Desktop versionMobile version

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Le chômage involontaire : construction et déconstruction d’une notion

Penser le chômage involontaire : l’exigence logique d’une posture hétérodoxe

Christophe Lavialle

Full text

Introduction

1Dans l’architecture de politique économique qui s’est imposée depuis le milieu des années 1980, tout particulièrement en Europe, la politique de lutte contre le chômage de masse s’est trouvée subordonnée au respect des grands équilibres macroéconomiques, et « réduite » à la mise en œuvre, dans un cadre national contraint, de « politiques d’emploi » entendues comme des politiques de réforme institutionnelle des marchés du travail, articulées à une révision générale des politiques sociales.

2Pour le dire d’une autre manière, le chômage a cessé d’être considéré comme un phénomène macroéconomique, révélant un dysfonctionnement global du système économique « de marché », et nécessitant la mise en œuvre d’un policy mix macroéconomique. Revenant à une posture pré-keynésienne, il est de nouveau analysé comme le témoignage du dysfonctionnement particulier du seul marché du travail, dont l’apurement serait obéré par l’imperfection de la concurrence et les désincitations induites par les protections sociales.

  • 1 Gautié (2002).
  • 2 Lavialle (2007).

3Ce basculement des politiques, qui témoigne d’une « déconstruction de la catégorie de chômage »1 est évidemment une conséquence directe, dans le domaine de l’action pratique, de ce que l’on a pu appeler la « contre-révolution » (néo) libérale, et est inscrit en germe, dans le domaine de l’analyse économique, dès la fin des années 1960, dans les travaux de Milton Friedman sur la critique des fondements de la courbe de Phillips et au travers de la production du concept de « taux de chômage naturel »2.

  • 3 De Vroey (2004).

4Plus fondamentalement, il peut être analysé comme résultant de l’incapacité des économistes keynésiens à achever la « quête » initiée par John Maynard Keynes dans les années 1930 et consistant à inscrire au cœur de la théorie économique le caractère involontaire du chômage3.

5L’objectif de cet article est précisément de revenir sur la question des fondements du concept de chômage « involontaire », et de s’efforcer de faire le lien entre les avatars subis par ce concept dans le champ analytique et l’inflexion des politiques sociales.

  • 4 Cf. Baverez, Salais & Reynaud 1986), Gautié (2002).
  • 5 Cf. Lavialle (2001) et (2002).
  • 6 Cf. Favereau (1985), (1988) et (2005).

6Sur le plan méthodologique, l’article se présente comme un exercice de logique initié par une lecture critique des travaux de Michel de Vroey sur le concept de chômage involontaire, et convoque à la fois les travaux sur la déconstruction de la catégorie de chômage4, ceux de l’auteur sur l’éclairage que les conceptions épistémologiques et philosophiques de Keynes ont pu avoir sur sa théorie du chômage involontaire5, et ceux d’Olivier Favereau sur « l’hypothèse Wittgenstein » et les développements récents qu’il en fait6.

7Une première section est consacrée à une analyse critique des thèses de Michel de Vroey sur la difficulté (impossibilité ?) de la quête consistant à vouloir produire une théorie du chômage involontaire.

  • 7 Cf. Muniesa & Callon (2009).

8La deuxième section concerne la question des rapports entre ce que l’on pourrait appeler « concret observé » et « concret pensé », pour reprendre l’expression de Karl Marx (1859). Plus exactement elle interroge le postulat avancé par Michel de Vroey, dans une posture très « lucasienne », selon lequel la production de paraboles théoriques dans le monde de l’analyse pourrait se faire sans conséquence sur l’orientation des politiques publiques (action sur le concret). Elle plaide en faveur de la position inverse, consistant à prendre acte du caractère performatif des discours théoriques7, des concepts qu’ils produisent (ou déconstruisent), de la rhétorique qu’ils développent.

9Forte de cette conviction, la troisième section reprend alors la question relative au moyen d’achever la « quête » d’une théorie du chômage involontaire. Elle indique que l’intuition du caractère involontaire du chômage, qui sous-tend le concept macro-économique, ne semble pouvoir logiquement s’appuyer que sur une posture « hétérodoxe » fondée sur le refus de la réduction du travail à une pure catégorie marchande. Cette hétérodoxie se définit comme la volonté de s’émanciper du jeu de langage de la théorie « standard », la légitimité d’une telle démarche étant à rechercher dans une vision pragmatique faisant 1. de l’efficacité pratique des énoncés théoriques, 2. du nécessaire retour du langage savant au langage ordinaire, un critère central de validité scientifique. Elle s’interroge plus généralement sur les conditions de validité d’un langage savant, dans son rapport au « réel ».

La quête de John Maynard Keynes : une quête impossible ?

La question posée

  • 8 « To date the opponents of the introduction of the involuntary unemployment concept in economic the (...)
  • 9 Pour reprendre l’opposition à laquelle fait référence Favereau (2005).

10Le point de départ de Michel de Vroey, que nous ferons donc également nôtre dans cet article, est le constat du progressif abandon, par les théoriciens, à la suite du « renouveau libéral » en économie (porté notamment par la nouvelle économie classique), du concept de chômage involontaire8. L’interrogation qu’il souhaite poursuivre est de savoir si cette dilution résulte d’un défaut de la théorie économique (qui ne saurait, à tort, rendre compte de ce concept), ou bien si elle découle d’un défaut du concept lui-même, qui, contradictoire avec les règles syntaxiques du langage théorique, perdrait toute utilité dès lors que l’on passe du langage « commun » au langage « savant »9 :

  • 10 Bien que la référence complète de la démarche de Michel de Vroey se trouve dans l’ouvrage publié en (...)

Is the gradual demise of this concept a manifestation of some inner defect in economic theory or is it due to some intrinsic weakness in the concept itself, which limits its usefulness when it comes to economic theorising ?
[De Vroey, (2005), p. 1]10

  • 11 C’est-à-dire, et la précision n’est pas sans importance, ceux qui ont, dès après la parution de la (...)
  • 12 Ou pour être plus exact, dans l’esprit de Keynes, du caractère non entièrement volontaire du chômag (...)

11Sa démonstration repose en l’occurrence sur la mise en évidence de la difficulté récurrente des économistes keynésiens11 à réaliser le programme de Keynes, défini comme consistant à vouloir démontrer l’existence du caractère involontaire du chômage12.

  • 13 Ce qui, on peut le penser avec Michel de Vroey, est la position de la plupart des auteurs keynésien (...)
  • 14 « Involuntary unemployment is not a fact or a phenomenon which it is the task of theorists to expla (...)

