Version classiqueVersion mobile

L’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies de Communication

 | 
Nicole Denoit

Introduction

Nicole Denoit

Texte intégral

1C’est sur le versant de l’imaginaire et de la représentation des Nouvelles Technologies dans la société contemporaine que nous avons situé la réflexion commune qui a rassemblé en 2011 à l’université de Tours, pour une journée d’étude soutenue par le groupe de recherche « Histoire des Représentations », chercheurs en sciences de l’information et de la communication, en philosophie, psychanalystes, professionnels en charge de structures innovantes qui font référence en matière de création numérique, journalistes, artistes enfin, porteurs par excellence d’un imaginaire nourri des Nouvelles Technologies d’Information et de Communication, que nous continuons à désigner comme telles pour souligner que l’immense saisissement, dans lequel leurs possibilités sans cesse renouvelées nous plongent, perdure. Le propos de Christian Le Moënne ne montre-t-il pas justement dans cet ouvrage que notre imaginaire et nos représentations sont en retard par rapport à la réalité actuelle du fonctionnement des entreprises si profondément bouleversé, disloqué en partie par les Nouvelles Technologies, ce dont nous n’avons pas encore pris la mesure. Nous avons souhaité que la qualité des échanges se poursuive dans un ouvrage collectif qui préserve la diversité des sensibilités, des compétences et des approches des différents intervenants. En effet, il apparaît très clairement que l’avènement des Nouvelles Technologies s’est accompagné de la richesse d’une transversalité accrue dans tous les domaines. Il convenait donc que notre travail de réflexion se donne les moyens de cette transversalité.

2Vers quel horizon commun regardent ces différents auteurs ? À quelles représentations d’un monde organisé par les Nouvelles Technologies font-ils référence pour construire leur analyse des rêves et des cauchemars que produit notre société dans l’espace intime de la relation à l’autre devant l’écran d’ordinateur, dans l’espace collectif des structures de travail, dans l’espace public de nos villes dites « créatives », dans la représentation du réel auquel contribuent les artistes dont le travail est diversement affecté par les Nouvelles Technologies ? C’est bien l’imaginaire et les représentations qu’il autorise qui auront le dernier mot dans cet ouvrage qui, sans être une transcription des échanges, est une prolongation nécessaire de cette journée d’étude qui invitait chacun à explorer l’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies sur le terrain de sa spécialité.

3On soulignera que l’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies sont essentiels à leur appropriation par les usagers et que ce sont ces usages, c’est-à-dire la capacité des hommes à maîtriser et accepter la technique, qui transforment en innovation les découvertes technologiques. L’innovation est distincte de la découverte ou de l’invention. En effet, l’innovation permet de réussir à transformer l’invention en une application concrète dont notre imaginaire et nos représentations s’empareront avec plus ou moins d’efficacité, de bonheur ou de dérives. Comme le rappelle Dominique Wolton, il s’agit de ne pas confondre la rapidité et la performance des outils avec l’incertitude et la complexité de la communication humaine. Il n’est pas jusqu’à cette extraordinaire liberté de contacts et d’échanges qu’offre le Net qui ne puisse avoir son versant sombre comme le montre ici Gino Gramaccia.

  • 1 Wolton D., Informer n’est pas communiquer, Paris, Éditions du CNRS, 2009, p. 41.

4C’est la manière dont l’imaginaire s’empare des NTIC et en construit les représentations qui nous occupe ici, convaincus qu’il ne faut pas confondre deux réalités différentes, à savoir la technique et la société, et céder à une idéologie technique qui consisterait « à attribuer un pouvoir normatif, excessif aux techniques de communication pour devenir le principal facteur d’organisation et de sens de la société »1.

  • 2 Thierry Voisin, écrivain, journaliste à Télérama, responsable de la chronique hebdomadaire (...)
  • 3 L’expression est de Dominique Wolton.
  • 4 En référence au film de Pascale Ferran Petits arrangements avec les morts (1993).
  • 5 Wolton D., Informer n’est pas communiquer, op. cit., p. 51.

