Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages et patrimoines

 | 
Lolita Voisin
, 
Sylvie Servain

II. Connaissance et reconnaissance de nouveaux patrimoines

Chapitre 5. L’esprit du lieu convoqué : patrimonialisation et enjeux

Virginia Cassola

Texte intégral

1Parmi les différentes catégories de paysage, le paysage patrimonial est défini comme un ensemble de valeurs culturelles et de données naturelles qui confèrent au paysage une dimension esthétique et symbolique (Donadieu et Périgord, 2005). Cette dimension considérée comme partie intégrante du paysage patrimonial au même titre que les composantes naturelles (arbres, paysage) et culturelles (constructions, populations) peut également porter le nom d’« esprit du lieu ».

2Mais quel est cet esprit du lieu et depuis quand en parle-t-on ? De plus, l’esprit du lieu « [n’existerait-t-il] que lorsque nous nous trouvons à l’intérieur d’un lieu, ou [existerait-t-il] aussi de l’extérieur d’un lieu, lorsque nous en regardons le paysage » (Boucher, 2008).

3Au premier abord, le terme « esprit du lieu » peut rappeler celui du genius antique italien, figure allégorique, double spirituel qui accompagnait l’homme dès sa naissance avant de devenir « une qualité mystérieuse ou divine, un principe unificateur à un lieu » (Knowlton, 1938). Cette qualité était avant tout reconnue par les fermiers italiens qui subissaient les aléas des forces de la nature et, ainsi, investissaient les lieux de culture d’un dieu protecteur pour s’en attirer les bonnes grâces, ou d’un démon, dont il fallait se prémunir. Le genius était transmis de génération en génération, de père en fils vivant dans le lieu. Transmis de la sorte, véritable principe unificateur du lieu garant de sa continuité, le génie du lieu était-il néanmoins soumis à évoluer avec les personnes qui habitaient le lieu ? Ou était-il une entité figée au lieu ?

4Si le « lieu » est communément défini comme une partie circonscrite de l’espace où se déroule une action, il paraît nécessaire de l’appréhender plus en avant pour en dégager l’essence. Parce que géographe, Augustin Berque (2003) tend à définir le lieu en prenant en compte d’une part une volonté d’abstraction scientifique et d’autre part la réalité sensible de la relation de l’homme à son milieu. Il expose une synthèse entre deux fondements érigés par Platon et Aristote, à savoir le lieu en tant que chorâ, une entité qui fait exister les choses et sans laquelle elles n’auraient pas raison d’être, et le lieu en tant que topos, un récipient immobile dans lequel se produit les choses mais qui les limite. Il résulte de cette synthèse un rapport par interaction entre lieu et choses : du lieu dépend des choses et des choses dépendent le lieu. Ainsi, toute chose possède, d’une part, une identité physique strictement localisable dans un lieu et existe, d’autre part, en fonction de conditions attribuées par le lieu et, au lieu. Ces conditions, également appelées « prédicats » ou « valeurs », qu’elles soient conséquences de l’évolution naturelle du lieu – phénomènes climatiques – ou de l’action de l’homme – urbanisation, expérience, vécu –, chargent le lieu de qualités qui perdurent et se transmettent.

5Aujourd’hui, hormis quelques lieux naturels préservés de plus en plus rares, la plupart des lieux du monde sont habités par des populations. Celles-ci, en développant leur existence en un lieu donné, développeraient simultanément un « sens d’être dans un lieu et hors d’un lieu » (Entrikin, 2003). Ainsi nommée, l’« expérience du lieu » correspondrait à la double capacité, pour l’homme, d’atteindre de manière subjective la perception du lieu qu’il habite et d’observer avec un regard objectif ce lieu externe et séparé de soi. En vivant dans un lieu, les hommes apporteraient aux éléments naturels des valeurs culturelles qui s’entrecroisent, se mêlent, deviennent complémentaires. Et transforment le génie du lieu : « Un lieu n’existerait pleinement qu’en tant qu’il possède une portée sociale, en termes de pratiques comme de représentations, qu’il s’inscrit comme un objet identifiable, et éventuellement identificatoire, dans un fonctionnement collectif, qu’il est chargé de valeurs communes dans lesquelles peuvent potentiellement – donc pas systématiquement – se reconnaître les individus. » (Levy, 2003 ; Lussault, 2003).

6L’annonce d’un possible « esprit » du lieu indépendant des populations qui en dressent les prédicats a été largement débattue au cours des trente dernières années entre, d’une part, les géomorphologues et structuralistes qui soutenaient que le lieu lui-même déterminait la forme de l’établissement humain – à l’image de Gilles Richtot, théoricien d’une géographie structurale qui plaide pour une structure abstraite interne au lieu et non entièrement dépendante de facteurs externes – et, d’autre part, les sociologues et anthropologues qui objectaient en faveur d’une implication des populations dans le choix d’un lieu d’installation et dans les valeurs données à ce dernier (Turgeon, 2008). Dès le milieu du xxe siècle, les réflexions des géographes sur le concept d’« expérience du lieu » (Berque, Entrikin) ont été enrichies par la prise en compte de l’intégration spatiale des phénomènes qui donnent un « caractère » ou une « personnalité » au lieu.

7Ainsi, Christian Norberg-Schulz définit le caractère d’un lieu comme « la propriété la plus compréhensive de n’importe quel lieu » (1981), tandis que le terme « aura » est également employé pour expliquer l’attirance inexplicable que certains éprouvent pour un lieu. Empruntée au vocabulaire ésotérique, l’aura est une atmosphère spirituelle qui enveloppe un être ou une chose. Walter Benjamin la définit comme une caractéristique qui rend une œuvre d’art unique, liée à un endroit précis et qui s’inscrit dans l’histoire. Elle serait « l’unique apparition d’un lointain, si proche soit-il » (Benjamin, 2000). Cet auteur prend l’exemple d’un homme contemplant une montagne ; le sentiment qu’il éprouverait face à cette montagne ne pourrait être reproduit face à une autre.

8Les termes « atmosphère », « caractère » et « aura » en tant qu’ils définissent la perception d’un individu pour un lieu évoqueraient donc, par un jeu de miroir, un « quelque chose » porté par le lieu et que l’on pourrait percevoir en étant dans le lieu, et qui serait différent d’un lieu à un autre, d’une montagne à une autre. L’esprit du lieu n’est donc pas une réplique ou un glissement sémiotique du genius italien précédemment convoqué. Il s’agit non pas seulement d’une entité, mais aussi d’une notion qui dépasse le cadre du lieu.

