Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

2- Travailler avec les NTIC

TIC et dislocation des entreprises. Vers une socio-économie de normes et de formes

Christian Le Moënne

Texte intégral

1Je voudrais d’abord souligner un phénomène qui, à mon avis, n’est pas suffisamment pris en compte dans la littérature et les recherches sur les communications organisationnelles, et qui me semble pourtant devoir être au cœur de la réflexion et des problématisations. Et il est d’ailleurs intéressant de questionner pourquoi il n’est pas pris en compte dans la plupart des recherches comme dans la réflexion sur les imaginaires. Pour aller à l’essentiel, la plupart des recherches continuent a raisonner comme si les entreprises étaient des entités « objectives » ayant une existence spatiale, physique, comme si elles se confondaient avec leurs ressources matérielles, humaines ou financières, comme si elles se confondaient avec les usines, les sièges sociaux et les bureaux. Ceci est manifeste dans le langage ordinaire des chercheurs et des enseignants de ce champ disciplinaire, qui utilisent le plus souvent l’expression « communication des organisations », ce qui ferme la perspective sur une conception objectiviste et structurelle des organisations, plutôt que l’expression « communications organisationnelles » qui laisse ouvertes les perspectives d’analyses. C’est également lisible dans les expressions utilisées par les professionnels et rarement remises en cause par les universitaires : « communication des entreprises » (pourquoi pas de la direction des entreprises d’ailleurs ?) ou « communication interne » et « externe », comme s’il y avait une délimitation claire – physique ou juridique – entre le dedans et le dehors.

  • 1 Dans une interview récente à un hebdomadaire, Marianne, de mars 2012, le fondateur de la p (...)

2Or, nous avons assisté, durant ces trente dernières années, en France et dans divers autres pays, à une véritable dislocation des formes antérieures d’entreprises, caractérisée notamment et de la façon la plus spectaculaire par la dissociation de celles-ci et des unités de productions, les « usines », mais également de façon plus discrète, par une dissémination sans précédent de leur capital. La dissociation des entreprises et des unités de productions s’est effectuée à mesure des processus de recomposition des flux logistiques et des processus organisationnels d’impartition et d’externalisation. Ces processus ont concerné la totalité des entreprises, jusqu’aux plus petites voire jusqu’aux agences, car il est allé de pair avec un mouvement de normalisation industriel et organisationnel, d’une ampleur sans précédent, qui a fini par affecter les administrations d’état, de santé et territoriales et tous les établissements et services dont le financement, et donc l’existence, en dépendent, notamment tout le secteur associatif de service aux personnes. Il s’étend depuis quelques années en France, à travers la pseudo-autonomie qui leur est conférée, aux universités et à tout l’enseignement supérieur et la recherche. Ce phénomène a commencé après la crise des années 1970. Il s’est renforcé dans les années 1980 que divers auteurs identifient comme les années d’engagement, en France1 comme ailleurs dans le monde, des « révolutions conservatrices ». Il a accompagné la dérégulation néolibérale et pris une dimension massive dans la dernière décennie du siècle. Il vient finalement irriguer le débat politique en France en se polarisant sur l’une de ses dimensions spectaculaires, la « désindustrialisation ».

  • 2 Je ne renverrai pas chacune des références de Cornelius Castoriadis dont l’œuvre, dans son (...)
  • 3 Voir Polanyi K., La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 (1re édition en 1944).

3Mais il s’agit d’un phénomène beaucoup plus global et plus profond, qui me semble manifester une mutation de notre rapport au monde et affecte donc les imaginaires. Ou, pour être plus précis et dans la postérité des travaux de Cornelius Castoriadis, qui concerne l’institution imaginaire des sociétés2, l’ensemble des formes sociales qui structurent notre rapport au monde et les conditions de ce qui fait société. Cette mutation anthropologique peut être, prudemment et je vais m’en expliquer, exprimée dans une formule un peu synthétique : il me semble que les logiques sociales dominantes sont passées, dans les trente dernières années, d’une anthropologie de l’espace à une anthropologie du temps ou plus précisément de la vitesse. Ceci a accompagné une véritable dislocation des formes antérieurement dominantes d’entreprises et d’organisations et se manifeste à la fois par une symbolisation accrue de ces formes sociales et leur basculement vers des formes processuelles. Ce phénomène s’est propagé aux diverses autres institutions sociales, au point que l’on peut se demander si toutes ces années n’ont pas été une nouvelle étape de la « grande transformation » que Karl Polanyi analysait dans les années 19303. Je vais essayer de mieux faire apercevoir cela et d’en tirer quelques conséquences sur les recherches et les conceptualisations des communications organisationnelles, et des imaginaires structurants qui nous empêchent peut-être encore de penser l’ampleur des phénomènes que cette expression recouvre. Il me semble en effet que l’on ne peut pas continuer à penser les formes organisationnelles et les communications stratégiques comme si les entreprises possédaient encore de façon évidente, une dimension interne et un environnement extérieur relativement bien délimités par une clôture à la fois physique et symbolique nette.

Émergence et institutionnalisation de « l’entreprise » comme forme spatiale

  • 4 Voir sur ce point Verin H., Entreprise, entrepreneur, histoire d’une idée, Paris, PUF, 198 (...)

4Il est intéressant de réfléchir à la façon dont nous continuons à parler des entreprises, à nous les « représenter ». Cette institution, l’entreprise, est extrêmement récente dans l’histoire de l’humanité. L’apparition du terme dans un dictionnaire date de la fin du xviiie siècle4 et désigne la forme dominante que vont prendre au siècle suivant les entreprises, la forme manufacturière, le rassemblement dans un même lieu des ressources humaines, matérielles et financières, c’est-à-dire du capital, du travail et ce qu’on appelle maintenant la direction, le management. Cette unité de lieu est relativement éphémère puisque l’invention des sociétés anonymes va entraîner une dissémination du capital et la base juridique pour constituer des cartels et des entreprises multisituées. Mais elle va fonder une représentation durable, celle d’un télescopage imaginaire des entreprises avec les usines (les lieux de production) et les bureaux.

  • 5 J’ai déjà longuement développé ces analyses et ces questions dans d’autres textes et artic (...)
  • 6 Sur ce point, voir Chandler A. Jr, La main visible des managers, Paris, Economica, 1987. É (...)
  • 7 Voir Hall E.T., Le langage silencieux, Paris, Le Seuil, 1984.

5Il y a ensuite une longue période d’institutionnalisation de cette forme d’organisation territorialisée, qui court disons depuis 1830 jusqu’aux années 1970, avec des formes organisationnelles relativement stables aux différents niveaux d’échelles, et fortement inscrites dans des logiques territoriales5. Bien sur, on voit aussi apparaître des formes différentes, centrées sur la gestion des flux, à partir des années 1850-1860 dans les entreprises de chemin de fer. Il faut en effet réguler les espaces-temps, les vitesses et les circulations pour organiser les flux logistiques. C’est dans ce secteur d’ailleurs que le mot « organisateur », repris de Saint-Simon, va pour la première fois être utilisé pour définir une fonction, les « ingénieurs organisateurs » du chemin de fer6. Ceux-ci seront chargés de produire des normes, non seulement pour définir les dispositifs techniques (qualité des ballasts, des alliages, largeur des voies, etc.), mais il devront également produire des règles de description des espaces temps, c’est-à-dire de description des mouvements et des temporalités acceptables, et les imposer à des cheminots et des voyageurs sur des territoires extrêmement vastes, pour des trains dont on attend qu’ils aillent à des rythmes prévisibles, et si possible pas sur les mêmes rails en sens inverse et au même moment. Et qu’ils finissent par arriver dans les délais prévus, avec les marchandises prévues, à l’endroit prévu. La production des normes techniques est donc également une production de normes sociales et culturelles, l’invention du temps industriel, et la diffusion des normes de temporalité que Edward T. Hall appellerait « monochrones »7.

  • 8 Voir Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1966, et dans cette même perspect (...)
  • 9 Voir Beaune J.-C., Le vagabond et la machine, Seyssel, Champ Vallon, 1983. Également, dans (...)
  • 10 Voir sur ce point l’extraordinaire ouvrage d’Eugen Weber, La fin des terroirs (Paris, Faya (...)

6Lorsque l’on parle d’organisation, on pense organisation du travail et on évoque Fréderic Taylor. Mais on pourrait faire, derrière Alfred Chandler et Michel Foucault8, une histoire de l’émergence des normes industrielles et de leur imposition tout au long du xixe siècle, une histoire de la normalisation des espaces, de leur segmentation et de leur surveillance dans la logique de la mise au travail qui consistait, durant tout ce siècle, à faire tenir en place une main-d’œuvre rétive au contrôle, et à la stabilité dans un lieu ou sur un poste. Il y a sur ce point des travaux et des ouvrages extrêmement intéressants. Je pense en particulier à un ouvrage de Jean-Claude Beaune, sur le vagabond et la machine9, qui décrit assez bien la difficulté des organisateurs à faire tenir en place, à l’intérieur de l’espace de l’usine et en produisant une clôture physique, une population rurale mobilisée pour l’industrie, mais qui déambule, va et vient, ne respecte pas les horaires et les temporalités industrielles. En 1897, les usines du nord de la France fermaient au moment des récoltes de betteraves parce que les ouvriers d’origine rurale ne venaient plus10, préférant le travail des champs.

