Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages et patrimoines

 | 
Lolita Voisin
, 
Sylvie Servain

III. Valorisation et appropriation : production habitante et mobilisations collectives

Chapitre 9. Paysages d’estuaire(s). Des artistes et des habitants co-producteurs d’un bien commun patrimonial et passeurs de territoires ?

François Pouthier

Texte intégral

  • 1 Convention européenne du paysage à Florence du 20 octobre 2000, chap. I.1.a.
  • 2 Convention UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel du 1 (...)

1L’estuaire de la Gironde peut être considéré comme un paysage fluvial et maritime naturel, soit « une partie de territoire telle que perçue par les populations dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et leurs interrelations1 ». Si ce paysage estuarien ne peut s’inscrire ni dans la catégorie des paysages imaginés par l’homme, ni dans celle des paysages communautaires, il est cependant bien un « paysage évolutif résultat d’une exigence économique et administrative non fossile mais vivant, à rôle social actif2 ».

  • 3 Code du patrimoine du 5 novembre 2004. Article 78 de la loi du 9 décembre 2004. Décrets no (...)
  • 4 L’organisation politique empêcherait les citoyens d’être codirigeants et annihilerait la p (...)

2Mais l’estuaire de la Gironde correspond bien peu aux canons juridiques, esthétiques ou même philosophiques de la notion de patrimoine. Au regard du droit patrimonial français, soit selon les grilles et outils de la protection des xixe et xxe siècles regroupés dans le Code du patrimoine de 20043 comme dans ceux de la maîtrise foncière du Conservatoire du Littoral, seuls le « verrou Vauban », le phare de Cordouan et ses espaces naturels sensibles îliens et terrestres peuvent être distingués. Si on doit se le représenter comme un espace public au sens d’Hannah Arendt4, l’estuaire, dont la forme – et l’existence même – repose sur un port autonome et une co-gestion de collectivités publiques, demeure un espace politique bien peu mis en partage car il se limite à une addition de politiques publiques et de parcours professionnels strictement individuels. Enfin, si on le regarde d’un point de vue purement esthétique, il est tellement vaste et fragmenté, avec une scission linguistique entre langue d’oc et d’oïl, qu’il paraît bien éloigné des critères de la « beauté naturelle », ne serait-ce que par ses handicaps d’accès et de dangerosité.

3Alors, même si la « question paysagère fait l’objet d’un intérêt croissant dans sa composante territoriale comme dans ses aménités touristiques, économiques, hédonistes » (Peyrache-Gadeau et Peyron, 2010), force est de constater que le paysage estuarien girondin n’a que bien peu d’atouts en termes patrimoniaux au regard de critères esthétiques ou politiques.

  • 5 Les derniers « îlouts » ont abandonné l’île verte en 1977. Le dernier habitant est mort en (...)
  • 6 François Pouthier, « Les “ailes de saison” sont-elles désirables pour le territoire et l’a (...)

4Pour autant, des femmes et des hommes l’habitent : sur l’eau, pour ceux qui ont maniés les navires et les balises maritimes (marine marchande, pêcheurs professionnels, phares et balises, bacs) ; dans les terres, pour ceux ou plus souvent celles qui les ont alimentés (la vigne et le bois) ou habités (îliens ou femmes et enfants de marins et de pêcheurs5). À partir de l’étude des projets portés par des opérateurs culturels, éducatifs et sociaux du territoire estuarien dans le cadre d’une part d’une recherche doctorale concernant les éléments culturels contributifs aux projets de territoire des parcs naturels régionaux et d’autre part d’une publication concernant les interactions entre tourisme et animation culturelle6, que peut-on saisir du lien entre paysage(s) et patrimoine(s) ? C’est ce que nous tenterons de déterminer après avoir décrit les éléments physiques, historiques et environnementaux de l’estuaire de la Gironde et étudié les différentes actions menées depuis le début des années 2000 avec, par et pour les personnes qui habitent ce territoire.

