Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Le chômage involontaire : construction et déconstruction d’une notion

Chômage involontaire, chômage de recherche. Deux paradigmes alternatifs

Michel de Vroey

Texte intégral

  • 1 Lavialle, Christophe, « Penser le chômage involontaire : l’exigence logique d’une posture hétérodox (...)
  • 2 Béraud, Alain, « Le chômage involontaire. Naissance et mort d’un concept » (cf. supra p. 277).

1Cet article est écrit en écho aux contributions de Christophe Lavialle1 et d’Alain Béraud2 au colloque de l’ association Charles Gide pour l’histoire de la pensée économique ayant eu lieu à Orléans en mai 2008. Tous deux traitent du chômage involontaire mais défendent des thèses opposées. Lavialle estime que cette notion désigne une réalité centrale et qu’il ne peut être question de l’abandonner. Cependant, affirme-t-il, sa sauvegarde implique que l’on adopte une posture hétérodoxe. Quant à Béraud, après avoir examiné comment la notion de chômage involontaire a été supplantée par celle de chômage de recherche, il conclut à la nécessité de l’abandon de la première de ces notions. Je traiterai de ces deux articles, l’un et l’autre d’une grande qualité, successivement.

Sauver le concept de chômage involontaire ?

  • 3 Cf. De Vroey (2004).

2Lavialle me fait l’honneur d’appuyer son analyse sur les thèses que j’ai développées dans mon livre sur le chômage involontaire3. Mais sur certains points, il me prête des vues que je ne défends pas. Je me permets en conséquence de corriger le tir.

  • 4 Lavialle, infra, p. 292.

3Selon Lavialle, mon analyse repose sur le postulat « selon lequel la production de paraboles théoriques dans le monde de l’analyse pourrait se faire sans conséquence sur l’orientation des politiques économiques »4. Je n’adhère pas à cette vue. Au contraire, je pense, en tout cas en ce qui concerne la macroéconomie, que les modèles sont motivés par une volonté d’agir sur les politiques économiques et sont conçus à cet effet. Selon moi, l’agenda politique joue un rôle central en macroéconomie. Pour autant, le lien entre le concept de chômage involontaire et la vision de politique économique keynésienne n’est pas sans équivoque. Le concept peut être produit sans pour autant appuyer une vision de politique économique keynésienne. Symétriquement, on peut défendre la politique économique keynésienne sans recourir à ce concept.

4Contrairement à ce que Lavialle écrit, je ne présente pas le programme de Keynes comme « consistant à vouloir démontrer l’existence du caractère involontaire du chômage ». J’affirme plutôt que ce programme comporte plusieurs objectifs ayant à être atteint simultanément : démontrer l’existence du chômage involontaire, exonérer la rigidité salariale d’en être la cause, fournir une explication dans un cadre d’interdépendance et de concurrence parfaite, démontrer que le remède au problème est une relance de la demande mise en œuvre par l’État. Ma thèse est que, à ce jour, ce programme complet n’a pas été réalisé. Par contre, le chômage involontaire en tant que point particulier a été démontré, notamment dans des modèles de contrat implicite, de salaire d’efficience, de contrat échelonné ou d’échec de coordination à la Roberts. Certes, on peut critiquer les deux premiers types de modèles pour le fait que, s’ils respectent formellement la définition de Keynes, ils trahissent son esprit dans la mesure où ils portent sur des cas d’équilibre individuel. Mais ceci n’est pas vrai pour les deux derniers. Des modèles de chômage involontaire, respectant les canons de la théorie néoclassique, existent. La « quête », pour employer l’expression de Lavialle, a donc abouti. La question est de savoir à quoi ces modèles mènent. Ouvrent-ils un programme de recherche ? Sont-ils compatibles avec les autres points du programme de Keynes ? En particulier, justifient-ils une politique keynésienne de relance de la demande ? Ma thèse est qu’on n’est pas parvenu à produire une théorie satisfaisant tous les points de ce programme.

5Lavialle écrit que la définition du caractère involontaire du chômage implique que la rigidité n’en soit pas la cause. Je ne suis pas d’accord avec lui. À mes yeux, ce trait n’appartient pas la définition salaire de réservation du chômage involontaire. Imaginons qu’il existe un plancher salarial empêchant l’apurement du marché du travail. En conséquence, des offreurs de travail sont rationnés. Leur état entre parfaitement dans la définition du chômage involontaire. Ceci montre que l’exonération de la rigidité comme cause du phénomène n’appartient pas à la définition, mais constitue un ajout à celle-ci.

