Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Le chômage involontaire : construction et déconstruction d’une notion

Que perd-on en abandonnant la notion de chômage involontaire ?1

Ghislain Deleplace

Texte intégral

La nostalgie a-t-elle sa place dans l’histoire de la pensée économique ?

  • 1 Ce commentaire a pour origine un rapport verbal présenté en séance après les communications d’Alain (...)

1Selon Alain Béraud et Michel de Vroey, la notion de chômage involontaire peut et doit être abandonnée. Pour le premier, le débat autour de cette notion a été mené depuis Keynes sous l’hypothèse d’information parfaite ; or la compréhension du chômage est plus pertinente dans un cadre d’information imparfaite, où il est vain, théoriquement et empiriquement, de chercher à décomposer le chômage en différentes catégories. Pour le second, la macroéconomie n’est pas parvenue à conceptualiser le chômage involontaire dans le programme de recherche keynésien, mais ce n’est pas si grave car celui-ci, entendu comme la démonstration de la nécessaire intervention de l’État par le soutien de la demande globale, peut s’en passer. Christophe Lavialle se révolte contre ce double abandon (au nom de l’analyse du chômage et en celui du programme keynésien) : puisque le langage ordinaire atteste l’existence du chômage involontaire (le « qui le niera ? » de Keynes), le devoir du langage savant est d’en rendre compte, aujourd’hui pas moins qu’à l’époque de Keynes.

2Avant d’examiner ces différentes positions, on me permettra une réaction subjective d’historien de la pensée économique aux plaidoiries en faveur du renoncement prononcées par deux autres historiens de la pensée économique, Alain Béraud et Michel de Vroey. On a beau connaître les difficultés analytiques associées aux notions de salaire de subsistance chez Ricardo, de force de travail chez Marx, ou de chômage involontaire chez Keynes, il y a toujours un serrement de cœur quand on propose de les abandonner, au motif qu’il existe des tas de modèles excitants montrant qu’une croissance indéfinie bute sur les ressources finies de la terre, qu’on peut améliorer le bien-être collectif en réduisant les inégalités de revenus, ou qu’on peut réduire le chômage par un programme d’augmentation de la demande globale. Ce n’était donc que cela… Il n’est pas étonnant que l’histoire de la pensée économique, qui parle surtout des morts, se voie réduite à un alibi culturel dans les cursus d’économie ; car quand il s’agit de parler des vivants, cela suffit bien avant de passer aux équations.

3Une des raisons pour lesquelles Piero Sraffa a inspiré tant de travaux d’histoire de la pensée économique ne tient pas seulement à son édition pointilleuse des œuvres de Ricardo, mais aussi à sa démonstration qu’on peut retrouver la relation inverse entre les salaires et le taux de profit en se passant du salaire de subsistance mais en gardant les conditions de production des marchandises. Malheureusement, ni Marx ni Keynes n’ont eu leur Sraffa, et quand bien même ils l’auraient eu, la découverte d’un substitut analytique pertinent à la force de travail ou au chômage involontaire ne les aurait sans doute pas mis dans les théories modernes en meilleure position que Ricardo, sans parler de Sraffa lui-même.

4De Vroey a donc sans doute raison : il faut surmonter les serrements de cœur suscités par la disparition de notions qui ont fait leur temps. Les TGV ont remplacé avec avantage les locomotives à vapeur, qu’on ne trouve plus que sur les chemins de fer touristiques ou dans les albums pour enfants. Reste la question : le chômage involontaire s’apparente-t-il aux locomotives à vapeur ?

Le caractère involontaire du chômage : une question empirique, philosophique, linguistique ?

5Il est un point commun à nos trois contributeurs : avant que l’économiste s’intéresse ou non à la question du chômage involontaire, il convient selon eux de se demander si elle se pose en dehors de la théorie économique.