7Cette forme organisationnelle située, dans laquelle il s’agit d’organiser le travail spatialement en faisant « tenir en place » une main d’œuvre rurale ou fraichement urbanisée qui préfère le vagabondage à la machine, est la forme source d’une représentation spatiale qui continue à produire des effets dans le langage et dans l’imaginaire. Il faut en effet faire un véritable effort de mise à distance pour réussir à interroger les métaphores spatiales que nous utilisons pour désigner cette entité : « dans » l’entreprise, « en dehors » de l’entreprise, « communication interne/externe », communication des organisations ou « dans » les organisations, etc. Les expressions sont imprégnées de cet objectivisme qui suggère comme évident que les entreprises se confondraient avec leurs lieux, leurs locaux, leurs ressources humaines et leur subordination juridique à leurs directions.

  • 11 Voir Le Moënne C., « Les communications d’entreprises entre médias, réseaux et recompositi (...)
  • 12 Hobsbawm E.J. L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Bruxelles, Complexes, 1999

8Cet objectivisme a un fondement. Le mot « organisation » sort des sciences biologiques pour passer dans le domaine du management à la fin des années 1890. Il sera vraiment intégré dans ce domaine par Fréderic Taylor, et tous les ingénieurs tayloriens diffuseront cette conception à partir des années 1920 en Europe, en donnant dans le fond une légitimité à la représentation spatiale de l’organisation. Ce sont ces formes d’entreprises, éventuellement multisites, parfois gigantesques, qui vont s’institutionnaliser au cours du xxe siècle, et institutionnaliser cet imaginaire. J’ai décrit ailleurs11 ce processus caractéristique du passage de la mise au travail à la mise en consommation de masse, qui caractérise le « court xxe siècle »12 et débouche, dans les années 1970, sur ce qui a pu être appelé une crise des formes tayloriennes fordistes d’organisation du travail et une crise du pacte social fordiste, fondé sur la stabilité spatiale et organisationnelle des firmes ainsi que la stabilité politique des modalités de médiation et de représentation. Paradoxalement, la dislocation de ces formes accompagne l’entrée dans ce qui sera appelé « la société de l’information », marquée en tous cas par une injonction de communication et de connections généralisées.

Crise des formes organisationnelles et des imaginaires spatiaux

9Ce qui se passe à partir des années 1970, c’est d’abord une crise totale de ces formes institutionnalisées, crise qui se manifeste notamment d’abord comme une crise des formes organisationnelles fondées sur les logiques de stocks, c’est-à-dire le rassemblement de la totalité des ressources, des usines, des moyens de production sous une même autorité et sous une même propriété, et la tendance à internaliser cela spatialement. C’est globalement cette forme d’organisation, ou ce qu’on a pu appeler un « modèle », mais avec d’extrêmes nuances et de modulations possibles car elle concernait essentiellement les grandes entreprises et leurs réseaux de sous-traitants, qui entre en crise et qui fait faillite, pour des raisons qui ont été analysées notamment par les socio-économistes de l’école dite « de la régulation ». L’une des causes de cette crise résidait dans la faible capacité de ces formes organisationnelles à s’adapter à des modifications de leurs environnements concurrentiels. Les formes d’organisation de la production basées sur les stocks, et donc sur une flexibilité statique plutôt que sur une flexibilité dynamique, permettent de faire face à des augmentations de la demande, mais pas à un effondrement brutal. Ils permettent une production en grandes séries de produits faiblement différenciés, mais ne peuvent produire, en faisant des économies d’échelles, des grandes quantités de petites séries de produits très différenciés.

10La crise de l’année 1974 a été un exemple spectaculaire de l’échec des formes d’organisation spatiales et des formes d’organisations internalisant la totalité des ressources. Échec des entreprises gigantesques qui avaient dominé le monde depuis un siècle mobilisant, pour une rentabilité à long terme, des capitaux considérables. Et tout l’effort managérial des directions de firmes à partir des années 1980 est une tentative pour imaginer des formes d’organisation qui soient flexibles, c’est-à-dire qui soient capables par le processus d’organisation lui-même, de faire face à l’évolution de la demande et du marché. Et il s’agit d’imaginer des formes organisationnelles qui ne soient plus territorialisées, c’est-à-dire qui ne soient plus attachées à un territoire fixe, mais qui soient susceptibles d’être transposées, en tant que modèle de flexibilité organisationnelle, dans n’importe quelle situation de production. Comment les organisateurs industriels ont-ils réussi à opérer ce bouleversement et à sortir, par des processus très empiriques d’essais et d’erreurs extrêmement coûteux, de ce qui apparaît rétrospectivement comme l’une des crises managériale peut-être la plus importante qu’ils aient connu depuis le début du capitalisme ?

Entreprises-projets et « éphémérisation » du monde

  • 13 Je reprends le concept de Cornelius Castoriadis, plus large et radical que « désinstitutio (...)

11S’il n’y a plus de coïncidence entre l’entreprise et l’usine, entre les firmes institutionnalisées en crise et les unités de production disséminées mondialement, c’est notamment parce que l’on a vu revenir massivement les formes d’entreprise-projets, présentées comme la norme de forme organisationnelle efficiente. Or, quelles sont les caractéristiques des entreprise-projets ? Ce sont des entreprises qui ne sont pas territorialisées – ce sont les projets qui définissent les conditions matérielles, financières, techniques, etc. – et les formes d’organisation projet sont, par définition, des formes éphémères. Elles peuvent donc être analysées également comme des dispositifs – massivement utilisés – à disloquer les formes antérieures d’institutions qu’étaient les entreprises territorialisées dans la sphère productive, ou que sont encore toutes les formes d’administrations, d’associations, etc. dans la sphère des services. Par exemple, les universités doivent s’inscrire de plus en plus dans ces logiques de projets, et donc dans des logiques éphémères où c’est la capacité à soumettre l’ensemble des ressources à des normes fixées par les donneurs d’ordres ou à des règles administratives, politiques ou autres, qui permet de garantir la pérennité de l’équipe de recherches, de l’entité administrative, du diplôme, à terme de l’université elle-même, ou entraîner sa disparition par absorption, fusion, etc. On voit bien que les critiques qui portent sur un prétendu « modèle de l’entreprise » tombent à plat dès lors qu’elles ne comprennent pas que ce sont l’ensemble des institutions de la période antérieure qui sont confrontées à ces logiques de « destitution »13 et d’adaptation permanente. Cette socio-économie de normes et de perpétuelle recomposition des formes organisationnelles affecte les institutions à des niveaux d’échelles extrêmement larges.

  • 14 Voir par exemple les actions impulsées dans les années 1990 par les chambres régionales de (...)

12Et s’il y a un « modèle de l’entreprise », c’est sans doute en creux, parce que ces institutions ont été les premières à se disloquer, « s’éphémériser », entrer dans cette logique que des auteurs appellent « post-moderne ». Alors que l’on a pu penser, et que nous avons énormément de mal à nous arracher à cette conviction, qu’il y avait des formes d’organisation stables comme elles l’ont été relativement depuis un siècle, force est de reconnaître que depuis une trentaine d’années tous les mouvements de normalisation industrielle et managériale ont été des dispositifs de dislocation d’une ampleur sans précédent, qui ont atteint pour la première fois sous l’impulsion des grands donneurs d’ordre et de l’État, jusqu’au niveau de l’agence. C’est-à-dire que toutes les petites et moyennes entreprises ont été également soumises à des systèmes normatifs de plus en plus contraignants, notamment sous l’impulsion de « clients » industriels qui voulaient les pousser à tenir les coûts, les délais, les « démérites qualité »14. Cela a entraîné une recomposition générale de la totalité des formes organisationnelles antérieures, et la disparition massive d’entreprises artisanales et néo-artisanales qui ne correspondaient pas aux cahiers des charges et ne semblaient pas pouvoir se soumettre aux normes. Cela a entraîné un bouleversement des professions, des fonctions, des compétences, des métiers dans tous les secteurs. Si l’on considère par exemple des entreprises très anciennes et traditionnelles comme les entreprises du second œuvre du bâtiment, entreprises d’électricité ou de chauffage par exemple, le niveau de compétence et le niveau de soumission aux normes techniques et juridiques que doivent mettre en œuvre tous les ouvriers atteint des niveaux de complexité considérables. Et si les cahiers des charges normatifs ne sont pas tenus de façon extrêmement fines, cela peut entraîner une judiciarisation ultérieure de la relation contractuelle, mais également de ce fait, de l’évaluation des professionnels.

  • 15 Voir Beaud M., Le basculement du monde, de la terre, des hommes et du capitalisme, Paris, (...)

