Version classiqueVersion mobile

Guerre et jeu

 | 
Achim Küpper
, 
Kristine Vanden Berghe

Partie I. Enjeux historiques et politiques

Chapitre 3. La règle du jeu nucléaire et la question communicationnelle

De la réflexion théorique au cinéma de fiction

André Dumoulin

Texte intégral

1Quel beau thème que celui de « guerre et jeu » : il renvoie à bien des champs d’expérience et de réflexion, et ouvre la voie à de nouvelles perspectives de recherche transversales. En ce qui me concerne, il m’autorise à rebondir sur ce qui fonde le discours classique de la dissuasion, à savoir la théorie des jeux, pour finalement aborder la question communicationnelle. Cette contribution se répartit dès lors en deux volets. Le premier résumera des réflexions fondamentales quant au sujet de la guerre et du jeu à la lumière de la question nucléaire et de la théorie des jeux. Le deuxième traitera d’illustrations artistiques relatives à ce thème, que nous donnent certains films de fiction nucléaire, en relation avec la question communicationnelle.

Réflexions théoriques

  • 1 Robert J. Aumann et Sergiu Hart (dirs.), Handbook of Game Theory with Economic Applications, Amster (...)

2Nous n’allons pas plonger dans les formules mathématiques autour de la théorie des jeux. Ce n’est pas l’objet de cette contribution. Reste que les auteurs qui s’y sont frottés ont apporté les outils facilitant la programmation des ordinateurs (Wiener), la théorie des automates avec John von Neumann, l’économie mathématique moderne avec Oskar Morgenstern et Abraham Wald. La théorie des jeux a connu des développements très riches qu’Aumann et Hart ont rassemblés dans leur Handbook of Game Theory1.

3Les relations entre guerre et jeu parcourent la pensée stratégique au cours de l’histoire, même si le brouillard de la guerre, qui ne s’est jamais estompé, et encore moins lors des conflits asymétriques, rend la lecture guerrière encore plus complexe. Guerres asymétriques qui se rapportent d’ailleurs davantage au jeu de go et à ses caractéristiques comme nous le rappelle Achim Küpper dans l’introduction de cet ouvrage à propos du terrorisme, alors que nous sommes dans le jeu d’échecs dès qu’il s’agit d’affrontement direct de type classique.

  • 2 Cf. à ce sujet Barry O’Neill, « Game Theory Models of Peace and War », dans ibidem. Thomas Schellin (...)
  • 3 Schelling, op. cit., p. 3 et 5.

4Dans la stratégie nucléaire particulièrement, plusieurs auteurs ont pratiqué la théorie des jeux2. Nous ne pouvons leur en vouloir à la lumière des mots-clés qui y sont associés. Jugeons-en : évaluation, utilité, jeu à somme nulle3, gagnant et perdant, signaux, communication préalable, risque, probabilité, décision, choix, psychologie des adversaires, manipulation des probabilités, solution coopérative, gain minimal assuré, rationalité collective, etc.

5L’association hasard, calcul et pari est de mise ; avec, au firmament oserais-je dire, la menace apocalyptique. Thomas Schelling s’est servi de cette théorie des jeux pour aboutir à un refus raisonnable – celui du jeu à somme nulle, qui équivaut à la formule selon laquelle ce que gagne l’un équivaut à une perte pour l’autre. Nous sommes ici dans le pur conflit, la lutte pour la survie ou la somme négative, où tout le monde est perdant. Devant cette situation particulièrement instable poussant à la doctrine du First strike, la Guerre froide nous offrit aussi l’Arms control et des formes de coopération minimale afin de « s’en sortir » sans coût exorbitant.

6Mais ici aussi, la théorie des jeux, aussi séduisante soit-elle par ses calculs de probabilités, se limite aux aspects de pure rationalité de la part des acteurs en présence. Elle pouvait et peut encore se heurter à la réalité que sont l’imprévisibilité humaine, le bluff, le chantage, l’intimidation et le fameux grain de sable jamais modélisé. Quantifier par la théorie du choix rationnel et de la décision interdépendante reste un exercice à haut risque, davantage encore aujourd’hui, quand le paysage nucléaire est plus complexe et paradoxalement moins stable que durant la guerre froide.

7Déjà, à l’époque, l’existence d’un troisième larron nucléaire, à savoir la force de frappe française, avait assurément perturbé le duopole nucléaire adversaire-partenaire russo-américain. À tel point d’ailleurs que l’Élysée ne révéla jamais la zone de patrouille de son sous-marin nucléaire lance-missiles stratégiques à ses alliés américains, afin d’éviter une malencontreuse bavure : celle de voir le sous-marin français chassé et coulé « par inadvertance » par l’US Navy ; ceci afin de rétablir la stabilité entre les deux protagonistes, l’Hexagone étant par sa politique de dissuasion et son coup de semonce en premier recours, particulièrement incontrôlable.

8Avec de nouveaux États nucléaires comme l’Inde, le Pakistan, Israël ou la Corée du Nord, la théorie des jeux devient particulièrement complexe, et même suicidaire, au vu de la diversité des enjeux, des cultures politiques, des postures psychologiques. Tout ne peut être mathématisé sans risque, et la théorie des jeux n’est pas une stratégie en soi. La dialectique des volontés est dans la tête davantage que sur ordinateur.