12Au final la question posée par Michel de Vroey, qui est celle que nous reprenons dans cet article, est bien de savoir si le concept de chômage involontaire doit être conservé, en raison de sa pertinence « empirique »13 (et il faut alors continuer de s’interroger sur la manière de faire une place à ce concept dans la théorie économique, de le dire dans le cadre du langage savant, formel), ou être abandonné en raison du constat de ce qui serait une difficulté rédhibitoire à l’intégrer à un langage qui, par construction, l’exclut14. Plus fondamentalement, c’est donc une question épistémologique essentielle que soulève Michel de Vroey, qui est celle de la pertinence empirique des discours théoriques, et plus spécifiquement des rapports entre langage ordinaire, intuition et perception d’une part, langage savant, formel et paraboles théoriques, de l’autre. C’est cette question que nous souhaitons placer au cœur de cet article.

13Nous suivrons, dans la suite de cette section, la démonstration de Michel de Vroey, pour bien souligner nos points d’accord quant à l’interprétation qu’il est possible de faire de la démarche de Keynes et des résultats de ses épigones, et mettre en lumière, à l’inverse, les points sur lesquels nous divergeons.

Le programme de Keynes

  • 15 Reprenons et complétons la citation de Keynes rappelée à la note 6 : « Si la théorie classique n’es (...)

14Précisément Michel de Vroey rappelle que le programme de recherches de Keynes, dans la Théorie générale, est bien de faire une place, dans le langage théorique, à la notion de chômage involontaire, dont l’existence empirique est un fait15 :

Keynes’s aim in the General Theory was to provide a theory of the existence of involuntary unemployment. This, he recognised, was a phenomenon whose real-world existence was self-evident, but for which no place existed within economic theory. Bridging this gulf was the task he set himself.
[De Vroey (2005), p. 3]

15En l’occurrence, cette quête que Michel de Vroey jugera finalement impossible, concerne bien le concept de chômage involontaire défini dans un sens précis, qui est celui de chômage « involontaire au sens strict » qu’évoque Keynes dans le chapitre 2 de la Théorie Générale, c’est-à-dire correspondant à la violation du principe du salaire de réservation (témoignant d’un déséquilibre individuel) :

Il nous faut maintenant définir la troisième catégorie de chômage, c’est-à-dire le chômage involontaire au sens strict du mot […]. Cette définition sera donc la suivante : Il existe des chômeurs involontaires si, en cas d’une légère hausse du prix des biens de consommation ouvrière par rapport aux salaires nominaux, l’offre globale de main-d’œuvre disposée à travailler aux conditions courantes de salaire et la demande globale de main-d’œuvre aux mêmes conditions s’établissent toutes deux au-dessus du niveau antérieur de l’emploi. […] De cette définition il résulte que l’égalité du salaire réel et de la désutilité marginale de l’emploi […] correspond lorsqu’elle est interprétée dans le monde réel à l’absence de chômage « involontaire ». C’est cet état des affaires, lequel n’exclut ni le chômage « de frottement », ni le chômage « volontaire » que nous appellerons le « plein-emploi ». [Keynes (1936), 1982, p. 41]

  • 16 Ainsi le chômage « involontaire ex post », mais qui résulte ex ante d’un choix volontaire, tel le c (...)

16Comme le souligne à juste raison Michel de Vroey, cette définition du chômage involontaire le distingue tout à la fois du « sous-emploi » (chômage d’équilibre), et de tout type de chômage qui serait, d’une manière ou d’une autre « volontairement » involontaire16 :

Il est clair qu’un état de chômage « involontaire » ne signifie pas pour nous la simple existence d’une capacité de travail non entièrement utilisée. Une journée de travail de huit heures ne constitue pas du chômage du seul fait qu’il n’est pas au-dessus de la capacité humaine de travailler dix heures. Nous ne devons pas considérer non plus comme chômage involontaire le refus de travail d’une corporation ouvrière qui aime mieux ne pas travailler au-dessous d’une certaine rémunération réelle. De notre définition du chômage « involontaire, il convient aussi d’exclure le chômage « de frottement ». (Ibid.)

  • 17 Tous les chômages évoqués à la note précédente déterminent un chômage d’équilibre en concurrence im (...)
  • 18 Ce qui n’implique pas qu’il soit « d’équilibre général » : à plusieurs reprises, Michel de Vroey am (...)

17Par ailleurs, la conception de Keynes du caractère involontaire du chômage implique : que la rigidité des salaires n’est pour rien dans son existence et sa persistance, pas plus d’ailleurs que l’imperfection de la concurrence17. Pour cette raison, le concept de CI ne peut donc trouver sa place que dans le cadre d’un modèle d’interdépendance générale des marchés18, tant il est vrai que la nature involontaire du chômage ne saurait être fondée dans un contexte d’équilibre partiel, où elle ne peut renvoyer logiquement qu’à la présence de rigidités réelles du salaire ; le caractère involontaire du chômage renvoie donc à l’idée d’un dysfonctionnement global du système économique (difficultés de coordination d’un système décentralisé), lequel implique à son tour comme remède l’intervention globale (re-centralisatrice) de l’État sous forme de l’utilisation discrétionnaire des politiques macro-économiques (et en l’occurrence de stimulation de la demande).

18Il s’agit donc de démontrer l’existence d’un tel phénomène, i.e. de faire une place au concept de chômage involontaire dans la théorie économique. Il s’agit de penser le chômage involontaire, et donc de s’interroger sur la capacité de le dire dans le cadre du langage formel de la théorie économique moderne :

[…] à supposer qu’une pareille chose existe (et qui le niera ?) […] il est indispensable qu’on élabore le comportement d’un système où le chômage involontaire au sens strict du mot est possible. [Keynes (1936), 1982, p. 42]

Question de méthode

  • 19 De Vroey (2005), p. 4.
  • 20 Cf. Lavialle (2001).
  • 21 Ibid., p. 59, note 71.

19Pour ce faire, nous dit Michel de Vroey « this programme had to be realised in a methodologically correct way, that is, by departing from the canonical neoclassical model as little as possible »19. Il me semble que la démarche de Keynes est plus radicale que cela. Il ne s’agit pas de s’éloigner le moins possible du modèle canonique. Il s’agit, pour des raisons de « pragmatique » que j’ai déjà exposées20, de ne pas faire table rase du langage canonique, mais de rechercher, dans une démarche de logique formelle, l’hypothèse minimale (mais qui s’avère alors fondamentale21) qu’il convient de lever pour produire le résultat recherché, déplacer la convention constituée autour de l’usage du langage canonique, et invalider la théorie économique (néo) classique en produisant une théorie plus « générale » de l’emploi.

20Pour le dire d’une autre manière, l’ambition de Keynes n’est pas de produire un résultat de chômage involontaire au sein de la théorie économique néoclassique, mais d’invalider celle-ci au nom de son incapacité à rendre compte d’un phénomène dont l’intuition nous révèle qu’il est un fait.

