Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Lire les territoires

 | 
Yves Jean
, 
Christian Calenge

III. — Partie : espace et territoire

Tâtonnements sur l’opérationnalité du concept de territoire

Hélène Velasco-Graciet, Michel Catuhe et Xavier Piolle

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Note portant sur l’auteur3

Texte intégral

1La question du Territoire est sans doute à remettre « sur le métier », tant il est nécessaire, en ces temps où la crise de la modernité risque de voiler les mutations sociales et sociétales, de prendre avec prudence les héritages théoriques et conceptuels, les façons d’observer dont nous avons jusque là expérimenté l’efficacité. Tout ce corpus scientifique, quelle qu’en soit la richesse, mis au risque des événements territoriaux contemporains, étonne et interpelle le chercheur quant à la mouvance des structures et des comportements qu’il a l’habitude de repérer. S’agissant d’espace, de territoire et de lieu, le rajeunissement de l’observation est tout particulièrement prioritaire pour la géographie, discipline des sciences sociales, qui apporte sa contribution à leur démarche conjointe à travers l’analyse des dimensions spatiales du social et du lien des groupes à leur environnement. Si l’on porte un regard croisé sur :

    • 4 On reconnaît d’ordinaire à la réforme de Clisthéne (VIe siècle avant J.-C.) une paternité de la dém (...)

    le concept de Territoire, forme sociale construite accordant un rôle majeur à l’espace, enraciné dans le temps (mémoire, projet), riche de signification partagée, de codes, de rythmes, de rites (religieux au sens originel du mot), et susceptible de donner lieu à expression politique, à démocratie4 et,

  • sur le concept de Mouvement dans ses formes diverses : déplacements, passages, appartenances multiples, transgressions, effondrement des transmissions de patrimoines ou des codes et des mémoires ; ce mouvement renforçant le plus souvent l’individu ou les micro-cellules sociales au détriment du groupe permanent et englobant,

  • on se rend compte que les stratégies individuelles prennent le pas sur les stratégies sociétales, menacent le religieux (cet ensemble partagé de croyances, de rites et de valeurs de référence qui légitiment aussi bien normes sociales que territoire et pouvoir), et affadissent l’intérêt pour la chose publique, les enjeux collectifs, la Res Publica.

2Peut-on suivre certains anthropologues et paléontologues pour qui la spécificité de l’Homo Sapiens par rapport à ses ancêtres lointains porterait sur ses aptitudes à se projeter, à construire des outils sophistiqués et à donner un primat à l’individu sur le groupe ? Ne serions-nous pas alors, du moins dans les sociétés hautement industrialisées, en train de passer un cap majeur pour la question qui nous intéresse, entre la période où projets et outils sophistiqués ont maintenu fortement le lien collectif et ses attributs territoriaux, religieux, .... et un temps nouveau où le primat de l’individu pourrait enfin se manifester grâce à l’éclosion de techniques ne liant plus le progrès à la puissance d’une organisation collective.

  • 5 Voir à ce propos, entre autres, Gerbaux F. (sous la direction), 1999, Utopie pour le territoire. Co (...)

