Version classiqueVersion mobile

Guerre et jeu

 | 
Achim Küpper
, 
Kristine Vanden Berghe

Partie I. Enjeux historiques et politiques

Chapitre 1. Le double jeu libertin

Du jeu de Blaise Pascal aux Considérations politiques sur les coups d’État de Gabriel Naudé

Sara Decoster

Texte intégral

1Cette étude se propose de dégager le caractère ludique de la pensée politique de Gabriel Naudé (1600-1653) dans le contexte du xviie siècle. L’examen sera centré sur un texte-clé de la philosophie politique de l’auteur, les Considérations politiques sur les coups d’État. Naudé naît dans une famille peu aisée, mais, après de brillantes études, il est engagé comme bibliothécaire par des personnages influents et se retrouve ainsi dans les cénacles des grands de son époque. Après avoir travaillé pour le président de Mesmes et le cardinal Bagni, le dédicataire des Considérations politiques sur les coups d’État, Naudé entre successivement au service de Francesco Barberini, Mazarin et Christine de Suède. Dans une volonté de soutenir le pouvoir établi, Naudé s’oppose à la Fronde et rédigera un petit ouvrage en défense de Mazarin, le Mascurat. Dans la vie de Naudé, l’érudition et la réflexion politique vont de pair. Ces deux composantes essentielles de l’existence de l’auteur se conjuguent dans la réalisation de deux ouvrages bibliographiques, la Bibliographia politica et la Bibliographia militaris. Pour élaborer sa propre pensée sur base de sa culture livresque, Naudé s’inspire de Montaigne, Charron et de penseurs italiens tels que Machiavel. Ainsi, le philosophe développe une philosophie représentative d’un libertinage érudit et impie. Comme la duplicité constitue un trait distinctif de ce courant de pensée, le motif du double jeu mérite un examen approfondi.

  • 1 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris : Gallimard, 2004, p. 64.
  • 2 Ibidem.

2Avant de décrire les mécanismes ludiques mis en œuvre dans le coup d’État naudéen, il convient de s’interroger sur la nature du jeu. La notion de jeu est très complexe, peut-être même impossible à définir. Nous constatons effectivement, avec Wittgenstein, que, s’il existe un « air de famille », entre les différents jeux, aucune définition ne permet de délimiter le sens exact du mot et de couvrir toutes les pratiques que l’usage a consacrées en tant que « jeux1 ». Si le jeu est conçu comme une compétition entre plusieurs joueurs, la patience tombe en dehors du champ d’application de la définition. L’hypothèse de la nature divertissante du jeu est infirmée par les olympiades d’échecs, qui sont hautement sérieuses. De fait, lors d’une comparaison entre les différents jeux, « tu ne verras rien de commun à tous, mais tu verras des ressemblances, des parentés2 ». Dans ces circonstances, nous avons opté pour une réflexion théorique qui se nourrit des travaux de plusieurs théoriciens, notamment Johan Huizinga et Roger Caillois, afin d’illuminer les différentes facettes de la notion de jeu.

  • 3 Jean Delumeau, La peur en Occident. Une cité assiégée, Paris : Fayard, 1978.
  • 4 Johan Huizinga a lui-même souligné le rapport entre le jeu et la culture baroque : Johan Huizinga, (...)

3Une analyse d’un texte du xviie siècle ne peut cependant pas faire l’économie d’une contextualisation historique. La pensée de Naudé est profondément marquée par le cadre dans lequel elle a été élaborée. Comme l’a montré Jean Delumeau, une angoisse généralisée régnait dans une France rongée par différents fléaux comme les épidémies de peste. Les guerres de religion attisaient encore le climat d’insécurité3. Face à cette situation difficile, Gabriel Naudé recherche la tranquillité et développe une vision politique basée sur un État fort, résistant aux malheurs du temps. Une telle philosophie politique ne peut pas se soustraire au poids de l’histoire et présente, selon notre analyse, un caractère éminemment ludique. Étant donné ce contexte, il est utile de confronter les idées de Naudé à celles du philosophe qui a, au xviie siècle, le plus thématisé le jeu : Pascal. Cette comparaison met en relief une dimension ludique non dépourvue d’historicité dans la réflexion de Naudé. À une époque qu’on a pu qualifier de « baroque », la perspective ludique n’est pas un voile que les chercheurs ont voulu jeter sur le réel4. Au contraire, le jeu fait partie intégrante d’un réel complexe qu’il s’agit de dévoiler.

Une définition du jeu ?

  • 5 Ibidem, p. 15-16.
  • 6 Roger Caillois, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris : Gallimard, 1967, p. 37-38.

4Le jeu n’est pas uniquement omniprésent dans notre culture : il s’agit également d’un présupposé, que l’humanité n’a pas dû inventer. L’homme a sans doute toujours joué. L’humanité n’a d’ailleurs pas le monopole sur le jeu : les petits chatons jouent autant que les enfants. Le jeu n’a jamais commencé, et ne se terminera probablement jamais. En tout cas, l’homme n’arrête pas de jouer à l’âge adulte5. Amusant, mais inutile en soi, le jeu constitue, pour chacun, une échappatoire. Le jeu appartient à un espace-temps séparé6. Indépendant du vécu quotidien, le jeu se dissout dès que le quotidien se remet au premier plan. Dès que le jeu s’arrête, le quotidien reprend ses droits et les joueurs continuent, comme si de rien n’était. De ce point de vue, le jeu est également lié à la notion de mimesis. En tant qu’imitation de la réalité, il a le pouvoir d’emporter le joueur vers un ailleurs. En ce sens, le jeu se rapproche de la littérature. Le jeu relève de la fiction, de l’incantation, du délire. Si le jeu se superpose à la réalité le temps de la durée du jeu, il conserve toujours une part d’irréel. Pourtant, le joueur a tendance à tout oublier et est prêt à s’abandonner au hasard. Reste un seul objectif : celui de gagner le jeu. Cet objectif reste toujours debout, malgré, ou peut-être à cause de, l’incertitude fondamentale du jeu.

  • 7 Huizinga, op. cit., p. 58.
  • 8 Ibidem, p. 150-175.

5Le joueur est prêt à tout pour remporter la victoire, comme dans un combat. Cependant, tout en étant entraîné par un formidable élan, le joueur continuera à observer certaines règles, qu’il adopte volontairement. Selon Huizinga, le jeu s’articule selon « une règle librement consentie mais complètement impérieuse7 ». L’obligation d’observer certaines règles constitue également un signe de respect de l’adversaire. Celui-ci est considéré comme un égal, qui choisit volontairement d’entrer dans le jeu. Les règles peuvent changer, et ne sont donc pas absolument contraignantes, mais toute modification présuppose l’accord des différents joueurs impliqués. En effet, un code, même implicite, préside au déroulement du jeu, pour qu’une certaine justice puisse régner. Par un retournement de la perspective, il devient possible d’affirmer, avec Huizinga, que la guerre ne dégénère pas en inhumanité, aussi longtemps que le parallélisme avec le jeu reste d’application8. La guerre se déshumanise lorsque les belligérants ne songent plus à l’intégrité de l’ennemi, lorsque les règles les plus basiques de la civilisation peuvent être violées sans problème, notamment parce que l’adversaire n’est plus considéré comme un être à valeur égale.

  • 9 Hans-Johann Glock, Dictionnaire Wittgenstein, Paris : Gallimard, 2003, p. 338.
  • 10 Louis-Jean Calvet, Les jeux de la société, Paris : Payot, 1978, p. 16, cité par Colas Duflo, Jouer (...)

