Version classiqueVersion mobile

Constructions de l’imaginaire national en Amérique latine

 | 
Alfredo Gomez-Muller

4- Les idées et les imaginaires politiques de la nation

Politique, nation, race : la Grande-Bretagne et l’Amérique du Sud à la veille de la Grande Guerre

Trevor Harris

Texte intégral

  • 1 Texte d’origine : « What promises to take its place among the few authoritative books on South Amer (...)

1À la une du New York Times du 5 mai 1912 est annoncé un ouvrage « qui promet de prendre place parmi les quelques rares livres à faire autorité sur l’Amérique du Sud » et qui propose au lecteur « une étude des conditions physiques, industrielles et politiques dans cette section peu connue du continent américain »1. L’auteur du livre en question est James Bryce (1838-1922) – juriste, historien, un des grands théoriciens du Parti libéral –, alors ambassadeur britannique à Washington. L’ouvrage de Bryce, situé quelque part entre le récit de voyage et l’enquête sociopolitique, souligne que, bien au-delà de l’intérêt personnel que lui porte Bryce (voyageur invétéré), le continent sud-américain continue de préoccuper sérieusement la classe politique britannique. Cette relation à l’Amérique du Sud, qui n’avait guère fléchi tout au long du xixe siècle, est indicative de quelques aspects de l’imaginaire impérial britannique et, par l’intermédiaire d’un apport britannique considérable en termes d’immigration, elle participe également à la construction de l’imaginaire des identités en Amérique du Sud au cours de la période allant des guerres d’indépendance à la Première Guerre mondiale. Les pages qui suivent constituent une modeste tentative pour ouvrir un espace de réflexion sur ce que pourrait être la signification de cette relation en termes d’histoire intellectuelle du Royaume-Uni.

  • 2 Certaines estimations vont jusqu’à 20 millions.

Il convient de rappeler d’emblée – puisque l’ouvrage dont le présent texte fait partie se fixe pour objectif de procéder par un discours de triangulation – qu’aux origines mêmes des rapports entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique se trouve ce commerce « triangulaire », justement, qui a déplacé au moins 11 millions d’Africains2 vers les Caraïbes et les Amériques. Sans monopoliser cette pratique, l’Angleterre, dès le xvie siècle, puis la Grande-Bretagne à la suite de l’Acte d’Union de 1707, a toutefois joué un rôle central, transportant peut-être 3,5 millions d’Africains vers l’esclavage. Qu’il s’agisse des Africains eux-mêmes, ou des « commerçants » britanniques qui en profitaient, il est évident que ce sinistre trafic inhumain est un exemple à très grande échelle d’une destruction-reconstruction d’imaginaire.

  • 3 Cf. Christopher Leslie Brown, Foundations of British Abolitionism, Virginia, University of North Ca (...)

2En Grande-Bretagne, la traite transatlantique et le système esclavagiste ont notamment alimenté les termes du débat entre polygénisme et monogénisme dans le contexte encore pré-darwinien d’un discours sur la « race ». Notons toutefois qu’au moment des campagnes en Grande-Bretagne contre la traite et l’esclavage, l’engagement ne s’alignait pas systématiquement sur ce critère : il y avait de nombreux anti-esclavagistes qui souscrivaient à la notion d’une hiérarchie des races, mais qui faisaient néanmoins fructifier ce qu’on a pu appeler leur « capital moral » à travers le mouvement3. C’est une contradiction qui souligne le conservatisme social chez ceux qui étaient, par ailleurs, la bonne conscience britannique de l’époque, contradiction que l’on retrouvera chez beaucoup de membres du Parti Whig et, plus tard, du Parti libéral.

  • 4 À commencer par John Robert Seeley, en 1883 dans son ouvrage L’Expansion de l’Angleterre.
  • 5 Les quelques tentatives d’installation en Amérique centrale sont violemment contestées : l’Espagne (...)
  • 6 En anglais, « the Spanish Armada ».
  • 7 Ainsi que dans son prolongement – le Commonwealth. Les deux exceptions sont Bélize, en Amérique cen (...)