3La question de la lecture scientifique des territoires contemporains (mais s’agit-il vraiment de territoires au sens où nous l’entendions classiquement ?) trouve toute sa légitimation dans les lois françaises récentes qui, signe des temps, incitent aujourd’hui à recomposer des territoires en fonction de la place nouvelle reconnue aux projets collectifs – au moment où projet se conjugue surtout avec individuel – et de la difficulté du politique à accomplir sa mission fondamentale : rassembler ceux qu’il administre. Ainsi et par cela se pose la méthode d’observation à mettre en place pour cerner ces Territoires ou du moins pour mieux comprendre les moyens sociaux, culturels, économiques, mis en place et les processus dynamiques élaborés par les groupes. Si l’on observe le développement des commandes des acteurs politiques, responsables de la recomposition des territoires, vers les chercheurs, on peut s’interroger sur ce que l’on peut interpréter comme un besoin de légitimation réciproque. Cette rencontre entre pratique et science naît-elle d’une crise, d’un changement dans le champ de l’action, se répercutant sur le « métier de chercheur » et générant chez les uns et les autres une confusion née d’une priorité accordée au découpage, à l’espace sur le territoire et le lien d’appartenance qui le constitue ? Les chercheurs n’ont-ils pas, pour être utiles aux acteurs, mieux à faire qu’à aider ceux-ci à tracer des limites et à leur apporter quelques légitimité supplémentaire dans cette entreprise ? Leur rôle n’est-il pas plus radical (sans pour autant prétendre être plus important) dans cette tâche de recherche que personne ne fera en leur absence et qui sera menée dans une rencontre, dans une interpellation réciproque avec les acteurs ? La recherche n’a-t-elle pas un questionnement plus fondamental : celui de construire en objet scientifique la rencontre entre le fait territorial et la dynamique du mouvement dans son rapport à la territorialité à partir d’exemples choisis de pays, de communautés d’agglomérations, d’objets et de champs, au travers desquels, l’on peut tenter de connaître certaines dimensions mutantes du social et du sociétal5 ?

4Nous ne pouvons donc pas faire l’économie d’une démarche structurée par cette tension entre Territoire et Mouvement et refuser la place centrale donnée aux délimitations dans ce contexte.

LE CONCEPT DE TERRITOIRE MIS À L’ÉPREUVE DU CONCEPT DE MOUVEMENT

5Cette tension entre Territoire et Mouvement qui interroge les scientifiques pose tout à la fois la question des concepts, de leur pertinence et celles des méthodes à utiliser. En effet, aujourd’hui, le concept de Territoire tel qu’il fut défini par la géographie des années 80, semble trop strict pour mettre en évidence les mutations socio-territoriales qui agitent, tout au moins, le monde occidental. A l’image d’un patron (sorte de modèle de couturier) que serait le concept de territoire, les différentes formes de territorialités qui se profilent y sont trop « au large » ou « trop à l’étroit ». Les découpes « prêt-à-porter » construites par les géographes ne semblent plus opérationnelles et il s’agirait donc aujourd’hui, et pour continuer sur l’image du couturier, de faire du « sur-mesure ». Car, en effet, jusqu’à présent, il s’agissait de trouver une pertinence aux espaces pour leur accorder une légitimité politique, sociale, culturelle ou autre, pour les constituer en territoire, pour les territorialiser pourrait-on presque dire. Ainsi, quelle que soit la discipline (sociologie, science politique, histoire, géographie), la recherche s’est orientée sur la mise en évidence d’un maillage socio-spatial idéal : à tout groupe correspondrait un territoire concret sur lequel viendrait s’enraciner une culture, une identité, un sentiment territorial d’appartenance, une idéologie, et, en ce sens, l’exemple de la construction de la Nation Française est tout à fait intéressant. Les méthodes utilisées – quantitatives ou qualitatives – se sont employées à rechercher les normes et les valeurs participant à la construction socio-spatiale de ces territoires vus sous des angles scientifiques divers mais allant tous dans un même sens : mettre un ordre intelligible dans un monde non plus seulement de structures peu lisibles mais, essentiellement, en mutation et perpétuellement menacé par le chaos. Les scientifiques ont alors essayé d’accompagner la mutation socio-spatiale co-émergeante à la mise en place de la modernité, de donner les arguments scientifiques pour appuyer ceux que certains appellent des « mises à résidence » communautaires ou individuelles. Or aujourd’hui les territoires découpant le monde moderne trouvent difficilement leur légitimité et sont mis à mal. D’abord, ces territoires modernes sont confrontés à un discours idéologique dominant selon lequel, grâce entre autres aux moyens de communications toujours plus perfectionnés, le monde ne serait qu’un village, que l’identité de chacun serait l’identité de tous car appartenant à un monde sans frontières aux dimensions de la planète. En effet, les relations de tous ordres en son sein se feraient sans attaches territoriales particulières mais au contraire transgresseraient ces territoires par des mises en réseaux fondées sur une multi-appartenance [l’idée étant que d’avoir plusieurs appartenances reviendrait à ne pas en avoir]. Ces territoires normés connaissent, en même temps, une crise existentielle en se voyant infliger les conséquences territoriales liées à la résurgence des nationalismes. L’exemple pour la France des idéologies basque et corse pose, à ce propos, bien le problème : qu’en est-il de son « indivisibilité » territoriale constitutionnellement reconnue ? Qu’en est-il de ses principes d’égalité de tous ? La susceptibilité des Modernes est telle que même la demande de création d’un département basque, institution territoriale on ne peut plus emblématique de l’Etat-Nation, est perçue comme une volonté cachée de séparatisme et comme une menace, à terme, pour la frontière franco-espagnole [paradoxalement même si celle-ci n’existe plus depuis 1992] en vue de la création d’un Pays Basque uni.

