Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Le chômage involontaire : construction et déconstruction d’une notion

Le chômage involontaire, naissance et mort d’un concept

Alain Béraud

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pareto (1896), 1964, t. 2, p. 378.

1À la fin du xixe siècle, la politique traditionnelle de lutte contre la pauvreté apparut désuète. À l’image du pauvre, dépourvu de ressources, se substitua celle du travailleur qui, pour des raisons économiques, se trouve provisoirement sans emploi. C’est ce problème que les syndicats et les gouvernements cherchèrent à résoudre en améliorant le fonctionnement du marché du travail et en aidant les chômeurs. Dans le débat qui s’engagea alors, il apparut nécessaire de préciser le sens des mots de façon à distinguer, parmi les ouvriers qui sont sans ouvrage, ceux qui « chôment involontairement »1car ceux-là seuls – et non les négligents et les paresseux – doivent bénéficier d’une aide publique. William Beveridge distinguait plusieurs causes du chômage : il peut trouver son origine dans l’évolution des conditions de production – l’introduction de machines, le transfert des installations d’une localité à l’autre –, dans les fluctuations périodiques – saisonnières ou cycliques – de l’activité ou encore dans ce que nous appelons le chômage de friction. C’est sur ce dernier type de chômage, dont l’existence résulte du caractère intermittent de la demande de travail, que Beveridge met l’accent. John Maynard Keynes le considère, au contraire, comme secondaire. Le chômage ne résulte plus, dans la Théorie générale, de l’information imparfaite dont disposent employeurs et employés mais de l’insuffisance de la demande de biens.

  • 2 Beveridge (1907), p. 76.
  • 3 Cf. Pissarides (1990).

2Cette thèse resta dominante jusqu’à la publication en 1970 par Edmund Phelps d’un recueil d’articles qui étudient les fondements microéconomiques de la théorie de l’emploi et de l’inflation. Les analyses qui y sont développées reposent sur l’idée que les travailleurs n’ont qu’une connaissance imparfaite des opportunités d’emploi et qu’ils doivent, pour réunir l’information dont ils ont besoin, dépenser une fraction importante de leur temps. Comme l’écrivait Beveridge2 « le travailleur moderne a, tout au cours de sa vie, deux fonctions distinctes : travailler et trouver un marché pour son travail ». À partir de cette contribution initiale, une théorie du chômage à l’équilibre3 fut élaborée et devint progressivement dominante. Ces résultats conduisirent à remettre en cause les politiques keynésiennes de l’emploi. Assurer la flexibilité de l’emploi devint l’objectif prioritaire de la politique économique.

  • 4 Cf. Shimer (2005).
  • 5 Cf. Hall (2005).
  • 6 Cf. Blanchard & Galí (2007).

3Cependant Robert Shimer4 a soutenu que les modèles de recherche et d’appariement étaient incapables de reproduire la volatilité de l’emploi. Robert Hall5, Olivier Blanchard et Jordi Galí6 suggérèrent qu’il convenait pour en rendre compte d’introduire dans ces modèles une rigidité des salaires réels et des prix monétaires. Leurs analyses apparaissent comme une synthèse de la théorie du chômage d’équilibre et de la tradition keynésienne ; mais l’opposition traditionnelle entre chômage volontaire et involontaire n’y joue aucun rôle.

  • 7 Cf. Beveridge (1909).
  • 8 Cf. Pigou (1913) et (1933).

4Pour décrire l’évolution du rôle que joue la notion de chômage involontaire dans l’analyse économique, on distinguera trois phases. Le terme chômage apparaît à la fin du xixe siècle. Beveridge7 et Arthur-Cecil Pigou8 proposèrent pour construire leurs analyses d’en préciser le sens : seuls doivent être considérés comme chômeurs les travailleurs qui sont involontairement sans emploi. La seconde étape s’ouvre avec la publication de La Théorie générale où Keynes avance deux définitions restrictives du chômage involontaire qu’il considère comme équivalentes et qui mettent l’accent sur l’influence de la demande de biens dans la détermination du niveau de l’emploi. La troisième étape, que caractérise l’apparition du modèle de recherche et d’appariement, voit une disparition progressive de la notion de chômage involontaire.

5Cette disparition conduit à poser trois questions. Faut-il la regretter ? Faut-il comme le proposait Keynes donner du chômage involontaire une définition restrictive qui en exclut le chômage frictionnel ? Quel est l’intérêt dans les études empiriques et les analyses théoriques de l’opposition entre chômage volontaire et involontaire ?