6Pour Béraud, c’est la question empirique du chômage qui importe. Si la notion de chômage involontaire a pris une telle importance autant chez Pigou que chez Keynes (avec des résultats différents), c’est que ces auteurs cherchaient à intégrer cette question empirique du chômage dans une théorie du marché du travail où la notion de salaire courant était transparente pour les travailleurs comme pour les employeurs. On était ainsi amené à isoler un type de chômage que subissaient les travailleurs pourtant désireux d’obtenir un emploi au salaire courant. La notion de chômage involontaire apparaît alors comme le produit d’une limitation de la théorie des années 1930 à appréhender la question empirique du chômage :

On définit habituellement le chômage involontaire comme une situation où des individus disposés à travailler au salaire courant restent sans emploi. Cette notion n’a de sens que si l’on postule l’existence d’un marché “classique” du travail où l’information est parfaite. La nature des emplois est connue de tous les employés et les employeurs évaluent parfaitement les capacités des travailleurs. Les firmes et les travailleurs se rencontrent sur un marché centralisé où le principe du prix unique prévaut. C’est en s’appuyant sur cette conception du marché que Pigou, Keynes et leurs successeurs ont développé leurs analyses. Le choix qu’ils firent de s’appuyer sur cette abstraction apparaît, rétrospectivement, justifié par les instruments théoriques dont ils disposaient pour développer leurs analyses. (Béraud, supra, p. 290)

7Mais dès l’instant (à partir des années 1970) où on dispose d’une théorie plus adaptée à la prise en compte de la réalité du marché du travail (l’information sur les emplois et les salaires y est imparfaite ; le salaire associé à un même emploi n’est pas uniforme), on n’a plus aucune raison de s’encombrer de la notion de chômage involontaire. Cette position d’Alain Béraud est inattaquable sous une condition : que la notion de chômage involontaire soit comprise comme répondant à une interrogation sur le fonctionnement du marché du travail. Si, comme on le suggérera plus loin, ce n’est pas le cas, elle tombe d’elle-même.

8De Vroey est prêt à concéder que la question du chômage involontaire peut être intéressante d’un point de vue philosophique, en ce qu’elle s’inscrit dans une interrogation sur le caractère plus ou moins volontaire des actions humaines. Le patronage d’un grand philosophe est ici utile, ce qui est une façon élégante d’en dispenser l’économiste :

Ce n’est pas qu’il soit inintéressant de s’interroger sur le contraste volontarité/ involontarité. Il s’agit en fait d’une thématique ancienne, déjà abordée par Aristote dans son Éthique à Nicomaque. Aristote prend l’exemple de gens embarqués sur un bateau et rencontrant une tempête. Ils réalisent qu’ils ne peuvent échapper au naufrage qu’à une seule condition, en jetant par-dessus bord toute la cargaison. Aristote se demande alors si cette dernière opération est volontaire ou non et avance que seule une réponse ambivalente peut être donnée à cette question. Jeter la cargaison par-dessus bord est involontaire parce que c’est une chose que fondamentalement on ne désire pas faire. Mais si la vie est en péril, on le fera. Bien que cette action ait été contrainte et forcée, on l’a préférée à son alternative, qui était de couler. Donc, la même action est à la fois volontaire et involontaire. De plus, on s’aperçoit qu’il faut associer les notions de volontarité et de liberté. Au plus la liberté est restreinte, au plus étroit le champ de la volontarité. Cette problématique, on le constate, dépasse de loin le cas du chômage et même celui de l’économie, ce qui pose la question de savoir si l’économiste doit s’en préoccuper spécifiquement.
(De Vroey, supra, p. 316)

  • 2 On observera que le chômage involontaire n’est pas le seul concept keynésien appelé souvent à se di (...)
  • 3 Un parallèle peut être fait avec la facticité de la liberté dont dispose selon Marx le travailleur (...)

9Selon de Vroey, il est donc vain d’opposer le chômage involontaire au chômage volontaire ; sous l’angle de sa « volontarité », il existe un continuum entre les comportements individuels vis-à-vis du chômage, de sorte que ce critère devient secondaire2 ; comme chez Béraud, il n’y a plus de raison d’opérer une distinction entre différentes catégories de chômage, en tout cas selon ce critère. Mais encore une fois, l’appel à un extérieur à la théorie économique n’est utile que si la question posée par celle-ci est la même que celle posée à l’extérieur – ici par la philosophie. Supposons que, pour reprendre l’exemple emprunté par de Vroey à Aristote, la situation soit telle que, quoi que fassent les passagers du bateau, cela n’aura aucune influence sur le fait que celui-ci coule ou non. Bien sûr il existe « un espace de liberté » (De Vroey dixit) offert aux passagers : ils peuvent décider de jeter ou non la cargaison à la mer (ce ne serait pas le cas s’ils étaient enfermés à fond de cale). Mais cette liberté est factice si leur décision dans un sens ou dans l’autre ne change rien à leur destin. On verra plus loin que c’est une telle situation dont Keynes s’efforce de rendre compte en parlant de chômage involontaire3.