6Si la modernité s’est construite, il apparaît aujourd’hui, dans une sorte de récurrence de période de crise et d’équilibre, que la période actuelle qualifiée de postmoderne bouleverse les structures anciennes pour mieux construire un nouvel ordre. Ce nouvel ordre et les mutations socio-territoriales qui lui sont liées semblent s’imposer envers et contre tout et ce, malgré les réactions conservatrices. Ainsi, les « anciens » territoires sont doublement remis en cause, d’une part, par une dynamique de Mouvement et de Réseaux et, d’autre part, par l’exaspération de processus de reconstruction territoriale se fondant sur une histoire « anté-moderne » en quelque sorte et mettant au « goût culturel du jour » de nouveaux [ou d’archaïques] territoires que la modernité avait rendus obsolètes et non-pertinents dans sa mission « civilisatrice et universaliste ».

  • 6 Se rapporter à Maffesolli M., 2000, L’instant éternel. Le retour du tragique dans les sociétés post (...)

7Ces perturbations territoriales, comme il peut exister des perturbations climatiques, placent les scientifiques et notamment les géographes dans une posture de doute et d’incertitude quant à la pertinence de leurs modèles construits. En effet et à titre d’exemple, peut-on encore utiliser le concept de territoire, tel qu’il fut jusqu’alors défini, pour qualifier la multiplicité des espaces festifs et des pratiques qui leur sont rattachées s’ils concernent non plus une communauté localisée mais quelques individus appartenant à plusieurs communautés sans aucun lien socio-spatial rationnel apparent ? Peut-on encore parler de territorialité pour définir les nouvelles façons de pratiquer sa « religiosité » alors qu’elles semblent se fonder sur le temps court de « l’être ensemble », éphémère moment dans un « Ici » qui se voit conférer une éthique esthétique6, le temps de l’événement ? Toujours à titre d’exemple, peut-on dire que les Basques ou les Corses constituent une Nation et que les fondements spatiaux qu’ils revendiquent constituent un territoire politique, un territoire d’identité nationale ?

  • 7 Voir à ce propos, entre autres, les travaux de V Berdoulay et notamment « Le lieu et l’espace publi (...)
  • 8 Se reporter à Velasco-Graciet, 1998, La frontière, le territoire et le lieu. Norme et transgression (...)
  • 9 Se reporter à Claval P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan Université.
  • 10 Voir Piolle X., 1990, « Mobilité, identité, territoires », dans Revue de Géographie de Lyon, Volume (...)