Les origines de la notion de chômage involontaire

  • 9 Pareto (1896), t. 2, p. 378 ; Webb & Webb (1911), p. 107 ; Robertson (1915) et bien d’autres.

6On a souvent tendance à penser qu’en avançant l’idée que le chômage pouvait être involontaire, Keynes rompait avec la tradition « classique » pour laquelle le chômage ne pouvait être que volontaire. L’étude de la littérature économique antérieure à Keynes montre que cette proposition est mal fondée. L’expression chômage involontaire est employée par de nombreux économistes9 avant la publication de la Théorie générale et ceux qui, comme Pigou et Beveridge, préfèrent parler simplement de chômage le définissent de façon à en exclure les travailleurs qui restent volontairement sans emploi. Peu importe cette différence dans l’utilisation des mots, ce qu’il faut noter c’est que les « classiques », au sens que Keynes donne à ce mot, distinguent soigneusement l’oisiveté choisie de l’oisiveté subie. Ils ne prétendent pas que le chômage ne peut être que volontaire.

7Quand, à la fin du xixe siècle, la question du chômage vint au centre des débats, les économistes pensèrent que, pour développer leurs analyses, ils devaient, d’abord, préciser le sens d’un mot qui, dans le langage courant, était susceptible d’interprétations multiples. En anglais, le mot unemployed désigne simplement les personnes désœuvrées, sans emploi. Le verbe « chômer » vient du latin caumare que l’on traduit par « se reposer dans la chaleur ». On disait que les travailleurs chômaient quand ils suspendaient le travail pour célébrer une fête mais, aussi, quand ils s’arrêtaient volontairement de travailler, quand ils se mettaient en grève. Quand, en 1905, François Fagnot publie son livre sur Le Chômage, il oppose, dès le chapitre 1, chômage volontaire et involontaire, tout en admettant que la frontière qui les sépare est souvent bien imprécise.

  • 10 Beveridge (1909), p. 3.

8Beveridge10 n’emploie pas l’expression « chômage involontaire » et s’il parle de « l’inactivité involontaire », c’est pour caractériser la situation de l’ensemble des chômeurs. Dans son analyse, le chômage est défini comme la différence entre l’offre et la demande de travail. Mais Beveridge emprunte, ici, plus aux classiques qu’aux néo-classiques. Pour lui, l’offre de travail n’est pas le résultat d’un choix et il n’évoque ni la désutilité du travail, ni la possibilité d’un arbitrage entre travail et loisir. Elle découle simplement de la structure démographique. Il n’y a pas de place dans son raisonnement pour un chômage volontaire.

  • 11 Kahn (1976, p. 19).
  • 12 « Unemployment clearly does not include all the idleness of wage-earners, but only that part of it (...)
  • 13 Pigou (1933), p. 3.

9Pigou va chercher à préciser les choses. Contrairement à ce que suggère Richard Kahn11, il n’emploie pas dans Unemployment (1913) l’expression « chômage involontaire » mais il souligne qu’il convient de donner du chômage une définition précise. Il ne faut pas considérer comme des chômeurs ceux qui restent désœuvrés parce qu’ils ne veulent pas travailler, ni les malades, ni les grévistes, ni ceux qui pour une raison ou l’autre sont inemployables. On ne doit considérer comme chômeurs que les travailleurs qui cherchent un emploi salarié et qui sont involontairement sans emploi12. Il reprendra la même idée dans The Theory of Unemployment13 en écrivant : « Un homme n’est chômeur que si, à la fois, il est sans emploi et désire être employé. » Ce désir doit être apprécié compte tenu de la durée du travail, du taux de salaire et de son état de santé. Autrement dit, un homme est chômeur s’il est en bonne santé et s’il est disposé à travailler durant le nombre d’heures normal pour le taux de salaire courant.

  • 14 Ibid., p. 27.
  • 15 Ibid., p. 294.
  • 16 Ibid., p. 100-106.

