Version classiqueVersion mobile

Guerre et jeu

 | 
Achim Küpper
, 
Kristine Vanden Berghe

Partie I. Enjeux historiques et politiques

Chapitre 2. De la guerre jouée à la guerre vécue

Le cas du « plan Schlieffen »

Christophe Bechet et Christoph Brüll

Texte intégral

  • 1 La recherche sur la première guerre mondiale en Belgique est toujours foisonnante. Nous renvoyons – (...)
  • 2 John Horne et Alan Kramer, German Atrocities 1914. a History of Denial, Londres et New Haven : Yale (...)
  • 3 La plus récente analyse du « plan Schlieffen » dans Hans Ehlert, Micheal Epkenhans et Gerhard P.Gro (...)

1La violation de la neutralité belge par les troupes impériales allemandes en août 1914 relève très certainement des événements les plus commentés, étudiés et analysés dans l’histoire du xxe siècle1. Outre le fait qu’une de ses puissances de garantie s’en prenait à son petit voisin, ce sont les violences commises par les troupes allemandes – les « atrocités » – qui ont marqué les esprits des contemporains, mais aussi la « mémoire collective2 ». L’histoire destinée au grand public a également retenu une image bien précise du plan d’attaque allemand. Elle souligne la volonté préméditée de l’armée allemande, en cas de guerre, d’annihiler aussi rapidement que possible l’armée française en violant « par surprise » la neutralité belge pour ensuite avoir le temps de se retourner contre la Russie plus lente à mobiliser. Ce plan, que d’aucuns ont qualifié suivant les modes, de génial ou d’absurde, de réaliste ou de belliqueux, de conforme aux règles de la guerre ou bien de « machiavélique », serait tout entier le fruit de la pensée du Chef des Generalstabes der Armee, le général Alfred von Schlieffen, d’où l’appellation historique de « plan Schlieffen3 ». Qui ne connaît pas la carte sur laquelle de grandes flèches partant de la frontière allemande représentent la direction des armées du Reich vers la France ? Dans cette version vulgarisée, le plan allemand aurait été définitivement fixé en 1905-1906. Généralement, l’image du plan de guerre allemand s’arrête là.

  • 4 « Sobald die Franzosen luxemburgisches Gebiet betreten sollten, ist es geboten, auch deutscherseits (...)
  • 5 « Im Übrigen bleibt der Befehl hierzu der O.H.L. vorbehalten. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], Aufmars (...)
  • 6 « Die belgische Grenze darf nur auf ausdrücklichen Befehl der O.H.L. überschritten werden. Luxembur (...)
  • 7 « Holländisches und belgisches Gebiet wird nicht betreten, bis es von der O.H.L. befohlen oder vom (...)

2Il faut préciser d’emblée qu’en Allemagne comme en France, un plan de guerre officiel est avant tout un plan de déploiement avant d’être un plan d’opérations. En Allemagne, le chef d’État-major général rédigeait cependant aussi à côté de ces mesures techniques des mémoires (Denkschriften) qui résumaient la philosophie générale du plan, c’est-à-dire les opérations mises en œuvre après le déploiement. Récemment, on a redécouvert aux archives militaires fédérales à Fribourg des résumés réalisés dans l’entre-deux-guerres dans le cadre de travaux historiques sur le célèbre plan, résumés qui permettent d’avoir une idée plus précise des plans de guerre allemands entre 1894 et 1914. Mais ces résumés contiennent finalement très peu d’indications sur les intentions stratégiques du chef d’État-major une fois les troupes déployées à la frontière. La philosophie générale du plan, la direction des opérations doit donc être devinée en fonction des emplacements des différentes armées. Cela est également vrai pour la question cruciale de savoir si les Allemands entreront en Belgique les premiers ou attendront à la frontière que les Français violent éventuellement la neutralité belge. Ici, on doit se limiter à des supputations pour la plupart des plans. Seul le résumé de l’Aufmarsch I d’octobre 1899 est assez riche et nous livre des précisions supplémentaires sur la conduite que les troupes allemandes auraient dû adopter à la frontière si elles avaient été déployées : « Aussitôt que les Français auront pénétré sur le territoire luxembourgeois, il s’impose également du côté allemand, afin de couvrir le déploiement, de franchir la frontière luxembourgeoise4. » Cependant, étant donné qu’en stratégie tout est affaire de nuance, toute concession faite au principe de « nécessité » n’est pas écartée. En effet, si les Français décident de rester sur place, par exemple pour permettre aux Russes de compléter leur mobilisation ou pour chercher à obtenir leur alliance, alors Schlieffen est prêt à lancer l’offensive en premier, d’où la précision suivante présente dans le résumé des plans : « Par ailleurs, la décision reste pour cela dans les mains du Quartier général5. » Un parallèle peut être établi ici avec les instructions de la première armée allemande dans le plan de 1903-1904 : « La frontière belge ne peut être franchie que sur ordre clairement formulé du Quartier général. On pourra pénétrer sur le territoire luxembourgeois afin de couvrir le déploiement aussitôt que l’ennemi y aura pénétré6. » En revanche, le résumé des plans de déploiement allemand ne contient aucune information concernant le franchissement de la frontière belge pour les quatre plans répartis sur les années 1900 à 1903 et 1904-1905. Il en contient à nouveau pour celui de 1905-1906. Il s’agit d’un des derniers plans élaborés par Schlieffen avant sa mise à la retraite. Dans l’Aufmarsch I de 1905-1906, le dispositif complet est reporté plus au nord. Le plan de déploiement allemand indique clairement dans ses Aufmarschanweisungen que les armées allemandes septentrionales passeront en cas de guerre par la trouée du Limbourg et opéreront ainsi un mouvement beaucoup plus large en Belgique au-delà de la Meuse. Ce changement stratégique majeur est poursuivi dans l’Aufmarsch I de 1906-1907. Étant donné le positionnement des troupes, il paraît évident que les nombreuses armées allemandes massées à la frontière belgo-néerlandaise s’apprêtent à violer la neutralité de ces deux pays. Quoi qu’il en soit, le résumé des plans permet de nuancer à nouveau une vision parfois trop manichéenne du stratège allemand. Schlieffen est parfaitement conscient que les violations de la Belgique et de la Hollande vont créer des problèmes diplomatiques, et les instructions pour le plan de déploiement de 1905-1906 montrent qu’il n’exclut pas que la frontière belge soit violée en premier par les Français : « On ne pénétrera pas sur les territoires hollandais et belge avant que cela ne soit ordonné par le Quartier général ou à partir du moment où l’adversaire sera entré sur ces territoires, ou encore si ces États commencent les hostilités7. »

  • 8 Jehuda L. Wallach, Das Dogma der Vernichtungsschlacht : Die Lehren von Clausewitz und Schlieffen un (...)
  • 9 BA-MA, N43/141K, « Chef des Generalstabes des Armee. Denkschrift Dezember 1905. Karten. » Carte no  (...)
  • 10 Terence Zuber, « Der Mythos vom Schlieffenplan », dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 56-6 (...)