8La préoccupation épistémologique qui taraude les sciences sociales et notamment les géographes apparaît donc aujourd’hui dans la mesure où les concepts familiers semblent de moins en moins opératoires. Face à toutes les nouvelles formes de dynamiques socio-spatiales, fluctuantes et mouvantes, prises dans le rythme des mouvements de biens, d’hommes et d’idées, peut-on qualifier ces nouvelles formes de regroupements socio-spatiaux de territoriales, ces espaces fondés soit sur l’éphémère soit sur le retour au temps archaïque de territoires. La première attitude géographique est en général de s’attacher à la seule recherche de vestiges de ces territoires modernes, à en montrer les avantages pour un meilleur développement, à construire un tableau nostalgique d’une époque qui semble révolue. L’autre consiste à rechercher dans les nouvelles formes de territorialité, les causes, les motivations, les façons de faire aussi tenues soient-elles des nouvelles pratiques et représentations mais pour cela, il a carence d’outils d’approche et de retranscription. Ainsi, les tentatives de qualification conceptuelle menées jusqu’à présent sont-elles encore incertaines pour mettre en avant des concepts de « remplacement » : s’agirait-il de « champ », de « lieu » et d’« anti-lieu »7, d’« ante-lieu »8, d’« espaces marginaux »9ou de « quarantaine », de « territoires nomades »10 etc.

9Si la construction de nouveaux concepts qui semble s’imposer est encore difficile, ne faut-il pas aussi engager une révision des méthodes d’investigations en prenant en compte les acteurs qui participent, aussi modestement soit-il, à la mise en place socio-spatiale de la post-modernité. C’est pour cela que nous proposons d’adopter la posture méthodologique de l’interface acteur-chercheur.

VERS UNE MÉTHODE D’INVESTIGATION ALTERNATIVE : L’INTERFACE ACTEUR-CHERCHEUR

  • 11 Voir, entre autres, Weber M, 1990 (1963), Le savant et le politique, Paris, Plon.

10Revisiter le corpus théorique ne peut pas faire l’économie d’un travail préalable sur les méthodes d’investigation. Aujourd’hui, toujours dans la même logique postmoderne, les scientifiques en sciences sociales s’accordent pour reconnaître une place au sujet ; ainsi, parlent-il de son retour ou de sa réhabilitation. L’utilisation de ces deux termes – retour et réhabilitation – pose effectivement un problème de fond : le sujet est-il né avec la post-modernité ou la période lui permet-elle de se révéler après le temps castrateur de la modernité ayant fait des individus des sortes de clones normés car ayant parfaitement intégré les systèmes de codes ? De plus cette arrivée du sujet sur la scène scientifique tend à briser des barrières, nous pourrions même dire des frontières, entre, par exemple, le monde de l’action et le monde de la recherche, ce dernier ne se voyant plus reconnaître une légitimité a priori11.

  • 12 Méthode proposée par F. Dubet dans Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

11Si ce rapprochement avec le sujet (individuel et collectif) semble nécessaire pour cerner les mutations socio-territoriales contemporaines, les façons de faire ne peuvent plus être envisagées, là non plus, de façon classique. Dans la mesure où l’idéologie dominante va dans le sens du « tout se vaut », la méthode proposée pour un rapprochement avec le sujet se différencie des méthodologies « classiques » héritées, entre autres, de la sociologie et de l’anthropologie dans la mesure ou il s’agit là d’un transfert réciproque de savoir et de savoir-faire, aucun des deux corpus [celui émanant du monde de l’action et celui émanant du monde de la recherche] n’étant inféodé à l’autre12. Le caractère fécond de cette méthode proposée tient bien sûr à sa capacité d’envisager un rapport à l’autre, à son savoir et à son imaginaire, à ne pas enfermer mais à ouvrir, à faire de la géographie une science sensible.

  • 13 Voir Certeau (de) M., 1990, L’invention du quotidien, Paris, Folio-Essai, p. 19 et suivantes.