9Depuis les années 2000, quelques muséologues se sont essayés à définir l’esprit du lieu. Ainsi, Jean-Pierre Thibault en parle comme d’« une perception immédiate, globale et souvent confuse de la qualité du lieu, de son unicité, de ce qui lui confère une ambiance particulière, quand bien même d’autres lieux lui seraient comparables par le relief, la végétation, l’histoire, la légende…, une perception qui transcende le paysage tangible, qui touche tous les sens, les facultés mentales et affectives, et dont le fondement a été dénommé, en référence à l’Antiquité » (Prats et Thibault, 2003). La muséologue québécoise Annette Viel, quant à elle, explique que l’esprit du lieu se ressentirait comme « une double relation entre soi et l’autre, qui invite à interpréter, soit traduire, créer, donner du sens » (2008). Pour elle, le lieu se compose d’une « double appartenance » : « un espace intérieur intime, en résonance avec le soi de celui qui le vit, le met en scène ou le découvre ; un espace extérieur ouvert sur l’autre, sur l’expérience des relations plurielles et polysémiques suscitées par le lieu » (2008). Annette Viel fut la première muséologue québécoise à concevoir des projets de mise en valeur et médiation qui prennent en comptent l’esprit du lieu.

  • 1 L’ICOMOS (International Council on Monuments and Sites – Conseil international des monumen (...)

10En 2008, l’esprit du lieu entre dans le champ patrimonial par la Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l’esprit du lieu signée lors de la 16e assemblée générale de l’ICOMOS1 qui questionnait « Où se cache l’esprit du lieu ? ». À cette date, s’il semblait courant de patrimonialiser, c’est-à-dire « [construire] une relation au passé – aux hommes du passé – [et] d’extraire du premier (usage) ou du second (hors d’usage) contexte une vraie chose pour la préserver » (Davallon, cité dans Desvallées et Mairesse, 2011), des éléments matériels et immatériels, aucun outil méthodologique n’avait été officiellement conçu pour construire une relation entre l’esprit d’un lieu et ceux qui visitent le lieu. Des études avaient été réalisées par Annette Viel et Laurier Turgeon, mais l’esprit du lieu n’était pas reconnu comme élément de patrimoine qu’il était nécessaire de sauvegarder et de transmettre pour garantir l’identité d’un lieu.

11Nous présenterons le processus de patrimonialisation de l’esprit du lieu entamé par l’adoption de cette déclaration normative et son application dans différents projets internationaux de mise en valeur et de transmission de sites culturels. À partir de cette base, nous expliciterons les enjeux sous-jacents de l’entrée d’un élément peu commun dans la sphère patrimoniale, alors que des visiteurs, toujours plus nombreux, se pressent pour découvrir cet esprit intouché.

La patrimonialisation de l’esprit du lieu : procédures et applications

La reconnaissance de l’esprit du lieu

12Entité constitutive d’un lieu, perception de celui-ci, résultat de l’expérience vécue par les populations : l’esprit du lieu rassemble éléments matériels et immatériels du site en une entité particulière. Afin que celle-ci puisse être reconnue, sauvegardée et transmise pour les générations futures, muséologues et professionnels du patrimoine ont souhaité qu’elle soit officiellement reconnue et protégée par des cadres juridiques connus et respectés à l’international, à l’image des lois, chartes et déclarations de l’UNESCO. 2003 et 2008 sont des années charnières : elles voient l’apparition de la notion d’« esprit du lieu » dans un contexte international de protection du patrimoine, où l’ICOMOS fait figure de proue.

13Nous pouvons considérer que la première étape a lieu en 2003, lors de la 14e assemblée générale de l’ICOMOS qui s’est tenue au Zimbabwe, sous le thème « La mémoire des lieux : préserver le sens et les valeurs immatériels des monuments et des sites ». Par la tenue de cette assemblée, l’ICOMOS souhaitait intégrer durablement les objectifs énoncés dans la toute récente Convention sur la sauvegarde du patrimoine immatériel adoptée par l’UNESCO la même année.

14La tenue de l’Assemblée générale en Afrique fut largement présentée comme primordiale par l’ICOMOS, compte tenu du « principe profondément ancré dans la conception africaine sur la signification d’un site, à savoir le fait que le patrimoine matériel et le patrimoine immatériel sont les deux facettes d’une même problématique » (Deacon et Gonçalves, 2003). La « mémoire des lieux » y fut présentée comme la valeur immatérielle par excellence de l’existence et la pérennité d’un lieu, sans toutefois en proposer une protection juridique stricte. Parmi les participants, les muséologues Michèle Prats et Jean-Pierre Thibault sont les premiers à mentionner explicitement un « esprit du lieu », dans lequel matérialité du site et perception se rejoignent. Pour eux, l’esprit du lieu est une « composante immatérielle du patrimoine, ô combien matériel, que constituent un monument, un site naturel ou archéologique, un ensemble architectural ou un centre urbain » (Prats et Thibault, 2003). Ainsi, le caractère immatériel du site est, selon eux, dépendant de la conscience que chacun en a. Ils tentent néanmoins d’en donner quatre composantes qui sont l’histoire, la perception, l’usage et l’image.

15L’histoire, proche ou lointaine, comprend le mythe, la légende et la perception de ces éléments qui évoluent avec le temps, en fonction des modes de l’« air du temps », mais aussi de l’âge du visiteur. La perception du lieu, de son « atmosphère » est liée au paysage, à la qualité de la lumière, aux couleurs, aux bruits, etc. Elle émeut les sens mais parle aussi à la raison et se nourrit de références littéraires, picturales. L’usage, ou les différents usages, et leur évolution à travers les âges (site habité, désaffecté, puis redécouvert ou détruit) participent également de la perception du lieu. L’image, voulue ou ressentie, peut être spontanée, symbolique, élaborée, commerciale, ciblée.