3À présent, regardons de près le Denkschrift de 1906 – le fameux « plan Schlieffen » – accompagnant la carte avec les grandes flèches connue de tous sous une forme simplifiée. Le document est en vérité assez étrange pour un plan de guerre. Il est rare en effet, si on le compare avec les mémoires de son prédécesseur, Moltke l’Ancien, que le chef d’État-major détaille avec minutie sur des cartes les routes qu’emprunteront ses armées sur des distances aussi considérables. Prévoir à l’avance les mouvements de troupes plus de cinquante jours après le début de la mobilisation tient davantage de la gageure, du wishfullthinking que d’une stratégie rationnelle. Généralement, les premiers combats arrivent plus tôt et laissent la place à plus de spontanéité dans la conduite des opérations de la guerre ; or, le « plan Schlieffen » est un bloc monolithique. Il décrit des opérations très éloignées dans le temps comme le dispositif allemand adopté sur la Somme ou encore le contournement de Paris par la Ire armée entre le 40e et le 50e jour. C’est d’ailleurs une critique de la pensée de Schlieffen qui revient souvent lorsqu’on ne prend pas garde à ses autres écrits : le général allemand aurait fait preuve dans son plan d’un esprit de système effrayant, calculant le moindre itinéraire, la moindre route à emprunter, ce qui laissait peu de place à l’initiative de ses généraux8. Les cartes no 3 et no79 qui accompagnent le Denkschrift suscitent des interrogations. D’après Terence Zuber, elles auraient été réalisées postérieurement sous la direction de son successeur Helmuth von Moltke dit « le Jeune », afin d’illustrer le « plan Schlieffen10 ». Si cette hypothèse s’avère exacte, cela témoigne à tout le moins du souci de Moltke le Jeune de vérifier la faisabilité de la manœuvre préconisée dans le « Plan » de son prédécesseur. En regardant ces cartes, nous avons été immédiatement interpellés par la similitude de celles-ci avec des travaux d’État-major belges et français réalisés au même moment. En réalité, tout l’intérêt de ce type d’étude réside dans l’inventaire patient des routes disponibles et éventuellement des axes ferroviaires susceptibles de ravitailler les colonnes marchantes au fur et à mesure de leur progression. Ces cartes, qu’elles aient été réalisées à l’initiative de Schlieffen ou de son successeur, montrent que l’État-major allemand a procédé, dans la continuité du « plan Schlieffen », à un inventaire systématique des axes routiers disponibles. Un élément très concret qui conditionne naturellement le bon déroulement des opérations éventuelles en Belgique.

  • 11 Retraçant les débats Gerhard P. Groß, « There Was a Schlieffen Plan. Neue Quellen », dans Ehlert, E (...)
  • 12 Dans Niall Ferguson, The Pity of War, Londres : The Penguin Press, 1998, l’historien britannique dé (...)
  • 13 Au centre de ces débats se trouvait l’ouvrage de Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Krieg (...)

4Sur base de ces observations, on peut se demander si ce mémoire de 1905-1906 que tout le monde connaît et visualise, que Wikipedia présente encore aujourd’hui comme le plan officiel de l’armée allemande, était un authentique plan de guerre ou s’il s’agit d’un document d’une autre nature. Cette question est importante sur le plan historiographique et suscite pas mal de passions depuis plusieurs années chez les historiens spécialisés dans les opérations militaires11. Toutefois, ce plan a toujours été une des preuves matérielles à ajouter au dossier du « bellicisme » allemand en 1914, une preuve que les milieux militaires allemands préparaient une guerre offensive contre la France en s’assoyant machiavéliquement sur la neutralité de la Poor Little Belgium12. Le plan Schlieffen fut d’ailleurs un thème de propagande largement utilisé par la France pendant l’entre-deux-guerres dans le cadre de la Kriegsschuldfrage. Il était également un enjeu dans la grande controverse historienne des années 1960 autour des objectifs de guerres allemands13.

5Pour éclairer le rôle joué par la neutralité belge dans les plans allemands, nous allons nous intéresser dans cette contribution à une particularité du système militaire allemand : le Kriegsspiel – jeu de guerre –, une invention d’officier prussien qui date des années 1810-1820. Nous allons montrer qu’à travers l’étude des Kriegsspiele de Schlieffen entre 1901 et 1905, nous pouvons affiner la compréhension de la perception allemande de la position stratégique de la Belgique.

Qu’est-ce qu’un jeu de guerre Allemand ?

  • 14 Robert T. Foley, « Schlieffen’s last Kriegsspiel », War Studies Journal, III, 1998, p. 117-135, et (...)

6Le jeu de guerre est donc une pratique très ancienne et d’une importance capitale dans la formation de l’officier allemand. Ce dernier est confronté à ce type d’exercices tout au long de sa formation, dont le niveau de difficulté croit en fonction bien entendu du rang qu’il occupe dans l’armée. Ces exercices vont de la simple petite bataille localisée géographiquement, avec des enseignements tactiques limités pour les officiers subalternes, jusqu’à un jeu de déplacement de toute l’armée allemande confrontée à toute l’armée ennemie. Ces Groβe Kriegsspiele peuvent se rapprocher fortement d’une situation de guerre réelle. Ils sont alors réservés à l’élite des officiers de l’État-major, appelée à occuper des fonctions importantes en cas de conflit. Il faut distinguer dans ces jeux de guerre d’un haut niveau deux types : les jeux sur le terrain (Generalstabsreisen) et les jeux en chambre (Kriegsspiele). Les premiers ont lieu le plus souvent durant la bonne saison tandis que les deuxièmes sont plus fréquents en hiver. Dans le cadre d’un voyage d’État-major « type », le chef d’État-major part en voyage itinérant pendant plus ou moins deux semaines vers la frontière française ou vers la frontière russe avec un groupe d’une cinquantaine d’officiers d’État-major. Sur place, il sépare ses officiers en deux groupes : le parti des rouges et le parti des bleus. Lui-même s’entoure de quelques hommes et joue le rôle de conducteur de jeu, d’arbitre. Il distribue aux deux groupes une situation problème qui se rapproche d’une situation de guerre réelle. Les joueurs sont ainsi informés de leur dispositif mais ne reçoivent en revanche des renseignements sur l’adversaire qu’en fonction du bon vouloir du conducteur de jeu. Les deux staffs doivent ensuite donner des ordres de marche et de bataille à leurs unités fictives représentées en rouge et en bleu sur des cartes d’État-major. Les mouvements sont figurés par des flèches et les batailles par des lignes parallèles. Le dispositif adverse ne se découvre qu’au fur et à mesure du jeu. Une fois les mouvements décidés sur carte, les officiers ont l’occasion de reconnaître à cheval certains théâtres d’opérations. Bien entendu ces reconnaissances à cheval sont limitées au territoire allemand et à la capacité de déplacement des chevaux. Les Kriegsspiele ont des règles identiques à celles de ces voyages d’été. La différence est qu’ils sont réalisés en chambre à Berlin. Comme ils sont davantage détachés des contingences du terrain, le conducteur du jeu peut envisager des scenarios plus ambitieux comme une guerre de l’Allemagne menée sur deux fronts à la fois contre la France et la Russie. C’est le cas du dernier Grand jeu d’hiver joué par Schlieffen en 1905 avant sa mise à la retraite14.

Neutralité Belge et jeux de guerre Allemands

7Si l’on analyse les divers wargames (le terme technique anglais recouvre aussi bien les Generalstabsreisen que les Kriegsspiele) réalisés par Schlieffen de 1901 à 1905, c’est-à-dire à l’époque où la problématique de la traversée du territoire belge commence à être intégrée au plan de guerre officiel, les considérations du chef du Grand État-major sur la neutralité belge sont riches d’enseignements. Durant ces années, Schlieffen réalise le plus souvent un voyage d’État-major à l’ouest (Generalstabsreise West) suivi d’un voyage d’État-major à l’est (Generalstabsreise Ost).

