Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

1- Se représenter le monde avec les NTIC

Représentations d’internet dans la presse généraliste. Mondes de références mobilisés par les journalistes du Monde de 1994 à 2010

Aurélie Laborde

Texte intégral

1L’imaginaire est une composante essentielle des rapports que l’humanité entretient avec l’environnement technique qu’elle produit et qui la définit en retour. Les représentations symboliques associées aux innovations techniques, loin de s’opposer au réel, participent pleinement à la construction sociale de notre écosystème technologique. Elles accompagnent et alimentent les innovations sociotechniques autant qu’elles s’en inspirent.

2L’innovation technique comme les usages et les modes d’appropriation d’internet s’appuie ainsi notamment sur les utopies et rêves des premiers concepteurs et utilisateurs et des groupes sociaux successifs qui se sont appropriés le réseau et ont contribué à son évolution.

  • 1 Sur ces utopies des origines de l’internet, voir Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris (...)
  • 2 Cf. Laborde A., Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : (...)

3La conception d’internet et le développement de ses usages reposent alors sur des imaginaires puissants. Certains provenant du monde universitaire : échange et « communautés d’intérêts » entre spécialistes, communautés d’égaux et circulation libre des informations sans autorité ni hiérarchie, outil de coopération et de travail collaboratif… D’autres, des milieux de hackers et de la contreculture américaine qui se sont les premiers emparés des innovations universitaires : possibilité de recréer du lien et de former de nouvelles proximités via les réseaux, importance du don, de l’absence de propriété et de législation, rejet des conformismes1… D’autres imaginaires reposent également sur des représentations symboliques bien plus anciennes, liées aux techniques d’information et de communication et à leur histoire : les mythes de la grande famille humaine, de l’accès immédiat au savoir, d’une conception renouvelée de l’espace et du temps, ou encore de la bibliothèque universelle2.

  • 3 Ibid.

4L’avènement de l’internet marchand au milieu des années 1990, puis plus récemment le développement des usages du web collaboratif, prolongent et relancent à leurs manières ces représentations alors même que les évolutions techniques et surtout les usages associés diffèrent largement du réseau des années 1980. Les analyses des premiers discours sur internet font alors apparaître des représentations du réseau remobilisant un imaginaire déjà ancien des techniques de communication à distance : la promesse d’un « monde meilleur », l’idéologie du « village global », une pensée religieuse de la communication, internet comme symbole de modernité et de progrès, d’une rupture, d’une « nouvelle aventure » générationnelle3. Sous la diversité des sujets d’actualité et des innovations, on trouve ainsi fréquemment renouvelées des représentations déjà anciennes.

5Il ne s’agit pas pour autant de penser que les représentations d’une technique sont homogènes. De multiples imaginaires – convergents ou concurrents – composent ainsi l’imaginaire social d’une technique et de ses usages. De la même façon, si certains arguments relatifs aux techniques de communication se répètent inlassablement, se régénérant lors de l’apparition de chaque innovation, et nous offrant l’image d’une histoire circulaire, bégayante, on remarque que les mêmes thèmes, incessamment déclinés, ne le sont pas de la même façon et révèlent souvent des orientations différentes des discours, issus notamment de contextes d’émission différents.

6L’analyse critique des imaginaires sociaux, notamment à travers leurs manifestations discursives, constitue une approche possible et intéressante en sciences humaines et sociales, dans une époque où nous sommes submergés de discours marketing et politiques sur ces questions et où les technologies numériques forment un écosystème équipant l’ensemble de nos activités professionnelles comme privées, s’immisçant à tel point dans l’ensemble de nos pratiques que nous ne les voyons plus.

7Dans ce texte, je m’intéresserai à une forme particulière de discours sur la technique : les discours médiatiques. La presse est considérée ici comme un vecteur de l’imaginaire social des techniques qui participe, aux côtés de la littérature, de la fiction, des discours politiques, à notre compréhension et nos représentations des phénomènes technologiques.

8Les corpus de presse permettent alors de mettre à jour ce que l’on pourrait appeler des « univers de références technologiques » proposés et diffusés par les médias dans la société. Ces discours médiatiques sont évidemment par la suite renégociés, appropriés, bref « digérés » par les individus et les groupes.

