique [abrégée des rois de France] de Du Tillet, prisé trois solz" – Les "Estats et maisons de la Chrestienté, prisé trois solz t." [par Jean de Moustier, sr du Fraisse] avaient été imprimés en 1548 par Corrozet. – "Mores gentium, relié én veau, prisé deux solz six deniers".

23 "L’Histoire de Selidan, in folio relié en parchemyn, frippee, prisée seize solz t.” comprend l’Histoire de quatre empires, les Commentaires de l’estat de la religion (y compris l’Apologie et le XXVIe livre) traduits par Robert LE PREVOST et les deux Oraisons dominicales ; cf. J. GILMONT, Bibliographie des éditions de Jean Crespin, Verviers, 1981.

24 Le titre de la traduction française est le suivant : Recueil de diverses histoires touchant les situations de toutes régions & pays contenuz es trois parties du monde, avec les particulières moeurs, loix & ceremonies de toutes nations & peuples y habitans.

25 "Le grand proprietaire en latin relié en bois, prisé six solz t.” La traduction, par R. LE BLANC, du De subtilitate fut publiée pour la première fois en 1556 et plusieurs fois réimprimée.

26 Alessio Piemontese, représenterait Girolamo Ruscelli ; cf. THORNDIKE, A History of Magic and Experimental Science VI, New-York, 1941, p. 215-216.

27 On connaît quelques éd. incunables anonymes (Gesamtkatalog der Wiegendrucke, n° 6633-6642) ; au XVIe siècle c’est l’œuvre d’Andrea CORVO, rédigée en italien puis traduite en latin, en français et en allemand, qui semble avoir rencontré le plus de succès (Index Aureliensis, 145.697-145.707).

28 L’édition princeps (1558) et la suivante, parue l’année même de la mort de J. Briçonnet, ont été publiées conjointement par Jean (probablement le fils de Gilles) CORROZET et Gilles GILLES ; l’exemplaire de l’éd. princeps conservé au C.E.S.R. est au nom de J. Corrozet.

29 J. DUMOULIN, Vie et œuvres de Fédéric Morel, Paris, 1901, p. 27-39.

30 J. Paul BARBIER, Ma bibliothèque poétique : Ronsard, Genève, 1990, n° 28.

31 J.-P. BARBIER, op. cit., n° 46.

Auteur

Université de Tours, C.E.S.R.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search