  • 22 « My investigation leads me to the conclusion that no model fully succeeds in achieving Keynes’s pr (...)

21Démontrant l’échec récurrent des tentatives de produire un tel concept dans le cadre de la théorie économique standard, y compris des tentatives des « nouveaux keynésiens »22, Michel de Vroey s’interroge sur la question de savoir si ce qu’il analyse comme une difficulté rédhibitoire à réaliser le programme de Keynes trouve son origine dans un défaut inhérent de la théorie économique elle-même ou bien dans la faiblesse du concept de chômage involontaire. À cet égard, la position de Michel de Vroey semble ambiguë.

22Dans un premier temps, c’est bien un défaut inhérent de la théorie économique qu’il met en évidence : il n’existe pas de place pour le concept de chômage involontaire dans la théorie économique (sous-entendu : néo-classique), tout entière construite sur l’idée que les équilibres économiques et sociaux ne sont que la résultante de la mise en cohérence de comportements volontaires et rationnels (on retrouve l’intuition de Lucas : vouloir produire un concept de chômage involontaire dans un tel langage formel relève de la faute de « grammaire ») :

What explains the difficulty of constructing a theory of involuntary unemployment ? Is it, as argued by Lucas, that the “thing” to be explained doesn’t exist, or is it due to some deeply embedded premise of economic theory ? My own view tilts toward the latter. Economic theory is concerned with fictitious parables. The premises upon which it is based have the advantage of allowing tractable, rigorous theorising, but the price of this is that important facts of life are excluded from the theoretical universe. Non chosen outcomes is one of them. [De Vroey (2005), p. 18, italiques de Lavialle]

23Mais cette posture initiale conduit Michel de Vroey à considérer in fine que, devant ce constat, c’est le concept même qui révèle sa faiblesse :

Foregoing the involuntary unemployment claim may look like a high price to pay, particularly if it is admitted that good reasons exist for believing in its real world relevance. But would its abandonment really be so dramatic ? Several arguments suggest that it might not be so. (Ibid.)

24Il faut alors, selon lui, se poser la question de l’opportunité de l’abandon de l’ambition originelle de Keynes :

25– D’une part en se posant la question de ce qui est plus particulièrement central dans le message keynésien (le plaidoyer pour le caractère involontaire des situations de chômage, ou bien le plaidoyer pour la mobilisation des politiques macroéconomiques de soutien à la demande ?) :

The issue at stake is whether the demonstration of involuntary unemployment should have priority over the other points in Keynes’s programme once it is admitted that they are in a collision course. To Keynes, the concept of involuntary unemployment was instrumental in the realisation of a larger cause, namely the denunciation of a system failure and the vindication of state intervention in the economy. […] Wanting to defend the involuntary unemployment concept thus amounted to taking a sceptical stance on the virtues of Laissez faire. Similarly, opposition to the idea of involuntary unemployment would stem from supporting Laissez faire. This is the real issue in the dispute. But this debate does not necessarily need the involuntary unemployment concept. If this point is accepted, it is not necessary, in the present state of economic theory, to stick too firmly to the view that involuntary unemployment is the sine qua non of Keynesian theory. [De Vroey (2005), p. 20-21]

26– D’autre part, en prenant argument du principe méthodologique de séparation entre un monde théorique exclusivement producteur de « paraboles » théoriques « a fictitious theoretical world », et le monde « réel » :

The elimination of this concept would only affect the theoretical sphere. Drawing conclusions from this sphere about the real world would be a mistake. No jumps should be made from the world of theory to the real world, or viceversa […] Admittedly, this position makes sense only if it is accepted, as I believe it should be, that a sharp divide must be drawn between the real world and the fictitious theoretical universe. (Ibid., p. 20)

27Dans un tel contexte, selon Michel de Vroey, ne pas pouvoir parler de chômage involontaire dans la théorie n’implique pas que le chômage involontaire n’existe pas dans la réalité. Inversement, que le caractère involontaire du chômage s’impose (à notre intuition) dans l’observation du monde réel n’implique pas que le chômage involontaire soit une catégorie théorique recevable, ou qu’il convient de fonder à tout prix :

On the one hand, the real world existence of involuntary unemployment should not be denied merely on the grounds that there is no place for this concept in the theoretical discourse. On the other, the fact that solid arguments can be put forward as to its real world existence is not a sufficient condition to give involuntary unemployment theoretical legitimacy. (Ibid.)

28C’est sur ce point précis qu’il convient de discuter. Et les questions de méthode renvoient alors à des questions d’épistémologie.

La fausse dichotomie

29L’argument central de Michel de Vroey repose donc sur le postulat (explicite) d’une dichotomie entre le monde théorique et le monde « réel », dichotomie qui conduit (implicitement cette fois) à accepter l’idée que 1. le langage formel pourrait à bon compte s’émanciper du langage « ordinaire », du « sens commun », « de l’intuition », et 2. que la production de paraboles théoriques dans le monde de l’analyse pourrait se faire sans conséquence sur l’orientation des politiques publiques (action sur le concret).

30J’aimerais au contraire plaider ici en faveur de la position inverse, consistant à prendre acte, 1. du caractère performatif des discours théoriques, des concepts qu’ils produisent (ou déconstruisent), de la rhétorique qu’ils développent, et 2. de la légitimité a priori du langage « ordinaire » et des intuitions dans le processus de découverte scientifique.

Déconstruction de la catégorie de chômage et activation des politiques de l’emploi : la nature performative des langages formels

  • 23 « Ce que l’on ne peut dire, il faut le taire », pour suivre Ludwig Wittgenstein.

31Admettons en effet que l’on fasse fi, en amont de la réflexion analytique, du rôle de l’intuition dans le processus de découverte scientifique, et que, dès lors que l’on ne peut dire, dans les termes du langage formel en vigueur, un concept (dont on a pourtant l’intuition qu’il correspond à un objet concret), on admette qu’il faille le taire23.

  • 24 Cf. Lavialle (2002).

32Quid alors, en aval, particulièrement dans le cas qui nous occupe, des politiques publiques ? Car le but du discours théorique ne peut pas être de ne rendre compte que des « faits stylisés » (il existe du chômage de masse) au moyen de la construction de pures paraboles. Il est aussi (c’est tout particulièrement le cas pour la question du chômage) de diagnostiquer pour agir, à tel point d’ailleurs que la capacité à agir efficacement peut être vue comme un critère de validation empirique (dans le cadre d’une approche relevant d’un certain pragmatisme24). Or le contenu du diagnostic (et donc la manière de penser et dire le concret, de dépasser la pure stylisation des faits perçus) n’est évidemment pas neutre sur les modalités de l’action (ou de l’inaction) publique.

  • 25 Cf. notamment Gautié (2002).