9Ceci dit, précisons les termes et les champs avant d’aborder quelques exemples tirés du septième art nucléaire. Le paysage nucléaire durant la guerre froide a pu facilement servir de modèle à la théorie des jeux, la bipolarité facilitant et simplifiant les constructions mathématiques.

  • 4 Klaus Jürgen Gantzel, « Armaments Dynamics in the East-West Conflict : an Arms Race ? », The Papers (...)

10Nous étions dans le duel virtuel dans les zones sanctuarisées, dans la dynamique de l’action-réaction, parfois sans référence à l’autre, si l’on part du constat du poids qu’a le complexe militaro-industriel fonctionnant autour de mythes de menaces (Bomber gap, Missile gap, Star Wars gap) ou d’intégrations technologiques « autistes », à savoir de nouveaux systèmes d’armes ne répondant pas nécessairement et directement à un système concurrent ou contournant. Il nous est alors donné à relire les travaux de Gantzel4 ou de Joxe.

  • 5 Via les armes nucléaires tactiques ou les anti-missiles.

11Autour de ces cadres va se construire la dialectique de la dissuasion qui peut être une dissuasion par interdiction, où l’on persuade l’adversaire qu’il ne parviendra pas à ses fins, ou une dissuasion par menace de représailles5. Il existe bon nombre de définitions autour du mot « dissuasion », mais toutes évoquent l’idée de neutralisation. Cette dissuasion est une stratégie qui se donne pour but de détourner un adversaire d’une initiative en lui faisant prendre conscience que l’entreprise qu’il projette est irrationnelle, puisqu’il subira des conséquences sans commune mesure avec les gains escomptés au vu du caractère apocalyptique et des effets différés des armes de destruction massive.

  • 6 François Géré, Dictionnaire de la pensée stratégique, Paris : Larousse-Bordas, 2000, p. 79.
  • 7 Olivier Kempf, L’OTAN au xxie siècle, Paris : Artège, 2010, p. 389.
  • 8 Michael Walzer, Guerres justes et injustes, Paris : Belin, 1999, p. 363.

12Il s’agit bel et bien d’une stratégie « visant, par le conseil ou la menace, à convaincre un adversaire de renoncer à l’action envisagée6 », cas archétypique de décision dans l’indétermination, pour reprendre la formule d’Olivier Kempf7. Ou celle de Michael Walzer8, pour qui la dissuasion est la menace d’une riposte immorale à une possible attaque immorale. Devant la hantise du suicide collectif par les destructions mutuelles assurées, nous en venons à la circonspection. Il s’agit avant tout d’un duel psychologique, à l’image de l’école américaine behavioriste, faisant jouer des facteurs d’ordre politique, social et moral.

  • 9 Jean Guitton, La Pensée et la guerre, Paris : Desclée de Brouwer, 1969, p. 21.
  • 10 Jacques Bonnemaison, « La dissuasion aux abois ? », Défense nationale, 465, 1986, p. 11.

13La dissuasion est un jeu dialectique entre le risque et l’enjeu, entre le coût/bénéfice et la proportionnalité. Elle est donc un mode particulier de l’interdiction, pour reprendre une terminologie militaire conventionnelle. Elle est aussi un acte philosophique9 au vu de la capacité d’autodestruction qu’elle recèle. « Être dissuadé, pour un agresseur, c’est voir dans l’œil même de celui que l’on veut agresser, le film aveuglant et inéluctable de sa propre mort10. » Nous sommes bel et bien dans la métastratégie, néologisme du grand théoricien Lucien Poirier.

14Mais ce jeu requiert des logiques assez paradoxales, ce qui suscite souvent questionnements, doutes ou même contestation du discours de la dissuasion. Ces logiques sont de plusieurs ordres.

15Primo, la dissuasion ne peut opérer que si les signaux émis sur la volonté d’emploi sont pertinents ; ceci afin d’imposer la retenue chez l’adversaire potentiel et de le convaincre de l’impuissance réciproque à se nuire dans le champ du nucléaire. Nous sommes ici dans le jeu subtil entre intention et capacité. Le bluff comme le poker ne sont pas loin et le No first use, à savoir le non-emploi en premier comme doctrine, reste un contresens antinomique avec le jeu même du discours de la dissuasion.

  • 11 Albert Legault et Georges Lindsey, Le feu nucléaire, Paris : Seuil, 1973.

16Dans cette dialectique, la maîtrise du message est essentielle. La menace, pour être crédible, ne peut donc être proférée à tout instant, pour dissuader n’importe qui et de n’importe quoi (Legault et Lindsey11). On doit plutôt y associer les enjeux vitaux et jouer dans les incertitudes de l’action. Relevons plus précisément que la notion de paliers, les coups de semonce nucléaires, le découplage transatlantique, la riposte graduée (Graduated deterrent) et flexible (Flexible response), les euromissiles, la modularité de portée et de puissance des charges, le degré d’échelles de la violence autour des travaux d’Herman Kahn ou l’installation des anti-missiles sont autant de tentatives, de moyens ou d’illusions scientifiques et mathématiques de contrôler et de maîtriser la montée aux extrêmes, la contourner, l’éviter.