9À la demande de Nicole Denoit, je me suis intéressée à l’évolution des articles traitant d’internet dans le journal Le Monde de 2000 à 2010. Le corpus sélectionné a été soumis à un logiciel d’analyse statistique pour faire apparaître les « mondes lexicaux de références » mobilisés par les journalistes sur l’ensemble de la période. Des analyses complémentaires ont permis de réaliser des comparaisons et de mettre en perspective certains résultats.

Constitution du corpus et méthodologie

10Cette présentation est centrée sur une analyse statistique de discours des articles traitant d’internet dans le journal Le Monde de 2000 à 2010. Certains de ces résultats sont mis en perspective et complétés par d’autres analyses :

  • une analyse thématique des titres et chapeaux des mêmes articles4 ;
  • une analyse statistique des premiers articles concernant internet dans le journal Le Monde (1994-1996)5 ;
  • une analyse thématique des articles traitant d’internet dans le journal Le Figaro (2000-2009)6 ;
  • une analyse statistique de discours des articles du Figaro de 2000 à 2010 ;
  • des travaux sur les premiers discours de presse sur les TIC au xixe siècle (télégraphe optique, télégraphe électrique, téléphone, télégraphie sans fil)7 ;
  • une analyse comparative des articles du Monde avant et d’après 2005 (date des premiers articles sur l’avènement des usages collaboratifs et du web 2.0).
  • 8 Logiciel Alceste (Analyse de lexèmes co-occurrents dans les énoncés simples d’un texte) co (...)

11Les analyses statistiques de discours ont été réalisées avec le logiciel Alceste8. Ce logiciel permet de mettre à jour, à travers une analyse lexicale, les « univers de représentation » des articles. La méthode permet d’analyser de grands corpus et de rompre avec la lecture cursive et les projections sélectives qu’elle occasionne. C’est une méthode complémentaire de l’analyse de contenu thématique qui propose une approche plus globale des discours.

12Je me suis intéressée ici aux « mondes lexicaux » mobilisés par les journalistes, et à leur organisation. Un monde lexical est constitué d’un ensemble de termes le plus souvent associés et proches dans les articles. Chaque « monde lexical » constitue alors un point de vue ou une dimension de la représentation d’internet que les émetteurs choisissent d’activer au moment de l’énonciation. On s’intéresse alors aux proximités récurrentes entre champs sémantiques et aux présences ou absences significatives de certains champs dans des dimensions du discours.

13Quand on procède à une analyse statistique de discours, ce n’est donc pas la thématique de chacun des articles, ou pour le dire vite l’actualité du web de 2000 à 2010 qui va être mise en avant, mais les grandes tendances de l’imaginaire mobilisées par les journalistes, au-delà des thèmes particuliers de chaque article et des représentations spécifiques livrées par chacun des journalistes.

14Je rappellerai dans un premier temps quelques éléments issus d’une analyse de contenu thématique, puis je m’intéresserai aux « mondes lexicaux » mobilisés par le journal Le Monde dans ses articles sur internet de 2000 à 2010. Nous verrons enfin comment ces « mondes lexicaux » évoluent dans le temps pour terminer par l’analyse de quelques thématiques particulières comme « le changement » ou « les risques » qui traversent les années.

Évolution du nombre d’articles et thématiques principales et secondaires

15Si les journalistes du Monde commencent plus tôt à consacrer plusieurs articles et même des rubriques entières au développement d’internet et au multimédia, le nombre des articles chute à partir de 2000 et augmente à nouveau en 2003 pour se stabiliser de 2005 à 2009 pour les deux journaux.

  • 9 Pourcentages estimés des articles sur la base des deux journaux sur la période de 11 ans.

16Quatre thématiques principales ressortent de l’analyse9 : les usages et aspects sociaux du développement d’internet (48 %), les articles économiques (26 %), les articles consacrés à la technologie (18 %), enfin les articles consacrés à la réglementation (8 %).

Fig. 1. Évolution du nombre d’articles.

Fig. 2. Répartition des articles parus dans Le Monde.

