Version classiqueVersion mobile

Constructions de l’imaginaire national en Amérique latine

 | 
Alfredo Gomez-Muller

2- Les référents littéraires de l’imaginaire national

Réécritures des identités amérindiennes en France entre 1775 et 1815 : Chateaubriand, Raynal, Marmontel

Jean-Jacques Tatin-Gourier

Texte intégral

1Dans l’œuvre de Chateaubriand, la figure de l’Indien apparaît dans un ample ensemble de textes précisément datés. Elle renvoie tout d’abord au voyage américain entrepris au début de la Révolution et qui se clôt par un retour dans la France bouleversée, au tout début de 1792, peu avant les échecs et les errances de l’émigration. Mais si brève qu’elle ait été, cette aventure américaine a constitué un véritable foyer de réécritures jusqu’à l’ultime reprise du livre 7e des Mémoires d’outre-tombe, qui porte la mention « revu le 26 juillet 1846 ». Il est a priori aisé de repérer la succession chronologique de ces textes. Dès 1798 il est fait état pour la première fois d’un roman intitulé René et Céluta, texte destiné à devenir Les Natchez. En 1799 Chateaubriand mentionne Les Natchez sous ce titre et les présente comme journal du voyage américain et poème en prose. En 1801 Atala est en fait le premier texte publié qui mette en scène le monde indien en devenir. Ce roman fut, on le sait, détaché du Génie du christianisme en voie d’achèvement et publié peu après (1802). Cette insertion d’un tableau du monde indien dans le grand ouvrage avant-coureur de la politique concordataire de Bonaparte a évidemment une importance cruciale : Chateaubriand propose, sur un ton résolument didactique, le tableau édifiant d’une société certes primitive mais évangélisée et par là même engagée sur la voie étroite et précaire d’un progrès véritable, foncièrement éthique. L’étude des sources d’Atala a précisément cerné les interférences du roman avec toute une production antérieure. Sans même parler des traces évidentes du rousseauisme, il apparaît, en s’en tenant strictement à la thématique américaine et indienne, que Chateaubriand utilise largement une matière parfois ancienne issue des récits de voyage, et notamment les récits de Charlevoix, Bartram, Lafitau, Carver, Lahontan, sans oublier l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost. Les analyses de Chinard (L’Exotisme américain dans l’œuvre de Chateaubriand) ont par ailleurs permis de mesurer l’importance d’un autre intertexte, romanesque celui-là, dominé par la thématique du voyage américain et, de plus en plus, des amours américaines indiennes : de Cleveland de l’abbé Prévost, où la confrontation avec les bons et mauvais sauvages (Abaquis et Rouintons) tient une place importante, aux œuvres plus proches que sont Les Incas de Marmontel et La Chaumière indienne de Bernardin de Saint-Pierre.

2Dans Atala tel qu’il fut publié en 1801, l’apologie du christianisme civilisateur tend à amoindrir ces échos du siècle écoulé, désormais considéré par Chateaubriand comme siècle corrompu par un « philosophisme » fauteur de révolution. René, le pendant d’Atala, où « l’homme civilisé se fait sauvage », se clôt lui aussi par des leçons toutes chrétiennes.

3René et Atala relèvent en fait d’un même foyer matriciel : le grand roman américain qui, encore une fois transformé, réécrit, ressurgira à d’autres fins, en 1826, sous le titre Les Natchez. Les deux romans Atala et René ont été revus et réécrits avec un même objectif : s’insérer, à des fins d’illustration et d’édification, du Génie du christianisme, qui vise à constituer une véritable idéologie de substitution, susceptible de devenir hégémonique au lendemain de la déchristianisation révolutionnaire. Cette réécriture ne pouvait que conduire au camouflage, voire à l’effacement des modèles inspirateurs issus des Lumières.