  • 15 BA-MA, RH61/347, Wilhelm Dieckmann, Der Schlieffenplan [ca. 1935-1939], p. 153-154. Terence Zuber, (...)
  • 16 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 51.

8Dans le Generalstabsreise West de 1901, Schlieffen impose à ses élèves-officiers un scénario dans lequel le parti des Français attaque à travers le Luxembourg et la Belgique à partir du 12e jour de mobilisation15. En l’occurrence, ce sont les Français qui transgressent en premier les traités internationaux. Schlieffen cherche à obtenir contre eux une victoire rapide et décisive pour ensuite renforcer les troupes concentrées à l’est à l’aide des armées déployées sur le théâtre des opérations occidental. Le Generalstabsreise Ost est réalisé dans la continuité du premier voyage d’État-major. Il prend comme point de départ la défaite des Français le 23e jour16.

  • 17 Friedrich von Boetticher (Generalmajor), « Der Lehrmeister des neuzeitlichen Krieges », dans Friedr (...)

9Dans le Generalstabsreise West de 1902, la problématique du territoire belge est secondaire. En effet, les masses armées françaises et allemandes sont prêtes à se rencontrer en Lorraine. Durant l’exercice, les deux camps adoptent cependant une position attentiste. Schlieffen est très critique vis-à-vis de la stratégie passive choisie par le parti allemand. Il déclare dans ses commentaires que les Français et les Russes ont sans doute conclu un accord pour attaquer simultanément. Il note que le Schwerpunkt français se situerait entre Metz et les Vosges. Si les Français se décident à attaquer et que les Allemands les repoussent, les Français se replieront sur leurs forteresses et ce sera au tour des Allemands de les attaquer sur leur propre ligne. S’ils parviennent à enfoncer les défenses françaises, il faudra alors poursuivre les forces françaises au cours d’une longue guerre à l’intérieur de la France, avec la Russie dans le dos. Bref, cette tactique est très mauvaise. C’est pourquoi Schlieffen prône une attaque immédiate sur les flancs tant au nord de Metz qu’en Alsace. D’après le général major Friedrich von Boetticher, qui commente a posteriori cet exercice dans les années 1930, « l’Allemagne s’est obligée à ne pénétrer sur le territoire du Luxembourg et de la Belgique, que si la France devait violer la neutralité de ces pays17 ». Il ne faut toutefois pas perdre de vue que Boetticher commente ce voyage d’État-major a posteriori et peut avoir intérêt, dans le cadre de la Kriegsschuldfrage, à minimiser les intentions allemandes.

  • 18 BA-MA, RH61/347 ; Dieckmann, op. cit., p. 164-165.
  • 19 Ibidem. Zuber, Inventing the Schlieffen Plan, op.cit., p. 184.
  • 20 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 61.

10En 1903, le scénario imaginé par Schlieffen est sensiblement identique à celui de l’année 1901. Dans le Generalstabsreise West, la gauche française attaque à nouveau « à travers la Belgique et le Luxembourg, ou au moins à travers le Luxembourg18 ». La solution préconisée par Schlieffen est d’utiliser le réseau ferroviaire allemand pour masser le maximum de troupes contre la gauche française. Deux armées allemandes s’assemblent en Rhénanie et contre-attaquent sur la rive gauche de la Moselle19. Cependant, contrairement à 1901, le Generalstabsreise Ost de 1903 s’ouvre sans que l’Allemagne n’ait réussi à emporter une victoire décisive en France. Suite à la contre-attaque allemande, les troupes françaises se sont repliées derrière leur barrière fortifiée de l’est et y attendent désormais l’offensive allemande. Ceci oblige le parti allemand à emporter une victoire décisive en Russie pour ensuite « terminer le travail » en France20.

  • 21 BA-MA, PH 3/659, Übersicht über die Operationen der 1. groβen Generalstabsreise 1904 [Geheim !] ; B (...)

11Le bilan de ces trois premières années du xxe siècle indique que Schlieffen s’est préoccupé dans ses jeux de la possibilité d’une violation de la neutralité belge par la France et non l’inverse. Toutefois, le chef du Grand État-major ne paraît pas s’exprimer ouvertement sur le sujet. Les jeux de guerre et les voyages d’État-major allemands commencent à prendre sérieusement en considération la traversée du territoire belge à partir de 1904. Il s’agit d’une année charnière tant du point de vue allemand que du point de vue franco-anglais puisqu’elle correspond également au début de l’Entente cordiale. Au cours de cette même année, deux voyages d’État-major sont élaborés par Schlieffen afin de « mettre en situation » les officiers de son staff. Le passage par la Belgique y est l’élément central sur lequel les officiers sous ses ordres doivent plancher21.

  • 22 BA-MA, PH 3/659, Übersicht, p. 7 (notre traduction).

12L’intérêt du premier Groβe Generalstabsreise de 1904 pour l’historien militaire est que Schlieffen introduit son exercice en décrivant la situation qui est faite à l’armée allemande dans la guerre actuelle à l’ouest. Ces considérations ne sont pas fictives mais correspondent à la pensée du chef du Grand État-major : « Il est bien connu que les Français ont barricadé l’entièreté de leur frontière opposée à l’Allemagne le long de la ligne Épinal – Toul-Verdun-Montmédy avec des places fortes et des forts d’arrêts. Les deux trouées qu’ils ont laissées ouvertes ne facilitent pas notre attaque. Celle entre Épinal et Toul sera bloquée par une position naturelle très forte : la Moselle et le Madon constituent deux obstacles l’un derrière l’autre. La plus grande part de l’armée y est assemblée. L’autre trouée entre Verdun et Montmédy peut être aisément bloquée derrière le Loison, et qui attaque ici doit être conscient qu’il sera enveloppé par une attaque française à travers la Belgique et le Luxembourg22. » Nous retrouvons ici la crainte d’une attaque française en Belgique et dans le Luxembourg à laquelle Schlieffen semble vouloir répondre par une attaque préventive en Belgique. La question de la responsabilité de la violation de la neutralité belge n’est pourtant pas discutée nettement dans les instructions du voyage d’État-major. Les plans montrent juste que la cavalerie des deux parties pénètre en Belgique le 16e jour après le début de mobilisation, jour où débutent les opérations militaires des deux camps. On ne s’attarde pas sur le fait de savoir quelles sont les troupes qui ont franchi la frontière belge les premières. Schlieffen semble imposer parmi les consignes de départ la participation de la Belgique et de la Hollande aux côtés de la France en raison de la menace allemande. L’alliance entre ces deux petites puissances et la France sera répétée dans le deuxième voyage d’État-major de 1904.

13Dans son introduction au premier voyage d’État-major, Schlieffen indique aussi les objectifs qu’il a personnellement poursuivis en élaborant l’exercice. Il cherche désormais à vérifier si l’idée de plus en plus communément admise dans les milieux militaires d’un passage par la Belgique est valide sur le plan stratégique :

  • 23 BA-MA, PH 3/659, Übersicht, p. 7-8 (notre traduction).