10Si pour Béraud et de Vroey l’absence du chômage strictement involontaire des champs empirique ou philosophique dédouane l’économiste tenté de s’en débarrasser faute de savoir quoi en faire, c’est sa présence manifeste dans le champ linguistique qui selon Lavialle oblige l’économiste à lui faire une place, quelles que soient les difficultés analytiques. Lavialle insiste comme Béraud sur l’incapacité d’un certain langage théorique à saisir le chômage ; mais il retourne son argument comme un gant. Pour Béraud, c’est la théorie de Keynes (et d’autres) qui a postulé la notion de chômage involontaire pour parler du fait empirique du chômage (tout court) ; mieux armée pour appréhender ce fait, la théorie moderne peut désormais se passer de la notion. Pour Lavialle, c’est le chômage involontaire qui est un fait, ce que révèle, non pas l’observation empirique, mais le langage ordinaire : c’est celui-ci qui le fait exister. Et c’est la théorie moderne qui, par construction, est incapable d’en parler ; la théorisation du chômage involontaire – son passage du langage ordinaire au langage savant – est ainsi le levier de la construction d’une hétérodoxie :

Ce faisant, il ne s’agit pas de produire le concept de chômage involontaire au sein de la théorie néoclassique en continuant d’accepter son langage formel, ses prémisses, sa syntaxe et sa sémantique. Il s’agit bien de construire une hétérodoxie, définie comme extérieure et opposée à une orthodoxie elle-même définie par ce qu’elle ne peut pas dire alors qu’elle devrait le dire : l’existence concrète du chômage involontaire (i.e. ne se réduisant pas en dernière instance au comportement de l’offreur de travail). Cette existence, révélée à l’intuition du sens commun, et véhiculée par le langage ordinaire, doit s’imposer au langage savant. (Lavialle, supra, p. 307, souligné par Lavialle)

  • 4 « Ever since wages began to be paid in money, every servant girl has felt that all would be well if (...)

11Au-delà du problème général de la relation entre la théorie économique et le « langage ordinaire », une difficulté particulière apparaît du fait que la notion de chômage involontaire ne s’inscrit pas dans n’importe quelle théorie de n’importe quel auteur, mais dans la Théorie générale de Keynes. Cela implique que c’est une notion macroéconomique, qui s’articule à d’autres notions macroéconomiques, au premier rang desquelles la demande effective. Quand on attribue un caractère « révolutionnaire » à l’approche de Keynes, on insiste généralement sur le rôle qu’a joué l’élaboration d’une telle macroéconomie, opposée à une approche fondée sur les comportements individuels. Sauf à suivre Schumpeter dans son identification de la théorie keynésienne et des conceptions d’une « petite bonne »4, on doit admettre que les énoncés macroéconomiques n’ont rien d’intuitif. On serait alors avec le chômage involontaire devant un cas banal de polysémie : pour l’homme ordinaire, il est une situation individuelle d’absence non désirée d’emploi, tandis que pour Keynes il caractérise un équilibre macroéconomique avec déficience de la demande effective. Et qu’il soit la première n’aide pas à comprendre le second.

12Ni l’empirie, ni la philosophie, ni le langage ne sont en définitive d’un grand secours dans l’abandon ou la défense théorique du chômage involontaire. Mais que nos trois contributeurs prennent à l’occasion ces chemins de traverse aide cependant à situer cette notion en attirant l’attention sur trois questions : cette notion concerne-t-elle le fonctionnement du marché du travail ? Quel rapport entretient-elle avec le comportement des travailleurs privés d’emploi ? Quelles conséquences son caractère macroéconomique a-t-il ?

