Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Paysages et patrimoines

 | 
Lolita Voisin
, 
Sylvie Servain

Introduction

Vincent Veschambre

Texte intégral

Paysage et patrimoine : deux notions en voie d’hybridation

  • 1 Je viens pour ma part de la recherche sur le patrimoine et ne suis pas spécialiste des questions de (...)

1L’objet de cette introduction est d’apporter des éléments de réflexion sur les notions de « paysage » et « patrimoine1 » et plus exactement sur la manière dont celles-ci sont mises en relation, sur leur degré de proximité, avec une hypothèse, celle de leur rapprochement, voire de leur imbrication croissante.

2Pour planter le décor de cette proximité entre « paysage » et « patrimoine », il est intéressant d’essayer d’évaluer selon quelle ampleur et quelle dynamique ces deux notions sont présentes dans les échanges scientifiques actuels. La consultation du site de diffusion Calenda, qui annonce les colloques, conférences et séminaires, permet de comptabiliser les événements parlant de « patrimoine » ou de « paysage » et d’évaluer leur poids dans l’ensemble des événements scientifiques comptabilisés. Les courbes obtenues frappent par leur vigueur (notamment celle relative à « patrimoine ») : on passe ainsi respectivement pour « patrimoine » et « paysage » de 6,1 et 4,1 % des événements en 2000 à 14,5 et 8,7 % : le succès de ces deux notions ne cesse de s’intensifier. Si la croissance du poids des événements parlant de « paysage » se ralentit dans la seconde moitié des années 2000, elle ne cesse de se prolonger pour ce qui concerne le « patrimoine ». Nous sommes bien là sur des notions qui travaillent fortement les sciences humaines et sociales contemporaines, ce qui reflète une demande et des questionnements bien présents dans la société toute entière.

Figure 1. Évolution du pourcentage d’événements annoncés par le site Calenda de 2000 à 2014.

3Même si les évolutions sont moins spectaculaires, notons cependant la croissance assez régulière des événements scientifiques qui croisent les deux termes : de 1 à 2,3 % dans la même période, ce qui représente aux alentours du quart des événements qui parlent de « paysage » (avec une légère tendance à la hausse sur la période). Cela va dans le sens de mon hypothèse de proximité croissante entre les deux termes dans le champ scientifique.

4Parmi les textes de cet ouvrage, rares sont ceux où les deux notions ne sont pas étroitement imbriquées. Les expressions « patrimoine paysager », « patrimonialisation des paysages », « liens » ou « parallèles » entre « paysage » et « patrimoine » en témoignent.

5Quand les deux notions sont clairement distinguées (ce qui n’est donc pas le cas le plus courant), le « paysage » est conçu comme englobant des éléments de « patrimoine », comme somme des éléments patrimoniaux qui le composent, en un tout qui représente cependant plus que la somme de ses parties.

  • 2 Contribution issue du colloque et publiée dans la revue Projets de paysage.

6Ce que révèle par exemple cette idée de « mettre en scène le patrimoine in situ, en l’insérant dans les paysages qu’il a contribué à façonner » (Dérioz et al., 20152). Ou encore la définition suivante : « ce qui fait paysage, n’est-ce pas, outre les formes patrimoniales remarquables qui l’organisent parfois, principalement le lien qu’elles entretiennent, entre elles et avec leur environnement » (Josset et Aubourg, chap. 1).

7Sinon, c’est le principe du frottement entre les deux notions qui l’emporte. Un mouvement dialectique entre « paysage » et « patrimoine » semble se diffuser, associant des lectures patrimoniales du paysage et des approches paysagères du patrimoine. Je vais tenter de caractériser les deux sens de ce mouvement dialectique et de préciser la nature des frottements entre les notions.

La matrice patrimoniale appliquée au paysage

  • 3 Ythier, 1995, p. 187.