5Si la force des NTIC instaure le règne de l’individu et lui donne un sentiment de confiance, de toute-puissance même, on comprend l’essor des arts numériques, l’effervescence créatrice, le bouillonnement de propositions singulières, partout disséminées, sans groupe d’appartenance, sans école dont notamment les chroniques d’un spécialiste des arts numériques, Thierry Voisin2, sont une remarquable vitrine. Elles nous enseignent que la richesse des NTIC sur le terrain de la création artistique est du côté de ces « petits arrangements »3 non avec les morts4 mais bien avec le vivant, du côté « d’initiatives et de libertés qui s’affranchissent de la géographie des frontières et prennent la mondialisation, sans trop d’a priori négatif, comme espace de référence, en essayant d’agir de façon pragmatique »5. Et l’on peut faire confiance à l’imagination, aux artistes, pour faire fi des préjugés et adopter pour créer une forme de pragmatisme inventif, de bricolage ingénieux et créatif dont les références dans cet ouvrage témoignent.

6Cependant, même si la création artistique apparaît de plus en plus comme porteuse d’enseignement, l’audience des arts numériques est encore à élargir considérablement et, par ailleurs, on perçoit bien l’actualité et la nécessité d’une réflexion approfondie sur l’imaginaire et la représentation des NTIC dans une société où la nécessité de l’innovation technologique est avancée en permanence comme réponse aux problèmes de société sur lesquels bute l’action politique.

  • 6 Ibid., p. 44.

7L’idéologie technique dont il faut se garder aujourd’hui plus que jamais « se remarque aussi dans le fait d’oublier les révolutions techniques précédentes : ne jamais comparer et croire que tout commence aujourd’hui. Pas d’histoire, pas de comparatisme »6. Tout le travail de recherche d’Aurélie Laborde nous préserve de cette posture et sa contribution est ici très pertinente.

Comme elle le souligne très justement dans son propos,

l’imaginaire est une composante essentielle des rapports que l’humanité entretient avec l’environnement technique qu’elle produit et qui la définit en retour. Les représentations symboliques associées aux innovations techniques, loin de s’opposer au réel, participent pleinement à la construction sociale de notre écosystème technologique. Elles accompagnent et alimentent les innovations sociotechniques autant qu’elles s’en inspirent.

8Ce constat sur l’interdépendance de l’imaginaire et de l’environnement technique ouvre l’article d’Aurélie Laborde qui analyse les « Représentations d’internet dans la presse généraliste », s’intéressant ici aux « Mondes de références mobilisées par les journalistes du Monde de 1994 à 2010 ». Elle précise que la presse est considérée ici comme un vecteur de l’imaginaire social des techniques qui participe aux côtés de la littérature, de la fiction, des discours politiques à notre compréhension et à nos représentations des phénomènes technologiques.

9Sa présentation est centrée sur une analyse statistique et thématique de discours dans les articles traitant d’internet dans le journal Le Monde sur une période de près de vingt ans. Les résultats obtenus sont mis en perspective par une analyse statistique de discours d’articles du Figaro de 2000 à 2010 et par des travaux sur les premiers discours de presse sur les TIC au xixe siècle. Avec la présentation de cette recherche on prend connaissance des « mondes lexicaux » construits par les journalistes et des tendances de l’imaginaire qui s’y trouvent mobilisées.

10L’analyse des discours de la presse, que propose Aurélie Laborde, fait apparaître parmi les champs lexicaux les plus importants celui de l’idéalisation des effets/usages d’internet : on y entend parler de « communautés d’intérêts », de collaboration, de circulation des informations, d’absence d’autorité et de hiérarchie, de rejet des conformismes.