13Cette recomposition générale a également accompagné un bouleversement des conceptions antérieures des formes organisationnelles. Celles-ci étaient en effet centrées sur les problèmes de coordination physique, dans des logiques de surveillance et de contrôle les plus rapprochées possibles des situations et logiques de production. Le « basculement du monde »15 auquel nous assistons est un basculement vers des logiques de synchronisation plutôt que de coordination spatiale et physique : nous sommes entrés dans un univers processuel, et un processus n’a ni intériorité ni extériorité ; il se déroule selon des temporalités variées, des niveaux d’intensité, des discontinuités, des événements.

14Il est évidemment banal de constater que les technologies de l’information ont accéléré le processus de recomposition générale des formes organisationnelles en permettant des modalités de synchronisation de l’action à des niveaux de temporalités courtes qui n’avaient pas été atteintes antérieurement. Les technologies numériques permettent de coordonner en temps réel des modalités de production et de logistique à l’échelle de la planète toute entière, en relation étroite et jusqu’à un certain point selon le modèle de gestion des flux d’impulsions issu de la financiarisation des marchés : logique de projet, hypothèses, temps instantané, gestion des risques. Pour autant, la recomposition générale actuelle n’est pas le produit de technologies numériques puisqu’elle les a précédées et qu’elle résulte de la crise des formes antérieures d’organisation de la production et des échanges. Mais il ne fait pas de doute que la recherche de nouvelles formes organisationnelles et de réduction des coûts de transaction a accéléré l’émergence des technologies numériques massivement distribuées et des dispositifs de publicisation et de coordination comme internet. Mais le fait de coordonner ne suffit pas, il faut aussi être capable de garantir la conformité et la qualité des produits et des services, c’est-à-dire de vérifier le respect des normes techniques et des cahiers des charges.

Émergence et diffusion des normes techniques

15Ce mouvement de recomposition des formes organisationnelles s’est effectué en relation étroite avec l’intensification d’un processus qui avait émergé au début du siècle dernier : le processus de production et de diffusion de normes techniques. Le premier élément de cette dynamique a en effet consisté à mettre au point, dans les années 1980, des normes de bonnes pratiques concernant les processus organisationnels, et susceptibles d’être mises en œuvres de façon souple, indépendamment du contexte matériel, culturel, social, linguistique, institutionnel.

  • 16 On voit bien par exemple, l’importance, sous l’effet de l’opinion publique, des normes env (...)
  • 17 Bien entendu, cette velléité de contournement ou de recomposition des normes de droit par (...)
  • 18 On estime qu’il existe actuellement environ 70 organismes de normalisation de portée mondi (...)

16Ces normes techniques sont des cahiers des charges, définissant les conditions dans lesquelles des modes d’organisations peuvent être considérés comme des formes acceptables, pour s’intégrer dans un processus global déterritorialisé, c’est-à-dire susceptible d’être coordonné et synchronisé sans être dans un seul lieu. On est donc passé de formes d’organisations territorialisées dans une logique de surveillance à des logiques de pilotage par les normes et par les cahiers des charges. Cette intensification de la production des normes techniques a pris essentiellement deux formes principales. Il y a eu une intensification des normes de droit, c’est-à-dire des normes définissant les bonnes pratiques ou les pratiques acceptables dans le cadre des états nationaux ou européens, parfois sous la pression de l’opinion publique16. Et aussi une intense production de normes de spécification de cahiers des charges, qui définissent non plus les conditions techniques du produit ou des services, mais les modalités d’organisation ou de formes organisationnelles qui sont considérées comme acceptables pour s’intégrer dans un processus de production global. Ces autres formes de normes, devenues dominantes d’ailleurs dans bien des domaines, sont les normes de marchés, dispositifs en tension porteurs d’intérêts très puissants, susceptibles parfois de contourner ou de disloquer les normes de droit17. Les normes de marchés les plus connues sont celles produites par l’Iso (International standard organisation), émanation des organismes nationaux de normalisation comme l’Afnor et qui compte actuellement 157 membres. Mais il y a un grand nombre d’organismes mondiaux de production de normes spécialisées, qui sont devenus des acteurs collectifs majeurs dans le contexte de libéralisation généralisée qui sévit depuis trente ans18.

  • 19 Voir sur ce point Le Moënne C. et Parent B., Les stratégies de l’éphémère, article du coll (...)
  • 20 Deleuze G., Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, in Pourparlers, Paris, Minuit, 199 (...)

17On a donc assisté depuis trente ou quarante ans, a une radicalisation extrême de ce mouvement de production de normes techniques qui avait émergé au début du xxe siècle avec la création des organismes nationaux de normalisation (Aso, Afnor, etc.). Et nous avons, en un temps très court, basculé dans une socio-économie de normes techniques, inventées, de normes élaborées dans des négociations extrêmement longues qui visent à agir sur les formes sociales et anthropologiques autant que sur les formes organisationnelles. Une socio-économie dans laquelle normes et formes sont étroitement imbriquées. Nous sommes tous engagés quotidiennement dans un monde qui s’est totalement normalisé techniquement, sans que nous n’y ayons pris garde. Une normalisation qui ne résulte pas d’un ordre global voulu par un cerveau éclairé, un nouveau Léviathan, mais qui résulte de logiques multiples, en tension, qui finissent par converger vers des logiques sociales globales produisant spontanément des effets de régulation et de dérégulation. Car ces logiques normatives sont perpétuellement évolutives, en tension et en émergence19. Et nous y sommes totalement impliqués, car sans ces normes et ces accords normatifs nous ne pourrions rien faire dans un monde qui est soumis depuis plus de quatre siècles maintenant à un processus d’artificialisation, pour reprendre l’expression de Gilles Deleuze qui y voyait le passage des sociétés de surveillances aux sociétés de contrôle20.

  • 21 Voir sur ce point Levinson M., The Box. Comment le conteneur a changé le monde, Paris, Max (...)
  • 22 Hardt M., « La société mondiale de contrôle », in E. Alliez (dir.), Gilles Deleuze, une vi (...)

18L‘exemple à la fois le plus spectaculaire par sa diffusion et le plus banal par sa quotidienneté, que nous utilisons tous sans même y faire attention, et qui est sans doute en voie d’être remplacé d’ailleurs par des supports numériques, c’est le code-barres, présent sur tous les produits de consommation et industriels. Il n’aurait en effet pas été possible de coordonner la production industrielle, la logistique et la distribution si n’avait été conclu à l’issue d’une négociation interminable, un accord international sur un code permettant un langage de description des pièces, des produits… qui est ce code-barres. Les codifications sont donc des processus nécessaire à l’élaboration de langages et de dispositifs de coordination et de synchronisation de l’action collective, et il serait possible de démontrer qu’ils sont les principaux vecteurs de la mondialisation actuelle21. Le remplacement progressif des formes institutionnelles, traditionnelles et culturelles, de coordination de l’action, par des formes « artificielles », conçues et inventées en fonction de buts singuliers, de projets, tel est l’élément central des tensions anthropologiques qui affectent le monde actuel et qui est qualifié par divers auteurs de « modernisation » ou de « post-modernisation » du monde vécu. Mikaël Hardt l’exprime en une belle expression lorsqu’il suggère que « la dialectique moderne du dehors et du dedans a été remplacée par un jeu de degrés et d’intensités, d’hybridité et d’artificialité »22.

Une mutation profonde des contextes professionnels des communications organisationnelles

  • 23 Sur ce point voir notamment Le Moënne C., « L’ère de la dissuasion symbolique ? », CinémAc (...)
  • 24 L’expression, reprise de l’anglais, est utilisée par Maturana et par Varela. Voir notammen (...)

19Il est assez frappant de constater que le développement des services « communication », comme le développement d’un champ des communications organisationnelles, essentiellement orienté dans un premier temps vers les stratégies de communication institutionnelle, émergent et connaissent une expansion considérable à partir du milieu des années 1980. C’est-à-dire que tout semble se passer comme si, à mesure que se disloquaient les formes organisationnelles d’entreprises, nous avions assisté à un développement massif de la communication d’entreprise, puis de diverses autres institutions sociales, comme s’il y avait une relation étroite entre ces deux phénomènes. Le développement de stratégies, présentées par leurs initiateurs comme des stratégies d’institution symbolique des entreprises, suggère en effet que l’émergence des politiques de communication institutionnelles a été liée étroitement à la nécessité de faire exister dans les imaginaires des entreprises en voie de dislocation et de recomposition massive23. Il s’agissait au fond de créer des conditions d’acceptabilité des actions décidées par les directions d’entreprises et de mener des stratégies politiques au sens très large du terme, c’est-à-dire de faire en sorte que les entreprises soient considérées comme des institutions sources de l’émergence du lien social. Mais également et plus fondamentalement, il s’agissait sans doute d’instituer symboliquement des environnements institutionnels et médiatiques compatibles avec les stratégies d’entreprises, des logiques internes susceptibles de les porter et de les mettre en œuvre, et une clôture symbolique entre ces deux instances : « énacter »24 des environnements, des organisations et une clôture cognitive entre ces deux instances.