En face de cette situation, les Anglais et les Américains qui ont étudié le problème, en personnes pragmatiques dotées de peu de scrupules, ont assumé qu’il va de soi que les Allemands attaqueront la France à travers la Belgique. Les Suisses ont approuvé joyeusement dans l’espoir que de cette façon ils éviteront les dommages pour leur propre pays. Les Belges ont formulé une conclusion pratique de la question. Auparavant, aussi longtemps qu’ils se sentaient menacés par les Français, ils se sont limités à Anvers. Ils auraient procédé à une retraite là-bas et auraient attendu jusqu’à ce que les Britanniques ou les Allemands viennent les libérer. Dans l’état courant des affaires, ils ont fortifié Liège – Namur, naturellement contre les deux voisins, mais pour la plus grande partie contre l’Allemagne. Les Français n’ont pas considéré le sujet avec le même enthousiasme que les autres nations moins concernées. Ils nous créditent d’un tel esprit d’offensive qu’ils continuent à être persuadés que nous attaquerons directement leurs forteresses. Ils espèrent que l’offensive échouera, et qu’ils nous attaqueront de flanc. Dans la mesure où cela est difficilement possible excepté par la Belgique et le Luxembourg, on peut dire que toutes les nations qui ont quelque chose à voir avec cette question considèrent la violation de la neutralité belge comme un fait acquis. Nous sommes donc autorisés à examiner la question plus précisément et académiquement.23

  • 24 BA-MA PH3/661, Übersicht über die Operationen der 2. groβen Generalstabsreise 1904. Le résumé qui s (...)

14Le deuxième Groβe Generalstabsreise de 190424 est sensiblement identique au premier concernant les déploiements imposés par Schlieffen au début de cette guerre fictive. À nouveau, sans explication notoire, les Pays-Bas et la Belgique ont pris le parti de la France. Cette alliance s’est si bien concrétisée durant les préliminaires de la guerre que des parties du 40e et du 41e corps de réserve français sont d’ores et déjà postées sur la Meuse aux côtés de deux corps d’armée belges mobiles et de deux régiments d’infanterie de forteresse (à Liège et Namur). S’il s’agissait d’une situation de guerre réelle, cette présence alliée sur la Meuse réclamerait de la part des Belges une coopération complète avec les Français afin d’acheminer le plus rapidement possible ces renforts par chemins de fer.

  • 25 Eugen von Zoellner (Generalleutnant), « Schlieffens Vermächtnis », Militärwissenschaftliche Rundsch (...)
  • 26 BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher.
  • 27 Gerhard P. Groß, « There Was a Schlieffen Plan : New Sources on the History of German Military Plan (...)
  • 28 Terence Zuber, « There never was a “Schlieffen Plan” : AReply to Gerhard Gross », War in History, 1 (...)

15Dans le Groβe Generalstabsreise de 1905, Schlieffen cherche à tester la réaction française à un passage de l’aile droite allemande à travers la Belgique. Deux officiers allemands, le lieutenant général Eugen von Zoellner et le général major Friedrich von Boetticher, ont rédigé dans l’entre-deux-guerres des articles sur la pensée militaire de Schlieffen dans lesquels ils décrivent succinctement ce voyage d’État-major qu’ils présentent comme un test du futur « plan Schlieffen25 ». Les comptes-rendus que ces deux officiers font de ce voyage d’État-major sont assez courts mais les papiers de Friedrich von Boetticher26 conservés aux archives de Fribourg contiennent quatre documents de travail plus substantiels qui l’ont aidé dans ses recherches sur la pensée militaire de Schlieffen. Boetticher a réalisé ses travaux sur le célèbre stratège allemand à la suite d’une demande du Président du Reich Paul von Hindenburg et du ministre de la Défense Wilhelm Groener. Ces derniers lui ont demandé de prononcer un discours pour le 100e anniversaire de Schlieffen célébré le 28 février 1933 au sein du ministère de la Défense. Ce discours devait être suivi d’un essai sur la pensée militaire de Schlieffen. Grâce à l’appui de Groener, Boetticher reçoit un accès illimité aux archives militaires allemandes. Le gendre et adjudant de Schlieffen Wilhelm von Hahnke confie également à Boetticher les documents de son beau-père qu’il conservait dans ses archives personnelles. Ainsi, les papiers de Boetticher contiennent des copies des voyages d’État-major de 1899, 1901, 1903 accompagnées de reproductions de cartes. Ils contiennent aussi des commentaires critiques concernant les voyages de 1903, 1904 et 190527. Les documents écrits concernant le voyage de 1905 sont au nombre de quatre. Ils sont typographiés, vraisemblablement par Boetticher et accompagnés de photos et de croquis des cartes annexées aux documents originaux. Le document le plus long compte trente-huit pages. Il s’intitule : « Große Reise 1905. Ausgangslage für alle drei Fälle – Freytag – Kuhl – Steuben : Eigenhändig ». Il a été rédigé par von Hahnke au moment de l’exercice, en mai 1905. Le deuxième document est long de dix-neuf pages. Il a été réalisé sur la base des notes sténographiques du capitaine Hellfeld lors d’une conférence donnée à Fribourg par Schlieffen le 17 juillet 1905. Au cours de cette conférence, Schlieffen avait pris comme sujet le voyage d’État-major de 1905. Il s’agit moins pour Schlieffen de décrire les opérations dans le détail que de les commenter afin d’instruire ses auditeurs, raison pour laquelle ce document est particulièrement précieux pour nos réflexions sur la perception de la neutralité belge. Les documents no 3 et no 4 sont anonymes. Ils comptent respectivement treize et sept pages. Ils offrent un panorama global du voyage d’État-major. Zuber suppose que le document no 4 est un document de travail de Boetticher28.

  • 29 « Politisch kann das ja verboten sein, aber akademisch können wir uns ohne Schaden mit dieser Frage (...)
  • 30 « Ehe man an diese Linie kommt, muß man bei Antwerpen vorbei, einer der größten Festungen der Welt, (...)

16Au cours de la conférence qu’il donne à Fribourg en juillet 1905 où il commente le Generalstabsreise, le chef d’État-major laisse échapper diverses considérations sur la Belgique. Il constate d’abord que pour contourner les fortifications françaises, la seule solution offerte à l’armée allemande est la violation des neutralités luxembourgeoise, belge et hollandaise. Cette solution, constate-t-il, « peut certes être interdite politiquement mais nous pouvons l’envisager académiquement sans aucun dommage29 ». Schlieffen constate cependant que la traversée de la Belgique est une entreprise difficile et que de sérieux obstacles doivent être vaincus avant d’arriver sur une ligne Lille-Maubeuge : « Avant d’arriver à cette ligne, on doit d’abord passer Anvers, une des plus grandes forteresses du monde, occupée par une armée, et cette marche en avant est encore divisée par Liège et Namur. Une fois que l’on a vaincu toutes ces difficultés, on doit encore s’attendre à trouver devant soi la totalité de l’armée française, et cette armée peut encore être renforcée par les armées belge et néerlandaise30. »

  • 31 On retrouve ce jugement dans le « plan Schlieffen » de décembre 1905-février 1906.
  • 32 BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher, Groβe Generalstabsreise 1905, p. 3.

17Même si nous subodorons que Schlieffen cherche ici à capter son auditoire en l’impressionnant, ces quelques phrases en révèlent beaucoup sur la position de Schlieffen à propos de la Belgique. D’abord, Anvers est considérée comme une forteresse solide avec laquelle il faudra compter. Ensuite, les propos de Schlieffen sur Liège et Namur impliquent que ces deux places ne seront pas investies mais « masquées » par des détachements31. Enfin, il est possible que les armées belge et néerlandaise se rangeront du côté des Français. Un peu plus loin, Schlieffen déclare que face à de telles difficultés, il faudra songer à faire passer toutes les troupes allemandes par l’intervalle Bruxelles-Thionville, ce qui sera très compliqué car « il manque de chemins de fer et de routes pour une telle opération32 ». Cette crainte d’un manque de voies de communication pour déployer l’ensemble de l’armée est un leitmotiv chez Schlieffen. Elle est d’autant plus compréhensible ici que le général allemand décide de traverser la Meuse sans prendre possession des nœuds ferroviaires de Liège et Namur.

