Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

3- Vivre dans un espace urbain interactif

Villes créatives : quand le numérique rencontre la culture en métropole

Hélène Marie-Montagnac

Texte intégral

  • 1 Denoit N. et Mignot M.-P., « La ville dans tous les sens », Communication & organisation, (...)
  • 2 Perriault J., « Ingénierie de la connaissance, industrie de la connaissance », Hermès, no  (...)
  • 3 Tremblay G., « Industries culturelles, économie créative et société de l’information », Gl (...)
  • 4 Une recherche de cette expression ou celles afférentes (industrie, ville ou économie créat (...)
  • 5 Flichy P., « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Résea (...)
  • 6 Levy P., L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La Découv (...)

1Selon les estimations, 70 % de la population mondiale vivra dans les zones urbaines à l’horizon 2050. Cette urbanisation galopante, initiée dans les années 1970 et qui s’est accélérée ces dernières décades, dans un pays de tradition rurale comme la France, ne peut aller sans de profondes modifications, tant sur le plan social qu’économique et culturel, bousculant les modes de vie et de vivre ensemble. C’est ainsi que la ville « apparaît aujourd’hui comme un théâtre passionnant d’expressions multiples, métissées, contradictoires, qui interrogent notre société en mutation accélérée »1. Par ailleurs, on assiste dans le même temps, à de profondes modifications liées au développement des TIC qui accompagnent étroitement l’avènement d’une « industrie de la connaissance »2 dont la définition rejoint partiellement celle d’industrie créative. Celles-ci, « se situent à la croisée des chemins entre les arts, la culture, les affaires et la technologie […] et leur facteur de base est le capital intellectuel », ainsi que la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement) propose de les définir en 2008. Ces notions en émergence présentent comme caractéristique majeure leur profusion dans la littérature scientifique comme journalistique, mais aussi une certaine imprécision et ne vont pas sans débats, tant au sein de la communauté scientifique3 que de la société4. Elles reflètent néanmoins une certaine réalité qui est celle de l’importance croissante des biens immatériels au sein de l’économie des pays développés et de leur articulation au monde des affaires. En outre, si elles n’en sont pas l’unique facteur, il apparaît incontestable que les TIC sont amenées à jouer ici un rôle, participant à la mise en œuvre de nouvelles relations interindividuelles comme à l’émergence de communautés virtuelles5 et favorisant l’essor de ce que l’on désigne désormais par l’expression d’intelligence collective6.

Villes créatives

  • 7 Vivant E., Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris, PUF, 2009.
  • 8 Pilati T. et Tremblay D.-G., « Cité créative et district culturel : une analyse des thèses (...)

2Ces différents enjeux se situent précisément au cœur du développement des « villes créatives ». Celles-ci peuvent être dans un premier temps définies comme des municipalités qui, ayant durement subi la crise industrielle, s’efforcent de trouver une alternative en cherchant à devenir pionnières pour repenser les politiques urbaines7. Cette nouvelle approche de la ville s’appuie en grande partie sur le développement des secteurs économiques liés à l’innovation et à la créativité. Ces villes vont alors, dans cet objectif, mettre en œuvre diverses actions destinées à renouveler leur tissu économique et urbain, en postulant que « dans l’économie du savoir, les villes les plus compétitives seraient celles qui peuvent rapidement transformer une idée, une invention en un produit commercial. De plus, les villes du savoir devraient être en mesure de produire, de garder et d’attirer les cerveaux et les créatifs chez elles »8. Ainsi, leurs actions portent principalement sur deux niveaux :

  • réorganiser la production et la concentration des activités stratégiques à forte valeur ajoutée, dans les domaines des services de la culture et de l’innovation technologique ;
  • s’efforcer d’améliorer le cadre de vie local et les services aux entre prises afin d’en attirer les cadres supérieurs.
  • 9 Paquot T., « Villes créatives ? Un cocktail aux ingrédients subtils », Urbanisme, no 373, (...)