6Tous ces éléments de définition rendent la notion de jeu excessivement complexe, mais ne permettent pourtant pas de saisir la réalité du jeu. Ce problème de définition constitue également le point de départ de la théorie wittgensteinienne des jeux de langage, basée sur l’idée que le jeu échappe aux catégories de pensée telles que le langage les détermine9. Il est impossible d’enfermer le concept de jeu dans une définition claire : une pièce d’échecs prend, de même qu’un signe linguistique, son sens à travers un ensemble de règles, décrivant les opérations, ou les « coups », possibles avec la pièce. Le positionnement des pièces sur l’échiquier conditionne les coups réellement autorisés. Dans de telles circonstances, il devient impossible de trouver des universaux, fixant des bornes définitives à la notion de jeu. La signification du terme dépend de la façon dont il est utilisé : chaque activité ludique particulière possède son propre mode de fonctionnement, qui peut être décrit. Les différentes manifestations concrètes du jeu peuvent, ainsi, être identifiées comme « jeux ». Cette identification ne peut s’effectuer qu’a posteriori, après qu’un jeu spécifique a été posé préalablement. Ce raisonnement linguistique de Wittgenstein dévoile une caractéristique fondamentale du jeu : « Le jeu n’existe pas, il n’y a que les jeux10. »

Le jeu pascalien du xviie siècle

  • 11 Colas Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, Paris : PUF, 1997, p. 33-49. Laurent Thirouin, Le hasard (...)

7C’est sous la plume de Pascal que nous trouvons la réflexion la plus cohérente sur le jeu au xviie siècle. À cette époque, le jeu n’était pas un objet de philosophie, et aussi l’austère penseur de Port-Royal n’a-t-il pas élaboré de véritable théorie ludique. Néanmoins, Laurent Thirouin et Colas Duflo, qui nous ont servi de guide, ont pu démontrer que le jeu apparaît comme un véritable principe organisateur de la philosophie pascalienne11.

  • 12 Thirouin, op. cit., p. 7-14.

8Les références au leitmotiv du jeu abondent dans les textes de Pascal : l’auteur fait allusion au billard, à la paume, et aux divers jeux de cartes, et manifeste souvent une excellente maîtrise technique des différents jeux12. Par ailleurs, le jeu constituait le point de départ des travaux de Pascal sur le calcul des probabilités. Le calcul des probabilités fournissait effectivement une réponse aux joueurs qui, dans l’obligation d’interrompre leur jeu, voulaient savoir qui parmi eux aurait remporté la victoire.

  • 13 Les différentes interprétations du pari ont été analysées par Per Lønning : Cet effrayant pari. Une (...)

9Dès 1670, les contemporains, ont, eux aussi, remarqué que le jeu n’occupe pas une position anodine dans la pensée de Pascal. Cette place centrale du jeu a, à travers les siècles, suscité l’indignation des commentateurs, qui se sont notamment scandalisés du célèbre passage concernant le pari dans les Pensées13. À ce sujet, la réaction de Voltaire est bien éloquente :

  • 14 Voltaire, « Vingt-cinquième lettre sur les Pensées de M. Pascal », dans Lettres philosophiques, Ams (...)

D’ailleurs cet article paroit un peu indécent & puérile ; cette idée de jeu de perte & de gain ne convient point à la gravité du sujet.14

10En effet, alors que le jeu constitue la trame de fond de son raisonnement, Pascal réfléchit à des questions fondamentales, abordant des thèmes comme la religion, l’organisation du monde et le sort misérable de l’homme. Pascal dépeint, de fait, une humanité éprise du divertissement dont elle est l’esclave.

Le divertissement

  • 15 Blaise Pascal, Pensées et opuscules, publiés avec une introduction, des notices, des notes et deux (...)

11Si le jeu est partie intégrante de la pensée de Pascal, si le philosophe peut construire un monde sur le hasard, c’est pour des raisons peu ludiques, liées à la misère foncière de l’homme. L’être humain se destine au malheur, à cause de sa vanité, son agitation continuelle, parce que la sérénité ne lui sied guère. En effet, « [n]otre nature est dans le mouvement ; le repos entier est la mort15 ». L’homme est éternellement à la recherche d’un divertissement.

  • 16 Jean Mesnard, Les Pensées de Pascal, Paris : Sedes, 1976, p. 139-148.
  • 17 Pascal, op.cit., fr. 131, p. 388.
  • 18 Hélène Bouchilloux, Pascal. La force de la raison, Paris : Vrin, 2004, p. 145-146.
  • 19 Pascal, op. cit., fr. 139, p. 391.
  • 20 Ibidem, fr. 135, p. 389.
  • 21 Ibidem, fr. 139, p. 394.
  • 22 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 38.
  • 23 Pascal, op. cit., fr. 139, p. 393.

12Le divertissement est d’une importance vitale, car il permet de détourner l’esprit du malheur fondamental dans lequel vit l’espèce humaine depuis le péché originel. L’homme déchu aspire toujours à retrouver le paradis perdu et porte en lui le souvenir du souverain bien16. Après avoir connu la béatitude absolue, après avoir possédé la vérité ultime, l’homme est passé dans un état d’ignorance et d’abandon17. L’homme a accès à la transcendance grâce à la pensée, mais il n’est rien face au néant18. Tel est le drame de l’humanité. Face à la mortalité, inacceptable, mais propre à la condition humaine, l’oubli apparaît comme la seule et unique solution. L’oubli devient un refuge permettant d’échapper à l’état insupportable auquel l’humanité est réduite. C’est pourquoi le divertissement est nécessaire. Le jeu, la guerre, la fréquentation des femmes lui offrent l’évasion d’un instant. Lorsque l’homme se livre à ses passions, il se met dans le mouvement et réalise la perte de soi existentiellement nécessaire. Ainsi, la discussion philosophique est surtout intéressante dans sa dimension de lutte spirituelle. L’activité de la chasse est poursuivie davantage que la proie19. De fait, « [r]ien ne nous plaît que le combat, mais non pas la victoire20 ». Le bonheur terrestre semble résider dans la guerre plutôt que dans la paix, car dès que la tranquillité s’installe, l’homme se retrouve seul avec sa pensée et sa misère et devra se mettre à la recherche d’un nouveau divertissement. C’est vrai : « On cherche le repos en combattant quelques obstacles ; et si on les a surmontés, le repos devient insupportable21. » C’est ainsi que l’humanité est continuellement tiraillée entre l’échauffement et l’ennui22. En effet, les êtres humains « croient chercher sincèrement le repos, et ne cherchent en effet que l’agitation23 ».

  • 24 Bouchilloux, op. cit., p. 152-157.

13Les « demi-habiles », c’est-à-dire les philosophes et plus particulièrement les stoïciens, dédaignent le peuple, toujours prompt à s’engager dans une course sotte, sans même songer aux périls éventuels24. Au second degré, il s’avère cependant que le peuple a raison. Sur cette terre, une vie heureuse semble être une vie mouvementée, car la misère humaine provient d’une cause beaucoup plus essentielle, qu’il s’agit d’oublier. La déchéance de l’humanité a provoqué une immense douleur, que seul le christianisme peut effacer. Les croyants ont connaissance de ce remède, mais ne comprennent pas forcément la nature du divertissement. Le christianisme constitue donc une réponse au malheur humain, mais si l’homme s’obstine à rester sourd, il ne pourra pas entendre le message. Tel est plus particulièrement le cas du penseur hardi, du libertin athée. Celui-ci persiste dans l’orgueil, place sa propre raison au sommet d’un univers sans Dieu.

  • 25 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 44-46.
  • 26 René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, Genève et Paris : Slat (...)

14Pascal lance un pari au libertin, qui se croit supérieur au peuple crédule et qui refuse de se soumettre à la divinité. Le pari prend la forme d’un jeu suprême, destiné à ramener le joueur au bercail25. Le stratagème est parfaitement adapté au public ciblé. Le pari appelle fortement à la raison que le libre penseur croit omnipotente. En outre, le pari exploite la perspective ludique cruciale pour les libertins, qui sont des joueurs dans l’âme. Dans les cabinets savants où ils organisaient leurs rendez-vous clandestins, « le badinage, même osé, sur les sujets sacrés ou profanes, est une habitude contre laquelle personne n’oserait s’élever26 ».

  • 27 Pascal, op.cit., fr.233, p. 434-442.
  • 28 Lønning, op. cit.
  • 29 Bouchilloux, op. cit., p. 157-160. Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 46-48. Henri Go (...)

