Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages et patrimoines

 | 
Lolita Voisin
, 
Sylvie Servain

II. Connaissance et reconnaissance de nouveaux patrimoines

Chapitre 6. Parcs naturels régionaux et écomusées : vers une conception dynamique du patrimoine et des paysages

Rosemarie Lucas

Texte intégral

1Le domaine du patrimoine, pendant longtemps limité en France aux seuls monuments historiques et aux sites remarquables, s’est beaucoup étendu depuis les dernières décennies du xxe siècle (Nora, 1986), notamment grâce au rôle pionnier des parcs naturels régionaux et des écomusées qui, selon François Hartog, conduisent « à son terme l’universalisation de la notion de patrimoine » (1998, p. 15) en expérimentant la patrimonialisation de l’environnement, favorisant par là l’émergence d’un patrimoine rural et d’un patrimoine ethnographique (Chiva, 1990, p. 229-241.). L’invention des parcs naturels régionaux considère le territoire selon des données patrimoniales (en référence au décret du 1er mars 1967) et non plus seulement d’un point de vue administratif. Elle repose avant tout sur une philosophie : conserver l’héritage du passé en organisant simultanément la modernisation de l’économie et de la vie sociale.

2L’histoire du parc naturel régional d’Armorique revêt un intérêt particulier dans ce processus de patrimonialisation puisque c’est le premier parc à vocation rurale créé sur le territoire, en 1969. Vocation rurale car, à sa fondation, il répond à une situation économiquement difficile d’un milieu rural en crise (le Finistère intérieur et plus largement le centre de la Bretagne) pour lequel il fallait, à la fin des années 1960, trouver des solutions de reconversion. L’évolution des pratiques agricoles au cours des années 1960 rend définitivement obsolètes des paysages, mais aussi des modes de vie et de production, désormais communément perçus comme des monuments à l’histoire de ceux qui ont forgé la Bretagne. Alors que la France s’urbanise, les parcs naturels régionaux vont permettre de préserver ces traces par le biais des écomusées. Dès 1968, à Ouessant, puis dans les mont d’Arrée, ouvrent les premiers écomusées, prototypes de ce qui, par la suite, va être défini sur tout le territoire. Ces expériences, sans précédent en France par leur ampleur et leur complexité, ne traitent plus seulement des pratiques culturelles ou de l’architecture mais aussi des relations de l’homme avec son environnement.

  • 1 Une analyse historiographique qui résulte d’une thèse soutenue en décembre 2010 : Rosemari (...)

3À partir de l’analyse de la genèse institutionnelle de ce parc1, cet article d’une part s’attachera à mesurer le rôle de quelques-uns des principaux acteurs à l’initiative d’une conception dynamique du patrimoine et des paysages ; d’autre part, il s’agira de montrer ce qu’il est advenu de cette innovation. L’analyse se structure de façon temporelle autour de trois grands moments de l’histoire institutionnelle du parc naturel régional d’Armorique, de 1957 à 1990.

La phase préparatoire : l’initiative « locale »

4Par le décret du 30 septembre 1969 naît le parc naturel régional d’Armorique. Entre le premier projet imaginé en 1957 – soit dix ans avant la publication du décret instituant les parcs naturels régionaux – et l’inauguration officielle du parc en 1969, de nombreuses initiatives vont voir le jour pour dynamiser le territoire et aboutir à la construction d’un territoire patrimonialisé.

5Au cours des années 1960, la protection des monts d’Arrée apparaît comme une nécessité et fait l’objet de la sollicitude de l’administration et de divers organismes ; trois formulations, très semblables, avec pour perspective la création d’un parc naturel régional pour le Centre-Bretagne, voient le jour. Elles sont le fait de personnalités déterminées, originaires de la région, naturalistes, politiques, fins connaisseurs du milieu local.

6En 1957, bien avant la création de l’institution du « parc naturel régional », l’idée avait été émise au sein de la SEPNB (Société pour l’étude et la protection de la nature en Bretagne) par un visionnaire, Michel-Hervé Julien (1927- 1966), le premier à exposer une conception précise de ce que devaient être les parcs naturels régionaux. À ce titre, on peut affirmer qu’il en est l’inventeur. Naturaliste, pionnier du mouvement de protection de la nature en France, Michel-Hervé Julien fut collaborateur du Muséum national d’histoire naturelle, puis membre fondateur avec Albert Lucas de la SEPNB.