3L’esclavagisme constituait, en effet, une plaque tournante de la stratégie commerciale britannique au cours du xviiie siècle. Il n’en reste pas moins que la Grande-Bretagne a été une puissance impériale assez tardive et, selon beaucoup d’historiens, l’aurait souvent été à contrecœur4, arrivant dans la course aux colonies bien après le Portugal, l’Espagne ou les Pays-Bas, par exemple ; et l’Amérique latine a un statut atypique tout au long de cette histoire impériale britannique. La présence anglaise comme puissance colonisatrice n’y a jamais été plus que très marginale – quelques encoches anglo-saxonnes dans une masse territoriale à fort caractère ibérique –, la Grande-Bretagne évitant soigneusement, pendant plus de deux siècles, de provoquer les États déjà présents dans la région. Les incursions/intrusions étaient limitées à quelques territoires au nord-est du continent sud-américain5. Certes, les voyages précoces de Sir Francis Drake (1577-1580), et de Thomas Cavendish (1586-1588) avaient initialement affiché les intentions de l’Angleterre élisabéthaine. Mais les rivalités coloniales, tout en soulignant le caractère mondial des conflits entre puissances européennes, ont eu pour effet d’écarter la Grande-Bretagne du continent sud-américain : la rivalité anglo-espagnole en Europe (« la Armada invencible »6 est lancée contre l’Angleterre – et repoussée – en 1588) ; la rivalité anglo-hollandaise – dans l’Atlantique, ou bien en Asie – tout au long du xviie siècle ; et la rivalité anglo-française (au Canada, aux Indes…) qui a caractérisé le xviiie siècle. Cette situation n’allait qu’en se confirmant au début du xixe siècle à cause de (1) la fin du commerce d’esclaves dans l’Empire britannique (1807) ; (2) la guerre anglo-américaine de 1812-1815 ; (3) la mise en place de la doctrine Monroe (1823). Ces facteurs, liés, enfin, au développement, à partir du milieu du xviie siècle, des colonies sucrières aux Caraïbes où se concentrait le commerce britannique, ont eu pour conséquence durable l’absence de toute dimension latino-américaine dans l’imaginaire de la Grande-Bretagne impériale7 : sur la carte de l’Empire britannique à la fin du xixe siècle l’Amérique du Sud constitue un vaste territoire vierge, ou presque, de ces taches rouges dont les cartographes de l’empire aimaient à maculer les continents du globe pour matérialiser la présence britannique.

  • 8 Ces chiffres ne comprennent pas l’émigration irlandaise.
  • 9 Cf. Roderick Floud et Deirdre N. McCloskey (éd.), The Economic History of Britain since 1700 : Vol. (...)
  • 10 Le sport, la toponymie, l’architecture, l’infrastructure des transports : voici certaines des catég (...)
  • 11 Cf. Ashley Jackson, The British Empire and the Second World War, London, Hambledon Continuum, 2006, (...)

4Le xixe siècle verra, pourtant, une immigration non-négligeable depuis la Grande-Bretagne vers plusieurs pays d’Amérique latine : pour des motifs tantôt économiques, tantôt culturels, et dont on peut encore voir de nombreuses traces aujourd’hui. Les chiffres pour le solde migratoire général britannique sont impressionnants : entre 1870 et 1913, notamment, le solde vers des destinations hors Europe est de l’ordre de six millions (équivalent à environ 13 % de la population britannique en 1913)8 : quels que soient les critères que l’on utilise pour le décrire, il s’agit là d’une diaspora de très grandes proportions. La majorité de ces départs étaient vers les États-Unis, l’Australie ou le Canada9. Mais des destinations non-anglophones étaient nombreuses, et des communautés britanniques furent établies dans plusieurs pays d’Amérique latine au cours du xixe siècle : une des plus importantes populations était en Argentine, où l’on dénombre encore aujourd’hui environ 100 000 personnes de descendance britannique. Ces immigrants – venus, par exemple, pour construire les chemins de fer ou travailler dans les mines, la finance ou le journalisme, ou encore comme ingénieurs et commerçants dans de nombreux domaines –, ont certes été assimilés, mais ont gardé la mémoire de leur britannicité tout au long du xixe siècle, et même jusqu’au xxe10. La représentation que ces personnes pouvaient se faire de leurs origines anglaises était encore suffisamment présente pour que, au moment de la Seconde Guerre mondiale, par exemple, on institue une escadrille anglo-argentine (portant le numéro 164) dans la « Royal Air Force ». Ces pilotes ont participé, à partir du printemps 1942, à de nombreuses opérations aux commandes de leurs Spitfires ou de leurs Hurricanes11. Il serait difficile de penser à deux termes plus fortement connotés « anglais » en 1942 ; toutefois, la principale appartenance culturelle du pilote était signalée sur le flanc de son appareil, qui arborait la devise « Firmes volamos », souvent accompagnée par un dessin du petit Patoruzú – ce personnage de bande dessinée, devenu très populaire en Argentine à partir des années 1930.