15Le jeu prend la forme d’un pari27. Ce pari, qui a été largement commenté par les chercheurs, portera sur la question de l’existence de Dieu28. Comme dans chaque pari, il n’y a que deux possibilités : soit Dieu existe, soit Dieu n’existe pas. Ce pari s’impose à l’être humain. Dès que la question est posée, il faut prendre position. Le jeu est enclenché et ne peut plus être arrêté. La vérité religieuse est inconnue : il est impossible de voir le dessous du jeu. Le jeu ne connaîtra son dénouement que lors du jugement dernier. Le salut de l’âme constitue le gage de ce pari très particulier. Se pose alors la question de connaître la probabilité que le joueur gagne le jeu et accède à une vie heureuse éternelle. S’il parie pour l’existence de Dieu, le joueur gagne l’infinité, s’il s’avère que Dieu existe. S’il s’avère que Dieu n’existe pas, rien n’est perdu. Si le joueur gage que Dieu est une pure invention de l’esprit humain, il récupère sa mise, lorsqu’il apparaît que sa présupposition correspondait à la vérité. Par contre, si l’existence de Dieu est révélée, la perte sera infinie. Dans de telles conditions, il est plus intéressant de croire29.

  • 30 Gouhier, op. cit., p. 285.
  • 31 Bouchilloux, op. cit., p. 159-160.
  • 32 Pascal, op. cit., fr. 277, p. 458.

16Après le pari, il paraît rationnel que la foi l’emporte, mais le pari n’en donne pas pour autant accès à la lumière divine. Le joueur est désormais disposé à recevoir Dieu, au sens où il veut triompher du hasard, et, le cas échéant, rapporter la victoire finale, assurant son entrée au Paradis. Désormais, il s’engage dans une quête pour trouver Dieu30. La recherche de Dieu se passe à travers une vie chrétienne. Cette vie chrétienne permet à l’être humain de conserver son intégrité, garantissant, partant, son bonheur31. Du reste, l’homme peut s’approcher de Dieu par la lecture des Saintes Écritures. La grâce est offerte : à l’homme de se préparer à la recevoir. Pascal lui-même s’est mis à genoux devant Dieu pour le rencontrer. À un niveau plus général, l’être humain doit reconnaître son humilité face à la grandeur du Créateur. C’est quand la raison s’incline devant la lumière divine, que la vérité de la foi peut illuminer les mortels. C’est que le « cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point32 ». La vérité de la foi, d’un ordre supérieur à celui de l’humanité ne peut être disséquée par la raison. Seuls les sentiments permettent d’atteindre l’état de grâce.

  • 33 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 44-48. Gouhier, op. cit., p. 258-279.

17Somme toute, le jeu pascalien prend en compte la propension humaine au divertissement, mais ouvre en même temps la voie pour transcender ce penchant. Grâce au jeu de Pascal, l’homme change la direction de ses recherches33. Désormais, ses recherches ne constituent plus une vaine agitation pour compléter un vide. Désormais, l’homme veut emprunter le chemin vers Dieu, qui sera son seul but. Ainsi, il se prépare pour accueillir la grâce.

Divertissement et politique

  • 34 Ferreyrolles, Pascal et la raison du politique, Paris : PUF, 1984.
  • 35 Ibidem, p. 152.

18L’anthropologie pascalienne se reflète dans une pensée politique cohérente, dont Gérard Fereyrolles a proposé une analyse rigoureuse34. À l’instar de Saint-Augustin, Pascal considère la société comme un fait naturel. L’homme est fait pour vivre en communauté. Au sein de ces communautés, il existe des divergences entre les individus. Même si tous les êtres humains ont une valeur intrinsèque égale, tous ne possèdent pas les mêmes capacités. Partant, tous ne sont pas appelés à remplir les mêmes fonctions au sein de la société. Il s’agit d’un simple constat, antérieur au péché. Avant le péché régnait la plus parfaite harmonie. Non qu’il n’y eût aucun rapport hiérarchique, mais il n’exista « point de puissance coercitive mais seulement directive, tout ordonnée au bien de celui qui en est l’objet, et au bien commun35 ».

  • 36 Thirouin, op. cit., p. 29.

19Si l’humanité pécheresse s’est dégradée en un état de bassesse et d’insuffisance, Dieu a institué un ordre politique, conforme à la nature humaine. Cet ordre politique est à la fois une punition et un signe de la clémence divine. L’homme a été expulsé du jardin d’Éden. Au lieu de régner sur l’univers, l’homme est maintenant assujetti à l’ordre de la création36. L’homme est entouré d’une nature qu’il ne maîtrise plus. En même temps, chaque être humain se trouve sous le joug du reste de l’humanité. En effet, l’ordre politique assigne un rôle particulier à chacun, alors que le souverain ne se distingue pas forcément par ses mérites. Cette organisation est peut-être basée sur le hasard, mais c’est grâce à cet ordre politique que la chute n’a pas mené au chaos le plus absolu dans la société babélienne.

  • 37 Ferreyrolles, op.cit., p. 229-248.

20De ce point de vue, l’état chrétien ne se distingue pas fondamentalement de l’état factuel bien connu37. Dieu cautionne en effet la cité des hommes en tant que telle, car ses lois suffisent pour organiser la vie terrestre, et notamment pour endiguer la concupiscence, qui est mise au service de l’intérêt collectif et non du seul individu :

  • 38 Pascal, op.cit., fr.451, p. 540-541.

Tous les hommes se haïssent naturellement l’un l’autre. On s’est servi comme on a pu de la concupiscence pour la faire servir au bien public ; mais ce n’est que feindre, et une fausse image de la charité ; car au fond ce n’est que haine.38

  • 39 Pascal, op. cit., fr. 337, p. 485.
  • 40 Ferreyrolles, op. cit., p. 244.

21Par ailleurs, plus qu’un mécanisme de correction assurant le fonctionnement de la société, la loi humaine implique également une certaine pénitence : en obéissant à un ordre contingent, l’être humain se voit contraint de s’abaisser. Il quitte son superbe et s’ouvre à la grâce de Dieu. En d’autres termes, en se pliant aux règles de la société, le citoyen respecte la volonté de Dieu. Le passage à un niveau supérieur, où se crée l’état des parfaits chrétiens, demande une transformation intérieure. Dans l’état chrétien, les sujets auront complètement assimilé la loi, qui sera conforme à leurs principes de cœur. Les chrétiens honorent leurs souverains « par une autre lumière supérieure39 ». Le monarque chrétien, de son côté, continue l’exercice du pouvoir, qui devient cependant en même temps un devoir écrasant. Le roi chrétien est conscient que son autorité lui a été conférée par Dieu : il devra se montrer à la hauteur de la tâche, être vraiment magnanime. Ainsi, cette « participation de la puissance de Dieu » constitue la meilleure garantie contre la tyrannie40.

Le jeu politique

Le jeu politique de Pascal

  • 41 Le caractère ludique de l’ordre sociétal pascalien a été mis en évidence par Thirouin, op. cit., p. (...)

22Malheureusement, en cette vallée des larmes, un tel état n’existe pas. La société humaine est fondamentalement déchue : en conséquence, toute loi sera le simple fruit du hasard. L’organisation de la société revêt donc un caractère ludique, que Pascal a bien compris41.

  • 42 Lazzeri, Force et justice dans la politique de Pascal, Paris : PUF, 1993.
  • 43 Ferreyrolles, op. cit., p. 102.

23En effet, la sphère politique est placée sous le signe de la contingence, ce qui implique qu’elle est soumise à la concupiscence de l’être humain42. La concupiscence se manifeste à travers la violence et la libido dominandi. L’homme est mû par une volonté de domination sur l’autre43. Toutefois, cette violence possède un statut ambivalent, dans la mesure où elle se porte également garante de la paix.

  • 44 Pascal, op.cit., fr.326, p. 480.
  • 45 Mesnard, op. cit., p. 196.

24La force est de fait indispensable au maintien de l’ordre établi. C’est que l’équilibre sociétal passe par le respect de la loi. Chacun doit donc se soumettre aux lois, pas nécessairement parce que celles-ci sont bonnes, mais parce qu’elles ont le simple mérite d’exister. De même, « il faut obéir aux supérieurs […] parce qu’ils sont supérieurs44 ». Toute explication est superflue. Les supérieurs et les lois incarnent la force et sont une source de crainte45. Ainsi, la société se préserve de contestations trop virulentes, par la soumission à la loi du plus fort, qui est en l’occurrence la loi du hasard. Le privilège de la naissance détermine l’identité du roi : il y a une dissociation totale entre le mérite et la légitimité politique. En d’autres termes, la société repose sur un terrible jeu de hasard.