33En l’occurrence, sur le sujet qui nous concerne, le processus de re-volontarisation de la catégorie de chômage, et, au-delà, la déconstruction de la catégorie elle-même25, n’est évidemment pas sans influence sur les politiques sociales et de l’emploi mises en œuvre (développement des injonctions de maintien de l’employabilité, activation des dépenses de l’emploi, individualisation du rapport à la trajectoire professionnelle et à sa « sécurisation »…).

34La réponse de Michel de Vroey consiste à penser que l’on a tort de passer d’un « monde » à l’autre, et qu’il ne faut pas déduire des propositions correctement établies dans le « fictitious theoretical world » des propositions d’action pour le monde réel. Or, outre que c’est ce qui est évidemment régulièrement fait, à quoi servirait, dans l’hypothèse inverse, la construction de ces paraboles fictives (si ce n’est pour penser le réel à partir de son abstraction, pour y retourner par l’action) ?

  • 26 Keynes (1936), préface de la première édition anglaise, 1982, p. 9.

35Et que faire si, devant le constat qu’en l’absence d’une conceptualisation réussie du CI les politiques de l’emploi et les politiques économiques sont systématiquement erronées (au point que « la théorie économique a perdu toute efficacité pratique »26 ?) N’y a-t-il pas d’autres solutions que d’affirmer que le concept de chômage « involontaire au sens strict du terme » reste essentiel à penser ? N’est-ce pas alors la théorie, et les limites du langage formel qui en est la matrice, qu’il faut questionner ?

  • 27 Cf. Lavialle (2001).
  • 28 « Les hommes d’action qui se croient parfaitement affranchis des influences doctrinales sont d’ordi (...)

36C’est bien, semble-t-il, tout le contenu de la démarche de Keynes qui, dans sa définition de l’économie (et spécifiquement de l’économie « orthodoxe ») comme un jeu de langage27 souligne son impact sur la culture économique des praticiens, et leur manière, en conséquence, d’envisager l’action pratique28. Or si celle-ci se révèle sans efficacité, c’est bien à ces schémas mentaux qu’il faut revenir pour désobjectiver la portée du langage, en souligner les limites, l’élargir de manière à faire entrer l’intuition portée par le langage ordinaire dans le langage savant :

La théorie classique, laquelle a été à la base de notre formation […], gouverne dans la présente génération, tant sur le plan pratique que sur le terrain doctrinal, la pensée économique des milieux dirigeants et universitaires, comme elle l’a gouvernée au cours des cent dernières années. Nous démontrerons que les postulats de la théorie classique ne s’appliquent qu’à un cas spécial et non au cas général, la situation qu’elle suppose étant à la limite des situations d’équilibre possibles. Au surplus les caractéristiques du cas spécial auquel cette théorie s’applique se trouvent ne pas être celles de la société économique où nous vivons réellement. Son enseignement ne peut donc être que trompeur et néfaste, si on prétend appliquer ses conclusions aux faits que nous connaissons. [Keynes (1936), 1982, p. 29]

37Qu’il nous soit aussi permis de reprendre dans son intégralité la citation déjà donnée de Keynes :

Si la théorie classique n’est applicable qu’au cas du plein-emploi, il est évidemment trompeur et néfaste de l’appliquer aux problèmes du chômage involontaire, à supposer qu’une pareille chose existe (et qui le niera ?). Les théoriciens de l’école classique ressemblent à des géomètres Euclidiens qui, se trouvant dans un monde non euclidien et constatant qu’en fait les lignes droites qui semblent parallèles se coupent fréquemment, reprocheraient aux lignes leur manque de rectitude, sans remédier autrement aux malheureuses intersections qui se produisent. En vérité, il ny a pas d’autre remède que de rejeter le postulatum d’Euclide et de construire une géométrie non euclidienne. Une opération de ce genre est aujourd’hui nécessaire dans le domaine de la science économique. Il est indispensable qu’on se débarrasse du second postulat de la doctrine classique et qu’on élabore le comportement d’un système où le chômage involontaire au sens strict du mot est possible. (Ibid., p. 42)

Langage savant et langage ordinaire : de l’hérésie à l’hétérodoxie ?

38Revenons à présent, en amont de l’action pratique, à la production des langages savants (ces « paraboles théoriques » dont Michel de Vroey veut croire qu’elles ont une existence en elles-mêmes, qui ne justifie pas de les déqualifier au regard du fait que l’application de leur grammaire conduit à exclure des « faits importants de la vie [réelle] »).

  • 29 Cf. Favereau (2005).
  • 30 Cf. Favereau (1989).
  • 31 Cf. Lavialle (2002).

39Cette dichotomie entre univers théorique, producteur de pures paraboles, et monde réel, qui ne se laisse saisir que par des intuitions, outre qu’elle pose, nous venons de l’évoquer brièvement, la question du caractère performatif des langages théoriques et de l’efficacité pratique des énoncés, renvoie à une opposition entre « langages savants » et « langages ordinaires », opposition signifiante chez Ludwig Wittgenstein et John Maynard Keynes, et qui selon Olivier Favereau29 permet de prolonger et renforcer « l’hypothèse Wittgenstein » par lui énoncée30 et par nous discutée31.

40C’est autour de cette opposition que Keynes définit la théorie classique comme une « orthodoxie » : l’activité de production de connaissances en économie se fait autour d’un jeu de langage, et ce jeu de langage définit une orthodoxie dès lors que :

  • 32 Et éventuellement de sa formalisation : la critique du langage savant est aussi chez Keynes critiqu (...)

Le théoricien ne perçoit plus, du fait de son langage théorique32ce que « l’homme ordinaire perçoit », mais sans disposer des mots pour se faire entendre du théoricien, en l’absence d’un espace conceptuel où les deux puissent débattre. [Favereau (2005), p. 3]

41L’orthodoxie est donc définie comme un langage savant qui s’isole du sens commun, du langage ordinaire. Plus précisément :

L’orthodoxie économique – le langage que parlent les économistes – n’est pas constituée par ce qu’ils disent, mais par ce qu’ils ne disent pas, ce dont ils ne peuvent parler, ce dont ils n’ont même pas conscience de ne pouvoir parler. […]. [Au total, ] Voici donc une caractérisation précise du langage-orthodoxie selon Keynes : il y a un objet qui devrait être dedans – et qui est dehors. Il est dehors, non au niveau du vocabulaire de la théorie, mais au niveau de sa sémantique : s’il est vrai qu’on peut le nommer dans le langage (le jeune rival de Keynes, Pigou, développait dans les années 1930 une imposante théorie néoclassique du chômage…), on ne peut le penser qu’en le dénaturant (… la théorie de Pigou n’est qu’un avatar d’une théorie du chômage volontaire). […] Keynes venait de découvrir que la théorie économique de son temps ne retenait pas pour objet ce que le sens commun appelle “chômage” (involontaire), bien que le mot “chômage” figurât dans son vocabulaire. L’objectif d’explication du chômage passait dès lors par un préalable : l’objectif de réintégration du chômage (involontaire) comme objet théorique, à expliquer par la communauté professionnelle des économistes. (Ibid., p. 4-9)