11Cet ensemble d’éléments constitue une sorte de socle aux propos de Gino Gramaccia qui, abordant « L’imaginaire du lien social dans les communautés électroniques », constate que les diverses formes du discours d’anticipation présentent « systématiquement les technologies du numérique comme des technologies de la régulation sociale, de l’avènement d’une société de l’intelligence, de la coopération et de la solidarité ». La spécificité des échanges dans ces lieux numériques ou plutôt dans ces « non-lieux », comme en aparté de la vie, est d’éluder les contradictions du monde hors ligne ou les contraintes des faces. Cependant les sujets y sont en constant réajustement identitaires et les « messages numériques ont une performativité faible ». L’utopie numérique annoncerait la fin de la force pragmatique de la parole, du faire par le dire. Certes, l’intégration dans le collectif des internautes se fait sans effort, mais cette facilité est suspecte et l’on perçoit bien la déperdition qui existe entre l’égalité du droit à la parole et l’égalité de prise de parole. Dans le monde du travail, dans l’organisation, la déperdition serait entre la coordination « qui obéit à une logique de planification » et la coopération qui est une option possible, certes une liberté. Ainsi, on assiste à l’érosion des formes institutionnelles de contrôle. Comme le montre Gino Gramaccia, « tout ceci participe d’une forme d’émancipation de l’individu par rapport aux logiques institutionnelles ». L’individu est intégré, mais est en même temps mouvant et incontrôlable.

12Par ailleurs, en se rendant plus accessible, « la technique s’est effacée au profit de l’usage » et cette situation nouvelle fait de nous tous des créateurs potentiels et des spectateurs interactifs. Comme le montrera Nils Aziosmanoff, c’est une toute autre représentation du monde que nous pouvons construire – interactive, collaborative, intégrative – : « tel un simulateur géant, internet nous permet d’explorer la complexité du monde ».

13Pour rendre compte de cette complexité du monde, la simulation informatique joue un rôle essentiel, et c’est le statut de cette simulation informatique qu’interroge Loïc Fel dans son article intitulé « Simulations informatiques : simulacre ou duplicata ? ». En philosophe, en spécialiste de la question écologique et du développement durable, Loïc Fel aborde l’imaginaire et la représentation des Nouvelles Technologies. Il précise dès l’abord que l’écologie a pour objet d’étude non des objets physiques délimités mais des liens entre les objets qui composent l’environnement et qu’il s’agit donc d’étudier des dynamiques et de les visualiser. Or, « les simulations et les modalisations informatiques offrent un nouveau mode de synthèse et de présentation des données en écologie. Cet outil permet une approche systémique : en renseignant des données initiales et les règles d’interrelations des objets et de leur environnement, leur quantification et leur factorisation permettent ainsi d’étudier des dynamiques ». Mais, progressivement, au-delà de la question écologique, la description des possibilités qu’offre l’outil informatique rentre dans un questionnement sur la nature même de ce qui est donné à voir : simulation du réel, certes, mais « il est même aujourd’hui possible d’interagir avec ces simulations dans des environnements virtuels confondants ». De la représentation du réel on passe à un double du réel, du simulacre on passe au duplicata. Loïc Fel nous conduit à penser que « la simulation présente plus qu’elle ne représente le monde » et que son autonomie en fait un autre vivant. On retrouve souligné l’avantage avec l’outil informatique de pouvoir penser et représenter des processus, des dynamiques, des systèmes complexes d’éléments en interrelation. Mais dans le propos de Loïc Fel, on franchit une étape qui le conduit à penser que la simulation informatique ne fait pas que reproduire les apparences d’évolution d’un système, mais en intègre les évolutions. Ainsi, les simulations informatiques dépassent les possibilités de représenter, par l’autonomie des modélisations :

En somme, l’espace virtuel permet de générer des programmes autonomes qui n’ont pas grand-chose en commun avec l’aspect figé, prévisible et factuel des représentations […] en voulant analyser le réel, la simulation en crée un autre totalement malléable à l’imagination […] surtout les simulations sollicitent une implication accrue du spectateur et lui procurent une impression d’immersion. Ces possibilités intéressent tout particulièrement les artistes qui travaillent sur la perception de l’espace et de l’environnement.

14Ainsi donc, l’analyse du réel par la simulation informatique constitue un autre monde tout aussi réel.

  • 7 Le projet Raudin (Recherches aquitaines sur les usages et le développement des dispositifs (...)