6Il en va de même pour l’assertion faite par Lavialle, selon laquelle « la nature involontaire du chômage ne saurait être fondée dans un contexte d’équilibre partiel ». Pourquoi en serait-il ainsi ? Le même type d’argument joue. Ma conjecture est que Lavialle amalgame la notion de chômage involontaire et ce que j’appelle le programme de Keynes. En conséquence, pour lui, une théorie du chômage involontaire est une théorie satisfaisant les différents critères de ce programme. Je ne vois pas le fondement d’une telle position qui aboutit à diluer la définition du chômage involontaire. Pourquoi dire que le chômage involontaire est organiquement lié à l’idée de flexibilité salariale, au fait que le remède à appliquer est la relance de la demande, etc.?

7Lavialle me critique pour confondre interdépendance et équilibre général. Tout dépend de la manière dont on définit ces termes. Pour moi, une théorie de l’équilibre général est une théorie traitant de l’économie dans son ensemble. Selon ce critère, Keynes fait de l’équilibre général même s’il n’emploie pas ce terme dans son livre (mais il s’y réfère dans sa préface à sa traduction française). La position à refuser, à mon avis, est de donner à la théorie walrasienne un monopole sur la notion d’équilibre général.

8Lavialle écrit : « L’ambition de Keynes n’est pas de produire un résultat de chômage involontaire au sein de la théorie néoclassique, mais d’invalider celle-ci au nom de son incapacité à rendre compte d’un phénomène dont l’intuition nous révèle qu’il est un fait. » Je ne partage pas ce point de vue. Certes, il est difficile pour nous de savoir qu’elle était l’ambition de Keynes, mais si l’on se réfère au chapitre XXIV de la Théorie générale, il me semble qu’on peut y lire qu’il ne veut pas invalider la théorie standard. Par ailleurs, la vue selon laquelle le chômage involontaire serait un « fait » me paraît pour le moins exagérée. J’y reviendrai plus loin.

  • 5 Ou éventuellement, pour généraliser l’argumentation, par celui de sous-emploi d’équilibre, lequel r (...)

9Ces remarques étant faites, essayons maintenant d’aller au fond des choses. Tout le monde admettra que ce qui pose problème dans la notion de chômage involontaire est l’adjectif involontaire. Imaginons qu’un des interlocuteurs de Keynes soit parvenu à le persuader des inconvénients de l’utilisation du terme de chômage involontaire et de le remplacer par le terme chômage de déficience de demande effective.5Ce sous-emploi viendrait se greffer sur le taux naturel de sous-emploi, lequel serait incompressible. Cela aurait-il eu une incidence importante sur sa théorie ? Je ne le pense pas, sauf que, pour une large part, le chapitre II de la Théorie générale serait à écarter, point de vue d’ailleurs adopté par de nombreux commentateurs de Keynes. L’essentiel du message de Keynes subsisterait, la volonté de donner une explication d’équilibre général, le fait d’une perte en social welfare et l’idée que le remède à mettre en œuvre est une relance exogène de la demande. Par contre, le débat quant à savoir si la cause du phénomène est la rigidité salariale resterait non-tranché.

10Ceci suggère que l’adjectif « involontaire » n’est peut-être pas aussi central à la théorie keynésienne que ce que certains, dont bien sûr Lavialle, pensent. Ce n’est pas qu’il soit inintéressant de s’interroger sur le contraste volontarité/involontarité. Il s’agit en fait d’une thématique ancienne, déjà abordée par Aristote dans son Éthique à Nicomaque. Aristote prend l’exemple de gens embarqués sur un bateau et rencontrant une tempête. Ils réalisent qu’ils ne peuvent échapper au naufrage qu’à une seule condition, en jetant par-dessus bord toute la cargaison. Aristote se demande alors si cette dernière opération est volontaire ou non et avance que seule une réponse ambivalente peut être donnée à cette question. Jeter la cargaison par-dessus bord est involontaire parce que c’est une chose que, fondamentalement, on ne désire pas faire. Mais si la vie est en péril, on le fera. Bien que cette action ait été contrainte et forcée, on l’a préférée à son alternative, qui était de couler. Donc, la même action est à la fois volontaire et involontaire. De plus, on s’aperçoit qu’il faut associer les notions de volontarité et de liberté. Au plus la liberté est restreinte, au plus étroit le champ de la volontarité.

11Cette problématique, on le constate, dépasse de loin le cas du chômage et même celui de l’économie, ce qui pose la question de savoir si l’économiste doit s’en préoccuper spécifiquement.