  • 12 Cf., par exemple, Tom Devine, Scotland’s Empire 1600-1815, London, Allen Lane, 2003.
  • 13 La ville de Réal del Monte est jumelée avec celle de Redruth, en Cornouaille qui peut tout de même (...)

5La diaspora celte devait constituer un élément spécifique et fondamental de ce grand mouvement des populations à partir des îles Britanniques au xixe, et dont la dimension la mieux connue est, sans doute, l’émigration irlandaise. Cependant, l’Écosse y figure en bonne place aussi : l’Empire britannique, d’ailleurs, peut être considéré à beaucoup d’égards comme une gigantesque entreprise très largement gérée par des hommes d’affaires écossais12. Mais d’autres minorités celtes ont bâti des communautés qui restent relativement peu connues. Des Cornouaillais, dont environ 250 000 ont quitté la Grande-Bretagne entre 1860 et 1900 en direction de l’Australie, du Canada, mais aussi de l’Amérique latine, fuyant ainsi le déclin de l’industrie minière de leur région, ont emporté avec eux – vers les mines d’argent ou de cuivre en Bolivie ou au Mexique (notamment vers la ville de Réal del Monte dans la province d’Hidalgo) – leur langue, leurs pratiques alimentaires, sportives, religieuses13.

6De même, une communauté galloise s’établit en Patagonie, dans la vallée du Chubut. Parties le 28 mai 1865 de Liverpool, à bord du Mimosa, les quelque 160 âmes qui devaient fonder cette colonie arrivent en Patagonie deux mois plus tard. Le principal motif de départ pour ce groupe, s’exprimant exclusivement en gallois, est de fuir l’anglicisation du Pays de Galles. L’objectif explicite est d’établir un nouveau pays gallophone sur des terres allouées par le gouvernement argentin. Après des débuts difficiles, ces familles ont littéralement transformé le paysage plus ou moins désertique de la région, en l’irrigant, en y levant des cultures, en y construisant des moulins à vent, des chapelles, des villes qui portent encore des noms bien gallois : Trelew (« la ville de Lewis ») ou Trevelin (« la ville du moulin »). La colonie devait s’agrandir de nouveau en 1875 lorsque le gouvernement argentin a cédé la propriété des terres aux colons, puis de nouveau entre 1904 et 1912, à cause d’une vive dépression dans l’industrie du charbon au Pays de Galles. À parcourir aujourd’hui l’annuaire téléphonique pour la seule province de Chubut, on est frappé par la forte présence des patronymes gallois : Austin, Davies, Ellis, Harris, Hughes, Humphreys, Jenkins, Jones et jusqu’aux Thomas et Williams.

  • 14 Texte original : « A want of knowledge in the art of husbandry », in Kenneth Bourne et Donald Camer (...)

7Cette colonie galloise, cependant, a failli ne jamais voir le jour. À lire les documents conservés au Foreign Office ou aux archives nationales britanniques, on peut commencer à se faire une idée quant aux raisons de ces difficultés. Il semblerait que certains des colons n’aient pas été, pour ainsi dire, des foudres de guerre en matière d’agriculture, faisant preuve de ce que le chargé d’affaires britannique à Buenos Aires appelle « un certain manque de connaissances dans l’art de la bonne gestion agricole »14. Dans la conclusion du rapport détaillé sur le progrès de la colonie qu’il transmet à Londres, le chargé d’affaires se demande si « ce groupe mal constitué de colons » est :

  • 15 Texte original : « this ill-composed body of colonists [are] capable of proving themselves worthy p (...)

capable de montrer qu’ils sont les dignes pionniers pour ce projet de colonie qui, s’il était correctement exécuté et développé de manière efficace, apporterait des bienfaits incalculables, en plaçant sous la bannière de la civilisation de larges territoires fertiles qui sont à présent habités uniquement par des tribus sauvages d’Indiens.15

  • 16 Texte original : « wherever a body, however small, of the Anglo-Saxon race had established itself, (...)