  • 2 Selon la loi de 1930, la notion de protection revêtait un aspect essentiellement négatif.

7La SEPNB avait commencé à sensibiliser les lecteurs de sa revue Penn ar Bed aux questions de protection de la nature et, dès 1957, Michel-Hervé Julien tentait d’assurer une « protection positive2 » des monts d’Arrée. Son projet était de créer une structure qui permette de concilier la conservation de la nature et la pratique touristique. Il a alors conscience que protéger la nature peut être un atout pour l’aménagement du territoire, les ressources naturelles et culturelles d’un territoire contribuant directement à l’expansion économique de celui-ci, notamment dans le domaine du tourisme et des loisirs. La conservation de la nature souhaitée par Michel-Hervé Julien ne revêt plus simplement un aspect statique, elle devient aussi dynamique en s’intégrant dans la mise en valeur d’un territoire. Dans son ouvrage L’homme et la nature publié en 1965, l’un des premiers livres consacrés à la protection de la nature, il écrivait :

  • 3 Julien Michel-Hervé, L’homme et la nature, Paris, Hachette, 1965, p. 119.

La création de parcs naturels régionaux, formule intermédiaire entre la simple région touristique et le parc national, peut faire demain des zones les plus désavantagées de nouveaux pôles d’attraction où, comme aux USA, la nature, tout en étant efficacement sauvegardée, se révélera la bonne affaire de l’expansion régionale.3

  • 4 Des zones qui s’appliquaient aux régions rurales n’ayant pas de développement économique, (...)
  • 5 Le CELIB avait été créé en 1951 pour servir de porte-parole des intérêts économiques breto (...)

8Le projet de Michel-Hervé Julien consiste à élargir le champ du patrimoine alors limité aux monuments et aux paysages (sites). Pour mettre en application ses idées, il prend contact avec le ministère de la Construction dès 1957 et propose que soit créé un parc de nature dans les monts d’Arrée. Un secteur – en plein désarroi économique – qui sera inclus dans la ZSAR (zone spéciale d’action rurale) de l’Ouest en mai 19614. L’idée d’un parc naturel pour les monts d’Arrée va trouver écho dans le programme d’action que propose, en 1961, René Pleven (1901-1993), ancien ministre des Finances sous le premier gouvernement du général de Gaulle, député des Côtes-du-Nord et président du CELIB (Comité d’étude et de liaison des intérêts bretons5). Dans son ouvrage Avenir de la Bretagne paru en 1961, René Pleven réserve une grande partie de son chapitre sur le tourisme à la création de parcs nationaux sous un aspect dynamique et dans la perspective d’une importante contribution à l’essor général de la Bretagne. C’est le choix d’un tourisme au service des populations locales qui est fait ainsi que la nécessité d’équipements légers adaptés à un milieu fragile. Priorité est donnée, dans cet esprit, à la valorisation des potentialités locales, notamment de l’habitat ancien avec la création de musées de plein air.

  • 6 Les principales idées forces du CELIB sont l’industrialisation à partir d’entreprises tour (...)

9Le projet est retenu au titre de la proposition de loi-programme bretonne présentée par le CELIB le 18 juin 1962 à Lorient. Ce projet de loi-programme fait apparaître, outre des revendications économiques6, des propositions de définition du territoire breton en fonction de ses propres atouts, culturels et environnementaux, en s’appuyant sur des secteurs nouveaux comme le tourisme. Il réserve une place importante à la protection de la nature en tant qu’ayant un rôle à jouer dans le développement économique régional. Il intègre l’idée d’un parc naturel pour la Bretagne, complété par des musées de plein air, pour accroître l’intérêt touristique et l’attraction du parc, en prenant exemple sur ce qui existe en Scandinavie. Il s’agit de maintenir, voire de retrouver, et de développer un « héritage culturel » menacé.

  • 7 Archives départementales du Finistère, 154 W 52 : Julien Michel-Hervé, Rapport préliminair (...)