  • 46 Pascal, op.cit., fr.313, p. 475.
  • 47 Thirouin, op. cit., p. 52.

25Par contre, le peuple vit dans l’illusion que l’ordre établi repose sur la justice. C’est pourquoi il accepte son sort. Si le peuple arrivait à la véritable connaissance des mécanismes régissant la société, la révolution deviendrait inévitable. Avec la révolution, la société entre dans de terribles troubles : « Le plus grand des maux est les guerres civiles46. » Il est donc absolument nécessaire d’organiser la tromperie du peuple, et de l’emmener dans un jeu propre à cacher la réalité47.

  • 48 Ferreyrolles, op. cit., p. 118-127. Laurent Thirouin, « Les premières liasses des Pensées. Architec (...)
  • 49 Ferreyrolles, op. cit., p. 125.

26Or, la tranquillité est dans l’intérêt de tous et constitue un objectif politique majeur. Le peuple est trompé, et se trompe dans son jugement sur les grands qu’il croit estimer pour leurs qualités. Et nonobstant, le peuple détient la sagesse dans sa bêtise48. Chaque homme, même le plus lucide, est obligé de rentrer dans le jeu et de faire semblant que la société est juste. C’est le prix à payer pour une vie en communauté, qui ne dégénère pas dans l’anarchie, où seules régneraient la violence et la concupiscence, divertissements nécessaires à la condition humaine. Ainsi, la scène politique se transforme en un théâtre où chaque acteur a un rôle à jouer. La royauté n’est pas une qualité intrinsèque, mais en mimant la royauté, le roi s’impose comme roi, se fait respecter et tant que tel et devient réellement roi. En respectant les apparences, les apparences deviennent la réalité. Dans cette société terrestre, où l’homme est nécessairement soumis à la contingence, les cérémonies possèdent une force régulatrice. De fait, « la naissance du politique se situe dans le passage de la force aux signes de la force49 ». L’humanité est sauvée par cette faculté d’organiser un ordre symbolique. Dans les apparences, la grandeur humaine peut se préserver et l’homme s’élève au-dessus du règne animalier.

Le jeu politique de Naudé

  • 50 Françoise Charles-Daubert, « Introduction », dans Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les (...)

27Naudé partage la vision ludique de Pascal sur la société humaine. Pour les deux penseurs, la tranquillité est indispensable pour assurer le bien-être terrestre. Dans la philosophie de Naudé, le maintien de l’État est une valeur en tant que telle50. Cette vision est liée à une impression de destruction universelle. En effet, Naudé vit à un moment où les morts côtoient toujours les vivants. La France se fait ronger par de sombres querelles intestines. Les guerres de religion se succèdent, et leur menace plane toujours comme une ombre sur toute prospérité éventuelle. Aussi Naudé vit-il dans l’angoisse continuelle de la déperdition de toutes choses :

  • 51 Gabriel Naudé, Œuvres complètes, t. V, Traité sur l’éducation humaniste (1632-1633), Paris : Garnie (...)

tout est soumis à des aléas, et les arts, les royaumes, les sciences, les principes, les cieux même, les terres et les mers sont mus par une certaine alternance, si bien que rien n’est constant ni soumis à une loi éternelle, rien n’est stable et perpétuel dans le monde.51

  • 52 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 140-144.

28L’homme est né pour mourir ; toute chose porte en elle son déclin. Les États sont destinés à tomber. Rome ne peut pas être la ville éternelle. Les États européens sont sur le point de basculer, et, dans leur chute prochaine, ils entraîneront avec eux toute notion de justice, de science, de religion52.

  • 53 Yves Charles Zarka, « Raison d’état, maximes d’état et coups d’état chez Gabriel Naudé », dans Yves (...)
  • 54 Ferreyrolles, op.cit., p. 123.
  • 55 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 153.
  • 56 Ibidem, p. 158.
  • 57 Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations : Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Nau (...)
  • 58 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 93.
  • 59 Zarka, op. cit., p. 155.

29Le grand danger susceptible de ruiner l’État provient de la folie du peuple53. Contrairement à Pascal, Naudé adopte une attitude extrêmement négative envers la « populace ». Pascal remarque le manque de discernement du commun des mortels, mais ce constat ne s’accompagne pas de mépris54. Pour Naudé, par contre, le peuple s’assimile à une racaille inférieure aux bêtes. La masse populaire est méchante, changeante, déloyale. « Ennemie du repos et de la tranquillité », la masse a éternellement besoin d’un divertissement. Sa violence peut se déchaîner à tout moment, détruisant tout ce qu’elle rencontre sur sa trajectoire. Dans leur hystérie foncière, les « gens de basse, servile et mécanique condition » se laissent entraîner par tout discours charlatanesque, car ils ne perdent aucune occasion de se mutiner55. D’ailleurs, le peuple est exempt de toute réflexion et ne réfléchit donc ni aux raisons ni aux conséquences de la sédition. Cependant, « la force gist toujours de son costé56 ». La multitude dispose toujours d’une puissance à l’état brut, pour de simples raisons physiques57. Le souverain doit donc s’ingénier à subjuguer le peuple, non par les armes, qui ne constituent d’ailleurs jamais une réponse définitive à l’anarchie, mais par un jeu machiavélien. L’ordre politique ne peut pas reposer purement sur la force militaire, mais demande aussi et surtout de la stratégie. La manipulation constitue le moyen le plus efficace pour réprimer les révoltes et, ainsi, de préserver la paix, qui conditionne la prospérité de tous. La soumission en matière politique est le prix du bien-être général. Au cœur de cette logique implacable se trouvent les coups d’État. Les coups d’État, qui comportent une forme de violence, sont destinés à rester hautement exceptionnels, et se justifient par la nécessité de rétablir, de conserver ou de restaurer un régime politique58. Il s’agit en effet d’interventions très particulières, ut sint excessus iuris communis propter bonum commune, « excès du droit commun à cause du bien public59 » :

  • 60 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 65.

des actions hardies & extraordinaires, que les Princes sont contraints d’executer aux affaires difficiles & comme desespérées, contre le droit commun, sans garder aucun ordre ny forme de justice, hazardant l’interest du particulier, pour le bien du public.60

  • 61 Zarka, op. cit., p. 160.

30Si les coups d’État de Naudé restent de nature éminemment politique, ils sortent du jeu politique normal, dont les maximes et la raison d’État posent le cadre. Si les coups d’État relèvent de l’extraordinaire, leur impact se mesure dans tout l’art de la gouvernance61. En effet, ils s’accomplissent dans le but de maintenir la structure étatique, et assurent ainsi, sur le long terme, l’intérêt général. Le coup d’État implique toujours une forme de violence, et s’apparente donc, de ce point de vue, à la guerre. Paradoxalement, le coup devrait pourtant, dans le meilleur des cas, prévenir davantage d’effusions de sang inutiles.

  • 62 Jean-Pierre Cavaillé considère le massacre de la Saint-Barthélemy comme « paradigmatique, dans sa f (...)
  • 63 Denis Crouzet, La nuit de la Saint-Barthélemy : un rêve perdu de la Renaissance, Paris : Fayard, 19 (...)
  • 64 Une étude récente sur le sujet est celle de Jean-Louis Bourgeon, L’assassinat de Coligny, Genève : (...)
  • 65 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 108-117. Zarka, op. cit., p. 16 (...)