16Ce classement défini par Michèle Prats et Jean-Pierre Thibault permit à l’ICOMOS de proposer en 2008, lors de sa 16e assemblée générale dont la réflexion portait sur l’existence de l’esprit du lieu, une définition plus aboutie. Désormais, l’esprit du lieu est considéré comme une « dynamique relationnelle entre des éléments matériels (sites, paysages, bâtiments, objets) et immatériels (mémoires, récits, rituels, festivals, savoir-faire), physiques et spirituels, qui produisent du sens, de la valeur, de l’émotion et du mystère » (Turgeon, 2008). L’assemblée générale avait pour objectif de démontrer les liens forts qui existent entre les composantes matérielles et immatérielles des sites patrimoniaux et de proposer des missions de documentation et de sauvegarde de ces composantes indispensables au lieu. En d’autres termes, il s’est agi de proposer et une définition de l’esprit du lieu, et un processus de patrimonialisation. La ville de Québec ne fut pas choisie au hasard pour recevoir l’assemblée générale puisque l’année 2008 marque les 400 ans de sa fondation. La ville de Québec est réputée être un exemple de la dimension multiscalaire de l’esprit du lieu, par sa situation géographique dont son nom d’origine signifie « rétrécissement des eaux », ses 400 ans d’existence officielle, sa fonction de capitale, et son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (Dorion et Lahoud, 2008). Les travaux sur la mise en valeur de l’esprit du lieu des muséologues québécois précités ont également joué un rôle.

17La nouvelle définition de l’esprit du lieu fut inscrite dans la Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l’esprit du lieu adoptée à la fin de l’assemblée générale. Ce document regroupe principes et recommandations destinés à la préservation de l’esprit du lieu, par la sauvegarde du patrimoine matériel et immatériel. Plus qu’une entité constitutive d’un lieu, l’esprit ainsi protégé devient un moyen novateur et efficace de contribuer au développement durable et social à travers le monde (2008). À ce titre, la déclaration stipule que « l’esprit construit le lieu et, en même temps, le lieu investit et structure l’esprit » (2008) et est adressée aux organisations intergouvernementales, aux autorités nationales et locales et à toute institution en charge de l’aménagement de sites patrimoniaux. Elle leur suggère quatre étapes pour mener à bien la sauvegarde et la promotion de l’esprit du lieu : repenser l’esprit du lieu, identifier les menaces qui le mettent en péril, le sauvegarder et le transmettre. Ces quatre étapes rappellent celles mobilisées par Jean Davallon dans sa définition du processus de patrimonialisation et nous permettent d’avancer que la Déclaration de Québec sur la sauvegarde de l’esprit du lieu est un outil de patrimonialisation de l’esprit du lieu.

Le processus de patrimonialisation de l’esprit du lieu

18D’après Jean Davallon (2002), le processus de patrimonialisation d’un bien matériel se déroule en six phases : (1) la découverte de l’objet comme trouvaille ; (2) la certification de l’origine de l’objet ; (3) l’établissement du monde d’origine de l’objet ; (4) la représentation du monde d’origine par l’objet ; (5) la célébration de la trouvaille de l’objet par son exposition ; (6) l’obligation de transmettre aux générations futures. La confrontation de ce processus aux recommandations dictées dans la déclaration de Québec aboutit à des ressemblances qu’il s’agit d’expliciter.

19La première étape qui élève ici l’esprit du lieu en élément de patrimoine est la reconnaissance des différentes composantes matérielles (sites, paysages, bâtiments, objets) et immatérielles (mémoires, récits oraux, documents écrits, rituels, festivals, métiers, savoir-faire, valeurs, odeurs) qui le constituent.

20La deuxième étape est l’identification des menaces qui le mettent en péril. Les rédacteurs de la déclaration citent principalement les changements climatiques, le tourisme de masse, les conflits armés et le développement urbain. Si ces menaces affectent prioritairement les éléments matériels des sites en les dégradant, elles affaiblissent également les composantes immatérielles qui peinent à perdurer et se transmettre. Par ces deux étapes (correspondant aux quatre premières phases du processus de patrimonialisation de Davallon), il s’agit de découvrir, certifier, établir et représenter les composantes de l’esprit d’un lieu.

21Les bouleversements climatiques atteignent, par exemple, le parc national Ivvavik au Canada. Il s’agit d’un site naturel comprenant hautes montagnes, forêt boréale, toundra et glaciers qui fut le lieu primitif d’une occupation humaine du Nord-Ouest américain il y a 30000 ans, témoignant ainsi d’une forte adaptation de populations à un environnement extrême. Or, ces vestiges et l’esprit des premiers hommes qui les ont habités sont aujourd’hui menacés par la fonte de la glace (Augustin, 2009).

22Le tourisme de masse, quant à lui, représente un danger de dégradations lié à la fréquentation (piétinement, non-respect des règles définies…). Tandis que le nombre croissant de visiteurs et les aménagements réalisés peuvent brouiller l’esprit du lieu, comme dans certains temples égyptiens, les conflits armés œuvrent à la destruction des vestiges matériels et, partant, de la mémoire collective du pays et de l’humanité, comme en attestent les récents outrages aux patrimoines culturels syrien et iraquien. Enfin, les développements urbains liés aux besoins sociaux peuvent détruire des zones garantes de l’intégrité et de l’authenticité d’une ville, comme à Istanbul en Turquie.

23La connaissance des risques permet d’accéder aux deux dernières étapes de patrimonialisation de l’esprit du lieu, à savoir la sauvegarde et la transmission (phases finales du processus de patrimonialisation), procédures indispensables à la survie de cette entité immatérielle constitutive du lieu. Ainsi, sauvegarder l’esprit du lieu, c’est l’empêcher de disparaître et lui permettre d’évoluer ; le transmettre, c’est en offrir une interprétation aux visiteurs et habitants.

24Parmi les différentes manières de sauvegarder et transmettre l’esprit d’un lieu, la recherche que nous avons menée sur la mise en valeur de l’esprit du lieu de sites culturels a permis d’identifier des moyens de sauvegarde et de transmission efficaces et respectueux de l’esprit d’un lieu. Nous avons choisi de présenter les trois plus significatifs : la médiation écrite in situ, qui est le plus courant et facilement exploitable ; le musée, qui est le plus abouti ; la transmission par l’expérience, le plus introspectif.

25L’exemple du Mausolée royal de Maurétanie, situé en Algérie, appelé également « Tombeau de Cléopâtre Séléné II » ou « Tombeau de la Chrétienne », dans l’utilisation de la médiation écrite démontre qu’un unique panneau peut devenir un outil non négligeable pour la sauvegarde de l’esprit d’un lieu et la transmission de celui-ci aux visiteurs.