10Dans un rapport qu’il rédige pour le Conseil national de la protection de la nature en mars 19647, Michel-Hervé Julien résume son argument général : les monts d’Arrée s’avèrent un terrain d’élection pour les foules citadines, brestoises, qui se pressent à ses portes, avides de verdure, d’espace et d’oxygène ; sa population résidente est peu importante ; en revanche, son histoire et ses traditions sont intéressantes. Bref, que manque-t-il donc aux monts d’Arrée pour être érigés en parc naturel, sinon une décision administrative qui ne doit pas tarder ? Bien que Michel-Hervé Julien ait été le précurseur du parc naturel régional d’Armorique, bien qu’effectivement il ait développé l’idée même de parc naturel sans perdre de vue l’aspect économique du développement touristique, il manque cependant dans son discours un aspect essentiel : la prise en compte de la population locale, dont il ne souffle mot, et les problèmes d’aménagement rural qui en découlent. Mais Michel-Hervé Julien voit juste et ses idées s’affirment au niveau national.

11Dans un contexte agricole en crise, faisant suite aux violentes manifestations agricoles menées par Alexis Gourvennec, à Morlaix, en juin 1961, le projet apparaît très vite comme complément d’une nécessaire réforme agricole qui prévoyait, aux côtés de la modernisation des exploitations, la création, entre autres, en 1963, sous la présidence d’Alexis Gourvennec, de la SEMENF (Société d’économie mixte d’études du Nord-Finistère). Il s’agit alors de faire quelque chose dans les monts d’Arrée pour les citadins d’abord et secondairement pour la population résidente des monts et de ses alentours qui pourrait tirer profit d’un vaste mouvement d’investissement du cadre naturel.

Le processus de reconnaissance officielle par l’État

12Il faut attendre la création en 1963 d’un organisme interministériel, la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale), pour que l’équilibre du territoire national, entre la capitale et la province, entre le rural et l’urbain, soit à l’ordre du jour. Lors du grand débat sur l’état des lieux du territoire national et son devenir, le gouvernement, par la voix d’Olivier Guichard (1920-2004), délégué à l’aménagement du territoire et à l’action régionale, lance officiellement l’idée des parcs naturels régionaux. L’idée encore balbutiante procède du constat que la création des seuls parcs nationaux laisse de côté des territoires ruraux habités au patrimoine remarquable.

  • 8 Olivier Guichard lui demande de « verdir » l’image de la région Nord, qui vient d’abandonn (...)

13En décembre 1963, lors d’une réunion, le colonel Henri Beaugé, qui représente l’Armée au sein du ministère du Plan et de l’Aménagement du territoire, se voit confier la responsabilité de créer un premier parc pour la région de Lille à Saint-Amand-Raismes8. Dès le mois de janvier 1964, un groupe de travail, constitué auprès d’Olivier Guichard, entame des réflexions interministérielles pour concevoir une formule de parcs moins contraignante que celle des parcs nationaux, dresser un premier inventaire des possibilités de création de parcs en France, suivre et animer certains projets témoins, comme ce sera le cas en Bretagne.

  • 9 Archives nationales, CAC 20030503/98 : avant-projet de décret relatif à la création des pa (...)
  • 10 Ibid.

14En juillet, une mission en Allemagne, aux Pays-Bas et en Belgique est mandatée par le ministre de l’Agriculture, Edgar Pisani, et la DATAR pour y étudier les différents systèmes de parcs naturels. Ce voyage, auquel participe Henri Beaugé, va permettre au groupe de travail de formuler un certain nombre d’idées, mettant en avant le rôle des parcs naturels régionaux dans « l’étude et la conservation de l’habitat traditionnel à des fins muséographiques conduisant à la recherche d’un habitat correspondant aux exigences contemporaines dans un site dont le caractère naturel constitue aussi, par lui-même, une valeur économique9 ». Cela permet d’aboutir au premier texte officiel relatif aux parcs naturels régionaux, daté du 9 septembre 196410. Les trois grands principes qui régiront les futurs parcs sont énoncés : protection, mise en valeur et participation locale. Deux sortes de parcs sont proposées :

  • Les parcs naturels « à vocation régionale » proches d’une grande métropole, destinés à une clientèle citadine nombreuse et quotidienne, du type de celui initié dans le Nord.
  • Les parcs « à vocation rurale » destinés à la protection, à la mise en valeur, voire à la reconstitution de ce qui fait l’originalité d’un territoire : folklore, habitat, artisanat, archéologie… Des parcs conçus aussi bien pour les ruraux que pour les citadins. Ce sera le cas du parc naturel régional d’Armorique.