Le plus grand estuaire d’Europe

5D’une longueur de 75 kilomètres du bec d’Ambès aux pointes du Verdon et de Suzac, d’une largeur de 2 à 12 kilomètres à son embouchure, il est le plus vaste d’Europe occidentale. Résultat de la conjugaison de la Dordogne et de la Garonne, ses contours sont mouvants par l’apparition et la disparition d’îles (sans nom – plateau de Cordouan –, Nouvelle, Patiras, Verte, etc.). Ses rives alternent falaises calcaires, coteaux viticoles, marais sous formes de polders d’époque moderne, ou encore d’espaces naturels sensibles peuplés d’oiseaux migrateurs, de chevaux, vaches et… d’une centrale nucléaire. L’estuaire de la Gironde n’abrite aucune grande ville, voire même de ville moyenne, si l’on excepte Royan à son embouchure. Mais il compte près de 200 000 habitants, répartis dans un semis de petites villes qui occupent la quasi-totalité de son territoire et côtoient des vignobles réputés (Haut et Bas-Médoc, Côtes-de-Bourg, Côtes-de-Blaye). Il est enserré par des digues sur une partie de son cours car bien évidemment, il ne serait pas ce paysage s’il n’avait été aménagé et artificialisé.

6Comme nombre d’estuaires européens, celui de la Gironde est, en effet, dominé par une ville-port, Bordeaux. Il est l’aboutissement d’un isthme aquitain où se sont historiquement conjugués les trafics, celui du cabotage de l’Espagne à la Cornouaille puis jusqu’à la Hanse baltique (Cocula, 2006), celui du grand large avec le commerce triangulaire et Terre-Neuve, celui enfin d’un trafic plus industriel et pétrolier qui a donné lieu à la création d’un avant-port, Le Verdon. L’estuaire est donc pour cela dragué quasiment 365 jours par an par le Pierre Lefort et dorénavant l’Anita Conti, si l’on excepte les quelques jours de cale sèche de ces navires.

7Car ses contraintes environnementales sont fortes. Par la Garonne et la Dordogne, il arrive chaque seconde de 800 à 1 000 m3 d’eau douce chargée de sédiments. Dans le même temps, deux fois par jour à marée montante, 15 000 à 25 000 m3 d’eau de mer pénètrent à l’embouchure. Entre crues d’amont et tempêtes d’aval, un fort mascaret remue un bouchon vaseux lui conférant une couleur laiteuse aux reflets changeants. Bien que cet estuaire soit un des moins pollués d’Europe, en raison de l’absence d’industries lourdes en amont, ce qui lui permet d’abriter de nombreuses espèces migratoires – aloses, lamproies et esturgeons –, il apparaît donc comme inhospitalier, compartimenté (Claval, 2001), voire dangereux ; bien loin d’être un paysage ouvert, accueillant, à l’esthétique révélatrice, ne serait-ce que par sa taille et parce que des bateaux venus de l’autre bout du monde remontent et descendent.

Collectes de mémoires et créations artistiques

8Depuis la fin des années 1990, qu’il s’agisse de gestion de paysages et de biodiversité, de patrimoine culturel ou culturel, l’estuaire de la Gironde fait l’objet d’attentions croisées menées par l’État (DRAL, DRAC) ou les collectivités territoriales et établissements publics (régions, conseils généraux, pays, Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire). Nombre d’opérateurs publics (inventaire régional, gestion des espaces naturels sensibles) comme associatifs (Conservatoire de l’estuaire de la Gironde, Amis du Vitrezais, Pétronille, IDDAC…) œuvrent également à son animation et à sa valorisation. Et beaucoup de ces initiatives, notamment portées par des opérateurs culturels, éducatifs et sociaux du territoire, ont donné voix aux paroles d’hommes et de femmes qui ont sillonné l’estuaire girondin.

9Paroles d’estuaires a d’abord permis la présence régulière d’auteurs européens et de photographes venus témoigner de leurs estuaires : Alive Vieira pour le Tage, Björn Larsson pour le Göta, Chris Witts pour la Severn, Bernard Bretonnière et Wilfried Guyot pour la Loire, Agathe Tissier pour la Gironde, etc. (fig. 1). Ces auteurs ont partagés avec des jeunes scolarisés et des moins jeunes les différences et les similitudes entre des espaces de vie européens où l’eau, son économie, sa sauvegarde, sa culture jouent un rôle primordial. Un croisement d’écrits émanant de quelques terres d’estuaires a ainsi contribué à resserrer des liens tout autant à une échelle européenne qu’à celle de territoires spatiaux entre les deux rives et sociaux entre les différentes tranches d’âges et acteurs du Médoc et de la Haute Gironde (bibliothèques, établissements scolaires, conservatoire de l’estuaire, etc.).