3L’attractivité de la ville constitue donc l’un des enjeux majeurs des villes créatives. Dès lors, l’une des difficultés réside dans la définition des paramètres permettant d’évaluer cette attractivité. En effet, quels facteurs doit-on prendre en compte pour définir une ville comme étant un lieu de vie plus agréable qu’une autre ? Thierry Paquot9 pointe la difficulté à répondre à cette question délicate et subjective : « le succès d’une ville ne repose jamais sur la même combinaison », souligne-t-il. Certains auteurs se sont néanmoins attachés à déterminer les éléments constitutifs d’une ville attractive, du moins ceux de la ville créative.

Une proposition d’approche des classes créatives

4Se distingue parmi ceux-ci le géographe et économiste Richard Florida, qui apparaît au sein des nombreux travaux comme l’un des pères fondateurs incontestables de la notion de classes créatrices. La parution en 2002 de son ouvrage The Rise of the Creative Class, devenu un best-seller aux États-Unis, a suscité d’emblée de nombreux débats. Cet universitaire (né en 1957 dans le New Jersey) y soutient la thèse selon laquelle, face au déclin industriel, le salut des villes passe par le développement de l’économie créative et la capacité pour les municipalités à attirer et retenir les individus constituant ce qu’il nomme la « classe créative ».

  • 10 Selon cette théorie, les gays et lesbiennes constitueraient une communauté au pouvoir d’ac (...)

5Cette classe se définit principalement par les 3 T : Talent, Technologie et Tolérance. Le premier est considéré à l’aune des diplômés à bac+4 minimum résidant dans la ville ; le second est mesuré à partir du nombre de brevets déposés. Le troisième élément, la tolérance, est évalué à partir des critères de diversité (taux de personnes nées à l’étranger qui seraient les migrants de la nouvelle économie ; par exemple, la Silicon Valley où la réussite des entreprises Google comme Yahoo est le fruit de nombreux ingénieurs immigrés), de l’indice gay10 fonction du nombre de couples du même sexe déclaré en ville et dont une caractéristique intéressante résiderait dans leur approche non-conformiste, et enfin de l’indice bohémien mesuré à partir des actifs exerçants un emploi artistique : musicien, danseur, photographe, auteur, etc.

  • 11 Reich R.B., The Work of Nations. Preparing Ourselves for 2Ist Century Capitalism, New York (...)
  • 12 Bouillon J.-L., « Du partage des savoirs à l’économie cognitive : quelles rationalisations (...)

6Ce chercheur, qui est également à la tête d’un cabinet de consultants proposant la mise en œuvre de ces principes, distingue par ailleurs deux groupes au sein de cette classe créative. Un premier, constitué de professionnels engagés dans un processus de création, et qui sont effectivement rétribués pour être créatifs, à savoir les scientifiques, les chercheurs, les ingénieurs, les artistes, les architectes, les designers, etc. Un autre groupe aurait pour mission de seconder ces professionnels, et serait constitué d’individus possédant également un haut niveau de qualification et une forte capacité d’innovation, exerçant une activité dont la principale valeur ajoutée réside dans la créativité, tels que juristes, avocats d’affaires, financiers, médecins, techniciens de spectacle, etc. Un inventaire à la Prévert qui va à l’encontre de la notion même de classe, simple regroupement des professionnels des fonctions de productions abstraites, proches des « manipulateurs de symboles » évoqués par Robert B. Reich11 voilà vingt ans. Ces individus posséderaient une capacité à « résoudre des problèmes complexes, pour inventer des solutions nouvelles, en dehors d’une logique routinière et répétitive ». On retrouve ici le cadre d’une nouvelle économie dite cognitive12 et la notion d’intelligence collective où les outils de production et la matière première sont l’intelligence, l’information et la connaissance.

7Enfin, dernier élément de cette approche, le postulat d’un cercle vertueux : la concentration d’artistes bohèmes produirait un environnement attrayant pour d’autres types de talents (comme des ingénieurs ou des juristes), lesquels attirent ou créent eux-mêmes des entreprises innovantes. Les qualités de tolérance et d’ouverture d’esprit propres à l’atmosphère d’une ville susciteraient l’intérêt de personnes talentueuses et diplômées qui sont les ressources (humaines) principales des entreprises du secteur tertiaire et de haute technologie. Ainsi, pour conquérir et conserver cette « classe créative », une ville doit-elle offrir un cadre de vie indispensable à l’épanouissement de ces « créatifs ».

