Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

2- Travailler avec les NTIC

Le numérique. De l’usage aux traces. Du fantasme au doute et au cauchemar

Béatrice Galinon-Ménélec

Texte intégral

  • 1 Ici, la « noosphère » désigne un processus dynamique d’interactions des mémoires (et donc des trace (...)
  • 2 Cardon D., La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Le Seuil, coll. « La République des (...)

1La diffusion des technologies numériques, puis l’appropriation de leurs usages par un nombre croissant de personnes, a produit un monde imaginaire par lequel individus et organisations ont d’abord pensé trouver une nouvelle voie pour échapper à l’emprise d’une réalité communicationnelle décevante. Abolition des distances, instantanéité des échanges, élargissement de l’espace public, expression démocratique, l’esprit web était né et, avec lui, la « noosphère »1 des premières « communautés virtuelles ». Produite sur la base de fantasmes nourris par un mythe communicationnel fondé sur les promesses d’exil et de projets d’émancipation2, l’explosion des communications numériques et son discours ambiant laissa croire, un temps, que les traces numériques laissées à l’occasion de ces communications n’avaient, somme toute, aucune importance, au regard des avantages communicationnels obtenus. Or l’expression en ligne, en tissant des fils entre espace public et sphère privée, s’est avérée plus complexe que prévue.

2En s’effectuant en dehors de toute co-présence corporelle dans le même cadre spatio-temporel, les échanges des communicants prennent, certes, un caractère virtuel. Mais le numérique n’abolit pas, pour autant, la matérialité et ces échanges laissent des traces qui peuvent être transmises. Cette possibilité permet le traçage des individus, usage qui fait basculer le fantasme initial d’abord vers le doute pour tourner parfois au cauchemar.

3Le traçage des êtres humains peut s’assimiler, par la méthode utilisée, à celle des marchandises. Ce qui n’est pas spécialement gratifiant pour l’humain. Mais, ce n’est pas le plus inquiétant. L’Homme est d’une complexité autrement supérieure aux marchandises. À l’occasion de ses multiples activités, il est susceptible de laisser des traces de toutes natures, et les connexions de ces traces peuvent servir à des usages divers, parfois très éloignés des intentions et des contextes dans lesquelles elles ont été produites.

  • 3 Galinon-Mélénec B., L’argument de méthode comme limite aux dérives de l’imaginaire. Vers une éthiqu (...)
  • 4 « Aucun dispositif dans le cerveau ne permet de distinguer les stimuli externes des stimuli interne (...)
  • 5 Cet « imaginaire une fois posé, entraîne des conséquences propres, qui vont au-delà de ses “motifs” (...)
  • 6 Cet objectif serait vain puisque l’imaginaire permet à chaque individu non seulement de se projeter (...)

4Une précaution vient immédiatement à l’esprit pour assurer un usage éthique des traces : vérifier l’authenticité des informations les concernant. À cette fin, nous proposons par ailleurs plusieurs méthodes3 s’appuyant sur la raison, mais qui n’oublient pas pour autant que l’Homme ne sera jamais un être parfaitement rationnel : il sera toujours fondamentalement un homo demens4 dont l’imaginaire5 fonctionne telle une interface entre l’inconscient et le conscient et contribue à construire une représentation individuelle de la réalité. En aucun moment, nous n’envisagerons donc que l’argument de méthode aboutisse à éliminer l’imaginaire au profit de la raison6.

5Dans ce chapitre nous étudierons, à partir d’une enquête conduite à notre initiative, quelques usages du numérique oscillant entre fantasme et raison. Cette enquête, conduite sur des jeunes de 18 à 25 ans supposés être ceux pour lesquels le fantasme du numérique joue pleinement, sera mise en perspective avec la pratique d’usagers plus âgés dont l’usage du web est nettement plus distanciée. La rencontre, à l’occasion de situation de recrutement, de ces différents usages conduit-elle à une vision cauchemardesque des traces numériques ? Suffit-il de quelques précautions pour éviter le pire ? Comment, après l’analyse, maintenir ou restaurer la confiance dans un usage devenu incontournable au xxie siècle ?

La taxinomie générationnelle des usagers

Le doute des digitals migrants

  • 7 Marc Prensky est un consultant américain en NTIC qui vend des jeux éducatifs.
  • 8 Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, coll. « Quadrige, essais, débats », (...)

6Par digitals migrants, Marc Prenski7 désigne ceux qui sont nés non pas dans un environnement incluant internet, mais avec une télévision multi-chaînes. Ils ont grandi avec les jeux vidéo, ont utilisé dès l’adolescence, le téléphone mobile – ou ses précurseurs – et ont pu choisir des formations spécialisées en informatique. Les digitals migrants ont été nourris par le développement de l’image via le cinéma et la télévision. Avec eux, le monde s’organise « dans les images qui le donnent à voir »8. Ainsi s’amorce le questionnement de la vérité des images produites.

  • 9 Comme en témoignent les émissions Arrêt sur images, etc.

7Cette génération, ayant fait l’objet d’intrusion permanente d’images collectives dans leur représentation de la réalité, a conscience de l’impact de l’image sur l’imaginaire individuel et social, ce qui la conduit à mettre en place des formations à la sémiologie de l’image et à produire au sein de la télévision elle-même des émissions qui pratiquent régulièrement cette activité réflexive9. Elle a appris à prendre de la distance par rapport à un imaginaire qui les a d’abord séduits.

8La rationalité de l’analyse est venue introduire le doute comme méthode de protection à la séduction sous toutes ses formes. Les digitals migrants appartiennent à cette génération du baby boom qui a vu l’explosion successive de médias de masse. Supports privilégiés de la diffusion des informations et apparaissant comme un puissant « quatrième pouvoir », ces médias ont suscité la méfiance. Les chercheurs en sciences de l’information et de la communication comme en sociologie les ont étudiés dans le détail, produisant des recherches aussi bien sur le travail des journalistes que sur les contenus des informations véhiculées ou sur la réception par les publics (étude des audiences, évaluation des effets des médias sur les représentations), l’ensemble concourant à une approche comparative des médias.

  • 10 Castells M., La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998, nouvelle édition 2001, 671 p.
  • 11 Id., La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2002, 368 p.

9Les digitals migrants ont également participé au développement de ce que Manuel Castells nomme « la société en réseaux »10. Produit de l’interaction entre deux évolutions des décennies 1960-1970, celle des comportements (individualisme, nouveaux rapports au travail et à la famille, etc.) et celle des NTIC, la dynamique du réseau, en se développant, réorganisa progressivement toutes les sphères d’une vie sociale. Le développement d’internet à partir des années 1990 (La galaxie Internet)11 renforça cette tendance en permettant à chaque instant, d’une part, des mises en relation avec un grand nombre de personnes sur un mode interactif et, d’autre part, des échanges de textes, de sons ou d’images permettant aux interactants de la communication de disposer à distance d’un contexte d’échange multidimensionnel. Pour cet aspect, plus récent dans leur histoire de vie, cette génération s’est révélée de nouveau apte au rêve technologique et s’est lancée dans la communication numérique en réseau sans méfiance initiale.