15Nous reviendrons cependant à une réalité plus quotidienne, plus triviale sans doute par bien des aspects, celle du monde de l’entreprise, elle aussi considérablement affectée par l’usage des TIC et en même temps insuffisamment préparée, lucide sur l’incidence de ces technologies. Incidence qu’il convient donc d’analyser en profondeur, ce à quoi s’engagent d’importants programmes de recherche universitaire tels Devotic et Raudin7.

16C’est plus spécifiquement l’individu au travail qu’observe Valérie Carayol dans « la fabrique des temporalités » par les TIC, posant dès l’abord qu’« il n’y a pas de déterminisme technologique » et que c’est à la fois le projet managérial et le contexte qui en construisent les effets. C’est donc du côté de l’usage des TIC et de nos responsabilités que se situe le propos. La diversité des contextes et des usages des TIC entraînent des représentations différentes : ainsi l’impératif de coopération qui ne convient pas à tous peut devenir oppressant, alors qu’il est souvent perçu comme un apport essentiel et positif des TIC. Le consensus est plus grand sur la question de l’urgence au travail.

17À l’idéalisation des effets des TIC, à l’utopie de leurs usages répondent dans cet article les résultats d’enquêtes montrant la souffrance au travail : intensification des rythmes de travail, qu’il s’agisse de la segmentation des tâches, des frontières toujours plus floues du temps de travail qui empiète sur celui de la vie privée ou encore de la surveillance facilitée et accrue des salariés. Un mal-être se manifeste dans l’agressivité, l’incivilité fréquentes de cet individu que l’on veut en permanence disponible : « la disponibilité permanente et le fait qu’on ne puisse plus anticiper deviennent problématiques en termes de liberté et de réflexivité ». Les conclusions de Valérie Carayol pointent les manifestations du technostress, mais n’excluent pas la possibilité de découvrir les effets positifs de l’usage des TIC dans l’acquisition de nouvelles compétences, de nouvelles façons de gérer les tâches et le multitâche. Mais il en est de notre responsabilité. « La fabrique des temporalités » renvoie à l’imaginaire, à nos représentations des TIC, sans doute, mais d’abord à la nécessité de prendre nos responsabilités pour orienter positivement les effets de leur déploiement.

18C’est également dans le monde du travail, et en particulier sur le terrain du recrutement, que se situe la contribution de Béatrice Galinon-Mélénec qui bénéficie, comme l’analyse de Valérie Carayol, du recul du temps. Une fois passée l’euphorie communicationnelle par les NTIC, et même si le profil professionnel ne peut plus se passer des ressources du Net, c’est le temps de l’inquiétude et de la lucidité dans lequel nous fait pénétrer Béatrice Galinon-Mélénec en observant la dangereuse et indiscrète traçabilité de nos échanges sur le Net. Si le numérique permet une communication en dehors de la coprésence, cette extraordinaire liberté fait oublier que ces échanges laissent des traces qui peuvent être transmises à notre insu. Or la complexité de nos échanges devrait au moins conduire à une approche rationnelle des informations que ces traces transmettent. Mais c’est pourtant l’imaginaire qui domine. Ainsi, l’exploitation des traces que nous laissons sur internet (en particulier les digitals natives) doit-elle être redoutée et notre confiance révisée. Dans le domaine du recrutement, aux traces stratégiquement construites par le candidat se superposent les traces numériques inopportunes qu’il faudrait réajuster en permanence dans cette quête d’une identité homogène et adéquate. Devant cette difficulté dont il devient conscient, l’internaute est plus vigilant sur les règles de confidentialité, mais il adopte aussi une position de repli vers des modes de communication plus anciens et de revendication, comme le montre aussi Valérie Carayol, du droit à la déconnexion. Devant les risques analysés, Béatrice Galinon-Mélénec propose « d’instaurer la pratique du doute interprétatif, une éthique de l’usage des traces numériques » pour rationaliser leur interprétation et faire reculer les dangers d’un usage abusif des traces dont l’interprétation laisserait libre court à l’imaginaire.