17Herman Kahn, dans son ouvrage fameux sur L’Escalade, imagina quarante-quatre barreaux de stades successifs d’intensité dans les champs classiques et nucléaires avec six paliers de rupture dans la montée aux extrêmes. Cette théorisation impliquant la volonté – du reste illusoire – de maîtriser l’escalade ne pouvait correspondre au réel et à la loi des incertitudes, des impondérables et des mauvais signaux. Rappelons-nous que Clausewitz déduisit quant à lui que la guerre est soumise à une loi d’ascension aux extrêmes et que celui qui ne recule devant aucune effusion de sang prend l’ascendant sur celui qui n’agit pas de même.

  • 12 Andrew Wilson, La guerre et l’ordinateur, Paris : Robert Laffont, 1969, p. 148.
  • 13 William I. Zartman et Guy Olivier Faure, Escalation and Negotiation in International Conflicts, Cam (...)

18Durant la guerre froide, bien des jeux de guerre nucléaire furent réalisés dont celui du Pentagone dénommé SAGE mené entre 1960 et 1963, simulant un « échange nucléaire total et universel12 » indiquant l’avantage américain en cas de conflit thermonucléaire. Ce jeu demanda trois ans de préparation et il fallut cinq mois pour le jouer. Zartman et Faure insistent, quant à eux, sur l’importance de la négociation pour réduire le jeu de l’escalade, afin de tenter de résoudre impasses, mauvaise perception de la menace et autre course aux armements13.

19Secundo, la dissuasion nucléaire n’est crédible qu’à partir du moment où l’emploi est possible et perçu comme tel par l’adversaire potentiel. C’est ici le principe de la plausibilité, de la crédibilité des outils dont celui de la capacité de représailles par le maintien et la survie des forces nucléaires associées à une seconde frappe. C’est ce qui a fondé la décision de placer des bombardiers en alerte en vol durant la guerre froide, le durcissement des silos, la mise en place des missiles mobiles sur rail et sur route et des sous-marins en patrouille comme moyen hautement invulnérable par sa discrétion acoustique et ses dérobades à une confrontation avec des « hunter-killer » (sous-marins nucléaires d’attaque).

  • 14 Cf. André Dumoulin, « Eléments modérateurs dans l’évaluation du rapport des forces et dans la perce (...)

20Dans cet espace techno-nucléaire, la prise en compte de la pondération14 dans les frappes simulées est essentielle, entre erreur circulaire probable, résistance des matériaux, degré de furtivité, manœuvrabilité, niveau d’alerte, sécurité et sûreté, effet fratricide, rapidité dans le targeting, etc.

21Tertio, la dissuasion doit être aussi considérée comme un concept politique dont le langage « gesticulatoire » est centralisé et défini par le politique, avec l’aide du stratège, de l’ingénieur et du militaire. C’est le principe d’autorité et de centralité. Nous percevons aisément que dans le jeu verbal, les questions fondamentales sont aussi celles du « qui dissuade qui » et « de quoi » ?

  • 15 Claude Delmas, L’âge nucléaire, Paris : PUF, 1974, p. 19.
  • 16 Graham T. Allisson et Philip Zelikow, Essence of Decision. Explaining the Cuba Missile Crisis, New (...)

22Quand le jeu échoue, nous sommes dans le seuil de nucléarisation, à savoir ce lieu géométrique des considérations psychologiques, politiques et techniques15 en fonction desquelles le recours à l’armement nucléaire présente plus d’avantages que de risques. Avec, comme scénarios connexes, d’autres facteurs pouvant créer la rupture comme les données périmées, les mauvaises interprétations, les calculs illogiques, les décisions irrationnelles associant les modèles organisationnels et bureaucratiques, pour reprendre les travaux classiques de Graham T. Allison16, et enfin les aspects psychologiques des dirigeants. À ceci près que parfois il n’est pas opportun de paraître rationnel. J’y reviendrai bientôt.

23Dès lors, du point de vue sémantique, si l’arme nucléaire est effectivement mise en œuvre, il y a bien échec de la dissuasion. Nous ne sommes plus alors dans la dissuasion mais dans la guerre, nous avons quitté le jeu virtuel pour le réel du jeu « confrontationnel » incertain.

24Nonobstant cette précision, une des conséquences du jeu de la dissuasion est qu’il y a en permanence contradiction, en philosophie morale je précise, entre le discours politique visant à dissuader de l’agression et le discours de crédibilisation de la frappe de représailles au moyen d’armes non discriminatoires. Et cette « rationalité dans l’irrationnel » va dépendre au final du « raisonnable » des différents partenaires-adversaires de ce jeu dialectique ; sachant par ailleurs que la dissuasion se doit de raisonner non pas en fonction de l’identité de l’agresseur potentiel, virtuel ou avéré, mais par rapport à ce qui est en jeu, c’est-à-dire le sanctuaire, les intérêts vitaux, les intérêts fondamentaux, les alliés.