10Ainsi, si l’on s’en tient à une taxinomie générationnelle globale, les digitals migrants disposent-ils, en principe, d’une représentation du réel et de schèmes cognitifs qui les rendent aptes à la distance par rapport aux prétendues vertus des nouvelles technologies. Ceux parmi eux qui ont participé à la construction de l’univers numérique s’avèrent particulièrement aptes aux processus de traduction intergénérationnelle en particulier à l’égard des e-analphabètes.

Les craintes des e-analphabètes

11Pour Premski, les e-analphabètes désignent ceux qui n’ont pas l’usage d’internet. De moins en moins nombreux, ils constituent néanmoins encore une partie non négligeable de la population, et pas seulement chez les seniors. Ils regroupent ceux qui n’ont pas la possibilité de disposer familièrement d’internet et qui ne peuvent intérioriser les processus cognitifs correspondants, faute d’un environnement adéquat. Les raisons en sont :

  • soit économico-sociales (ils n’ont pas le matériel ou la possibilité d’un abonnement ou l’habitat le permettant, etc.) ;

  • soit cognitives (leurs schèmes cognitifs ne sont plus adaptatifs).

12Dans les e-analphabètes français, on trouve majoritairement les plus âgés qui appartiennent à cette période de l’histoire sociale où s’est instaurée institutionnellement une conception de l’existence en étapes successives et cloisonnées : formation, activité professionnelle et retraite. La retraite, synonyme de rupture avec la sphère professionnelle, a vu ses effets s’accentuer lorsque les montants des retraites ont permis de subvenir aux besoins au point de pouvoir se passer de la co-présence intergénérationnelle. La coupure avec la génération suivante, en devenant double (professionnelle et familiale), a eu pour conséquence de priver les plus anciens de transferts de savoirs et de la familiarité avec les nouvelles technologies. Les plus jeunes d’entre eux ont expérimenté, dès les années 1960, la tendance des entreprises à ne pas recruter des plus de cinquante ans, puis, plus tard, à les mettre en pré-retraite. Cette exclusion au nom d’une moindre adaptabilité au regard des exigences du marché du travail modifie la représentation de soi, la confiance en ses capacités d’apprentissage et contribue à construire une frontière relationnelle entre les actifs et les autres.

13Ainsi, la propension à la communication numérique associée à la rapidité de la réactivité nécessaire produit du stress chez ces individus construits par une histoire de vie où régnaient d’autres formes d’interactions humaines. La vie les a conduits à abandonner leurs rêves d’enfant. Ils sont devenus prudents ; à l’étape du dernier âge, la prudence a laissé parfois la place à la crainte, voire à la peur de l’inconnu. Faute d’apprentissage, ils sont en situation d’exclusion numérique. La création de mondes alternatifs virtuels, extérieurs à « leur » monde, les inquiète. La méconnaissance de ce monde qui leur est étranger alimente un imaginaire où tout est possible, et souvent le pire. Leur position est strictement à l’inverse de celle des digitals natives.

La candeur des digitals natives

  • 12 Nous ne reprenons ici que la terminologie.

14Les digitals natives12 sont supposés être très à l’aise avec les technologies numériques car ils sont nés avec internet et leurs interactions avec le numérique se sont faites au moment où se développent des circuits neuronaux structurants.

  • 13 Sous forme d’habitus : « Étant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, q (...)

15Leur relation à l’imaginaire s’avère soutenue par la pratique des jeux virtuels. Avec cet usage systématisé, ils incorporent13 un environnement qui entremêle les règles du jeu des différents mondes (virtuel, naturel, humain, non-humain). Les comportements de ceux qui en font une pratique assidue, extériorisent leurs aptitudes au monde virtuel. La majorité dispose de capacités d’interactions homme-machine. Acquis tout en jouant, leurs schèmes cognitifs sont susceptibles d’intéresser le monde professionnel. Le marché de l’emploi leur porte un intérêt tout à fait particulier :

  • le marketing les reconnaît en tant que « consommateurs de l’univers numérique » ;

  • les DRH des entreprises innovantes parient sur le lien entre leur « représentation augmentée » de la réalité et leurs capacités de créativité et les considèrent comme particulièrement aptes à l’utilisation de logiciels d’autoformation.

16Cependant, tout n’est pas positif dans ce rapport spécifique aux jeux virtuels : une dépendance à cette réalité virtuelle peut apparaître. L’impossibilité de s’en échapper peut constituer une forme de handicap pour certains champs pragmatiques de réalité, handicap qui peut, par la marginalité induite, virer au cauchemar.

  • 14 Il signale également que « l’attitude à l’égard de l’affichage de soi semble a priori caractériser (...)
  • 15 6 % seulement sur Twitter, 1 % sur MySpace, 0,5 % sur Google+.
  • 16 66 % pensent que non, et 13 % sont sans avis.

17Les digitals natives communiquent assidument via les sites sociaux comme le confirme Jacques Perriault14 : « les gens jeunes se tiennent au courant quotidiennement, plusieurs fois par jour de leurs événements, sur Facebook ». Une enquête conduite dans l’agglomération havraise auprès de 500 jeunes de 16 à 25 ans spécifiquement pour notre recherche confirme cette prédominance du réseau social Facebook (98 %) sur les jeunes havrais de 16 à 25 ans inscrits sur au moins un réseau social15 mais seulement « 18 % des jeunes pensent que l’accès à leur profil sur les réseaux sociaux peut leur nuire dans le cadre d’une recherche d’emploi »16. La réflexion que nous conduisons ici les concernent tout particulièrement et vise à les alerter sur la durée de vie des traces numériques et sur les conséquences de leurs connexions par des recruteurs.

18Chez les digitals natives, les traces numériques semblent donc ne provoquer aucune méfiance. Les pratiques de recherches, via les réseaux sociaux, de traces des comportements et valeurs de référence des candidats pourraient donc un jour se retourner contre les digitals natives et virer au cauchemar. Raison de plus pour que les chercheurs en sciences humaines et sociales, et en particulier en sciences de l’information et de la communication, révèlent les biais qu’introduisent les interprétations des traces numériques.

La taxinomie des usages

  • 17 Présentés dans l’ordre qui a été établi par la mission locale.
  • 18 N’Dha Clotaire, directeur de la maison de l’emploi Le Havre-Pointe de Caux-Estuaire : « Candides ou (...)