19Le propos de Christian Le Moënne concerne spécifiquement le monde de l’entreprise, mais ne se situe pas sur le terrain du positif ou du négatif de l’effet des NTIC. Il est plus global et vise à montrer le décalage stupéfiant qui existe entre nos représentations et la réalité de l’entreprise qui, on pourrait le dire, a changé sans que nous ne nous en apercevions, du moins sans que notre imaginaire, nos représentations et les discours qui les portent ne s’en trouvent transformés. Et pourtant le changement observé dans l’entreprise relève d’un véritable bouleversement opéré dans les trente dernières années, bouleversement qui voit la disparition de la forme manufacturière, soit « le rassemblement dans un même lieu des ressources humaines, matérielles et financières, c’est-à-dire du capital, du travail et ce qu’on appelle maintenant la direction, le management ».

20Le processus qui suit cette dislocation de l’entreprise dans sa forme traditionnelle est très clairement présenté par Christian Le Moënne :

Il me semble que les logiques sociales dominantes sont passées, dans les trente dernières années, d’une anthropologie de l’espace à une anthropologie du temps ou, plus précisément de la vitesse. Ceci a accompagné une véritable dislocation des formes antérieures dominantes d’entreprises et d’organisations et se manifeste à la fois par une symbolisation accrue de ces formes sociales et leur basculement vers des formes processuelles.

21C’est la forme de l’entreprise-projet éphémère qui s’impose : ce sont les projets qui définissent les conditions matérielles, financières, techniques.

On est passé des formes d’organisation territorialisées dans une logique de surveillance à des logiques de pilotage par les normes et les cahiers des charges. Nous sommes tous engagés quotidiennement dans un monde qui s’est totalement normalisé techniquement sans que nous y prenions garde.

22Comment penser ce décalage entre notre imaginaire, nos discours, et la réalité de ces bouleversements ? Et Christian Le Moënne de conclure qu’

il y a des significations imaginaires qui sont héritées et desquelles il n’est pas facile de se libérer. C’est peut-être notre rapport global aux techniques et aux technologies qui est perpétuellement en retard par rapport à ce qu’on est capable d’observer et de vivre pratiquement.

23Tandis que Christian Le Moënne observe la dématérialisation, la déterritorialisation des entreprises, le recul donc des imaginaires spatiaux au profit d’une forme abstraite et éphémère d’« entreprise-projet », on revient avec l’article d’Hélène Montagnac sur le territoire très concret de l’espace urbain qui aspire les populations : 70 % de la population vivra en ville à l’horizon 2050 ! C’est avec l’exemple de Bordeaux que le concept de « ville créative » est ici analysé en rapport avec le développement des NTIC. Le concept de « ville créative » renvoie à un processus, une dynamique, une méthode reposant sur une coopération de l’ensemble des acteurs de la ville.

24Ainsi, on retrouve dans le propos d’Hélène Montagnac une notion essentielle aujourd’hui et qui traverse l’ensemble de nos représentations, celle de processus collaboratif. Dynamique produite par l’essor des NTIC et/ou dynamique démultipliant l’essor des NTIC ? La réponse est complexe comme la réalité. Rappelons qu’il n’est pas question d’introduire une notion de déterminisme technologique. Cette dynamique processuelle et collective, qui nourrit l’imaginaire d’internet et a construit jusqu’à présent ses représentations les plus optimistes, renvoie également au fonctionnement des nouvelles formes de travail en entreprise, diversement appréciées, telles que Christian Le Moënne ou Valérie Carayol nous le montrent et renvoie plus globalement à un monde en mutation affecté par les Nouvelles Technologies dont l’artiste plasticien Stefan Shankland voudrait rendre compte par ces mêmes Nouvelles Technologies.