42Ainsi, suivant Keynes :

En dehors du chômage de “frottement’’ et du chômage “volontaire”, il n’y a place pour aucune autre sorte de chômage. Les postulats classiques n’admettent pas la possibilité d’une troisième catégorie […] le chômage involontaire […] Aussi longtemps que les postulats classiques restent valables, le chômage involontaire [au sens strict du terme] ne peut exister. Le chômage apparent ne peut donc être que le résultat ou de la perte temporaire de travail de la main-d’œuvre “à reclasser” ou du caractère intermittent de la demande portant sur certaines ressources hautement spécialisées ou de l’effet sur l’emploi de la main-d’œuvre libre d’un “closed chop’’ imposé par un syndicat. Les écrivains de tradition classique ayant ignoré l’hypothèse spéciale qui se trouvait à la base de leur théorie, ont été amenés à la conclusion inévitable et parfaitement logique dans cette hypothèse que le chômage apparent […] ne peut être du en définitive qu’au refus des facteurs inemployés d’accepter une rémunération en rapport avec leur productivité marginale. Un économiste classique peut considérer avec sympathie le refus de la main-d’œuvre d’accepter une amputation du salaire nominal, il admettra qu’il peut n’être guère sage de l’obliger à s’adapter à des conditions qui ont un caractère temporaire, mais la probité scientifique l’oblige à déclarer que ce refus n’en est pas moins la cause profonde du mal. Cependant si la théorie classique n’est applicable qu’au cas du plein-emploi, il est évidemment trompeur de l’appliquer aux problèmes du chômage involontaire, à supposer qu’une pareille chose existe (et qui le niera ?) […] Il est indispensable qu’on se débarrasse du second postulat de la doctrine classique et qu’on élabore le comportement d’un système où le chômage involontaire au sens strict du mot est possible. [C’est pourquoi] Ce livre s’adresse surtout à nos confrères économistes […] notre but […] est de persuader les économistes de procéder à un nouvel examen critique de leurs hypothèses fondamentales […] La question en jeu est d’une importance qu’on ne saurait exagérer. Mais, si nos explications sont justes, ce sont nos confrères économistes et non le grand public qu’il nous faut d’abord convaincre.
[Keynes (1936), 1982, p. 9, p. 35, p. 41-42, italiques de Lavialle]

43C’est qu’il y a chez Keynes, nous affirme Olivier Favereau, une apologie du sens commun, du langage ordinaire, face aux dangers des langages formels, qui menacent le discours savant sur l’économie :

Ce qui conforte le plus l’hypothèse Wittgenstein sera la mise en lumière […] d’une thèse keynésienne, quelque peu négligée, sur la prééminence scientifique du langage ordinaire, en dernière instance. [Favereau (2005), p. 8]

44Ainsi :

Nous nous partageons en deux groupes […] D’un côté il y a ceux qui croient que le système existant est, à long terme, un système auto-équilibrant, bien qu’avec des craquements [...] De l’autre côté du gouffre sont ceux [(les hérétiques)] qui rejettent l’idée que le système existant est, en un sens raisonnable, auto-équilibrant. Les hérétiques d’aujourd’hui croient que l’observation courante suffit à montrer que les faits ne se conforment pas au raisonnement orthodoxe. Ils proposent des remèdes que leur suggèrent l’instinct, le flair, etc. […] mais ils n’ont pas impressionné. Or je me range, quant à moi, parmi les hérétiques. Je pense que leur flair et leur instinct les conduisent vers la bonne solution. [Keynes (1934), 2002, p. 217-220]

45L’hérésie devait donc devenir hétérodoxie, en trouvant les moyens de dire l’indicible, c’est-à-dire en faisant pénétrer le langage ordinaire dans le langage savant. Élargissant ainsi la vision du monde réel autorisée par les paraboles théoriques, elle conduit à bâtir une théorie « générale » autorisant la description des situations de plein-emploi tout comme les situations de chômage (involontaire). Cette théorie, parce que plus « générale » dans son appréhension du monde et sa prise en compte du langage ordinaire, invalide dès lors la théorie classique, et se substitue à elle, de manière à rendre à la théorie économique son efficacité pratique.

46Il faut pour cela repérer l’hypothèse minimale à lever pour autoriser cette intrusion. Cette hypothèse minimale (fondamentale), pour Keynes, on le sait, est le postulat de Say. Une fois levée, c’est tout l’édifice classique qui s’en trouve balayé :

C’est donc l’hypothèse de l’égalité entre le prix de demande de la production dans son ensemble et de son prix d’offre qui doit être regardé comme le « postulatum d’Euclide » de la théorie classique. Cette hypothèse une fois admise, tout le reste en découle ; les avantages sociaux de l’épargne privée et nationale, l’attitude traditionnelle vis-à-vis du taux de l’intérêt, la théorie classique du chômage, la théorie quantitative de la monnaie, les avantages inconditionnels du Laissez-faire dans le commerce extérieur et beaucoup d’autres choses que nous devrons mettre en doute. [Keynes (1936), 1982, p. 46-47]

47Ce faisant, il ne s’agit pas de produire le concept de chômage involontaire au sein de la théorie néoclassique en continuant d’accepter son langage formel, ses prémisses, sa syntaxe et sa sémantique. Il s’agit bien de construire une hétérodoxie, définie comme extérieure et opposée à une orthodoxie elle-même définie par ce qu’elle ne peut pas dire alors qu’elle devrait le dire : l’existence concrète du chômage involontaire (i.e. ne se réduisant pas en en dernière instance au comportement de l’offreur de travail). Cette existence, révélée à l’intuition du sens commun, et véhiculée par le langage ordinaire, doit s’imposer au langage savant.

L’irréductibilité logique de la relation salariale à une pure logique marchande

48Au terme de cette lecture critique du travail de Michel de Vroey, notre position pourrait se résumer ainsi : s’il n’est pas possible, dans le cadre du discours théorique existant (légitime) de penser les objets concrets dont on a l’intuition, ne doit-on pas conclure, non pas que ces objets n’existent pas, mais que le langage formel est trop étroit pour les penser ? Il faut alors le remettre en cause, et s’efforcer d’élargir son intelligence du monde « concret ».

L’épistémologie de Keynes et le sens de la généralité de la Théorie générale : la nécessité logique d’une posture hétérodoxe

  • 33 Favereau (2005), p. 5.

