Version classiqueVersion mobile

Constructions de l’imaginaire national en Amérique latine

 | 
Alfredo Gomez-Muller

4- Les idées et les imaginaires politiques de la nation

Imaginaire, mémoire et identité dans la Colombie contemporaine

Marie Estripeaut-Bourjac

Texte intégral

1Tout au long du xxe siècle, la Colombie a été représentée dans sa littérature comme un pays « frappé d’amnésie » – selon les termes du poète Luis Vidales –, dans lequel le temps s’est arrêté et dont l’histoire se présente comme répétition cyclique d’événements traumatiques. À titre d’exemple, voici quelques unes des représentations de cette Colombie amnésique :

  • 1 J’ai effectué toutes les traductions de cet article.

Rien ne durait, rien ne se perpétuait dans ce monde sans mémoire ni passé. (Moreno : 220)1

Je vais avoir cent ans et j’ai vu changer tout, jusqu’à la position des astres dans l’univers, mais je n’ai encore rien vu changer dans ce pays – disait-il –. Ici, on fait de nouvelles constitutions, de nouvelles lois, de nouvelles guerres tous les trois mois, mais on vit toujours au temps de la Colonie. (García Márquez : 259-260)

[…] le xixe siècle change pour tout le monde, sauf pour nous. (García Márquez : 221)

2Ces représentations se retrouvent dans le symbolisme des enfants qui naissent avec une queue en tire-bouchon, au début et à la fin de Cien años de Soledad, de García Márquez. Comme cette tare familiale, l’histoire peut se répéter à l’infini. C’est ce qu’illustre la tournure verbale « había de… », si récurrente chez García Márquez, symbolisation syntaxique d’un passé qui parle de son futur, mais d’un futur qui est déjà du passé. Ajoutons encore cette affirmation d’Ana Carrigan : « […] depuis le Massacre des Bananeraies à Ciénaga en 1928, en passant par la mort de Jorge Eliécer Gaitán à Bogotá, jusqu’à l’invraisemblable tragédie du Palais de Justice, il semble que rien ne se passe » (Carrigan : 217). On peut aussi rapporter l’anecdote de ce gouverneur du département de Cundinamarca du début du xxe siècle, auquel un maire a opposé une fin de non-recevoir à une de ses circulaires, dans laquelle il demandait des statistiques sur les mouvements de population : « car Votre Grâce saura certainement que, dans ce village, on ne naît pas, on ne vit pas et on ne meurt pas » (López Michelsen : XXIX).

3Pour Daniel Pécaut, la Colombie se caractérise par « […] une étonnante absence de mémoire collective » (Pécaut 2005 : 268). D’après ce chercheur, l’absence d’un récit canonique de référence qui permette au pays d’appréhender les événements présents, construit une expérience spécifique du temps, fondée sur l’oubli, l’instant et l’immédiateté, autant dépourvue « d’un horizon d’attente que d’une référence stable au passé » (Pécaut 1999 : 24), comme l’exprime l’aphorisme favori des sicaires : « Nous ne sommes pas nés pour laisser une semence ». Ce culte de l’instant s’oppose à la durée d’une guerre vécue comme une répétition, comme si la violence « faisait partie de la nature même des choses » (Pécaut 1996-1997 : 179).

Los Nuevos, l’histoire et l’identité

4La génération de Los Nuevos (1925-1953), injustement passée aux oubliettes, a pourtant été la première à signaler ce rapport spécifique au temps, à la mémoire et à l’histoire qui caractérisait la Colombie d’alors :

La Colombie est un pavot géant. Les dieux lui ont accordé l’étrange faculté de cette célèbre plante, qui s’endort au contact des doigts. Ici, tout s’oublie […] notre histoire ne nous apprend rien en ce qui concerne la formation de ce pays, sa condition et ses lois implicites. Nous sommes réfractaires à ce que d’autres nations nomment, au sens le plus noble du terme, leur « tradition », peut-être parce qu’un pays « des autres », comme le nôtre, ne possède pas de trajectoire ordonnée, c’est-à-dire de tradition. (Vidales 1977 : 409)