19La taxinomie générationnelle, si elle peut se justifier au regard de l’histoire de l’évolution des technologies de communication, conduit à homogénéiser les caractéristiques d’une génération à partir du critère de l’âge et de l’appartenance à une période historique. Or la réalité des usages individuels ne peut être enfermée dans ces taxinomies. Il convient donc d’examiner la pertinence d’autres classifications basées sur les usages. Pour initier cette démarche, nous proposons d’examiner les résultats17 d’une enquête effectuée au Havre auprès de digitals natives et d’en faire émerger une première proposition de taxinomie des usages (voir encadré page suivante)18.

– 80 % des jeunes interrogés sont inscrits sur au moins un réseau social, dont 98 % ont déclaré être inscrits sur Facebook ; 6 % ont déclaré être inscrits sur Twitter ; 1 % ont déclaré être inscrits sur MySpace ; 0,5 % ont déclaré être inscrits sur Google+.
– Tous les jeunes ayant répondu être inscrits sur Twitter sont également inscrits sur Facebook, de même tous les jeunes ayant répondu être inscrits sur MySpace sont également inscrits sur Facebook.
– 92 % des jeunes inscrits sur un réseau social déclarent s’y connecter au moins une fois par semaine. Et notamment, 65 % des jeunes inscrits sur un réseau social déclarent s’y connecter au moins une fois par jour, dont 44 % plusieurs fois par jour.
– 74 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré utiliser régulièrement les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs amis et leur famille.
– 35 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré utiliser régulièrement les réseaux sociaux pour les loisirs (jeux…).
– 5 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré utiliser régulièrement les réseaux sociaux pour défendre leurs opinions politiques, syndicales, religieuses.
– 59 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré avoir utilisé les réseaux sociaux au moins une fois pour les aider dans le cadre de leur recherche d’emploi, dont 33 % le font régulièrement.
– 33 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré utiliser régulièrement les réseaux sociaux pour développer leurs résaux d’amis et/ou professionnel.
– 24 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré utiliser régulièrement les réseaux sociaux pour rejoindre des groupes, pages fans, et suivre leurs actualités.
– 16 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré avoir un profil public (libre accès à tous).
– 64 % des jeunes diffusent les messages qu’ils publient à l’ensemble de leurs « amis » (toutes les personnes ajoutées en contact).
– 5 % des jeunes personnalisent l’accès à leurs publications (choix parmi leurs « amis »).
– 15 % des jeunes inscrits sur un réseau social ont déclaré diffuser leurs albums photo en libre accès ; 63 % à l’ensemble de leurs « amis » (toutes les personnes ajoutées en contact) ; 8 % personnalisent l’accès à leurs albums (choix parmi leurs « amis »).
– 18 % des jeunes pensent que l’accès à leur profil sur les réseaux sociaux peut leur nuire dans le cadre d’une recherche d’emploi, 66 % pensent que non, et 13 % sont sans avis.

Source : Mission locale de l’agglomération havraise, octobre 2011.

Les usages ludiques aux mains de l’imaginaire

20Dans l’enquête ci-dessus, 35 % des jeunes inscrits sur un réseau social l’utilisent pour les loisirs et en particuliers les jeux.

  • 19 Dans le tableau les « usages-ludiques » constituent 34 % des pratiques.

21Le jeu19 apparaît comme l’espace où l’imaginaire a le plus de place. La relation de l’Homme à l’objet, de l’Homme à la machine vise le divertissement. L’étymologie (divertere : « action de détourner de ») rappelle qu’il s’agit d’un comportement d’esquive pour ne plus penser à ce qui préoccupe, pour éloigner l’ennui, et dans tous les cas pour fuir la réalité. Si l’on s’en tient à cet aspect du jeu, les traces numériques laissées à l’occasion de leur pratique peuvent être connotées négativement. D’autres interprétations, plus scientifiques, diffusent de plus en plus dans les médias :

  • certains usages ludiques numériques interactifs, en imbriquant de nombreux systèmes sensoriels et cognitifs, activent et développent des capacités cognitives et imaginaires ;

    • 20 Les systèmes « ludo-technologiques » permettent des apprentissages beaucoup plus attractifs que les (...)

    la familiarité de la relation homme-machine élimine le stress, voire l’émotivité, face aux interactions sociotechniques dans les contextes aussi bien privés qu’éducatifs20 ou professionnels.

22En fait, les jeux accompagnent l’individu depuis sa naissance et soutiennent son développement cognitif. Ils peuvent être analysés :

    • 21 « Processus primaire » selon la terminologie de Freud.

    dès le début de la vie comme des situations indispensables pour nourrir le « processus primaire »21 de construction du monde ;

    • 22 Et à l’âge adulte…
    • 23 Harris P.L., The Work of The Imagination, Oxford, Wiley-Blackwell, 2000, 240 p. ; Id., Imaginer pou (...)

    après l’âge de dix-huit mois et jusqu’à l’âge adulte22 pour soutenir les projections, ouvrir le champ des possibles et tester ses réactions dans tel ou tel contexte23.

  • 24 Mead G.H., L’esprit, le soi et la société, traduit de l’anglais par J. Gazenneuve, E. Kaelin et G. (...)
  • 25 Voir supra note 24 : Harris P.L., Imaginer pour grandir.
  • 26 Damasio A., L’erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010, 396 p.

23Ainsi il est admis depuis longtemps que les situations de simulation permettent de tester, sans risque, les rôles du vrai jeu social24. Les observations faites par Harris25 montrent que, quand l’enfant de trois ans se transforme en loup, en sorcière ou en monstre, il distingue très bien la réalité et l’imaginaire qu’il crée. On peut donc penser que, sauf en cas de problèmes psychologiques majeurs, l’adolescent et l’adulte qui se transforment en « tueurs » via des avatars ne sont pas nécessairement des meurtriers en puissance. Mieux : si l’on suit Antonio Damasio26 qui s’interroge sur les rôles respectifs de l’émotion et de la raison, en permettant à l’individu de tester ses émotions et ses réactions dans des situations que la vie ne lui a pas permis de rencontrer, le jeu offre à l’individu un arbre de décision plus grand, qui associe l’émotion à la raison. La pratique des jeux permet donc d’ouvrir le champ des possibles.

  • 27 Voir supra note 24 : Harris P.L., Imaginer pour grandir.
  • 28 Paul L. Harris précise : « Dans mon ouvrage The Work of The Imagination, j’affirme que le jeune enf (...)

24Ainsi, selon les interprètes, l’interprétation de la trace numérique diffère. Des interprètes des traces numériques qui considèreraient que l’imagination constitue un moyen de compenser les désirs que l’environnement ne permet pas de réaliser pourraient voir dans ces avatars des indices sur la part invisible et potentiellement dangereuse de l’identité de l’individu. Pour d’autres interprètes, quand « nous imaginons […] des situations que l’on ne voudrait jamais voir arriver »27, ce qui est en jeu est certes la recherche d’une émotion forte28, mais l’impact de cette intensité émotionnelle sur la personne est strictement individuel et varie en fonction de sa capacité à prendre de la distance par rapport au jeu.