25Voyez comment le jeu se complique car les facteurs de crédibilisation de la stratégie politique du discours de la dissuasion imposent plusieurs conditions :

  • l’existence d’un langage commun à tous les partenaires nucléaires, y compris la protection des canaux communicationnels (téléphone rouge, téléscripteur rouge, liaisons satellitaires protégées) ; toutes choses construites entre les deux grands tout comme ces toutes dernières années entre l’Inde et le Pakistan. Maintenir et protéger les canaux communicationnels garantit la négociation/coopération et réduit les mauvaises interprétations. Mieux, pour De Raymond, « la dissuasion doit chercher à pénétrer ce que ressent l’adversaire et s’assurer qu’il reconnaît vraiment la situation comme le tenant “en respect17” » ;
  • l’existence d’un dictionnaire interprétatif et doctrinal dynamique répondant à l’évolution des paramètres technico-stratégiques avec la dialectique entre offensive et défensive. Nous sommes ici dans le choc des pensées stratégiques18 et de leurs jeux d’influence par-delà les murs et les rideaux. Citons Ray, Holsti, Kahn, Schelling, Kissinger, Aron, Beaufre, Gallois, Poirier, Knoor, Gray, Freedman, Brodie, Sokolovski, Ogarkov, Ustinov, Brossolet, Steinbruner, Wohlstetter ;
  • l’existence permanente de l’explication publique de la doctrine et des enjeux, d’où l’importance des discours aux citoyens et des politiques de persuasion et d’adhésion aux politiques nucléaires nationales et aux budgets y associés ;
  • l’existence d’un arsenal crédible et protégé qui ne peut être « neutralisable » par une frappe désarmante préventive.

26Conjuguée à toutes les sauces, la dissuasion le fut et l’est encore : dissuasion du faible au fort, proportionnelle, existentielle, du fort au « fou », tous azimuts, par constat, concertée, minimale, virtuelle, élargie. En outre, bien des accords entre une puissance nucléaire et un allié acceptant son concours à un usage en double clé contiennent des éléments essentiels de communication, de contrôle, de sécurité et de sûreté (cf. encadré belge plus bas).

27D’autres accords et arrangements techniques furent signés, puis amendés et actualisés, comme probablement ceux concernant les travaux WS-3 à Kleine Brogel, le transport des ogives, l’utilisation par les États-Unis d’aérodromes belges et affectés en tout ou en partie à l’OTAN, les aspects logistiques, les télécommunications américaines à partir de la Belgique concernant en partie les ordres présidentiels, les aspects financiers, le transit, etc.

  • 19 Chaliand, op. cit., p. 80.

28Mais l’assise de base reste : « Inhiber la volonté de l’adversaire à travers la certitude que le coût de l’agression est disproportionné par rapport à l’enjeu19. » Nous sommes dans la persuasion, comme ce discours du général de Gaulle durant la guerre froide : « Dans dix ans, nous aurons de quoi tuer 80 millions de Russes. Eh bien je crois qu’on n’attaque pas volontiers des gens qui ont de quoi tuer 80 millions de Russes, même si on a soi-même de quoi tuer 800 millions de Français, à supposer qu’il y eût 800 millions de Français. »

29Mais évidemment, le jeu nous revient par la fenêtre car nous sommes dans les probabilités. Probabilité que les représailles soient efficaces ; probabilité qu’elles soient réellement engagées ; probabilité technique de la menace dissuasive.

  • 20 Montbrial, op. cit., p. 190.

30Cela devient complexe dès lors qu’il faut aussi évaluer le jugement que le « dissuadeur » porte sur les estimations faites par le dissuadé ; le jugement que le dissuadé porte lui-même sur les probabilités que je viens d’énoncer ; enfin, le jugement que le « dissuadeur » porte sur ses propres capacités20.

  • 21 Armelle Le Bras-Chopard, La guerre. Théories et idéologies, Paris : Montchrestien, 1994, p. 112-113

31En vérité, dans ce jeu, « les doctrines nucléaires font apparaître que l’acte de dissuader s’appuie sur un système où les décisions de chacun des acteurs dépend des anticipations sur les intentions des autres acteurs (et des anticipations que ceux-ci pourraient eux-mêmes faire de ces décisions21) ».

  • 22 Schelling, op. cit., p. 135-136.

32Derrière ces dialectiques, le canal communicationnel22 est vraiment essentiel, qu’il s’agisse de « partager » de manière redondante les informations ouvertes sur son propre arsenal, ses capacités, sa doctrine nucléaire générale, sa politique nucléaire, ses propres systèmes de valeurs. Le message doit être perceptible et intelligible par le récepteur, afin d’éviter les écarts de sens. En temps de crise, les canaux informels sont de pratique courante.

