Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

1- Se représenter le monde avec les NTIC

L’imaginaire du lien social dans les communautés électroniques

Gino Gramaccia

Texte intégral

  • 1 Rebillard F., Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, Paris (...)

1Internet est un dispositif de communication intégré et infiltrant : il infiltre précisément toutes les activités sociales, toutes les sphères socioéconomiques et culturelles, il regroupe et rend accessibles des applications distinctes et séparées (le texte, l’image et le son), il intègre différents modèles de communication (modèle dialogique, espaces de délibération, modes de consultation de contenus gratuits et fragmentés, etc.)1. Mais plus encore, ce qui surprend, c’est la très grande pluralité des niveaux de discours, du bavardage au discours savant, de l’expression de l’intime au débat politique, la diversité des langages et des styles et, au final, la coexistence d’une très grande variété de statuts sociaux. Les conditions sont ainsi réunies pour inspirer des visions du monde, des idéologies et des cultes saint-simoniens sur les réseaux et des échanges égalitaires.

2J’essaie, dans cette courte contribution, d’analyser, à propos du web 2.0, les interférences entre usages et présage. Je donne ici un sens générique à la notion de présage : il s’agit de désigner les formes diverses de discours d’anticipation présentant systématiquement les technologies du numérique comme des technologies de la régulation sociale, de l’avènement d’une société de l’intelligence, de la coopération et de la solidarité. Le présage, dans le sens que je souhaite donner ici à ce terme, est une herméneutique, une pratique de l’exégèse des signes avant-coureurs du progrès, une forme paralittéraire de l’interprétation ou encore une forme intermédiaire entre le récit savant et l’utopie.

  • 2 Casilli A.A., Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Le Seuil, 2 (...)

3Ces figures du présage, nous les retrouvons dans les grands récits de l’utopie dont la finalité, dit Ricœur, est d’assurer la compatibilité des buts. Le monde en ligne inspire justement ces récits qui auraient pour vertu, sous prétexte de virtualité, de dénouer toutes les contradictions du monde hors ligne. Une socialité numérique, se substituant à une socialité « en dur »2, pourrait ainsi « lisser » tous les motifs de dispute de la communication en face à face, prévenir ou aisément réparer, au moyen d’un smiley, les désaccords du monde « réel ». L’usage de formes sémiotiques élémentaires (le smiley, précisément), mais aussi de la forme abrégée de la syntaxe dans les sms, en fragmentant les relations interpersonnelles, diffère, voire exclut toute possibilité de dramatisation ou d’effet de tension narrative.

Communiquer dans les « non-lieux » numériques

  • 3 Illouz E., « Raison et émotion dans la formation de l’individu moderne », in P. Corcuff, C (...)

4La forme première de l’usage, pour internet, c’est l’inscription immédiate de soi dans le réseau, l’entrée sur une première scène d’un sujet dont la parole n’est pas d’emblée contrainte par tous les rituels de la réciprocité sociale tels qu’ils gouvernent la vie collective. Dans les forums, les blogs, les réseaux sociaux, ces lieux numériques où seulement sont confrontés les sujets de l’énonciation (puisque le « je » y est majoritaire), la quête sans effort d’une compatibilité émotionnelle et psychologique est à l’œuvre3. Les sujets sont en constant réajustement identitaire sans les contraintes des faces : une rupture sentimentale peut très bien se réduire à un sms. Dans l’échange numérique, l’imaginaire de l’altérité emprunte les figures de la complicité, du consentement, de l’accord tacite mais aussi, parfois, de la soumission ou de l’absence de réponse comme forme singulière du silence. Dans cette sorte de relation, le lien n’est pas construit ou renforcé, mais simplement fixé, comme on dit d’une pièce mécanique, ou colmaté, comme on dit d’une brèche. Les messages numériques ont une performativité faible : ils ne sont pas formulés pour traduire un engagement mais pour jouer sur toute la gamme des énoncés qui auraient simplement pour vocation d’indexer numériquement la réalité et ses épreuves. L’index numérique désigne alors, pour l’individu, ce qui lui permet de signaler en marge de la vie hors ligne tout ce qui, à ses yeux, peut faire événement. Je me demande si Facebook ne fonctionne pas ainsi pour l’usager en quête de liens amicaux : il s’agit de signaler sa présence sur un mur virtuel, de cliquer sur un lien pour accepter une invitation et de passer à autre chose.