  • 13 Tremblay R. et Tremblay D.-G. (dir.), La classe créative selon Richard Florida. Un paradig (...)

8Cette thèse soutenue par Richard Florida a rencontré ces dernières années autant de thuriféraires (notamment de la part des politiques qui ont rapidement vu dans ce discours des propositions pour alimenter la mise en valeur de leur ville) que de détracteurs, essentiellement parmi les chercheurs en sociologie comme en géographie13. Ces derniers n’ont en effet pas manqué de pointer la fragilité de corrélations hâtives et mis en cause la validité scientifique d’une démonstration tenant insuffisamment compte d’une réalité socio-économique complexe sans omettre une généralisation hors de propos d’un phénomène initialement étudié par ce chercheur dans un contexte exclusivement nord-américain, quand d’autres villes (telle Bangalore en Asie) connaissent un phénomène similaire quoique distinct. Enfin, le principe de cercle vertueux énoncé infra a déjà montré ses limites, la qualité de vie n’étant pas nécessairement le seul déterminant pour le choix du lieu de résidence des « talents » susceptibles de constituer la classe créative.

Le rôle de l’imaginaire

  • 14 Chambat P., « Usages des TIC : évolution des problématiques », TIS, vol. 6, no 3, 1994, p. (...)
  • 15 Jouët J., « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, 2000 (...)
  • 16 Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2 (...)
  • 17 Chaire issue d’un partenariat entre la fondation Telecom et l’université Rennes 2, inaugur (...)

9Faire reposer la notion que nous interrogeons ici sur l’inventivité et la capacité de la classe créative, autrement dit des habitants, à proposer de nouveaux cadres de vie personnelle comme professionnelle, sans omettre la créativité sur le plan communicationnel, ne va pas sans poser la question de l’imaginaire. Cette problématique, déjà identifiée depuis de nombreuses années autour des TIC14 et d’internet, prend une nouvelle dimension dans son articulation à celle des villes créatives. En effet, la notion d’imaginaire renvoie tout d’abord traditionnellement dans le domaine des sciences de l’information et de la communication à la sociologie des usages15, au statut affecté aux TIC et à la mise en doute d’une relation linéaire causale simple et immédiate entre innovation technique et innovation sociale. La mise en place de nouveaux outils ne suffit pas à l’actualisation de nouvelles pratiques comme tendraient à le faire croire aujourd’hui encore des discours (politiques comme journalistiques) imprégnés de déterminisme technique. L’imaginaire est apparu au fil des recherches en sciences de l’information et de la communication, comme l’un des ressorts de l’appropriation de nouvelles technologies, ainsi que l’a démontré Patrice Flichy : « l’imaginaire est au centre de la conception et des usages d’internet. Comme le notait déjà M. de Certeau, les récits marchent devant les pratiques sociales pour leur ouvrir un champ »16. La récente inauguration par Pierre Musso d’une chaire d’enseignement et de recherche « Modélisation des imaginaires : innovation et création »17 atteste de l’intérêt envers cette problématique inversant la traditionnelle appréhension du lien entre innovation technique et pratiques sociales en considérant que « la technologie est de l’imaginaire cristallisé ». L’imaginaire apparaît par ailleurs intrinsèquement lié à la notion de ville créative, telle que nous l’avons précédemment appréhendée puisqu’il constitue l’un des fondements de la classe créative, s’appuyant sur les possibilités qu’ouvre la mise en œuvre des TIC dont l’objectif est de contribuer à faciliter au quotidien les liens sociaux entre citadins en s’appuyant notamment sur une dimension culturelle.

  • 18 Taliano des Garets F., colloque Ville créative. La ville de demain : une affaire culturell (...)
  • 19 Hybridation qui est également identifiée comme paradigme propre aux réseaux socionumérique (...)