12Si des économistes mettent la notion de chômage involontaire en avant c’est pour l’opposer à celle de chômage volontaire. D’une manière un peu étrange, le statut de chômage involontaire apparaît comme plus honorable que celui de chômage volontaire. Ceci est sans doute dû au fait que la notion de chômage volontaire peut désigner deux cas différents. Dans le premier, le terme se rapporte à la personne qui prétend être à la recherche d’un emploi pour bénéficier d’une allocation de chômage mais en fait ne désire pas participer au marché du travail officiel. Personne ne niera que de tels cas – une anticipation de l’octroi automatique d’une allocation universelle – existent. La proportion qu’ils représentent est difficile à établir. Le second cas se rapporte à une personne qui désire réellement participer au marché du travail mais dans des conditions appropriées à son profil, par exemple en termes de qualification. Une telle personne peut refuser des offres d’emploi. Dans ce cas, en toute rigueur, il faut parler de chômage volontaire. Mais l’opprobre qui pourrait s’attacher au premier type de chômeur volontaire n’est pas de mise. Au contraire, on devrait considérer ce caractère volontaire comme une bonne nouvelle, dans la mesure où il signifie que les personnes en cause bénéficient d’un espace de liberté.

  • 6 Cf. De Vroey (1999).

13La leçon que je tire de ces considérations est qu’il est inadéquat de tracer une opposition dichotomique entre le volontaire et l’involontaire. Il faudrait remplacer la dichotomie polaire par une relation graduée ayant la pleine volontarité et la pleine involontarité comme ses deux points extrêmes. Dans le dernier de ces cas, l’ensemble des choix ne comporterait plus qu’un seul statut, le chômage. Celui-ci, alors, ne pourrait être qualifié de choisi. En d’autres termes, le chômeur involontaire serait une personne dont l’ensemble de choix serait vide – il n’aurait aucune alternative décente au chômage. Il est possible que certains individus soient dans une telle situation et les conditions pour que ceci soit le cas peuvent être spécifiées.6 Mais il serait incorrect de caractériser tous les chômeurs de cette manière. Une courbe de Gauss pourrait être établie. Celle-ci se modifierait selon la conjoncture. Ainsi, on pourrait affirmer qu’un tel glissement s’est manifesté durant la Grande Crise des années 1930, qui avait motivé Keynes à écrire son livre. En conséquence, la population susceptible d’être étiquetée comme involontaire, au sens où ces gens seraient « intenses en involontarité », se serait accrue significativement. D’où la plausibilité des affirmations de Keynes quant à l’évidence de l’involontarité dans le chômage de masse de l’époque. Mais Lavialle, en déclarant d’une manière brutale que le chômage involontaire est un « fait », va beaucoup plus loin, trop loin à mon sens.

14Quoi qu’il en soit, si de telles considérations peuvent être avancées, elles ne suffisent pas à rendre impératif le projet d’intégrer le chômage involontaire dans la théorie économique, qu’elle soit néoclassique ou non. Appelons « keynésien » tout économiste qui tout en pensant que l’économie de marché est la manière la plus efficiente d’allouer les ressources, admet aussi que ce système peut manifester des défaillances de fonctionnement vis-à-vis desquels l’état peut intervenir et les corriger. Son projet est de mettre en œuvre des modèles servant cet objectif. Au fil de l’évolution des théories, il s’est avéré que les modèles produisant du chômage involontaire ne débouchent pas une confirmation de ce projet keynésien. Surgit alors la question de savoir ce qui est prioritaire, démontrer le chômage involontaire, même au prix d’un abandon de ce projet, ou de viser à atteindre ce dernier, au prix d’un abandon de l’entreprise de démonstration du chômage involontaire ? Personnellement, je privilégierais cette dernière alternative.

15Il reste que certains économistes, en un nombre rétrécissant certes mais incluant Lavialle, continuent à vouloir sauver le concept de chômage involontaire. Pourquoi ? Parmi les raisons possibles, il y a la perception que le capitalisme comme système économique génère son lot de victimes, parmi eux les chômeurs. Cet aspect de victimisation est considéré comme important. Une dimension symbolique est également présente. Un processus de cristallisation s’est produit. Comme dans une guerre de tranchée, il y a des positions qu’on ne vaut pas céder à l’ennemi, même si leur intérêt stratégique direct est douteux. Le concept de chômage involontaire serait un cas d’espèce. Céder sur cette notion est vu comme un abandon du projet keynésien. Enfin, dernière raison possible, le fait que ces économistes éprouvent de l’aversion pour la théorie néoclassique et souhaitent promouvoir une approche alternative, hétérodoxe. Comme on le voit chez Lavialle, les déboires de la théorie néoclassique (interprétés erronément comme consistant en une incapacité à produire du chômage involontaire) servent alors de justification à l’appui donné à la démarche hétérodoxe. À mes yeux, aucune de ces raisons n’est suffisante.