Fig. 3. Répartition des articles parus dans Le Figaro.

Fig. 4. Répartition des thématiques secondaires parues dans Le Monde et Le Figaro.

17Toutes les années conservent à peu près les mêmes proportions. Seules les thématiques « technologie » et « économie » évoluent dans le temps : avant 2005 les articles consacrés aux « descriptions technologiques » sont plus nombreux que les articles consacrés à « l’économie d’internet » ; après 2005, les proportions s’inversent.

18L’analyse statistique de discours montre par ailleurs que ces deux thématiques sont étroitement liées dans les articles et qu’elles sont également largement traitées dans les articles centrés sur les usages et les aspects sociaux.

19Les thématiques secondaires identifiées sont nombreuses : les innovations (nouveautés), les usagers (descriptions des acteurs qui utilisent et comment), les acteurs d’internet (entreprises et acteurs économiques) et les aspects financiers sont les plus traitées entre 2000 et 2009. La thématique « web 2.0 » apparaît à partir de 2005 et devient majeure en 2009. La thématique « Sécurité/protection » décroît avec les années.

Mondes lexicaux mobilisés par les journalistes du Monde dans leurs articles consacrés à internet de 2000 à 2010

20L’analyse statistique de discours permet de mettre à jour les « mondes lexicaux » mobilisés par les journalistes comme autant de dimensions de l’imaginaire d’internet qu’ils choisissent d’activer dans leurs articles.

21Cette analyse des articles du Monde sur 11 ans nous livre huit « mondes lexicaux » ou « mondes de référence » des journalistes.

22Ils sont organisés en deux pôles distincts (éloignés sémantiquement mais qui peuvent être traités conjointement dans un même article) :

  • l’un concerne « l’actualité économique d’internet » ;
  • l’autre « les usages et contenus du net et le contrôle du réseau ».

23Le premier « pôle sémantique » regroupe trois « mondes lexicaux » centrés sur l’actualité économique d’internet. Le schéma suivant (fig. 5) les fait apparaître avec leurs vocabulaires caractéristiques.

Fig. 5. Les mondes lexicaux centrés sur l’actualité économique d’internet.

Un « monde lexical » traitant de la connexion et des abonnements

24Cette dimension du discours s’attache en priorité à l’accès à internet. On s’intéresse ici au débit et à la rapidité des connexions, au déploiement des infrastructures, aux offres et forfaits d’abonnement et à l’ensemble des opérateurs qui commercialisent ces offres.

25C’est un « monde lexical » à la fois technique (hardware : infrastructures, terminaux et matériels pour la connexion) et économique (prix et commercialisation des forfaits) qui est déjà présent dans les articles du Monde de 1994 à 1996 et qui se trouve relancé en 2001 avec les accès haut débit, l’internet illimitée, puis les offres triple play.

26C’est une dimension du discours où les journalistes comparent les pays entre eux et utilisent souvent le terme de « retard », où les marqueurs d’intensité sont très présents (plus, très, beaucoup, avantage, etc.) et où on mêle étroitement descriptions techniques et offres commerciales.

Un « monde lexical » traitant du « marché international de l’internet »

27Il s’agit ici de discours sur les luttes et stratégies des entreprises de la nouvelle économie. Les journalistes s’intéressent alors aux alliances, aux rachats, aux investissements, aux actionnaires et aux spéculations boursières. Ils mobilisent un vocabulaire guerrier, symbole de compétition forte sur la scène internationale.

28Cette dimension du discours existait également en 1994-1996. Ce qui est nouveau en revanche à partir de 2000, ce sont les enjeux autour de la publicité en ligne et un champ sémantique de la crise qui marque la fin de l’euphorie des start up avec l’éclatement de la bulle spéculative d’internet en mars 2000.

29Si la crise et la crainte sont évoquées, les profits, la croissance et les succès sont encore plus significatifs de ce monde lexical. On parle ici d’argent en milliards de dollars et d’euros, les acteurs de ce monde lexical sont les start up et les sociétés internationales informatiques et internet. Les usages, les usagers ou les techniques ne sont pas évoquées ici.