8Cette idée de matrice patrimoniale du paysage me vient d’un article de Bruno Ythier (1995), intitulé « Espace rural, paysage, et patrimoine ». Dans le cadre de l’inventaire du patrimoine mené dans le canton de Blesle (Auvergne), la prise de conscience semble se faire de la part des élus, des menaces qui pèsent sur les paysages de terrasse. On retrouve dans les discours ce qui fonde la notion de « patrimoine », à savoir ce sentiment de perte, de menaces qui pèse sur certains espaces, compte tenu de certains processus économiques et sociaux qui les rendent obsolètes : « L’intérêt actuel pour le paysage provient du fait que l’on a aujourd’hui tendance à considérer l’espace rural comme un bien fongible et menacé3. »

9C’est cette logique qui semble prévaloir dans le cas du canal du Midi (Ballester, chap. 4) qui présente un paysage linéaire et constitue un ensemble qui répond à des critères patrimoniaux très précis, selon un questionnement de type patrimonial. À propos d’une voie antique et de sa présence dans le paysage contemporain, Sidonie Marchal considère que « les traces paysagères héritées sont autant de patrimoines, reconnus scientifiquement, mais aussi des objets patrimoniaux en devenir », évoquant un processus de patrimonialisation standard.

10Plusieurs chapitres rendent compte de logiques de patrimonialisation appliquées à certains paysages : il s’agit de soustraire les espaces concernés à des évolutions spontanées qui sont jugées défavorables, mais aussi, dans le même temps, de les mettre en valeur.

Le paysage : un patrimoine spécifique ?

11Certains chapitres proposent une approche différente dans laquelle le paysage est conçu comme un patrimoine en tant que tel, mais avec certaines spécificités. La première de ces spécificités, c’est celle de l’échelle. L’article sur les terrasses de Blesle nous montre que les chercheurs du service de l’inventaire ont cru cerner le paysage de terrasses en identifiant des éléments qui les constituent, selon un procédé métonymique. Or, il ne suffit pas de cartographier des éléments pérennes (murets, arbres, terrasses) pour appréhender le paysage dans sa globalité : perce ici l’idée d’une échelle d’appréhension spécifique au paysage, cette idée étant développée par François Pouthier (chap. 9) qui parle à propos du paysage estuarien girondin de « processus territorial de patrimonialisation ». Une autre spécificité du paysage serait son caractère évolutif, là où le patrimoine resterait statique.

12C’est précisément dans ce registre de la dynamique des objets patrimoniaux que la notion de « paysage » semble inversement travailler celle de patrimoine.

La matrice paysagère appliquée au patrimoine

  • 4 Dans sa classification des « paysages culturels », l’UNESCO prévoit les catégories « paysages reliq (...)

13Dans ses recherches sur la mise en patrimoine des paysages de mémoire de la première guerre mondiale (candidature UNESCO), Anne Hertzog (2011) aborde les dimensions paysagères du patrimoine : à travers l’objet « champs de bataille », l’auteur nous montre comment la dimension paysagère devient plus prégnante, avec l’intervention de naturalistes, de forestiers qui viennent hybrider l’approche plus historique, mémorielle et patrimoniale. Cet exemple nous renvoie au succès tout à fait révélateur de l’expression « paysage culturel » : même si celle-ci n’a pas été inventée par l’UNESCO, cette institution a fortement contribué à sa diffusion dans les sphères scientifiques, politiques, touristiques… L’approche ainsi véhiculée consiste en une approche croisée et globale des faits de nature et des ouvrages de l’humain. Cette expression « paysage culturel4 » montre bien que les frontières deviennent plus floues, plus poreuses et que des formes d’hybridation s’affirment dans la manière d’appréhender « paysage » et « patrimoine ».

14Cette montée en puissance de l’approche paysagère du patrimoine consacre la question du visible et, d’un certain point de vue, minore celle du sens, de l’authenticité que l’on retrouve classiquement derrière la notion de « patrimoine ». Privilégier le visible, le signalement peut aboutir à cette logique de façadisme que connaissent bien les professionnels de l’architecture et du patrimoine en permettant aux acteurs de la fabrique urbaine de s’affranchir de la pesanteur des structures et de la matérialité. Dans sa thèse récemment publiée (2014), Marie Bridonneau décrit un processus où la conception paysagère de l’UNESCO aboutit à la démolition d’un habitat vernaculaire, considéré par certains comme patrimonial, autour des églises rupestres de Lalibela.

  • 5 Dans un article du Monde daté du 6 septembre 2010, l’architecte Rem Koolhaas dit sa préférence pour (...)

15Cette approche paysagère semble en tout état de cause nous entrainer vers une conception plus dynamique de la préservation5 du patrimoine. Rosemarie Lucas (chap. 6) pointe cette évolution dans le cadre des parcs naturels régionaux français, qui ont été particulièrement propices au rapprochement entre les notions de « paysage » et « patrimoine » : « L’action du parc naturel régional dans la mise en place d’un outil muséographique créé à son image témoigne d’une évolution de la conception du patrimoine […] comme un outil dynamique de développement. » Le patrimoine ne devait plus être muséifié, il devenait un acteur et un facteur, un sujet actif et non un objet passif.