  • 25 Voir ce débat dans le numéro 2 des Cahiers de la communication interne (mars 1998), en par (...)

20La dislocation et recomposition des entreprises et des institutions percutent évidemment les fonctions de communicateurs. L’association française de communication interne par exemple, qui regroupe nombre de chargés de communication « interne » n’a de cesse de souligner que cette fonction doit être pensée comme très fortement reliée aux stratégies globales25. Ces fonctions n’échappent donc pas à la recomposition générale des fonctions, métiers, compétences qui affectent tous les secteurs professionnels dans ce contexte et sont massivement amplifiés par la distribution des dispositifs numériques. Cette distribution produit également des processus de dislocations accrus entre sphère professionnelle, privée et publique. Plusieurs travaux observent qu’une part de plus en plus grande du développement logiciel est effectuée en dehors de la sphère professionnelle, comme le montre par exemple le développement des logiciels « libres ». Mais également les dispositifs de coordination de l’action que sont les téléphones portables, les tablettes numériques et les différents supports mobiles, sont utilisés pour « tracer » l’activité des salariés qui contournent ces logiques en se coordonnant sur leurs dispositifs privés. Tous ces processus et pratiques doivent évidemment être observés plus attentivement et analysés, mais ils confirment cette tendance générale à la recomposition, à la dislocation des formes antérieures, à la « déspatialisation » des logiques d’action, au profit de logiques processuelles, des logiques de vitesse et des formes organisationnelles visant des temporalités plus courtes. Ces temporalités courtes sont également lisibles dans les formats courts de coordination comme Twitter. Enfin, l’émergence des réseaux sociaux internes d’entreprises obligent à penser les formes organisationnelles comme ouvertes sur des « territoires numériques » qui ne recoupent certainement pas ce qui était antérieurement pensé comme territoire d’action. Faut-il d’ailleurs utiliser toujours ce mot, territoire, pour signifier ces logiques d’action médiatisées par les dispositifs numériques ? On bute ici sur la difficulté à signifier le nouveau et l’émergent et notre tendance à utiliser la sémantique de l’ancien pour tenter de résoudre ce problème de signification.

21Ce qui est assez intéressant c’est que la communication institutionnelle, qui peut être analysée dans une certaine mesure comme une symbolisation des entreprises, a percuté la prise de conscience du caractère hautement symbolique d’un certain nombre d’institutions politiques ou d’institutions administratives. C’est ce qui explique le développement massif des services communication dans les collectivités territoriales, qui s’en sont inspirées pour développer des stratégies symboliques afin d’exister dans les imaginaires et la visibilité publique. La nécessité, face à la dislocation des firmes et des institutions antérieures de reprendre symboliquement la question des frontières, des interfaces, de la clôture, des délimitations, a fait émerger la question de l’information organisationnelle dans un sens relativement large, sous l’effet évidemment de l’irruption des dispositifs numériques et des technologies de l’information et de la communication. Mais, beaucoup plus largement, dans un contexte ou la délimitation entre sphère publique, sphère privée et sphère professionnelle était mouvante et n’était pas posée une fois pour toutes, les professionnels se sont trouvés à partir des années 1980, de façon très massive, confrontés à des obligations de traçabilité qui devaient être prise très au sérieux dans un contexte où il y avait une évaluation publique et juridique des activités professionnelles. Cette traçabilité a obligé à repenser les organisations non plus comme des états, non plus comme des structures mais comme des processus, ou comme des ensembles de processus.

22Ceci a bouleversé les catégories antérieures, comme par exemple celle de métier. Cette catégorie ne désignerait plus des compétences individuelles mais collectives. À l’échelle des entreprises toutes entières l’on voit émerger l’idée que les métiers sont l’ensemble des processus qu’elles sont capables de mettre en œuvre et de contrôler de A à Z, pour reprendre quasiment les termes de l’Iso. Cela signifie que la première conséquence paradoxale de la révolution technologique de la numérisation a été de faire exploser les écrits et les imprimés. De la même façon que l’invention de l’imprimerie avait donné une expansion considérable à l’interprétation du texte, à l’oralité, au débat public, tout semble se passer comme si le passage au numérique avait accéléré les processus d’écriture sur divers supports, dont une explosion considérable des supports papier.

23On assiste donc à une distribution forte des dispositifs de production de traces, y compris des logiciels d’interprétation de la voix et de traduction sur support électronique, à une incitation extrêmement forte à l’analyse des processus et des situations professionnels, à la description empirique des logiques d’actions individuelles et collectives, et à l’émergence de normes d’écritures professionnelles communes. Et ceci est renforcé par le poids, de plus en plus fort, des exigences de traçabilité, qui a obligé à ce que j’appelle l’obligation de concevoir et de mettre en œuvre des politiques générales des traces, c’est-à-dire de production, communication, capitalisation des savoirs, problématique des archives, de la mémoire. Ceci suppose une conception non triviale de la mémoire, qui ne s’en tienne pas à une vision romantique ou subjective de cette question, tout à fait stratégique dans un monde de normes et de labels.

Les formes sociales comme dispositifs de mémoire cristallisée

24Revenons un moment sur la question des normes et des formes que je n’ai fait qu’effleurer. Cette question est une question classique de la sociologie et de l’anthropologie culturelle. Elle a été abordée dans le champ des sciences de la communication par Bateson autour de la notion de codage et autour de la mise en évidence des questions d’analyse de la micro-culture liée à la structuration de l’appareil cognitif par les normes anthropologiques. La question des normes a été également abordée par Michel Foucault dans la perspective des sociétés de surveillance, et par Pierre Legendre dans son analyse de l’émergence du capitalisme dans le contexte de ce qu’il appelle le champ normatif occidental.

25Plus récemment la question des normes est revenue fortement comme une question intéressant les sciences humaines et sociales à partir d’un renouvellement des approches liées à l’ethnométhodologie et aux approches en termes de logiques d’action et de microsociologie de l’action, mais aussi aux approches en termes de traduction, toutes approches qui rejoignent les approches cognitives en ceci qu’elles mettent l’accent sur les conventions, les accords, les valeurs, les règles et les normes en contexte d’actions et de décisions. C’est le développement du pragmatisme qui a actualisé la mise en évidence de l’importance des travaux sur les normes sociales en situation, et sur les univers de référence qui caractérisent l’ensemble des actions situées. Ceci a amené à considérer, dans le champ des sciences de l’information et de la communication et les recherches en matière de communication organisationnelle, l’intrication forte qui existe semble-t-il entre normes techniques et normes anthropologiques dans l’émergence et l’actualisation des formes organisationnelles.

26Les normes techniques peuvent être définies de différentes façons selon que l’on considère les processus de normalisation institutionnalisés comme l’Afnor ou l’Iso, ou que l’on considère l’émergence de normes comme l’une des aptitudes de l’humanité. Les normes, de la façon la plus générale, sont des règles qui ne peuvent pas ne pas être appliquées sans que l’on subisse en retour divers dommages, visant à nous punir de ne pas les avoir respectées ou à nous remettre dans la norme pour éviter que nous ne les contournions à nouveau.

27Les normes techniques issues des processus de normalisation institutionnels sont construites en fonction de buts parfois différents ou antagonistes, et très âprement négociées par des parties prenantes qui défendent des intérêts variés et parfois divergents. Ces processus de négociations de normes techniques ont, notamment si on considère que les normes de droit en font partie, émergé depuis quasiment deux millénaires, si ce n’est depuis l’invention de l’écriture ainsi que l’institution de la valeur marchande et de la monnaie. Pour autant, le développement de ces normes techniques constitue un chapitre nouveau important depuis un siècle et demi du développement des normes de droit, du cadre juridique qui détermine les logiques d’action collective, ces actions qui se situent dans des projets volontairement organisés ou dans des modes de coordination spontanées sociales ou culturelles.

  • 26 Voir Baxandal M., Ombres et lumières, Paris, Gallimard, 1995.
  • 27 Voir Deforge Y., Le graphisme technique, Seyssel, Champ Vallon, 1981.
  • 28 Voir Guedj D., Le mètre du monde, Paris, Le Seuil, 2003.

28L’émergence des normes techniques a supposé évidemment, en amont, un long processus d’invention et de légitimation de langages et de codes, depuis l’invention de la perspective au quattrocento26, le développement et la normalisation du dessin industriel dans les arsenaux de la marine27, l’adoption des étalons de mesure28, jusqu’à l’invention des conventions de traduction des logiques d’action en temps élémentaire, avec l’invention des machines à compter le temps court (chronomètre) et la segmentation des logiques de travail appelée « organisation du travail ». Sous cet aspect, le phénomène important de tout le xxe siècle est l’émergence des institutions normatives nationales et internationales d’élaboration des normes de marché. Normes de marché qui concernent finalement deux groupes d’institutions ou de dispositifs : les pratiques sociales organisées selon des buts volontaires, (ce qu’on appelle couramment les « organisations ») et les objets, machines et dispositifs matériels qui constituent le contexte de l’action ou qui se trouvent engagés dans l’action collective.