25Ainsi les traces comportementales, laissées dans le cadre de jeux qui sont de l’ordre de la projection dans des mondes virtuels, sont comme toutes les traces : elles doivent être interprétées avec prudence et avec une conscience permanente que le choix de l’interprète révèle autant sur l’interprète que sur la trace interprétée.

Les usages privés portés par la confiance et l’affect

  • 29 Réflexion préalable à la thèse d’Hadi Sabaayon, Traces numériques et recrutement, que Louise Merzea (...)
  • 30 Granovetter M.S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, issue 6, 1 (...)

26Les « usages-affects-privés »29 regroupent dans le tableau ci-dessus l’usage conversationnel (74 % avec les amis et la famille), l’usage de diffusion de messages à des « amis » (64 %) au sens large et l’usage de développement de réseaux amicaux. Les chiffres concernant ces usages sont élevés. Cependant la multiplicité du contenu des échanges ne définit pas à lui seul le niveau du lien établi. En effet, comme le souligne Mark Granovetter30, il ne suffit pas de prendre en compte la quantité de temps passé pour comprendre l’importance affective du lien. Il faut également intégrer l’intensité émotionnelle des échanges, le niveau d’intimité de ce qui est échangé et la possibilité de mettre en place des services réciproques. Mark Granovetter distingue ainsi les « liens forts » des « liens faibles ». Les liens faibles permettent à l’individu de s’articuler avec des réseaux divers, plus nombreux, riches en potentialités et en nouvelles relations. Les liens forts correspondent à des investissements dans des réseaux quantitativement limités.

27Les adolescents ancrés dans un espace familial trouvent dans internet la possibilité d’en décrocher mentalement et dans des temporalités longues. Ils y trouvent, dans la solitude physique de leur chambre, l’occasion d’une sociabilité numérique qui peut alterner liens faibles (mais quantitativement nombreux) et liens forts (recherche d’une réponse aux besoins affectifs dans des contextes autres que ceux de la famille). Les adolescents sont rejoints dans ces pratiques par tout individu qui s’évade de la réalité du quotidien grâce à des interactions à distance porteuses d’un imaginaire et d’un affectif positif pour eux.

28L’imaginaire de la socialisation amicale jouant pleinement, l’individu est conduit dans cet espace d’expression à produire une exposition plus intime. Il commence par préciser son âge, sexe, localisation, profession, statut marital, choix politiques et religieux, sites auxquels il a adhéré, etc. ; puis, il en vient, souvent, à fournir des détails plus intimes de son histoire de vie. Cette action volontaire s’effectue dans un contexte de confiance porté par un imaginaire où :

  • les interactants de la communication numérique partagent les mêmes règles ;

  • les traces numériques laissées ne vont pas être lues par « un voyeur numérique » voulant pénétrer une intimité à l’insu de la personne ou ne vont pas être connectées entre elles par un « intrus » cherchant à connaître la vérité de l’autre au-delà de son apparence ou de ses déclarations ;

  • les notions de vérité, d’authenticité, de justice, etc. protègent les individus.

29Ce fantasme d’un monde dont les relations sont basées sur la confiance s’effrite au regard de comportements contraires.

  • 31 Nash J.F., « Non-Cooperative Games », Annals of Mathematics, vol. 54, 1951, p. 289-295.

30La théorie des jeux – Le dilemme du prisonnier31 – a montré l’intérêt de la confiance dans une situation où les co-actants ont besoin que cette confiance soit réciproque pour tirer le meilleur profit d’une situation. La difficulté est que chacun des co-actants n’ayant aucun moyen de s’assurer que l’autre respectera cet engagement, il est obligé de faire un pari sur les comportements de l’autre. Livrer sa pensée intime dans le cadre d’échanges dans les réseaux numériques relève du même pacte implicite de confiance. Or, cette même théorie a montré que si un acteur trahit la règle de confiance réciproque, le système se déséquilibre : ce qui a été énoncé dans le cadre de la confiance conduit à la perte du co-actant qui a cru le plus longtemps au respect du pacte.

31Le co-actant des réseaux sociaux numériques qui livre l’intimité de soi s’expose au désenchantement, voire au cauchemar, conséquence :

  • soit de la trahison du pacte par le co-actant connu ;

  • soit de l’introduction d’une « taupe de réseau » à la recherche d’informations qui ne lui sont pas destinées et dont il va servir en ne respectant pas le pacte de confiance implicite des membres du réseau.

Les usages rationnels de l’espace numérique : l’exemple du candidat à l’emploi

32Dans les « usages-rationnels » nous regroupons usage de soutien à la recherche d’emploi ou de stages professionnels (59 %), usage d’affichage de profil public (16 %) et usage d’affichage ou de défense d’opinion (5 %).

  • 32 Dans ce contexte, le « signe-signal » est volontairement placé pour signifier. L’interprétation du (...)
  • 33 Équivalent du personnal branding des anglo-saxons.

33Dans ces usages, il s’agit de mettre en place une stratégie de visibilité de signes identitaires inscrits dans un réseau de significations largement partagées. Ce sont des « signes-symboles » utilisés dans un objectif de « design de soi ». Ces « signes-symboles »32 doivent être des « signes-signaux » forts. L’exercice est délicat dans la mesure où il faut afficher les signes qui témoignent d’un sentiment d’appartenance à un groupe tout en trouvant les nuances qui font la différence. Ici, on est proche d’un personnal branding (d’un « marketing de soi »33) aboutissant à promouvoir sa « marque identitaire personnelle » et à développer sa notoriété.

  • 34 Équivalent chez les anglo-saxons : The searchability.

34En vue d’être repérée rapidement, la personne doit être indexée, avec des mots-clefs soigneusement choisis, sur un très grand nombre de sites. Il convient de laisser un maximum de traces, mais des traces maîtrisées pour prendre la figure d’une marque dans des auditoires ciblés. Il s’agit de transmettre un « imaginaire positif » en vue d’influencer un comportement de recrutement et/ou un appel à interactions dans la niche visée. On entre ici dans une véritable professionnalisation dans la gestion des traces. Mais cette maîtrise n’ôte pas aux fonctionnalités de recherche34 de conduire à des traces d’autres natures (critiques, traces comportementales d’achats, de voyages, etc.) ou d’autres catégories (privées, ludiques, etc.).

  • 35 Selon l’expression d’Yves Jeanneret (« L’usage de la notion de trace en SIC », article du colloque (...)
  • 36 Merzeau L., « Recruter, chercher, être présent », article du colloque Traces numériques et recrutem (...)