4Mais en 1826, après qu’il ait maintes fois réélaboré son grand roman américain initial, après qu’il l’ait « éclairé » du même esprit religieux qu’Atala et René, après qu’il ait renoncé au but initialement énoncé dans l’Essai sur les révolutions (montrer « toutes les tribus indiennes conspirant après deux siècles d’oppression pour rendre la liberté au Nouveau Monde »), Chateaubriand se propose, en publiant enfin Les Natchez, de produire un texte nécessairement bigarré, présentant en quelque sorte les différents moments de la genèse de l’œuvre, les strates successives de sa composition. Dans la problématique d’exhumation qui est désormais celle de Chateaubriand, les représentations du monde indien et de la colonisation sont au cœur d’un dialogisme dont la dimension politique et idéologique ne peut être négligée. Dans cette perspective, après un rapide parcours d’Atala, nous examinerons plus particulièrement le premier et le second volume des Natchez, dont Chateaubriand souligne au moins à deux reprises le caractère lointain, étranger, contradictoire avec ses évolutions ultérieures :

  • 1 Lettre à Ernest de Blosseville, 28 janvier 1827.

Le premier et le second volume des Natchez sont […] l’ouvrage de ma jeunesse [… ]1. Il fallait […] laisser l’écume au frein du jeune coursier. S’il y a dans Les Natchez des choses que je ne hasarderais qu’en tremblant aujourd’hui, il y a aussi des choses que je ne voudrais plus écrire […]. (Chateaubriand 1969 : Les Natchez 162-163)

5Derrière la résurgence tardive de la figure de René dans Les Natchez – René époux d’une Indienne, paria naturalisé sauvage –, se joue une nostalgie esthétique et plus globalement idéologique que Chateaubriand suggère à ses lecteurs d’apprécier. Mais dès sa préface d’Atala en 1801, Chateaubriand avait clairement suggéré la mesure de cet enjeu :

J’étais encore très jeune, lorsque je conçus l’idée de faire l’épopée de l’homme de la nature, ou de peindre les mœurs des Sauvages, en les liant à quelque événement connu. Après la découverte de l’Amérique, je ne vis pas de sujet plus intéressant, surtout pour des Français, que le massacre de la colonie des Natchez à la Louisiane, en 1727. Toutes les tribus indiennes conspirant, après deux siècles d’oppression, pour rendre la liberté au Nouveau-Monde, me parurent offrir un sujet presque aussi heureux que la conquête du Mexique. (Chateaubriand 1969 : Atala 16)

6Nous tenterons de comprendre comment cette exhumation tardive du texte des Natchez implique à la fois un retour et une édulcoration de la littérature philosophique du xviiie siècle consacrée au monde indien.

7Dans la préface d’Atala, Chateaubriand présente en termes précis l’ancrage de son récit : le processus indissociable de christianisation et de civilisation du monde sauvage américain.

Chactas, l’amant d’Atala, est un Sauvage, qu’on suppose né avec du génie, et qui est plus qu’à moitié civilisé. (Ibid. : 20)

8L’apologie des missions, par le biais de la figure positive du père Aubry, est l’objectif explicite d’un ouvrage qui rompt aussi bien avec les représentations rousseauistes qu’avec l’irreligion révolutionnaire : « Je ne suis point comme M. Rousseau, un enthousiaste des Sauvages » (Ibid : 19). Pour l’auteur de Le Génie du christianisme, il s’agit de montrer une fois de plus que « le christianisme est poétique et moral » (Ibid. : 21).

9Dans le récit de sa vie qu’il développe pour René, le vieil Indien Chactas évoque sa précoce initiation à la vie européenne et sa première et inévitable réaction : son retour à la vie indienne, naturelle et allègre. Ce retour s’avère pourtant terrible pour Chactas, asservi et promis au supplice par une tribu indienne ennemie puis sauvé par la vierge chrétienne Atala, métisse, fille d’une Indienne et d’un Espagnol qu’elle n’a pas connu. La fable revêt ici une dimension symbolique indéniable : Chactas, par delà sa rencontre amoureuse bouleversante d’Atala, rencontre en fait une nouvelle fois la religion chrétienne décidément incontournable puisqu’elle s’avère seule susceptible d’épurer la vie sauvage de ses cruautés en propageant le message de paix et d’amour :

Tu connais, mon fils, les tourments que les Sauvages font subir aux prisonniers de guerre. Les missionnaires chrétiens, au péril de leurs jours, et avec une charité infatigable, étaient parvenus, chez plusieurs nations, à faire substituer un esclavage assez doux aux horreurs du bûcher. (Ibid. : 49)

10La dynamique de civilisation et de christianisation rencontre cependant bien des résistances que légitime le rejet de l’étranger, le refus des mœurs des « Blancs » :