26Dominant la Mitidja, le mausolée se compose d’un imposant cylindre à facettes coiffé d’un cône en gradins et est orné de 60 colonnes engagées, surmontées de chapiteaux ioniques supportant une corniche. Une porte se dresse aux quatre points cardinaux, chacune surmontée d’un décor cruciforme qui a valu au monument son surnom de « Tombeau de la Chrétienne ». Il aurait été construit entre le iiie siècle avant J.-C. et le ier après J.-C.

27Une légende raconte qu’un berger, s’apercevant chaque soir de la disparition d’une de ses vaches et de son retour le lendemain, décida un jour de la suivre. Attaché à la queue de l’animal, le berger pénétra dans le tombeau, en ressortit les poches remplies d’or et devint ainsi l’homme le plus riche de la région. Il est dit que cette histoire fascina tellement le pacha Salah Raïs (beylerbey de la régence d’Alger de 1552 à 1556) qu’il tenta de démolir le tombeau pour soustraire son trésor, mais son canon ne réussit qu’à dégrader la porte est du mausolée (Bouchenaki, 1979). L’édifice fascina également le sociologue Jacques Berque qui écrivit ces mots : « Hanté de fantômes, riche d’énigmes, et d’une silhouette trapue sous la lune berbère, il retentit de souffles romantiques. Par les nuits d’hiver, la galerie gémit et chuchote. Les pierres vibrent. Les lumières chancellent. Quel décor pour une intrigue de Walter Scott… » (Cité dans Bouchenaki, 1979.)

28Ainsi, monumentalité, emplacement, histoire, légende et atmosphère construisent l’esprit de ce lieu qui fait l’objet, depuis 2002, d’une protection par l’UNESCO qui a inscrit et classé ce bien sur la liste du patrimoine en péril. Le site est en effet menacé par une végétation envahissante, un pâturage illégal et un accès des visiteurs non réglementé malgré la présence d’une entrée principale. Toutefois, deux panneaux installés sur le site présentent le moyen le plus simple pour protéger l’esprit du lieu. Le premier indique aux visiteurs que le site est classé sur la liste du patrimoine mondial et fait ainsi forte allusion à sa valeur universelle et témoin de l’histoire de l’humanité. Le second, particulièrement intéressant, est une invective écrite en arabe et en français, dirigée vers les promeneurs : « Prière de respecter le silence ». Un tel aménagement sur ce site, s’il peut étonner au premier abord par sa présence en zone archéologique sur laquelle aucun recueillement n’est rendu – contrairement à certains sites égyptiens telle la chapelle de Ptah où des touristes adressent encore aujourd’hui leurs prières à la déesse Sekhmet –, ne saurait être plus démonstratif pour rendre compte du caractère funéraire d’un mausolée monumental qui mérite respect et silence.

  • 2 Définition de l’ICOM (International Council on Monuments – Conseil international des monum (...)

29Puisque le musée est le lieu où l’« on acquiert, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’étude, d’éducation et de délectation2 », il paraît être la garantie d’une conservation optimale des éléments matériels et immatériels d’un site. À ce titre, dans de nombreux pays (Canada, Arabie saoudite, Inde…), des musées de sites archéologiques sont construits in situ pour préserver le site et transmettre son histoire en un même lieu.

30En France, dans les années 1970, le muséologue George-Henri Rivière conçoit l’écomusée, une « institution muséale qui associe, au développement durable d’une communauté, la conservation, la présentation et l’explication d’un patrimoine naturel et culturel détenu par cette même communauté, représentatif d’un milieu de vie et de travail, sur un territoire donné, ainsi que la recherche qui y est attachée » (Desvallées et Mairesse, 2011). La mise en valeur d’un site sur son territoire sort des sentiers de l’archéologie, entre dans la sphère du contemporain et « exprime, sur un territoire donné, les relations entre l’homme et la nature à travers le temps et à travers l’espace de ce territoire » (ibid.). En d’autres termes, l’écomusée rend visible les valeurs et prédicats portés par les hommes et qui constituent les lieux, selon la définition d’Augustin Berque citée en introduction. Par ailleurs, il encourage la participation des communautés concernées à sauvegarder et transmettre l’esprit de leur lieu.

31Parmi les premiers écomusées construits en France dans les années 1970, l’écomusée de la Grande Lande, le Pavillon de Marquèze, a ouvert dans le parc naturel régional des Landes de Gascogne. Il s’agit du premier « site muséographique » à proposer des reconstitutions de bâtiments à échelle 1 dans un territoire local, avec la volonté de présenter, sur trois sites, la relation de l’homme à son territoire ainsi que la vie agropastorale au xixe siècle au moyen d’un parcours forestier, d’expositions, de projections de films d’archives et témoignages. L’écomusée met donc en valeur l’airial, le paysage emblématique de la région, composé de grands chênes et de petites maisons dont l’ossature et la charpente sont en bois, qui témoigne de l’adaptation des populations à un environnement particulier. Ainsi, champs de céréales recréés, forêt de pins replantés, maisons remeublées tendent à transmettre l’évolution du lieu dans le temps. En 2008, l’écomusée est rénové et comprend de nouvelles salles d’expositions et de documentation.

32Lorsqu’ils sont bien pensés, l’utilisation de panneaux légers ou la mise en musée ne dénature pas l’esprit du lieu et s’intègre parfaitement à lui. Toutefois, la sauvegarde et la transmission de cet esprit ne s’arrêtent pas à des aménagements physiques. Il faut encourager le visiteur à s’approprier l’histoire du site, à piocher dans leur expérience personnelle pour enrichir leur expérience de visite. Pour Annette Viel (2008), il s’agit d’établir une « double relation entre soi et l’autre, qui invite à interpréter, soit traduire, créer, donner du sens » qui constitue un troisième moyen de transmission de l’esprit du lieu par l’expérience.

33Dans le but de réaliser une transmission de l’esprit du lieu adaptée à celui qui le perçoit, Annette Viel propose de « structurer un concept d’expérience patrimoniale autour de trois mots-clés : sens, connaissance et conscience » qui permettrait, d’une part, de transmettre l’esprit d’un lieu et, d’autre part, de rendre le visiteur acteur de cette transmission (2008). Elle décrit les trois étapes de la rencontre avec l’esprit du lieu. Il s’agit :

  • tout d’abord de l’expérience de sens, induite par l’émotion ressentie dans le lieu : les visiteurs perçoivent d’emblée que le lieu circonscrit (espace, bâti, objet) tout autant que son environnement (paysage, activité, vie sociale) reflètent des valeurs, interpellent le désir de connaissance ;
  • puis de l’expérience de connaissance (science), rendue possible par l’interprétation du lieu transmise par des gestionnaires (muséologues, archéologues, etc.), par des discours, des objets, et qui permet aux visiteurs d’enrichir leurs connaissances et d’intégrer des savoirs à leurs propres expériences ;
  • et enfin de l’expérience de conscience, issue des deux premières : elle est le résultat de l’atmosphère ressentie et du discours savant sur le lieu ; les visiteurs insèrent l’expérience vécue à leurs bagages personnels, ce qui prolonge leur ressenti du lieu.