10Ce qui caractérise la démarche de Pigou, c’est l’idée que le chômage n’est pas l’effet d’une seule cause, ni même l’effet d’un grand nombre de causes séparées. Le chômage qui existe à un instant donné du temps n’est pas l’effet cumulé d’une série de circonstances qui, simultanément, affecteraient l’emploi ; il trouve son origine dans leur interaction. Présenter l’un de ces facteurs comme la cause, ou même comme une des causes du chômage, est arbitraire car même si ce facteur restait inchangé, le chômage que l’on présente comme son effet, pourrait très bien disparaître pour peu qu’un ou d’autres facteurs soi (en) t modifié(s)14. Pigou est ainsi conduit à abandonner la démarche de Beveridge qui distinguait une série de types de chômages qui découleraient, chacun, d’une cause spécifique. Pour la même raison, il critique les analyses de Jacques Rueff et l’idée que l’on puisse tirer de la corrélation qu’il met en évidence entre le chômage et le taux de salaire réel, la conclusion que le niveau élevé du chômage, en Angleterre durant l’entre-deux-guerres, est dû au niveau excessif des salaires réels. Néanmoins, la rigidité des salaires monétaires joue, dans l’analyse que fait Pigou des fluctuations de l’emploi, un rôle crucial. Il souligne que nombreux sont ceux, aussi bien parmi les employeurs que parmi les employés, qui pensent en monnaie. « Notre revenu est notre revenu monétaire, et il faut un effort pour comprendre que, pourvu que le prix des choses que nous achetons avec de la monnaie ait diminué de moitié, nous ne sommes pas dans une situation pire avec un revenu monétaire qui est aussi réduit de moitié. »15 Si les conditions qui déterminent la demande réelle de biens étaient stationnaires et connues comme étant stationnaires et si seule variait la quantité de monnaie disponible pour la dépense, la coutume d’indexer les contrats de salaire à long terme sur le coût de la vie aurait fini par s’imposer. Mais, en fait, la demande réelle, elle-même, fluctue et accepter une clause d’indexation conduit à renoncer à la possibilité d’ajuster les salaires quand la demande réelle de travail varie. Ainsi, sauf dans les périodes caractérisées par de violentes variations des prix, les employeurs se sont opposés fermement à toute hausse des salaires monétaires alors que les employés s’opposaient à toute baisse. Les salaires monétaires varient, en pratique, fort peu. Il n’y a pas sur ce point de désaccord entre Pigou et Keynes. L’un comme l’autre partagent le même constat empirique : les salaires monétaires sont rigides à la baisse ou, à tout le moins, ne baissent que lentement. L’opposition apparaît quand ils analysent les effets sur l’emploi d’une baisse du taux de salaire monétaire. Alors que Pigou16 soutient qu’une telle baisse accroît la demande de travail, Keynes affirme que son effet sur le niveau de l’emploi est incertain.

Keynes et le chômage involontaire

  • 17 Keynes (1933), p. 101.

11Dans les travaux préparatoires à la Théorie générale, Keynes17 définissait le chômage « comme une situation où l’utilité marginale du produit est supérieure à la désutilité marginale de l’effort », il ne s’écartait guère alors de Pigou. Cependant, dans la Théorie générale, il adopte une position différente en introduisant deux définitions du chômage involontaire. La première consiste dans une « expérience mentale » qui permet de déterminer si, dans la situation économique qui prévaut, il y a du chômage involontaire :

Il existe des chômeurs involontaires si, en cas d’une légère hausse du prix des biens de consommation ouvrière par rapport aux salaires nominaux, l’offre globale de main-d’œuvre disposée à travailler aux conditions courantes de salaire et la demande globale de main-d’œuvre aux mêmes conditions s’établissent toutes deux au-dessus du niveau antérieur de l’emploi. [Keynes (1936), 1982, p. 41]

12Le point clef est que, pour analyser l’effet d’une baisse du taux de salaire réel sur l’offre et la demande de travail, Keynes souligne qu’il convient de considérer que cette baisse est l’effet d’une augmentation des prix des biens de consommation et non pas d’une baisse du taux de salaire monétaire.

13Quand, dans le chapitre 3 de La Théorie générale, Keynes énonce l’idée que le volume de l’emploi est déterminé par l’intersection des fonctions d’offre et de demande globales, il propose un nouveau test de l’existence d’un chômage involontaire :

Dans le chapitre précédent, nous avons donné du plein-emploi une définition fondée sur le comportement de la main-d’œuvre. Le second critère, d’ailleurs équivalent, auquel nous aboutissons maintenant, c’est que le plein-emploi est atteint lorsque l’emploi global cesse de réagir élastiquement aux accroissements de la demande effective des produits qui en résultent. (Ibid., p. 50-51).