De l’absence d’ajustement sur le marché du travail au rôle de la demande effective

13Pour identifier les points de désaccord, il faut bien partir d’une définition du chômage involontaire. Je propose de dire qu’il y a chômage involontaire lorsque, quel que soit le comportement des travailleurs vis-à-vis du salaire nominal courant, ce comportement n’a aucune influence sur le niveau global de l’emploi. Cette définition englobe la définition habituelle, dans laquelle le chômage involontaire correspond à une situation où des travailleurs restent sans emploi alors qu’ils sont désireux de travailler au salaire courant. Mais elle la radicalise, puisqu’elle inclut des situations où des travailleurs resteraient sans emploi alors qu’ils sont prêts à travailler au-dessous du salaire courant, c’est-à-dire pour quelque salaire que ce soit, aussi faible soit-il.

  • 5 Béraud, p. 290.
  • 6 Ibid.

14Cette définition risque de ne pas convenir à Béraud, puisqu’il attribue précisément la présence de la notion de chômage involontaire chez Keynes à une conception du marché du travail dans laquelle les travailleurs se déterminent par rapport au salaire courant. Dans des modèles modernes avec information imparfaite où « non seulement personne ne connaît le salaire courant mais cette expression même est dépourvue de sens car il n’y a aucune raison pour que tous les contrats de travail fixent le taux de salaire au même niveau »5, le critère que je propose pour qualifier le chômage involontaire cesse d’être pertinent. Il me semble cependant que cela ne justifie pas ex abrupto l’abandon de cette notion, pour deux raisons ayant à voir avec le lien qu’à juste titre Béraud et De Vroey soulignent chez Keynes entre le chômage involontaire et le niveau de la demande globale. La première raison est de méthode : il est certes intéressant qu’on puisse reproduire, par des hypothèses particulières sur le marché du travail, l’influence d’une variation de la demande globale sur le niveau du chômage, sans avoir à spécifier celui-ci6 Cela rend au mieux inutile la notion de chômage involontaire si on a de bonnes raisons (empiriques, par exemple) d’adopter ces hypothèses particulières ; cela ne le disqualifie pas si on s’intéresse à une théorie plus générale, non subordonnée à ces hypothèses particulières. La seconde raison est analytique : on peut être insatisfait du privilège accordé au comportement des agents vis-à-vis du prix (par rapport à leur comportement vis-à-vis d’autres variables) quand on s’intéresse à un marché particulier, du travail ou d’autre chose. On peut souhaiter construire un modèle dans lequel les agents visitent successivement différents postes pour vendre leur travail et acheter des biens. On doit cependant constater qu’il n’existe pas aujourd’hui de modèle général d’interdépendance dans lequel les questions macroéconomiques auxquelles Béraud et de Vroey sont attachés – la relation entre chômage et demande effective n’étant qu’une d’entre elles – pourraient être posées.

15C’est comme cela que je comprends la critique voilée adressée par de Vroey à Béraud : après avoir montré brillamment que Keynes a probablement surévalué (pour mieux la critiquer) une théorie du chômage frictionnel qui ne pouvait alors de fait se développer, de Vroey conclut :

Tels sont les deux obstacles à l’émergence d’une théorie du chômage frictionnel à l’époque considérée. Mais ceci ne peut être le dernier mot de l’affaire. Même si cette émergence s’était produite, Keynes aurait été insatisfait. Non pas parce que Beveridge ou Pigou ne parlaient pas de chômage involontaire. Comme le note Béraud, le contraire était vrai. La raison de son insatisfaction présumée devrait être d’un autre ordre, le fait que ces analyses reposaient sur une prémisse d’équilibre partiel. Elles supposaient que le phénomène du chômage pouvait être appréhendé en étudiant le marché du travail d’une manière isolée. Au contraire, pour Keynes, la Grande Crise révélait le contraire, que le phénomène ne pouvait que s’expliquer dans le cadre d’une analyse d’interdépendance – le chômage se manifeste dans le marché du travail mais est causé par des éléments extérieurs à celui-ci. Nous retombons ainsi sur une remarque faite antérieurement : en parlant du chômage involontaire, Keynes avait en tête du chômage dû à la déficience de la demande agrégée, c’est-à-dire du chômage d’interdépendance générale. Au vu de ceci, la piste du chômage frictionnel ne pouvait que lui apparaître inadéquate. (De Vroey, supra, p. 326)