  • 6 « Considérant, en conséquence, qu’afin de soutenir la protection du patrimoine naturel et culturel, (...)

16De plus en plus de chercheurs, de professionnels de l’architecture et du paysage, mais aussi d’acteurs de l’aménagement des territoires se revendiquent de cette approche dynamique de la préservation patrimoniale. Les parcs et jardins, compte tenu de leur caractère « vivant », les espaces anciennement industriels, qui se prêtent à la reconversion et plus largement les espaces urbains, soumis à une forte pression foncière, sont les espaces laboratoires de ces mutations actuelles de la conception du patrimoine. Dernière en date des catégories patrimoniales de l’UNESCO, la notion de « paysage urbain historique » (2011) a d’ailleurs été introduite pour caractériser une patrimonialité urbaine impossible à figer et pour tenter de concilier un dynamisme urbain irrépressible et la préservation de repères patrimoniaux. « L’approche fondée sur le paysage6 » est de ce point de vue clairement proposée comme méthode pour concilier « stratégies de conservation » et « développement local ».

Un nouveau régime de patrimonialité en phase avec la mondialisation

  • 7 Voir par exemple le rapport de l’ARP (Action de réflexion prospective) intitulée « Nouveaux défis p (...)

17En réfléchissant aux articulations entre ces deux notions, je me suis demandé si celle de « paysage » n’était pas plus en phase que celle de « patrimoine » avec les évolutions actuelles, telles qu’elles sont pointées par l’UNESCO : libéralisation des échanges mondiaux, affaiblissement des États et décentralisation, tourisme de masse et exploitation commerciale du patrimoine… Mais comme j’ai pu le souligner, cette notion de « patrimoine », forgée dans le contexte des Trente Glorieuses, est elle-même évolutive, avec une forte hybridation avec d’autres notions proches, comme celle de « paysage », plus dynamique, mais aussi comme celle de « mémoire », plus immatérielle (Veschambre, 2014). La notion d’« esprit du lieu » est à la croisée de ces rencontres, dans la veine d’une approche elle aussi plus flexible et plus immatérielle (Cassola, chap. 5). Pour caractériser cette nouvelle approche du patrimoine, certains chercheurs comme Maria Gravari-Barbas7 parlent d’un « nouveau régime de patrimonialité ». Pour caractériser celui-ci, je propose de considérer que les attributs du « paysage » sont bien présents et nourrissent une conception plus dynamique et plus flexible du « patrimoine ». Cet ouvrage nous permet en tout état de cause d’explorer les proximités et circulations de sens entre les deux notions.

Notes

1 Je viens pour ma part de la recherche sur le patrimoine et ne suis pas spécialiste des questions de paysage, même si je les croise régulièrement et si j’ai pu publier quelques articles sur le sujet.

2 Contribution issue du colloque et publiée dans la revue Projets de paysage.

3 Ythier, 1995, p. 187.

4 Dans sa classification des « paysages culturels », l’UNESCO prévoit les catégories « paysages reliques » ou « paysages fossiles », mais insiste bien davantage sur les « paysages vivants », les « paysages évolutifs ».

5 Dans un article du Monde daté du 6 septembre 2010, l’architecte Rem Koolhaas dit sa préférence pour ce terme qu’il juge plus dynamique que celui de « conservation ».

6 « Considérant, en conséquence, qu’afin de soutenir la protection du patrimoine naturel et culturel, il convient de mettre l’accent sur l’intégration des stratégies de conservation, de gestion et d’aménagement des territoires urbains historiques dans les processus de développement local et d’urbanisme, tels que l’architecture contemporaine et le développement des infrastructures, et que l’application d’une approche fondée sur le paysage aiderait à préserver l’identité urbaine. » (préambule de la Recommandation concernant le paysage urbain historique, y compris un glossaire de définitions, 10 novembre 2011, http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=48857&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html)

7 Voir par exemple le rapport de l’ARP (Action de réflexion prospective) intitulée « Nouveaux défis pour le patrimoine culturel » qu’elle a pilotée entre janvier 2013 et février 2014.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Évolution du pourcentage d’événements annoncés par le site Calenda de 2000 à 2014.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/18357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site