18Le dernier Groβes Kriegsspiel joué par Schlieffen à la tête de l’État-major général concerne une guerre sur deux fronts. Il se déroule aux mois de novembre et décembre 1905. Contrairement à l’esprit d’offensive qui caractérise le « plan Schlieffen » rédigé plus ou moins au même moment, Schlieffen choisit ici d’imposer au parti allemand la défensive sur les deux fronts. Les troupes de l’alliance anglo-française, largement supérieures en nombre, prennent par conséquent l’offensive à travers la Belgique sur les deux rives de la Meuse. Suite à la violation du territoire belge, les armées belge et néerlandaise prennent le parti de l’Allemagne. Le commentaire du Kriegsspiel rédigé par Schlieffen est du plus haut intérêt lorsqu’il s’exprime sur le choix posé par les deux petits États neutres :

  • 33 Kriegsspiel 1905, cité et traduit d’après Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit (...)

Les Français ont violé la neutralité de leur voisin du Nord lorsqu’ils ont franchi la frontière belge. En vue de maintenir leur indépendance, les Belges devaient défendre leur neutralité. Ils ont trouvé dans l’ennemi de la France leur allié naturel, comme l’ont fait les Hollandais. Quoique la neutralité néerlandaise n’ait pas encore été violée, si les Français continuaient leur progression, il est certain qu’elle finirait par l’être. Il serait certainement sage pour eux d’employer tôt leur force en conjonction avec les Belges et les Allemands pour sauvegarder leur indépendance. Il ne pourrait y avoir de doute que si les Français et les Britanniques sortaient vainqueurs de la Guerre avec l’Allemagne, les deux petits États constitueraient une part de leur butin. Les Belges et les Hollandais pourraient, a contrario, espérer d’une victoire allemande des termes considérablement plus avantageux. Leur propre intérêt personnel appelle les Belges et les Hollandais du côté de l’Allemagne. Néanmoins, il n’y a aucun moyen de s’assurer que ces États suivraient cet appel. La question de qui des deux belligérants a les plus grandes chances de victoire est liée au choix du parti [ndlr : politique] au pouvoir et, étant donné le nombre de ses ennemis, les chances de l’Allemagne ne paraissent pas être très grandes. Quoi qu’il en soit, on peut admettre que les deux États menacés auraient pris la bonne et juste décision. La valeur des troupes belges et néerlandaises a été très faiblement estimée […]. Néanmoins, le corps des officiers belges jouit de la meilleure réputation et concernant les soldats néerlandais, ils apportent avec eux le tempérament de persévérer dans la défense.33

  • 34 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 119. Voir aussi son analyse du Krieg (...)
  • 35 Kriegsspiel 1905, dans Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op.cit., p. 119-139 ; Zube (...)

19Selon le commentaire d’édition de l’historien Robert Foley, cet extrait indiquerait que Schlieffen « reconnaît les conséquences politiques de la violation des neutralités belge et néerlandaise34 ». Sans doute, mais l’extrait indique surtout à nos yeux que Schlieffen n’est pas totalement fixé sur la loyauté des deux pays à l’égard du principe de neutralité. Il appert aussi que Schlieffen n’accorde pas beaucoup de valeur au traité des XXIV articles et considère qu’il serait naturel de la part de la Belgique de s’allier avec le belligérant le plus fort. Selon lui, ce n’est pas l’Allemagne. Enfin, le scénario du jeu semble indiquer que Schlieffen pense désormais que même en cas de violation des Low Countries, les Britanniques pourraient embrasser le parti de la France. Les opérations qui ont lieu au cours du Kriegsspiel sont diamétralement opposées à celles du « plan Schlieffen ». Le parti allemand choisit d’abord de battre les Russes à l’est avant de se retourner contre l’alliance franco-anglaise. Grâce aux « trois lignes de chemins de fer à simple voie disponibles » longeant la frontière belgo-allemande menacée par les troupes françaises traversant les Ardennes, trois corps d’armées sont envoyés in extremis depuis l’Alsace-Lorraine pour renforcer la garnison d’Anvers. Trois corps supplémentaires arrivent encore à Anvers le 37e jour depuis le front de l’est. L’Allemagne lance alors une contre-offensive risquée depuis Anvers sur Namur qui est toujours aux mains des Belges. Elle parvient ainsi à enfermer ses adversaires demeurés sur la rive gauche de la Meuse dans le triangle Anvers-Namur-Liège. On décèle ici une certaine valeur accordée par Schlieffen à la ligne fortifiée de la Meuse. Malgré le faible potentiel combatif qu’il a accordé aux deux petites armées dans son scénario de jeu, les forces belgo-néerlandaises participent activement aux combats aux côtés des Allemands. Enfin, le 39e jour, le parti allemand lance une deuxième offensive depuis Metz-Thionville, ce qui permet d’encercler également l’adversaire au Grand-Duché et dans les Ardennes belges. Suite à ces deux encerclements, l’alliance franco-anglaise est vaincue35.

L’influence des jeux de guerre sur les plans de guerre

  • 36 « Kriegsspiel » [art.], dans Der Groβe Brockhaus, t. 6, Wiesbaden : Brockhaus, 1955, p. 654 (notre (...)
  • 37 Nous nous référons ici à l’édition anglaise : Johan Huizinga, Homo Ludens : a Study of the Play-Ele (...)
  • 38 Même si les liens entre le Kriegsspiel prussien et les jeux de rôle des xxe et xxie siècles sont év (...)
  • 39 Huizinga, Homo ludens, 1955, op.cit., p. 8-10.

20Si on s’intéresse aux relations entre jeu et guerre, on peut légitimement se demander où se trouve la dimension ludique dans les jeux de guerre allemands – définis par l’armée prussienne avant tout comme un « moyen pédagogique36 ». En effet, même si l’historien néerlandais Johan Huizinga, dans son opus fameux Homo ludens, définit le jeu comme une fonction sociale éminemment sérieuse car elle est créatrice d’ordre, un des éléments signifiants du jeu n’en reste pas moins pour Huizinga « l’amusement37 ». Dans la mesure où les jeux de guerre allemands devaient préparer les élèves-officiers à une situation de guerre réelle, il est certain qu’ils ne peuvent pas être comparés à un moment de dilettante entre camarades autour d’un plateau de jeu. Il faut en effet chasser de son esprit l’image d’un jeu de guerre d’aujourd’hui38. Néanmoins, nous retrouvons dans les wargames allemands d’autres aspects identifiés par Huizinga dans son Homo ludens : primo, le jeu est liberté, secundo le jeu n’est pas la vie « ordinaire » ou « réelle » dont il se distingue au point de vue du temps et du lieu39.

21De prime abord, affirmer que les jeux de guerre allemands intègrent l’élément « liberté » pourrait étonner le lecteur à cause de l’« esprit hiérarchique » qui les caractérise. Or, il ne faut pas oublier que les jeux de guerre ont pour vocation de mettre les officiers en situation, de les obliger à gérer l’imprévu. La qualité principale qu’ils sont censés développer est la spontanéité des officiers dans leurs choix stratégiques et tactiques, loin des règles théoriques et formelles apprises sur les bancs de l’École de guerre. En cela, nous pouvons même affirmer que si ces jeux sont sans doute stressants pour les officiers, jugés in situ sur leur capacité à commander et improviser, les apprentis-stratèges doivent néanmoins y trouver une certaine forme de plaisir intellectuel. Les jeux les plus amusants ne sont-ils pas ceux où on cherche à « faire comme si… » ? Et qui n’a d’ailleurs ressenti au cours d’un simple jeu de table, l’angoisse de perdre la partie ?