8Les débuts de la colonie ont, par ailleurs, fait l’objet d’une tentative d’obstruction de la part du Congrès argentin, soulignant les tensions entre celui-ci et la politique du ministre de l’Intérieur en matière d’expansion nationale. La visite, en 1863, de deux éclaireurs du Pays de Galles avait débouché sur la signature d’un accord avec le ministre. Mais alors que le Mimosa arrive en Patagonie, le Congrès vote de rejeter le contrat signé en 1863. La raison donnée par le Congrès est la suivante : « où que des Anglo-Saxons se soient établis, fussent-ils peu nombreux, ils ont toujours réussi en fin de compte à rentrer en possession du pays entier »16. Le ministre, Rawson, présente ses excuses et explique aux diplomates britanniques sur place que « […] la principale objection du congrès à l’établissement d’une colonie anglaise en Patagonie était la proximité de notre colonie aux Îles Malouines ». Dans son compte-rendu de l’entretien avec le ministre, le diplomate britannique ajoute :

  • 17 Texte original : « the principal objection the Congress had to the establishment of an English colo (...)

Son excellence me demanda si le gouvernement de Sa Majesté était disposé à prendre en considération la possibilité de céder les Iles Malouines à la République d’Argentine, précisant que, s’il lui était possible de proposer ceci, il était convaincu que le Congrès n’opposerait plus aucun obstacle à honorer le contrat signé avec le comité des Gallois.17

9La description de la future colonie galloise comme une future colonie « anglaise » n’est pas exempte d’une certaine ironie et n’aurait plu en rien à des Celtes qui, partis du Pays de Galles, souhaitaient échapper aux « Anglo-Saxons », justement, qui tentaient de « rentrer en possession du pays [de Galles] entier […] ». Un arrangement a toutefois été trouvé et le groupe de Gallois, une fois arrivé, s’est dûment installé.

  • 18 Cette trace celte en Argentine commence, depuis quelque temps, à soulever un certain intérêt. L’émi (...)
  • 19 « The late Admiral Fitzroy, who surveyed the coast of Patagonia, had reported that on the River Chu (...)

10Cet épisode reste encore aujourd’hui très largement inconnu au Royaume-Uni en dehors du Pays de Galles18, et, dans le contexte de l’expansion de l’Empire britannique, prend appui sur des fondements assez amusants. Car les éclaireurs gallois partis en Argentine en 1863 ont fait leur choix du site sur la foi du récit d’un certain capitaine Fitzroy qui, le premier, aurait découvert l’embouchure du Chubut, en 183319. Robert Fitzroy commande alors HMS Beagle qui effectue un long voyage – une circumnavigation de cinq ans – pendant laquelle sa mission consiste à explorer et à cartographier les côtes de l’Amérique du Sud, notamment celles de la Patagonie et de la Terre de Feu. Le Beagle, tout au long de ce même voyage, compte parmi ses passagers le jeune Charles Robert Darwin. Le capitaine Fitzroy – géologue averti – avait confié à son nouveau compagnon au départ de Plymouth, deux ans plus tôt, un exemplaire du premier tome des Principes de Géologie (1830) de Charles Lyell. La lecture de cet ouvrage, accompagnée d’une longue réflexion sur l’extinction de certains grands mammifères, devait faire naître chez Darwin – qui n’a encore que 21 ans lorsque le Beagle quitte l’Angleterre – sa théorie des espèces et de l’évolution par voie de sélection naturelle.

11C’est ainsi que nos Gallois intrépides, à la recherche de l’endroit idéal pour fonder leur colonie, prennent appui bien malgré eux sur le travail d’un agent de l’État britannique : l’agent qui, en l’occurrence, est celui qui est chargé de conduire en Amérique du Sud la personne dont la théorie – enfin publiée en 1859 dans De l’Origine des espèces – deviendra « sociale » au cours des années 1860 et constituera une des pièces maîtresses d’un système de représentations mettant justement à mal la « race celte » et autres « sauvages », et qui conditionne l’ensemble de la mission civilisatrice britannique pendant la seconde moitié du xixe siècle : moment privilégié de l’« évolutionnisme », du social-darwinisme élevé pratiquement au rang d’une philosophie officielle, et qui sera encore de l’ordre de l’évidence pour un observateur tel que James Bryce cinquante ans plus tard.