34Par ce processus, les visiteurs ne sont plus simplement récepteurs de l’esprit d’un lieu, mais aussi acteurs de leur expérience personnelle en leur donnant à la fois des clés de compréhension et la liberté de ressentir le lieu.

35Parmi les projets de mise en valeur respectueuse de l’esprit du lieu dont Annette Viel a été en charge durant sa carrière, celui de l’île canadienne de Grosse Île est révélateur puisqu’elle indique avoir souhaité transmettre l’esprit du lieu selon le « mystère » et la « sérénité » qui auréolent l’île (2010). Au xixe siècle, Grosse Île, située à 60 kilomètres de la ville de Québec, a été le passage obligé des migrants européens en route vers l’Amérique. En 1832, craignant la propagation de maladies infectieuses, les autorités font de Grosse Île un lieu de quarantaine où hôpitaux et abris sont construits. En 1847, une vague de migrants irlandais débarquent sur l’île, des milliers sont porteurs du typhus et meurent en mer ou sur les côtes, et un cimetière est immédiatement construit. L’île est abandonnée en 1937 grâce aux progrès de la médecine et à la diminution du nombre de migrants. En 1974, elle devient un lieu historique national. Annette Viel souhaitait que les visiteurs saisissent l’histoire du lieu, les questions et émotions des migrants à leur arrivée (fatigue, fatalisme, espoir) et le souvenir de leur expérience. Ainsi, près du cimetière, un mémorial, construit par la sculptrice Lucienne Cornet, témoigne de cette histoire : « à travers une série de couloirs, le mémorial fait cheminer le visiteur dans la terre, symbole de la noirceur, pour ensuite le faire émerger vers la lumière, à un endroit où sont gravés les noms des disparus ». Des lames de métal alignées et posées au sol sur la pointe rappellent les vagues de la mer par lesquelles sont arrivés les migrants irlandais. Selon Annette Viel, elles représentent un moyen pour le visiteur de transformer l’expérience du lieu en une introspection personnelle, dont « les vagues de notre vie nous ramènent à nos essentiels » (2010). L’édifice qui servait à la désinfection des malades est un autre lieu de transmission de l’esprit du lieu. Il a été décidé de garder toutes les traces de l’utilisation de ce bâtiment (douches, machines, chaudières) tandis que les douches désinfectantes sont présentées comme « un rite de passage dans ce nouveau monde » (ibid.).

36Outils de médiation, institution muséale et réactivation d’une expérience personnelle participent à la sauvegarde et à la transmission d’un esprit du lieu qui appartient à tous. Or, les travaux de recherche ont permis de rendre compte que cette entreprise de patrimonialisation n’est pas sans écueils et peut révéler de véritables enjeux conduisant à une perte de l’esprit du lieu. L’adoption d’une déclaration par les membres de l’ICOMOS n’est pas synonyme de mise en application de cette déclaration puisque contrairement à l’UNESCO, les États membres ne sont pas directement impliqués dans l’application des missions de sauvegarde. Ainsi, la sauvegarde et la transmission de l’esprit d’un lieu sont bien souvent soumises au bon vouloir des gestionnaires des sites culturels et des visiteurs.

La patrimonialisation de l’esprit du lieu : des enjeux sous-jacents incontrôlés

37Malgré les intentions des professionnels du patrimoine à l’égard de la préservation de l’esprit du lieu, il arrive parfois que les aménagements mis en place ne soient pas en mesure de transmettre l’esprit d’un lieu, soit parce qu’ils sont finalement un rempart à sa perception, soit parce qu’ils restreignent l’imaginaire qu’ils confortent à un environnement trop structuré, soit parce qu’ils le dénaturent complètement. Parmi les aménagements inadaptés, ceux parfois proposés, d’une part, par l’industrie du tourisme culturel et, d’autre part, par des acteurs politiques paraissent les plus préjudiciables pour l’esprit du lieu.

Le risque de l’enchantement du lieu

38Parmi les « promoteurs » du patrimoine (Chappe, 2010), les professionnels du tourisme tendent à offrir une nouvelle dimension du patrimoine, non plus mis en valeur pour sa valeur intrinsèque mais pour le plaisir qu’il pourrait procurer. Il s’agit de satisfaire des visiteurs enclins à dépenser plus lorsque la visite d’un site répond à leurs attentes. Certains choix de « mise en tourisme » opérés à l’égard du patrimoine révèlent de l’idéologie (ibid.) : donner aux visiteurs un patrimoine dont les qualités et valeurs répondent à une image prémentale, satisfaisante pour le promoteur et le visiteur.

39Parmi les différentes formes de tourisme – vert, balnéaire, sportif, loisir, etc. –, le tourisme culturel se définit comme « un déplacement (d’au moins une nuitée) dont la motivation principale est d’élargir des connaissances et des émotions au travers de la découverte d’un patrimoine et de son territoire » (Origet du Cluzeau, 2000). Introduit au xviiie siècle par la jeune bourgeoisie anglaise qui effectue le Grand Tour en Europe, le tourisme culturel établit une relation entre visiteur et visité, entre visiteur et lieu.

40Aujourd’hui, afin de satisfaire les besoins intellectuels et affectifs des visiteurs par la mise en valeur d’un site, l’industrie touristique doit faire siennes les représentations des visiteurs (Chappe, 2010). Ces visiteurs se divisent en trois catégories : les touristes « passionnés », qui représentent 10 à 15 % des effectifs de visite, les « réguliers », 30 à 40 %, et les « occasionnels », 45 à 60 % (Origet du Cluzeau, 2000). La mise en valeur d’un site et de son esprit doit donc prendre en compte les désirs et connaissances de tous ces visiteurs : une découverte aisée et divertissante pour les novices, une visite plus minutieuse pour les visiteurs avertis.