49Si la cohérence cachée de l’orthodoxie est à rechercher dans l’exclusion du chômage involontaire33, il n’y a évidemment pas lieu de s’étonner qu’en restant à l’intérieur du langage standard, dans les limites sémantiques qu’il impose, les économistes keynésiens aient alors échoué à produire un résultat sur ce point, puisque le langage, d’emblée, en écarte la possibilité. Il n’est pas étonnant non plus qu’au final une telle démarche ait conduit à une déconstruction de la catégorie de chômage tout court, puisque celle-ci était produite dans un contexte théorique visant précisément à dénoncer les limites du langage savant et à lui imposer l’intuition (issu du sens commun de l’homme ordinaire) du caractère involontaire du chômage.

  • 34 Favereau (2005) mentionne, à juste raison, que ce n’est qu’exceptionnellement que le débat scientif (...)

50Pour le dire d’une autre manière, le débat dont il s’agit, et tel qu’il a été initié par Keynes, est un débat qui ne peut logiquement se réduire à un affrontement entre des théories distinctes, mais relevant d’un même langage théorique. L’opposition entre théorie classique et théorie générale, n’est pas dans l’esprit de Keynes, une opposition entre deux théories concurrentes au sein d’une même structure paradigmatique. Le débat que veut inaugurer Keynes se situe au niveau du langage théorique lui-même, et à la manière conséquente de penser le monde et de le dire34 :

La composition de cet ouvrage a été pour l’auteur un long effort d’évasion, une lutte pour échapper aux formes habituelles de pensée et d’expression ; et la plupart des lecteurs devront s’imposer un effort analogue pour que l’auteur parvienne à les convaincre.
[Keynes (1936), préface de la première édition anglaise, 1982, p. 11]

51Or, comme le souligne Favereau (2005, p. 4) :

L’intuition la plus profonde de Keynes est qu’on ne critique pas un langage théorique comme on critique une théorie, en proposant “simplement” une alternative : ici un autre langage.
D’abord on ne fabrique pas seul un nouveau langage (argument de l’impossibilité d’un langage privé) alors qu’on peut fabriquer une nouvelle théorie tout seul […]. [Favereau (2005), p. 4]

52Rappelons en effet la démarche revendiquée par Keynes :

Ce livre s’adresse surtout à nos confrères économistes […] nous ne pouvons donc atteindre notre but qui est de persuader les économistes de procéder à un nouvel examen critique de leurs hypothèses fondamentales qu’au prix d’un raisonnement très abstrait […] Si nos explications sont justes, ce sont nos confrères économistes et non le grand public qu’il faut d’abord convaincre.
[Keynes (1936), préface à la première édition anglaise, 1982, p. 9]

53Puis :

Ensuite, pour Keynes [reprend Favereau], le langage (je veux dire l’orthodoxie) conditionne les structures mentales plus lourdement encore que ne le ferait, par exemple, le “paradigme” pour Kuhn. [Favereau (2005), p. 4]

54Ainsi,

Pendant un siècle ou plus l’Économie Politique a été dominée en Angleterre par une conception orthodoxe. Ce n’est pas à dire qu’une doctrine immuable ait prévalu, bien au contraire : la doctrine a évolué progressivement. Mais ses postulats, son esprit, sa méthode, sont restés étonnamment les mêmes et une remarquable continuité se distingue à travers les changements. C’est dans cette orthodoxie en constante évolution que nous avons été élevés. Nous l’avons étudiée, enseignée, commentée dans nos écrits et sans doute les observateurs superficiels nous rangent-ils encore parmi ses adeptes. Les futurs historiens des doctrines considéreront que le présent ouvrage procède essentiellement de la même tradition. Mais, nous-mêmes, en écrivant ce livre […] nous avons senti que nous abandonnions cette orthodoxie, que nous réagissions fortement contre elle, que nous brisions des chaînes et conquerrions une liberté.
[Keynes (1936), préface pour l’édition française, 1982, p. 5]

55et

La difficulté n’est pas de comprendre les idées nouvelles, elle est d’échapper aux idées anciennes qui ont poussé leurs ramifications dans tous les recoins de l’esprit des personnes ayant reçu la même formation que la plupart d’entre nous. (Ibid., préface à la première édition anglaise, p. 11).

  • 35 Keynes (1936), 1982, p. 56.

56Il s’agit donc pour Keynes de montrer que la perte d’efficacité pratique de la science économique provient non pas que de ce que la doctrine courante sur le chômage (par exemple du professeur Pigou) soit inadaptée, et qu’il conviendrait de la critiquer au moyen d’une autre doctrine, dans un espace conceptuel commun, qui serait celui de la théorie (néo) classique telle qu’elle se définit et se délimite par ses postulats fondamentaux. Il s’agit de porter le débat, aux yeux des économistes eux-mêmes, au niveau de ces prémisses mêmes, au niveau du langage théorique, pour en souligner le caractère conventionnel, souligner que l’activité scientifique se réduit à un jeu de langage, et définir l’économie conventionnelle comme économie orthodoxe, définie négativement par le fait que ses prémisses, postulés et plus jamais discutés depuis que « Ricardo conquit l’Angleterre aussi complètement que la Sainte Inquisition avait conquis l’Espagne »35, lui interdisent de rendre compte du « chômage involontaire au sens strict du terme ». Il s’agit finalement de s’inscrire hors de ce langage, en hétérodoxe, non pour se marginaliser, mais pour convaincre les économistes de remettre en cause leurs prémisses, et d’élargir leur vision du monde, de manière à redéfinir un espace conceptuel « plus général », qui fasse place à ce que le sens commun perçoit, à ce que le langage ordinaire sait dire, mais à ce que les paraboles théoriques de l’orthodoxie excluent par construction. L’orthodoxie étant définie par ce qu’elle ne dit pas et qu’elle devrait dire, l’hétérodoxie se définira comme voulant introduire au sein du langage savant le sens commun, l’intuition, ici le chômage involontaire.

  • 36 Keynes (1936), 1982, p. 29.

57Pour ce faire, il ne s’agit pas de construire ex nihilo un langage alternatif, qui ne pourrait être qu’un langage privé, dénué de toute légitimité a priori, et dénué finalement de la qualité même de langage. Il s’agit de se situer en surplomb du jeu de langage savant autour duquel s’organise l’activité scientifique, d’en révéler aux yeux de tous le caractère limité, borné dans son appréhension du monde, d’isoler le postulat fondamental, le postulat d’Euclide, qui charpente l’ensemble, et d’amener les économistes à le remettre en cause, à « conquérir leur liberté », devant la démonstration de ce que ce postulat, et les prémisses qu’il induit « se trouvent ne pas [rendre compte des caractéristiques] de la société économique où nous vivons réellement »36.