10Mais c’est avec Mémoires d’estuaires que nombre d’acteurs éducatifs, culturels, sociaux et environnementaux, réunis à l’initiative du Service social maritime de l’Aquitaine, sectoriellement dispersés mais engagés dans de mêmes valeurs, ont pu (re)découvrir leur patrimoine paysager à travers une collecte orale et des productions artistiques autour de la mémoire d’hommes et de femmes ayant travaillé dans les métiers attachés aux transports et pêches proches et lointaines, aux techniques de navigation des bacs de Gironde, au pilotage et au cabotage.

  • 7 Patrice Clarac, Terre-Neuvas et autres marins de Bordeaux, Bordeaux, Éditions Confluences, (...)

11Trois espaces et temps ont rythmé l’opération entre 2007 et 2012. Une collecte de mémoire a été conduite par l’ethnologue Patrice Clarac, de l’université de Bordeaux, dans la droite ligne des travaux et pensées de Georges Henri Rivière, en équilibre entre histoire, mémoire, politique et social. Ce collectage a donné lieu à une publication, Terre-Neuvas et autres marins de Bordeaux7. En parallèle, trois artistes ont établi une collecte, qui a donné lieu à un spectacle (« Tempête sur une toile cirée » de la conteuse Valérie Briffod) et à deux installations photographiques, de Pierre Bidard (fig. 2) et Jean-Christophe Garcia (fig. 3). Enfin, de manière simultanée, des restitutions ont rythmé l’opération sous forme de résidences de création et de médiation, d’actions en résidence pour personnes âgées comme en milieu scolaire et, durant dix semaines, de présentations spectaculaires dans le territoire estuarien puis en Aquitaine (dont huit semaines en Gironde). Des balades maritimes, de mai à octobre 2009, ont permis aux habitants, ceux qui y habitent comme ceux qui y pérégrinent (Pouthier, 2011), de découvrir l’estuaire, sa faune, sa flore, ses paysages et les îles qui le composent.

12Ces installations, spectacles et conférences ont également poursuivi leur vie au-delà de l’estuaire de la Gironde, dans les deux Charente, en Vendée, dans les Côtes-d’Armor, mais aussi à la Maison du Conte de Chevilly-la-Rue et à Besançon.

13Au total, 14 installations photographiques et 83 représentations spectaculaires ont illustré cette triple ambition qui a animé la démarche de Mémoires d’estuaires : celle patrimoniale et environnementale de donner la possibilité aux aînés de transmettre leur histoire sociale par une collecte ethnologique afin de témoigner de leur environnement naturel, de leurs modes de vie, de leurs techniques et savoir-faire en voie de disparition et de transformation ; celle sociale afin de (re)donner une place à des retraités et de créer des liens intergénération-nels autour d’un patrimoine paysager commun ; celle culturelle d’exploration d’un patrimoine oral comme source de souvenirs individuels et de mémoire collective dans le but de susciter un espace public de partage et de faire émerger de nouvelles formes artistiques.

Le patrimoine paysager estuarien : reconnaissance, appropriation et valorisation

14Au travers de ces projets culturels et mémoriels, humbles et modestes, quels liens pouvons-nous établir entre paysage(s) et patrimoine(s), culture et territoire ?

  • 8 L’usine électronique Sonolor de la Courneuve fut vendue à la multinationale américaine ITT (...)
  • 9 « Interview de Jack Ralite », Cassandre Horschamps, été 2012, p. 18.