  • 40 Kriegsspiel 1905, cité et traduit d’après Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit (...)
  • 41 C’est le cas des Groβe Generalstabsreisen de 1904 et 1905 où un même déploiement initial se décline (...)

22Enfin et surtout, les jeux de guerre allemands, malgré l’intention du conducteur du jeu de se rapprocher le plus possible de la réalité, sont confinés de facto à un aspect fictionnel. Les officiers d’État-major sont contraints de jouer avec des notions et des concepts théoriques. Par exemple, le nombre de kilomètres parcourus en un jour par une armée est une notion fixée d’avance. De même la valeur des troupes. Ainsi Schlieffen indique-t-il dans le commentaire de son Kriegsspiel de novembre-décembre 1905 que « la valeur des troupes belges et néerlandaises a été très faiblement estimée40 », alors que leur participation au cours du jeu s’est révélée déterminante pour la victoire allemande. Comme il s’agit avant tout d’exercices, le conducteur du jeu peut aussi modifier les règles en cours de partie, justement pour permettre à ses élèves-officiers de tester d’autres manœuvres41. Lorsqu’on analyse les wargames, il faut donc garder à l’esprit que la stratégie adoptée ne reflète pas nécessairement les intentions véritables du général en chef s’il était plongé dans une situation de guerre réelle. Nous resterons donc particulièrement prudents dans les liens que nous établirons ci-dessous entre les jeux de guerre et les vrais plans de guerre.

23De 1901 à 1903, nous avons vu que les voyages d’État-major de Schlieffen attribuent à la France la responsabilité du franchissement des frontières du Luxembourg et éventuellement de la Belgique. A contrario, la stratégie allemande dans les Ardennes consiste plutôt à attendre les Français avant d’opérer une contre-offensive. Faut-il pour autant en inférer dans les vrais plans de guerre de Schlieffen une grande prudence à l’égard de la neutralité belge ? Pas nécessairement. Qui plus est, il ne faut pas perdre de vue que, dans cet article, nous avons focalisé l’attention des lecteurs sur un aspect bien précis du droit international. Nous avons pris l’initiative de « zoomer » sur les conséquences politiques qu’auraient entraînées les opérations fictives des jeux de guerre si elles avaient été réelles. Or, si nous nous référons aux documents conservés relatifs aux Generalstabsreisen, le focus allemand est différent : ainsi, la réaction probable de l’armée belge ou de l’armée britannique face à une offensive française à travers les Ardennes ne paraît pas avoir été étudiée spécifiquement par Schlieffen entre 1901 et 1903. Nous touchons ici aux limites d’interprétation des jeux de guerre : jusqu’à quel point sommes-nous autorisés à interpréter les scénarios mis en place et franchir la frontière diaphane entre guerre jouée et guerre vécue ?

24À partir de 1904, Schlieffen s’intéresse spécifiquement au cas belge en jouant deux voyages d’État-major concernant la traversée du territoire neutre. Toutefois, il est assez remarquable que les Schluβbesprechungen qui accompagnent ces deux Generalstabsreisen ne s’expriment pas davantage sur les causes qui ont amené la Belgique et les Pays-Bas à s’allier à la France plutôt qu’à l’Allemagne. Nous supposons pour notre part que le grand déploiement allemand le long de la frontière belgo-batave constitue une menace suffisamment sérieuse pour les deux pays qui décident alors de remettre leur destin entre les mains de la France. Mais était-ce là un point sur lequel Schlieffen désirait attirer l’attention de ses officiers ou s’intéressait-il plutôt à l’aspect proprement tactique de la question en élaborant son scénario ? Il est remarquable à nouveau que l’intervention éventuelle d’un corps expéditionnaire britannique ait été complètement passée sous silence par le chef du Grand État-major, à une époque où les diplomaties française et anglaise s’étaient pourtant rapprochées singulièrement suite aux accords bilatéraux de l’Entente cordiale signés en avril 1904.

25Par conséquent, concernant la perception de la neutralité belge au cours de ces quatre premières années du xxe siècle, nous émettrons ici différentes hypothèses. Première hypothèse : la quasi-absence d’intérêt dans ces jeux de guerre pour les principes du droit international (respect du traité des XXIV articles définissant la neutralité belge) démontre que, jusqu’en 1904 inclusivement, la question est vraiment d’ordre secondaire aux yeux de la Realpolitik allemande : de toute manière, semblent suggérer les jeux, la neutralité belge sera violée, peu nous chaut de savoir qui le fera en premier. Cette hypothèse n’est qu’en partie satisfaisante car elle élude la question du débarquement d’un corps expéditionnaire britannique pour protéger la neutralité belge qui ne pouvait pas totalement laisser Schlieffen indifférent. Deuxième hypothèse qui permettrait d’expliquer en partie les contradictions de la première : la traversée du Luxembourg et l’« écornement » relativement limité d’une petite partie de la province belge du même nom ne risquent pas d’entraîner aux yeux de Schlieffen l’intervention de l’Angleterre. Troisième hypothèse : Schlieffen est bien conscient de l’intérêt de la neutralité belge mais il se réserve l’opportunité d’étudier de façon plus approfondie la problématique dans ses jeux ultérieurs. Ainsi, le fait que la France soit la première puissance à franchir les frontières luxembourgeoise et éventuellement belge dans les wargames de 1901, 1902 et 1903 indiquerait que Schlieffen attache malgré tout un certain prix à la neutralité belge. C’est ce que suggère le général major Friedrich von Boetticher dans son commentaire du Generalstabsreise de 1902 mentionné plus haut, mais nous savons qu’il écrit son article dans les années 1930 dans un environnement de révisionnisme ambiant.

  • 42 « Die Verletzung der Neutralität von Luxemburg wird abgesehen von Protesten keine Folge von Bedeutu (...)
  • 43 « Die Haltung Hollands ist eher freundlich als feindlich zu erwarten. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], (...)
  • 44 « während mit einer feindlichen Haltung Belgiens zu rechnen ist. Eine Unterstützung Belgiens durch (...)