  • 29 Voir de Munck J. et Verhoven M., Les mutations du rapport à la norme, Paris-Bruxelles, De (...)

29Enfin, et les normes sont ambivalentes sur ce point, le développement des normes techniques a accru massivement les productions symboliques les plus diverses et renforcé l’importance des langages – ordinaires, logiques, mathématiques, numériques, iconiques, etc. – dans les descriptions des processus et des activités. Beaucoup d’auteurs et de praticiens considèrent à juste titre que les normes sont d’abord des langages, des formes sémiotiques, expression qui doit être comprise dans un sens très large et englobe toutes les traces susceptibles de faire sens. C’est ce que certains philosophes appellent le renouvellement de la question procédurale et institutionnelle dans ce nouveau contexte29.

  • 30 C’est cette question fondamentale qui est à l’origine du programme « formes et normes » qu (...)
  • 31 Cette question des objets dans l’action a commencé à être travaillée dans quelques program (...)

30Mais les normes sont également des dispositifs de médiation, sociale, communicationnelle… Les normes sociales sont donc des dispositifs d’émergence de formes sociales permettant l’émergence de modalités de rapports sociaux, dans des dynamiques à la fois d’altération des formes instituées et d’adaptation, d’émergence et d’institutionnalisation de nouvelles formes sociales. La question qui intéresse au premier chef les sciences humaines et sociales et les sciences de l’information et de la communication est alors la suivante : est-ce que les normes produisent leurs effets par des effets de langage ? Ou peut-on considérer que les normes techniques produisent des effets anthropologiques plus profonds, sans que soient nécessairement mis en œuvre des procédés discursifs30 ? La question centrale posée par cette émergence des normes techniques est celle de la cristallisation des informations, des usages et des significations imaginaires dans des objets ou des formes organisationnelles. C’est-à-dire que la question centrale est la question des mémoires de formes, dans un sens anthropologique très radical. En effet, il me semble que les normes, au-delà de leur dimension langagière et discursive, et en deçà et avant cette dimension, peuvent être analysées comme des dispositifs de cristallisation des mémoires, c’est-à-dire des dispositifs d’institution, qui permettent d’inscrire des logiques anthropologiques et sociales, des modes de pratiques sociales, des imaginaires, des types de comportements à la fois dans des objets, des formes objectales31, dans des formes organisationnelles, des modes de coordination de l’action collective, et dans des formes sémiotiques. Cette cristallisation des normes dans les objets et dans les formes organisationnelles est au fondement de leur puissance de propagation d’imaginaire, de valeurs, et donc de formes sociales et anthropologiques.

  • 32 Je partage ici notamment les points de vue et synthèses de François Flahault (Pourquoi lim (...)

31Entre un instrument, objet utilisé par occasion en fonction d’un but, et un outil, la différence est que l’outil cristallise, dans sa forme, un projet, et vise à simplifier ultérieurement la réalisation de ce même projet, jusqu’à devenir un dispositif routinisé, un dispositif de mémoire d’action – et pas seulement attaché à un usage, mais possédant aussi une plasticité, une capacité d’évolution et d’adaptation. L’essentiel de notre capacité adaptative est collective, sociale, et cette dimension sociale est en particulier inscrite dans cette « propension des choses » qui inscrit notre action, notre intelligence, nos imaginaires, dans des contextes qui ne sont pas seulement matériels dans un sens étroit mais, en tant que formes sociales, sont profondément sémiotiques, organisationnels, objectaux. Et nous émergeons au monde dans des contextes hautement technicisés, c’est-à-dire dans lesquels, dès lors que nous possédons l’aptitude à appréhender et à jouer avec les procédures, les normes, les règles, nous sommes considérés comme adaptés, et nous économisons du temps et de l’énergie parce que nous sommes socialement inscrits dans des collectifs intelligents, mais qui sont pour l’essentiel cristallisés dans nos artefacts32.

32Il faut approfondir et radicaliser l’hypothèse de Leroy-Gourhan selon laquelle l’espèce humaine, comme d’autres espèces d’ailleurs, se caractérise par sa capacité à distribuer de la mémoire dans ses environnements, et notamment à cristalliser de l’information et de l’intelligence dans les formes sociales : organisationnelles, objectales, sémiotiques. Cette hypothèse est au fondement d’un programme visant à élaborer une approche institutionnaliste et évolutionniste des processus de communication organisationnelle.

33Ce qui veut dire que les normes techniques produisent des effets de normalisation de façon infra-rationnelle et infra-langagière, et que cette puissance de normalisation constitue l’enjeu implicite des négociations dures des normes techniques dans le contexte des sociétés de marché. Ceci amène à reprendre à nouveau frais la question technique et le statut des formes organisationnelles et des objets que je nomme pour la meilleure compréhension de cette problématique « formes objectales ».

34Il me semble en effet que demeure un problème important pour penser la question technique. Nous avons tendance à penser les objets et dispositifs techniques comme s’ils étaient extérieurs à nous. Or, la technique n’est pas extérieure à la question de l’humanité. Il me semble qu’elle est un peu comparable aux langues humaines et a la fonction du langage qui nous permet de nous les approprier : c’est une institution, elle fait partie de la culture. On trouve les langues, l’ensemble des normes culturelles, anthropologiques, lorsque nous émergeons au monde dans un contexte où, par imitation, par imprégnation, comme l’analysent l’anthropologie culturelle, l’anthropologie cognitive et diverses autres disciplines maintenant, nous essayons d’acquérir des éléments nous permettant de nous inscrire dans un milieu social et d’y agir avec des chances raisonnables de succès. Cela oblige à analyser la façon dont les normes techniques agissent ou, à tout le moins, sont des dispositifs à tenter d’agir sur les normes anthropologiques. Pour le dire d’une autre façon, comment imaginer et adopter des normes de bonnes conduites universelles, qui permettent d’agir de façon prévisible dans toutes les situations culturelles et d’obtenir des bons résultats quel que soit le pays, la civilisation, la langue, les mœurs et coutumes ? C’est l’un des gros problèmes des organisateurs industriels actuellement. Réussir à faire en sorte que, quel que soit l’environnement anthropologique, culturel, on réussisse à élaborer des cahiers des charges, de comportement et de « bonnes pratiques » comme on les appelle, qui permettent de donner de la prévisibilité à l’action.

35Dans tous les propos sur les problèmes de changement en organisation, on peut lire qu’il y a des acteurs, des groupes qui résistent. Certains sont pour le changement, d’autres sont contre. Mais jamais on examine la possibilité que ce soient les objets qui résistent, que ce soient les bâtiments, l’organisation des bâtiments ou bien que ce soient les routines qui sont intégrées par tous et permettent une efficacité éprouvée, parce qu’elles ont été essayées dans le contexte organisationnel institutionnalisé, ou bien parce qu’on est né dans une tribu ou une famille où on faisait comme cela, ou bien qu’on en a déjà eu l’expérience. Les institutions sont des dispositifs de réplication de la même chose et elles sont porteuses d’imaginaires de stabilité, d’efficacité, elles simplifient les décisions, les actions, elles constituent un cadre routinier rassurant. Ce sont des formes sociales qui ont une puissance de pesanteur et de réplication, et la tension entre les formes et les normes atteste de cela. Il y a une tension permanente entre les formes sociales qui ont tendance à être des formes instituées et qui renvoient à des imaginaires stabilisés, cristallisés, et le fait qu’il y ait en permanence une tension pour se libérer du poids des formes institutionnelles et pour essayer de les faire évoluer, changer et s’adapter.

Quelles conséquences épistémologiques et théoriques pour quels programmes de recherches ?

36On voit donc que la recomposition de la notion d’organisation dépasse très largement les organisations physiques, les administrations, les entités situées et relativement stables qui existaient antérieurement. La notion d’entreprise en particulier est disloquée de l’intérieur et tend à se dissoudre dans ses environnements, se décompose et se recompose perpétuellement autour de processus instables et évolutifs. Quelles en sont les conséquences ? Il me semble que cela recompose totalement les notions et les pratiques d’information-communication organisationnelles.

37Comment développer des programmes de recherche qui soient à la fois interdisciplinaires, qui rassemblent et qui mettent au cœur les questions de l’information et de la communication organisationnelle ? Il me semble que la première question sur laquelle butent nos collègues de gestion, les sociologues des organisations, c’est tout simplement la conceptualisation trop étroite de l’information organisationnelle. Or, une conceptualisation plus ambitieuse, qui correspond au demeurant à l’état des phénomènes que nous pouvons observer, suppose une conception très large des formes organisationnelles : l’information organisationnelle concerne les formes organisationnelles, les formes objectales et les formes sémiotiques. Il s’agit là d’un programme de convergences autour des SIC, pour l’ensemble des sciences sociales qui travaillent sur les organisations. De tels programmes interdisciplinaires et de convergences supposent, à ce stade, la prise de conscience du caractère profondément complexe de cette notion d’organisation, de l’importance de la notion de clôture cognitive, que les organisations sont des dispositifs d’intelligence collectives non triviales.