  • 18 Cf. De Vroey (2004), p. 72.
  • 19 Cf. Shapiro & Stiglitz (1984), p. 433.

14Keynes affirme, ainsi, que le chômage n’est involontaire que s’il est dû à une insuffisance de la demande effective. Il établit entre ces deux phénomènes une relation d’équivalence18 qui apparaît aujourd’hui comme douteuse puisque les néo-keynésiens ont construit des modèles19 où l’existence d’un chômage involontaire ne s’accompagne pas d’une insuffisance de la demande effective.

  • 20 Cf. Leijonhufvud (1968), p. 92 ; De Vroey (2004), p. 62.
  • 21 Keynes (1936), 1982, p. 31.
  • 22 Ibid.

15Keynes reproche aux classiques, et en particulier à Pigou, de ne pas admettre l’existence d’un chômage involontaire. Cette critique des classiques le conduit à donner du chômage involontaire une définition très étroite20. Dans la théorie classique, écrit Keynes21, « l’utilité du salaire, quand un volume donné de travail est employé, est égale à la désutilité marginale de ce volume d’emploi ». On peut penser, en lisant ce texte, que Keynes se borne à affirmer qu’il n’y a pas de chômage involontaire tant que les travailleurs sont « sur leur courbe d’offre de travail ». Mais, il précise fort clairement que « la désutilité doit s’entendre ici comme englobant les raisons de toute nature qui peuvent décider un homme ou un groupe d’hommes à refuser de travailler plutôt que d’accepter un salaire qui aurait pour eux une utilité inférieure à un certain minimum »22. La liste de ces raisons est fort longue. Il comprend d’abord le chômage « de frottement » qui peut, par exemple, résulter d’un déséquilibre temporaire de ressources spécialisées consécutif à un calcul erroné ou au caractère intermittent de la demande. Il comprend non seulement le refus mais l’incapacité d’un travailleur d’accepter une rémunération égale à sa productivité marginale en raison de la législation, des pratiques sociales ou de l’action d’une coalition dans un processus de négociation collective. Le résultat est que des individus qui sont contraints à l’inactivité ne sont pas considérés par Keynes comme des chômeurs involontaires.

16Quand les keynésiens interprétèrent le texte de la Théorie générale, des divergences apparurent. Oscar Lange soutient que :

le chômage involontaire au sens keynésien du terme n’est pas une offre excédentaire de travail mais une situation d’équilibre obtenue à l’intersection des courbes d’offre et de demande, la courbe d’offre étant, cependant, infiniment élastique dans un large intervalle par rapport aux salaires monétaires.
[Lange (1944), p. 6, note 4]

17Don Patinkin rejeta cette proposition. Il remarqua que :

le chômage involontaire implique ce que l’on peut appeler une « coercition relative » : les individus ne peuvent pas satisfaire leurs désirs aussi librement qu’ils pourraient le faire dans une autre situation qui sert de norme de référence ; ainsi, il faut pour donner un sens concret au concept de coercition définir d’abord cette norme de référence. [Patinkin (1956), p. 368-369]

18Il proposa comme norme les modèles d’équilibre général, si bien que l’on dira qu’un individu agit librement tant qu’il est sur ses courbes d’offre et de demande walrasiennes. Dès lors, l’idée de l’existence d’un équilibre de sous-emploi doit être écartée : le chômage involontaire n’apparaît que dans des situations de déséquilibre. C’est sur cette analyse que l’on s’appuie aujourd’hui quand on cherche à définir le chômage involontaire :

La définition la plus commune et analytiquement la plus utile du chômage involontaire repose sur la courbe d’offre de travail : si les travailleurs ne sont pas sur leur courbe d’offre de travail – si bien qu’il y a, au taux de salaire réel courant, une offre excédentaire de travail – alors, par définition, il existe un chômage involontaire. La quantité de chômage involontaire est égale à la quantité d’offre excédentaire de travail. Si les travailleurs sont sur leur courbe d’offre, alors, par définition, il n’y a pas de chômage involontaire. [Taylor (2008)]

19Il faut cependant admettre que cette définition du chômage involontaire, plus large que celle proposée par Keynes, est parfaitement identique à celle que Pigou donnait du chômage sans qu’il lui paraisse utile de donner à ce mot un qualificatif qui en préciserait le sens.

Chômage et information imparfaite

  • 23 Phelps (1969), p. 149-50, et (1970), p. 6-7.