Un « monde lexical » traitant du « commerce en ligne »

30Cette dimension de la représentation du discours est nouvelle par rapport aux analyses de 1994-1996. Elle est mobilisée tout au long du corpus 2000-2010.

31Les journalistes envisagent ici internet comme support commercial. On s’intéresse aux produits qui se vendent et s’achètent, aux consommateurs et surtout aux marchands, boutiques en ligne, transactions et modes de distribution.

32Ce « monde lexical » s’inscrit dans une logique de progression et non de retard (malgré les difficultés de lancement du commerce électronique en France) et les allusions au risque et au danger sont peu significatives de cette dimension du discours.

33Le deuxième pôle sémantique de ce corpus s’attache aux contenus, aux usagers et à la réglementation, et s’organise comme suit (fig. 6) :

Fig. 6. Un pôle « Contenus, usages et réglementation ».

Un « monde lexical » s’attachant au « traitement de l’information et au danger du net »

34On retrouve ici tout le vocabulaire informatique (hors infrastructures et connexion) : hardware (ordinateur, serveur) et software (logiciels, programmes).

35C’est une dimension du discours avant tout descriptive où les journalistes rendent compte de la navigation sur le web et de la recherche d’informations, de l’échange et du stockage des données. On s’intéresse ici avant tout à l’activité technique des internautes.

36C’est un « monde lexical » ambigu où on évoque simultanément la pertinence, la simplicité et la puissance des outils, mais également l’ensemble des activités répréhensibles ou des dangers encourus sur le Net (téléchargement, sécurité, virus, piratage, attaque, hackers, etc.).

Deux « mondes lexicaux » traitant de « la législation » et de la « gouvernance d’internet »

37Un « monde lexical » traite exclusivement de la législation associée à internet. Aux côtés du champ sémantique du droit (loi, décret, justice), on retrouve celui de la sanction (illégal, condamner, interdire, prison). Cette dimension du discours est très présente à partir de 2005 notamment à travers la loi Hadopi et le téléchargement illicite. Les journalistes s’attachent également au racisme, au piratage et à la contrefaçon. De façon générale les allusions au racisme, à la pédophilie et à la pornographie sont beaucoup moins significatives que dans le corpus de 1994-1996 où les débuts d’internet incitaient à projeter le meilleur comme le pire.

38Une autre dimension du discours, proche lexicalement, se centre sur les débats et luttes, politiques et démocratiques, concernant le contrôle d’internet. Les acteurs sont ici l’État, les politiques, l’administration, les citoyens et les salariés. Plus qu’à la sanction du piratage ou des téléchargements, on s’intéresse ici à la censure et au contrôle d’internet, mais également à la liberté d’expression et au respect de la vie privée. Le secret est ici opposé à la transparence, le contrôle aux libertés.

Un monde lexical centré sur « l’enseignement, la formation et l’emploi »

39Cette dimension du discours s’attache aux aspects de la vie sociale modifiés par internet. Il s’agit principalement de l’enseignement et de la formation, de l’emploi et du recrutement, mais également des nouvelles formes de relations sociales et intimes survenues avec les réseaux comme Facebook et MySpace.

40Cette dimension du discours est très marquée par les rapports de génération avec une place prépondérante des jeunes et des adolescents, mais également des familles et des parents. C’est un monde lexical où les journalistes recueillent des témoignages et où les usagers s’expriment à la première personne.

Un monde lexical s’attachant aux « contenus disponibles en ligne »

41Cet ensemble lexical regroupe à la fois les plates-formes de diffusion de contenus (blogs, forums, sites web, Twitter) et les formats de contenus proposés (texte, image, photo, vidéo, etc.).

42C’est dans cette dimension du discours que les journalistes s’attachent à l’évolution du traitement de l’actualité via les blogs et autres forums, notamment à travers les nouvelles formes de militantisme et de campagnes politiques. Les acteurs sont alors des journalistes, des bloggeurs, mais aussi des amis, des lecteurs, des amateurs, des fans, etc. qui rédigent, animent, participent, lisent, racontent, etc.