Alors un Sachem de la tribu de l’Aigle se lève, et parle ainsi : Mon père le Mico, Sachems, matrones, guerriers des quatre tribus de l’Aigle, du Castor, du Serpent et de la Tortue, ne changeons rien aux mœurs de nos aïeux ; brûlons le prisonnier, et n’amollissons point nos courages. C’est une coutume des Blancs qu’on vous propose, elle ne peut être que pernicieuse. Donnez un collier rouge qui contienne mes paroles. J’ai dit. (Ibid. : 50)

11Selon Chateaubriand, dans les mœurs sauvages des Indiens, compassion, sens de la poésie et barbare cruauté se côtoient étrangement et seule la conversion au christianisme peut mettre un terme à ce mixte monstrueux.

12La rencontre que fait le jeune couple d’Atala et de Chactas du père Aubry, ermite qui « gouverne dans ces forêts un petit troupeau de […] frères sauvages » (Ibid. : 64), s’avère à tous égards salvatrice : le père Aubry sauve physiquement et spirituellement les deux jeunes gens perdus dans l’orage. Autrefois mutilé par les « Indiens idolâtres » qui lui ont tranché les doigts, le père Aubry a su engager « le troupeau des Indiens » sur la voie du Christ. Son œuvre a été tout à la fois celle d’un civilisateur et d’un législateur qui a su se placer en retrait pour devenir le conseiller tutélaire de la cité régénérée parce que convertie des Indiens. Le père Aubry présente son œuvre en ces termes :

Il y a bientôt trente ans que j’habite cette solitude, et il y en aura demain vingt-deux, que j’ai pris possession de ce rocher. Quand j’arrivai dans ces lieux, je n’y trouvai que des familles vagabondes, dont les mœurs étaient féroces et la vie fort misérable. Je leur ai fait entendre la parole de paix, et leurs mœurs se sont graduellement adoucies. Ils vivent maintenant rassemblés au bas de cette montagne. J’ai tâché, en leur enseignant les voies du salut, de leur apprendre les premiers arts de la vie, mais sans les porter trop loin, et en retenant ces honnêtes gens dans cette simplicité qui fait le bonheur. Pour moi, craignant de les gêner par ma présence, je me suis retiré sous cette grotte, où ils viennent me consulter. (Ibid. : 67)

13Le modèle explicite est évidemment ici celui des « Jésuites à la Chine », auquel Chateaubriand compare l’évangélisation des Indiens qui se veut respectueuse de certaines de leurs traditions. Le père Aubry déclare en effet garantir la pérennité du « mélange le plus touchant de la vie sociale et de la vie de la nature » (Ibid. : 71). Peut alors commencer la conversion irréversible de Chactas touché « de la supériorité de cette vie stable et occupée sur la vie errante et oisive du Sauvage ».

14Mais demeurent toujours possibles les déchaînements réciproques d’une violence qui a finalement le dernier mot : dans l’épilogue du roman l’auteur apprend que le père Aubry a finalement été martyrisé par les Chéroquois et que Chactas a péri, tout comme René d’ailleurs, dans le massacre des Natchez par les Français. L’équilibre et la paix des nations indiennes évangélisées revêt ainsi un caractère exceptionnel et infiniment précaire. La publication tardive des Natchez apparaît donc d’abord comme l’explicitation exhaustive des violences et des malheurs dont l’épilogue d’Atala ne présentait que le sommaire. En ce sens, et quels que soient les éloges de l’évangélisation et de la mission civilisatrice du christianisme que Chateaubriand a sans doute introduits très tard dans son grand roman américain, Les Natchez ouvrent pour unique perspective la destruction totale du monde indien. C’est là, selon Chateaubriand, le préalable inévitable du devenir grandiose que la Providence divine a assigné à l’Amérique :

Les Indiens, chez lesquels les Natchez s’étaient retirés, périrent presque tous dans une guerre contre les Iroquois, et les derniers enfants de la nation du Soleil se vinrent perdre dans un second exil au milieu des forêts de Niagara. (Chateaubriand 1969 : Les Natchez 575)