41Toutefois, tout en ne négligeant pas ces desiderata, les promoteurs d’un site culturel se doivent d’assurer une exploitation rationnelle qui nécessite une compétence économique. Ainsi, les services proposés participent à l’« ambiance d’un déplacement culturel » (Origet du Cluzeau, 2000). Cette ambiance, calquée sur la perception commune de l’esprit d’un lieu, est un tout bien articulé par lequel le visiteur se crée des attentes, des images axées principalement sur une recherche de l’authenticité d’un lieu peu retouché et témoin pur. L’aboutissement d’un tourisme culturel épanoui serait la mise en exergue de cette authenticité ainsi que la construction d’une atmosphère autour du processus de visite.

42La création de cette atmosphère résulte d’une mise en scène de l’image et globalement d’une « mise en image » de l’authenticité du site culturel qui, au-delà d’une mise en patrimoine qui visait à le protéger, cherche désormais à le présenter sous ses meilleurs angles d’attaque : ruines redressées et façonnées, parcours balisés et autochtones forcément souriants. L’image créée, ciel bleu et soleil en plus, susceptible de figurer dans les pages d’un guide touristique, favorise la rencontre visiteur et visité, quand elle parvient à gommer les principales imperfections de l’original. Cette mise en scène participe de la création de « bulles touristiques » dans lesquelles les visiteurs retrouveraient l’imaginaire qu’ils se sont créé avant la visite (Amirou, 1994). Par delà une recherche de l’authenticité d’un lieu, l’imaginaire du touriste également serait fondé sur « une expérience existentielle, initiatique, transformatrice » par laquelle il tend à se sentir vivant.

43L’hébergement, la restauration ainsi que la découverte des savoir-faire traditionnels semblent être les moyens les plus appréciés de transmission de l’esprit d’un lieu puisque « la sensibilité touristique se déplace de plus en plus vers l’intérêt pour les cultures vernaculaires, les modes de vie et les traditions locales » (Amidou, 1994). Il s’agit, par exemple, pour les promoteurs touristiques, de proposer des nuitées dans des paradors en Espagne, dans des demeures de charme en France ou sous des tentes bédouines dans le désert jordanien de Wadi Ramm. La restauration est également un domaine de prédilection à l’usage de qui souhaite promouvoir l’esprit d’un lieu, puisqu’il s’agit de « lier et fixer [des] émotions esthétiques et intellectuelles à des révélations gustatives » (Bayle et Humeau, cités dans Origet du Cluzeau, 2000). Ainsi, apprécier un mansaf – ragoût d’agneau traditionnel – avec des bédouins jordaniens n’aurait pas la même saveur que s’il était consommé dans un restaurant.

44Le marketing, en tant qu’ensemble d’actions coordonnées qui concourent au développement d’un produit ou d’un service, participe également à l’interprétation d’un site culturel et à la mise en scène de l’esprit d’un lieu. Il apparaît que cette mise en scène ne semble plus être possible à partir du site, mais peut être opérée à partir de ses visiteurs. S’opère alors un glissement substantiel puisque l’esprit inhérent au site ne semble plus suffire pour le définir et que sa définition repose de plus en plus sur la prise en compte d’un facteur extérieur, le visiteur. Origet du Cluzeau ajoute que « les justes choix culturels et marketing peuvent aboutir à préférer la création d’une atmosphère qui enveloppe le visiteur, l’aide à se mettre à l’écoute du lieu plutôt que de le forcer à accepter une interprétation, et lui laisse une marge pour sa propre interprétation » (2000). Toutefois, la création d’une atmosphère qui enveloppe le visiteur peut devenir une entreprise d’enchantement du lieu qui, de plus, délaisse les communautés locales et annihile leur esprit du lieu.

45À l’image du site d’Angkor, l’ancienne ville royale laotienne de Luang Prabang qui attire, chaque année, de nombreux touristes à la recherche de l’authenticité d’une vie traditionnelle (Berliner, 2010) véhiculée par 34 temples bouddhistes, des maisons coloniales ainsi que par la vie pieuse de ses moines vêtus d’insignes tuniques orange. L’imaginaire touristique de la ville développe également « un mode de vie détendu, des habitants amicaux et pacifiques, ainsi que de magnifiques paysages » (Suntikul, 2008). L’UNESCO, en tant que promoteur du site depuis son inscription sur la liste du patrimoine mondial en 1995, souhaite pérenniser l’authenticité et la valeur du site telles qu’elles s’inscrivent, selon l’organisation, dans les temples, les maisons coloniales et les rites bouddhistes. Apparaît alors une adéquation entre l’imaginaire touristique et les critères retenus par les promoteurs à l’égard de l’esprit du lieu de la ville, qui devrait être identique à l’esprit du lieu vécu par les populations locales tant qu’elles continuent à demeurer sur le site. Pourtant, la préservation de l’authenticité du lieu par l’entremise de l’UNESCO ne semble pas sauvegarder l’esprit du lieu avec le meilleur avantage : déployés pour la restauration et la conservation du patrimoine matériel du site (temples et maisons coloniales), les efforts ne se répercutent pas nécessairement sur le patrimoine immatériel, et ainsi sur l’esprit du lieu. De plus, la volonté conservatrice de l’UNESCO ne convient pas à de nombreux habitants qui, s’ils ne rejettent pas leurs traditions, souhaitent se tourner vers la modernité, en construisant différemment par exemple. Par ailleurs, le fait que certains habitants changent de profession pour intégrer l’industrie touristique, leur procurant plus de revenus, a un impact sur certaines traditions et savoir-faire ancestraux délaissés pour la manne touristique (Suntikul, 2008).

46Il est vrai que d’autres habitants prennent alors conscience de l’attractivité patrimoniale de leur ville et souhaitent en bénéficier à travers les recettes générées. Ainsi, ils s’associent aux objectifs des promoteurs touristiques et agissent, à leur tour, pour séduire les visiteurs et bénéficier des retombées économiques induites. Si l’UNESCO a souhaité restaurer les temples, enterrer les fils électriques et contraindre les nouvelles constructions, « plongeant les touristes dans un passé idéalisé » (Berliner, 2010), des restaurants et hôtels surgissent des rives du fleuve Mékong. Bien plus, certains habitants ont loué ou vendu leurs maisons, transformées alors en guesthouses, tandis que des images du Bouddha sont dérobées dans les temples et vendues aux touristes. La ville de Luang Prabang est ainsi plongée, à la fois, dans un temps irréel, arrêté à un moment où la vie semblait douce et agréable – une illusion dont les touristes en mal de bien-être semblent avoir besoin –, et au cœur d’un marché lucratif où la nostalgie prime sur l’esprit du lieu.