12À l’instar de dizaines ou de centaines d’autres communautés britanniques à travers l’Amérique latine entre la fin des guerres révolutionnaires et la Première Guerre mondiale, la petite colonie galloise en Patagonie est un des éléments d’un mouvement migratoire foisonnant de Britanniques à travers la planète. Dans le contexte de l’Amérique du Sud, le peuplement, ainsi que le développement des activités économiques – phénomènes activement encouragés, voire soutenus financièrement par le gouvernement britannique et par des sections de la classe politique sud-américaine – relèvent d’une stratégie complexe où l’émergence de certaines des nations latino-américaines et l’évolution de l’Empire britannique sont deux phénomènes étroitement liés. Car l’« engagement » britannique aux côtés des armées révolutionnaires avait pour mérite aux yeux des révolutionnaires, et pour objectif aux yeux du gouvernement britannique, de faire obstruction aux autres puissances européennes : notamment à toute ambition espagnole de reprise des anciens territoires coloniaux. Napoléon enfin défait, empêcher la prise de l’Amérique du Sud par une autre puissance européenne, c’était écarter le dernier obstacle à la mise en place d’une pax britannica, d’une « thalassocratie » d’envergure planétaire.

  • 20 À la veille de la Grande Guerre, un quart des importations en Amérique latine proviennent de la Gra (...)
  • 21 Thèse notamment défendue par deux historiens britanniques. Cf. John Gallagher et Ronald Robinson, « (...)

13Mais c’était sans compter avec l’essor fulgurant des États-Unis. Si la perte des colonies américaines en 1783 et l’abolition de la traite négrière en 1807 avaient déjà mis en branle l’« orientalisation » de l’Empire britannique, la mise en place de la doctrine Monroe en 1823 devait l’accentuer. Du point de vue britannique, s’il fallait abandonner l’hémisphère ouest, autant faire en sorte d’en faciliter la tutelle par le « cousin » américain. La doctrine Monroe était l’un des instruments privilégiés élaborés pour assurer la réussite de cette politique : invoquée à de nombreuses reprises entre 1823 et la Grande Guerre – parfois contre la Grande-Bretagne, d’ailleurs – la doctrine était néanmoins tacitement acceptée par celle-ci et son opération, en grande partie, une entreprise anglo-américaine. Le « cosmopolitisme » ou forte pénétration des économies européennes en Amérique du Sud20 s’est toutefois poursuivie et n’a pas manqué d’alimenter le tellurisme et le nationalisme culturel d’un Ricardo Rojas, par exemple, qui publie des ouvrages tels que Cosmopolis en 1908, ou La Restauration nationaliste en 1909. En effet, toute une tendance historiographique « dependentista » (notamment, mais pas exclusivement en Amérique du Sud) devait, plus tard, pointer du doigt le rôle économique britannique (et américain) comme facteur-clé freinant le développement des économies de la région. Parmi les aspects les plus critiqués étaient l’« impérialisme » du libre-échange et la notion de l’empire « informel »21.

14Lorsque James Bryce se rend en Amérique du Sud en 1910, il est déjà l’archétype du scotus viator victorien : à sa mort, il semblerait que seules les deux régions polaires aient échappé à son ambitieux programme de voyages. Historien et juriste de formation, député libéral à partir de 1880, grand admirateur de Gladstone – son chef de file –, Bryce était depuis longtemps un lecteur avide des récits de Humboldt, ou de ceux de William H. Prescott. Un premier voyage au Mexique en 1901 ne fait que confirmer son intérêt pour l’Amérique latine. Il est donc tout à fait logique, lorsque Bryce est nommé ambassadeur britannique à Washington en 1907, qu’il entreprenne au cours de son ambassade un long voyage en Amérique du Sud.

15L’idéaliste qui dans sa jeunesse avait failli se battre aux côtés de Garibaldi en Sicile en 1860, qui avait plus tard vigoureusement fait campagne contre les exactions ottomanes en Arménie et même fondé un comité anglo-arménien en 1879, et qui avait apporté un soutien constant au mouvement en faveur de l’autonomie pour l’Irlande, emmène avec lui en Amérique du Sud ses convictions de toujours concernant l’importance de la non-ingérence dans les affaires de ces jeunes nations. Mais l’éthique non-conformiste comportant les contradictions que nous avons déjà relevées, Bryce conserve une optique qui reste celle de l’« évolutionniste ». En observant les peuples et les nations qu’il trouve au cours de ce long déplacement, il formule une position qui semble cristalliser à la fois les espoirs et les anxiétés (à l’égard du devenir de l’empire) du Parti libéral, voire même d’une bonne part de l’élite politique britannique en ce début de xxe siècle.

  • 22 South America : Observations and Impressions, Londres, Macmillan, 1912.