5De la promesse à l’utopie, ce discours prêche pour une politique de la visibilité sociale dans laquelle l’individu est singularisé, différencié, identifié par son profil, par la somme complexe des traces qu’il laisse volontairement sur internet (blogs, réseaux sociaux), mais également par des représentations de son corps (sur Facebook). Dans cet imaginaire social et ses machines, l’individu s’inscrit d’emblée comme être socialement intégré, comme une composante « amicale » (on pense à Facebook) d’une communauté numérique. L’utopie numérique annonce, d’une certaine façon, la fin du politique ou de ce qui en fait la substance : les contradictions du débat public, les formes du jugement politique, la prise de position publique, les controverses, etc. mais encore le jeu scénique des corps et de la voix et la confrontation des faces, et finalement la force pragmatique de la parole, le pouvoir du faire par le dire… Le « libre », le gratuit, l’open source, sont aujourd’hui les voies d’accès pour une intelligence collective détachée de ces contingences. Des communautés, ouvertes et égalitaires, investissent sans effort la sphère de l’échange numérique. Sans effort, au sens où le passage dans la sphère est garanti par la neutralité de la technique et le silence des machines (elles ne produisent pas de « bruit » au sens où ce terme est employé en physique ou en électronique). Au sens encore où le lien hypertexte, comme condition d’accès et de digression dans le réseau, est l’antinomie parfaite de toute médiation. Dans cette forme de démocratie participative, l’utopie consacre moins l’égalité du droit à la parole (il faudrait précisément des médiateurs pour légitimer cette égalité) que l’égalité de prise de parole.

L’utopie de la coopération cognitive

  • 4 Auray N., « Le travail en réseau : de Linux à Wikipédia », in C. Licoppe (dir.), L’évoluti (...)
  • 5 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, Paris, Pearson, 2007. Les auteurs proposent le t (...)
  • 6 Moulier Boutang Y., Le capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.
  • 7 Auray N., « Le travail en réseau… », art. cit., p. 127.
  • 8 Ce point est développé par Yann Moulier Boutang (Le capitalisme cognitif, op. cit, p. 96)  (...)

6Des communautés informelles et autonomes s’organisent selon une logique open source pour partager des connaissances. Se développent des réseaux auto-organisés de producteurs à l’échelle mondiale capables d’externaliser des activités jusqu’à présent prévues et planifiées au sein d’organisations fonctionnelles et hiérarchiques. Souplesse, diversité, transparence, coopération, collaboration, esprit fun4, autant de valeurs et de pratiques qui inspirent aujourd’hui une utopie du partage numérique du savoir. La collaboration de masse5, la coopération des cerveaux6, l’intelligence collective, le développement de collectifs hybrides de travailleurs7, toutes ces expressions rendent compte, au plan symbolique, de l’émergence d’un modèle d’organisation fondé sur la coopération « cognitive ». Cette dernière expression est centrale dans la construction utopique de l’univers numérique. On parlera de coopération, et non de coordination : le savoir est, dans la sphère du web 2.0, une ressource à mobiliser et à redistribuer dans un système d’opérations ou d’activités planifiées8.

  • 9 Vercellone C., « L’analyse “gorzienne” de l’évolution du capitalisme », in C. Fourel (dir. (...)
  • 10 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, op. cit., p. 324 : « Pour l’entreprise intellige (...)