35Pour éliminer les traces numériques inopportunes, il faudrait imaginer de tenir une démarche permanente individuelle de veille pour repérer les traces de soi non voulues, les gérer, et produire une nouvelle trace. Se reconstituerait ainsi une nouvelle « trace de traces », « sémiotisant »35 les anciennes traces en modifiant la signification dans le sens souhaité, une sorte de méta-trace36 identitaire personnelle réajustée en permanence. Aujourd’hui, il est sans doute vain d’espérer aboutir à un continuum de veille parfait et à une maîtrise parfaite des traces inscrites. Il est néanmoins certain que c’est l’objectif d’un grand nombre de personnes spécialistes du numérique et que celui qui détient cette compétence dispose d’un avantage comparatif sur les autres individus. Néanmoins, la question de la pluralité des interprétations n’en restera pas pour autant réglée. Ce qui sera repéré sera t-il :

    • 37 « Dans le cas d’une mise en scène soigneusement orchestrée, tous les signes sont placés dans un obj (...)

    la perfection du profil identitaire émergeant ? Dans ce cas, l’interprétation sera t-elle positive ? La perfection n’est-elle pas de nature à instaurer le doute sur la fiabilité des traces ainsi exposées au repérage et à la lecture37 ?

    • 38 Parmi les entreprises qui pratiquent cette recherche, 58 % appartiennent au secteur informatique. C (...)

    la capacité à gérer les traces ? Dans cette optique, ce ne sont pas les informations dont les traces sont porteuses qui intéressent la compétence dans la gestion des processus numériques38.

  • 39 Honneth A., « La réification. Petit traité de théorie critique », Galinon-Mélénec B. et Monseigne A (...)
  • 40 Présenter son profil professionnel sur un site web ou envoyer de façon plus classique son curriculu (...)
  • 41 Cf. Le Crosnier H., « Usages des traces par la publicité comportementale », article du colloque Tra (...)
  • 42 Quand nous substituons le terme « signe-signal » au terme signe c’est pour souligner qu’une des car (...)

36Ainsi, la personne en recherche d’emploi, comme l’organisation qui recrute, peut utiliser internet pour se porter sur le marché du travail. Dans un élan d’« autoréification »39, le candidat se soumet, en tant que sujet, à des dispositifs qui l’obligent à une autoreprésentation qui s’inscrit dans des normes40. Le profil correspondant est placé sur des sites ad hoc de type Viadeo ou Linkedln. Le candidat à l’emploi peut également repérer sur internet une offre d’emploi qu’elle pense correspondre à son profil et adresser par la même voie son curriculum vitae. Bien qu’elle réponde à des normes, la forme du curriculum vitae – quel que soit son moyen de transmission – n’est pas neutre. Elle révèle un style, un ton (ou une absence de style, de ton) qui constituent une sorte de signature révélant les critères de goût du candidat et ses références normatives. Il fabrique en fait une publicité comportementale41 dont il est le sujet et offre à voir les « signes-signaux »42 propres à séduire un recruteur. Il ne cherche à préciser avec rigueur ni l’histoire de sa vie, ni le contexte et le détail des événements marquants.

Les entreprises, chasseurs de traces numériques ?

Les entreprises, des usagers comme les autres

  • 43 Gagin O., « Politique de soutien de la CCI du Havre au développement des pratiques des offres d’emp (...)
  • 44 Ibid. : « J’ai des cas concrets sur la base de notre pratique de portail d’emploi de l’Estuaire, de (...)
  • 45 Ibid.

37Les entreprises déclarent viser à instaurer une communication numérique entre recruteurs et candidats qui « en intervenant, en se faisant connaître, en postant des messages, en partageant des informations, valorisent en permanence leurs compétences, projets et personnalités »43. Mais, les entreprises ne vont pas sur les réseaux sociaux numériques seulement dans l’optique de repérer des traces des candidats. Elles y sont également dans une optique de visibilité numérique de l’entreprise. Dans cet objectif, elles vont sur tous les réseaux sociaux, et en particulier sur Facebook, car « sur Facebook on ne parle pas des entreprises de la même manière que sur Viadeo et LinkedIn. Sur Facebook, c’est un peu décontracté, convivial, jeune, on présente les entreprises sous un angle publicitaire44 […]. Sur les réseaux sociaux professionnels, on est dans le cadre des professions de management, professions commerciales, la gestion et de l’informatique »45.

  • 46 Ibid.

38Ainsi, les DRH et les recruteurs en général vont sur les réseaux sociaux pour présenter leurs entreprises. Ils y adoptent les mêmes stratégies de « design de soi » (communication institutionnelle, communication de marque, etc.) et modulent leurs stratégies de communication en fonction des réseaux sociaux, car « on ne trouve pas le même public sur Viadeo, Facebook et Twitter »46.

Les entreprises chasseurs de traces

39Nous avons vu que, dans le cadre de « l’usage rationnel de l’espace numérique », chaque candidat donne à voir seulement les pratiques attendues pour le recrutement et produit un récit identitaire cohérent qui « sémiotise » ses comportements.

40Sachant que :

  • internet, du fait de la possibilité d’usage de masques (les pseudos) libère l’expression ;

    • 47 Erving G., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

    le candidat ne révèle pas la vérité sur lui, qu’il est ni plus ni moins qu’un acteur qui souhaite obtenir un rôle47 ;

    • 48 La personne en recherche d’emploi profile un projet professionnel en correspondance avec ses autres (...)

    le recruteur peut, pour mieux cerner la réalité du candidat, vouloir retrouver, à travers les traces numériques qui le concernent, la diversité des expériences48 (non seulement professionnelles, para-professionnelles, familiales, etc. mais aussi privées) qui ont construit l’individu.

  • 49 Les enquêtes sur les candidats ne sont pas nouvelles. Par exemple, elles se pratiquent depuis toujo (...)

41Cette démarche ne respecte pas le contrat de confiance instauré par les acteurs qui communiquent au sein des réseaux sociaux pour les usages que nous avons nommés « usages privés portés par la confiance et l’affect ». Cette pratique, qui s’assimile à celle de voyeur, s’oppose au respect du droit de la vie privée. Elle est néanmoins pratiquée par certaines grandes entreprises internationales quand la distance rend l’enquête de terrain difficile49 et quand les enjeux liés au recrutement sont économiquement très forts.

L’arroseur arrosé

  • 50 Par exemple, http://www.verif.com/recherche/.

42Notons que les candidats, conscients que l’entreprise fournit d’elle-même la meilleure image possible, vont également de leur côté pratiquer la chasse des traces numériques pour aller au-delà d’une mise en visibilité soigneusement orchestrée par les spécialistes de la communication d’entreprise. L’entreprise aussi à une histoire : elle naît, elle grandit, elle meurt. Au cours de sa vie, elle connaît des événements qui ne sont pas toujours à l’avantage de son image (déficits structurels, fonds de roulement négatifs, délocalisations, restructuration, dépôt de bilan, etc.). Ainsi le candidat avisé consulte t-il systématiquement les sites – souvent gratuits – qui fournissent le nom des dirigeants, le capital de l’entreprise, le nombre de recrutements par an et les bilans successifs50.