16Bryce publie Amérique du Sud : observations et impressions22, rédigé à l’issue du voyage – quatre mois à la fin de 1910, et quelque 27 000 kilomètres parcourus à travers le Panama, le Pérou, la Bolivie, le Chili, l’Argentine, l’Uruguay, et le Brésil. Bryce ne fait, dit-il, que suggérer à son lecteur des pistes de réflexion que d’autres que lui devront développer. Sa position est toutefois très claire. C’est l’action cumulative de la géographie, dit Bryce, de l’ethnicité et de l’histoire qui a créé ces nouvelles nations. Dans un langage qui porte l’empreinte évidente du déterminisme biologique qui caractérisait le débat sur le nationalisme en Grande-Bretagne à cette époque – aussi bien à gauche qu’à droite, d’ailleurs – Bryce souligne la présence d’une hiérarchie naturelle parmi les nouvelles nations d’Amérique latine, affirmant, par exemple, que selon la région dont il s’agit « le sang natif est de qualité variable » (433). Ce sang est, en plus, versé en quantité différente dans les veines des enfants de race mixte, produisant des peuples « de type mental et de type moral » (443) différents, des civilisés et des arriérés. Ces nations sont, qui plus est, « intellectuellement jeunes » (437), toujours malléables. Ne rentrent à aucun moment dans son raisonnement sur l’émergence de ces nations les tribus indiennes natives qui ne sont, pour Bryce, que des traces d’un « monde de sauvagerie, de barbarisme et de semi-civilisation » (453). Bryce ne s’y intéresse que dans la mesure où ce monde a été greffé sur la souche européenne. Il n’y a pas, pour Bryce, de « question indienne » (570) en Amérique du Sud en 1912, ni de « question de couleur » (573) : les Indiens sont « à l’intérieur de la nation, mais n’en sont pas » (574), tout simplement. Mais cette situation, à l’avenir, dit Bryce, doit nécessairement évoluer tant le phénomène de mélange est en cours. Et s’il y a des cas où « la masse ignorante a tiré le tout vers le bas » (575), il n’est pas certain que cette tendance sera répétée ou confirmée à l’avenir : « Le bourgeon s’éclot – écrit-il – même si sa forme précise et la couleur de ses pétales ne sont pas encore visibles » (426).

17Ce qui frappe Bryce par dessus tout est l’extrême rapidité de ce processus de construction des nations en Amérique du Sud : il fait remarquer qu’en moins d’un siècle une gigantesque masse territoriale indifférenciée a cédé le pas à seize républiques distinctes. « Il est pratiquement certain – écrit-il – que rien de tel ne puisse survenir de nouveau, autant d’entités nationales nouvelles survenant sur un territoire aussi grand sur un laps de temps aussi court » (427). L’Amérique du Sud toute entière constitue, pour ainsi dire, un vaste laboratoire où l’anthropologue et le sociologue européens peuvent assister en direct à l’éclosion de nouvelles nations. Si cette évolution accélérée a donné lieu, tout naturellement aux yeux de Bryce, à une hiérarchie, « des races, ayant des caractères différents, ayant progressé vers le haut à des degrés différents » (452), il reste néanmoins assez optimiste quant au cours qu’elle pourra suivre.

  • 23 Paru en 1921.
  • 24 Cf. l’article de Morton Keller (1988), “James Bryce and America”, The Wilson Quarterly, vol. 12, n°(...)
  • 25 Texte original : « I can hardly think of any greater misfortune for the United States than to be ob (...)

18Bryce, en effet, occupe une position paradigmatique pour ce qui est, d’abord, du devenir de l’Empire britannique au moment de la Première Guerre mondiale ; ensuite, pour la nature de la relation entre la Grande-Bretagne et le continent sud-américain ; et par conséquent, enfin, pour le caractère de la future relation entre ce continent et les États-Unis, qui sont les vrais vainqueurs – géopolitiques et économiques – de la Grande Guerre. Bryce n’a jamais abandonné sa conviction qu’une alliance anglo-américaine (virtuelle ou réelle) était la meilleure solution pour amener les nations de l’Amérique latine vers la « démocratie moderne » (titre du dernier ouvrage de Bryce)23. En dépit de ses racines celtes, ou peut-être à causes d’elles – Bryce est né en Irlande du Nord, d’une famille d’origine écossaise presbytérienne –, il restera toujours un « Anglo-Saxon » et grand américanophile24. Pourtant, il est évident qu’à la fin de son ambassade aux États-Unis, en 1913, le doute le gagne (dans le contexte d’une situation difficile au Mexique) quant à l’aptitude des Américains à accompagner convenablement la transition sud-américaine vers la démocratie. Peu de temps après la publication de ses « observations et impressions », et quelques jours seulement avant de quitter ses fonctions à Washington, Bryce écrit à Woodrow Wilson, alors que le président est sur le point d’envoyer une force d’intervention contre le régime de Huerta : « Je peux difficilement me représenter un plus grand malheur pour les États-Unis que celui qui consisterait à mettre en place un gouvernement qu’il faudrait ensuite entretenir, ou à devenir directement responsable pour un pays sud-américain »25. Au vu du comportement politique des États-Unis envers l’Amérique latine, notamment au cours du xxe siècle, l’ironie de cette remarque est évidente.