15Ainsi dans Les Natchez, Chateaubriand, qui continue de se proclamer avant tout auteur du Génie du christianisme, laisse transparaître la figure du jeune écrivain qu’il a été jusqu’à son émigration, un jeune homme pleinement de son siècle, pétri de la culture philosophique et littéraire des Lumières. Et dans cette exhumation, la sensibilité à l’égard du monde indien revêt une importance capitale. Dans la préface des Natchez, Chateaubriand déclare avoir délibérément élu pour cet ouvrage « la description de l’Amérique sauvage » et avoir en quelque sorte relégué « la description de l’Amérique policée » dans le volume consacré au récit des voyages en Amérique. L’incipit des Natchez témoigne clairement de cette focalisation délibérément provocatrice :

[…] je veux raconter vos malheurs, ô Natchez, ô nation de la Louisiane, dont il ne reste plus que des souvenirs. Les infortunes d’un obscur habitant des bois auraient-elles moins de droits à nos pleurs que celles des autres hommes ? et les mausolées des rois dans nos temples sont-ils plus touchants que le tombeau d’un Indien sous le chêne de sa patrie ? (Ibid. : 167)

16Une triple interférence avec les œuvres littéraires et philosophiques du xviiie siècle a généralement été notée (et le plus souvent déplorée) par les critiques contemporains.

17La peinture de la vie sauvage et la critique de la civilisation ont été imputées à une inspiration rousseauiste diffuse. Les critiques de l’Indien Chactas relatant sa visite de la France sont souvent rapprochées du point de vue du Huron dans l’Ingénu et des séquences critiques du Siècle de Louis XIV de Voltaire. La dénonciation des discriminations subies par les protestants après la révocation de l’Édit de Nantes et l’appréciation ambiguë de la politique de Louis XIV (louée pour la protection des arts mais condamnée comme arbitraire et belliciste) renvoie pour tous à une inspiration voltairienne d’autant plus paradoxale que Chateaubriand, auteur du Génie du christianisme, ne cesse de se présenter comme le David qui a su terrasser « le Goliath voltairien ».

18Mais les références aux Lumières vont bien au-delà, même si Chateaubriand affirme les avoir amplement édulcorées et censurées sur son manuscrit original. Lors de sa visite à Versailles, Chactas affirme avoir évoqué avec son guide, Newton, Leibnitz et Locke. Le narrateur célèbre un monde découvert et parcouru par Cook et La Pérouse, marqué par le surgissement des États-Unis et leur « rénovation d’existence », qui les engage sur la voie d’un progrès voulu par la Providence divine. En outre le rapport à Raynal et à son Histoire des deux Indes (première histoire universelle de la colonisation dans laquelle Diderot insère de nombreuses diatribes) sous-tend plus ou moins implicitement l’ensemble des Natchez. Les forces à l’œuvre dans la sédition des Natchez sont celles-là même que Raynal a identifiées et, dans une certaine mesure caractérisées dans son œuvre : esclaves des plantations, nègres marrons hantant les forêts. La page où la nourrice Glazirne allaite son enfant noir et la fille blanche de René n’est pas sans évoquer la célèbre gravure d’Eisen, illustration de l’Histoire des deux Indes. De plus, dans Les Natchez, les diatribes contre la corruption et les violences spoliatrices des colons ne manquent pas. Le choix du nom d’Adario pour l’un des « sauvages » n’est pas par ailleurs innocent : il est celui du héros indien de La Hontan dans ses Dialogues curieux entre l’auteur et un sauvage de bon sens qui a voyagé.

19Mais Chateaubriand mobilise aussi un arrière-plan plus ancien de l’histoire de la colonisation. Cet arrière-plan est dominé par la figure de Barthélémy de Las Casas, prélat, dénonciateur initial de la conquête espagnole. Cette figure renvoie de plus tout à la fois à l’Histoire des deux Indes de Raynal mais aussi aux Incas de Marmontel (1777). Dans la préface des Incas, Marmontel se place sous l’autorité de Las Casas qu’il présente comme loyal à la couronne d’Espagne, défenseur des Indiens et par là même des « droits de la nature » à l’inverse des cruels conquérants Pizarre, de Lucques et Valverde. Pour Marmontel, Las Casas est certes le véritable chrétien. Mais son message est, selon l’auteur des Incas, indissociable du vœu d’une stricte séparation du politique et du religieux :

Tant que les Peuples et les Rois ne mêlent point les intérêts du ciel dans leurs projets d’iniquité, ils peuvent nous fermer la bouche ; mais dès qu’ils s’autorisent de la cause de Dieu pour être injustes et cruels, c’est à nous, à travers les lances et les épées de crier que Dieu désavoue les crimes commis en son nom. Malheur à nous, si par notre silence on l’en croyait complice. (Marmontel 1777 : II-222)