20À la fin des années 1960, quand Phelps étudie la dynamique des salaires et de l’emploi, il écarte aussi bien l’analyse que Keynes faisait du comportement des salaires monétaires que les théories qui cherchaient à expliquer l’inflation par l’augmentation des coûts. Ni le comportement des grandes entreprises, ni l’action des syndicats ne sont, selon lui, à l’origine de la hausse des prix. Au marché centralisé walrasien où le commissaire-priseur communique aux agents toute l’information dont ils ont besoin, Phelps23 substitue l’image d’un marché spatial qu’il décrit de façon particulièrement parlante dans sa parabole des îles. Sur le marché du travail, les entreprises et les travailleurs ne disposent que d’informations parcellaires, coûteuses à obtenir. Chaque firme détient un pouvoir de monopsone dynamique, dans ce sens qu’elle fixe le salaire auquel elle est prête à embaucher des travailleurs. Plus les salaires qu’elle offre sont élevés, plus vite elle pourvoira ses postes vacants. Pour trouver un emploi, les chômeurs doivent sacrifier de l’argent et du temps. Moins ils seront exigeants, plus vite ils seront embauchés. Ainsi, coexistent chômage et emplois vacants. On retrouve ainsi des idées que Beveridge avait mises en avant mais qui n’avaient pas été, jusqu’alors, introduites dans un modèle formel.

21L’abandon de l’hypothèse d’information imparfaite a des effets destructeurs sur la notion de chômeur involontaire parce qu’elle a été définie par référence à un modèle spécifique du marché du travail. Patinkin soutenait qu’il n’y a pas de chômage involontaire quand les travailleurs sont sur leur courbe d’offre. Mais, dans l’analyse de Phelps, on peut donner deux sens à l’expression « offre de travail ». D’un côté, c’est la somme des personnes employées et de celles qui sont à la recherche d’un emploi. Elle apparaît alors comme le résultat d’un arbitrage entre travail et loisir. D’un autre côté, l’offre effective de travail est déterminée par le choix que doit faire le chômeur d’accepter l’emploi qu’on lui propose ou poursuivre sa recherche. Le problème est alors de savoir si l’on doit considérer le travailleur qui refuse l’emploi qui lui a été proposé comme un chômeur volontaire.

  • 24 Diamond (1982), p. 217.
  • 25 Cf. Mortensen (1970).
  • 26 Cf. Phelps (1968), p. 683.
  • 27 Cf. Nash (1953).
  • 28 Patinkin (1956), p. 351.
  • 29 Hall (1979), p. 154.

22Les modèles de recherche vont progressivement évoluer à partir de la fin des années 1970 pour donner naissance à la théorie du chômage d’équilibre. Le cadre de l’analyse est modifié par l’introduction de la fonction d’appariement et d’un processus de marchandage qui détermine le salaire. Peter Diamond24 abandonne la métaphore de l’île sur laquelle Phelps s’appuyait. Il écarte l’idée que le marché est l’institution qui met en relation employeur et employé. Il lui substitue l’hypothèse de l’existence d’un processus de recherche qui, de façon aléatoire, réunit par paire employeur et employé. La fonction d’appariement décrit le résultat de ce mécanisme : la probabilité qu’un emploi soit pourvu est une fonction décroissante des tensions sur le marché du travail que mesure le rapport du nombre de postes vacants au nombre de chômeurs. Dale Mortensen25 et Phelps26 supposaient que les salaires sont fixés par les entreprises. Diamond substitue à cette hypothèse l’idée que le taux de salaire est l’objet d’une négociation bilatérale. Quand une entreprise rencontre un travailleur, ils disposent ensemble d’un surplus par rapport à une situation où le poste serait vacant et le travailleur au chômage. La solution retenue est celle qu’avait proposée John Nash27 ou une généralisation de celle-ci. Le salaire ne peut pas excéder une limite supérieure pour laquelle l’entreprise ne tirerait aucun profit de l’embauche. Il ne peut pas être inférieur au salaire de réservation du travailleur. Sa position, à l’intérieur de cet intervalle, dépend du pouvoir de négociation des partenaires. Enfin, la notion même d’équilibre prend un sens différent. Patinkin28 soutenait qu’il ne pouvait exister de chômage dans une situation d’équilibre. Cette proposition n’est plus vraie quand on adopte de l’équilibre une définition plus générale que celle qui prévaut dans les modèles walrasiens. Hall29 définit l’équilibre comme une situation où aucun des agents ne peut améliorer sa situation. Les employeurs ne peuvent pas embaucher des travailleurs pour un coût moindre en proposant aux chômeurs un salaire inférieur à celui du marché et les chômeurs ne peuvent pas augmenter leur revenu réel en acceptant des salaires plus faibles en échange d’un emploi immédiat.