25La diversité des approches que développent ici les auteurs permet une lecture transversale du processus collaboratif inscrit dans le concept de ville créative analysé par Hélène Montagnac. L’auteur montre bien comment les ressources qu’offrent les NTIC permettent une transversalité sociale au cœur de la ville créative : hybridation entre les domaines économique et culturel, mais aussi technologique et politique. L’étude de cas proposée, celle d’un événement culturel organisé sur la rive droite de Bordeaux, « PanOramas », par le Groupement d’intérêt public du grand projet des villes montre la volonté de réunir autour de la question artistique des acteurs et des catégories sociales multiples, dans une participation créative que les technologies du numérique permettent. L’originalité de la manifestation observée repose sur l’articulation du tangible et du numérique, et son objectif est de compléter l’appréhension d’une manifestation artistique par sa dimension sociale via les pratiques numériques. L’usage des TIC est conçu dans ce projet comme un facteur indéniable de démocratisation de l’accès à l’art. Cristallisation donc d’un imaginaire démocratique dans la conception comme dans la réception du projet par les bénéficiaires, désir de faire naître dans la collaboration l’invention d’une autre façon de vivre ensemble, l’appropriation d’un territoire par la sollicitation d’un imaginaire croisant l’artistique et le politique, hybridation que permet l’usage créatif des NTIC. Cependant rien n’est acquis. L’auteur pose la question de la pérennité des effets recherchés par cette appropriation technologique et invite à un suivi dans le temps de la sociabilité née de ces nouveaux modes de communication.

26Pour que nous prenions la mesure de l’actuelle ampleur du rêve et de la réalité de la ville numérique, de la smart city à travers le monde, il fallait dans cet ouvrage la profusion des récits, des références innombrables, plus extraordinaires les unes que les autres venus de l’expérience et de la réflexion de Nils Aziosmanoff, président du Cube, structure d’avant-garde dans le domaine de la création numérique et qui a fêté ses dix ans en 2011.

27La ville numérique et ses promesses exaltantes pour une vie de partage des talents, des savoirs, une vie de collaboration, de solidarités multiples autant mondiales que locales, nous montre bien que la réalité virtuelle est une réalité dans la réalité, en interaction avec la réalité. C’est le paradoxe du virtuel que de se distinguer du réel tout en en faisant partie.

28Nils Aziosmanoff pose la question essentielle « de la capacité des individus à se mouvoir au sein d’espaces maillant le territoire physique à la sphère virtuelle et à inventer une “ville augmentée” » humaine et sans exclusion. Le projet est ambitieux techniquement et humainement. La smart city, dont Nils Aziosmanoff explicite les représentations, est « un concept de ville dont les infrastructures et les services s’appuient sur des systèmes intelligents, utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle est pensée comme un écosystème dynamique dont les parties prenantes, acteurs privés et publics, interagissent entre elles pour créer des systèmes innovants », pour créer des services visant à améliorer la qualité de vie. La parfaite connaissance de Nils Aziosmanoff des promesses du virtuel dans l’espace urbain nourrit et à la fois interroge nos représentations des NTIC.

29Les différentes identités virtuelles de la ville qu’il décline pourraient presque répondre, chacune, aux imaginaires convoqués par les auteurs de cet ouvrage. Ainsi, la « SimCity », dont les acteurs du numérique voudraient reprendre les nouvelles formes de représentation simplifiées et attractives, acquises des jeux vidéo incitant à créer sa ville et à endosser comme un maire les responsabilités multiples de sa gestion, pourrait répondre au désir de représenter dans l’espace public la complexité du monde en mutation, tel qu’un urbaniste-plasticien comme Stefan Shankland le perçoit. En effet, « le secteur public s’intéresse également au serious gaming pour développer ses services. Confrontée à une problématique de renouvellement urbain de grande ampleur, et à la nécessité d’organiser une vaste opération de concertation publique, la ville d’Issy-les-Moulineaux a ouvert un Atelier d’urbanisme et de Développement Durable entièrement conçu comme un dispositif numérique interactif développé par la société Navidis » dans un objectif notamment de concertation publique sur d’importants projets de transformation urbaine. Cependant, sur cette question de la transformation urbaine et de ses représentations, il est intéressant de lire en parallèle la position de Stefan Shankland qui, devant la nécessité, non de simplifier mais de protéger la complexité du réel, est méfiant par rapport à l’usage des TIC sur le terrain de l’anticipation.

30Le concept de « ville interface », que décrit également Nils Aziosmanoff, en offrant « un accès continu au cyber espace, va recomposer ses frontières et ouvrir de nouveaux territoires collectifs. Le numérique peut ici constituer un puissant vecteur de lien social et de qualité de vie, dans une cité relationnelle, à la fois centrée sur chaque individu et connectée au reste du monde ».