31La théorie des coups d’État s’illustre dans le massacre de la Saint-Barthélemy62. L’événement historique du massacre de la Saint-Barthélemy se situe dans le contexte des guerres de religion63. En 1570, la troisième guerre civile s’était soldée par la paix de Saint-Germain, garantissant une liberté de conscience aux protestants, qui recevaient également le droit de bénéficier de lieux de culte. Dans une perspective de pacification, l’amiral Gaspard de Coligny, un protestant notoire, est choisi comme conseiller du roi. Le mariage de Marguerite de Valois, sœur du roi, et le réformé Henri de Navarre est arrangé dans le même esprit conciliateur. Les noces, célébrées le 18 août 1572, sont l’occasion d’une affluence énorme dans la capitale. De nombreux protestants sont présents également. Dans la foulée des festivités, un attentat est orchestré contre Coligny, qui survit. L’origine de l’attentat n’a jamais été élucidée tout à fait, de plus que la documentation disponible ne permet pas une reconstitution très exacte des faits64. Naudé lui-même cite plusieurs personnes appartenant à la maison royale, ainsi que le parti de catholiques radicaux des ducs de Guise. De nombreuses hypothèses circulent concernant l’attentat, mais quoi qu’il en soit, celui-ci a été suivi par l’éradication des protestants. La tension montait en effet à Paris où une foule s’était rassemblée, et des représailles protestantes étaient à craindre suite à l’attentat. C’est pourquoi 1200 arquebusiers sont appelés à Paris. Dans la nuit du 23 au 24 août, Coligny est défenestré par le duc de Guise. Ensuite, les événements dérapent. Le peuple se déchaîne sur le cadavre de Coligny, continue à tuer, les protestants sont massacrés. Ainsi, entre 2000 et 4000 personnes trouvent la mort dans la ville de Paris, tandis que 20000 personnes auraient perdu la vie sur l’ensemble du territoire français. Si des catholiques ont été tués aussi, ces chiffres sont néanmoins très éloquents. En un lapse de temps excessivement court, les protestants ont été décimés, mais pas totalement exterminés. L’action a donc été virulente, mais, incomplète, d’après Naudé. De fait, le problème religieux n’est pas résolu. Le camp protestant n’est pas complètement anéanti, l’homogénéité confessionnelle du royaume français n’est pas atteinte. Aussi longtemps qu’il y a des opposants sur le territoire, la paix ne peut régner. Les survivants peuvent devenir des témoins embarrassants, susceptibles de dénoncer la cruauté de la tuerie de la Saint-Barthélemy. Dans un tel contexte, les tensions entre catholiques et protestants s’enveniment à nouveau, si bien que les catholiques se sont réunis dans la Ligue, qui comporte, à son tour, un danger pour la stabilité de la France. L’exécution du massacre s’est donc avérée très déficiente, également sur le long terme. Toutefois, les événements de la Saint-Barthélemy auraient pu entrer dans l’histoire de France comme le coup d’État le plus parfait : la violence ultime aurait pu débarrasser la France des protestants, et, partant, des guerres de religion. Il fallait seulement que le cataclysme soit mené jusqu’au bout65.

32En réalité, le massacre de la Saint-Barthélemy apparaît surtout comme un épisode particulièrement sanglant et difficilement justifiable. En effet, aucun motif clair ne semble présider au carnage, dont les protestants n’ont pas fourni la cause directe. Les incidents de la Saint-Barthélemy ne s’expliquent pas par un coup antérieur de la part de l’ennemi. En ce sens, les coups d’État constituent effectivement un acte de transgression. Aucun code implicite n’est respecté. La guerre perd sa dimension honnête pour s’assimiler à une violence gratuite et brutale, culminant dans un bain de sang terrible.

  • 66 Zarka, op. cit., p. 168.

33Ce bain de sang n’est, pour Naudé, pas un mal en soi66. Naudé minimise l’atrocité du carnage et démonte rapidement toute argumentation possible contre le visage inhumain de la Saint-Barthélemy : la violence est acceptable par la loi du talion. De fait, les protestants sont eux-mêmes coupables d’actes indéfendables. Par ailleurs, la rumeur d’une attaque potentielle de la part des protestants commençait à se répandre au moment du massacre. Mieux vaut calmer les esprits et identifier la rumeur à la vérité, faisant apparaître la violence de la Saint-Barthélemy comme un acte de légitime défense. Les faits, cruels en soi, se doublent ainsi d’une tromperie discursive.

34En fait, Naudé adopte un point de vue extrêmement utilitariste. Une extermination finale des protestants aurait pu résoudre définitivement les troubles religieux. C’est que la fin justifie les moyens. Une paix utopique aurait pu être atteinte grâce au massacre. Ce massacre résulte d’une maîtrise admirable des rouages des coups d’État. Dans le contexte de circonstances fortuites, en l’occurrence un mariage royal, le génie du coup d’État a pu instrumentaliser la folie du peuple pour arriver à ses propres fins. Il s’agit d’exploiter avantageusement l’extraordinaire force des masses populaires, qui se jettent dans la bataille avec l’énergie des plus démunis. Cependant, étant donné le caractère irrationnel du peuple, l’entreprise reste largement tributaire du hasard. Quand la réflexion fait défaut, les événements restent éternellement imprévisibles.

Aspects ludiques de la théorie naudéenne des coups d’État

35Naudé intègre, comme Pascal, un dispositif ludique dans sa politique, mais sa vision repose sur des bases différentes. La politique pascalienne est extrêmement théâtrale, c’est-à-dire que tous les acteurs impliqués respectent le jeu des apparences, car les apparences sont constitutives de l’ordre politique.

  • 67 Robert Damien, « Des mythes fondateurs de la raison politique. Gabriel Naudé ou les bénéfices de l’ (...)
  • 68 Pascal, op. cit., fr. 337, p. 485.

36Naudé ne recule pas devant la manipulation et admet donc un jeu des apparences67. Toutefois, le savant ne se prive pas de ricaner : il est sans doute utile de monter une pièce de théâtre à l’intention du peuple, mais l’esprit fort est supérieur à de telles vérités secondes et vit dans la vérité vraie : la comédie n’existe que pour une masse populaire, qu’il importe surtout d’opprimer. En ce sens, le jeu de Naudé n’est pas collectif, contrairement à celui de Pascal. Certains citoyens, qui se considèrent comme plus habiles, ne sont pas dupes du jeu. Naudé s’éloigne donc des parfaits chrétiens de Pascal. Naudé est un penseur habile, qui, dans son for intérieur, se moque du privilège de la naissance, mais qui respecte les souverains « par la pensée de derrière68 ». Si la répartition des positions dans la société est due à un hasard aveugle, Naudé se met au service de celui qui détient le pouvoir, car il est prêt à conclure un pacte dans une logique d’intérêt bien compris.

  • 69 Lorenzo Bianchi, Rinascimento e libertinismo. Studi su Gabriel Naudé, Naples : Bibliopolis, 1996, p (...)

37La théorie politique incorpore la piperie, mais si elle s’apparente encore à un jeu, il s’agit d’un jeu bien cruel. Pour Naudé, le maintien de l’État prime de façon absolue et le bien commun l’emporte sur le bien-être du particulier69. Des milliers de catholiques ont trouvé la mort dans l’hécatombe de la Saint-Barthélemy, mais ce sacrifice peut se légitimer par l’extermination des protestants. Dans un territoire religieusement homogène, la paix et la prospérité peuvent revenir, au bénéfice de tous. Par ailleurs, les apparences sont, encore une fois, trompeuses. Si la pensée de Naudé est incompatible avec le code d’honneur traditionnel, elle repose quand même sur des règles rigoureuses.

  • 70 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 76-82.

38Naudé propose en effet cinq règles70. En premier lieu, les coups d’État doivent être défensifs et non offensifs. En d’autres termes, ils doivent s’insérer dans une logique de protection des frontières existantes, sans verser dans l’impérialisme. En effet, parfois, un crime devient licite, voire nécessaire, en vertu du droit d’un ordre supérieur. La deuxième règle prolonge ce raisonnement : le but du coup d’État réside dans le bien public. La décision du coup d’État ne peut donc pas émaner de la seule volonté d’un despote, mais doit se fonder sur l’intérêt général. Troisièmement, les règles exceptionnelles sont adaptées aux circonstances exceptionnelles. La force aveugle du coup d’État relève de la justice et non de la tyrannie, parce qu’elle ne se déploie pas au quotidien. Ensuite, dans la mise en œuvre des coups d’État, il faut préférer le plus possible la douceur et la facilité. Chaque coup sur l’échiquier doit être mûrement réfléchi : une attitude distanciée est plus indiquée pour la prise de décisions que l’emprise des passions. D’ailleurs, la population respecte généralement davantage un souverain magnanime. En dernier lieu, la violence n’est pas une fin en soi et s’impose par la nécessité, et, en tant que contrainte, le coup d’État s’exécute dans la contrition.

