Version classiqueVersion mobile

La résidence d’artiste

 | 
Nicole Denoit
, 
Catherine Douzou

Partie V : Regards d’universitaires

« L’arrésidence » ou comment ne pas être assigné à résidence

Thierry Dufrêne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je vais me positionner, si vous voulez bien, en tant qu’historien c’est-à-dire en amont de nos débats. Je vais essayer de comprendre quelles sont les conditions historiques de ces résidences, au fond ce qui a pu se passer qui peut expliquer que ce phénomène de la résidence d’artiste ait été si important.

Il y a trois grandes séries de causes qui procèdent de trois transferts dans l’histoire.

Le premier transfert, qui me paraît évident, c’est le transfert de l’autorité, justement entendu au sens de la valeur, du temps vers l’espace. Pendant très longtemps, depuis la Renaissance au moins, la valeur est attachée à la distance temporelle : l’artiste en général, pas seulement le plasticien, bénéficie finalement de son rapport à la tradition. Plus son rapport au passé est fort, plus cet éloignement dans le temps est qualifiant pour son œuvre.

Quand les artistes ont commencé à voyager, et pas seulement les artistes mais aussi les commanditaires – je pense à ce qu’on a appelé le « Grand Tour »...

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search