Accords entre la Belgique‚ les États-Unis et l’OTAN relatifs au nucléaire • l’accord d’aide pour la défense mutuelle entre les États-Unis d’Amérique et la Belgique, du 27 janvier 1950 ; • la Convention, conclue entre les États partie au Traité de l’Atlantique Nord, sur le statut de leurs forces, et son annexe, signés à Londres le 19 juin 1951 et approuvés par la loi du 9 janvier 1953 à savoir le droit de police pour les forces américaines localisées dans les camps, établissements et autres installations occupés par elles en Belgique ; • l’accord sur l’aide pour la défense mutuelle excédentaire et redistribuable entre la Belgique et les États-Unis d’Amérique, du 17 novembre 1953 ; • l’accord du 22 janvier 1960 entre le gouvernement belge et le gouvernement américain relatif aux munitions nucléaires qui restent la propriété des États-Unis ; • l’accord sur le volet militaire (relatif aux munitions nucléaires qui restent la propriété des États-Unis) conclu le 7 avril 1960 entre le commandant de l’US Army en Europe (le général Eddleman) et le chef d’État-major de l’armée belge, le général Cumont ; • l’arrangement technique du 4 octobre 1960 (par la suite mis à jour) au sujet des systèmes d’opérations atomiques par avions à équipage de la Force Aérienne belge et aux installations y associées ; • l’accord de coopération du 17 mai 1962 entre le gouvernement belge et le gouvernement des États-Unis d’Amérique relatif à l’usage de l’énergie atomique à des fins de défense mutuelle ; • l’arrangement technique du 2 février 1972 entre le ministre de la Défense, le général Vivario et le commandant en chef de l’armée des États-Unis en Europe, relatif à l’approvisionnement et services au profit des forces armées des États-Unis à Kleine Brogel ; • l’arrêté royal belge du 27 septembre 1991 sur le plan d’urgence pour des risques nucléaires pour le territoire belge, prévoyant que le ministre de la Défense nationale exerce des compétences générales en matière d’activité nucléaire dans les installations militaires (mesures à prendre au sein de la force armée en cas d’accident ou d’augmentation anormale du taux de radioactivité ambiante) ; • l’arrêté royal belge du 11 mai 1971 portant sur le règlement général militaire de la protection civile contre le danger des radiations ionisantes (alerte générale aux populations et interventions des services d’incendie si accidents dans la base ou lors des transports nucléaires). Source : André Dumoulin et Quentin Michel, La Belgique et les armes nucléaires, Courrier hebdomadaire du CRISP, no 1871-1872, Bruxelles : CRISP, 2005, p. 22-23.

33Entre parenthèses, en négatif, la destruction de la communication par frappes de décapitation ou explosions électromagnétiques stratégiques peut être un élément déterminant, que ce soit pour affaiblir un processus de dissuasion ou pour faire appel à une situation de négociation tacite qui semble plus avantageuse à l’un des acteurs.

  • 23 Attaque aérienne, invasion, blocus naval, négociation informelle, passivité.
  • 24 Executive Committee of National Security Council. (Sheldon M. Stern, Averting « The Final Failure » (...)

34Au-delà, nous avons perçu par exemple combien la crise des missiles de Cuba fut associée à une redondance de canaux communicationnels formels et informels : communications destinées aux opinions publiques, communication entre Américains et Russes, communications entre Russes et Cubains, échanges communicationnels et rivalité sur les options à prendre par la Maison blanche23 entre les différents points de vue symbolisés par les différents acteurs de l’ExCom24 crée en urgence par le président Kennedy.

  • 25 Lucien Poirier, Des stratégies nucléaires, Paris : Hachette, 1977, p. 148.

35Tout est donc une question d’interprétation du message du « dissuadeur » par le récepteur. Et chaque crise nucléaire « constitue […] d’irremplaçables expériences pédagogiques25 » dès l’instant où le langage commun s’élabore sous la pression de l’événement et la gravité des conséquences d’une confrontation entre adversaire-partenaire.

Le cinéma de fiction nucléaire

  • 26 Cf. André Dumoulin, Stratégies militaires et idéologiques politiques à travers la production cinéma (...)

36Mais venons-en au deuxième volet de cette contribution : à plusieurs illustrations récréatives que nous pouvons trouver dans les œuvres de fiction nucléaire du septième art26. Nous laisserons de côté de multiples films de série Z autour du nucléaire militaire, contenant d’innombrables invraisemblances. Certes, les autres sont plus réalistes mais ne sont pas nécessairement exempts d’erreurs et d’approximations tactiques, stratégiques ou doctrinales.

  • 27 Citons également Le téléphone rouge (1963) de Delbert Mann ; Le dernier rivage (1959) de Stanley Kr (...)
  • 28 Michel Chion, Stanley Kubrick, l’humain, ni plus ni moins, Paris : Éditions des Cahiers du cinéma, (...)

37Nous pouvons trouver par contre en qualité dans une sélection non exhaustive27 le remarquable film Point Limite (Fail Safe) de Sidney Lumet (USA, 1964) avec Henry Fonda dans le rôle du président américain. Une autre version également en noir et blanc, fut réalisée par Stephen A. Frears en 2000, avec Richard Dreyfuss comme président et George Clooney dans un rôle de pilote de bombardier Convair B-58 « Hustler ». Dans les deux scénarios, il s’agit d’un dysfonctionnement d’un ordinateur du ministère de la défense qui déclenche la transmission de codes d’attaque nucléaire à plusieurs bombardiers nucléaires américains. Dans ces films, la difficulté à rappeler le bombardier qui réussit à traverser les défenses est très riche en matière de communications en interne mais aussi entre les présidents. On nous montre un traducteur américain « soucieux d’interpréter les intonations en même temps qu’il traduisait le sens des mots28 » du président russe. Au final, Moscou et New York sont sacrifiés « méga-tonniquement » ; la seconde ville étant la victime expiatoire au vu des responsabilités américaines dans le déclenchement de l’agression ; ville donc offerte à la nucléarisation comme gage du refus des deux partis d’être entraînés dans de nombreux échanges nucléaires cataclysmiques.