5Luis Vidales signale ici une absence de mémoire collective, qu’il attribue à un passé de colonisés qui n’a pas encore été dépassé. La critique et la lutte contre cette conception du temps orienteront la démarche générationnelle de Los Nuevos. Il est en effet clair pour eux que la génération précédente, celle du Centenario, a arrêté le cours de l’histoire et le développement de la nation : « […] cette génération empêcha la République de s’affranchir de l’économie coloniale […] » (Zalamea : 40). Le Centenario, qui se veut aussi l’élite intellectuelle de la capitale du pays, au regard d’une époque qui n’est que menaces de toutes parts (soit retour inévitable et inconjurable du chaos, soit révolution et rupture), a ainsi préféré laisser en suspens les réformes sociales et économiques à l’ordre du jour :

[…] et favorise durant trente ans une caste seigneuriale qui ne dépasse pas le demi million de sujets, mais qui se donne le luxe de vivre en ignorant les sept millions et demi de Colombiens restant. (Zalamea : 39)

6Dans les années 1920, cette élite est surtout occupée à donner au pays – et à se donner – le spectacle d’un banquete de cultura, selon l’expression de Jorge Zalamea. Une de ses activités est consacrée à gommer l’origine raciale du peuple colombien et à nier l’hétérogénéité constitutive de son territoire, en s’auto-représentant blanche et hispanique. Ainsi, Miguel Triana, en 1910, affirme que les Indiens qui peuplaient la Colombie pré-colombienne ne sont jamais parvenus à « s’acclimater » au territoire et que les véritables « Indigènes » d’Amérique ne furent donc pas les Indiens, mais les créoles blancs : « Les peuples sans âme, c’est-à-dire sans attachement affectif à la terre nourricière, ne possèdent pas de raison ethnique et, tels la plante sans racines, sont condamnés à disparaître […] » (Castro Gómez : 237).

7L’amnésie collective explique aussi le peu d’intérêt affiché par les classes dirigeantes, au début des années 1920, pour l’étude de l’histoire de la nation. On voit combien histoire, identité collective, imaginaire et mémoire sont unis, lorsqu’une partie de la classe qui détient l’accès au savoir refuse de reconnaître ses origines raciales, s’interdisant ainsi toute possibilité d’enracinement.

8Ainsi, à quelle mémoire collective peut prétendre une élite dirigeante toute entière tournée vers l’imitation de modèles culturels et identitaires autres ? Pour Vidales, il s’agit d’une conception spécifique de la mémoire, qui, au lieu d’être un capital vivant, mobilisable et réactualisable à tout instant, se fige et se glace. Il nomme ainsi ce processus :

[…] loi de l’« hivernage » national […]. L’oubli et un état léthargique semblent être les mots d’ordre de cette sociologie. Il s’agit d’une somnolence, d’un segismondisme, d’un gésir soporifique, d’un état de catalepsie, d’une condition hypnotique, d’un somnambulisme, d’une vagotonie végétale […]. (Vidales 1977 : 410)

9La société colombienne des années 1920 propose donc aux jeunes Colombiens, c’est-à-dire aux Nuevos, une image de soi qui est négation de leur « colombianité », ainsi qu’un imaginaire qui refuse son époque et auquel s’adapter signifierait être inadapté au reste du monde. Luis Tejada a été l’un des premiers à cerner ce malaise identitaire :

[…] peut-être qu’en aucun autre pays que dans le nôtre il n’est aussi difficile d’être un vrai patriote, pour une raison essentielle : parce que nous ne savons même pas jusqu’où va la patrie. […] Nous sommes réellement un peuple sans frontières ; elles ne sont vraiment délimitées ni dans la zone du Panamá, ni dans la zone du Pérou, ni dans la zone du Vénézuéla ; il y a partout des territoires, plus ou moins vastes, qui se trouvent en litige. (Tejada : 135)

10Tejada nomme ainsi ce que masque le discours officiel : l’absence de réalité – de référent – de la notion de Patrie pour les Colombiens. Dans ce contexte, le patriotisme est « un simple culte externe » et il ne peut en être autrement, car non seulement le pays ne possède pas de frontières clairement délimitées, mais encore, affirme Tejada, il ne s’émeut pas lorsque Péruviens, Vénézuéliens ou Américains du Nord occupent progressivement son territoire : « […] cela ne nous surprendrait pas que notre patrie aille jusqu’à la Patagonie, mais nous n’allons pas non plus être surpris lorsqu’elle n’atteindra que Facatativá » (Tejada : 136).