12Il semble nécessaire aussi de préciser que les modalités de rapprochement et de l’équivalence de traitement entre les deux savoirs s’inscrit dans une démarche particulière et fondée sur l’éthique et ce, pour éviter une instrumentalisation de la géographie par les pouvoirs publics et réciproquement c’est-à-dire de se prémunir de toute légitimation abusive ; pour le dire autrement, le discours scientifique ne devant pas relever de l’expertise13 et le discours émanant du monde de l’action devant faire l’objet, par les chercheurs, d’une réappropriation et d’une conversion en discours scientifique. Ce transfert de savoir entre le monde de l’action et le monde de la recherche part donc du postulat qu’il y a égalité entre savoirs et que le savoir scientifique est un savoir commun comme tout autre savoir dans la mesure où il est contextualisable c’est-à-dire repérable dans le temps et dans l’espace. Ce consensus à propos du caractère contextualisable du discours scientifique, spatialement et temporellement repérable et par là contingent ouvre bien sûr la possibilité d’échanger avec d’autres types de savoir dans l’objectif d’un progrès de sa propre démarche.

  • 14 Ce travail a donné lieu à une communication et une publication : Piolle. X., Tesson F. et Velasco-G (...)
  • 15 Phliponneau M., 1999, La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionne (...)
  • 16 Voir Bailly Α., 1994, « La géographie appliquée », dans Bailly A. (coordonnateur), Les concepts de (...)

13La méthode de recherche proposée est née d’une expérimentation, d’une mise en situation. Ainsi, dans le cadre d’un contrat de recherche liant l’association paloise Prospective et Développement et le Conseil Régional de la Région Aquitaine, nous avons, au sein d’un projet de développement en milieu rural, analysé les conditions de mise en place et de réussite de cet échange, de cette interface acteur-chercheur14. Ce travail s’inscrit dans la suite des travaux ayant constitué, sous l’impulsion de M. Philiponeau, la Géographie Appliquée15, et qui fut tour à tour qualifiée d’active (P. Georges), de volontaire (J. Labasse, J. Gottman, J.-A. Spork), d’applicable (J. Beaujeu-Garnier), d’opérationnelle, de constructive (С. Broggio)16. Mais notre étude même si elle met en évidence d’un certain engagement, d’une certaine militance, ne relève pas d’une seule démarche participante (celle-ci n’étant pas exclue pour autant) mais plutôt d’une façon de mieux comprendre les mouvements de recompositions territoriales et de mettre en place des méthodes d’analyses et de connaissances. Ainsi, lorsque nous avons envisagé un rapprochement avec « le terrain », l’objectif était de nous rapprocher d’individus particuliers, dans le cas présent : le groupe de porteurs de projets. Par cette nouvelle posture, nous avons réussi à dépasser l’opposition de départ entre chercheur et acteur c’est-à-dire à transgresser la frontière séparant les deux sphères de savoirs et de pratiques distinctes matérialisées par tout un système de signes, de symboles et de discours.

14C’est en considérant, d’une part, que pour agir, il ne suffit pas de définir des moyens d’actions et de procédures, mais aussi montrer que les résultats ont du sens [posant de ce fait la nécessité d’une validation à partir de critères d’acceptabilité] et, d’autre part, que pour agir, il ne suffit pas de définir le bien fondé d’une action, mais aussi pouvoir passer à l’action, que l’on se place à l’articulation entre recherche et action. C’est dans ce champ de rencontre que l’échange est possible et envisageable. Il s’agit donc de construire, en tout premier lieu, une zone d’interface, de rencontre qui apparaît comme un cadre de consensus possible entre acteur et chercheur, consensus fondé sur l’intentionnalité réciproque des partenaires. Ce cadre construit, les règles de fonctionnement s’y établissent par la construction d’un langage et de méthodes partagées pour aller vers un effacement progressif des distinctions de chacun. Malgré tout à l’intérieur de ce cadre d’alliances chacun – acteur et chercheur – garde son statut propre au travers de ses connaissances spécifiques, de ses savoirs et savoir-faire propres. Il s’agit, pour un temps donné, que s’opère une sorte « d’entrecroisement de savoirs ».

Notes

4 On reconnaît d’ordinaire à la réforme de Clisthéne (VIe siècle avant J.-C.) une paternité de la démocratie. Or l’essentiel du changement qu’elle réalise ne consiste-t-il pas à faire des territoires (nomos) le cadre d’expression de la volonté politique collective ?