15Le groupe de travail sillonne ensuite la France pour délimiter des zones répondant aux besoins des agglomérations ainsi que de vastes sites ruraux dans lesquels l’agriculture est en déclin, mais dont la situation, les paysages, les monuments et l’habitat présentent un intérêt jugé exceptionnel pour le tourisme. La Bretagne y figure en bonne place avec les monts d’Arrée, la presqu’île de Crozon et l’archipel d’Ouessant.

  • 11 Conseiller d’État en 1970, président de la Caisse nationale des Monuments historiques et d (...)
  • 12 ADF, 154W52 : procès-verbal de la conférence relative à la protection et à la mise en vale (...)
  • 13 Sous le gouvernement de Jack Lang, Max Querrien va contribuer à faire rentrer dans les esp (...)

16Au même moment, Max Querrien, directeur de l’Architecture au ministère des Affaires culturelles de 1963 à 196811, soucieux d’assurer « la protection des richesses exceptionnelles que constituent, tant pour les arts que pour la science et l’histoire, les paysages, les monuments mégalithiques, les édifices religieux et l’habitat rural traditionnel des monts d’Arrée12 », songeait aussi à la création d’un parc culturel dans lequel la restauration des sites et des monuments contribuerait au développement de la région. En janvier 1964 – à la suite de la constitution du comité des parcs naturels régionaux, auprès du délégué à l’Aménagement du territoire et à l’Action régionale –, le sous-directeur des Monuments historiques, André Coumet, est chargé par Max Querrien de réfléchir à la création des parcs naturels régionaux. Celui-ci propose d’utiliser la loi sur les sites pour protéger des régions naturelles intéressantes. Une réglementation suffisamment souple y serait appliquée pour préserver leurs richesses sans les vider de leur population. La création des parcs naturels régionaux représentait alors la possibilité d’opérer une meilleure protection des sites qui, avec le système de protection institué par la loi du 2 mai 1930, n’était que trop ponctuelle. Il s’agissait de protéger non plus seulement les seuls monuments naturels et sites peu étendus mais aussi de grands espaces et de valoriser d’autres éléments du patrimoine, plus proches du quotidien13.

  • 14 ADF, 154W52 : procès-verbal de la conférence relative à la protection et à la mise en vale (...)

17Dès 1964, une réflexion autour de la mise en valeur des monts d’Arrée est envisagée. Une action expérimentale située « en retrait par rapport à celle qui a été menée pour les parcs nationaux. Il est indispensable de bien faire apparaître la mise en valeur de la zone14. » Max Querrien parle de « mission culturelle » des parcs, considérant l’intérêt architectural et social des éléments du patrimoine comme des trésors qui font la personnalité d’une région. Les monts d’Arrée apparaissent comme un territoire dont l’histoire et la culture sont des valeurs économiques et humaines qu’il faut rendre évidentes et que le parc doit protéger.

  • 15 L’étude du BERU sur le parc des monts d’Arrée, achevée en 1966, porte sur le territoire pr (...)

18Ses efforts devaient aboutir le 22 février 1964 à l’inscription de la zone des monts d’Arrée à l’inventaire des sites, alors que naissait l’idée des parcs naturels régionaux, lancée officiellement en novembre 1963 par Olivier Guichard. Il s’agit alors de créer sur cette zone, à terme (une fois le statut de parc naturel régional publié), un des premiers parcs naturels régionaux de France. La DATAR met alors à la disposition de la direction de l’Architecture un bureau d’études qu’elle a sous contrat, le BERU (Bureau d’études et de réalisations urbaines), dont l’étude centrée sur les monts d’Arrée15 permit, sur la base de recherches déjà réalisées par Michel-Hervé Julien, de tirer les premiers enseignements. Plusieurs objectifs sont dégagés :

  • Contribuer à l’animation d’une zone rurale en déclin.
  • Protéger le paysage et l’habitat paysan traditionnel.
  • Permettre une recherche architecturale.