16Pour conclure, mes points d’accord et de désaccord avec Lavialle peuvent être résumés comme suit :

17Nous sommes d’accord pour dire que, pour reprendre ma terminologie, le programme complet de Keynes n’a toujours pas été réalisé. Ceci est un point central.

18Lavialle affirme que le caractère involontaire du chômage est un fait, une évidence. Je ne partage pas ce point de vue.

19Lavialle affirme que l’échec de la théorie néoclassique à réaliser le programme de Keynes rend la posture hétérodoxe nécessaire. Mon point de vue est plus dubitatif. D’une part, nous ne savons pas comment la théorie néoclassique va évoluer. D’autre part, l’approche hétérodoxe que Lavialle appelle de ses vœux n’existant que potentiellement, on ne peut pas savoir si elle fera mieux que l’approche néoclassique.

« La notion de chômage involontaire doit être abandonnée » (Béraud)

20Alors que la tonalité de ma réaction à l’article de Lavialle est critique, je me sens proche des vues exprimées par Béraud. Le titre de son article, « Naissance et mort d’un concept », en désigne bien le message central.

21Ma contribution portera dès lors sur deux points. Le premier concerne l’apport de Patinkin. La seconde porte sur les obstacles qui ont dû être surmontés pour que la théorie du chômage de recherche puisse émerger. Sur ces deux points, je pense qu’on peut aller plus loin que Béraud.

Patinkin

22Lucas a épinglé la contribution de Patinkin dans son livre, Money, Interest and Prices, comme emblématique de la synthèse néoclassique [Lucas (1980) 1981 : 278]. Mon propos est de vérifier cette conjecture, de bâtir mon évaluation de la contribution de Patinkin sur elle et de mettre en avant un point ayant échappé à Béraud.

23Rappelons d’abord ce qu’on entend par synthèse néoclassique. Les deux citations suivantes font l’affaire :

The neoclassical synthesis, as developed by John R. Hicks and Paul A. Samuelson, among others, in the first decade after Keynes wrote, proposed that both the Keynesian theory and neoclassical general equilibrium theory could be viewed as correct, though partial accounts of economic reality. […] At the same time, the Keynesian model was argued to explain the short-run effects of both disturbances to the economy and policy interventions, before prices and wages had much time to adjust. [Woodford (1999), p. 9-10]
Since it was widely believed that wages were less than fully flexible in the short run, it seemed natural to see Keynesian theory as applying to short run fluctuations and general equilibrium theory as applying to long-run questions in which adjustment problems could safely be ignored. This view came to be known as the « neoclassical synthesis ».
[Howitt (1987), p. 274]

24Deux étapes, toutes deux associées au nom de Samuelson, jalonnent l’émergence de la notion de synthèse néoclassique. Dans son livre, Foundations of Economic Analysis (1947), Samuelson suit implicitement Walras lorsque celui-ci distinguait la solution théorique et la solution pratique de la question de l’équilibre général. En effet, Samuelson sépare deux objets d’étude, la théorie statique et la théorie dynamique. La première décrit une situation d’équilibre général résultant d’un programme d’optimisation des agents économiques par rapport à des prix paramétrisés. La seconde traite de l’ajustement des prix vers l’équilibre en cas de chocs, les mouvements des prix évoluant suivant le signe des demandes excédentaires. D’où l’affirmation d’une relation de complémentarité entre les théories walrasienne et keynésienne. À la première, la tâche d’identifier les grandeurs d’équilibre, à la seconde, celle d’expliquer comment celles-ci se forment dans la durée, étant entendu qu’effectivement, lenteur d’ajustement il y a. On notera qu’une telle présentation des choses aboutit à donner à la théorie keynésienne exactement le même objet qu’à la théorie du tâtonnement.

25Cependant, Samuelson n’utilise pas l’expression de synthèse néoclassique dans ses Foundations. Celle-ci voit le jour dans la troisième édition de son manuel, Economics où elle est évoquée à plusieurs reprises, l’accent étant mis plus sur le consensus entre économistes impliqués par l’existence de cette synthèse que sur son contenu.