Rationalité vs confiance ?

  • 51 Les taxinomies permettent des agrégats d’individus qui, vu sur le plan personnel, mettent en œuvre (...)
  • 52 Les billets de banque se nomment « monnaie fiduciaire » (de fides qui signifie confiance).
  • 53 Qui s’appuie sur la garantie des États, c’est-à-dire sur la confiance dans les États.

43Dans un contexte de rationalité économique, la chasse aux traces numériques semble donc devenir de plus en plus répandue. Les nécessités d’une performance toujours meilleure justifient-elles toutes les pratiques ? Ramener toute décision à une rationalité quantitative51 (nombre d’informations sur un candidat, rentabilité attendue, productivité, etc.) conduit-elle à moins de désillusions ? Un élément de réponse peut se trouver dans un rappel : la confiance est une des règles fondatrices d’une économie monétaire. En effet, l’usage du billet de banque (et la monnaie fiduciaire52 en général) est basé sur la confiance collective53 en l’État qui garantit sa valeur. De même pour les chèques (monnaie scripturale) dont l’usage est lié à la confiance faite au système bancaire. Si cette confiance s’effondre, l’économie entre dans le cauchemar.

Conclusion : les vertus du doute

44Allègrement soutenue par le fantasme d’une forme de proximité se substituant à une absence de co-présence communicationnelle, la communication à distance via le numérique se développe dans un premier temps dans la sphère privée comme dans le monde professionnel avec une confiance très grande dans les avantages de l’outil. Dans un second temps, la prise de conscience des traces numériques ainsi laissées introduit un doute sur le bénéfice réel à en attendre. Les avantages initiaux sont alors mis en balance avec les inconvénients et le calcul coût/avantage conduit à des postures de repli vers des modes de communication plus anciens et de revendication au droit à la déconnexion.

45L’origine de cette évolution tient dans la prise de conscience que les dispositifs numériques qui permettent la mise en contact laissent des traces dont la dimension matérielle permet des usages à des fins multiples qui ne correspondent pas à l’usage initialement anticipé. La crainte s’installe autour des usages détournés des traces numériques, et cela d’autant plus que les dispositifs entraînent avec eux des pouvoirs interprétatifs ubiquitaires déconnectant la logique de l’espace culturel (individuel et social) de production de la logique de l’espace culturel (individuel et social) de réception et d’interprétation.

46La population des moins de 25 ans, après s’être lancée à cœur ouvert dans l’aventure de l’amitié numérique, prend aujourd’hui le temps d’examiner, et d’appliquer, les règles de confidentialité qui permettent de minimiser les risques. Ceux, plus âgés, qui maîtrisent l’outil numérique, les précèdent dans ce mouvement. Mais les plus récemment venus dans l’usage de cette technologie maîtrisent encore mal le réglage personnalisé du partage des informations. Quand une personne comprend les risques et apprend, après une période d’usage candide, à maîtriser l’outil, les traces des informations initiales seront toujours inscrites dans la mémoire numérique. Prenons, par exemple, le cas de Facebook : au moment de l’inscription la personne a cédé une licence perpétuelle sur le contenu mis sur Facebook. Même si elle décide ultérieurement de supprimer son compte, elle aura des difficultés à en effacer toutes les traces de ses usages antérieurs. En effet, pour personnaliser les pages des sites web, Facebook utilise un cookie, fichier déposé sur le disque dur de l’ordinateur. L’ordinateur garde la trace des informations laissées par l’internaute (identité, sites consultés, etc.) et même si la personne se désinscrit, ces données restent accessibles à Facebook.

47Ce changement de posture vis-à-vis du numérique peut, après être passé du fantasme au doute dans les usages de la sphère privée, aller jusqu’au cauchemar quand le droit à la déconnection numérique ne peut être exercé ; par exemple dans le cadre des usages professionnels où les avantages collectifs de l’usage de ces dispositifs en termes de retombées de productivité l’emportent sur les coûts individuels collatéraux.

48Ainsi le lien entre confiance et imaginaire revient-il ici sur le devant de la scène en démontrant son imbrication étroite non seulement avec les dynamiques interindividuelles et sociales, mais également avec le système économique global.

  • 54 Galinon-Mélénec B., L’argument de méthode…, op. cit.

49Pour éviter que l’utilisation du numérique ne produise des conséquences cauchemardesques, nous suggérons d’instaurer la pratique du doute interprétatif, une éthique de l’usage des traces numériques et, pour limiter la part de la projection et de l’imaginaire dans l’interprétation des traces numériques, d’établir des méthodes servant de base à la rationalisation de l’interprétation54. Ainsi, sans rejeter les taxinomies qui aident à penser le monde, il convient de se souvenir :

    • 55 Id., L’Homme trace…, op. cit., p. 206.

    qu’elles sont construites à partir de représentations qui contiennent en elle-même des biais55 ;

  • que dans toute pratique se mêlent, à des degrés divers, l’imaginaire et le rationnel.

  • 56 Id., L’argument de méthode…, op. cit.

50Dans la continuité de cette éthique méthodologique, nous suggérons56 deux outils dans la démarche interprétative des traces numériques : leur cartographie et les contextualisations historiques de leur formation ainsi que de leurs interprétations. Deux méthodes que nous proposons de soumettre également à critique et qui s’accompagnent d’une méta-surveillance dans leur utilisation et dans l’interprétation des résultats.

Bibliographie

Bibliographie

Cardon D., La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Le Seuil, coll. « La Républiques des idées », 2010.

Castells M., La société en réseaux, Paris, Fayard, 2001 (1re édition en 1998), 671 p.

Castells M., La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2002.

Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, coll. « Essais », 1975.

Cefaï D., Meadg.H. et Quéré L., L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF, 2006.

Damasioa., L’erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010.

Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2001.

Galinon-Mélénecb., « Réseaux sociaux d’entreprise et DRH : nouveaux outils pour de nouveaux enjeux ? », in I. Cousserand et D. Blin (dir.), La communication à l’épreuve des mutations économiques, Communication & organisation, no 37, 2010 p. 41-53.

Galinon-Mélénec B. et Monseigne A., « La sémiotique des “signes-traces” appliquée au recrutement : le cas de la recherche du “bon candidat” via les traces numériques », in A. Catellani et M. Versel (dir.), Les applications de la sémiotique à la communication des organisations, Communication & organisation, no 39, 2011.

Galinon-Mélénec B., « Fragments théoriques du signe-trace, propos sur le corps communicant », in L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Éditions du CNRS, 2011, p. 191-213.