10C’est sans doute de cette louable intention que découle un intérêt, voire un enthousiasme, à la hauteur de cette « utopie pour réenchanter le monde », ainsi que Françoise Taliano des Garets18 a désigné la notion de ville créative. Pour cette historienne de la culture, cette dernière se conçoit d’abord comme une dynamique, un processus, une méthode reposant sur la concertation de l’ensemble des acteurs d’une ville. Plus qu’atteindre un objectif, il s’agit d’abord de mutualiser l’existant et les actions nouvelles dans le cadre de l’intercommunalité. La transversalité est donc bien au cœur des villes créatives. Une transversalité qui s’exprime pleinement dans le développement culturel, mais peut également s’appuyer sur les ressources qu’offrent les TIC. C’est précisément cette hybridation entre les domaines économiques et culturels19, mais aussi technologiques et politiques, que nous voulons interroger et qui nous semble constituer l’un des moteurs à l’œuvre d’une expérience dont nous souhaitons rendre compte ici.

Quand la technologie numérique sous-tend la culture : l’exemple aquitain

  • 20 Bassens, Cenon, Floirac et Lormont.
  • 21 Ce label se décline à la façon d’une marque, pourvu de tout l’arsenal marketing traditionn (...)

11PanOramas est un événement initié et produit par le GIP-GPV (Groupement d’intérêt public du grand projet des villes) de la rive droite de Bordeaux20. Celle-ci est entrée dans un processus de réhabilitation, après avoir longtemps été déconsidérée d’un point de vue urbain et social comme économique. Initié en 2000, ce projet est notamment lié à la mise en service de la ligne A du tram en 2003, qui relie Bordeaux aux hauts plateaux de Garonne, favorisant l’émergence d’une nouvelle relation de ces villes à l’agglomération et un renouvellement de l’essor urbain des villes de la rive droite bordelaise. Au-delà du projet urbain de réaménagement et réhabilitation de l’habitat inscrit sous le label « J’aime la rive droite »21, de nouvelles structures ont vu le jour comme Le Rocher de Palmer à Cenon, équipement culturel polyforme dédié aux cultures du monde, ou encore le parc des Coteaux qui a accueilli PanOramas en octobre 2010. Inscrit dans la volonté de redynamiser le territoire urbain en le détournant à partir d’aménagements éphémères conçus par des interventions artistiques pluridisciplinaires, PanOramas 2010 avait pour objectif de rendre l’art accessible à tous, mais aussi de mettre en valeur ce parc urbain par la création moderne, tout en initiant un moment de convivialité sur le temps d’une fin de semaine. Se plaçant sous le double sceau du festival et de la kermesse, l’une des originalités de cette manifestation, outre de marier la nature et l’art à l’instar du Land Art, ou encore de proposer au public de participer à certaines œuvres, a reposé sur son articulation du tangible et du numérique, afin de favoriser l’utilisation de l’espace public urbain et du paysage comme terrain de jeu, en appui sur les smartphones ou tablettes numériques des visiteurs, mais aussi de reconfigurer par leurs interventions le territoire et en fournir d’autres perceptions. L’objectif était ici de compléter l’appréhension d’une manifestation artistique par sa dimension sociale via les pratiques numériques (circulation des SMS, des statuts Facebook et autres tweets) faisant évoluer ces activités habituellement considérées comme personnelles et domestiques en les utilisant comme marqueurs des échanges sociaux et des activités in situ, et en fournissant ainsi une autre perception. L’offre autour du parc des Coteaux s’est également poursuivie avec une application smartphone proposant des informations multiples, allant des connaissances botaniques aux savoirs historiques locaux sans oublier le crowdsourcing permettant par exemple d’identifier l’entrée ou encore le restaurant le plus proche.

  • 22 Association pour susciter une réflexion sur les usages de l’internet de demain : http://fi (...)
  • 23 Association de loi 1901 qui accompagne les projets portés par les acteurs éducatifs, cultu (...)
  • 24 Territoire dont on peut voir les contours à l’adresse suivante :
    http///moncanet.f (...)
  • 25 La 27e région se positionne comme un « laboratoire des nouvelles politiques publiques à l’ (...)