5 Voir à ce propos, entre autres, Gerbaux F. (sous la direction), 1999, Utopie pour le territoire. Cohérence ou complexité ?, Paris, L’Aude Editions.

6 Se rapporter à Maffesolli M., 2000, L’instant éternel. Le retour du tragique dans les sociétés postmodernes, Paris, Denoël.

7 Voir à ce propos, entre autres, les travaux de V Berdoulay et notamment « Le lieu et l’espace public », dans Cahiers de Géographie de Québec, Vol 41, n° 14, p. 301-309.

8 Se reporter à Velasco-Graciet, 1998, La frontière, le territoire et le lieu. Norme et transgression dans les Pyrénées Occidentales, Thèse de Géographie, université de Pau et des Pays de l’Adour.

9 Se reporter à Claval P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan Université.

10 Voir Piolle X., 1990, « Mobilité, identité, territoires », dans Revue de Géographie de Lyon, Volume 65, n° 3, p. 149-154.

11 Voir, entre autres, Weber M, 1990 (1963), Le savant et le politique, Paris, Plon.

12 Méthode proposée par F. Dubet dans Sociologie de l’expérience, Paris, Seuil.

13 Voir Certeau (de) M., 1990, L’invention du quotidien, Paris, Folio-Essai, p. 19 et suivantes.

14 Ce travail a donné lieu à une communication et une publication : Piolle. X., Tesson F. et Velasco-Graciet H., 1997, « Projet d’aménagement et de développement, projet de recherche et interface acteur-chercheur », dans Actes des troisièmes journées de Projectique, Bayonne-Saint-Sébastien, II-12 décembre 1997, Bayonne, p. 169-179.

15 Phliponneau M., 1999, La géographie appliquée. Du géographe universitaire au géographe professionnel, Paris, Armand Colin.

16 Voir Bailly Α., 1994, « La géographie appliquée », dans Bailly A. (coordonnateur), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Masson, p. 227-231 et Broggio C, 1997, « Géographie appliquée et géographes professionnels : la fin de l’exception française », dans Knafou R. (sous la direction de), L’état de la géographie : autoscopie d’une science, Paris, Belin, p. 298-314.

1 Hélène Velasco-Graciet, Maître de Conférences en géographie à l’Université Pierre Mendés-France (Grenoble), chercheur au LAMA-TEO et chercheur associé au SET, a exercé presque dix années comme Attachée de Préfecture à Limoges et à Pau après une formation de Droit Public. Les questions engendrées par la mise en place des programmes INTERREG dont elle était en charge à la Préfecture de Pau, l’ont amenée à se rapprocher de la Géographie Universitaire et notamment du SET. Une thèse sur le concept de frontière lui à permis d’être recrutée à Grenoble tout en poursuivant avec le SET des coopérations informelles en particulier des recherches conjointes entre les deux UMR et relatives à la problématique « Le Territoire et l’interface acteur/chercheur ».

2 Michel Catuhe, juriste d’entreprise, a longtemps dirigé le département de fiscalité d’Elf. Conseiller Municipal de Pau, il s’est occupé du développement de la zone Pau-Lacq. Mis à disposition de SET pour Elf, il s’intéresse en tant que chercheur à la problématique « Territoires/projets » et préside depuis quatre ans « Prospective et développement », association d’interface acteurs/chercheurs en collaboration avec le SET, en particulier sur le programme « Territoire et Développement » traitant plus particulièrement du projet de la recomposition territoriale et de la Gouvernance locale.

3 Xavier Piolle, Directeur de Recherche au CNRS, depuis peu Emérite, s’est intéressé dès les années 70 aux pratiques territoriales, à travers les quartiers urbains. Responsable de l’équipe appelée aujourd’hui SET, il y a posé un regard renouvelé sur « Territoires et Mouvements ». Il a fondé avec les acteurs de l’aménagement, une association (Prospective et Développement) d’interface entre acteurs et chercheurs et sur les principes d’innovation qui lui sont liées.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540