58L’hétérodoxie n’est donc qu’une posture logique qui introduit l’hérésie dans le débat scientifique, en situant celui-ci au méta-niveau d’un débat sur le langage scientifique, et en caractérisant l’économie conventionnelle comme orthodoxie, première étape nécessaire au déplacement/élargissement du jeu de langage.

Le refus de la conception marchande du travail

Précisément, quel est le stumbling block ? À en croire Michel de Vroey, « The stumbling block to the introduction of involuntary unemployment lies in the assumptions about trade technology that are usually adopted in economic theory. » En effet, ces hypothèses sur la technologie de l’échange produisent, on le sait, la parabole « fictive » d’une économie centralisée, laquelle permet d’affirmer la vision de nos économies comme des économies « de marché » (c’est-à-dire dotées de la capacité de s’auto-ajuster), alors que le caractère involontaire (au sens strict) du chômage ne peut que se fonder sur la mise en évidence d’un problème de coordination d’actions économiques décentralisées.

59Puisque ce sont ces hypothèses qui constituent l’obstacle, l’objectif devrait être de « lever » l’obstacle, et de construire une représentation alternative de nos économies.

60Autrement dit, il s’agit, non pas de produire le concept de chômage involontaire dans le cadre d’un langage néoclassique qui lui est étranger, mais de sortir de ce langage, et de trouver les moyens de « légitimer » un autre discours.

  • 37 Cf. Lavialle (2001) et (2002).

61C’est précisément, la démarche de Keynes dans la Théorie générale qui illustre une démarche épistémologique pragmatique et pragmatiste37.

62Keynes ne cherche pas à justifier sa théorie générale en introduisant un « écart minimum » avec la théorie classique. Il cherche à identifier « l’hypothèse minimale », c’est-à-dire fondamentale qui, une fois levée, conduit à élaborer et légitimer l’adoption d’une représentation (une parabole fictive) strictement alternative, pour laquelle le chômage involontaire se pense dans un modèle ne décrivant pas une économie « de marché », et où, en particulier le niveau d’emploi ne se détermine pas sur un « marché du travail », mais dans le cadre d’un « rapport salarial » asymétrique (tel que l’exprime le principe de la demande effective).

63Autrement dit, la question demeure la suivante : la « quête impossible » n’est-elle pas logiquement « condamnée » à se poursuivre dans le cadre d’une hétérodoxisation de Keynes qui s’organiserait autour de l’interrogation sur le rapport salarial et les rapports de dépendance personnelle qu’il introduit dans la relation d’emploi ? De sorte que :

  • 38 Sur l’idée de « dé-marchandisation », cf. Esping-Andersen (1990).

64– la re-marchandisation38 de la catégorie de travail ayant également (logiquement) induit la re-volontarisation de celle de chômage, avec pour conséquence 1. la déconstruction du concept macro-économique, tel qu’il avait été conçu par la tradition keynésienne, et 2. le basculement vers des politiques de lutte contre le chômage se réduisant à des politiques (micro-économiques) du marché du travail tout entières concentrées sur l’activation de l’offre de travail…

65– l’intuition du caractère involontaire du chômage, qui sous-tend le concept macro-économique, ne doit-elle pas, là aussi en logique, s’appuyer sur une posture hétérodoxe, définie en creux par la définition donnée plus haut de l’orthodoxie, et fondée en plein sur le refus de la réduction du travail à une pure catégorie marchande.

  • 39 Cf. par exemple, Aglietta (1997), Cartelier (1996).
  • 40 Cf. Lavialle (2011).

66Les voies d’une telle « hétérodixation » peuvent être nombreuses, mais, sont déjà, en partie balisées39. Elles plongent leurs racines dans l’histoire longue de la pensée économique, et fécondent Keynes par son rapprochement avec Marx ou son prolongement par les visions « institutionnalistes » du travail et des régulations salariales40.

67Elles ont en commun de substituer à la « parabole théorique » du marché du travail (la rencontre symétrique d’une offre et d’une demande de travail), la mise en avant d’un « rapport salarial », rapport asymétrique de dépendance qui ôte à l’offre de travail toute capacité d’influence sur la formation du niveau d’emploi.

Notes

1 Gautié (2002).

2 Lavialle (2007).

3 De Vroey (2004).

4 Cf. Baverez, Salais & Reynaud 1986), Gautié (2002).

5 Cf. Lavialle (2001) et (2002).

6 Cf. Favereau (1985), (1988) et (2005).

7 Cf. Muniesa & Callon (2009).

8 « To date the opponents of the introduction of the involuntary unemployment concept in economic theory have had the upper hand. [even the new Keynesian economists agreed to wage the battle on the field decided by the new classicists, and] still claiming that the functioning of the market system could be beset by market failures, they gradually ceased to put the defence of involuntary unemployment at the top of the agenda, thereby implicitly giving in to the lucasian criticism that theoretical conversations would lose nothing by dispensing with it » [De Vroey (2005), p. 2].

9 Pour reprendre l’opposition à laquelle fait référence Favereau (2005).

10 Bien que la référence complète de la démarche de Michel de Vroey se trouve dans l’ouvrage publié en 2004 chez Routledge (Involuntary Unemployment : the elusive quest for a theory), nous nous baserons dans cet article sur la lecture de son article de 2005, lequel se présente comme une synthèse des positions exprimées par l’auteur : « I have recently published a book which attempts to answer this question, and my aim in this paper is to present its main results » (p. 1).

11 C’est-à-dire, et la précision n’est pas sans importance, ceux qui ont, dès après la parution de la Théorie générale, et dans les décennies qui ont suivi la seconde guerre mondiale, choisi de rendre opérationnels les résultats analytiques de Keynes dans le cadre du langage en train de s’imposer comme le canon de la théorie économique standard, en l’occurrence dans le cadre de la théorie de l’équilibre général walrasien. On regroupe donc sous ce terme, à la fois les économistes keynésiens (dits « de la synthèse »), néo-keynésiens (théoriciens des équilibres non walrasiens). On peut y adjoindre, plus récemment, dans le cadre d’une macroéconomie « post-lucasienne », les économistes « Nouveaux keynésiens ». C’est d’ailleurs sur les travaux de ces derniers que se concentre Michel de Vroey dans son article de 2005. Dans l’ouvrage cité de 2004, Michel de Vroey analyse la « quête impossible » du chômage involontaire dans son ensemble, qui, dans sa conception, commence chez Keynes, et n’est à ce jour pas achevée.

12 Ou pour être plus exact, dans l’esprit de Keynes, du caractère non entièrement volontaire du chômage, et donc de l’existence d’une proportion de chômage « en excès », défini comme strictement involontaire.