12Au-delà de cette manifestation ponctuelle (qui devrait se renouveler en 2012), l’un des projets du GIP-GPV qui repose également sur le numérique, le web 2.0 et les réseaux sociaux notamment, prend la forme d’une « plate-forme d’innovation numérique et sociale », développée en partenariat avec la Fing (Fondation internet nouvelle génération22) et Medias-Cité23. Le web 2.0 est envisagé dans le cadre du projet « co-construire la rive droite numérique », comme un territoire pouvant se superposer au territoire physique. Ce territoire virtuel24, à l’instar des expériences menées autour de la 27e région25, permettrait sinon d’instaurer, du moins de prolonger et d’offrir une nouvelle dimension aux liens sociaux grâce à une meilleure circulation de l’information sur le plan horizontal, entre les habitants de ces villes, comme vertical, avec les institutions. Ainsi cette plate-forme vise à faciliter la rencontre, les échanges, les débats et les idées de projets, et à nouer des partenariats fertiles et encourager l’innovation aussi bien numérique que sociale.

Des objectifs et des limites

13Si l’expérimentation du Pins (Plate-forme d’innovation numérique et sociale) demande encore à être pleinement mise en œuvre pour faire ses preuves, et rendre compte de la pertinence de ce nouveau mode d’échange articulant communauté virtuelle et co-présence physique locale, la manifestation PanOramas 2010 articulant également culture et numérique a rencontré un vif succès auprès de la population bordelaise, réinterrogeant la relation des habitants à une partie peu investie de la communauté urbaine de Bordeaux.

  • 26 Qui s’inscrivent dans une dynamique bordelaise plus globale avec par exemple des initiativ (...)

14Ces exemples26 rendent bien compte des enjeux propres à cette ville créative dont nous avons esquissé les contours en première partie. Sont en effet ici intimement mêlées les facettes culturelles, sociales, technologiques ainsi qu’économiques et enfin la question de la gestion de l’espace et du territoire urbain. Enfin, la dimension imaginaire prend ici toute son ampleur. C’est précisément en effet l’imaginaire qui autorise les habitants à combiner leur expérience physique quotidienne, que ce soit dans le parc des coteaux ou au sein de leur quartier, à l’usage des TIC introduisant une nouvelle dimension dans leur relation au réel. L’imaginaire apparaît ainsi comme cette dimension méta, qui surplombe et éclaire le quotidien d’une nouvelle projection liant tangible et numérique pour une nouvelle appréhension d’une « réalité augmentée ».

  • 27 Programme européen lancé en 2006 par la présidence finlandaise de la communauté européenne (...)
  • 28 Définie par Lionel Bellenger comme la « capacité, à la suite d’un concours de circonstance (...)

15Ainsi PanOramas aura concrétisé, le temps de la manifestation et au-delà (certaines structures mises en place en septembre dernier sont toujours en place) l’articulation de la culture et du numérique, tout en contribuant à transformer l’espace public. La plate-forme Ping, sous une forme plus pérenne et tout comme les projets proposés dans le cadre de la 27e région ou encore du Living Labs27, présentent la spécificité d’amener des acteurs publics, privés, des entreprises, des associations, des acteurs individuels, dans le cadre des municipalités et collectivités locales comme des associations, des entreprises mais aussi des simples usagers et habitants, à coopérer dans l’objectif de tester sur le terrain des services, des outils ou des usages nouveaux, en envisageant dans ces processus la possibilité d’erreurs et échecs, pensés non comme une impasse mais bien comme des étapes inéluctables dans un cheminement empreint de sérendipité28. Une autre dimension intéressante se situe dans le positionnement propre à ces initiatives, qui pourrait être désignée selon un diptyque relevant également d’une vision contemporaine de la société, à savoir « penser global/agir local ».

  • 29 Laborde A. et Soubiale N., « Portrait des non-internautes aquitains en 2009 », Aquitaine A (...)
  • 30 Cardon D., « La trajectoire des innovations ascendantes : inventivité, cop-production et c (...)