43Les journalistes laissent également ici la place aux témoignages, et évoquent la curiosité, l’envie, la passion et la fidélité des rédacteurs et des lecteurs.

44C’est aussi dans ce cadre lexical que sont évoquées les problématiques de la presse face aux nouveaux médias.

Quelle définition d’internet émerge de cette analyse ?

45L’analyse des « mondes lexicaux » de référence permet de repérer de façon globale et transversale la définition d’internet proposée et diffusée par le journal Le Monde sur la période sélectionnée.

46Le réseau internet apparaît alors comme :

  • porteur d’enjeux économiques, nationaux et internationaux ;
  • porteur d’enjeux en matière de législation, de contrôle et de liberté ;
  • un outil puissant de recherche et traitement de l’information comportant des dangers ;
  • une technologie qui amène des évolutions dans plusieurs domaines : formation, enseignement, emploi, relations sociales, journalisme et politique.
  • 10 Les principales co-occurrences lexicales restent relativement stables.

47L’analyse des articles du Figaro sur la même période (que je ne détaillerai pas ici) livre une segmentation des contextes lexicaux assez proche, même si le nombre de « monde lexicaux » est plus réduit et le vocabulaire un peu différent10. Il est alors intéressant de remarquer que les enjeux se situent pour les deux journaux plutôt du côté du développement économique et de la législation, le danger et les risques restant le plus souvent associés aux usages.

Évolution des discours dans le temps

48L’analyse statistique de discours permet également d’observer l’évolution de certains champs sémantiques et de leurs contextes lexicaux dans le temps.

Une remarquable stabilité

49Chacune des dimensions du discours peut être plus ou moins développée pendant une période particulière. Toutefois, toutes sont mobilisées par les journalistes sur l’ensemble des années du corpus de 2000 à 2010.

50De nombreux « mondes lexicaux » présents en 2000-2010 le sont également dans les analyses du corpus de 1994-1996. Si, à partir des années 2000, le ton est plus neutre (moins d’enthousiasme, moins d’inquiétudes irraisonnées) et certaines thématiques sont nouvelles (e-commerce, crise économique, blogs politiques, réseaux sociaux), dans l’ensemble, la structuration du discours reste la même :

  • l’économie est associée aux techniques (informatiques et réseaux pour 1994-1996 – avant tout réseaux en 2000-2010) ;
  • le contrôle et les risques sont associés aux contenus et usages.

Des spécificités avant et après le web 2.0

51Si on reprend le corpus du Monde pour le diviser en 2 corpus distincts (avant et après 2005) on trouve également une structuration proche avec quelques différences toutefois. Ainsi, un champ sémantique centré sur l’Afrique et le développement des « suds » apparaît clairement avant 2005, puis disparaît en se fondant dans les autres mondes lexicaux par la suite.

52Le monde lexical « enseignement, formation et emploi » est avant tout associé au monde professionnel avant 2005 (formation des salariés, développement des usages d’internet et des intranets en entreprise) et centré sur la jeunesse, l’enseignement et les nouvelles formes de relations intimes et sociales après 2005.

53En ce qui concerne la législation, pas de mention systématique du « contrôle » et de la « censure » avant 2005. Après 2005 deux orientations apparaissent : la censure des gouvernements non démocratiques d’une part et la législation sur le téléchargement (Hadopi) d’autre part.

54Le vocabulaire lié aux usages est plutôt technique et descriptif avant 2005 avec une part importante consacrée aux dangers (attaques, virus, etc.). Après 2005, les descriptions se font moins techniques et concernent davantage les usages ; toutefois, de nombreux nouveaux outils apparaissent : iPod, iPad, iPhone, tablettes, etc. et sont majoritairement associés à des problématiques économiques et non aux usages.

Évolutions de quelques thématiques dans le temps

55Cette dernière partie s’intéresse non plus à la globalité des discours, mais à des thématiques particulières et à la façon dont elles sont actualisées dans les différents corpus.

Approches du changement et de la nouveauté

56La « nouveauté » est en majorité citée dans les univers de références qui ont trait à l’économie et au marché international (pionnier, premier, nouveau, innover).