16Mais puisque Keynes aurait été insatisfait d’une théorie du chômage frictionnel si elle avait existé, il le serait aussi de la théorie actuelle du chômage frictionnel (de recherche), sur laquelle insiste Béraud. Pourquoi alors, si une telle insatisfaction rendait légitime une interrogation sur le chômage involontaire dans les années 1930, ne la rendrait-elle pas aussi légitime aujourd’hui ? Deux explications peuvent venir à l’esprit. Soit le chômage involontaire était un phénomène massif dans les années 1930 – point qu’évoque de Vroey dans sa réponse à Lavialle – et il ne l’est plus aujourd’hui. Soit l’échec de cette interrogation pendant plus de 70 ans rend raisonnable d’y renoncer aujourd’hui. Ces deux explications sont également insatisfaisantes, la première parce qu’elle est d’ordre empirique, la seconde parce que l’incapacité présumée à démontrer un équilibre avec chômage involontaire ne valide pas ipso facto la démonstration faite dans un autre cadre (nouveau classique) qu’il n’existe pas.

  • 7 Cf. De Vroey (2001) et Deleplace (2002). Pour une analyse plus détaillée de cette question, cf. Del (...)

17Revenons donc à la définition que je propose : il y a chômage involontaire lorsque, quel que soit le comportement des travailleurs vis-à-vis du salaire nominal courant, il n’a aucune influence sur le niveau global de l’emploi. Pourquoi en serait-il ainsi ? Comme cela est souligné par de Vroey dans la citation ci-dessus, Keynes « avait en tête du chômage dû à la déficience de la demande agrégée, c’est-à-dire du chômage d’interdépendance générale ». L’explication est donc à chercher de ce côté, et je ne peux que répéter des arguments déjà avancés dans un débat avec Michel de Vroey par Cahiers d’économie politique interposés7.

  • 8 De Vroey revendique, chez Keynes comme chez tout auteur, la nécessité de donner des « micro-fondeme (...)
  • 9 Keynes (1936), préface pour l’édition française, 1982, p. 8.
  • 10 Keynes (1936), 1982, p. 38.

18La seule façon qu’ont les travailleurs d’influencer à la hausse le niveau de l’emploi global est en acceptant une baisse du salaire nominal. Mais une telle baisse ne peut conduire les entreprises à augmenter le niveau d’emploi que si elle s’accompagne d’une baisse du salaire réel8. Dans la théorie que Keynes appelle « classique », cette condition est automatiquement remplie, puisque le niveau général des prix est déterminé par les seuls facteurs monétaires (analysés par la théorie quantitative de la monnaie) et il est donc insensible aux changements intervenant sur le marché du travail. On voit bien que l’adoption de cette théorie revient à exclure toute interdépendance entre le marché du travail et les marchés des biens (puisque le niveau général des prix ne se détermine pas sur ceux-ci), et donc empêche toute velléité de concevoir un « chômage d’interdépendance générale », pour reprendre l’expression de De Vroey. Une telle interdépendance est par contre possible si l’on admet « que le niveau général des prix et les prix individuels sont déterminés d’une façon strictement identique, c’est-à-dire qu’ils dépendent de l’offre et de la demande »9. Puisque la théorie classique elle-même « nous a enseigné que les prix sont gouvernés par le coût premier marginal exprimé en monnaie et que ce coût premier lui-même dépend en grande partie des salaires nominaux »10, une baisse du salaire nominal s’accompagnera d’une baisse du niveau général des prix. Mais alors l’évolution du salaire réel reflétera la proportion entre ces deux baisses, et rien ne garantit donc la baisse du salaire réel, alors que, on l’a vu, c’est la condition pour que les entreprises augmentent le niveau de l’emploi. Keynes conclut alors :

L’école classique, en supposant que les contrats de salaire peuvent déterminer le salaire réel, a fait une hypothèse arbitraire. Car il se peut que la main-d’œuvre considérée dans son ensemble [...] n’ait aucun moyen de réduire ses salaires réels à un chiffre donné en révisant les clauses monétaires des accords conclus avec les entrepreneurs. [Keynes (1936), 1982, p. 39]