15Tout d’abord, que le patrimoine a besoin d’une dimension cognitive. Cette transmission épouse des voies autres que celles de la muséologie qui combattent plus sûrement l’empêchement « de voir ce que nous voyons [car] il s’agit de faire voir ce que qu’on ne voit pas dans ce qu’on voit […] parce qu’on ne sait pas qu’il y a quelque chose à voir » (Pequignot, 2007), ceci en donnant leur pleine mesure à des données géographiques et historiques refoulées. D’autant que cette transmission, transcendée par des projets culturels et artistiques, se révèle plus simplement par des processus ascendants, mis en œuvre par les personnes elles-mêmes, que par ceux produits de haut en bas, par les mécanismes de l’action publique et les « experts nommés ». C’est ce que souligne le sénateur Jack Ralite à propos du conflit Sonolor8 : « Pour obtenir le succès, il avait fallu mobiliser les experts des différents champs du problème, politiques, syndicaux mais aussi les ouvrières elle-même, les “experts du quotidien”. L’expert du quotidien est celui qui a la connaissance en actes, c’est une source inépuisable : son savoir n’est pas lié à la situation, il faut l’écouter ardemment. De ce type de procédure résultent des solutions beaucoup plus libres9. » Par rapport à l’espace abstrait des compétences, celui des urbanistes, des aménageurs ou encore des conservateurs du patrimoine, l’espace des performances qu’accomplissent quotidiennement les usagers et les personnes qui habitent le territoire est ainsi un espace concret (Lefebvre, 1974).

  • 10 La Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la so (...)

16Ensuite, que le paysage estuarien n’est patrimonial que parce qu’il est social et donc culturel. En reprenant la Convention de Faro10 (2005), le critère de la valeur patrimoniale du paysage estuarien n’est pas la beauté, l’aménité ou encore la seule signification historique mais le degré de cohésion entre un cadre physique et son appropriation sociale des personnes. L’estuaire de la Gironde serait ainsi un paysage vivant à rôle social actif et son patrimoine serait un processus de construction évolutif car il résulterait des interactions entre milieu physique, activités humaines, représentations sociales et productions artistiques. À ce titre, on pourrait dire qu’il est « artialisé » (Roger, 1997) : sa réalité ne s’établirait que dans une construction imaginaire et le rôle de l’art serait de mettre en lumière ce construit, et ainsi « de rendre possible la réalité puisqu’on ne saisit le réel que quand il est mis en art » (Delbaere, 2010), cette mise en spectacle étant productrice elle-même de lien social. L’estuaire de la Gironde serait alors un esprit du lieu et sa réalité qui, comme ses limites spatiales et environnementales, n’est qu’une construction sociale, un « précipité instable » (Lamy, 2006) aux composants sociaux évolutifs, et non un objet à l’état pur.

17Le paysage, élément du territoire, peut alors devenir une ressource territoriale (Landel et Pecqueur, 2009), à la fois comme mobilisation directe d’une ressource en actif (des visites, des productions artistiques vendues) ou comme mobilisation indirecte, en contribuant à l’identification d’autres ressources comme le tourisme ou l’éducatif, plus qu’une réserve susceptible d’accueillir des animations même pédagogiques. Le territoire serait, de manière endogène, créateur de ressources patrimoniales et non le réceptacle d’une allocation de ressources données. Le paysage estuarien de la Gironde devient alors un élément de développement local et d’aménagement du territoire, dans le sens de l’« agir territorial » (Petcou et Petrescu, 2008) avec deux spécificités importantes : d’une part, le besoin de patiemment réinvestir activement son espace en reconstruisant des pratiques dans un espace vide d’usages, sans appropriation ; d’autre part, sa capacité d’être à l’intersection de politiques publiques sectorielles (environnement, social, culture, jeunesse, touristique) et de générer une approche dite intégrée des spécificités territoriales. Il devient alors un support privilégié de construction territoriale après avoir été un seul objet physique.