11C’est ainsi que l’on peut parler d’« auto-engendrement » à propos de Los Nuevos, qui se représentaient comme orphelins d’un passé et d’une histoire dans lesquels trouver une source d’identification. Pour eux, l’histoire commence aujourd’hui, ainsi que le proclame Alberto Lleras :

Nous n’avons pas eu peur de rompre avec le passé pour nous jeter dans les courants nouveaux. Et, sans racines dans l’histoire de notre patrie, nous avançons, toujours recherchant un autre courant, une forme nouvelle, une formule plus exacte, le regard toujours rivé au loin […]. (Lleras 1925 : 135)

12Los Nuevos désirent ainsi participer à l’histoire et à ce « violent désir de rénovation » (Lleras) qu’ils captent dans le pays. Ils savent qu’ils ont deux décennies de retard par rapport au xxe siècle, mais que c’est aussi pour eux l’occasion de construire un récit collectif qui soit vraiment national. Seule, la connaissance de l’histoire apportera un changement :

Nous devons étudier avec soin le passé, non pas pour nous décourager, mais pour prendre la mesure des erreurs commises et parvenir à cette orientation favorable qui nous donnera la pleine capacité à modifier le futur, avec un état d’esprit serein et optimiste. (Lleras 1992 : 68)

13Après avoir refusé un passé qui n’était pas le leur, Los Nuevos mettront cependant tout en œuvre pour créer une chaire et des études d’histoire dignes de ce nom, car « il ne saurait y avoir de conscience sans passé » (Sartre, 178). Cet intérêt tout particulier démontré pour l’histoire correspond à ce nouveau rapport à la mémoire collective que Los Nuevos proposent à l’ensemble de leur génération et au pays tout entier. Ils considèrent en effet que seule l’histoire est garante du sentiment d’appartenance à une communauté.

14Dans la mémoire des Colombiens, la période d’action de Los Nuevos est liée à deux dates marquantes, l’avènement de la République Libérale (1930) et le Bogotazo (1948) :

Mais elles se détachent sur le fond d’une autre temporalité indécise […] les guerres civiles du xixe siècle, archéologie de l’histoire moderne, sont toujours là, à portée du souvenir, et paraissent sans cesse prêtes à faire retour. La Violence en est la continuation et […] n’a de date ni de commencement ni d’achèvement […]. Les noms propres eux-mêmes ne permettent pas de fixer des frontières : d’une génération à l’autre, les mêmes reviennent sur le devant de la scène […]. (Pécaut 1979 : XIX)

15Ce que Pécaut appelle l’« étonnante continuité » d’individus – et d’une classe sociale – sur le devant de la scène publique renvoie aux « dynasties » politiques, les López, les Pastrana, les Ospina, les Gómez, les Rojas, les Lleras, etc. C’est aussi ce que symbolisent les événements cycliques de Cien años de soledad et ces prénoms qui se répètent, de génération en génération. La Violencia (1947-1960) s’inscrit dans cette continuité, avec ses victimes dont on ne connaîtra jamais le nombre exact (150 000, 200 000 ?) et sa durée incertaine (six ans selon l’histoire officielle, mais Gerardo Molina parle de seize ans). Elle est représentée comme une entité infernale, inévitable et cyclique, le destin du pays en quelque sorte.

16Malgré leur rupture avec la génération del Centenario, celle de leurs pères, profondément marqués par la Guerra de los Mil días, Los Nuevos ont hérité de leur obsession d’une violence sous-jacente et qui menace sans cesse de refaire surface. Alberto Lleras en fait le théâtre des premières lignes de ses mémoires :

La guerre occupe une place prééminente parmi les fantasmes de mon enfance. À ma naissance, celle des Mille Jours était déjà terminée. Mais, dans un territoire dévasté, son empreinte survivait et, bien évidemment, la rancœur des vaincus était toujours à vif […]. (Lleras 1991 : 14)

17Cette obsession constitue sans doute l’une des causes profondes des choix politiques des dirigeants libéraux de la génération du Centenario, qui cherchèrent à tout prix à éviter l’affrontement et préférèrent la concertation et le pacte entre les deux partis, plutôt que la résurgence du chaos de la guerre civile. C’est sans doute aussi la raison du comportement politique d’Alberto Lleras, toujours prêt aux concessions, instigateur de la coalition à la suite du Bogotazo, puis des diverses amnisties et du Frente Nacional, qui a régi la Colombie durant quinze ans.

18Si Los Nuevos ont été les premiers à affirmer le besoin de développer une histoire nationale, la méconnaissance des événements du Bogotazo, qui marque la fin de leur action politique, et la généralisation de La Violencia démontrent l’échec de leur action.