19Dans cette situation, le chômage est à la fois involontaire (au sens où je l’ai défini) et « d’interdépendance générale » (au sens de De Vroey) : les travailleurs « n’[ont] aucun moyen » d’influencer les décisions des entreprises relatives à l’emploi, et il en est ainsi parce que leur acceptation éventuelle d’une baisse du salaire nominal laisse indéterminée la mise en œuvre d’un processus d’ajustement (fondé sur le salaire réel) conduisant à une augmentation du niveau de l’emploi global.

20L’évolution de la théorie économique depuis Keynes a-t-elle été de nature à lever cette indétermination ? Celle de la théorie monétaire n’a pas validé la théorie quantitative de la monnaie ou toute autre analyse qui permettrait de supposer qu’une baisse du salaire nominal laisse inchangé le niveau général des prix. Quant à la théorie des prix des marchandises, elle s’est déplacée d’une détermination marshallienne des prix monétaires en équilibre partiel à une détermination walrasienne des prix réels en équilibre général. Si les nouveaux classiques se sont appuyés sur cette dernière pour lancer leur croisade macroéconomique contre les idées keynésiennes, ils ont soigneusement ignoré les avertissements lancés à partir des années 1970 par les plus éminents partisans de la microéconomie néo-walrasienne, au premier rang desquels Gérard Debreu. Si l’effet de la variation du prix d’une marchandise sur celui d’une autre est indéterminé, cela ne renforce pas la croyance en la possibilité de déterminer l’effet d’une baisse du salaire nominal sur le niveau général des prix, sauf à supposer que les difficultés rencontrées pour analyser l’interdépendance entre les prix réels s’évanouissent par enchantement quand on passe à des prix nominaux.

  • 11 La critique de Keynes dans le chapitre 2 de la Théorie générale porte sur le « second postulat clas (...)

21L’analyse faite par Keynes dans le chapitre 2 de la Théorie générale ne semble donc pas invalidée par l’évolution ultérieure de la théorie économique, dans ce qu’elle a de plus général : il peut exister du chômage involontaire parce que le niveau de l’emploi global n’est pas déterminé sur le marché du travail, entendu comme le lieu où les travailleurs négocient le salaire nominal11. On a certes là un résultat négatif, mais, puisque nos trois contributeurs partagent une même croyance en l’influence des théories économiques sur les débats de société, ce serait déjà en soi un motif de ne pas abandonner la notion de chômage involontaire.

22D’un point de vue positif, de Vroey manifesterait sans doute encore une insatisfaction : que le chômage involontaire ne puisse être réduit faute d’ajustement sur le marché du travail ne garantit pas qu’il puisse l’être par une intervention étatique stimulant la demande globale. Mais j’avoue qu’il y a alors quelque chose qui m’échappe. Si le chômage involontaire ne peut s’éliminer spontanément par un ajustement automatique de marché, sa réduction appelle une intervention de l’État. Celle-ci ne saurait prendre la forme d’une politique de l’offre : si une diminution du coût nominal du travail consentie par les travailleurs n’entraîne pas ipso facto une diminution de son coût réel, il n’y a pas de raison qu’il en aille autrement si cette diminution est imposée par l’État. Que reste-t-il ? Une politique de la demande. Or, à la différence des nouveaux classiques qui rejettent dans un même mouvement la notion de chômage involontaire et l’ensemble du programme keynésien, Béraud et de Vroey semblent tous les deux profondément attachés à celui-ci, et ils croient apparemment à la possibilité de réduire le chômage au moyen d’une politique de soutien à la demande globale. C’est même au nom de ce programme qu’ils proposent d’abandonner la notion de chômage involontaire, qui introduirait une confusion préjudiciable aux idées keynésiennes. Mais alors, si une politique de demande est capable de réduire un chômage qui persiste quel que soit le comportement des travailleurs, n’est-ce pas suffisant pour garder sa place à la notion de chômage involontaire au sein de la théorie keynésienne ?