18Et c’est à ce titre, enfin, que le patrimoine paysager peut contribuer puissamment à la distinction et l’identification d’un territoire car, par sa relation entre le matériel et le symbolique (Berque, 2000), il est empreint d’une dimension sensible qui contribue à un sentiment d’appartenance, voire à une identité. Ce paysage vécu peut ainsi parfois mener à des référentiels identitaires avec les risques inhérents. D’une part, cette place croissante des préoccupations paysagères peut être amenée à « vitrifier » le paysage, avec des normes de protection et de préservation qui limite le paysage vivant à un objet et non à un support, comme cela peut être le cas dans certains parcs nationaux. D’autre part, parce qu’outil d’un « agir territorial », le paysage peut se réduire à un enjeu politique, objet de stratégies marketing souvent résumées à la notion « d’attractivité » différenciant le territoire institué. D’objet puis de support, le patrimoine paysager peut alors devenir média d’un espace politique mal perçu par le citoyen ou instrument d’une pure politique d’image factrice d’aménités économiques notamment touristiques, ce qui n’est pas sans rappeler l’action des métropoles qui subvertissent la culture afin de se faire reconnaître dans le jeu concurrentiel de la mondialisation (Sibertin et Blanc, 2003).

Le paysage estuarien est-il un patrimoine ou un bien commun ?

19Si, au travers du cas girondin, le territoire estuarien ne présente aujourd’hui aucune de ces limites, il a sans conteste engagé un processus co-productif de patrimonialisation. Ce dernier repose sur l’hypothèse d’un paysage « palimpseste de la mémoire » (Lamy, 2006). Comme un manuscrit qui porte différents niveaux de textes, il présente une accumulation de faits, discours et représentations mentales qui se contredisent, se paraphrasent ou se complètent. La richesse de l’estuaire de la Gironde pourrait ainsi être supérieure à celle des territoires qu’il sépare. Prendre le temps de regarder son environnement, d’arpenter des lieux et des espaces quotidiens, d’aller à la rencontre et à l’écoute d’autrui ne sont donc pas sans permettre une meilleure prise en compte du patrimoine, du « déjà là » d’Anton Chemetov, et de faire évoluer perceptions et représentations usuelles des paysages.

  • 11 Frédéric Sancerre, plaquette de présentation de la saison de Derrière Le Hublot, Capdenac- (...)

20D’autant que structure matérielle et représentation mentale, le patrimoine paysager est en capacité de nourrir de nouveaux récits, des storytellings, qui puisent dans un passé historique comme mémoriel mais qui s’inscrivent, par leur traitement artistique contemporain, dans un présent : « Les lieux investis […], parce qu’ils sont habités, qu’ils ont une histoire, qu’ils respirent ou nous inspirent, participent de l’écriture de nos aventures. Il s’agit alors de chercher avec des créateurs les endroits où se partagent les sens et les savoirs. C’est la rencontre avec les espaces communs de l’ordinaire qui ouvre des possibles. C’est la rencontre avec tous ces gens, leurs savoirs, leurs récits, leurs envies de partage qui crée du lien et du vivre ensemble11. » Ces récits collectifs, qui peuvent parfois être de véritables fictions, livrent un cadre original au débat collectif et donnent au patrimoine une véritable vocation d’espace public. En conséquence, cette patrimonialisation du territoire ne peut être qu’évolutive, évitant ainsi la territorialisation du patrimoine, et demande à être interrogée régulièrement et socialement par les personnes qui vivent, instituent et expertisent le paysage, empêchant de l’enfermer dans une muséification illusoire.

21De par la ressource qu’il est, de par l’espace public « exercice de d’écriture démocratique » (Petcou et Petrescu, 2008) qu’il révèle, de par le construit social qu’il génère, le paysage devient ainsi le champ de l’appropriation commune et de la négociation perpétuelle d’accords partagés, avec une visée éthique plus qu’esthétique. D’autant que la nature des projets co-construits dans l’espace estuarien girondin, au-delà de leur fugace réalisation, suscite une « communauté d’intérêt » conditionnée par des actions publiques, non plus sectorielles mais transversales. À partir d’un territoire donné et d’une volonté publique, artistes, habitants, enseignants, acteurs de l’éducation à l’environnement sont ainsi en mesure d’inventer d’autres formes de collaboration. Par leur fédération, produit d’une co-construction de projet éphémère dans sa production mais durable dans son processus, des valeurs communes sont identifiées tout en respectant leurs singularités. Une manière également de formuler ensemble une exigence d’un art public, en prise sur le réel, sans réduire l’activité artistique à une fonction de divertissement.