  • 71 Jean-Pierre Cavaillé invoque « l’irrationnalité » des coups d’État, cf. Cavaillé, op. cit., p. 264.

39À première vue, le coup d’État naudéen s’inscrit donc dans un espace réglé : les règles sont différentes, le jeu change peut-être de nature, mais ne perd pas a priori son caractère ludique. Cependant, les règles de Naudé sont des principes abstraits, plutôt que de véritables règles. Ces principes fixent un cadre et se proposent de déterminer dans quelles conditions les acteurs concernés peuvent entamer leur jeu. Or, une fois que le coup d’envoi a été donné, plus aucune règle ne détermine quels mouvements sont autorisés ; les rôles des différents pions restent très mystérieux. Le massacre de la Saint-Barthélemy est la parfaite illustration de l’absence de loi : un vide sépare l’attentat contre Coligny de la tuerie qui a suivi. Les péripéties particulières n’ont pas été préméditées et les rôles des acteurs restent confus jusqu’au dénouement final. La nuit de la Saint-Barthélemy, une folie collective s’est déchaînée, soumettant les intervenants individuels au pur hasard71. Le hasard fait partie intégrante des coups d’État.

  • 72 Gabriel Naudé, « Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de mag (...)
  • 73 Cavaillé, op. cit.

40Dans l’anarchie, rien ne permet de faire la distinction entre l’interdit et le licite, entre le bien et le mal. Au fond, rien ne distingue César du conspirateur ordinaire, si ce n’est qu’il a gagné son pari72. A posteriori, les événements se clarifient et commencent à revêtir un sens, consacré par l’histoire73. Les règles se dégagent après que le rideau est tombé.

41Si les règles du jeu ne sont connues qu’a posteriori, tout est permis aussi longtemps que le jeu est en cours. Ce point de vue est assez problématique : a posteriori, il existe toujours une explication à tout. Pourtant, l’absence de règles contraignantes fait partie de la nature ludique du jeu, qui peut se modifier en fonction des envies des joueurs. D’où la difficulté wittgensteinienne de définir le jeu et de l’enfermer sous un dénominateur absolu, universel et éternellement valable.

42Le jeu implique en effet la notion de liberté. Les joueurs ne sont pas uniquement libres de changer les règles, ils ont également la possibilité de décider de leur participation au jeu. Si une discussion sérieuse se termine en badinage, si le travail se termine en compétition, devient ludique et peut-être amusant, c’est que les différents acteurs concernés ont, au moins implicitement, permis que la situation change.

43Dans les Considérations politiques sur les Coups d’État, la liberté apparaît de manière très ambiguë. Les participants au jeu sont libres, mais cette liberté est délicate à concevoir dans l’hécatombe de la Saint-Barthélemy. Le peuple occupe le devant de la scène. Sans avoir reçu de commandements, les foules exécutent le massacre. Le coup d’État se réalise par l’action des masses populaires. Or, la foule n’a élaboré aucun stratagème et n’a pas pris connaissance du dessous du jeu. Le peuple croit jouer son propre jeu, mais ignore que celui-ci fait partie d’un jeu plus grand. Manipulée, la plèbe ne peut pas se poser en agent, libre et responsable de ses actes. En réalité, le prolétaire n’est qu’un pion, déplacé sur l’échiquier par une main invisible. Un pouvoir supérieur s’est déguisé en Dieu et rédige ses propres scénarios.

  • 74 Zarka, op. cit., p. 164.
  • 75 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 77.

44Si le quidam, pauvre et ignorant, n’est pas acteur au grand théâtre du monde, si ce quidam est réduit à une marionnette, reste à savoir qui tire les ficelles. À première vue, la répartition des rôles semble évidente. Les masses populaires sont soumises au souverain, en tant que sujets74. Le souverain a l’autorité pour gouverner, c’est-à-dire pour prendre les décisions concernant la vie de chacun. Dans une logique de despotisme éclairé, ces décisions dérivent du bien commun, et non de la seule volonté d’un seigneur75. Celui-ci doit régner en assurant le salut du peuple, qui est, selon les conceptions naudéennes, incapable de discerner où réside son intérêt. En conséquence, il semble logique que le souverain soit parfois obligé de prendre des décisions impopulaires, garantissant toutefois le bien-être général. Nous voyons ainsi que le règne doit s’inspirer des lumières de la raison, et le souverain porte des responsabilités considérables. Investi d’une mission très spécifique, le seigneur ne jouit cependant pas d’une liberté totale. Sa politique est commandée par les nécessités de l’État. Nous pouvons donc conclure qu’il n’est donc pas réellement maître du jeu.

  • 76 L’idée du philosophe-conseiller a été développée par Robert Damien, Bibliothèque et État. Naissance (...)
  • 77 Louis Marin a analysé la politique naudéenne comme une émanation de la culture baroque, où le maîtr (...)
  • 78 Jean-Pierre Cavaillé, « Gabriel Naudé. Destinations et usages du texte politique », Les cahiers du (...)
  • 79 Gabriel Naudé, La Bibliographie politique du Sr. Naudé, contenant les livres et la methode necessai (...)

45Entre le souverain et le peuple, se trouve le philosophe, le conseiller du prince76. C’est là que Naudé entre en jeu. Dans les coulisses du pouvoir, il théorise l’action politique77. Le philosophe occupe une position sociologique très spécifique. Tel est tout particulièrement le cas de Naudé. Malgré des origines modestes, l’auteur des Considérations politiques gravit les échelons sur l’échelle sociale. Ses compétences intellectuelles lui procurent des emplois auprès des grands de son époque, où le philosophe sent battre le cœur du pouvoir. Grâce à son bagage littéraire et historique, Naudé peut se mettre au service des grands seigneurs. Comme le remarque Jean-Pierre Cavaillé78, Naudé maîtrise en effet tous les raffinements du jeu politique, auquel il participe de façon médiate, notamment par « l’art de composer les discours & les traitez Politiques, dont l’on a besoin en diverses occasions qui se présentent à ceux qui manient les affaires d’Estat79 ». Ainsi, le savoir se mue en pouvoir et le philosophe peut exercer un pouvoir indirect sur le peuple. En effet, le sort du peuple dépend du chef d’État. Ce dernier s’inspire de l’intérêt général, une notion somme toute très floue, dont le philosophe délimite le champ d’application.

  • 80 Robert Damien, Bibliothèque et état, op. cit.
  • 81 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 237-239.
  • 82 Ibidem, p. 233.

46Or, le peuple ne peut pas être considéré comme un véritable adversaire. Il s’agit plutôt d’une donnée, avec laquelle il faut composer, mais qui se prête également à la manipulation. Le prolétaire n’est pas l’égal du philosophe en tant que citoyen, et fonctionne comme un pion dans le jeu naudéen. Le fidèle serviteur rédige en effet les Considérations politiques pour son seigneur. En même temps, ce texte se manifeste comme un coup d’État au second degré80. Non content de faire éclater les secrets des rouages politiques au grand jour à travers l’écrit, Naudé fait en plus imprimer son traité. Le texte aurait été tiré à 12 exemplaires seulement, ce qui assure, certes, un certain degré de confidentialité. Toutefois, le passage par les presses facilite la propagation des idées et augmente sensiblement la longévité d’un document par rapport au manuscrit81. En l’occurrence, une pensée comme celle de Naudé comporte des vérités séditieuses, potentiellement menaçantes pour l’équilibre politique et les détenteurs du pouvoir. Naudé agit, de surcroît, en pleine conscience de cause. Il connaît l’efficacité subversive des libellés, au moment où « la guerre moderne ne se fait pas moins avec les lettres qu’avec les lances » et conseille donc à Mazarin de se servir de cette arme82.

  • 83 Cette idée de concurrence confirme l’analyse de Louis Marin, qui insiste sur la confusion baroque e (...)
  • 84 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 188-222.
  • 85 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 233-248. Marin, op. cit., p. 49.