47Le cas de Luang Prabang démontre les dérives auxquelles il semble facilement possible d’être conduit si la patrimonialisation de l’esprit du lieu procède, selon Suntikul, d’une « production de lieux, d’objets ou de pratiques nouveaux », sous couvert de retombées économiques convoquées. Cet exemple démontre également que la création d’une atmosphère pour le visiteur pose deux problèmes : d’une part, le site en soi ne parviendrait pas à dévoiler son esprit du lieu au visiteur, mais serait tributaire d’un tiers et d’artifices ; d’autre part, promouvoir un site historique favoriserait l’établissement de propositions hors du temps, voire hors contexte, à la source de la création d’un « tableau patrimonial », selon l’expression de Bin Tajudeen (2011).

Création d’un « tableau patrimonial » et instrumentalisation politique

48Selon Laurier Turgeon, « la manière dont on définit l’esprit du lieu détermine largement les usages que l’on en fait » (2008). Ainsi, toute patrimonialisation, si elle se veut être un processus objectif de documentation, reconnaissance, sauvegarde et transmission d’un objet matériel ou immatériel, n’est pas indépendante des acteurs qui l’initient. Ces acteurs mettent en place leurs propres valeurs et intérêts qui peuvent être souvent éloignés de l’esprit originel d’un lieu.

49Imran Bin Tajudeen s’est intéressé aux villes de Malacca en Malaisie ainsi que de Palembang et Makassar en Indonésie pour étayer sa recherche sur les créations de tableaux patrimoniaux à partir d’une « récupération » et d’une « re-patrimonialisation » idéologiques de vestiges (Bin Tajudeen, 2008). Au xixe siècle, lorsque la région passe sous la coupe des Indes néerlandaises, les vestiges des royaumes des xve-xviie siècles sont laissés à l’abandon. Les villes citées ont ainsi connu deux altération de l’esprit du lieu : d’une part, la destruction des citadelles, forts et tombes pendant l’époque coloniale ; d’autre part, la valorisation d’un héritage quasiment absent matériellement, liée à des exigences ou impératifs touristiques mais également idéologiques. À ce titre, il est dans certains cas possible de constater un paradoxe entre l’absence de valorisation de ruines existantes et la fabrication de répliques. Les villes de Palembang et Makassar comprennent quelques sites archéologiques datant du royaume de Sriwijaya (viie-xiiie siècles) dont l’instrumentalisation a été opérée à partir des années 1980. À cette époque est décidée la création d’un parc archéologique à Palembeng, sur le site de Karang Anyar, afin de donner aux vestiges « une place de choix au sein de la conscience nationale, et d’en faire un usage correct » (Bin Tajudeen, 2008). Le parc archéologique du royaume de Sriwijaya a ouvert ses portes en 1994 et comprend un musée, dont la majorité des objets archéologiques affiliés au royaume sont des copies, ainsi qu’un bâtiment qui présente une copie de l’inscription de Kedukan Bukit (632 apr. J.-C.) qui consacre l’édification du gouvernement de Sriwijaya (Manguin, 2008).

50Les archéologues qui ont fouillé le site en 1989 comptaient mettre en lumière la présence d’aménagements sur celui-ci. Or, si quelques-uns, dont des voies d’eau et des réservoirs à destination funéraire, ont été identifiés, il s’agit, en fait, d’aménagements du sultan Mahmud Badaruddin II, au pouvoir au xviiie siècle. Hormis quelques tessons de céramique datant du ixe siècle, aucune preuve n’a été établie de la fondation du site par le royaume de Sriwijaya. Pourtant, les vestiges sont présentés et interprétés comme ayant appartenus à ce royaume. Ainsi, l’« usage correct » des vestiges archéologiques plébiscités par le gouvernement tend à se diluer tandis que la mémoire du royaume perdure par son nom, dans toute la ville : les touristes sont accueillis à l’aéroport par un « Bienvenue à Sriwijaya », un vocable hissé sur les enseignes des marchands et fredonné dans des chansons populaires (Manguin, 2008). Le choix explicite de mettre en valeur une période historique plus qu’une autre renforce la présence d’un « tableau patrimonial » au sein de Palembang. Il est donc intéressant de se demander pourquoi une si ancienne période a été désignée comme mémorable. À défaut de la mise en valeur de l’ère du sultan Mahmud Badaruddin II, dernier sultan du pays, considéré comme héros national face aux Néerlandais, grand constructeur urbain et digne d’avoir son effigie représentée sur le billet de 10 000 roupies, cette période est mal renseignée et même mise en doute. Cette situation peut s’expliquer par le fait que les habitants de Palembang considèrent Mahmud Badaruddin II plus javanais qu’originaire de la région et par leur refus d’instituer un héros local face à la grandeur du royaume de Sriwijaya, considéré comme la nation primitive du sud de Sumatra (Manguin, 2008).

51Les nombreux bâtiments construits pour l’accueil des visiteurs et qui masquent en réalité le contenu peu scientifique du parc tendent à formaliser le souhait du gouvernement initiateur : enraciner sa propre gloire dans l’histoire du pays à partir du thème fédérateur de la nation indonésienne. Or, ce n’est pas ce que voit le touriste lorsqu’il se rend dans la ville de Palembeng et dans le parc archéologique puisqu’est présentée la mémoire d’une époque et non son utilisation à des fins idéologiques. En tout état de cause, il s’avère que la création d’un tableau patrimonial, qui cherche à jouer un grand rôle dans la fabrication du regard touristique, se retrouve au cœur des objectifs économiques induits. Ainsi, plutôt que de satisfaire l’imaginaire touristique, le tableau patrimonial en inventerait un autre pour façonner son spectateur.

52Toutefois, la fabrication du regard touristique induite par la création d’un tableau patrimonial, ne semble pas, au premier abord, déplaire aux principaux concernés, puisque le « “regard touristique” est structuré par un code de perception que ne recoupe pas les catégories de la géographie, ce regard effectue une évaluation des espaces qui ne ressort pas d’une observation scientifique mais de l’interprétation symbolique » (Urbain, 2002). Ainsi est-il judicieux de relever le rôle du regard porté sur un site culturel, regard qui anticipe la patrimonialisation et décide des services touristiques à offrir : le regard touristique. Celui-ci pourrait être qualifié de proactif puisqu’il dicte la mise en place d’activités avant même de se poser sur le bien culturel : les promoteurs tenteraient-ils donc de devancer les besoins et envies des visiteurs ainsi que leur perception de l’esprit d’un lieu ? À terme, la transmission de l’esprit d’un lieu risquerait de transformer durablement celui-ci en une perception individuelle, qui se devrait de plaire malgré tout aux touristes toujours plus nombreux à se déplacer et à voyager.

