Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Activité évaluative et accompagnement professionnel

 | 
Anne Jorro
, 
Yann Mercier-Brunel

Conclusion. La relation au cœur de l’évaluation

Yann Mercier-Brunel

Texte intégral

1Depuis plus de 30 ans, l’Association pour le développement des méthodologies d’évaluation en éducation en Europe (ADMEE-Europe) réunit un ensemble de chercheurs et de praticiens autour des formes et des fonctions de l’évaluation, ses enjeux psychologiques, sociaux et éthiques, ses étapes, ses objets d’études, ses méthodes et instruments, ses effets et utilisations, ses acteurs et ses partenaires, ses diverses approches disciplinaires possibles.

2Comportant une délégation belge, française, libanaise, luxembourgeoise, marocaine, portugaise et suisse, l’association s’appuie sur une revue internationalement reconnue, Mesures et évaluation en éducation (portée par l’ADMEE-Europe et l’ADMEE au Canada) et des événements forts que sont : le colloque annuel (ayant lieu dans chacun des pays membres à tour de rôle) ; et la journée d’étude et de recherche annuelle organisée par chaque délégation. À ces rencontres cruciales, qui permettent des réflexions collectives nécessaires à la recherche, s’est ajoutée en 2013 la première université d’été internationale, dont l’objectif était la mise en place de moments de réflexion et de travail autour d’une thématique forte, l’accompagnement du développement des compétences évaluatives chez les professionnels de l’éducation (en 2014, la seconde université d’été a eu lieu à Clermont-Ferrand autour de l’évaluation à l’université).

3Ces trois journées de travail ont permis de mettre en évidence la place d’une relation critique, telle que la définit Anne Jorro dans l’introduction de cet ouvrage, qui prend différentes formes dans les situations étudiées dans les ateliers et lors des conférences de cadrage.

4La question de l’accompagnement et de l’évaluation se pose donc avec d’autant plus de force qu’elle dépasse amplement l’évaluation des élèves par l’enseignant au sein de sa classe : elle sollicite les problématiques de l’évaluation universitaire, de l’accompagnement des professionnels de l’enseignement scolaire et extra-scolaire, de la formation initiale et tout au long de la vie. Et cela avec l’exigence d’une composante universitaire, donc d’une formation reposant sur la recherche.

5Cette université d’été est, selon nous, un symbole fort de cette nouvelle ère qui s’ouvre. Premièrement, parce qu’elle s’est déroulée dans un lieu chargé d’histoire, ancienne École normale, IUFM, future ESPE, grâce à l’appui de l’Université d’Orléans et de l’ADMEE-Europe, une des plus anciennes universités de France et une association de chercheurs reconnue. Deuxièmement, parce qu’elle a réuni des chercheurs et des praticiens venus de plusieurs pays francophones qui, dans un esprit de partage et de respect des compétences de chacun, ont su faire avancer la réflexion sur l’accompagnement des professionnels de l’éducation en évaluation.

6Actuellement l’évaluation revient sur le devant de la scène éducative : un débat a été lancé sur l’augmentation des inégalités sociales dans les résultats des élèves français au PISA, aboutissant à une des trois priorités de la loi de refondation de l’école ; une réflexion nationale a été lancée en 2014 par le ministère de l’Éducation nationale française, sur les pratiques évaluatives au sein des classes. La formation des enseignants à l’évaluation et l’accompagnement des équipes devient un enjeu fondamental. La parole des chercheurs, notamment ceux de l’ADMEE, leurs analyses et préconisations, doivent être entendues. Les ESPE ont l’opportunité de devenir un creuset à la fois pour participer à la recherche en éducation et pour en faire un des fondements de la formation des enseignants.

7À la différence des IUFM, les ESPE ont pour vocation d’associer l’ensemble des partenaires du professorat et de l’éducation, qu’ils soient institutionnels (inspecteurs, conseillers pédagogiques, maîtres formateurs et formateurs académiques), sociaux (associations, administrations, acteurs économiques, « usagers ») et politiques (collectivités locales et leurs représentants). Ses nouvelles missions lui imposent une approche complexe que les chercheurs connaissent bien. Cette première université d’été a montré que sur le plan de l’accompagnement des professionnels de l’éducation à l’évaluation, une réflexion pouvait être développée à partir d’une culture de la recherche, de l’expertise des professionnels et de la rigueur méthodologique des chercheurs.

8Nous faisons le pari que la formation des enseignants pourra articuler une exigence universitaire, adossée aux recherches menées au sein des équipes scientifiques et aux pratiques expertes des acteurs de terrain. Si pour l’instant l’évaluation n’apparaît encore que de façon marginale dans un certain nombre de plans de formation, les orientations européennes et nationales semblent augurer une mise en évidence du rôle nécessaire de l’évaluation dans les didactiques disciplinaires et du dialogue évaluatif dans les progrès des élèves (Crahay, 2007 ; Mottier Lopez, 2012). La relation critique, qui est apparue dans nos travaux et dans nos échanges lors de cette université d’été, semble bien être la clef d’une évolution des pratiques, et donc un point fondamental de la formation des enseignants, que nous ne sommes pas les seuls à souligner (Merle, 2012). Gageons que d’autres travaux viendront alimenter cette réflexion et permettront de développer la formation à l’évaluation au sein des ESPE et dans l’accompagnement nécessaire des novices sur le terrain par les professionnels expérimentés, comme l’ont mis déjà en évidence Anne Jorro et Jean-Marie De Ketele (2011).

Auteur

Université d’Orléans
Est maître de conférences en sciences de l’éducation à l’ESPE Centre Val de Loire, Université d’Orléans. Membre de l’UMR-Laboratoire Ligérien de Linguistique et coordonnateur du Groupe de recherche en éducation et formation (GREF), ses travaux portent sur la parole évaluative et plus particulièrement sur les effets des échanges enseignant-élèves en classe en termes de régulation des apprentissages.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site