19Cependant, des thèmes comme guerre et paix, réconciliation et mémoire, vérité, justice, pardon et victimes, avec pour ces dernières, le lien indispensable entre réparation et besoin d’être écoutées et crues, occupent actuellement le centre des débats en Colombie. Darío Villamizar rappelle ainsi l’importance de la vérité et de la mémoire, « […] parce que, parmi tant de choses dont nous avons besoin en Colombie pour nous reconstruire comme nation et comme êtres humains, se trouve la connaissance de ce qui nous est arrivé et de pourquoi cela nous est arrivé, afin que cela ne nous arrive plus […] » (Villamizar : 60).

20Des notions inédites, telles celles de mémoire historique et de dignité des victimes sont désormais courantes. Ainsi, la publication sur le massacre de El Salado se présente comme étant sa reconstruction depuis la perspective des victimes. Il s’agit en effet d’apporter des éléments qui permettent à la communauté d’accéder « à l’indissoluble triade : vérité, justice et réparation, c’est-à-dire aux conditions indispensables au rétablissement de sa dignité » (Sánchez : 20). Les auteurs de cette publication tiennent en outre à rappeler qu’il s’agit de « convier la société qui n’est pas touchée directement par le conflit armé à vaincre la routinisation de sa mémoire » (Sánchez : 20). Que s’est-il donc passé pour que dans ce pays amnésique on estime à nouveau que, sans mémoire commune, il n’y a pas de nation ni de projet collectif ?

Le palais de justice, la mémoire et la guerre

21Je formule ainsi l’hypothèse que l’holocauste du Palais de Justice de Bogotá (1985) constitue la raison de cette transformation, qui est toujours en cours. En effet, pour l’historienne María Teresa Uribe, 1985 représente « une coupure » et « une séparation des eaux » et c’est pour Juan Manuel López Caballero la date de « […] la tragédie la plus traumatisante de notre histoire récente : l’holocauste du Palais de Justice » (López Caballero : 161). Vera Grabe affirme de son côté : « Deux événements qui se suivent vont changer le pays pour toujours : le Palais de Justice et Armero » (Grabe : 104).

22Pour le monde de l’art, les événements du Palais de Justice s’avèrent tout aussi marquants. Ainsi, pour la plasticienne Doris Salcedo, ce drame dont elle a été un témoin direct, est une fracture dans l’histoire de la Colombie, qui a profondément marqué sa vie et son œuvre. Une de ses installations réutilise ainsi des restes de matériaux calcinés provenant des décombres du Palais de Justice. Cette tragédie est également à l’origine d’un changement radical dans l’œuvre de l’artiste peintre Beatriz González, qui se consacrera désormais aux violences et aux massacres. Mais ce drame va aussi bouleverser la vie des individus, les familles des victimes par exemple. Ainsi, René Guarín, frère d’une caissière remplaçante dans la cafétéria : « […] ma vie a été brisée en deux : il n’y a plus qu’un avant et un après l’holocauste du Palais de Justice » (Carrigan : 47).

  • 2 Entrevue réalisée par l’auteur, le 30 juin 2005.

23Le Palais de Justice marque en effet l’échec de la conviction nourrie par le M-19 que seule l’insurrection armée peut apporter une transformation sociale. Cette théorie remonte à 1970, à la suite de la confiscation de la victoire électorale de la ANAPO, qui démontrait aux divers secteurs de la gauche « qu’on ne pouvait rien obtenir sans les armes » (Carrigan : 80). En 1985, le Palais de Justice vient rappeler l’étendue réelle du pouvoir de l’armée, ainsi que sa capacité à adopter des solutions extrêmes. Il signe aussi la fin de l’appui populaire du M-19, lequel, selon l’ex-guérillera Alix María Salazar, recueillait jusqu’à cette date 75 % d’appui dans les sondages2 (85 % selon la journaliste Ana Carrigan).

24Mais cela ne suffit pas à expliquer le rôle décisif du Palais de Justice. Si ce drame a modifié de fond en comble les représentations de la mémoire, de l’histoire et de la vérité, c’est tout d’abord parce qu’il s’est déroulé en plein centre de Bogotá, devant les passants et devant tout le pays, grâce aux médias qui ont couvert l’événement en direct :

[…] dès le premier coup de feu […], les citoyens interrompirent le rythme habituel de leur vie et de leur travail et se réunirent dans bars et cafés, magasins et bureaux, et même dans les bus dans les rues, au coin desquelles les piétons […] s’agglutinaient […] autour de quiconque possédait un poste de radio. La magie de la radio se devait à ce qu’elle était le seul média qui leur transmettait une information dans laquelle ils avaient appris à avoir confiance […]. […] ce public se retrouva en train d’écouter la voix calme et convaincante du juriste le plus respecté de sa génération. (Carrigan 159)

25Et Alfonso Reyes Echandía, entre les rafales de mitraillettes, demandait au président de la République d’ordonner le cessez-le-feu afin d’éviter un massacre.