  • 30 Shimer (2005), p. 39.
  • 31 Shimer (2004), p. 476.
  • 32 Hall (2005), p. 51.
  • 33 Nash (1953).

23Le modèle de recherche et d’appariement est devenu le cadre de référence des analyses du chômage et l’on a pensé que les performances des modèles du cycle réel pouvaient être améliorées si l’on y intégrait cette représentation du marché du travail. Shimer30 a cependant montré que ces modèles – si on leur associait les paramètres de calibration habituels – ne permettent pas de reproduire la volatilité observée du chômage et du nombre de postes vacants. Shimer31 et Hall32 ont suggéré que cet échec trouvait son origine dans la façon dont ces modèles expliquent la formation du salaire réel : on admet, le plus souvent, qu’il est l’objet d’un marchandage semblable à celui qu’analysait Nash33 et qu’il est continuellement renégocié entre l’employeur et l’employé. Le résultat est qu’il est une combinaison linéaire du salaire de réservation du travailleur qui dépend des gains qu’il peut espérer s’il reste au chômage et du bénéfice que la firme tirerait de l’embauche du travailleur. On aurait pu penser que le salaire de réservation était assez stable pour que la volatilité du salaire réel soit sensiblement moindre que celle de la productivité du travail. S’il en était ainsi, l’emploi serait plus affecté par des chocs de productivité dans un modèle de recherche et d’appariement que dans un modèle où les marchés sont toujours soldés. Shimer montre cependant qu’il n’en est rien et que le taux de salaire suit les variations de la productivité du travail si bien que le modèle ne peut engendrer les fluctuations observées du nombre de chômeurs et d’emplois vacants.

  • 34 Cf. Pissarides (2009).
  • 35 Hall (2005), p. 57.
  • 36 D’autres spécifications qui conduisent à des conclusions similaires, sont évidemment possibles. Par (...)

24Pour résoudre cette énigme, de nombreuses propositions ont été avancées – modifier les paramètres de calibration, introduire des coûts fixes d’appariement… – négligeant ces contributions34, on s’intéressera ici à l’idée avancée par Hall35 selon laquelle c’est le processus de négociation du salaire qu’il faut réexaminer. Il suggère que tout salaire compris entre le niveau minimum acceptable par le travailleur – son salaire de réservation – et sa productivité marginale est une solution possible de la négociation. Dans cet intervalle, le salaire réel est rigide : un choc, par exemple une variation de la productivité du travail, modifie certes les bornes de l’intervalle dans lequel est compris le salaire mais il n’implique pas nécessairement sa renégociation : si le salaire qui prévalait avant le choc reste acceptable par les échangistes, il ne sera pas modifié36. Cette rigidité du salaire réel permet de reproduire fidèlement les fluctuations observées du taux de chômage et du nombre d’emplois vacants.

  • 37 Barro (1977), p. 315.

25On en revient ainsi à un modèle qui évoque les modèles à prix fixes développés dans les années 1970. Sa supériorité est qu’il échappe à la critique de Robert Barro37 selon laquelle la rigidité des prix ne peut expliquer l’existence d’un sous-emploi dans un modèle où les agents sont rationnels car une telle situation impliquerait qu’ils n’exploitent pas toutes les possibilités qui leur sont offertes d’améliorer leur situation. En dépit de la rigidité des salaires, l’allocation des ressources dans le modèle de Hall n’implique pas une inefficience que des agents intelligents pourraient facilement surmonter.

26Les critiques que Shimer fait de la théorie du chômage d’équilibre et l’analyse que propose Hall du processus de marchandage conduisent à penser que le modèle de recherche et d’appariement doit être amendé. On peut alors se demander si, dans la formulation nouvelle qui lui est donnée, il peut être intégré dans des analyses qui s’inscrivent dans la tradition keynésienne. Une telle démarche apparaît d’autant plus pertinente que les néo-keynésiens reconnaissent que les modèles issus de leurs travaux souffrent d’insuffisances auxquelles il convient de remédier.