47À travers l’écrit, Naudé peut s’emparer du pouvoir, donner le branle à un soulèvement populaire, démolir le régime politique existant pour mieux servir ses propres causes. De cette façon, le scribe philosophe entre en concurrence directe avec son employeur83. Il est sans doute significatif que tout un chapitre du traité de Naudé84 est consacré à la description du ministre le plus compétent pour seconder le souverain. Cette description dresse, en réalité, le catalogue des qualités de Naudé, qui n’oublie pas de préciser que le ministre n’est pas nécessairement noble85. Son supérieur peut donc tout à fait se reposer sur lui pour l’exercice du pouvoir. Somme toute, Naudé a bien préparé son coup : rien ne semble s’opposer à ce qu’il puisse régner. Toutefois, le souverain n’est sans doute pas dupe et peut, lui aussi, décider de se servir de son conseiller comme d’un simple pion, qui peut aisément être sacrifié lorsqu’un enjeu important se dessine. De fait, Naudé est indéniablement rusé, mais il court le risque de se faire tromper par son rival supérieur, dont il devra déjouer la ruse. En fin de compte, le souverain et son conseiller jouent donc entre eux, se servant de la plèbe comme pions, au rythme haletant des coups.

  • 86 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 236.

48L’intellectuel prend la mesure de ses forces par rapport à un riche puissant. Ainsi se révèle une autre dimension du jeu naudéen bien singulier. Un tel duel entre le souverain et son serviteur frôle l’interdit, dans la mesure où l’idée est peu acceptable. L’interdit possède un aspect jouissif prononcé. Le philosophe se livre en effet à un jeu caché, qui présente la particularité de se manifester à travers un écrit publié. En plus, le texte est destiné à rester dans l’ombre, non seulement en raison d’un contenu subversif, mais aussi et surtout parce qu’il comporte une trahison. Le secret peut donc être découvert à tout moment, et éclater au vu et au su de tout le monde86. Ce risque contribue au plaisir du secret.

  • 87 Marin, op. cit. Huizinga, op. cit., p. 293.

49La fascination de l’interdit et la délectation du secret dévoilent la nature libertine du texte naudéen. Naudé évolue en effet dans le milieu de débauche intellectuelle du libertinage érudit. Dans cet environnement, la transgression se trahit dans des messages codés et dans des écrits sujets à interprétation, dont la signification n’est jamais stable. L’équivocité est également de mise dans les Considérations politiques sur les coups d’État. La duplicité se joue à un double niveau. D’une part, Naudé joue clairement la carte de la soumission du peuple, mais la possibilité de faire échec et mat à un souverain reste ouverte. Le libertin joue ainsi deux jeux différents, selon que l’adversaire est noble ou plèbe. D’autre part, Naudé manifeste une dualité dans les contacts avec son supérieur, adoptant une attitude à la fois soumise et provocatrice. Étant donné cette ambivalence fondamentale, sur plusieurs plans à la fois, il devient très difficile de déterminer les positions des différentes pièces sur l’échiquier. Les apparences sont trompeuses, et le réel n’est jamais tel qu’il ne paraît. Au bout du compte, le réel et les apparences se confondent. Ce jeu a été qualifié de « baroque par Luis Marin », confirmant ainsi les vues de Johan Huizinga, qui insiste sur le caractère ludique d’une culture dite « baroque » au xviie siècle87.

50En fin de compte, force est de constater que Naudé mise sur la stabilité. La stabilité politique demande peut-être quelques sacrifices au niveau de la liberté d’expression, mais fournit les meilleurs gages pour une vie heureuse et tranquille. Naudé refuse de se retrouver ballotté au gré du destin. Comme il essaie de se soustraire au jeu de hasard des révolutions, le philosophe essaie d’éliminer tous les éléments imprévisibles, en exerçant un contrôle serré sur les masses populaires. Naudé cherche à échapper au jeu sociétal, dans lequel il est un simple pion soumis aux aléas du hasard, par l’invention d’un nouveau jeu, où il veut dominer. Dans ce jeu, le peuple n’est pas reconnu comme un véritable adversaire. Il apparaît plutôt comme une force brute, qui ne prémédite pas réellement ses coups. De fait, le peuple apparaît comme une masse compacte, homogène, porteuse d’une violence contre laquelle le savant doit s’armer. Cette même violence est toutefois susceptible d’être exploitée.

  • 88 Huizinga, op.cit., p. 150-175.

51De fait, la philosophie politique naudéenne recèle un certain totalitarisme. À tout moment, un coup peut être perpétré d’en haut, sans explication ni motif apparent. La valeur d’une vie humaine est annihilée en vertu de la stabilité d’un règne, qui est censé être une cause supérieure. L’individu s’efface devant le bien commun. Les dérives de Naudé donnent un nouveau sens aux conclusions de Huizinga88. Le philosophe dérape effectivement au moment où il ne reconnaît plus l’humanité de certains acteurs, en l’occurrence les masses populaires. Celles-ci ne disparaissent cependant pas tout à fait de la scène : le jeu continue, à un autre niveau. Le sort d’une vie humaine est déterminé par un ordre supérieur.

  • 89 Ferreyrolles, op. cit., p. 126.

52La philosophie de Pascal n’est pas davantage centrée sur l’individu. Les deux penseurs expriment des jugements semblables sur le peuple, considéré comme étant dépourvu de rationalité. Le danger populaire réside essentiellement dans les révoltes toujours latentes contre le pouvoir établi, alors que celui-ci garantit le bonheur collectif. Pour se prémunir contre ces maux, Pascal et Naudé mettent en œuvre une tromperie politique, qui prend la forme d’un jeu, dans les deux cas, mais le dispositif ludique revêtira des formes différentes. Le jeu pascalien se présente surtout comme une mimesis des apparences, qui présente la particularité de s’adresser à tous. Effectivement, l’érudit s’assimile au peuple, par une imitation volontaire. L’érudit comprend que la société terrestre est régie par le hasard, et non par la justice, mais accepte de se leurrer, et de croire, les yeux grands ouverts, aux mensonges présentés au peuple, pour que le hasard se transforme en justice. L’érudit accepte de jouer un rôle, dans un jeu collectif de nature éminemment théâtrale89.

53Naudé, par contre, se trouve dans une logique beaucoup plus agonale. Naudé ne refuse pas la tromperie pure et ses corollaires théâtraux, mais il ne recule pas non plus devant la violence. Loin d’imiter le peuple, l’érudit se place à une hauteur supérieure, d’où il peut exercer un certain pouvoir. Le peuple devient un simple pion, dans les mains d’un malin génie, qui organise la vie collective. De ce point de vue, la philosophie de Naudé se démarque de celle de Pascal, qui s’insère dans une perspective théologique. Moins agonale, plus théâtrale, la philosophie de Pascal se présente sous la forme d’un jeu de rôles particulier : le riche et le pauvre sont tous les deux soumis à un ordre divin.

Notes

1 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris : Gallimard, 2004, p. 64.

2 Ibidem.

3 Jean Delumeau, La peur en Occident. Une cité assiégée, Paris : Fayard, 1978.

4 Johan Huizinga a lui-même souligné le rapport entre le jeu et la culture baroque : Johan Huizinga, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. fr. par Cécile Seresia, Paris : Gallimard, 1951, p. 293.

5 Ibidem, p. 15-16.

6 Roger Caillois, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris : Gallimard, 1967, p. 37-38.

7 Huizinga, op. cit., p. 58.

8 Ibidem, p. 150-175.

9 Hans-Johann Glock, Dictionnaire Wittgenstein, Paris : Gallimard, 2003, p. 338.

10 Louis-Jean Calvet, Les jeux de la société, Paris : Payot, 1978, p. 16, cité par Colas Duflo, Jouer et philosopher, Paris : PUF, 1997, p. 29.

11 Colas Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, Paris : PUF, 1997, p. 33-49. Laurent Thirouin, Le hasard et les règles. Le modèle du jeu dans la pensée de Pascal, Paris : Vrin, 1991.