26Mais le pays a aussi assisté en direct à la censure et à la volonté d’occulter les faits. Dès la première demi-journée, le ministère de la Communication envoie en effet un fax pour interdire toute retransmission d’interviews :

L’instant d’après, tout reportage en direct avec le Palais de Justice est interrompu pour transmettre une nouvelle de portée transcendantale : « Colombiens, attention ! Voici une nouvelle de première importance pour toute la nation ! Les matchs de football prévus entre Millonarios et l’Unión Magdalena, […] auront bien lieu […] ». (Carrigan : 161)

27Le Palais de Justice possède donc une symbolique très puissante, en raison « […] de la qualité de ses victimes et de son emplacement [car] tout d’un coup, cette guerre dont personne ne veut admettre l’existence, cette guerre qui n’affecte jamais l’establishment ni les riches, a fait acte de présence sur tous les écrans de télévision du pays » (Carrigan : 343).

28Les médias ont ainsi enregistré toutes sortes de preuves, qui démontrent la quantité de mensonges et de falsifications dont est capable l’establishment colombien. Outre le fait que des journalistes du New York Times, du Boston Globe, du Washington Post, de Newsweek et de la presse espagnole se trouvaient à Bogotá et ont couvert l’événement, il existe des extraits du compte-rendu du conseil des Ministres du 6 novembre publiés dans la revue Zona (juin 1986). Mais on dispose également de publications de juristes, d’enregistrements des communications des militaires et des policiers réalisées par un radio amateur (Carrigan : 121), des enregistrements de documents diffusés et non diffusés par les stations de radio Caracol et Todelar, ainsi que de vidéos de la télévision colombienne et internationale. Il existe ainsi un document de la télévision espagnole dans lequel on voit sortir Carlos Rodríguez, l’administrateur de la cafétéria, « qui disparaîtrait plus tard sans laisser de traces et sans que la justice colombienne s’en soucie » (Carrigan : 207). Il existe en outre les autopsies d’une trentaine de victimes qui démontrent qu’elles n’ont pas été achevées par les armes de la guérilla, mais par celles de l’armée. La revue Zona (juillet 1986) révèle également l’existence d’un rapport de la morgue, ainsi que sa suppression par le Tribunal Especial de Instrucción.

  • 3 Ramón Jimeno, Noche de Lobos (1988) ; Olga Behar, Noches de humo (1989) ; Laura Restrepo, Historia (...)

29Le Palais de Justice a ainsi suscité dès le début une énorme quantité de publications, en comparaison avec le peu de production de connaissance historique existant sur La Violencia, au sujet de laquelle on dispose essentiellement des deux tomes de La Violencia en Colombia (Guzmán, Fals, Umaña 1964). Ana Carrigan en répertorie ainsi 103, sans compter les 240 publications de témoignages dans la presse de l’époque.

30L’autre cause de l’impact du Palais de Justice consiste en ce qu’il a représenté une crise institutionnelle qui a mis en évidence qui détenait réellement le pouvoir. En effet, le seul ordre donné par le président Belisario Betancur a été d’envoyer la garde présidentielle 20 minutes après le début de l’assaut, ce qui signifie que durant les 27 heures de combats entre l’Armée et 35 guérilleros, ce fut le seul moment où le président a exercé son pouvoir constitutionnel de commandant en chef des forces armées. Le Palais de Justice a également démontré que le ministre de la Défense, le général Vega Uribe, n’obéissait pas à l’injonction du président de la République de rejoindre le Palais présidentiel, afin d’assister à une réunion du cabinet et que dans cette « […] pire menace pour un gouvernement colombien depuis le Bogotazo de 1948, les militaires vont œuvrer en toute liberté, sans interférence gouvernementale ni critique des médias » (Carrigan : 142). Ce drame a ainsi prouvé l’existence d’une guerre, la mainmise de l’armée sur le pouvoir exécutif et présidentiel, et a confirmé en direct et à tout le pays l’affirmation de l’ex-président Julio César Turbay Ayala : « En Colombie, on gouverne avec les militaires ou on ne gouverne pas » (Carrigan : 138).