38Nous pourrions nous pencher sur la question du maintien des canaux communicationnels entre Russes et Américains dans le film La Somme de toutes les peurs (The Sum of All Fears) de Phil Alden Robinson (USA, 2000) avec Ben Affleck et Morgan Freeman, où le PC aérien pour les ordres de riposte permet le maintien, certes difficile et suspicieux, des liens entre Moscou et Washington. Nous pouvons également nous pencher sur les communications autour d’interprétations relatives à certains événements déstabilisants en Russie lors d’une réunion au Sénat américain, à la Maison blanche et au Kremlin, puis par la suite dans le jeu de l’escalade et de la désescalade autour des DEFCON à partir des PC de guerre et autres postes de commandement aéroporté. Mieux, rappelons-nous les signaux subtils envoyés par le président russe aux Américains afin de leur indiquer qu’il subit une déstabilisation dans son pays venant d’anciens généraux communistes, eux-mêmes instrumentalisés par les néonazis désirant monter les deux grandes puissances l’une contre l’autre.

39Le film Aux postes de combat (The Bedford Incident) de James B. Harris (USA, 1965) avec Sydney Poitier et Richard Widmark nous montre l’enchaînement des ordres tactiques et la montée des tensions communicationnelles et hiérarchiques interpersonnelles au sein de l’équipage en régime d’alerte constant aboutissant à un échange meurtrier entre un destroyer américain et un sous-marin russe, faisant jouer une torpille nucléaire que je qualifierais de « communiste » et un ASROC nucléaire anti-sous-marin que je qualifierais de « capitaliste ». C’est la difficulté de communiquer dans une atmosphère belliciste autant que les messages non verbaux et autres manœuvres empêchant toute porte de sortie au submersible russe qui aboutiront à l’inexorable létalité, à savoir la destruction réciproque des deux bâtiments de guerre.

40Le film Le Pacificateur (The Peacemaker) de Mimi Leder (USA, 1998), avec Nicole Kidman et George Clooney, est un film qui démontre toute la question de la communication autour du degré de pertinence d’associer une explosion nucléaire avec le terrorisme, mais aussi les échanges d’informations collaborantes entre Moscou et Washington. Puis, rappelons-nous celui sur les faux signaux, les fausses alertes et les fausses interprétations dans Wargames de John Badham (USA, 1983) ainsi que celui sur la communication délicate par l’intermédiaire du « morse au périscope » entre un sous-marin nucléaire d’attaque américain et un sous-marin nucléaire stratégique russe en désertion. Je parle de À la poursuite d’Octobre rouge (The Hunt for Red October) de John McTiernan (USA, 1989).

41Le remarquable film Thirteen Days de Roger Donaldson (USA, 2001) avec Kevin Costner, reprenant de manière fictionnelle la crise des missiles de Cuba, dont les multiples communications transversales entre les différents acteurs.

42Dans USS Alabama de Tony Scott (USA, 1995) avec Gene Hackman, l’intérêt sera de se pencher sur la question des communications et transmissions d’ordre nucléaire à partir de systèmes de sécurité interne et des procédures redondantes autour des communications VHS. Le film expose particulièrement bien toute la question de la confirmation finale des ordres politiques, via la mise en action des combinaisons de codes et des procédures de tir. Comme pour Aux postes de combat, nous sommes aussi ici face à des oppositions sur la perception de la menace, la conception des rapports de forces nucléaires avec l’adversaire potentiel et la vision de l’environnement géostratégique du point de vue idéologique.

43Dans Broken Arrow de John Woo (USA, 1995) avec John Travolta, la thématique communicationnelle concerne l’intégration des codes d’armements de charges thermonucléaires B-83, leur activation, désactivation, neutralisation, les effets électromagnétiques sur les communications et le refus de communiquer à l’opinion publique que le tremblement de terre était dû à une explosion nucléaire souterraine.

  • 29 Cf. André Dumoulin, Analyse d’un film satirique ou Comment j’ai appris à m’en faire et à aimer la B (...)

44Mais le film le plus riche en cette matière, véritable morceau d’anthologie, est Docteur Folamour où comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la Bombe (Dr Strangelove or : How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb) de Stanley Kubrick (UK, 1964). Ce film est très riche d’interprétations, de symboles et de sens29, Dr Strangelove contenant bon nombre de séquences autour des questions communicationnelles.

45Pour le scénario de ce film satirique,

  • 30 Serge Sur, « Trois visions de la guerre froide », Paris : Centre Thucydide, Sorbonne, 21 mars 2009, (...)