16Ces objectifs, pour louables et enthousiasmants qu’ils soient, se heurtent aisément à une limite qui est celle de l’appropriation concrète de ces outils par les usagers potentiels concernés. Sans même aller jusqu’à rappeler qu’en Aquitaine existe toujours une part non négligeable de non-internautes29, rien ne permet de certifier que « l’encastrement des technologies » évoqué par Dominique Cardon30, tel qu’il est mis à disposition via la plate-forme Pins, fera réellement l’objet d’une appropriation et d’usages (y compris non initialement prévus puisque c’est ainsi que fonctionne précisément l’innovation ascendante) effectifs, en tenant notamment compte des fractures générationnelles.

  • 31 Le Cornec-Ubertini A.-H., « L’Art et la monnaie. Du spirituel dans la communication du xxi(...)

17Par ailleurs, au-delà de l’appropriation technique, la question de l’usage pourrait se heurter à une forme d’inertie culturelle. De la même façon que le concept d’industrie créative, d’origine anglo-saxonne entre en collision avec certaines facettes de la culture française31, la sociabilité liée à ces nouveaux modes de communication, dont par ailleurs de nombreux travaux ont souligné la difficulté à s’inscrire dans une temporalité longue, et la dynamique propre à la mise en œuvre de ces outils et manifestations, demandent à être validées dans le temps.

18Ainsi, seul un suivi du devenir de ces expérimentations sera en mesure de rendre compte de leur éventuel succès auprès des populations concernées, que ce soit sous la forme initialement proposée ou celle détournée que mettront en place les usagers par leur appropriation des outils proposés.

Bibliographie

Bibliographie

Benghozi P.-J., « Le deuxième choc de l’économie de la culture », Esprit, no 7, juillet 2011, p. 111-125. http://univ.cairn.info/revue-esprit-2011-7-page-111-htm(site consulté le 17 septembre 2011).

Bouillon J.-L., « Du partage des savoirs à l’économie cognitive : quelles rationalisations informationnelles et communicationnelles ? », communication du colloque Partage des savoirs, Lyon, 2003.

Cardon D., « La trajectoire des innovations ascendantes : inventivité, cop-production et collectifs sur internet », communication du colloque Innovations, usages, réseaux, 2006. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/49/04/PDF/Cardon_IUR2006.pdf (site consulté le 30 octobre 2011).

Chantepie P. et Le Diberder A., Révolution numérique et industries culturelles, Paris, La Découverte, 2004.

Denoit N. et Mignot M.-P., « La ville dans tous les sens », Communication & organisation, no 32, 2007, p. 8-13. http://communicationorganisation.revues.org/245(site consulté le 17 septembre 2011).

Flichy P., « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, vol. 2, no 124, 2004 p. 17-51. www.cairn.info/revue-reseaux-2004-2-page-17.htm(site consulté le 10 novembre 2011).

Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2001.

Florida R., The Rise of the Creative Class, New York, Basic Books, 2002.

Foray D., L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2009.

Hugon Stéphane, « Communauté », Communications, no 88, 2011, p. 37-46.

Institut des deux rives, Économie créative, une introduction, Bordeaux, Mollat, 2009.

Jouët J., « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, 2000, p. 487-521. http.//www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_2000_num_18_100_2235(site consulté le 10 novembre 2011).

Le Cornec-Ubertini A.-H., « L’Art et la monnaie. Du spirituel dans la communication du xxie siècle ? », Communication & organisation, no 37, 2010, p. 33-40.www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2010-1-page-33.htm (site consulté le 30 octobre 2011).

Levy P., L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La Découverte, 1997.

Paquot T., « Villes créatives ? Un cocktail aux ingrédients subtils », Urbanisme, no 373, 2010, p. 41-42.

Pascual Espuny C., « Économie créative : nouvelle traduction du développement durable ? Analyse de son potentiel et de ses limites communicationnelles au niveau territorial », Communication & organisation, no 37, 2010, p. 11-20.www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2010-1-page-11.htm (site consulté le 30 octobre 2011).

Perriault J. « Ingénierie de la connaissance, industrie de la connaissance », Hermès, no 59, 2011, p. 163-164.