Conclusion

53Avant son institutionnalisation comme part constitutive du patrimoine, l’esprit du lieu semblait déjà avoir joui d’une certaine considération, sinon d’une reconnaissance. Quand des enseignes proposent dans le sud-est de la France « l’esprit des lieux en Provence », et qu’une installation d’art contemporain évoque « Locus genii, le génie est partout » au parc du Domaine de Chaumont-sur-Loire, ce sont bien des preuves que cet esprit du lieu fait partie d’une conscience collective. Par une déclaration de portée internationale, une action conjointe d’institutions et muséologues et des aménagements appropriés, l’esprit du lieu est devenu facteur préservé, mis en valeur et transmis au même titre que tout autre élément patrimonial matériel ou immatériel. À cela près que l’esprit du lieu ne différencie plus le matériel de l’immatériel mais les unit dans une étroite interaction et permet des mises en valeur plus complètes et respectueuses. Patrimonialiser l’esprit du lieu est, en même temps que lui assurer une reconnaissance, lui garantir une sauvegarde jugée impérative quand des menaces qui pèsent sur le lieu sont trop fortes.

54À l’évidence, toute sauvegarde d’un lieu doit être accompagnée d’une sauvegarde de son esprit qui passe par une transmission rigoureuse et non intrusive. L’esprit d’un lieu peut être transmis par une médiation écrite ou orale, des aménagements, une incitation à intérioriser sa visite. Or, pour atteindre leur but avec le meilleur avantage, ces dispositifs doivent souvent être plus adaptés aux visiteurs qu’au lieu et doivent pouvoir absorber la présence d’individus de plus en plus nombreux et de plus en plus exigeants. Ainsi, tout effort de patrimonialisation se dirige progressivement vers ceux qui perçoivent l’objet, le lieu, quitte à entreprendre quelques compromis pour « fabriquer » un lieu qui favorise la « consommation de [signes] muséalisés selon la logique du spectacle et de la mode » (Vander Gucht, 2006).

55Lorsque la patrimonialisation de l’esprit du lieu a été reconnue comme primordiale, les enjeux d’une telle entreprise avaient-ils été envisagés ? La patrimonialisation ne pourrait-elle pas être responsable des abus opérés vers un enchantement du monde ? Sous couvert de sauvegarde d’un patrimoine tel que l’esprit du lieu, certains professionnels du patrimoine proposent de l’utiliser pour promouvoir plus que sauvegarder un site, voire une région. En désignant l’esprit d’un lieu comme une qualité du site, ils concourent à la venue de touristes de plus en plus nombreux alors que la déclaration identifie le tourisme de masse comme l’une des principales menaces qui pèsent sur l’esprit du lieu.

56La patrimonialisation de l’esprit du lieu serait donc paradoxale : à être décidée pour transmettre un esprit qui soit d’autant mieux accessible au plus grand nombre, elle induit des entreprises interprétatives qui vont attirer les foules. Par ailleurs, certaines de ces entreprises tendent à falsifier l’esprit du lieu pour le rendre similaire à l’image que les visiteurs se font de lui. Dépendants de la conscience et de l’utilisation de l’esprit du lieu par des visiteurs potentiels, les promoteurs de l’industrie touristique participent à la transformation du paysage patrimonial en un paysage touristique qui est tour à tour vécu, pratiqué, consommé et parfois piétiné (Donadieu, 2005). L’esprit du lieu peut avoir peine à survivre et à se transmettre de génération en génération comme l’antique genius loci.

57Or, la transformation d’un paysage patrimonialisé en un paysage touristique par la médiation de l’esprit du lieu présente tout à la fois bienfaits et outrages. Ainsi, le paysage touristique est utile à l’économie d’une région car il permet le développement des communautés et des acteurs et participe à la démocratisation du voyage opérée depuis quelques années. L’avènement du paysage touristique peut également être utile à la protection de modes de vie d’une population dans son environnement, autant de prises de conscience de l’importance de sauvegarder lieux et traditions, comme il peut participer d’une esthétisation du paysage ou pire d’une « disneylandisation » qui consiste à susciter l’envie d’un lieu et à mettre le merveilleux en bonne place (Brunel, 2012). Le paysage touristique peut induire la fabrication d’un imaginaire touristique qui se transmet de génération en génération en parallèle du véritable esprit constitutif d’un lieu.

58Dans ces cas, l’esprit du lieu ne serait plus que réduit à une image de paysage, à un tableau au sein duquel les éléments matériels et immatériels sont figés pour toujours, indépendamment des habitants et visiteurs qui peuplent le lieu. À la question « Où se cache l’esprit du lieu ? », la réponse de sa disparition pourrait avoir un retentissement considérable sur la définition du paysage patrimonial, alors dépossédé d’une de ses composantes constitutives.

Notes

1 L’ICOMOS (International Council on Monuments and Sites – Conseil international des monuments et des sites) est une organisation non gouvernementale créée en 1965. Il réunit des professionnels du patrimoine et œuvre pour la conservation et la protection des monuments et sites. Contrairement à l’UNESCO, les États ne sont pas directement impliqués dans l’application des missions de sauvegarde. Une assemblée générale est convoquée tous les trois ans dans le but de déterminer des programmes de sauvegarde à partir d’études de cas concrètes et de surveiller la réalisation des missions de l’organisation.

2 Définition de l’ICOM (International Council on Monuments – Conseil international des monuments) extraite des statuts de 2007, art. 3.

Auteur

Est doctorante en muséologie et archéologie (École du Louvre – université de Lorraine – HISCANT-MA). Ses recherches portent sur la collecte et l’exposition de l’objet archéologique en Arabie saoudite. En parallèle, elle continue d’interroger la patrimonialisation de l’esprit du lieu depuis la soutenance, en 2012, d’un mémoire de recherche sur le sujet. De 2012 à 2015, elle a été membre de l’équipe en charge de la réouverture du Musée de l’Homme, à Paris.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site