un général américain pathologiquement anti-communiste a résolu de détruire préventivement l’Union soviétique en lançant une attaque nucléaire contre elle. Il a pris le contrôle de la base qu’il dirige et fait en sorte que l’attaque soit irréversible. Les dirigeants politiques, président des États-Unis en tête, mais aussi un officier de liaison britannique dans la base, tentent d’empêcher la catastrophe – car l’URSS a les moyens d’une riposte automatique qui conduira à la destruction mutuelle assurée, base même de la dissuasion nucléaire. Il faut en venir à des solutions extrêmes : abattre en vol les avions que l’on ne peut rappeler, offrir aux Soviétiques une destruction limitée mais équivalente à celle qu’ils subiront de la part des appareils encore en service, cependant que l’on s’efforce de reprendre la base par la force. Le contact est donc établi avec l’URSS, son ambassadeur appelé à assister aux délibérations du Président. L’attitude de certains militaires américains est toutefois équivoque, cependant que le Dr Folamour, savant allemand concepteur de la stratégie et nazi mal repenti, explique aux dirigeants américains qu’ils échapperont à la catastrophe par une vie souterraine durant laquelle ils auront toutes les facilités à leur disposition, pourront faire repartir la civilisation après cette grande purge, avec notamment un accès illimité aux femmes pour repeupler un monde détruit. Le film s’achève par une explosion nucléaire annonciatrice de la destruction générale, l’un des avions ayant atteint sa cible.30

46Sans entrer dans les détails, les notions de communications (et donc aussi de jeu) se retrouvent dans plusieurs séquences ; sauf qu’elles sont grippées, aboutissant à la montée aux extrêmes :

47Primo, la mise en quarantaine d’une base aérienne par le général Ripper rendant difficile la communication avec le Pentagone.

48Secundo, la communication souterraine se déroulant au Pentagone visant à expliquer la situation de crise où s’affrontent le général Buck Turgitson d’un côté et le président américain de l’autre.

49Tertio, le verrouillage communicationnel autour du CRM-114 au sein du bombardier B-52, puis sa neutralisation totale après l’interception du missile sol-air, entraînant l’impossibilité de rappeler ce bombardier-là, qui avait atteint le point de Fail safe.

50Quarto, les paroles à consonance sexuelle entre le général fou et le capitaine anglais, Mandrake, ce dernier tentant de connaître le code de rappel des bombardiers.

51Quinto, les échanges surréalistes via le téléphone rouge entre le président américain et l’ambassadeur russe mais aussi et surtout entre le président américain et le président russe Dimitri dans les sous-sols du Pentagone, dont le retour au discours de la dissuasion dans sa version pervertie, la machine infernale automatique des Russes n’ayant de sens que si son existence avait été révélée dès sa mise en activation opérationnelle. Sans cela, la dialectique de la dissuasion ne pouvait être engagée autour de la circonspection. Machine nucléaire en réseaux de bombes interconnectés au cobalt thorium G, dit du jugement dernier, renvoie donc aux paroles d’un Docteur Folamour, conseiller et ancien nazi, qui, dans la bouche de Peter Seller, assène cette vérité : « C’est que tout le principe de la machine infernale n’a aucun sens si on ne le dit à personne ! Pourquoi l’avez-vous gardé secret ? »

52Sexto, la course contre la montre verbale pour tenter de rappeler les bombardiers en pénétration.

53Septimo, la communication fabuleuse où le président américain indique aux Russes comment abattre les B-52 dépassant le point de non-retour ; responsabilisation rappelant le film « Point limite » de Sydney Lumet.

54Octo, la séquence sur la communication dans ce B-52 autour des nouveaux objectifs à détruire au moyen de bombes thermonucléaires américaines exprime toute l’importance de connaître la planification stratégique afin d’intervenir dans le processus ; ce qui fut impossible au vu de l’endommagement du CRM-114. Et ainsi de suite.

  • 31 Norman Kagan, Le ciména de Stanley Kubrick, Lausanne : L’Âge d’Homme, 1979, p. 126.

55Et nous pourrions également parler de la Maison blanche qui n’accepte pas les appels en PCV ; du premier russe qui a oublié le numéro de téléphone de son grand quartier général et qui suggère au président américain d’appeler les renseignements à Omsk31 ; l’annonce par hautparleurs du général fou auprès du personnel de la base, etc.

  • 32 Chion, op.cit., p. 150-152.

56On devine combien ici la question de la communication sabotée, altérée, saturée, contournée, dissimulée est prégnante, mais aussi fondamentalement toute l’importance dans le jeu de la dissuasion de connaître, par la communication officielle, les politiques nucléaires de l’adversaire-partenaire dans ces grandes lignes, non dans les détails opérationnels bien évidemment. La perception de la menace devient lors une des clés à clarifier. Kubrick sait filmer les échanges parlés32, mais où chaque personnage est dans son monologue, qu’il soit politique, militaire, psychopathe, diplomate, avec la perte de réalité au profit d’automatismes comme le plan R ; champs clos renforcés par le morcellement des responsabilités.

57Nous sommes aussi dans l’enchaînement des instructions, l’homme devenant un simple rouage où la machine dicte directement ou indirectement sa loi ; entre procédures automatiques, CRM-114 et autres machines infernales.

58Les trois lieux – à savoir les bombardiers en vol, la base terrestre de Burpelson et la salle de guerre souterraine sous le Pentagone – ont des rapports communicationnels aléatoires ; ce que nous force à ressentir Stanley Kubrick, en changeant souvent et avec rythme d’espace filmique. Mais est-ce un hasard si nous rappelons que le fabuleux Stanley Kubrick était un grand amateur du jeu d’échecs ?

59Entre le discours de la dissuasion, le jeu de guerre et la guerre nucléaire, les liens sont étroits. Au-delà de la théorie et du cinéma, cela nous impose d’être très attentif et réactif aux discours de la dissuasion et surtout à leurs possibles altérations. Il en va de la sécurité de tous tant que les hommes souhaiteront conserver ces armes spéciales pour des raisons politiques.