Pilati T. et Tremblay D.-G., « Cité créative et district culturel : une analyse des thèses en présence », Géographie, économie, société, vol. 9, no 4, 2007, p. 381-401. www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2007-4-page-381.htm (site consulté le 20 septembre 2011).

Rizza C., « La fracture numérique : paradoxe de la génération Internet », Hermès, no 45, « Fractures dans la société de la connaissance », p. 25-39, 2006. http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/24031(site consulté le 17 septembre 2011).

Tremblayg., « Industries culturelles, économie créative et société de l’information », Global Media Journal 2008, volume 1, issue 1, p. 65-88.

Tremblay R. et Tremblay D.-G. (dir.), La classe créative selon Richard Florida. Un paradigme urbain plausible ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes-Presses de l’université du Québec, 2010.

Vivant E., Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris, PUF, 2009.

« Villes créatives ? », Urbanisme, no 373, 2010, p. 41-72.

Notes

1 Denoit N. et Mignot M.-P., « La ville dans tous les sens », Communication & organisation, no 32, 2007, p. 8-13.
http://communicationorganisation.revues.org/245 (site consulté le 17 septembre 2011).

2 Perriault J., « Ingénierie de la connaissance, industrie de la connaissance », Hermès, no 59, 2011, p. 163-164.

3 Tremblay G., « Industries culturelles, économie créative et société de l’information », Global Media Journal, volume 1, issue 1, 2008, p. 65-88 ; Rizza C., « La fracture numérique : paradoxe de la génération Internet », Hermès, no 45, « Fractures dans la société de la connaissance », p. 25-39, 2006.
http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/24031 (site consulté le 17 septembre 2011) ; Foray D., L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2009.

4 Une recherche de cette expression ou celles afférentes (industrie, ville ou économie créative par exemple) sur Factiva donne une première mesure de la présence des questionnements autour de cette thématique au sein de la presse, depuis 2007 et surtout à compter de 2009.

5 Flichy P., « L’individualisme connecté entre la technique numérique et la société », Réseaux, vol. 2, no 124, 2004 p. 17-51.
www.cairn.info/revue-reseaux-2004-2-page-17.htm (site consulté le 10 novembre 2011) ; Hugon S., « Communauté », Communications, no 88, 2011, p. 37-46.

6 Levy P., L’intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberspace, Paris, La Découverte, 1997.

7 Vivant E., Qu’est-ce que la ville créative ?, Paris, PUF, 2009.

8 Pilati T. et Tremblay D.-G., « Cité créative et district culturel : une analyse des thèses en présence », Géographie, économie, société, vol. 9, no 4, 2007, p. 381-401.
www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2007-4-page-381.htm
(site consulté le 20 septembre 2011).

9 Paquot T., « Villes créatives ? Un cocktail aux ingrédients subtils », Urbanisme, no 373, 2010, p. 41-42.

10 Selon cette théorie, les gays et lesbiennes constitueraient une communauté au pouvoir d’achat élevé car occupant un emploi qualifié et ayant un mode de vie propice aux dépenses (notamment parce qu’ils ne sont pas parents). Ils figureraient alors « l’individu hypermoderne qui invente sa propre vie et son propre modèle en jonglant avec les normes et règles législatives » (Vivant E., Qu’est-ce que la ville créative ?, op. cit.)

11 Reich R.B., The Work of Nations. Preparing Ourselves for 2Ist Century Capitalism, New York, Vintage Books, 1991, cité par Halbert Ludovic, « La ville créative pour qui ? », Urbanisme, no 373, 2010, p. 43-45.

12 Bouillon J.-L., « Du partage des savoirs à l’économie cognitive : quelles rationalisations informationnelles et communicationnelles ? », article du colloque Partage des savoirs, Lyon, 2003.

13 Tremblay R. et Tremblay D.-G. (dir.), La classe créative selon Richard Florida. Un paradigme urbain plausible ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes-Presses de l’université du Québec, 2010.

14 Chambat P., « Usages des TIC : évolution des problématiques », TIS, vol. 6, no 3, 1994, p. 249-269.

15 Jouët J., « Retour critique sur la sociologie des usages », Réseaux, vol. 18, no 100, 2000, p. 487-521.
http.//www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reso_0751-7971_2000_num_18_100_2235 (site consulté le 10 novembre 2011).