Conclusion

22Cet espace paysager estuarien peut-il alors être considéré comme patrimoine ou ne doit-on pas lui préférer la notion, si chère à André Micoud, de « bien commun » ? En posant non spécifiquement sa préservation mais son inscription sociale et sa durabilité dans le temps, ce paysage serait un « esprit [présent] du lieu » qui n’est pas sans interroger les politiques publiques françaises du patrimoine et se rapprocher des positions du Conseil de l’Europe (Faro, 2005), et plus encore de la Déclaration de Fribourg (2007) sur les droits culturels. Car force est de constater qu’en co-produisant avec les personnes directement – ceux qui ont travaillé – et indirectement – ceux qui l’habitent –, un bien commun patrimonial et une ressource territoriale, un paysage, celui de l’estuaire de la Gironde, vécu jusqu’alors comme un stigmate, dans sa valeur d’usage, s’est mué en emblème dans sa valeur d’échange.

Fig. 1. Diptyque sans titre.

Fig. 1. Diptyque sans titre.

[© Agathe Tissier]

Fig. 2. Portrait.

Fig. 2. Portrait.

[© Pierre Bidard, Mémoires d’estuaires]

Fig. 3. Intérieur.

Fig. 3. Intérieur.

[© Jean-Christophe Garcia, Mémoires d’estuaires]

Notes

1 Convention européenne du paysage à Florence du 20 octobre 2000, chap. I.1.a.

2 Convention UNESCO concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel du 16 novembre 1972.

3 Code du patrimoine du 5 novembre 2004. Article 78 de la loi du 9 décembre 2004. Décrets nos 2011-573 et 2011-574 du 24 mai 2011.

4 L’organisation politique empêcherait les citoyens d’être codirigeants et annihilerait la participation citoyenne [Hannah Arendt, Penser l’événement, Paris, Belin, 1989, art. « Retour à l’envoyeur » (1975), p. 253-268].

5 Les derniers « îlouts » ont abandonné l’île verte en 1977. Le dernier habitant est mort en 1991.

6 François Pouthier, « Les “ailes de saison” sont-elles désirables pour le territoire et l’animation culturelle ? », in Greffier L. (dir.), Les vacances et l’animation, espaces de pratiques et représentations sociales, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 183-196.

7 Patrice Clarac, Terre-Neuvas et autres marins de Bordeaux, Bordeaux, Éditions Confluences, 2011.

8 L’usine électronique Sonolor de la Courneuve fut vendue à la multinationale américaine ITT au début des années 1970. Dés 1978, elle transféra une large part de la production en Tunisie. Les salariés, et notamment les OS qui comptaient un grand nombre de femmes, se lancèrent dans une série d’actions et une longue occupation, de cinq mois, bénéficiant du soutien de leurs syndicats, de la municipalité, du département et de nombreux salariés de la Seine-Saint-Denis.

9 « Interview de Jack Ralite », Cassandre Horschamps, été 2012, p. 18.

10 La Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société du 27 octobre 2005 dite Convention de Faro lie le concept de « patrimoine commun de l’Europe » aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales. Elle apporte une contribution originale aux questions du « vivre ensemble », de la qualité et du cadre de vie dans lequel les citoyens veulent prospérer. La France ne l’a ni signé, ni ratifié.

11 Frédéric Sancerre, plaquette de présentation de la saison de Derrière Le Hublot, Capdenac-Gare, mai 2013.

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Diptyque sans titre.
Crédits [© Agathe Tissier]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18477/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Titre Fig. 2. Portrait.
Crédits [© Pierre Bidard, Mémoires d’estuaires]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18477/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Fig. 3. Intérieur.
Crédits [© Jean-Christophe Garcia, Mémoires d’estuaires]
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18477/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 21k

Auteur

Est professeur associé au master Ingénierie de projets culturels et interculturels de l’université Bordeaux-Montaigne et au laboratoire ADESS du CNRS (UMR 5185). Il est directeur de l’IDDAC (Institut départemental de développement artistique et culturel), agence culturelle du Conseil général de la Gironde. À ce titre, il assure depuis 2011 la présidence de l’association nationale « Culture & Départements » qui regroupent les directeurs des affaires culturelles et des agences départementales des conseils généraux.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site