7Dans l’organisation classique, la coordination obéit à une logique de planification ; dans le réseau numérique, la coopération est un choix, une option, un possible, une liberté. Dans ce cas, le savoir est le produit d’une coopération libre sans coûts de production. Selon les catégories de l’économie politique classique, il constituerait une richesse (qui s’exprime en termes d’abondance et de valeur d’usage) et n’aurait pas, au sens strict, de valeur de marchandise puisque l’on sait qu’une telle valeur dépend des coûts de leur production en termes de temps de travail9. L’utopie dit encore que la coopération cognitive devient un mode de fonctionnement planétaire des organisations contemporaines ; que la « richesse cognitive », comme bien commun, peut être employée dans la production de marchandises selon des normes de management qui intègrent le temps libre, le jeu, le fun10

  • 11 Cité par Mattelart A., Histoire de l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la sociét (...)

8Si, dans l’histoire des organisations, le colportage, le rail, le canal, le télégraphe et le téléphone auront été de puissants facteurs de métissage des connaissances, c’est en raison de leur pouvoir à intégrer les lieux physiques de la production. Ce pouvoir technique, fonctionnel, engendre aussitôt le désir collectif d’institution. Tel est, par exemple, le sens du projet d’Union télégraphique internationale décidé à Paris, le 13 avril 1865, par les délégués d’une vingtaine de nations européennes11. Disons que, dans un tel espace et pour parodier un axiome connu, on ne peut pas ne pas coopérer – ou, ce qui revient au même, ne pas justifier le refus de ne pas coopérer. Dans une organisation définie selon la technologie du partage numérique du savoir, le temps et l’espace sont des variables qui ne pèsent plus dans le processus de décision. Dans les communautés électroniques (forums, blogs, wikis), l’échange, la collaboration et le partage de connaissances sont assurés sur des temps personnels consentis et non sur des temps normalisés.

  • 12 Moulier Boutang Y., « Richesse, propriété, liberté et revenu dans le “capitalisme cognitif (...)

9Quelle est la fonction, voire l’utilité, du gratuit sur le « non marché » de certains produits numériques ? Comment se reconstruisent les modèles économiques pour la production distribution de ces produits ? Yann Moulier Boutang dit justement que « le Web a créé un marché non marchand de la connaissance et de la reconnaissance, ainsi que de l’interaction mondialisée. Là encore et toujours, la coopération, la coordination humaines se trouvent convoitées par la valorisation marchande »12. On assiste au pillage des externalités positives, dit-il.

  • 13 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, op. cit., p. 263.

10Dans de grandes entreprises industrielles (comme Boeing, par exemple), concepteurs et fabricants divers et éparpillés dans le monde interagissent au moyen de systèmes de collaboration en temps réel13. La production des écrits électroniques dans le contexte professionnel, celle liée, par exemple, à l’usage du wiki, joue un rôle important dans la construction de réseaux sociaux informels pour l’innovation. Ainsi, ces pratiques coopératives annoncent une nouvelle phase dans l’organisation autonome du travail collectif. Qu’il s’agisse de diffuser de l’information, de co-produire des documents, de valider des spécifications techniques pour un projet distribué sur plusieurs sites ou plus simplement de rechercher dans le réseau des contributeurs potentiels, le fait marquant est l’érosion des formes institutionnelles de contrôle.

  • 14 Flichy P., Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Pa (...)
  • 15 Augé M., Où est passé l’avenir ?, Paris, Le Seuil, 2011, p. 39.

Les modes d’entrée de l’amateur14 ou de l’anonyme dans le débat public, les activités de conception ou encore dans les révolutions globalisées et « planétarisées »15 (l’exemple du mouvement arabe est là pour nous le rappeler) mériteraient une attention toute particulière. Dans le cas du mouvement révolutionnaire, l’immersion dans l’événement se résume à une impulsion individuelle qui se réduit elle-même à la formation et à la projection d’un signe numérisé (à la cantonade, en somme) : une photographie, un son, un tweet sur un mobile dans une foule en révolte… En somme, tout ceci participe d’une forme d’émancipation de l’individu par rapport aux logiques institutionnelles.