16 Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2001.

17 Chaire issue d’un partenariat entre la fondation Telecom et l’université Rennes 2, inaugurée le 6 octobre 2010.
http://imaginaires.telecom.paristech.fr/ (site consulté le 12 décembre 2011).

18 Taliano des Garets F., colloque Ville créative. La ville de demain : une affaire culturelle ? Cenon, Le Rocher de Palmer, jeudi 7 octobre 2010.

19 Hybridation qui est également identifiée comme paradigme propre aux réseaux socionumériques. Benghozi P.-J., « Le deuxième choc de l’économie de la culture », Esprit, no 7, juillet 2011, p. 111-125.
http://univ.cairn.info/revue-esprit-2011-7-page-111-htm (site consulté le 17 septembre 2011).

20 Bassens, Cenon, Floirac et Lormont.

21 Ce label se décline à la façon d’une marque, pourvu de tout l’arsenal marketing traditionnel, mais investissant aussi le web 2.0 (site internet, blog, page Facebook, comptes Twitter ou MySpace) avec pour objectif d’instaurer une « marque de territoire ».

22 Association pour susciter une réflexion sur les usages de l’internet de demain : http://fing.org/.

23 Association de loi 1901 qui accompagne les projets portés par les acteurs éducatifs, culturels, artistiques et d’éducation populaire, au service des projets qui croisent les innovations sociales et les innovations numériques :
www.medias-cite-org/ (site consulté le 30 octobre 2011).

24 Territoire dont on peut voir les contours à l’adresse suivante :
http///moncanet.files.wordpress.com/2011/05/capture.png (site consulté le 30 octobre 2011).

25 La 27e région se positionne comme un « laboratoire des nouvelles politiques publiques à l’âge numérique ». http://la27eregion.fr (site consulté le 30 octobre 2010).

26 Qui s’inscrivent dans une dynamique bordelaise plus globale avec par exemple des initiatives telles que Darwin sur la rive droite de Bordeaux ou encore Terres neuves à Bègles, ainsi qu’un « think tank » bordelais, l’institut des deux rives.
http://i2r.jimdo.com (site consulté le 30 octobre 2011).

27 Programme européen lancé en 2006 par la présidence finlandaise de la communauté européenne. Ce programme a pour objectif de fédérer des initiatives locales, pour qu’elles puissent agir et développer leurs initiatives en réseaux.
http://openlivinglabs.eu/ (site consulté le 30 octobre 2010).

28 Définie par Lionel Bellenger comme la « capacité, à la suite d’un concours de circonstances particulier, à trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas, d’en comprendre l’intérêt et de décider de l’exploiter immédiatement ». Voir aussi l’article d’Olivier Ertzscheid et Gabriel Gallezot : « Chercher faux et trouver juste. Serendipité et recherche d’information », Xe colloque bilatéral franco-roumain, Conférence internationale francophone en sciences de l’information et de la communication, Bucarest, 2003.
http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/06/22/72/HTML/ (site consulté le 30 octobre 2011).

29 Laborde A. et Soubiale N., « Portrait des non-internautes aquitains en 2009 », Aquitaine Analytic, no 6, 2009.
http://epm.lot.fr/IMG/pdf/Analytic6_noninternautes.pdf (site consulté le 30 octobre 2011).

30 Cardon D., « La trajectoire des innovations ascendantes : inventivité, cop-production et collectifs sur internet », article du colloque Innovations, usages, réseaux, 2006. http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/13/49/04/PDF/Cardon_IUR2006.pdf
(site consulté le 30 octobre 2011).

31 Le Cornec-Ubertini A.-H., « L’Art et la monnaie. Du spirituel dans la communication du xxie siècle ? », Communication & organisation, no 37, 2010, p. 33-40.
www.cairn.info/revue-communication-et-organisation-2010-1-page-33.htm
(site consulté le 30 octobre 2011).

Auteur

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication
Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
EA 4426 – Laboratoire Mica, programme Raudin

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search