Notes

1 Ce commentaire a pour origine un rapport verbal présenté en séance après les communications d’Alain Béraud, Michel de Vroey et Christophe Lavialle. Ayant ensuite perdu mes notes, j’ai rédigé ce commentaire plus d’un an après le colloque, sur la base des textes définitifs des trois auteurs. Ceux-ci n’ont donc pas eu la possibilité d’en prendre connaissance et a fortiori d’intégrer dans leurs textes des corrections ou réponses. Je les prie donc de m’excuser pour toute interprétation éventuellement biaisée de leurs positions.

2 On observera que le chômage involontaire n’est pas le seul concept keynésien appelé souvent à se diluer dans une notion plus large. Ainsi de la monnaie : sous l’angle de la liquidité, il est tentant de la replacer dans un continuum où figurent tous les autres actifs. Il faut d’ailleurs reconnaître que Keynes lui-même (dans le chapitre 17 de la Théorie générale) invite à abandonner l’idée selon laquelle la liquidité est un attribut exclusif de la monnaie.

3 Un parallèle peut être fait avec la facticité de la liberté dont dispose selon Marx le travailleur salarié. Celui-ci n’est pas un esclave, car il est libre de vendre sa force de travail à qui il veut, et même de ne pas la vendre du tout ; mais cette liberté est factice en raison du fait qu’il est dans le même temps dépourvu de toutes les conditions extérieures d’existence (il est « libre de tout »). Cette ambivalence du « travailleur libre » chez Marx a suscité d’innombrables travaux sur la force de travail comme « marchandise particulière ». Là aussi, pour reprendre les termes de De Vroey, c’est l’adjectif qui pose problème : si la force de travail est une marchandise au sens formel (elle est vendue par le travailleur dans le cadre d’un contrat), de quelle nature est la soumission qui oblige le travailleur à la vendre ? On a ici le même problème : si les travailleurs sont au chômage en ce qu’ils sont dépourvus d’emploi, qu’y a-t-il dans leur situation qui les oblige à le rester ?

4 « Ever since wages began to be paid in money, every servant girl has felt that all would be well if only her employers spent their money freely enough ; [...] this is and always has been a major item of the economics of the man in the street who never really believed in the gospel of thrift even when he paid lip service to it. The first thing that analytic effort does is to dispel some of these “monetary illusions” » [Schumpeter (1954), 1972, p. 281].

5 Béraud, p. 290.

6 Ibid.

7 Cf. De Vroey (2001) et Deleplace (2002). Pour une analyse plus détaillée de cette question, cf. Deleplace (2007), p. 294-302.

8 De Vroey revendique, chez Keynes comme chez tout auteur, la nécessité de donner des « micro-fondements » à la macroéconomie, qui sont les « choix optimisateurs » des agents [De Vroey (2001), p. 127]. Or ces choix concernent nécessairement des grandeurs réelles : « lorsque l’analyse porte sur les comportements optimisateurs des agents, seules des grandeurs réelles doivent être prises en compte, même si le modèle plus général dans lequel ce comportement est intégré est monétaire » (ibid., p. 125).

9 Keynes (1936), préface pour l’édition française, 1982, p. 8.

10 Keynes (1936), 1982, p. 38.

11 La critique de Keynes dans le chapitre 2 de la Théorie générale porte sur le « second postulat classique » : « L’égalité du salaire réel et de la désutilité marginale de l’emploi, que présuppose le second postulat, correspond lorsqu’elle est interprétée dans le monde réel à l’absence de chômage “involontaire” » [Keynes (1936), 1982, p. 41]. Il devrait ajouter que l’impossibilité de faire correspondre un niveau déterminé du salaire réel à un quelconque niveau du salaire nominal ruine aussi le premier postulat sur l’égalité du salaire réel et de la productivité marginale du travail. Ce sont donc à la fois les courbes de demande et d’offre de travail, en tant que fonctions ayant pour argument le salaire réel, qui se trouvent dépourvues de pertinence théorique. Comme le couteau sans lame qui a perdu son manche, le marché du travail cesse d’exister comme lieu de la détermination du niveau de l’emploi global.

Auteur

Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis & LED (Laboratoire d’Économie Dionysien, EA 3391)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search