26En 1905, nous disposons désormais d’une pléthore de commentaires concernant la neutralité belge qui, nous le pensons, permettent désormais de franchir plus sûrement la frontière entre guerre jouée et guerre vécue. Sur un mode vraisemblablement ironique, Schlieffen s’autorise au cours d’une conférence à Fribourg en juillet 1905 à étudier « académiquement » la question de la neutralité belge en commentant son dernier voyage d’État-major. Il paraît évident que son sentiment n’est pas encore fixé car la traversée du territoire belge, confie-t-il à son assistance, comporte à ses yeux autant d’avantages que d’inconvénients. Enfin, dans son dernier grand jeu de guerre de novembre-décembre 1905, les troupes britanniques apparaissent. C’est la première fois que l’Angleterre intervient dans un wargame de Schlieffen ! Malgré la violation de la neutralité belge par la France, les Anglais font cause commune avec la Troisième République. Il est probable que Schlieffen cherche ici à tester les conséquences militaires de l’Entente cordiale dont il a eu connaissance. Fait significatif, les Pays-Bas et la Belgique prennent en l’occurrence le parti de l’Allemagne en raison de la transgression des règles du droit international par la France. Mais nous avons vu que Schlieffen n’est pas entièrement convaincu de la loyauté des deux petits États à cet égard. Cette méfiance à l’égard de la politique militaire menée à La Haye et surtout à Bruxelles doit être mise en parallèle avec les réflexions du stratège allemand dans son fameux « Plan » à la même époque : « La violation de la neutralité luxembourgeoise n’aura aucune conséquence importante à l’exception de quelques protestations. Les Pays-Bas ne voient pas moins que l’Allemagne un ennemi dans l’alliance anglo-française. Une convention avec eux devra être obtenue. Les Belges s’opposeront vraisemblablement [à l’Allemagne]42. » Ce jugement est confirmé par le résumé du plan de déploiement allemand de 1906-1907. En cas de guerre, Schlieffen compte sur la diplomatie allemande pour obtenir un accord avec la Hollande : « L’attitude de la Hollande sera plutôt amicale qu’hostile43. » En revanche, le jugement du chef du Grand État-major est plus sévère à l’égard des Belges à l’instar du « plan Schlieffen » : « tandis qu’il faut compter avec une attitude hostile de la Belgique. Un soutien de la Belgique par l’armée anglaise n’est pas à exclure. Elle peut s’avancer par la Hollande ou débarquer à Anvers44 ».

27Notre analyse des jeux de guerre précédant ce climax du plan de guerre allemand met bien en lumière l’évolution de la pensée du stratège allemand vers un plus grand intérêt à l’égard de la neutralité belge. Cet intérêt culmine en 1905 et 1906. Ce changement est sans doute lié au nouveau contexte politique de l’époque. Alors qu’auparavant Schlieffen ne s’intéressait que de loin à la problématique du franchissement de la frontière belge, l’Entente cordiale franco-anglaise l’incite subitement à envisager les conséquences militaires de la violation de la neutralité belge dans ses jeux de guerre. Son dernier Kriegsspiel de novembre-décembre 1905 suggère même que le chef du Grand État-major n’écarte pas la possibilité d’une offensive anglo-française en Belgique tandis que les Russes mobilisent à l’est. Une situation particulièrement défavorable pour l’Allemagne. Nous pensons que ce contexte politico-militaire nouveau façonné par l’Entente cordiale pousse désormais Schlieffen à envisager sérieusement la possibilité de violer en premier la neutralité belge.

Notes

1 La recherche sur la première guerre mondiale en Belgique est toujours foisonnante. Nous renvoyons – en attendant la probable vague de publications à l’aube du centenaire en 2014 – aux actes des deux grands colloques organisés en 2003 et 2008 : Serge Jaumain, Michael Amara, Benoit Majerus et Antoon Vrints (dirs.), Une guerre totale ? La Belgique dans la première guerre mondiale. Nouvelles tendances de la recherche historique. Actes du colloque international organisé à l’ULB du 15 au 17 janvier 2003, Bruxelles : AGR, 2005 ; Pierre-Alain Tallier et Patrick Nefors (dirs.), Quand les canons se taisent. Actes du colloque international organisé par les archives de l’État et le Musée de l’Armée et d’Histoire militaire (Bruxelles, 3-6 novembre 2008), Bruxelles : AGR, 2010.

2 John Horne et Alan Kramer, German Atrocities 1914. a History of Denial, Londres et New Haven : Yale University Press, 2001.

3 La plus récente analyse du « plan Schlieffen » dans Hans Ehlert, Micheal Epkenhans et Gerhard P.Groß (dirs.), Der Schlieffenplan. Analysen und Dokumente, 2eéd., Paderborn : Schöningh, 2007.

4 « Sobald die Franzosen luxemburgisches Gebiet betreten sollten, ist es geboten, auch deutscherseits zur Deckung des Aufmarsches die luxemburgische Grenze zu überschreiten. » Bundesarchiv-Militärarchiv [abrégé désormais BA-MA], RH61/v.96, [anonyme], Aufmarschanweisungen für die Jahre 1893/94 bis 1914/1915 [ca. 1931 ?] ; Aufmarsch 1899/1900, dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 364.

5 « Im Übrigen bleibt der Befehl hierzu der O.H.L. vorbehalten. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], Aufmarschanweisungen… ; Aufmarsch 1899/1900, dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 364.

6 « Die belgische Grenze darf nur auf ausdrücklichen Befehl der O.H.L. überschritten werden. Luxemburgisches Gebiet kann zur Deckung des Aufmarsches betreten werden, sobald es der Feind betritt. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], Aufmarschanweisungen… ; Aufmarsch 1903/1904, dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 386.

7 « Holländisches und belgisches Gebiet wird nicht betreten, bis es von der O.H.L. befohlen oder vom Gegner betreten wird, oder diese Staaten die Feindseligkeiten beginnen. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], Aufmarschanweisungen… ; Aufmarsch 1905/1906, dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 397.

8 Jehuda L. Wallach, Das Dogma der Vernichtungsschlacht : Die Lehren von Clausewitz und Schlieffen und ihre Wirkungen in zwei Weltkriegen, Francfort : Bernard und Grafe, 1967. Thomas Lindemann, « L’idéologie de l’offensive dans le plan Schlieffen », Stratégique, 69, 1998, p. 167-194.

9 BA-MA, N43/141K, « Chef des Generalstabes des Armee. Denkschrift Dezember 1905. Karten. » Carte no 3 : « Chef des Generalstabes der Armee. Denkschrift Dezember 1905. Karte3. Weiterer Vormarsch. Durch Signaturen bezeichnet. 22. u. 31. Tag. 1/300.000 » ; Carte no 7 : « Chef des Generalstabes der Armee. Denkschrift Dezember 1905. Karte 7. Einschliessung von Antwerpen vom 19. ab ».

10 Terence Zuber, « Der Mythos vom Schlieffenplan », dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 56-60.

11 Retraçant les débats Gerhard P. Groß, « There Was a Schlieffen Plan. Neue Quellen », dans Ehlert, Epkenhans et Groß, op. cit., p. 117-160.

12 Dans Niall Ferguson, The Pity of War, Londres : The Penguin Press, 1998, l’historien britannique déconstruit avec un sens robuste de la provocation l’idée d’une Grande-Bretagne entrée en guerre pour sauver la Belgique agressée et tente de montrer que si l’Allemagne n’avait pas violé la neutralité belge, la Grande-Bretagne l’aurait très certainement fait.

13 Au centre de ces débats se trouvait l’ouvrage de Fritz Fischer, Griff nach der Weltmacht. Die Kriegszielpolitik des kaiserlichen Deutschland 1914-1918, Düsseldorf : Droste, 1961. Les controverses sont retracées dans Konrad H. Jarausch, « Der nationale Tabubruch. Wissenschaft, Öffentlichkeit und Politik in der Fischer-Kontroverse », dans Martin Sabrow, Ralph Jessen et Klaus Große Kracht (dirs.), Zeitgeschichte als Zeitgeschichte. Groβe Kontroversen seit 1945, Munich : Beck, 2003, p. 20-40. Gerd Krumeich et Gerhard Hirschfeld, « Die Geschichtsschreibung zum Ersten Weltkrieg », dans Gerd Krumeich, Gerhard Hirschfeld et Irina Renz (dirs.), Enzyklopädie Erster Weltkrieg, 2e éd. revue, Paderborn : Schöningh, 2004, p. 304-315, ici p. 309-310.