20Mais même quand il publie Les Natchez et semble tardivement exhiber sa nostalgie à l’égard de la culture philosophique du xviiie siècle, Chateaubriand s’est sans nul doute irréversiblement éloigné de cette problématique laïque. Le traitement de la figure de Las Casas est significatif : Las Casas devient une figure du « merveilleux chrétien » que revendique Chateaubriand. C’est depuis le paradis, en compagnie de sainte Geneviève, patronne de Paris et de Bonne Catherine des Bois, patronne de la Nouvelle France (les possessions françaises du Canada), que Las Casas, secondé d’une escouade de missionnaires martyrs, victimes des cruautés des Indiens, chante « la création d’un monde ». La sédition des Natchez que Las Casas, en tant que saint intercesseur, tente d’éviter, aura cependant lieu : la Providence divine, dont les fins sont, comme l’on sait, impénétrables, décide de laisser une ultime marge à Satan, qui instrumentalise une fois de plus la sauvagerie, les passions, les cruautés et les implacables rivalités des chefferies indiennes.

21Mais Satan instrumentalise également la faiblesse de René, européen transgresseur et errant, traçant en quelque sorte dans le Nouveau Monde un sillage de mort.

22C’est précisément dans ce sillage qu’apparaît un autre ordre de références – moralement plus radicales et transgressives – à la production littéraire et philosophique des Lumières. Dans le déchaînement de la révolte indienne voulue par Satan, le couple des meneurs, Ondouré et Akansie, manipulateurs convulsifs, rappelle tout à la fois le Cleveland de Prévost, l’Essai sur les règnes de Claude et de Néron de Diderot, les romans noirs et les œuvres de Sade :

Ondouré a fait retirer ses complices : il est seul avec Celuta évanouie, étendue dans le sang et auprès du corps de René. Ondouré rit d’un rire sans nom. À la lueur du flambeau expirant, il promène ses regards de l’une à l’autre victime. De temps en temps il foule aux pieds le cadavre de son rival et le perce à coups de poignard. Il dépouille en partie Céluta et l’admire. Il fait plus… Éteignant ensuite le flambeau, il court présider à d’autres assassinats, après avoir fermé la porte du lieu témoin de son double crime. (Chateaubriand 1969 : Les Natchez 573)

23Tout se passe comme si cette culture radicale et transgressive des Lumières ne pouvait ressurgir que dans le sillage des errances mortifères de René dont l’assassinat le rapproche explicitement du monde antique païen qui doit être aboli comme doit l’être la culture des Lumières :

René tourne la tête ; la hache l’atteint et s’enfonce dans son front, comme la cognée dans la cime du chêne, comme le fer qui mutile une statue antique, image d’un Dieu et chef d’œuvre de l’art. René tombe dans sa cabane : René n’est plus. (Ibid. : 562-563)

24La réhabilitation de l’Antiquité artistique et politique qu’ont proposée les Lumières doit être liquidée, quoi qu’il en coûte, et Les Natchez, en une sorte d’écho des martyrs, suggèrent précisément qu’il en a beaucoup coûté à Chateaubriand.

25Ainsi l’ensemble « américain » des œuvres de Chateaubriand, par delà ce procès complexe des réécritures, dit peut-être avant tout l’inéluctabilité de la disparition des peuples amérindiens et l’émergence d’une Amérique engagée sur la voie d’un progrès et d’une modernité qui ne peuvent tolérer la moindre altérité sauvage :

Je viens me ranger dans la foule des voyageurs obscurs qui n’ont vu que ce que tout le monde a vu, qui n’ont fait faire aucun progrès aux sciences, qui n’ont rien ajouté au trésor des connaissances humaines ; mais je me présente comme le dernier historien des peuples de la terre de Colomb, de ces peuples dont la race ne tardera pas à disparaître ; je viens dire quelques mots sur les destinées futures de l’Amérique, sur ces autres peuples héritiers des infortunés Indiens : je n’ai d’autre prétention que d’exprimer des regards et des espérances. (Chateaubriand 1969 : Voyage en Amérique 663)

Notes

1 Lettre à Ernest de Blosseville, 28 janvier 1827.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search