Notes

1 Robert J. Aumann et Sergiu Hart (dirs.), Handbook of Game Theory with Economic Applications, Amsterdam : Elsevier, 2002.

2 Cf. à ce sujet Barry O’Neill, « Game Theory Models of Peace and War », dans ibidem. Thomas Schelling, The Strategy of Conflict, Cambridge : Harvard University Press, 1980, p. 8-10.

3 Schelling, op. cit., p. 3 et 5.

4 Klaus Jürgen Gantzel, « Armaments Dynamics in the East-West Conflict : an Arms Race ? », The Papers of the Peace Science Society, 20, 1973.

5 Via les armes nucléaires tactiques ou les anti-missiles.

6 François Géré, Dictionnaire de la pensée stratégique, Paris : Larousse-Bordas, 2000, p. 79.

7 Olivier Kempf, L’OTAN au xxie siècle, Paris : Artège, 2010, p. 389.

8 Michael Walzer, Guerres justes et injustes, Paris : Belin, 1999, p. 363.

9 Jean Guitton, La Pensée et la guerre, Paris : Desclée de Brouwer, 1969, p. 21.

10 Jacques Bonnemaison, « La dissuasion aux abois ? », Défense nationale, 465, 1986, p. 11.

11 Albert Legault et Georges Lindsey, Le feu nucléaire, Paris : Seuil, 1973.

12 Andrew Wilson, La guerre et l’ordinateur, Paris : Robert Laffont, 1969, p. 148.

13 William I. Zartman et Guy Olivier Faure, Escalation and Negotiation in International Conflicts, Cambridge : Cambridge University Press, 2005.

14 Cf. André Dumoulin, « Eléments modérateurs dans l’évaluation du rapport des forces et dans la perception de la menace nucléaire », Arès, 1, 1987, p. 45 et 46 ; Kosta Tsipis, « The operational characteristics of ballistic missiles », Sipri Yearbook, 1984, p. 399.

15 Claude Delmas, L’âge nucléaire, Paris : PUF, 1974, p. 19.

16 Graham T. Allisson et Philip Zelikow, Essence of Decision. Explaining the Cuba Missile Crisis, New York : Longman, 1999.

17 Jean-François de Raymond, « Jalon de la pensée philosophique classique sur la dissuasion », Arès, 1, 1987, p. 10. Au sujet des canaux communicationnels nucléaires cf. aussi Hans Born, Bates Gill et Heiner Hänggi, Governing the Bomb. Civilian Control and Democratic Accountability of Nuclear Weapons, Oxford : Oxford University Press, 2010.

18 Pour une vision générale de la pensée de ces théoriciens cf. Gérard Chaliand, Anthologie mondiale de la stratégie, Paris : Robert Laffont, 1990.

19 Chaliand, op. cit., p. 80.

20 Montbrial, op. cit., p. 190.

21 Armelle Le Bras-Chopard, La guerre. Théories et idéologies, Paris : Montchrestien, 1994, p. 112-113.

22 Schelling, op. cit., p. 135-136.

23 Attaque aérienne, invasion, blocus naval, négociation informelle, passivité.

24 Executive Committee of National Security Council. (Sheldon M. Stern, Averting « The Final Failure », John Kennedy and the secret Cuban missile crisis meetings, Palo Alto/ California : Stanford University Press, 2003.)

25 Lucien Poirier, Des stratégies nucléaires, Paris : Hachette, 1977, p. 148.

26 Cf. André Dumoulin, Stratégies militaires et idéologiques politiques à travers la production cinématographique nord-américaine traitant du thème de la guerre nucléaire entre 1946 et 1976, Liège : IESP, 1979.

27 Citons également Le téléphone rouge (1963) de Delbert Mann ; Le dernier rivage (1959) de Stanley Kramer ; Le Monde, la chair et le diable (1959) de Ronald Mc Dougall, etc.

28 Michel Chion, Stanley Kubrick, l’humain, ni plus ni moins, Paris : Éditions des Cahiers du cinéma, 2005, p. 138.

29 Cf. André Dumoulin, Analyse d’un film satirique ou Comment j’ai appris à m’en faire et à aimer la Bombe, Liège : s.n., 1975-1976. Cf. également André Dumoulin, Stratégies militaires et idéologies politiques à travers la production cinématographique nord-américaine traitant du thème de la guerre nucléaire entre 1946 et 1976, Mémoire de fin d’études, Institut d’enseignement supérieur pédagogique, École normale de Liège, 1979.

30 Serge Sur, « Trois visions de la guerre froide », Paris : Centre Thucydide, Sorbonne, 21 mars 2009, www.afri-ct.org (consulté le 27 juin 2012).

31 Norman Kagan, Le ciména de Stanley Kubrick, Lausanne : L’Âge d’Homme, 1979, p. 126.

32 Chion, op.cit., p. 150-152.

Auteur

Université de Liège, Faculté de droit, Département de sciences politiques, École royale militaire, Institut royal supérieur de défense, Centre d’études de sécurité et de défense, Avenue de la Renaissance 30, 1000 Bruxelles.

andredumoulin@skynet.be

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search