31Quel point commun ce citoyen collaboratif, engagé dans des solidarités de proximité, habitant de la « ville interface », a-t-il avec cet internaute dont nous parle Gino Gramaccia, familier du web collaboratif, mais aussi égocentré sur son ordinateur, obsédé de sa propre image et à tout moment incontrôlable ?

32On retrouve ici dans l’analyse des différents auteurs le constat essentiel que ce sont les usages des TIC, dont il faut envisager les responsabilités dans nos modes de vie et non la fatalité de leur incidence. Elles accompagnent nos représentations, les amplifient :

Ce miroir social géant est à la fois un simulateur de réalités et une scène de théâtre planétaire, capable de fédérer des acteurs spécifiques et de générer des audiences massives en des temps records. Cette multiplication des échanges amplifie les brassages culturels et accélère les prises de conscience collectives autour de nombreux sujets de société.

33Miroir, amplificateur, accélérateur, autant de termes qui nous renvoient à nos responsabilités de citoyen, d’homme, avant celles d’internaute. Le rêve numérique renvoie à la société que nous voulons vraiment imaginer, construire.

34Par ailleurs, il semble difficile de prendre la mesure du foisonnement de la création numérique qui nourrit nos imaginaires, car finalement peu de médias en témoignent, comme nous le confiait Thierry Voisin :

  • 8 Thierry Voisin, entretien du 24 mars 2012.

Visibles dans les galeries, les musées, les théâtres, les festivals, bref dans tous les lieux culturels. Invisibles dans la plupart des médias, notamment grand public. Hormis quelques revues spécialisées, peu de médias, peu de journalistes témoignent en effet de la révolution numérique qui a investi tous les champs de la création. Dans la presse écrite nationale ou audiovisuelle, la plupart des rédacteurs couvrent l’actualité des jeux vidéo et du cinéma ou s’intéressent au numérique comme des néophytes face à la sorcellerie, privilégiant l’aspect technique, spectaculaire et futuriste. Les critiques de théâtre, de danse, d’arts plastiques et de cinéma, quant à eux, effrayés par la dimension technique du numérique, se limitent aux créations de format plus classique. Sûrement parce que parler du numérique impose une manière différente d’appréhender la création et nécessite de s’impliquer dans cette relation plus intime avec l’œuvre. Le journaliste veut bien être témoin mais non spectacteur.8

35Dans cette effervescence d’innovations, à la fois déroutantes et stimulantes, de la sphère intime à l’espace public, du processus créatif au terrain professionnel, se rejoignent des approches qui mettent en évidence à la fois les promesses et les dangers des NTIC, la toute-puissance qu’elles nous promettent et la vulnérabilité qu’elles nous préparent : interactifs nous sommes, mais interchangeables nous pouvons devenir.

Notes

1 Wolton D., Informer n’est pas communiquer, Paris, Éditions du CNRS, 2009, p. 41.

2 Thierry Voisin, écrivain, journaliste à Télérama, responsable de la chronique hebdomadaire des Arts numériques.

3 L’expression est de Dominique Wolton.

4 En référence au film de Pascale Ferran Petits arrangements avec les morts (1993).

5 Wolton D., Informer n’est pas communiquer, op. cit., p. 51.

6 Ibid., p. 44.

7 Le projet Raudin (Recherches aquitaines sur les usages et le développement des dispositifs numériques) est un programme de recherche européen qui s’inscrit dans l’axe 2 du programme Feder « Développer les TIC au service de la société de l’information ». L’ANR Devotic (Déconnexion volontaire aux technologies de l’information et de la communication) est un projet réunissant 20 chercheurs de 5 laboratoires : le Set (Pau), le Mica (Bordeaux), le Lisst (Toulouse), le LCS (Paris) et le Grico (Ottawa). Site internet de l’ANR Devotic : http://anr.devotic-univ-pau.fr.

8 Thierry Voisin, entretien du 24 mars 2012.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search