13 Ce qui, on peut le penser avec Michel de Vroey, est la position de la plupart des auteurs keynésiens. De John Keynes, lui-même : « Si la théorie classique n’est applicable qu’au cas du plein-emploi, il est évidemment trompeur de l’appliquer au problème du chômage involontaire, à supposer qu’une pareille chose existe (et qui le niera ?) » [Keynes (1936), 1982, p. 42, italiques de Lavialle], à Olson : « Only a madman – or an economist with both “trained incapacity” and doctrinal passion – could deny the reality of involuntary unemployment » [Olson (1982), p. 195, cité par De Vroey (2005), p. 1, italiques de Lavialle], ou Carl Shapiro et Joseph Stiglitz : « To us, involuntary unemployment is a real and important phenomenon with grave social consequences that needs to be explained and understood » [Shapiro & Stiglitz (1985), p. 1217, italiques de Lavialle].

14 « Involuntary unemployment is not a fact or a phenomenon which it is the task of theorists to explain… » [Robert Lucas (1981), p. 243, cité par De Vroey (2005), p. 2].

15 Reprenons et complétons la citation de Keynes rappelée à la note 6 : « Si la théorie classique n’est applicable qu’au cas du plein-emploi, il est évidemment trompeur de l’appliquer au problème du chômage involontaire, à supposer qu’une pareille chose existe (et qui le niera ?). Il est indispensable […] qu’on élabore le comportement d’un système où le chômage involontaire au sens strict du mot est possible. » [Keynes (1936), 1982, p. 42].

16 Ainsi le chômage « involontaire ex post », mais qui résulte ex ante d’un choix volontaire, tel le chômage produit dans les modèles de « contrat implicite » à la Azariadis (1975) : « These models relinquish the individual disequilibrium aim by giving involuntary unemployment the milder meaning of a state where the unemployed are frustrated and jealous of the employed. The unemployed are in a state of individual equilibrium since employment is distributed through a lottery in which agents find it optimal to participate, even at the risk of ending up unemployed » [De Vroey (2005), p. 15] ; tel celui produit dans les modèles de « salaire d’efficience » à la Shapiro & Stiglitz (1984) : le chômage est là aussi involontaire ex post, mais résulte bien d’un comportement (potentiel) de l’offreur de travail (tire-au-flanc), producteur d’une « rigidité » réelle endogène. La solution au chômage ne se trouve d’ailleurs pas dans une stimulation de la demande globale, et, au-delà, « unemployment is not a problem in need of a solution. Instead it is the solution to a problem, namely shirking » (Ibid.) ; tel aussi, le chômage résultant d’un refus d’une « corporation » ouvrière de travailler en-dessous d’un certain niveau de salaire réel, qui là aussi, s’il peut être ex post vécu comme « involontaire » individuellement, résulte d’un comportement collectif de l’offreur de travail.

17 Tous les chômages évoqués à la note précédente déterminent un chômage d’équilibre en concurrence imparfaite (ce qui est désormais présenté comme un équilibre WS/PS du marché du travail). Pour résumer, le chômage « involontaire au sens strict » se définit donc comme un chômage « en excès » par rapport au chômage d’équilibre. Il ne peut donc être résolu par des actions visant à améliorer la concurrence sur le marché du travail. Plus généralement, il ne relève pas de politiques microéconomiques. Il peut finalement se définir comme un chômage de concurrence pure et parfaite (toute autre source de chômage ayant alors disparu). Michel de Vroey rappelle à juste raison que Keynes situe ainsi explicitement la révolution qu’il inaugure en marge d’une autre, qui se déroule devant ses yeux et est animée par ses proches, qui sont celle de la concurrence imparfaite.

18 Ce qui n’implique pas qu’il soit « d’équilibre général » : à plusieurs reprises, Michel de Vroey amalgame les deux termes : « What Keynes was actually striving was to move the analysis of unemployment from a partial to a general equilibrium or interdependency framework » [De Vroey (2005), p. 3]. Je ne peux m’empêcher de penser qu’une partie essentielle du débat, sur le plan analytique, se situe précisément dans le fait de savoir si vouloir porter les ambitions de Keynes dans le cadre d’un modèle « d’équilibre général » n’obère pas singulièrement les chances de réussite. Pour le dire autrement, cela revient à faire du débat initié par Keynes, un débat paradigmatique au sein d’un même langage théorique, alors que sa portée peut-être vue comme plus fondamentale, se situant au niveau d’un « méta-débat » portant sur le langage théorique lui-même, sa pertinence et sa « généralité », cf. sur cette distinction quant à la nature du débat scientifique, Favereau (2005).

19 De Vroey (2005), p. 4.

20 Cf. Lavialle (2001).

21 Ibid., p. 59, note 71.

22 « My investigation leads me to the conclusion that no model fully succeeds in achieving Keynes’s programme […] How should this result be interpreted ? […] the most plausible explanation is that Keynes’s programme is just not feasible. » [De Vroey (2005), p. 17].

23 « Ce que l’on ne peut dire, il faut le taire », pour suivre Ludwig Wittgenstein.

24 Cf. Lavialle (2002).

25 Cf. notamment Gautié (2002).

26 Keynes (1936), préface de la première édition anglaise, 1982, p. 9.

27 Cf. Lavialle (2001).

28 « Les hommes d’action qui se croient parfaitement affranchis des influences doctrinales sont d’ordinaire les esclaves de quelque économiste passé. Les visionnaires influents, qui entendent des voix dans le Ciel, distillent des utopies nées quelques années plus tôt dans le cerveau de quelque écrivailleur de faculté […] les idées que les fonctionnaires, les hommes politiques et même les agitateurs appliquent à la vie courante ont donc peu de chances d’être les plus neuves. Mais ce sont les idées et non les intérêts constitués qui, tôt ou tard, sont dangereuses pour le bien comme pour le mal. » [Keynes (1936), 1982, p. 376].

29 Cf. Favereau (2005).

30 Cf. Favereau (1989).

31 Cf. Lavialle (2002).

32 Et éventuellement de sa formalisation : la critique du langage savant est aussi chez Keynes critique du langage formel.

33 Favereau (2005), p. 5.

34 Favereau (2005) mentionne, à juste raison, que ce n’est qu’exceptionnellement que le débat scientifique se situe au « méta-niveau » du langage théorique lui-même. Outre le cas Keynésien, qui en fait la singularité au xxe siècle, il cite, pour le xixe siècle la critique de Marx (« qui se situe aussi certainement au niveau du langage »), « de même, probablement, que « l’apport de Walras ».

35 Keynes (1936), 1982, p. 56.

36 Keynes (1936), 1982, p. 29.

37 Cf. Lavialle (2001) et (2002).

38 Sur l’idée de « dé-marchandisation », cf. Esping-Andersen (1990).

39 Cf. par exemple, Aglietta (1997), Cartelier (1996).

40 Cf. Lavialle (2011).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search