In recent years 90 percent of American economists have stopped being « Keynesian economists » or « anti-Keynesian economists ». Instead they have worked towards a synthesis of whatever is valuable in older economics and in modern theories of income determination. The result might be called neo-classical synthesis and is accepted in its broad outlines by all but about 5 per cent of extreme left wing and right wing writers. [Samuelson (1955), p. 212]

  • 7 Cf. Patinkin (1956).
  • 8 Patinkin ne construit pas un modèle pour étayer ces vues. Il offre seulement un scénario théorique (...)
  • 9 Contrairement à ce que Béraud écrit, la définition du chômage involontaire de Patinkin est bien cel (...)

26Je ne sais pas si Patinkin a été influencé par les Foundations de Samuelson, mais les chapitres XIII et XIV de son livre peuvent être vus comme répondant parfaitement au projet de Samuelson. Comme on le sait, l’objectif principal de Money, Interest and Prices7 est d’intégrer la monnaie dans l’équilibre général walrasien. À cette fin, Patinkin transforme le modèle walrasien complexe en un modèle simplifié comportant seulement quatre marchés, le marché du travail, le marché des biens, le marché de la monnaie et le marché des obligations. En ce qui concerne le cadre temporel de l’analyse, il adopte le schéma hicksien de la semaine de marché dans lequel les échanges sont cantonnés lundi de chaque semaine. Ces tâches occupent les douze premiers chapitres du livre. L’intégration des théories keynésienne et walrasienne est faite dans les chapitres XIII et XIV, mon objet d’intérêt ici8. Patinkin y compare les effets d’un choc de demande dans le cas d’une économie classique et dans celui d’une économie keynésienne. Dans le premier de ceux-ci, le nouvel équilibre est atteint instantanément, au premier lundi suivant le choc. Dans le second cas, l’atteinte de l’équilibre s’étend dans le temps, dans une durée suffisamment longue pour que des changements dans les stocks des entreprises se produisent générant à leur tour des échanges à prix faux. Comme le note Béraud c’est dans cet intervalle temporel, durant lequel l’économie est dans un état de déséquilibre, que le chômage involontaire existe9. Mais Patinkin prend pour acquis qu’in fine l’économie keynésienne atteindra le même équilibre que l’économie classique. La seule différence est que le processus prend beaucoup plus de temps.

27Malheureusement, le raisonnement de Patinkin contient une erreur fondamentale, que Béraud ne mentionne pas. Patinkin omet de considérer que les échanges à prix faux génèrent des effets-revenus dont la conséquence est que l’équilibre vers lequel l’économie keynésienne va converger est différent de l’équilibre atteint par l’économie classique. En d’autres termes, il ne réalise pas la difficulté que Walras, au contraire, avait perçue et qui avait amené ce dernier à modifier le sens de son hypothèse de tâtonnement d’une vision, dans laquelle les échanges à prix faux en étaient un trait essentiel, à une vision dans laquelle ceux-ci sont exclus. Si l’on considère que Walras a progressé en termes de la cohérence de sa théorie en passant du modèle à échanges à prix faux des premières éditions des Éléments vers le modèle excluant ceux-ci dans la quatrième édition, il faut en déduire que Patinkin en prenant le chemin inverse, a opéré une régression ! Ce qu’il appelle le système classique est le tâtonnement walrasien tel qu’on le trouve dans la quatrième édition des Éléments, ce qu’il appelle le système keynésien est le tâtonnement de la première édition.

28Plus généralement, ma courte réflexion révèle le caractère irréalisable du programme de synthèse néoclassique. S’il s’agissait de concilier la théorie walrasienne de l’équilibre général et la théorie keynésienne, la première de celles-ci étant conçue comme formulant l’équilibre vers lequel la seconde tendrait à travers un processus impliquant des échanges à prix faux, on aurait dû savoir dès le départ, en se référant à l’expérience encourue par Walras dans la construction de sa théorie, que cette tâche rencontre un obstacle rédhibitoire. En conséquence, la synthèse néoclassique doit être vue, non comme un exercice de conciliation théorique, mais comme une opération de conciliation politique, une trêve entre deux communautés d’économistes qui, au lieu de se livrer à une opposition frontale comme cela aurait pu se produire (et s’est produit des décennies plus tard avec de la révolution nouvelle classique), préfèrent enterrer la hache de guerre.

La non-émergence des modèles de recherche d’emploi

  • 10 Cf. De Vroey (2007).