19Ces trois lignes directrices ébauchent une doctrine d’aménagement de l’espace naturel habité.

20Dès septembre 1965, la Commission des sites rend un avis favorable en introduisant un double objectif à cette protection : l’étude scientifique et la mise en valeur économique du site. Le 17 janvier 1966, une première réunion d’information entre les responsables locaux et les pouvoirs publics se tient à la préfecture du Finistère et en décide l’étude. Celle-ci sera menée par la SCETO (Société centrale pour l’équipement touristique) qui détermine les limites du parc se répartissant sur quatre sites naturels en fonction des perspectives de développement agricole : les monts d’Arrée (la « montagne » et ses sommets déchiquetés des Roc’h de quartzite) ; la vallée de l’Aulne et le Menez-Hom tout proche, qui est une zone dite « de transition » entre le secteur continental et le secteur maritime ; la presqu’île de Crozon, qui renferme les caps aux célèbres falaises avec ses ajoncs à perte de vue ; l’archipel d’Ouessant, avec son habitat traditionnel.

  • 16 AN, CAC 19950529/15 : décret instituant le parc naturel régional d’Armorique, septembre 19 (...)
  • 17 Alors que les loisirs tiennent une place de plus en plus large dans la civilisation de la (...)

21Le parc ainsi projeté, par le rassemblement de paysages caractéristiques – l’Armor (île d’Ouessant et embouchure de l’Aulne), l’Arvor (les monts d’Arrée) et l’Arcoat (la Bretagne intérieure), ceux qui ont servi à forger « l’image de marque » de la Bretagne au cours des siècles –, se veut « l’expression de l’Armorique » (préambule de la charte16). Les patrimoines naturel et culturel sont donc à la base du découpage du territoire du parc. Pour autant, seules les zones déshéritées et les régions agricoles en déclin, qui attendaient une relance de la part du parc, ont été retenues. Le patrimoine est alors supposé être comme un vecteur majeur d’une activité touristique à développer17.

22Enrichie de cette première expérience, la DATAR organise un important colloque, du 25 septembre au 1er octobre 1966, à Lurs-en-Provence (Alpes-deHaute-Provence), dans l’optique d’esquisser une réflexion sur les politiques à mettre en œuvre dans les parcs naturels régionaux et encourager leur création. Ce colloque marque un moment de grande effervescence intellectuelle et de cristallisation de thématiques (approche esthétique et protectionniste de la nature, cohabitation de sociologues, de naturalistes, d’architectes, etc.). Lors de ces journées, on remarque l’omniprésence de la question muséale au sein des futurs parcs. Ils apparaissent comme pouvant être les outils privilégiés d’une politique de sauvegarde du patrimoine ethnologique, devant, avant toute chose, être des éléments d’expérience de conservation de l’environnement ou de chantiers d’expérience d’architecture. Il n’est donc pas étonnant de constater que les premières réalisations des parcs vont être des musées de maisons, préfigurant les écomusées.

  • 18 Décret 67-158 instituant les parcs naturels régionaux, 1er mars 1967.
  • 19 Le Télégramme, 29 juillet 1969, p. 7.

23Il faut attendre 1967 pour que les parcs naturels régionaux acquièrent une existence légale18 et pour que quinze futurs directeurs, dont la formation se fera en partie en Bretagne, soient recrutés. Dès lors, le mouvement s’accélère. Le 29 juillet 1969, le ministre du Plan et de l’Aménagement, André Bettencourt, se déplace tout spécialement pour inaugurer le parc naturel régional d’Armorique, et déclare : « La Bretagne est l’illustration de la politique de rénovation rurale et de développement régional19. » Le 30 septembre 1969 est approuvée la charte constitutive et institué le décret du parc naturel régional d’Armorique couvrant d’Ouessant à Huelgoat, entre Élorn et Aulne, 60 000 hectares peuplés par 40 000 habitants.

Une conservation dynamique

  • 20 Institués dans des zones fragiles, ils se voulaient être des instruments de développement (...)