Goffmane., « La mise en scène de la vie quotidienne », La présentation de soi, tome 1, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1973.

Granovetter M.S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, volume 78, issue 6, 1973, p. 1360-1380.

Harrisp.L., The Work of The Imagination, Oxford, Wiley-Blackwell, 2000.

Honneth A., La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard, 2007.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé », in B. Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Éditions du CNRS, 2011, p. 59-86.

Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, coll. « Quadridge, essais, débats », 2008.

Morin E., « La méthode », Les idées, tome 4, Paris, Le Seuil, 1991.

Nash J.F., « Non-Cooperative Games », Annals of Mathematics, vol. 54, 1951, p. 289-295.

Perriault J., « Jeunes générations, réseaux et cultures numériques », in E. Faroult et T. Gaudin (dir.), L’empreinte de la technique : ethnotechnologie prospective, Paris, L’Harmattan, 2010.

Wacquant L.J.D., Pierre Bourdieu. Réponses, Paris, Le Seuil, 1992.

Watier P., Éloge de la confiance, Paris, Belin, 2008.

Notes

1 Ici, la « noosphère » désigne un processus dynamique d’interactions des mémoires (et donc des traces) numériques.

2 Cardon D., La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Le Seuil, coll. « La République des idées », 2010, p. 25.

3 Galinon-Mélénec B., L’argument de méthode comme limite aux dérives de l’imaginaire. Vers une éthique dans l’interprétation des traces numériques (à paraître).

4 « Aucun dispositif dans le cerveau ne permet de distinguer les stimuli externes des stimuli internes, c’est-à-dire le rêve de la veille, l’hallucination de la perception, l’imaginaire de la réalité, le subjectif de l’objectif. Aucun des messages parvenant à l’esprit ne peut être désambiguïsé en lui-même », Morin E., Le paradigme perdu : la nature humaine, Paris, Le Seuil, 1973, p. 138-139. Pour une définition de l’homo demens selon Edgard Morin, voir « La méthode », L’humanité de l’humanité, tome 5, Paris, Le Seuil, 1991.

5 Cet « imaginaire une fois posé, entraîne des conséquences propres, qui vont au-delà de ses “motifs” » fonctionnels et parfois même les contrarient […] » (Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, Paris, Le Seuil, coll. « Essais », 1975, p. 193).

6 Cet objectif serait vain puisque l’imaginaire permet à chaque individu non seulement de se projeter et d’agir et de créer mais aussi de relier les hommes, de donner un sens commun à leurs actions, allant même jusqu’à produire des institutions (Castoriadis C., L’institution imaginaire de la société, op. cit., p. 193).

7 Marc Prensky est un consultant américain en NTIC qui vend des jeux éducatifs.

8 Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, coll. « Quadrige, essais, débats », 2008, 330 p.

9 Comme en témoignent les émissions Arrêt sur images, etc.

10 Castells M., La société en réseaux, Paris, Fayard, 1998, nouvelle édition 2001, 671 p.

11 Id., La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2002, 368 p.

12 Nous ne reprenons ici que la terminologie.

13 Sous forme d’habitus : « Étant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, qui est sans cesse confronté à des expériences nouvelles et donc sans cesse affecté par elles », Wacquant L.J.D., Pierre Bourdieu. Réponses, Paris, Le Seuil, 1992, p. 108.

14 Il signale également que « l’attitude à l’égard de l’affichage de soi semble a priori caractériser les jeunes générations », Perriault J., « Jeunes générations, réseaux et cultures numériques », in E. Faroult et T. Gaudin (dir.), L’empreinte de la technique : ethnotechnologie prospective, Paris, L’Harmattan, 2010.

15 6 % seulement sur Twitter, 1 % sur MySpace, 0,5 % sur Google+.

16 66 % pensent que non, et 13 % sont sans avis.

17 Présentés dans l’ordre qui a été établi par la mission locale.

18 N’Dha Clotaire, directeur de la maison de l’emploi Le Havre-Pointe de Caux-Estuaire : « Candides ou raisonnés : les pratiques des sites sociaux par les jeunes 18-25 ans fréquentant la mission locale du Havre », article du colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011. Cf. RIGHT (Research International Group of the Human Trace) : http://rightunivlehavre.wordpress.com/.

19 Dans le tableau les « usages-ludiques » constituent 34 % des pratiques.

20 Les systèmes « ludo-technologiques » permettent des apprentissages beaucoup plus attractifs que les formations scolaires classiques où l’individu est plus passif.

21 « Processus primaire » selon la terminologie de Freud.

22 Et à l’âge adulte…

23 Harris P.L., The Work of The Imagination, Oxford, Wiley-Blackwell, 2000, 240 p. ; Id., Imaginer pour grandir, entretien avec Gaëtane Chapelle, http://www.scienceshumaines.com/.

24 Mead G.H., L’esprit, le soi et la société, traduit de l’anglais par J. Gazenneuve, E. Kaelin et G. Thibault, Paris, PUF, 1963 ; Id., Mind, Self & Society, Charles W. Morris Ed., Chicago, University of Chicago Press, 1934.
Pour Piaget, les enfants pratiquent un « jeu symbolique » où ils rejouent les scénarii du quotidien de leur environnement (faire prendre le bain aux poupées, les habiller, les coucher, etc.). « La psychologie de l’enfant, quarante ans après Piaget », Les nouvelles psychologies, no 3, 2006, http://www.scienceshumaines.com/.

25 Voir supra note 24 : Harris P.L., Imaginer pour grandir.

26 Damasio A., L’erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010, 396 p.

27 Voir supra note 24 : Harris P.L., Imaginer pour grandir.

28 Paul L. Harris précise : « Dans mon ouvrage The Work of The Imagination, j’affirme que le jeune enfant, même s’il est intellectuellement tout à fait capable de faire la différence entre l’imaginaire et la réalité, dispose d’une vie imaginaire suffisamment riche pour éveiller en lui des émotions, parfois très fortes. Comme l’enfant qui, au moment d’aller se coucher, commence à imaginer des monstres et s’en affole. Si ses parents lui disent : “Il n’y a pas de monstre, c’est dans ton imagination”, l’enfant répond souvent : “Je sais bien que c’est dans mon imagination, mais j’ai peur quand même” ». Voir supra note 24 : Harris P.L., Imaginer pour grandir.

29 Réflexion préalable à la thèse d’Hadi Sabaayon, Traces numériques et recrutement, que Louise Merzeau et moi-même co-dirigeons et dont la soutenance est prévue pour 2014.