14 Robert T. Foley, « Schlieffen’s last Kriegsspiel », War Studies Journal, III, 1998, p. 117-135, et IV, 1999, p. 97-115. Robert T. Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, Londres : Frank Cass, 2003, p. 6-7. Arden Buchholz, Moltke, Schlieffen and Prussian War Planning, New York : Berg, 1991, p. 85-93.

15 BA-MA, RH61/347, Wilhelm Dieckmann, Der Schlieffenplan [ca. 1935-1939], p. 153-154. Terence Zuber, Inventing the Schlieffen Plan : German War Planning 1871- 1914, Oxford et New York : Oxford University Press, 2002, p. 171.

16 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 51.

17 Friedrich von Boetticher (Generalmajor), « Der Lehrmeister des neuzeitlichen Krieges », dans Friedrich von Cochenhausen (Generalleutnant a. D.) (dir.), Von Scharnhorst zu Schlieffen (1806-1906), hundert Jahre preuβisch-deutscher Generalstab. Auf Veranlassung des Reichswehrministeriums bearbeitet von aktiven und ehemaligen Offizieren des Reichsheeres, mit 8 Bildtafeln und 21 Textskizzen, Berlin : Mittler und Sohn, 1933, p. 264.

18 BA-MA, RH61/347 ; Dieckmann, op. cit., p. 164-165.

19 Ibidem. Zuber, Inventing the Schlieffen Plan, op.cit., p. 184.

20 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 61.

21 BA-MA, PH 3/659, Übersicht über die Operationen der 1. groβen Generalstabsreise 1904 [Geheim !] ; BA-MA PH3/661, Übersicht über die Operationen der 2. groβen Generalstabsreise 1904 [Geheim !]. Le résumé qui suit est tiré de ces documents. Le premier document est traduit pour ses parties les plus importantes dans Terence Zuber, German War Planning, 1891-1914 : Sources and Interpretations, Woodbridge : Boydell Press, 2004, p. 155-165.

22 BA-MA, PH 3/659, Übersicht, p. 7 (notre traduction).

23 BA-MA, PH 3/659, Übersicht, p. 7-8 (notre traduction).

24 BA-MA PH3/661, Übersicht über die Operationen der 2. groβen Generalstabsreise 1904. Le résumé qui suit est tiré de ce document.

25 Eugen von Zoellner (Generalleutnant), « Schlieffens Vermächtnis », Militärwissenschaftliche Rundschau, Sonderheft 4, janvier 1938, p. 48. Friedrich von Boetticher (Generalmajor), op. cit., p. 310-312.

26 BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher.

27 Gerhard P. Groß, « There Was a Schlieffen Plan : New Sources on the History of German Military Planning », War in History, 15/4, 2008, p. 394-396.

28 Terence Zuber, « There never was a “Schlieffen Plan” : AReply to Gerhard Gross », War in History, 17/2, 2010, p. 234-236.

29 « Politisch kann das ja verboten sein, aber akademisch können wir uns ohne Schaden mit dieser Frage beschäftigen. » BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher, Groβe Generalstabsreise 1905, p. 3. Il s’agit peut-être d’un trait d’humour de Schlieffen pour amuser l’assistance, rapporté tel quel par le capitaine Hellfeld. Terence Zuber prend pour sa part cette phrase au pied de la lettre et considère qu’il s’agit là d’un signe du respect de Schlieffen pour la neutralité belge. Zuber, « There never was a “Schlieffen Plan” », op. cit., p. 237.

30 « Ehe man an diese Linie kommt, muß man bei Antwerpen vorbei, einer der größten Festungen der Welt, mit einer Armee in sich, und dieser Vormarsch ist noch getrennt durch Lüttich und Namur. Wenn man alle diese Schwierigkeiten überwindet, muß man außerdem darauf gefaßt sein, die ganze französische Armee vor sich zu finden, und diese Armee kann noch durch die belgische und niederländische Armee verstärkt sein. » BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher, Groβe Generalstabsreise 1905, p. 3.

31 On retrouve ce jugement dans le « plan Schlieffen » de décembre 1905-février 1906.

32 BA-MA, N323/9, Nachlass Boetticher, Groβe Generalstabsreise 1905, p. 3.

33 Kriegsspiel 1905, cité et traduit d’après Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 130.

34 Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 119. Voir aussi son analyse du Kriegsspiel dans Foley, « Schlieffen’s last Kriegsspiel », op. cit.

35 Kriegsspiel 1905, dans Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op.cit., p. 119-139 ; Zuber, The real german war plan, p. 41-46.

36 « Kriegsspiel » [art.], dans Der Groβe Brockhaus, t. 6, Wiesbaden : Brockhaus, 1955, p. 654 (notre traduction).

37 Nous nous référons ici à l’édition anglaise : Johan Huizinga, Homo Ludens : a Study of the Play-Element in Culture, Boston : Beacon Press, 1955, p. 3 (pour la citation) et 10. La première édition de l’ouvrage de Huizinga est parue en 1938 en néerlandais sous le titre Homo ludens, proeve eener bepaling van het spel-element der cultuur. Une traduction française existe : Johan Huizinga, Homo ludens : essai sur la fonction sociale du jeu, trad. fr. par Cécile Seresia, Paris : Gallimard, coll. « Les Essais », 1951. Elle a été rééditée chez Gallimard en 2008.

38 Même si les liens entre le Kriegsspiel prussien et les jeux de rôle des xxe et xxie siècles sont évidents. Voir le récit chez Konrad Lischka, « Wie preußische Militärs den Rollenspiel-Ahnen erfanden », http://www.spiegel.de/netzwelt/spielzeug/0,1518,625745,00.html (mis en ligne le 22 juin 2009, dernière consultation le 25 mars 2013).

39 Huizinga, Homo ludens, 1955, op.cit., p. 8-10.

40 Kriegsspiel 1905, cité et traduit d’après Foley, Alfred von Schlieffen’s Military Writings, op. cit., p. 130.

41 C’est le cas des Groβe Generalstabsreisen de 1904 et 1905 où un même déploiement initial se décline selon plusieurs variantes propres à chaque officier (Fälle).

42 « Die Verletzung der Neutralität von Luxemburg wird abgesehen von Protesten keine Folge von Bedeutung haben. Die Niederlande erblicken in dem mit Frankreich verbundenen England nicht weniger einen Feind als Deutschland. Ein Abkommen mit ihnen wird sich erzielen lassen. Belgien wird sich voraussichtlich widersetzen. » Text der Denkschrift : Krieg gegen Frankreich, Berlin, décembre 1905, édité dans Gerhard Ritter, Der Schlieffenplan. Kritik eines Mythos. Mit erstmaliger Veröffentlichung der Texte und 6 Kartenskizzen, Munich : Oldenbourg, 1956, p. 148.

43 « Die Haltung Hollands ist eher freundlich als feindlich zu erwarten. » BA-MA, RH61/v.96 [anonyme], Aufmarschanweisungen… ; Aufmarsch 1906/1907, dans Ehlert, Epkenhans, Groß, op. cit., p. 411.

44 « während mit einer feindlichen Haltung Belgiens zu rechnen ist. Eine Unterstützung Belgiens durch die englische Armee ist nicht ausgeschlossen. Sie kann durch Holland vorgehen oder bei Antwerpen landen ». Ibidem.

Auteurs

Université de Liège, Département des sciences historiques, Quai Roosevelt Ib, 4000 Liège, Belgique. Courriel : christophe.bechet@ulg.ac.be.

Université de Liège, Département des sciences historiques, Quai Roosevelt Ib, 4000 Liège, Belgique. Courriel : christoph.brull@ulg.ac.be.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search