24Le parc d’Armorique a été le premier à vivre avant d’être officiellement créé. Dès le 1er avril 1968, date à laquelle l’équipe du parc prit contact avec le terrain, sont mis en place des équipements culturels et pédagogiques, avec l’ouverture d’une maison des techniques et traditions ouessantines (maison du Niou Huella) en juillet 1968 suivie d’une maison des techniques et traditions rurales (maison Cornec) à Saint-Rivoal en 1969, dont le nom d’« écomusée » s’est forgé peu après en 1972. Si bien que c’est avec le projet breton que va se cristalliser l’essentiel de ce que vont devenir les parcs naturels régionaux20. Et il apparaît que, dès l’origine, c’est bien d’une invention qu’il s’agit. Le parc naturel régional d’Armorique se base sur une idée neuve, celle des territoires habités, et non plus d’espaces peu peuplés, dont il est décidé que la mise en valeur doit se fonder sur le patrimoine grâce au concours de la population locale.

25Contrairement aux parcs nationaux, pratiquement inhabités, les parcs naturels régionaux prennent place dans une nature dans laquelle les hommes continuent à vivre. Ces hommes, paysans pour la plupart, se trouvent sur le territoire du parc naturel régional d’Armorique, tenus à l’écart de la révolution industrielle, une situation à laquelle le parc essaye de proposer des solutions. Le parc naturel régional d’Armorique apparaît donc, dès l’origine, comme un outil à mettre en place pour que la situation des habitants du parc s’améliore. Le but final de ce parc à sa création est ainsi de dynamiser une région à l’agonie en essayant dans un premier temps d’apporter à ses habitants des ressources d’appoint, par des actions d’information et d’enseignement. Le rôle du musée dans ce cadre apparaît d’emblée comme devant impulser une dynamique, à l’inverse de la notion de réserve.

26L’écomusée n’a pas été créé seulement pour conserver des us et coutumes menacés par l’oubli, mais pour redonner confiance, projeter (dans le sens d’inviter à former des projets). Dynamique, il fait oublier qu’une culture traditionnelle est en train de prendre fin. Dès 1968, Jean-Pierre Gestin, ethnologue et conservateur au parc naturel régional d’Armorique, entame une réflexion sur les potentialités de l’île d’Ouessant et les possibilités de relance de l’économie artisanale et agro-pastorale. Le parc naturel régional d’Armorique est ainsi à l’origine du plan de sauvegarde du mouton d’Ouessant en vue de reconstituer la race ovine autochtone, disparue depuis le début du siècle par un métissage progressif avec des races importées. Une réflexion qui est admise non sans mal par la population, hostile à toute initiative venant de l’extérieur. Il s’agissait d’étudier avec la population locale les possibilités de relance des activités agro-pastorales dans une île tombée en friche et en voie de dépopulation. L’action de l’écomusée s’est ensuite poursuivie par des expériences d’animation économique dans les domaines de l’agriculture, de l’aquaculture, de l’artisanat (en particulier du tissage).

  • 21 Qui est de veiller à ce que l’évolution du milieu naturel se déroule sans trop d’à-coups e (...)

27Bien que l’opération n’ait pas perduré, il est intéressant de noter que le musée, au-delà de son strict rôle de conservatoire, est apparu comme un outil permettant aux Ouessantins de s’approprier leur culture. L’écomusée – à l’instar de la « formule parc naturel régional21 » – a tenté de leur apporter, tant sur le plan humain que culturel, les moyens d’une reprise en main de leur devenir.

28Les parcs, moins considérés comme des conservatoires que comme des structures de redynamisation économique, sociale et culturelle de territoires en voie de déshérence, impriment alors sur les musées ce rôle dynamique, ayant pour fonction d’accompagner des territoires dans leur évolution. Il apparaît en effet qu’au départ de toute notion d’aménagement, il importe de prendre en considération le terrain et son évolution, ce qui induit la notion de patrimoine, non comme quelque chose de figé, mais comme quelque chose de vivant, de dynamique. Si tout cela s’expliquait aisément, il était plus difficile de le traduire sur le terrain. En réalité, que se soit à Ouessant ou ailleurs, les habitants n’étaient pas prêts à ce genre de choses.

Parc et écomusée, un couple impossible ?