31L’impact du Palais de Justice se doit finalement à ce qu’il a touché à l’un des symboles fondamentaux de la nation, car peu de pays vénèrent autant le droit que la Colombie : « […] la référence à l’État de droit constitue un topos fondamental dans la rhétorique politique » (Pécaut 1997 : 34). L’attaque à cette institution fut en outre suivie par l’extermination de la Unión Patriótica et par l’assassinat de quatre candidats à la présidence. L’impunité qui entoura ces deux massacres, ainsi que la politique des amnisties antérieures, ont mis en évidence que la vénération du droit peut cohabiter avec l’acceptation de la violence. Ces divers éléments ont entraîné un regain d’intérêt pour la mémoire et la prise de conscience que : « […] un épais rideau de mensonges menaçait d’enterrer pour toujours les décombres du Palais carbonisé, ainsi que la mémoire de plus de deux cents personnes qui y avaient été tuées par balle et immolées » (Carrigan : 115).

32Certains, comme Amalia Mantilla, la femme d’un magistrat disparu, pensent ainsi que le drame du Palais de Justice viendra renforcer l’amnésie collective :

Les événements du Palais de Justice révèlent la véritable nature de la classe politique de ce pays ; ils nous montrent aussi la configuration de nos Forces Armées, et [aussi] qui sont les guérilleros. Quand le M-19 s’empara du Palais de Justice, il mit en évidence son ignorance absolue de notre réalité nationale. La Colombie est, par malheur, un pays qui souffre d’amnésie et d’oubli. Et nous en sommes arrivés à un tel degré d’insensibilité et de dureté en ce qui concerne la vie, que cela n’intéresse pas les gens. Et c’est là le plus dramatique héritage laissé par le Palais de Justice. La vie n’a aucune valeur. (Carrigan : 311-312)

  • 4 Jesús Martín, « Artes de la memoria y regímenes de visibilidad », document communiqué à l’auteur, 2 (...)

33Cet événement a cependant démontré que la paix était la seule voie possible : « Le Palais de Justice constitue le point culminant des guerres pour la paix » (Grabe : 104). Si « le conflit change d’aspect, se détériore et se dégrade à partir de ce qui s’y est passé […] » (González Uribe : 67), la tragédie du Palais de Justice a cependant donné naissance à deux revendications susceptibles de rassembler les Colombiens : la paix et la mémoire. Il s’agit donc de replacer à nouveau l’examen du passé et la question de l’identité au cœur des débats, mais aussi des diverses productions écrites en Colombie, des arts plastiques et des nouveaux moyens de communication. Ce mouvement, porté par la société civile, vient ainsi en écho à l’affirmation de Jesús Martín : « S’il existe une question de fond que la Colombie n’a pas encore résolue – aussi bien dans la pensée que dans l’action – c’est bien la relation très spéciale existant entre politique et violence dans l’armature de ses mémoires et de son histoire »4.

34Cette tâche, initiée par la génération de Los Nuevos, est cependant menée depuis un nouvel angle. En effet, ce nouvel intérêt pour l’histoire et la mémoire historique, né de la preuve apportée par le Palais de Justice de l’existence d’une version officielle de l’histoire, passe désormais par l’individu et son vécu personnel des événements. Alonso Salazar affirme ainsi dans la présentation des témoignages qu’il a recueillis : « […] la thérapie de l’oubli n’a donné aucun résultat. Il faut que les réflexions sur notre histoire et, spécialement, sur nos violences […] parviennent à toute la société […] » (Salazar 25). Cette importance accordée au témoignage et à la parole du « je » vise donc à articuler expérience et histoire, afin de construire un sens aux événements, qui soit partagé par tous, et de ne plus assimiler la violence à un destin qui ne demande qu’à s’accomplir.

Notes

1 J’ai effectué toutes les traductions de cet article.

2 Entrevue réalisée par l’auteur, le 30 juin 2005.

3 Ramón Jimeno, Noche de Lobos (1988) ; Olga Behar, Noches de humo (1989) ; Laura Restrepo, Historia de una traición (1986), qui deviendra ensuite Historia de un entusiasmo (1998) ; Manuel Vicente Peña, Palacio de Justicia : Las dos tomas (1986), etc.

4 Jesús Martín, « Artes de la memoria y regímenes de visibilidad », document communiqué à l’auteur, 2 p., p. 1.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search