Bibliographie

Bibliographie

Augé M., Où est passé l’avenir ?, Paris, Le Seuil, 2011.

Aurayn., « Le travail en réseau : de linux à Wikipédia », in Licoppe C. (dir.), L’évolution des cultures numérique. De la mutation du lien social à l’organisation du travail, Paris, FYP Éditions, coll. « Innovation », 2009.

Casilli A.A., Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Le Seuil, 2010.

Flichy P., Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Le Seuil, 2010.

Mattelart A., Histoire de l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte, 2000.

Moulier Boutang Y., Le capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

Rebillard F., Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 102.

Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, Paris, Pearson, 2007.

Notes

1 Rebillard F., Le web 2.0 en perspective. Une analyse socio-économique de l’internet, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 102.

2 Casilli A.A., Les liaisons numériques. Vers une nouvelle sociabilité ?, Paris, Le Seuil, 2010, p. 245.

3 Illouz E., « Raison et émotion dans la formation de l’individu moderne », in P. Corcuff, C. Le Bart et F. de Singly (dir.), L’individu aujourd’hui, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 115.

4 Auray N., « Le travail en réseau : de Linux à Wikipédia », in C. Licoppe (dir.), L’évolution des cultures numérique. De la mutation du lien social à l’organisation du travail, Paris, FYP Éditions, coll. « Innovation », 2009, p. 127.

5 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, Paris, Pearson, 2007. Les auteurs proposent le terme de « wikinomie » pour identifier ce mouvement collaboratif à l’échelle numérique et planétaire.

6 Moulier Boutang Y., Le capitalisme cognitif, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

7 Auray N., « Le travail en réseau… », art. cit., p. 127.

8 Ce point est développé par Yann Moulier Boutang (Le capitalisme cognitif, op. cit, p. 96) : « L’information interactive est transmise en temps réel et chaque agent devient susceptible et libre de modifier son action en coopérant avec ses collègues. Ici, c’est la coopération qui assure la coordination la plus efficace. Et surtout pas l’inverse. Il n’existe pas un système fixe dans lequel se trouve déterminé ex ante la sélection des ressources à mobiliser sur une check-list, la division des opérations, la séquence de l’action avec des agents en bout de chaînes qui sont stupides ou réduits à une tâche d’exécution d’un schéma, c’est-à-dire la fameuse one best way (de l’ingénieur des méthodes de Taylor) à l’exclusion de toute autre solution et d’un tâtonnement expérimental ».

9 Vercellone C., « L’analyse “gorzienne” de l’évolution du capitalisme », in C. Fourel (dir.), André Gorz, un penseur pour le xxie siècle, Paris, La Découverte, 2009, p. 95.

10 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, op. cit., p. 324 : « Pour l’entreprise intelligente d’aujourd’hui, le partage est plus qu’une question d’étiquette : c’est un moyen de réduire les coûts, de construire une communauté, d’accélérer les découvertes et de faire avancer le schmilblick pour tout le monde. La volonté de partage que l’on constate chez un nombre croissant de personnes et d’entreprises est même en train de donner naissance à de nouvelles économies et à un tout corpus de biens publics sur le Net ».

11 Cité par Mattelart A., Histoire de l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la société globale, Paris, La Découverte, 2000, p. 164.

12 Moulier Boutang Y., « Richesse, propriété, liberté et revenu dans le “capitalisme cognitif” », in Politiques des multitudes, Paris, Éditions Amsterdam, 2007, p. 126.

13 Tapscott D. et Williams A.D., Wikinomics, op. cit., p. 263.

14 Flichy P., Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Le Seuil, 2010.

15 Augé M., Où est passé l’avenir ?, Paris, Le Seuil, 2011, p. 39.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search