29Le parc naturel régional d’Armorique a du mal à assumer le modèle muséal qu’il a pourtant engendré ; on pourrait parler de conflit d’intérêt au sein d’un même territoire. Les objectifs du parc et ceux de l’écomusée étaient suffisamment proches dès le départ pour qu’il y ait des risques de redondance et de concurrence. Le but de l’écomusée allait de pair avec celui du parc : conserver le patrimoine d’un territoire tout en le faisant évoluer pour qu’il ne se fige pas. Certains services apparaissant en doublon, comme la recherche, se sont détournés de l’écomusée, cantonnant celui-ci dans un rôle de conservation du passé et évacuant par là son devoir de regard sur les évolutions contemporaines. Par ailleurs, l’évolution de la société a poussé le parc naturel régional d’Armorique à prendre de plus en plus en compte les actions touristiques et économiques avec lesquelles l’écomusée était moins à l’aise, du fait du poids traditionnellement important du patrimoine et des collections.

  • 22 C’est la question du lien entre patrimoine et identité qui est posée, de l’écomusée de par (...)

30L’existence de l’écomusée en tant qu’approche muséologique du territoire pour le parc naturel régional d’Armorique est toujours d’actualité. Seulement, en une quarantaine d’années, les visées de cette approche, tout comme celles du parc, ont bien changé. Au départ, à la fin des années 1960, plusieurs personnalités à l’origine du mouvement des parcs et des écomusées concevaient ces institutions comme des éléments catalyseurs de stimulation au service de la population et de ses visiteurs. L’écomusée est alors fils d’un contexte doublement favorable : intense bouillonnement culturel, idéologique, et période de prospérité économique. Aujourd’hui, les écomusées sont pour le parc naturel régional d’Armorique considérés davantage comme des « cartes de visite touristiques » que comme de véritables outils culturels pour la population22.

31L’objectif de développement communautaire est largement atténué au profit d’une logique économique mettant en avant le développement touristique. Le parc fonctionne comme un paysage avec des sites aménagés pour la visite. Implicitement, le développement du parc au cours de ces dernières décennies repose sur un schéma exogène : ce sont les touristes et visiteurs qui viennent fréquenter les équipements. A contrario, peu d’actions sont élaborées pour impulser une dynamique collective favorable à l’émergence des initiatives locales par des partenariats. Le parc n’a pas su impulser une vision dynamique dans ses actions patrimoniales. Aucune action de développement économique n’a perdurée, invalidant la définition du concept originel de parc et d’écomusée.

32Les parcs et les écomusées sont confrontés à des défis importants, à savoir comment planifier et gérer le changement. S’ils se définissent par rapport à une réalité mouvante (un territoire et une population qui l’habite), ils doivent sans cesse suivre cette évolution, adapter et accorder leurs actions en conséquence. En fin de compte, l’un des problèmes actuels des écomusées et des parcs naturels régionaux est de savoir comment vivre avec un environnement qui a changé. Paradoxe d’une conservation voulue dynamique car associée à une évolution du temps présent, le parc d’Armorique et ses écomusées n’ont pas su s’adapter pour coller aux attentes des époques traversées. Sans une introspection approfondie de leur mode de fonctionnement et leur capacité d’adaptation dans un contexte rapidement évolutif, leur devenir peut être compromis et leur survie paraît, à terme, menacée. Malgré tout, le parc d’Armorique apparaît comme un précurseur, avec ses limites et ses insuffisances. Une expérience difficile qui aura, quoi qu’il en soit, contribué à concevoir le patrimoine comme un outil dynamique de développement et à l’installer dans l’actualité. Cette expérience représente un important jalon et un temps fort dans l’histoire de l’idée de la protection du patrimoine en France.

Notes

1 Une analyse historiographique qui résulte d’une thèse soutenue en décembre 2010 : Rosemarie Lucas, Les parcs naturels régionaux et les écomusées en France, un demi-siècle d’histoire commune : l’expérience du parc d’Armorique (1957-1997), sous la direction de Jean-Yves Andrieux.

2 Selon la loi de 1930, la notion de protection revêtait un aspect essentiellement négatif.

3 Julien Michel-Hervé, L’homme et la nature, Paris, Hachette, 1965, p. 119.

4 Des zones qui s’appliquaient aux régions rurales n’ayant pas de développement économique, caractérisées par un sous-peuplement ou par un sous-aménagement.