27Ces modèles se caractérisent, du côté de l’offre, par l’hypothèse selon laquelle les prix et les salaires ne sont réajustés que de façon périodique. Du côté de la demande, ils reposent sur l’équation d’Euler et sur la règle de Taylor. On en tire une courbe de Phillips qui, sous sa forme la plus simple, traite le taux d’inflation comme une fonction du taux d’inflation anticipé et de l’écart entre le niveau effectif et le niveau naturel du produit. On peut leur adresser trois types de critiques.

    • 38 Blanchard & Galí (2010), p. 16.

    On dit souvent que le problème de base pour les autorités monétaires est d’arbitrer entre les objectifs de stabilisation des prix et de la production. Curieusement, ce dilemme disparaît dans les modèles néo-keynésiens : selon l’écriture de la relation de Phillips, stabiliser l’écart entre production effective et production potentielle permet de stabiliser le taux d’inflation. Blanchard et Galí38 parlent de « divine coïncidence » pour caractériser cette propriété.

    • 39 Trigari (2009), p. 1.

    Les modèles néo-keynésiens ne rendent pas compte de façon réaliste des effets sur les prix et le produit d’un choc monétaire. Ils laissent à penser que l’effet sur la production s’estompe rapidement pour laisser place à un ajustement des prix. Les observations empiriques mettent, au contraire, en évidence un effet persistant sur la production alors que le rythme de l’inflation ne s’ajuste que progressivement39.

    • 40 Blanchard & Galí (2010), p. 1.

    Plus fondamentalement, les modèles néo-keynésiens ne peuvent rendre compte des effets des chocs monétaires sur le chômage parce que, dans ces modèles comme dans ceux des cycles réels, l’évolution de l’emploi n’induit pas des variations du chômage mais seulement des variations de la durée du travail40.

  • 41 Ibid., p. 2.
  • 42 Gertler & Trigari (2009), p. 39.

28Il en est ainsi parce que ces modèles reposent sur une représentation du marché du travail qui ignore les frictions. Dès lors, quand la demande de biens varie, la quantité de travail s’ajuste selon la « marge intensive » : pour que l’emploi augmente, il faut que la durée du travail s’accroisse ce qui implique une forte hausse des salaires réels. La solution passe par l’introduction de coûts de recherche et d’appariement. Alors, l’entreprise qui souhaite produire davantage peut le faire en embauchant des travailleurs qui cherchent un emploi. La quantité de travail s’ajuste selon la « marge extensive » sans que le salaire réel soit sensiblement modifié. Pour que les modèles néo-keynésiens rendent compte des variations du chômage, il faut introduire des coûts de recherche et d’appariement ; mais, comme le suggèrent Shimer et Hall, cela ne suffit pas. Il faut, de surcroît, introduire des rigidités : Blanchard et Galí41 supposent que les salaires sont visqueux ; Mark Gertler et Trigari42 admettent que les ajustements de salaires sont échelonnés et qu’à chaque période une fraction seulement des firmes et des travailleurs négocient de nouveaux contrats.

Conclusion

29On définit habituellement le chômage involontaire comme une situation où des individus disposés à travailler au salaire courant restent sans emploi. Cette notion n’a de sens que si l’on postule l’existence d’un marché « classique » du travail où l’information est parfaite. La nature des emplois est connue de tous les employés et les employeurs évaluent parfaitement les capacités des travailleurs. Les firmes et les travailleurs se rencontrent sur un marché centralisé où le principe du prix unique prévaut. C’est en s’appuyant sur cette conception du marché que Pigou, Keynes et leurs successeurs ont développé leurs analyses. Le choix qu’ils firent de s’appuyer sur cette abstraction apparaît, rétrospectivement, justifié par les instruments théoriques dont ils disposaient pour développer leurs analyses.

30La situation évolua au début des années 1970 quand Phelps publia un recueil où il rassemblait une série d’articles qui étudiaient le fonctionnement des marchés où les agents ne disposent que d’une information imparfaite. Dans ce nouveau contexte, la définition habituelle du chômage involontaire est inadéquate puisque, dans une économie où l’information est imparfaite, non seulement personne ne connaît le salaire courant mais cette expression même est dépourvue de sens car il n’y a aucune raison pour que tous les contrats de travail fixent le taux de salaire au même niveau. Que la distinction entre les divers types de chômage soit fragile, découle clairement des modèles de recherche et d’appariement. Dans ce type d’analyse, tous les chômeurs – à l’exception de ceux qui entrent sur le marché du travail – sont entre deux emplois et peuvent, pour cette raison, être considérés comme des chômeurs frictionnels. Les chômeurs sont volontaires, dans ce sens qu’ils ont décidé de chercher un emploi plutôt que de rester inactifs et que certains d’entre eux peuvent avoir refusé des emplois mal payés ; mais, ils sont involontaires dans ce sens qu’ils n’ont trouvé aucun poste qui corresponde à leur compétence et au salaire auquel ils croient pouvoir prétendre.