12 Thirouin, op. cit., p. 7-14.

13 Les différentes interprétations du pari ont été analysées par Per Lønning : Cet effrayant pari. Une « pensée » pascalienne et ses critiques, Paris : Vrin, 1980.

14 Voltaire, « Vingt-cinquième lettre sur les Pensées de M. Pascal », dans Lettres philosophiques, Amsterdam : E. Lucas, au Livre d’or, 1734, p. 306. Ce passage est cité par Thirouin, op. cit., p. 130.

15 Blaise Pascal, Pensées et opuscules, publiés avec une introduction, des notices, des notes et deux fac-similés du manuscrit des Pensées, éd. Léon Brunschvicg, Paris : Hachette, 1909, fragment 129 (noté fr. par la suite), p. 387.

16 Jean Mesnard, Les Pensées de Pascal, Paris : Sedes, 1976, p. 139-148.

17 Pascal, op.cit., fr. 131, p. 388.

18 Hélène Bouchilloux, Pascal. La force de la raison, Paris : Vrin, 2004, p. 145-146.

19 Pascal, op. cit., fr. 139, p. 391.

20 Ibidem, fr. 135, p. 389.

21 Ibidem, fr. 139, p. 394.

22 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 38.

23 Pascal, op. cit., fr. 139, p. 393.

24 Bouchilloux, op. cit., p. 152-157.

25 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 44-46.

26 René Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du xviie siècle, Genève et Paris : Slatkine, 1983, p. 99.

27 Pascal, op.cit., fr.233, p. 434-442.

28 Lønning, op. cit.

29 Bouchilloux, op. cit., p. 157-160. Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 46-48. Henri Gouhier, Blaise Pascal. Commentaires, Paris : Vrin, 2005, p. 258-279.

30 Gouhier, op. cit., p. 285.

31 Bouchilloux, op. cit., p. 159-160.

32 Pascal, op. cit., fr. 277, p. 458.

33 Duflo, Le jeu de Pascal à Schiller, op. cit., p. 44-48. Gouhier, op. cit., p. 258-279.

34 Ferreyrolles, Pascal et la raison du politique, Paris : PUF, 1984.

35 Ibidem, p. 152.

36 Thirouin, op. cit., p. 29.

37 Ferreyrolles, op.cit., p. 229-248.

38 Pascal, op.cit., fr.451, p. 540-541.

39 Pascal, op. cit., fr. 337, p. 485.

40 Ferreyrolles, op. cit., p. 244.

41 Le caractère ludique de l’ordre sociétal pascalien a été mis en évidence par Thirouin, op. cit., p. 43-104. C’est Gérard Ferreyrolles qui a dégagé la cohérence de la pensée politique de Pascal (Ferreyrolles, op. cit.). Cet ouvrage a été une source d’inspiration importante pour nous.

42 Lazzeri, Force et justice dans la politique de Pascal, Paris : PUF, 1993.

43 Ferreyrolles, op. cit., p. 102.

44 Pascal, op.cit., fr.326, p. 480.

45 Mesnard, op. cit., p. 196.

46 Pascal, op.cit., fr.313, p. 475.

47 Thirouin, op. cit., p. 52.

48 Ferreyrolles, op. cit., p. 118-127. Laurent Thirouin, « Les premières liasses des Pensées. Architecture et civilisation », xviie siècle, 177/44.4, 1992, p. 463.

49 Ferreyrolles, op. cit., p. 125.

50 Françoise Charles-Daubert, « Introduction », dans Gabriel Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, Hildesheim, Zürich et New York : G. Olms, 1993 [1639], p. xxxi-xxxv.

51 Gabriel Naudé, Œuvres complètes, t. V, Traité sur l’éducation humaniste (1632-1633), Paris : Garnier, 2009 [1633], p. 146.

52 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 140-144.

53 Yves Charles Zarka, « Raison d’état, maximes d’état et coups d’état chez Gabriel Naudé », dans Yves Charles Zarka (dir.), Raison et déraison d’État. Théoriciens et théories de la raison d’État aux xvie et xviie siècles, Paris : PUF, 1994, p. 151-169, ici p. 162.

54 Ferreyrolles, op.cit., p. 123.

55 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 153.

56 Ibidem, p. 158.

57 Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations : Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquato Accetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris : Champion, 2002, p. 212-213.

58 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 93.

59 Zarka, op. cit., p. 155.

60 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 65.

61 Zarka, op. cit., p. 160.

62 Jean-Pierre Cavaillé considère le massacre de la Saint-Barthélemy comme « paradigmatique, dans sa forme comme dans son contenu, de la démarche des Considérations », cf. Cavaillé, op. cit., p. 240, note 130. Un autre avis est celui de Julien Freund, « La situation exceptionnelle comme justification de la raison d’État chez Gabriel Naudé », dans Roman Schnur (dir.), Staatsräson. Studien zur Geschichte eines politischen Begriffs, Berlin : Dunker & Humblot, 1975, p. 141-164.

63 Denis Crouzet, La nuit de la Saint-Barthélemy : un rêve perdu de la Renaissance, Paris : Fayard, 1994. Janine Garrisson, La Saint-Barthélémy, Paris : Complexe, 1987.

64 Une étude récente sur le sujet est celle de Jean-Louis Bourgeon, L’assassinat de Coligny, Genève : Droz, 1992.

65 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 108-117. Zarka, op. cit., p. 162.

66 Zarka, op. cit., p. 168.

67 Robert Damien, « Des mythes fondateurs de la raison politique. Gabriel Naudé ou les bénéfices de l’imposture », Corpus. Revue de philosophie, 35, « Gabriel Naudé : la politique et les mythes de l’histoire de France », 1999, p. 67.

68 Pascal, op. cit., fr. 337, p. 485.

69 Lorenzo Bianchi, Rinascimento e libertinismo. Studi su Gabriel Naudé, Naples : Bibliopolis, 1996, p. 115.

70 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 76-82.

71 Jean-Pierre Cavaillé invoque « l’irrationnalité » des coups d’État, cf. Cavaillé, op. cit., p. 264.

72 Gabriel Naudé, « Apologie pour tous les grands personnages qui ont été faussement soupçonnés de magie », dans Jacques Prévot, Thierry Bedouelle et Etienne Wolff (dirs.), Libertins du xviie siècle, Paris : Gallimard, 1998, p. 299.

73 Cavaillé, op. cit.

74 Zarka, op. cit., p. 164.

75 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 77.

76 L’idée du philosophe-conseiller a été développée par Robert Damien, Bibliothèque et État. Naissance d’une raison politique dans la France du xviie siècle, Paris : PUF, 1995.

77 Louis Marin a analysé la politique naudéenne comme une émanation de la culture baroque, où le maître, le souverain, occupe le devant de la scène, alors que son conseiller exerce un réel pouvoir dans les coulisses : Marin, op. cit.

78 Jean-Pierre Cavaillé, « Gabriel Naudé. Destinations et usages du texte politique », Les cahiers du Centre de recherches historiques, 20, 1998, http://ccrh.revues.org/index2539.html (consulté le 20 décembre 2011).

79 Gabriel Naudé, La Bibliographie politique du Sr. Naudé, contenant les livres et la methode necessaires à estudier la politique, trad. Charles Challine, Paris : chez la vesve de Guillaume Pele, 1642.

80 Robert Damien, Bibliothèque et état, op. cit.

81 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 237-239.

82 Ibidem, p. 233.

83 Cette idée de concurrence confirme l’analyse de Louis Marin, qui insiste sur la confusion baroque entre le rôle de souverain et celui de conseiller. Cf. Marin, op. cit.

84 Naudé, Considérations politiques sur les coups d’État, op. cit., p. 188-222.

85 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 233-248. Marin, op. cit., p. 49.

86 Cavaillé, Dis/simulations, op. cit., p. 236.

87 Marin, op. cit. Huizinga, op. cit., p. 293.

88 Huizinga, op.cit., p. 150-175.

89 Ferreyrolles, op. cit., p. 126.

Auteur

Université de Liège, Bibliothèque ALPHA : sections germanique et romane, Place Cockerill 3, 4000 Liège, Belgique. Courriel : sara.decoster@ulg.ac.be.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search