38C’est-à-dire de penser, de façon non séparée, la co-émergence pratique et symbolique d’organisations artificielles, conçues ou qui tentent d’être conçues en fonction de leurs buts, d’environnements qui soient compatibles avec ces organisations et en même temps la clôture entre le dedans, le dehors, clôture qui n’est jamais posée, qui n’est jamais donnée, mais qui est en permanence construite. Cela fait bouger les conceptions dualistes, mentalistes et représentationnelles des organisations, avec des états qui seraient posés : le dedans, le dehors, la communication interne, externe, etc. au profit de problématiques qui renvoient peut-être plus à des approches cognitives, mais dont la qualification est ouverte. En effet, les approches cognitives privilégient la subjectivité, pensent l’intelligence uniquement comme intelligence humaine, mentalement située, et ne prennent pas en compte l’intelligence massivement distribuée dans les environnements par les milliers de générations qui nous ont précédées, ou par les projets et les inventions perpétuelles d’objets, de traces diverses, de formes organisationnelles… Il s’agit donc au fond de jeter les bases de programmes institutionnalistes et évolutionnistes de recherches sur les communications organisationnelles, comme les socio-économistes des entreprises ont pu en développer sur ces institutions et les logiques de coordination et de coopération, mais sans prendre en compte suffisamment les processus de cristallisation de mémoires et d’information.

Essayer de comprendre la notion de forme organisationnelle

39Il faut dépasser l’idée, et c’est très difficile, que l’organisation serait un état posé et, au-delà de l’idée de l’organisation comme processus, essayer d’aller sur la question suivante : qu’est-ce qui fait la genèse des formes organisationnelles ?

  • 33 Voir Simondon G., L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier, 1989.

40Simondon, dans son ouvrage sur « l’individuation psychique et collective »33, dit que ce qui est central n’est pas l’individu, mais le processus d’individuation, c’est-à-dire qu’il met en avant l’idée d’un potentiel d’individuation qui serait sous-jacent à l’émergence des formes. Il utilise le terme « germe » pour signifier ce potentiel qui serait toujours contenu dans les formes organisationnelles comme dans les formes sémiotiques, et qui permet de poser le processus de différenciation comme un processus permanent d’adaptation, de mutation, de changement. Comment peut on penser, dans cette perspective, les formes organisationnelles au delà d’une analyse, d’un inventaire empirique des « organisations » ? Il faut les penser justement comme une aptitude à la différenciation, à la genèse, au changement, à l’adaptation, etc.

  • 34 Voir Stiegler B., « La technique et le temps », La faute d’épiméthée, tome 1, Paris, Éditi (...)

41Il me semble que ceci, à condition de radicaliser la perspective de Simondon et de Leroy-Gourhan, comme d’ailleurs de Stiegler34, ouvre des perspectives très intéressantes de problématisation et de construction de programmes de recherches pour les sciences de l’information et de la communication. Ceci suppose de résister au réductionnisme et de refuser de réduire les processus organisationnels à des processus sémiotiques, écritures, symboliques diverses. De résister à l’idée que, dans le fond, les organisations seraient des formes symboliques ou des formes qui renvoient à des production symboliques, que ce soit des productions langagières, iconiques, etc. Il faut également dépasser l’idée que dans le fond la communication organisationnelle produirait des effets d’imitations, de propagations de formes, seulement par des effets de propagations idéologiques ou de propagations symboliques.

  • 35 Ce terme me semble très riche et devra être approfondi.

42Ce qui me gêne dans ce point de vue, c’est que, au plan anthropologique, il semble considérer que l’humanité est d’abord une espèce pour laquelle « au commencement était le verbe », le langage, le langage explicite et volontaire, le sens. Il me semble qu’il s’agit là d’une vision créationniste de l’humanité, dont je trouve d’ailleurs des traces explicites dans la revendication, par divers chercheurs, d’un « constructivisme » qui me semble très clairement de l’idéalisme subjectif, comme si nous pouvions littéralement créer le monde par le discours et la pensée, comme si le monde social – et organisationnel – était uniquement ou essentiellement symbolique. Toutes les recherches récentes qui concernent la genèse de l’humanité montrent que cette espèce animale, comme beaucoup d’autres d’ailleurs, a d’abord été sociale avant d’être humaine. C’est-à-dire que l’humanité est à la fois le résultat de l’évolution et de la sélection naturelle, mais également d’une aptitude à l’adaptation qui a d’abord été et reste pour elle collective, une aptitude à la coordination et à la coopération. L’humanité a d’abord, par hasard et nécessité, trouvé dans l’organisation et dans l’environnement physique des potentiels, des « propensions »35 à s’adapter. Elle n’est d’ailleurs pas la seule espèce à avoir cette capacité sociale et collective à s’adapter en s’organisant. Il y a énormément d’espèces qui s’organisent, y compris en fonction de buts inventés par occasion. On a longtemps cru, et jusqu’à une date récente d’ailleurs, que ce qui distinguait l’humanité des autres espèces d’animaux sociaux complexes, c’était la culture, la capacité à inventer et transmettre des comportements normés et des règles inventées par essai et erreur. Mais les frontières se sont énormément disloquées, là aussi depuis trente ans, et les ethnologues comme les anthropologues ou les éthologistes sont devenus très prudents. On peut dire que l’humanité semble avoir une capacité à imaginer des formes organisationnelles, des dispositifs, des objets, des discours, des langages, des processus qui permettent d’atteindre des buts ou d’essayer d’imaginer pouvoir atteindre des buts. Les groupes humains semblent être capables d’imaginer des formes organisationnelles artificielles, d’où cette question : d’où vient cette aptitude à imaginer des formes organisationnelles ?

43Pourquoi ne pas imaginer finalement que cette notion de forme implique une vision très extensive de la notion d’information qui aille au-delà de l’information comprise au sens de transmission de signal, au-delà même de l’information comme dispositif de médiation, technique, symbolique, langagière, etc. mais qui prennent de façon très radicale l’information comme étant une potentialité, une « propension » d’émergence de signaux ou de significations permettant d’agir sans avoir à penser à ce que nous faisons. Cette propension qui tiendrait à cette capacité que nous avons à cristalliser des informations et de l’intelligence dans des objets, supports, éléments matériels de nos environnements sociaux, à routiniser les relations sociales jusqu’au point que nous ne soyons plus en permanence obligés de réinventer à tout moment le monde dans lequel nous évoluons et agissons, sans totalement, individuellement ou collectivement, le comprendre, et pourtant en agissant avec un pourcentage de succès acceptable dans nos projets.

44Il y aurait là, pour les recherches sur les pratiques d’information-communication, un programme de recherche qui porterait sur les grands registres d’évolution et de transformation des formes sociales, non seulement les formes sémiotiques et les formes organisationnelles, mais également des formes que j’appelle « objectales » parce que j’essaie de prendre la notion de « design » et « d’objet » au sens fort du terme, comme des dispositifs de mémoire et d’intelligence cristallisés en fonction de desseins. Et parce qu’il faut enfin comprendre que tous ces petits et gros objets qui nous entourent et qui contribuent à définir l’humanité, qui ne sont pas séparés de l’humanité, ne peuvent être pensés hors d’elle ou contre elle comme le mythe et l’idéologie de la technique essaient de nous le faire croire. Il y aurait là un programme de recherche qui pourrait, peut-être, être un programme de convergence entre toutes les recherches en sciences de l’information et de la communication et permettrait d’en penser l’objet transversal dans lequel la question des médias, la question des médiations, des formes organisationnelles prendrait une ampleur beaucoup plus forte que si on continuait à les examiner de façon séparée. Un programme fort au sens de Bloor, mais un programme non relativiste.

  • 36 Voir Popper K., Un univers de propensions, Arles, L’Éclat, 1992 et Jullien F., La propensi (...)

45Si nous revenons aux formes organisationnelles, elles peuvent, dans cette perspective, être pensées comme des germes au sens de Simondon, c’est-à-dire comme des aptitudes anthropologiques à produire des organisations, et si on ne les pense pas comme cela on loupe l’essentiel de ce qu’est le processus de genèse des formes organisationnelles, mais aussi le processus de genèse des formes objectales qui sont totalement substantielles à ces formes organisationnelles, qui sont totalement impliquées avec elles. Ces notions de formes convergent dans le fond avec ce que François Julien, dans sa réflexion sur la pensée chinoise, décrit comme des propensions36. L’idée de propension est également utilisée par Karl Popper dans sa réflexion sur les relations entre causalité et évolution dans les potentialités de création qui caractérise en permanence le vivant. Cette perspective appelle non seulement à un dépassement du créationnisme dans la pensée occidentale, mais également à une critique de la persistance du créationnisme dans notre pensée de la technique, dans notre difficulté à dépasser le dualisme et le grand partage, dans la façon de penser les activités humaines médiatisées par des dispositifs et des objets.