19Le déclin relatif de la Grande-Bretagne par rapport aux États-Unis à partir des années 1870, situation qui devait s’intensifier en raison de la Grande Guerre, met fin à toute ambition libérale, à l’intérieur comme à l’extérieur, rendant définitivement caduque la vision anglo-américaine de Bryce concernant l’avenir du continent sud-américain. L’implosion du Parti libéral britannique à partir des élections de 1918, et son incapacité manifeste à s’adapter aux conditions imposées par la démocratie populaire qu’il avait pourtant œuvré à mettre en place, ne peuvent manquer de faire des commentaires de Bryce un discours décalé et dépassé en 1912 déjà, par rapport aux événements qui se succèdent en Europe. Nous sommes tout à fait autorisés à être très dubitatifs quant à la pertinence de l’approche de Bryce, tant elle est empreinte d’un conservatisme social et d’un paternalisme évolutionniste. Elle n’en est pas moins intéressante pour cela en ce qui concerne l’histoire des relations entre la Grande-Bretagne et l’Amérique du Sud, et la part « anglo-saxonne » dans la construction d’imaginaires de l’identité de « cette section peu connue du continent américain ». Pour cette raison, l’œuvre de Bryce, son emprise à l’intérieur de l’élite politique britannique et sa réception dans le continent sud-américain, méritent d’être étudiées de manière plus ample.

Le caractère particulier du système politique britannique est tel que le conservatisme du libéral qu’était Bryce n’a d’égal que le libéralisme – qu’il soit à l’ancienne ou préfixé « néo » – du Parti conservateur. Pour prétendre, sur fond de crise, à une part de l’activité économique déclenchée par l’émergence du BRICS, il convient donc, entre autres, de profiter du bicentenaire des révolutions sud-américaines et réactiver d’anciennes sources de revenu : en Amérique latine moins de 1 % des importations proviennent du Royaume-Uni en 2010. Pour donner le « la », le ministre des Affaires étrangères britannique, le 9 novembre 2010, prononce à Canning House un discours intitulé « Britain and Latin America : historic friends, future partners » (que l’on pouvait écouter pour la modique somme de 25 livres sterling).

Notes

1 Texte d’origine : « What promises to take its place among the few authoritative books on South America […] studying political, industrial and physical conditions in that little known section of the American continent ».

2 Certaines estimations vont jusqu’à 20 millions.

3 Cf. Christopher Leslie Brown, Foundations of British Abolitionism, Virginia, University of North Carolina Press, 2006.

4 À commencer par John Robert Seeley, en 1883 dans son ouvrage L’Expansion de l’Angleterre.

5 Les quelques tentatives d’installation en Amérique centrale sont violemment contestées : l’Espagne détruit Belize (« British Honduras » à partir de 1638) quatre fois au cours du xviiie siècle en 1717, 1730, 1754 et 1779.

6 En anglais, « the Spanish Armada ».

7 Ainsi que dans son prolongement – le Commonwealth. Les deux exceptions sont Bélize, en Amérique centrale, et la Guyane britannique.

8 Ces chiffres ne comprennent pas l’émigration irlandaise.

9 Cf. Roderick Floud et Deirdre N. McCloskey (éd.), The Economic History of Britain since 1700 : Vol. 2 1860-1939, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 48.

10 Le sport, la toponymie, l’architecture, l’infrastructure des transports : voici certaines des catégories de la vie argentine qui portent encore la trace du passé britannique.