57Dans les analyses des articles du Monde de 1994-1996, le champ sémantique de la nouveauté était déjà inscrit dans des univers de référence économique et technique (ce qui peut peut-être davantage se concevoir alors qu’internet apparaissait à peine en France). En 2000-2010, alors qu’il n’y a plus d’innovations techniques radicales et que les évolutions concernent avant tout les services et les usages, on continue à penser massivement la nouveauté du côté des entreprises et des produits qu’elles commercialisent.

58Le « changement » et « l’évolution » en revanche sont d’avantage associés à la vie démocratique et politique, à la censure et au contrôle du Net.

Enthousiasme et certitudes

59Dans l’ensemble, les premiers discours de presse sur internet sont déjà nettement moins enthousiastes dans leur vocabulaire qu’au xixe siècle où les journalistes parlaient des « merveilles » et « révolutions » associées au « progrès » humain.

60En 2000-2010, alors que la phase de découverte est passée et que les usages se démocratisent, on ne trouve pratiquement plus de vocabulaire évoquant l’enthousiasme pour la technique.

61En revanche les certitudes (évoquées par l’emploi fréquent de termes comme « avantage », « confiance », « réussir », « nécessaire ») se retrouvent en majorité (dès les premiers articles sur internet) du côté de l’économie, des marchés internationaux de la nouvelle économie, d’internet comme espace de e-commerce, ou du développement de la connexion et des abonnements.

Risques et dangers

62Le terme danger est le plus souvent évoqué à propos de la loi (« illégal ») et de la jeunesse (« ado », « génération »). Les risques sont financiers ou des menaces de virus, et sont également associés aux usages.

63Les problèmes et les difficultés sont évoqués à propos du contrôle démocratique et de la crise du côté du marché international. Les difficultés sont à la fois collectives et individuelles avant tout dans le travail mais aussi en famille. Les inquiétudes, même si elles ne sont pas très représentées dans les différents mondes lexicaux, irriguent chacun d’entre eux. Tous les univers de références des journalistes à propos d’internet comportent une dimension d’inquiétude, de limite, de danger. Là où le danger, la peur, la menace étaient tout entier concentrés dans les premiers discours (1994-1996) sur les débats autour du contrôle d’internet (aux côtés de termes comme « pornographie », « pédophilie », « racisme », etc.).

Place de la technique et de sa description

64On retrouve principalement deux types de descriptions techniques dans ce corpus :

  • la connexion au réseau et le développement des infrastructures (associés à la commercialisation de l’accès) ;
  • la navigation et le traitement de l’information pour les utilisateurs (positif comme négatif).

65C’est aussi le cas dans les premiers discours du Monde (1994-1996) avec un vocabulaire technique surtout mobilisé dans les mondes lexicaux économiques.

66Ce qui peut être intéressant de voir ici, c’est que dans les premiers discours de presse sur le télégraphe électrique, le téléphone et la TSF, la science et les techniques constituaient le plus souvent des mondes lexicaux clos, centrés sur eux-mêmes, des « univers de référence » à part qui se suffisaient à eux-mêmes. Aujourd’hui les techniques sur lesquelles reposent internet, lorsqu’elles sont traitées et décrites, sont majoritairement associées à leur commercialisation et plus récemment à leur utilisation.

67La technique est ainsi conçue comme indissociable d’abord de sa commercialisation, puis de ses usages et ne forment plus un univers symbolique distinct et autonome.

Nous avons vu que l’organisation globale des « univers de référence technologiques » des journalistes du Monde évolue peu entre 1994 et 2010.

68Dans cette période, on a pourtant pu assister à la diffusion, puis à la démocratisation de l’accès à internet, à la crise de la nouvelle économie, aux nouveaux usages collaboratifs associés au web 2.0, enfin aux usages mobiles et à la connexion permanente qui redéfinissent notre rapport à la connexion. Ces innovations, autant technologiques qu’en termes d’usages, sont bien réelles et ont marqué les colonnes de nos journaux.