Pour conclure sur les imaginaires des technologies de la communication

46Nous terminerons par une interrogation ou un problème qui peut concerner la question des imaginaires des TIC, mais qui interroge également de façon très concrète les capacités des acteurs professionnels à décrire leurs activités, notamment dans le contexte de dispositifs émergents comme le contexte de numérisation générale des logiques de synchronisation et de coordination. Le problème est ici double et peut être formulé de la façon suivante : avons-nous besoin, pour agir avec des chances raisonnables de succès, d’avoir une théorie de nos actions ? Et, par ailleurs, face à des phénomènes, situations, événements nouveaux, est-il possible d’en rendre compte de façon nouvelle et adaptée à ce qui émerge ? On pourrait le dire d’une autre façon : est-ce qu’il est possible de changer volontairement, ou même culturellement, d’imaginaire ? En gros si nos conceptions du monde, notre façon d’instituer la société et de penser nos environnements sociétaux sont articulés à une anthropologie de l’espace, si c’est même seulement notre territoire d’action ou de déambulation qui sous-tend notre conception du monde, comment faire pour concevoir sereinement de basculer dans une anthropologie de la vitesse et du temps ?

  • 37 Sur les modes de significations imaginaires, l’un des grands auteurs reste à l’évidence Co (...)

47Force est de constater qu’on n’a pas les discours, les imaginaires, les concepts, qu’ils n’ont pas émergé encore, qu’on ne peut pas les décréter, qu’on ne peut pas identifier complètement non plus les formes langagières émergentes qui permettront d’en parler. Et nous sommes donc contraints et forcés de continuer de parler des processus émergents que nous soupçonnons, ou que nous percevons, ou auxquels nous sommes confrontés, avec des mots anciens, des conceptions du monde qui ne correspondent pas. On le voit bien d’ailleurs dans les discours sur les entreprises : il y aurait un dedans, un dehors, on continue à parler de cela en voyant bien que ce sont nos discours qui font exister symboliquement ces entités qui, par ailleurs, sont instables, dissipatives : de là les stratégies de communication institutionnelles. Comment aussi analyser la façon dont nous parlons des TIC et d’internet dans ce contexte ? Dans un contexte où globalement n’ont pas encore émergé de langages qui permettent d’en parler ? On rencontre là un vrai problème, qui pourrait amener à interroger : est-ce que les imaginaires d’internet ont vraiment un sens ? Est-ce que ce n’est pas trop tôt ? Est-ce qu’on n’est pas dans le fond condamnés à être prisonniers en permanence de ce que Cornelius Castoriadis appelait les logiques « ensemblistes identitaires », ou les « imaginaires hérités »37, les institutions au fond qui continuent à structurer notre rapport au monde.

48On n’arrive pas à parler de ce qui est nouveau et émergeant pour de multiples raisons. La première, parce qu’il est extrêmement difficile d’identifier ce qui émerge alors que nous avons tendance à identifier plutôt ce qui meurt. Or, ce processus de destitutions-institutions et de disparitions-émergences est un processus permanent. Et s’il est plus facile d’identifier ce qui disparaît plutôt que ce qui émerge, c’est que l’émergence apparaît toujours incertaine et instable, dans des processus de sélection « par essais, et erreurs », par hypothèses et tests… Et cette difficulté à parler des choses et des phénomènes émergeants nous rappelle l’utilité sociale de l’utopie : dans quelle mesure est-ce que nous ne sommes pas condamnés, lorsque nous voulons parler avec enthousiasme pour essayer de convaincre – par exemple qu’il faut exploiter les nouvelles technologies – d’utiliser des discours utopistes, c’est-à-dire des discours qui, utilisant des significations imaginaires, les langages antérieurs, essaient de moduler ces langages de façon à ce qu’ils signifient dans l’imaginaire ce qui est nouveau, ce qui est émergeant, ce qui est susceptible d’ouvrir vers l’avenir. Est-ce que dans le fond une grande partie à la fois des discours d’internet, que ce soient les discours enthousiastes ou les discours négatifs, ne sont pas prisonniers de ces situations dans lesquelles il y a des significations imaginaires qui sont héritées et desquelles il n’est pas très facile de se libérer ? Il me semble qu’il y a là quelque chose d’indépassable.

49Alors je ne sais pas comment tout cela s’articule avec des imaginaires techniques. Je trouve que beaucoup des textes que j’ai lus sur internet renvoient soit à des utopies blanches, soit à des utopies noires. C’est-à-dire renvoient à des significations imaginaires positives qui ouvrent vers un avenir radieux, mais avec un chemin vaguement sinueux, soit à des utopies noires, c’est-à-dire des significations imaginaires négatives, catastrophistes… mais qui ne se distinguent en rien de ce que sont les imaginaires structurants d’une époque où dominent dans nos pays les utopies noires, d’un monde global qui serait en train de s’effondrer sous l’effet du réchauffement climatique ou de multiples autres problèmes complexes. Est-ce que cela renvoie particulièrement à internet et aux technologies de l’information ou n’est-ce pas notre rapport global aux techniques et aux technologies qui est perpétuellement en retard par rapport à ce qu’on est capable d’observer et de vivre pratiquement ? Il y a vraiment tout un champ de réflexion sur la question technique et sur la question des cristallisations de formes qui me semble être au cœur de la pensée et de la tentative pour conceptualiser ce qui se passe actuellement dans le monde.

Bibliographie

Bibliographie

Baxandal M., Ombres et lumières, Paris, Gallimard, 1995.

Beaud M., Le basculement du monde, de la terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La Découverte, 2000.

Beaune J.-C., Le vagabond et la machine, Seyssel, Champ Vallon, 1983.

Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, 1976.

Chandler A. Jr, La main visible des managers, Paris, Economica, 1987.

Conein B., Dodier N. et Thévennot L. (dir.), Les objets dans l’action : de la maison au laboratoire, Paris, EHESS, coll. « Raisons Pratiques », no 4, 1993.

Deleuze G., Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, in Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

Deforge Y., Le graphisme technique, Seyssel, Champ Vallon, 1981.

Flahault F., Où est passé le bien commun ?, Paris, Fayard, coll. « Essai Mille et une nuits », 2011.

Flahault F., Pourquoi limiter l’expansion du capitalisme, Paris, Éditions Descartes et Cie, 2003.

Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1966.

Guedj D., Le Mètre du monde, Paris, Le Seuil, 2003.

Hall E.T., Le langage silencieux, Paris, Le Seuil, 1984.

Hardt M., « La société mondiale de contrôle », in E. Alliez (dir.), Gilles Deleuze, une vie philosophique, Paris, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 1998, p. 362.

Hobsbawm E.J., L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Bruxelles, Complexes, 1999.

Jullien F., La propension des choses. Pour une histoire de l’efficacité en Chine, Paris, Le Seuil, 1992.

Le Moënne C., « Communication “by smiling around” et crise managériale », Réseaux, no 64, 1994.

Le Moënne C., « La communication organisationnelle à l’heure de la dislocation spatio-temporelle des entreprises », Sciences de la Société, no 62, 2004.

Le Moënne C., « Les communications d’entreprises entre médias, réseaux et recompositions organisationnelles » in A. Bouzon (dir.), La communication organisationnelle en débat, Paris, L’Harmattan, 2006.

Le Moënne C., « L’ère de la dissuasion symbolique ? », CinémAction, numéro spécial, 1992.

Le Moënne C., « Questions et hypothèses sur les approches constructivistes et les recherches en communications organisationnelles », in A. Mucchielli (dir.), La place du constructivisme dans l’étude des communications, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerrannée, 2004.

Le Moënne C. et Parent B., « Les stratégies de l’éphémère », article du colloque Communiquer dans un monde de normes, Lille, 2012, à paraître.

Levinson M., The Box. Comment le conteneur a changé le monde, Paris, Max Milo, 2011.

De Munckj. et Verhoven M., Les mutations du rapport à la norme, Paris/ Bruxelles, De Boeck, 1997.

Murard L. et Zylbermann P., Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré, Paris, Beaubourg, coll. « Recherche », 1976.

Polanyi K., La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 (1re édition en 1944).

Popper K., Un univers de propensions, Arles, L’Éclat, 1992.

Rifkin J., La troisième révolution industrielle, Paris, LLL, 2012.

Simondon G., L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier, 1989.

Stieglerb., « La technique et le temps », La faute d’épiméthée, tome 1, Paris, Éditions Galilée, 1994.

Varela F., Autonomie et connaissance, Paris, Le Seuil, 1980.

Verin H., Entreprise, entrepreneur, histoire d’une idée, Paris, PUF, 1982.

Weber E., La fin des terroirs, Paris, Fayard, 1983.