11 Cf. Ashley Jackson, The British Empire and the Second World War, London, Hambledon Continuum, 2006, p. 94.

12 Cf., par exemple, Tom Devine, Scotland’s Empire 1600-1815, London, Allen Lane, 2003.

13 La ville de Réal del Monte est jumelée avec celle de Redruth, en Cornouaille qui peut tout de même se vanter d’avoir infléchi les habitudes alimentaires des Mexicains en leur donnant, à travers le Cornish Pasty, la spécialité connue sous le nom de « paste ». Celle-ci fut célébrée à Réal del Monte, précisément, en 2009 lors du premier festival international de la « paste ».

14 Texte original : « A want of knowledge in the art of husbandry », in Kenneth Bourne et Donald Cameron Watt, British Documents on Foreign Affairs : Reports and Papers from the Foreign Office Confidential Print. Part I. From the Mid-Nineteenth Century to the First World War. Series D. Latin America 1845-1914. Editor George Phelp. Volume i River Plate 1849-1912, Maryland, University Publications of America, 1991, doc. 158, p. 257.

15 Texte original : « this ill-composed body of colonists [are] capable of proving themselves worthy pioneers to a scheme of colonization which, if fairly established and properly carried out, would work incalculable benefits, by bringing under the banner of civilization large tracts of rich country which at present are uninhabited but by savage tribes of Indians » (Ibid. 258).

16 Texte original : « wherever a body, however small, of the Anglo-Saxon race had established itself, they had always finally succeeded in possessing themselves of the whole country » (Ibid.).

17 Texte original : « the principal objection the Congress had to the establishment of an English colony in Patagonia was the proximity of our settlement at the Falkland Islands » : « His Excellency asked me whether Her Majesty’s Government would not be disposed to take into consideration the possibility of the islands being ceded to the Argentine Republic, adding that if it were in his power to put forward this prospect, Congress, he was convinced would put no obstacle in the way of the original contract with the Welsh committee being carried out » (Ibid.).

18 Cette trace celte en Argentine commence, depuis quelque temps, à soulever un certain intérêt. L’émission « Excess Baggage » de BBC Radio 4 (27/11/2010) a suivi le comédien gallois, Matthew Rhys, lors de son périple en Patagonie, retraçant les pas des premiers colons du Pays de Galles. L’acteur y a rencontré le réalisateur gallois, Marc Evans, qui était à la recherche de cadres pour un film qu’il préparait sur ces mêmes pionniers. Dans le film Patagonia (tourné en Patagonie et au Pays de Galles avec un scénario en espagnol et gallois), sorti en Grande-Bretagne le 3 mars 2011, Rhys incarne le personnage de Mateo, un Argentin de descendance galloise.

19 « The late Admiral Fitzroy, who surveyed the coast of Patagonia, had reported that on the River Chupat [sic] there was a locality admirably adapted for a settlement » (Bourne et Watt, doc. 170, p. 268).

20 À la veille de la Grande Guerre, un quart des importations en Amérique latine proviennent de la Grande-Bretagne. Cf. Bourne et Watt, préface (xv).

21 Thèse notamment défendue par deux historiens britanniques. Cf. John Gallagher et Ronald Robinson, « The Imperialism of Free Trade », The Economic History Review, Second Series, vol. VI, n° i, 1953. Mais ces concepts ont cependant été très discutés. Par exemple, si, à la veille de la Grande Guerre, un quart des importations argentines provenaient de Grande-Bretagne, il était également vrai (selon les statistiques officielles argentines) que le volume et la valeur des exportations argentines vers la Grande-Bretagne entre 1880 et 1911 avaient progressé par un facteur de cinq. Cf. l’article de Thompson : « Writers like Ricardo Rojas worked to instil a sense of argentinidad or national identity. But in the end the words “imperialism” or “hegemony” as used by such Argentines should be seen as political tools employed by forces in Argentina seeking to challenge the established social and economic order. They tell us much more about the nature of political rifts developing within the Argentine than they do about the true nature of Anglo-Argentine relations before 1914 » (434). Ou cf. Rory Miller (60-66).

22 South America : Observations and Impressions, Londres, Macmillan, 1912.

23 Paru en 1921.

24 Cf. l’article de Morton Keller (1988), “James Bryce and America”, The Wilson Quarterly, vol. 12, n° 4 (86-95).

25 Texte original : « I can hardly think of any greater misfortune for the United States than to be obliged to set up a Government which it would have to maintain, or to become directly responsible for the administration of any South American country » (lettre de Bryce à Woodrow Wilson, 19 décembre 1913, citée dans H.A.L. Fisher, Jame Bryce, vol 2, New York, Macmillan, 1927 [44]).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search