29Béraud a raison de souligner le caractère historique de la catégorie de chômage et le fait qu’un auteur comme Marshall était plus préoccupé par le problème de la pauvreté que par celui du chômage. Celui-ci était un thème supposé être traité dans le volume II des Principles, que Marshall ne parvint jamais à écrire. Dans le tome I, Marshall discute de la spécificité des fonctions d’offre et de demande de travail, mais ne va pas jusqu’à concevoir que le marché du travail puisse fonctionner différemment du marché du blé et manifester un résultat de non-apurement10. Cet état d’esprit a perduré longtemps. Pour me limiter à un seul exemple, le manuel de Dobb sur les salaires qui parut en 1928 et connut plusieurs éditions ne traite pratiquement pas du chômage. Celui-ci est à peine mentionné, ce qui signifie que les thèmes des salaires et du chômage sont considérés comme déconnectés.

30Béraud a raison d’attirer l’attention sur les écrits de Beveridge et de Pigou, qui tous deux ont mis en avant l’idée que le chômage est l’effet de frictions. Reste cependant qu’à mes yeux leurs analyses restent embryonnaires. En conséquence, il faut réévaluer une impression généralement retirée de la lecture de la Théorie générale. Keynes, en effet, suggère qu’il existe une théorie bien établie du chômage involontaire vis-à-vis de laquelle il n’a rien à redire, sauf qu’elle doit se voir adjoindre une autre théorie traitant du chômeur involontaire. La vérité, à mes yeux, est qu’à l’époque, le chômage frictionnel avait plus été évoqué que théorisé.

  • 11 « The weakness alike of theory and practice in regard to unemployment in the past has been the assu (...)

31Beveridge voit la cause du chômage dans le fait qu’il existe un grand nombre de marchés du travail et qu’ils sont interconnectés. L’existence d’une armée de réserve de chômeurs est fonctionnelle car elle donne un volant de main-d’œuvre. Si la théorie économique a ignoré le chômage, c’est parce qu’elle a négligé les forces de friction11. L’analyse de Beveridge reste intéressante par son caractère détaillé, mais force est de constater est qu’elle ne fait qu’affirmer sans offrir ni analyse ni a fortiori démonstration. Il en va de même pour Pigou. Son livre est décevant, Pigou s’enferrant dans un examen fastidieux de questions secondaires au lieu d’aborder de front la question du chômage.

32Il faut dès lors se poser la question de savoir ce qui, dans les années 1930, a freiné l’émergence d’une théorie du chômage frictionnel, celle-ci ne voyant le jour qu’à partir des années 1970. La réponse donnée à cette question est présente en sous-main dans l’article de Béraud, mais elle mérite d’être mise plus en exergue. Elle réside dans l’impossibilité de construire une théorie du chômage frictionnel sans abandonner le cadre marshallien d’analyse.

  • 12 Présentée d’une manière plus détaillée dans Batyra & De Vroey (2011).

33La thèse que je souhaite défendre12 est que, si les auteurs antérieurs à Keynes n’ont pas pu dépasser le stade de l’esquisse dans leur formulation d’une théorie du chômage frictionnel, ceci est dû au fait qu’ils étaient prisonniers de la conceptualisation marshallienne du marché, de l’analyse du marché en termes d’offre et de demande alors que, à l’examen, celle-ci ne permet pas de rendre compte d’un phénomène comme le chômage frictionnel. Ce dernier requiert une conceptualisation différente. Les traits propres aux deux conceptualisations du marché peuvent être contrastés comme suit (je commence par le cas marshallien).

34Le marché marshallien ne comporte pas de sous-entités séparées. De plus, il est supposé que tous les agents sont en contact direct entre eux sans que ceci n’implique d’efforts ou de frais de recherche.

35Le contrat constitutif de l’échange porte sur des heures de travail échangées. L’identité de la personne qui les preste ne compte pas. La relation n’est pas supposée se perpétuer. L’image du marché des dockers engagés à la journée à la criée est appropriée ici. À chaque round d’échange, l’ensemble des offreurs et des demandeurs se présentent au marché.

36L’idée de marché des dockers inclut presque spontanément l’idée connexe de secrétaire de marché criant les prix. Mais cette figure est absente du marché marshallien. Dans celui-ci, si on suppose que les conditions ne sont pas réunies pour faire l’hypothèse de la constance de l’utilité marginale de la monnaie, la formation de l’équilibre de marché repose sur l’hypothèse d’information parfaite des agents. Ceux-ci sont supposés être au courant des conditions du marché au point d’être à même de calculer exactement le prix auquel l’offre et la demande de marché s’équilibreront. Si cela est le cas pour tous les agents, seul le prix d’équilibre prévaudra.