30 Granovetter M.S., « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, vol. 78, issue 6, 1973, p. 1360-1380.

31 Nash J.F., « Non-Cooperative Games », Annals of Mathematics, vol. 54, 1951, p. 289-295.

32 Dans ce contexte, le « signe-signal » est volontairement placé pour signifier. L’interprétation du « signe-signal » ne pourra être faite « comme souhaitée » par l’émetteur que si les récepteurs connaissent la symbolique de ce signe pour l’émetteur ou si cette signification est culturellement partagée par l’émetteur et le récepteur. En ce sens, Erving Goffman (1973, 1974) indique que correspondent à des « signes-signaux » (qu’il nomme codes) l’apparence physique (habillement, maquillage, coiffure, maintien, mouvements, attitudes), l’intensité de la voix, l’expression émotionnelle plus ou moins affirmée. L’utilisation de ces signes peut être volontaire (empruntés pour la situation) ou non (quand ils sont intériorisés depuis la naissance, ils sont dits « naturels »). Ces « signes-signaux » ont une signification sur le statut social de la personne et sur l’image qu’elle a d’elle-même, de l’interlocuteur et du lieu. Sur le plan professionnel, le candidat peut donc adopter des comportements correspondant à des « signes-signaux » aux références conventionnellement admises dans le milieu visé. Adopter volontairement ces « signes-signaux » est la meilleure façon de ne pas avoir à justifier d’un différentiel de comportement par rapport aux usages (et donc aux attentes) d’un recruteur. Le fait que le candidat mette le primat sur le respect des conduites réglées par des modèles sociaux est un « signe-signal ». Il peut être interprété comme un signe du primat du collectif sur l’individuel ou comme un primat de la fonction sur la personne (comportement qui est recherché pour un macroacteur ayant la responsabilité de services ou de groupes importants de personnes) ou comme le port d’un masque. Certaines entreprises peuvent alors être tentées de lever le masque en pratiquant la traque des traces numériques concernant le candidat.

33 Équivalent du personnal branding des anglo-saxons.

34 Équivalent chez les anglo-saxons : The searchability.

35 Selon l’expression d’Yves Jeanneret (« L’usage de la notion de trace en SIC », article du colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011. Cf. RIGHT : http://webtv.univ-lehavre.fr/spip.php?article56).

36 Merzeau L., « Recruter, chercher, être présent », article du colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011.

37 « Dans le cas d’une mise en scène soigneusement orchestrée, tous les signes sont placés dans un objectif d’identification, leur caractère est démonstratif. Ils sont là pour produire un sens voulu. Cependant, la réalité étant un entrelacement complexe de signes, toute simplification laisse transparaître, en creux, la trace de l’effacement de signes-traces. L’effacement de signes-traces portant de l’ombre à la visibilité des signes volontairement mis en avant pour induire du sens peut être envisagé. Trop peu de signes-traces peut donc devenir un signe invisible-visible, un langage muet mais signifiant », Galinon-Mélénec B., L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Éditions du CNRS, 2011, p. 23.

38 Parmi les entreprises qui pratiquent cette recherche, 58 % appartiennent au secteur informatique. Cf. Galinon-Mélénec B., « Traces numériques versus proximité physique ? Le cas du recrutement », in J.-C. Bertin et E. Anoot (dir.), L’Homme @ distance, Paris, Éditions du CNRS, 2012.

39 Honneth A., « La réification. Petit traité de théorie critique », Galinon-Mélénec B. et Monseigne A., « La sémiotique des “signes-traces” appliquée au recrutement : le cas de la recherche du “bon candidat” via les traces numériques », in A. Catellani et M. Versel (dir.), « Les applications de la sémiotique à la communication des organisations », Communication & organisation, no 39, 2011, p. 120.

40 Présenter son profil professionnel sur un site web ou envoyer de façon plus classique son curriculum vitae suppose dans l’un et l’autre cas un tri dans le vécu et un regroupement en grands sous-ensembles. Il est d’usage de valoriser trois grands chapitres : le savoir (les diplômes), le savoir-faire (les expériences) et le savoir-être (les comportements).

41 Cf. Le Crosnier H., « Usages des traces par la publicité comportementale », article du colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011.

42 Quand nous substituons le terme « signe-signal » au terme signe c’est pour souligner qu’une des caractéristiques du signe (attirer l’attention) est à prendre en compte plus spécifiquement dans l’analyse. Quand nous substituons le terme « signe-trace » au terme signe, c’est pour souligner qu’une des caractéristiques du signe, c’est la présence du passé dans le signe présent (« Regarder un signe comme une trace, c’est le renvoyer au passé », colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011), caractéristique à observer plus spécifiquement dans l’analyse. « Parler de “signe-trace”, c’est inviter à aller vers le passé au-delà de l’apparence présente du signe », Galinon-Mélénec B., L’Homme trace…, op. cit. Dans ce contexte, le choix d’un « signe-signal » emprunté à un répertoire de signes permettrait ainsi à l’émetteur de tirer des avantages significatifs de sa cible. Galinon-Mélénec B., L’Homme trace…, op. cit., p. 196, n. 12.

43 Gagin O., « Politique de soutien de la CCI du Havre au développement des pratiques des offres d’emploi », article du colloque Traces numériques et recrutement, université du Havre, 13 octobre 2011. Olivier Gagin est chef de projet au portail emploi de l’Estuaire à la CCI du Havre.

44 Ibid. : « J’ai des cas concrets sur la base de notre pratique de portail d’emploi de l’Estuaire, de mise en avant d’entreprise sur Facebook ».

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Erving G., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

48 La personne en recherche d’emploi profile un projet professionnel en correspondance avec ses autres choix de vie (conception du rapport temps de travail/temps de loisirs, rapport à l’argent, etc.), mais il n’indique pas ses éléments de choix quand il présente son profil sur les sites professionnels (Galinon-Mélénec B. et Monseigne A., « La sémiotique des “signes-traces”… », art. cit.).

49 Les enquêtes sur les candidats ne sont pas nouvelles. Par exemple, elles se pratiquent depuis toujours dans les entreprises nationales où la sécurité de la Nation est en jeu.

50 Par exemple, http://www.verif.com/recherche/.

51 Les taxinomies permettent des agrégats d’individus qui, vu sur le plan personnel, mettent en œuvre des stratégies différenciées pour participer à la société. Agrégat signifie ici « somme » au même titre que dans l’assemblage hétérogène d’éléments regroupés pour des besoins de comptabilisation de données brutes dans le cadre de la comptabilité nationale.

52 Les billets de banque se nomment « monnaie fiduciaire » (de fides qui signifie confiance).

53 Qui s’appuie sur la garantie des États, c’est-à-dire sur la confiance dans les États.

54 Galinon-Mélénec B., L’argument de méthode…, op. cit.

55 Id., L’Homme trace…, op. cit., p. 206.

56 Id., L’argument de méthode…, op. cit.

Auteur

Professeur en Sciences de l’information et de la communication
Normandie Université, Université du Havre (ULH)
UMR 6266 – Cirtai/Idees

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search