5 Le CELIB avait été créé en 1951 pour servir de porte-parole des intérêts économiques bretons auprès des pouvoirs publics et formuler des mesures en faveur du développement économique de la Bretagne.

6 Les principales idées forces du CELIB sont l’industrialisation à partir d’entreprises tournées vers l’avenir, le développement de l’agro-alimentaire et le maintien d’une agriculture intensive, le désenclavement, l’ouverture vers l’extérieur, l’utilisation des ressources maritimes ainsi que le respect du cadre de vie et de l’héritage culturel de la Bretagne (Joseph Martray).

7 Archives départementales du Finistère, 154 W 52 : Julien Michel-Hervé, Rapport préliminaire sur l’avant-projet d’un parc national (ou à défaut d’un parc régional) des monts d’Arrée dans le Finistère et les Côtes-du-Nord, 1er mars 1964.

8 Olivier Guichard lui demande de « verdir » l’image de la région Nord, qui vient d’abandonner le charbon, et d’y développer le tourisme.

9 Archives nationales, CAC 20030503/98 : avant-projet de décret relatif à la création des parcs naturels régionaux, annexe à la note de M. Bétolaud, 17 septembre 1964, suite à la mission effectuée en Allemagne.

10 Ibid.

11 Conseiller d’État en 1970, président de la Caisse nationale des Monuments historiques et des sites de 1980 à 1986 et président de l’Institut français d’architecture de 1982 à 1987, Max Querrien fut aussi maire de Paimpol (Côtes-d’Armor) de 1961 à 1995.

12 ADF, 154W52 : procès-verbal de la conférence relative à la protection et à la mise en valeur des monts d’Arrée, 24 mars 1965, au ministère des Affaires culturelles, sous la présidence de Max Querrien.

13 Sous le gouvernement de Jack Lang, Max Querrien va contribuer à faire rentrer dans les esprits la notion de « nouveau patrimoine » qu’il défend dans un rapport (Querrien, 1982) selon lequel « l’atelier et la boutique ont remplacé l’église et le château ».

14 ADF, 154W52 : procès-verbal de la conférence relative à la protection et à la mise en valeur des monts d’Arrée, 24 mars 1965, au ministère des Affaires culturelles, sous la présidence de Max Querrien.

15 L’étude du BERU sur le parc des monts d’Arrée, achevée en 1966, porte sur le territoire protégé, centré sur les monts d’Arrée, équilibré par deux massifs forestiers : la forêt du Cranou à l’ouest et Huelgoat à l’est.

16 AN, CAC 19950529/15 : décret instituant le parc naturel régional d’Armorique, septembre 1969 ; charte constitutive du parc naturel régional d’Armorique, juillet 1969.

17 Alors que les loisirs tiennent une place de plus en plus large dans la civilisation de la seconde moitié du xxe siècle, le potentiel touristique de la Bretagne était envisagé comme devant constituer un élément important de son économie.

18 Décret 67-158 instituant les parcs naturels régionaux, 1er mars 1967.

19 Le Télégramme, 29 juillet 1969, p. 7.

20 Institués dans des zones fragiles, ils se voulaient être des instruments de développement global : conserver et mettre en valeur des patrimoines, mais aussi et surtout maintenir et développer un niveau d’activité économique suffisant, approprié à un milieu dans lequel un développement « classique » n’a que peu de prise.

21 Qui est de veiller à ce que l’évolution du milieu naturel se déroule sans trop d’à-coups en misant sur l’adhésion, sur l’engagement des habitants d’un territoire.

22 C’est la question du lien entre patrimoine et identité qui est posée, de l’écomusée de parc en tant qu’instrument de construction et de diffusion identitaire par rapport à un territoire donné, du rôle qu’il joue dans l’affirmation d’une identité et dans la diffusion de ses images.

Auteur

Docteur en histoire de l’art, a soutenu sa thèse intitulée Parcs naturels régionaux et écomusées en France, un demi-siècle d’histoire commune : l’expérience du parc d’Armorique (1957-1997) en 2010. Muséologue indépendante et chargée de cours à l’université européenne de Bretagne, ses thèmes de recherche portent sur l’histoire des institutions patrimoniales et l’histoire des musées et de la muséographie (xixe-xxe siècles).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site