37L’équilibre se dégageant à la fin de la journée de marché se définit comme l’égalité des fonctions d’offre et de demande de marché à un prix unique donné, le prix d’équilibre. Cet équilibre interactif est sous-tendu par un équilibre individuel, le résultat du marché correspondant à un des points du plan optimisateur des agents. Le résultat d’équilibre de marché est toujours atteint.

38Pour chacun de ces critères, on trouve dans la théorie de la recherche d’emploi une conceptualisation différente.

39Le marché y est un ensemble de postes séparés où offreurs et demandeurs se rencontrent. Les offreurs visitent ces postes l’un après l’autre, ce qui implique un effort et des frais.

40L’échange perd son caractère impersonnel. Il porte sur un « job », notion qui est absente dans le marché marshallien. Le contrat noué porte sur une relation d’emploi, engageant les deux parties pour une durée assez longue. Dès lors, il doit intégrer plus de contingences que le contrat marshallien. À chaque round d’échange, seuls les offreurs non-engagés dans une relation d’emploi et seules les firmes ayant des postes vacants se présentent au marché.

41Les offreurs de travail n’ont pas la saisie informationnelle de l’ensemble des conditions de marché qu’ils sont supposés avoir dans le marché marshallien.

42Les notions d’offre et de demande de marché peuvent rester des références dans le raisonnement théorique mais ils ne sont plus les éléments constitutifs de l’équilibre. La situation d’équilibre n’est plus définie comme leur intersection mais, comme le note Béraud, par un triplet portant sur la condition de constance du taux de chômage, la condition relative à la création d’emploi et l’équation des salaires. La condition d’égalité de l’offre et de la demande est absente. Au contraire, l’existence du chômage est postulée. Mais ce qui soustendait l’équilibre marshallien, la réalisation du plan optimisateur des agents, reste présent.

43Le tableau 1 résume ce contraste.

Tableau 1 – Deux conceptualisations du marché du travail.

Offre et demande
à la Marshall

Recherche

La nature centralisée ou décentralisée du marché

Marché centralisé

Marché décentralisé divisé en postes d’échanges séparés

La nature de la relation d’échange

Relation impersonnelle et non-engageante au-delà de la période d’échange

Relation d’emploi appelée à perdurer

Information

Information parfaite

Information imparfaite

Statut d’équilibre

L’équilibre consiste
en la rencontre de l’offre et de la demande de marché ; le marché est toujours apuré

L’égalité de l’offre et de la demande n’est pas une condition d’équilibre ; le marché est toujours non-apuré

44Manifestement, on est dans deux mondes différents. Le mérite de Phelps est d’avoir perçu que pour donner chair à l’idée de chômage de recherche, il fallait abandonner la conceptualisation marshallienne de l’organisation des échanges. Mais cela serait trop demander à des auteurs réfléchissant dans le cadre de la théorie économique du début du xixe siècle que de vouloir qu’ils aient pu réaliser la chose.

  • 13 Cf. de Vroey (2007).

45Un second facteur à considérer pour expliquer la non-émergence des modèles de recherche est qu’à l’époque, les esprits n’étaient pas tellement au clair sur les subtilités de la théorie marshallienne à un autre égard, sa conception de l’équilibre. Cette théorie peut intégrer des frictions menant au déséquilibre entendu comme non-atteinte de l’équilibre normal, mais un tel déséquilibre va de pair avec une atteinte de l’équilibre de marché en chaque période d’échange13.

  • 14 La thèse générale de Hicks dans cet ouvrage est « frictionniste » puisqu’il affirme que « les force (...)

46Le piège dans lequel il était facile de tomber a été de faussement associer frictions et rationnement, comme si le second était la conséquence automatique des premières. En conséquence, les économistes marshalliens ont négligé ce décalage entre équilibre et déséquilibre en un jour du marché et entre jours de marché successifs en interprétant la notion de déséquilibre « tout court » (qui de toute façon ne devrait pas exister) comme un cas de rationnement. La citation qui suit, empruntée au livre de Hicks, The Theory of Wages14, paru en 1932 et qu’il désavouera plus tard, constitue un bon exemple :

Wages, say the text books, tend to that level where demand and supply are equal. If supply exceeds demand, some men will be unemployed, and in their efforts to regain employment they will be reduce the wage they ask to that level which makes it just worth while for employers to take them on. If demand exceeds supply employers will be unable to obtain all the labour they require, and will therefore offer higher wages in order to attract labour from elsewhere. [Hicks (1932), 1963, p. 4]