69On trouve donc ici un décalage entre innovations permanentes relatées dans les journaux et organisation profonde des catégories du discours qui se renouvèlent peu et laissent apparaître une forme particulière d’organisation de la pensée contemporaine, et des médias qui la diffusent et l’alimentent. Cette organisation consiste à rapprocher le plus souvent les champs lexicaux de la technique et de l’économie, en les distinguant des champs sémantiques des usages, des risques et du contrôle qui eux sont le plus souvent associés entre eux.

70Nous avons vu que ce type d’organisation du discours ne se retrouve pas au xixe siècle, et notamment dans la première moitié du siècle, où la description technologique se fait en soi et pour soi indépendamment des considérations économiques et où les usages et la législation constituent eux aussi le plus souvent des dimensions du discours dissociées, les risques et la nécessité de légiférer se partageant entre développement des infrastructures, modèles économiques et développement des usages.

Bibliographie

Bibliographie

Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2001.

Hafner K. et Lyon M., Les sorciers du Net, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

Laborde A., « Du télégraphe optique à l’internet : “oubli” de l’intermédiaire technique et avènement d’un monde nouveau », Communication, 2003.

Laborde A., Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : du télégraphe optique à l’internet. Pour une meilleure compréhension des discours de presse contemporains sur l’internet, thèse de doctorat soutenue à l’université Bordeaux 3, 2001.

Laborde A. (dir.), « Quel imaginaire d’internet dans la société française ? Représentations d’Internet dans la presse généraliste depuis 2000 », http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/?p=816, mars 2010.

Notes

1 Sur ces utopies des origines de l’internet, voir Flichy P., L’imaginaire d’internet, Paris, La Découverte, coll. « Sciences et société », 2001. Voir également Hafner K. et Lyon M., Les sorciers du Net, Paris, Calmann-Lévy, 1999.

2 Cf. Laborde A., Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication : du télégraphe optique à l’internet. Pour une meilleure compréhension des discours de presse contemporains sur l’internet, thèse de doctorat soutenue à l’université Bordeaux 3, 2001.

3 Ibid.

4 La constitution initiale du corpus « Le Monde 2000-2009 » et l’analyse thématique des articles fait suite à un travail réalisé avec un groupe de Master 2 Communication de l’Isic en mars 2010 (Na Cao, Anne-Laure Champagnac, Xavier Davias, Séverine Guédé, Laurie Maldonado, Adeline Prévost, Richard Valentini, Adeline Vitrolles, sous la direction d’Aurélie Laborde). Le corpus a été complété par la suite pour réaliser une analyse statistique de discours de 2000 à 2010. Les articles ont été collectés à partir de la base de données presse Factiva :
– mots clés (Internet and web or net or toile or en ligne or réseau or réseaux) présents dans le titre ou le chapeau ;
– uniquement les articles de plus de 500 mots ;
– pour l’analyse statistique, conservation d’un article sur quatre (au final un corpus de 800 pages et 473 000 mots) ;
– analyse thématique sur les titres et chapeaux de l’ensemble des articles.
Cf. analyse complète et méthodologie : http://raudin.u-bordeaux3.fr/oat/?p=816.

5 Laborde A., « Du télégraphe optique à l’internet : “oubli” de l’intermédiaire technique et avènement d’un monde nouveau », Communication, p. 125-142, 2003.

6 Constitution du corpus comparable à celle du Monde. Étude réalisée par les étudiants de Master 2 Communication – Isic en mars 2010.

7 Laborde A., Les discours accompagnant les nouvelles techniques de télécommunication…, op. cit.

8 Logiciel Alceste (Analyse de lexèmes co-occurrents dans les énoncés simples d’un texte) conçu par Max Reinert.

9 Pourcentages estimés des articles sur la base des deux journaux sur la période de 11 ans.

10 Les principales co-occurrences lexicales restent relativement stables.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Évolution du nombre d’articles.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Fig. 2. Répartition des articles parus dans Le Monde.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Légende Fig. 3. Répartition des articles parus dans Le Figaro.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Légende Fig. 4. Répartition des thématiques secondaires parues dans Le Monde et Le Figaro.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Fig. 5. Les mondes lexicaux centrés sur l’actualité économique d’internet.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 6. Un pôle « Contenus, usages et réglementation ».
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18912/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site