  • 43 Salop (1979), p. 117.
  • 44 Pissarides (1990).

31Les néo-keynésiens ont longtemps pensé que le chômage qui apparaît dans les modèles de recherche et d’appariement « est dû à des frictions dans le processus de recherche et à des imperfections dans l’information plutôt qu’à une insuffisance de la demande globale »43. Il convenait donc d’opposer ce chômage de friction au chômage involontaire défini, comme le proposait Keynes, comme l’effet d’une demande insuffisante de biens. Mais, si l’on intègre, comme le font Trigari (2009) et Blanchard & Galí (2010), dans un modèle keynésien un marché du travail où l’information est imparfaite, il apparaît qu’une variation de la demande globale de biens, suscitée par exemple par la politique monétaire, peut affecter le niveau du chômage. Il n’est pas nécessaire pour aboutir à cette conclusion de distinguer plusieurs types de chômage. Comme le suggérait Pissarides44, « la décomposition du chômage en frictionnel, cyclique, volontaire, involontaire et ainsi de suite n’est d’aucun secours dans l’analyse théorique et empirique du chômage ».

Notes

1 Pareto (1896), 1964, t. 2, p. 378.

2 Beveridge (1907), p. 76.

3 Cf. Pissarides (1990).

4 Cf. Shimer (2005).

5 Cf. Hall (2005).

6 Cf. Blanchard & Galí (2007).

7 Cf. Beveridge (1909).

8 Cf. Pigou (1913) et (1933).

9 Pareto (1896), t. 2, p. 378 ; Webb & Webb (1911), p. 107 ; Robertson (1915) et bien d’autres.

10 Beveridge (1909), p. 3.

11 Kahn (1976, p. 19).

12 « Unemployment clearly does not include all the idleness of wage-earners, but only that part of it which is, from their point of view and in their existing condition at the time, involuntary… There is… excluded the idleness of those who are idle, not from necessity, but from choice… Yet again, there is excluded the idleness of the great mass of the vagrant class, whose ambition is, in large part, just to avoid work. And, finally, there is excluded the “playing” of those workpeople who are idle on account of a strike or a lock-out » [Pigou (1913), p. 14-15, les italiques sont dans le texte original].

13 Pigou (1933), p. 3.

14 Ibid., p. 27.

15 Ibid., p. 294.

16 Ibid., p. 100-106.

17 Keynes (1933), p. 101.

18 Cf. De Vroey (2004), p. 72.

19 Cf. Shapiro & Stiglitz (1984), p. 433.

20 Cf. Leijonhufvud (1968), p. 92 ; De Vroey (2004), p. 62.

21 Keynes (1936), 1982, p. 31.

22 Ibid.

23 Phelps (1969), p. 149-50, et (1970), p. 6-7.

24 Diamond (1982), p. 217.

25 Cf. Mortensen (1970).

26 Cf. Phelps (1968), p. 683.

27 Cf. Nash (1953).

28 Patinkin (1956), p. 351.

29 Hall (1979), p. 154.

30 Shimer (2005), p. 39.

31 Shimer (2004), p. 476.

32 Hall (2005), p. 51.

33 Nash (1953).

34 Cf. Pissarides (2009).

35 Hall (2005), p. 57.

36 D’autres spécifications qui conduisent à des conclusions similaires, sont évidemment possibles. Par exemple, Hall (2009), p. 283, admet que la part du surplus qui revient aux employeurs diminue durant les récessions ce qui a pour effet de réduire les dépenses de recrutement et d’augmenter le chômage.

37 Barro (1977), p. 315.

38 Blanchard & Galí (2010), p. 16.

39 Trigari (2009), p. 1.

40 Blanchard & Galí (2010), p. 1.

41 Ibid., p. 2.

42 Gertler & Trigari (2009), p. 39.

43 Salop (1979), p. 117.

44 Pissarides (1990).

Auteur

Université de Cergy-Pontoise & THEMA
(Théorie Économique Modélisation et Application, UMR CNRS 8184)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search