47À première vue, on ne voit pas quoi objecter au propos de Hicks. Le chômage est expliqué comme résultant d’un excès d’offre de travail et il est affirmé qu’un mécanisme d’ajustement va corriger cet état des choses. Cependant ce compte rendu n’est pas compatible avec la conception marshallienne présentée plus haut. Dans celle-ci on sépare ce qui se passe durant une période de marché de ce qui se produit d’une période à l’autre. Si le marché du travail se comporte comme le marché du blé ou du poisson – et Marshall n’affirme pas le contraire – il devrait à chaque jour de marché y avoir équilibre de l’offre et de la demande même si le marché doit être considéré comme étant en déséquilibre. L’erreur de Hicks est de ne pas spécifier s’il parle de l’offre et de la demande normale ou de marché. En bon marshallien, il doit concevoir le déséquilibre comme une inégalité entre l’offre et la demande normale. Mais alors il devrait aussi réaliser que cette inégalité n’est pas une condition suffisante pour une inégalité de l’offre et de la demande de marché. Or c’est celle-ci qui est requise pour avoir du rationnement, i.e., dans le cas du marché du travail, du chômage. Ce dont le passage cité traite est en fait du sous-emploi (un emploi de marché inférieur à l’emploi normal) et non du chômage.

48Tels sont les deux obstacles à l’émergence d’une théorie du chômage frictionnel à l’époque considérée. Mais ceci peut être le dernier mot de l’affaire. Même si cette émergence s’était produite, Keynes aurait été insatisfait. Non pas parce que Beveridge ou Pigou ne parlaient pas de chômage involontaire. Comme le note Béraud, le contraire était vrai. La raison de son insatisfaction présumée devrait être d’un autre ordre, portant sur le fait que ces analyses reposent sur une prémisse d’équilibre partiel. Elles supposent que le phénomène du chômage peut être appréhendé en étudiant le marché du travail d’une manière isolée. Au contraire, pour Keynes, la Grande Crise révélait le contraire, que le phénomène ne pouvait que s’expliquer dans le cadre d’une analyse d’interdépendance – le chômage se manifeste dans le marché du travail mais est causé par des éléments extérieurs à celui-ci. Nous retombons ainsi sur une remarque faite antérieurement : en parlant du chômage involontaire, Keynes avait en tête du chômage dû à la déficience de la demande agrégée, c’est-à-dire du chômage d’interdépendance général. La piste du chômage frictionnel ne pouvait dès lors que lui apparaître inadéquate.

Notes

1 Lavialle, Christophe, « Penser le chômage involontaire : l’exigence logique d’une posture hétérodoxe ? » (cf. supra p. 291).

2 Béraud, Alain, « Le chômage involontaire. Naissance et mort d’un concept » (cf. supra p. 277).

3 Cf. De Vroey (2004).

4 Lavialle, infra, p. 292.

5 Ou éventuellement, pour généraliser l’argumentation, par celui de sous-emploi d’équilibre, lequel recouvrirait les cas de répartition égalitaire ou inégalitaire de l’insuffisance d’emploi. Il est à noter que dans ses écrits politique économique ultérieurs à la Théorie générale, Keynes a cessé de recourir au terme de chômage involontaire et a utilisé l’expression de chômage d’insuffisance de la demande [cf. Rigot (2008)].

6 Cf. De Vroey (1999).

7 Cf. Patinkin (1956).

8 Patinkin ne construit pas un modèle pour étayer ces vues. Il offre seulement un scénario théorique agrémenté d’une représentation graphique.

9 Contrairement à ce que Béraud écrit, la définition du chômage involontaire de Patinkin est bien celle de Keynes. Ce qui change est sa caractérisation, Keynes le concevant comme existant à l’équilibre alors que Patinkin admet qu’il n’existe que durant la période séparant deux équilibres.

10 Cf. De Vroey (2007).

11 « The weakness alike of theory and practice in regard to unemployment in the past has been the assumption that this adjustment was already substantially secured ; in other words that the force of friction might be neglected. The demand for labour has been taken for purposes of argument as if it were single and concentrated ; the supply as if it were infinitely mobile and adaptable. The demand is in fact broken up by distinctions of place and quality and subject to perpetual change and fluctuation. The supply is rendered immobile by ignorance and less adaptable by every year of age » [Beveridge (1909), 1912, p. 216].

12 Présentée d’une manière plus détaillée dans Batyra & De Vroey (2011).

13 Cf. de Vroey (2007).

14 La thèse générale de Hicks dans cet ouvrage est « frictionniste » puisqu’il affirme que « les forces amenant la réalisation de l’équilibre dans le marché du travail en général exercent leur action d’une manière lente » [Hicks (1932), 1963, p. 37].

Auteur

Université catholique de Louvain-la-Neuve

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search