Notes

1 Dans une interview récente à un hebdomadaire, Marianne, de mars 2012, le fondateur de la principale agence de notation d’origine française, Fitch, attribuait à Mitterrand et à son ministre des finances Béregovoy, la paternité de la financiarisation à outrance du capitalisme français.

2 Je ne renverrai pas chacune des références de Cornelius Castoriadis dont l’œuvre, dans son ensemble, me semble centrale pour penser les institutions et les imaginaires sociaux, et pas seulement L’institution imaginaire de la société (Paris, Le Seuil, 1976).

3 Voir Polanyi K., La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983 (1re édition en 1944).

4 Voir sur ce point Verin H., Entreprise, entrepreneur, histoire d’une idée, Paris, PUF, 1982.

5 J’ai déjà longuement développé ces analyses et ces questions dans d’autres textes et articles. Voir notamment Le Moënne C., « La communication organisationnelle à l’heure de la dislocation spatio-temporelle des entreprises », Sciences de la Société, no 62, 2004 ; Id., « Questions et hypothèses sur les approches constructivistes et les recherches en communications organisationnelles », in A. Mucchielli (dir.), La place du constructivisme dans l’étude des communications, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerrannée, 2004.

6 Sur ce point, voir Chandler A. Jr, La main visible des managers, Paris, Economica, 1987. Également de façon plus récente, l’ouvrage de Jérémie Rifkin, La troisième révolution industrielle (Paris, LLL, 2012), qui essaie de penser cette grande transformation en dressant une perspective du développement des grandes firmes au cours du « long xixe siècle ». De façon étonnante, cet auteur ne pointe pas l’importance des normes techniques qui émergent à partir du début du siècle dernier et devient à la fin du siècle l’un des moteurs de cette « troisième révolution industrielle », qui peut être caractérisée comme le basculement vers une socio-économie de formes et de normes.

7 Voir Hall E.T., Le langage silencieux, Paris, Le Seuil, 1984.

8 Voir Foucault M., Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1966, et dans cette même perspective, Murard L. et Zylberman P., Le petit travailleur infatigable ou le prolétaire régénéré, Paris, Beaubourg, coll. « Recherche », 1976.

9 Voir Beaune J.-C., Le vagabond et la machine, Seyssel, Champ Vallon, 1983. Également, dans une perspective foucaldienne sur la logique de la surveillance au début du xixe siècle.

10 Voir sur ce point l’extraordinaire ouvrage d’Eugen Weber, La fin des terroirs (Paris, Fayard, 1983).

11 Voir Le Moënne C., « Les communications d’entreprises entre médias, réseaux et recompositions organisationnelles », in A. Bouzon (dir), La communication organisationnelle en débat, Paris, L’Harmattan, 2006.

12 Hobsbawm E.J. L’Âge des extrêmes. Histoire du court xxe siècle, Bruxelles, Complexes, 1999.

13 Je reprends le concept de Cornelius Castoriadis, plus large et radical que « désinstitutionalisation ».

14 Voir par exemple les actions impulsées dans les années 1990 par les chambres régionales de commerce et d’industrie en relation avec les constructeurs automobiles en pleine impartition : « Bretagne qualité plus » animé par les ingénieurs et consultants de « Citroën superforce » [sic], « Aquitaine qualité plus » animé par les qualiticiens d’EADS, etc.

15 Voir Beaud M., Le basculement du monde, de la terre, des hommes et du capitalisme, Paris, La Découverte, 2000.

16 On voit bien par exemple, l’importance, sous l’effet de l’opinion publique, des normes environnementales qui ont été reprises aussi par l’Iso, et toutes les thématiques patronales de « responsabilité sociale et environnementale », ou d’« éthique », ou de « management par les valeurs » qui correspondent a des tentatives pour éviter que le législateur n’établisse des contraintes légales trop fortes.

17 Bien entendu, cette velléité de contournement ou de recomposition des normes de droit par les normes de marché rencontre des résistances, amène des évolutions du champ normatif qui est en tension entre l’évaluation des politiques publiques par les États (ou les agences para-étatiques), et l’évaluation des logiques d’efficacité privées mises en œuvre par les entreprises et les organismes normalisateurs.

18 On estime qu’il existe actuellement environ 70 organismes de normalisation de portée mondiale. Les comités Iso qui négocient des normes sont en 2012 au nombre de 3 800 environ (source : Afnor/Iso).

19 Voir sur ce point Le Moënne C. et Parent B., Les stratégies de l’éphémère, article du colloque Communiquer dans un monde de normes, Lille, 2012, à paraître.

20 Deleuze G., Post-scriptum sur les sociétés de contrôle, in Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

21 Voir sur ce point Levinson M., The Box. Comment le conteneur a changé le monde, Paris, Max Milo, 2011.

22 Hardt M., « La société mondiale de contrôle », in E. Alliez (dir.), Gilles Deleuze, une vie philosophique, Paris, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 1998, p. 362. L’évolution des normes Iso de la série 9000, qui décrivent les formes organisationnelles en logique de qualité totale, a accompagné l’ensemble de ce basculement vers des formes processuelles : la première version de la norme restait assez fortement marquée par les logiques d’organisation inscrite spatialement, de coordination selon des logiques procédurales susceptibles d’être territorialisées, de contrôle extérieur aux équipes de travail. La nouvelle version de la norme, appelée « actualisation 2000 », a clairement basculé vers des logiques processuelles et des conceptions autonomes des logiques de contrôle des équipes, en renvoyant au plus près de la panne ou de l’événement, la responsabilité de l’analyser, la décrire, d’élaborer les procédures de réponse et d’anticipation, de capitaliser ces savoir-faire en les validant.

23 Sur ce point voir notamment Le Moënne C., « L’ère de la dissuasion symbolique ? », CinémAction, numéro spécial, 1992 ; Id., « Communication “by smiling around” et crise managériale », Réseaux, no 64, 1994.

24 L’expression, reprise de l’anglais, est utilisée par Maturana et par Varela. Voir notamment Varela F., Autonomie et connaissance, Paris, Le Seuil, 1980.

25 Voir ce débat dans le numéro 2 des Cahiers de la communication interne (mars 1998), en particulier le point de vue d’une intervenante, Catherine Theule-Martin (en ligne sur afci.asso.fr) : « dans ce contexte de mutations, l’enjeu pour la communication interne consiste à interpréter localement la stratégie globale. Il est clair que l’incertitude accroît encore le besoin de communication. Mais comment communiquer et sur quoi lorsque la notion d’entreprise change et devient plurielle, lorsqu’il y a objectivement conflit d’intérêts entre les salariés et les dirigeants ? Quand les salariés sont dans une situation de plus en plus précaire, et qu’ils ne représentent désormais qu’une petite partie de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise, parler de communication interne a-t-il encore un sens ? »

26 Voir Baxandal M., Ombres et lumières, Paris, Gallimard, 1995.

27 Voir Deforge Y., Le graphisme technique, Seyssel, Champ Vallon, 1981.

28 Voir Guedj D., Le mètre du monde, Paris, Le Seuil, 2003.

29 Voir de Munck J. et Verhoven M., Les mutations du rapport à la norme, Paris-Bruxelles, De Boeck, 1997.

30 C’est cette question fondamentale qui est à l’origine du programme « formes et normes » que nous développons depuis plusieurs années au sein de l’équipe PREfics EA 3207 de l’université Rennes 2.

31 Cette question des objets dans l’action a commencé à être travaillée dans quelques programmes de recherches à la fin du siècle dernier et est notamment portée par la collection « Raisons Pratiques ». Voir notamment Conein B., Dodier N. et Thevennot L. (dir.), Les objets dans l’action : de la maison au laboratoire, Paris, EHESS, coll. « Raisons Pratiques », no 4, 1993.

32 Je partage ici notamment les points de vue et synthèses de François Flahault (Pourquoi limiter l’expansion du capitalisme ? Paris, Descartes et Cie, 2003 ; Où est passé le bien commun ?, Paris, Fayard, coll. « Essai Mille et une nuits », 2011) qui souligne le caractère irréductiblement social de notre condition, que « la vie en société a précédé l’apparition de l’homme de plusieurs millions d’années », ce qui signifie évidemment que les processus de coordination, d’organisation, de cristallisation d’information dans les environnements ont précédé le langage et continuent à constituer le cadre de toute action, individuelle ou collective.

33 Voir Simondon G., L’individuation psychique et collective, Paris, Aubier, 1989.

34 Voir Stiegler B., « La technique et le temps », La faute d’épiméthée, tome 1, Paris, Éditions Galilée, 1994.

35 Ce terme me semble très riche et devra être approfondi.

36 Voir Popper K., Un univers de propensions, Arles, L’Éclat, 1992 et Jullien F., La propension des choses. Pour une histoire de l’efficacité en Chine, Paris, Le Seuil, 1992.

37 Sur les modes de significations imaginaires, l’un des grands auteurs reste à l’évidence Cornelius Castoriadis.

Auteur

Professeur en Sciences de l’information et de la communication
Université européenne de Bretagne – Rennes 2
EA 4246 – Laboratoire PREFics

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search