Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Pauvreté, indigence, chômage : catégorisations et action publique

De l’indigent au chômeur : une histoire de l’émigrant italien

Géraldine Rieucau

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cf. Mansfield, Salais & Whiteside (1994), et Topalov (1994).

1Plusieurs travaux ont montré comment, au cours du xixe siècle en Grande-Bretagne et en France, la question de l’absence de travail a été posée et s’est progressivement cristallisée autour de la construction du chômage et de la catégorie du chômeur (unemployed). Distingué de la masse des pauvres, des sans-travail et des inactifs, le chômeur est devenu, à la veille de la Première Guerre mondiale, un salarié momentanément privé d’emploi, figure clef du développement industriel et du marché du travail1. Nous proposons dans cette contribution de nous intéresser au cas de l’Italie, où des dernières décennies du xixe siècle au début du xxe siècle, les départs massifs vers le continent américain ont suscité une première mise en forme de l’absence de travail. Associée à la mobilité du travail, la codification dont l’émigrant fait l’objet participe à l’élaboration cognitive du marché du travail et précède celle du chômeur.

2La catégorie de l’émigrant au long cours s’est construite au xixe siècle autour d’une requalification de la pauvreté. Les expédients traditionnels ne suffisant plus pour résoudre la misère croissante au sud du pays, celle-ci fut progressivement associée à l’absence durable de travail : en s’expatriant définitivement à l’étranger, les plus démunis connaissaient la dignité du travail. Au tournant du xxe siècle, les départs lointains furent fortement encouragés et organisés. L’émigrant devient alors une catégorie pertinente de l’action politique de l’analyse économique libérale. Travailleur partant chercher un emploi hors des frontières, donc « hors du marché », comme les définit en substance la très libérale loi de 1901, il représente une figure essentielle à l’émergence conceptuelle du marché du travail en Italie. Il précède et se distingue du chômeur, qui émerge au tout début du xxe siècle et se caractérise par une absence momentanée de travail et le maintien d’un lien avec la position antérieure.

De l’indigent au travailleur

  • 2 Cf. Sanfilippo (1990).
  • 3 Camera dei deputati (1868), « Discussioni » in : Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978), vol. 1, p. 7- (...)

3En 1868, soit quelques années après l’unification de la péninsule et la proclamation du royaume d’Italie, s’engage au Parlement la première discussion sur l’émigration vers l’étranger. D’emblée, l’enjeu est clair : ce ne sont pas les allers-retours traditionnels d’artisans ou de commerçants itinérants entre les provinces du Nord et les pays limitrophes qui posent question, mais les départs plus récents et durables des populations des diverses régions italiennes vers le continent américain2. Les députés qui s’expriment défendent des intérêts particuliers et opposés. Les représentants des armateurs génois, pour lesquels l’essor des voyages transocéaniques est une source de richesse, ainsi que les partisans d’une amélioration de la condition paysanne au sud, s’opposent fermement à la restriction de l’émigration que souhaite mettre en place le ministre de l’Intérieur. Face à eux, les propriétaires fonciers des régions méridionales et les représentants de l’industrie textile du nord réclament des mesures sévères pour contrer les départs lointains, qui risquent d’entraîner selon eux une raréfaction des hommes nécessaires pour travailler, tant dans l’agriculture que dans l’industrie naissante3.

4Outre la dimension économique, les questions sociales et morales s’imposent très vite dans le débat et l’émigration vers le continent américain va profondément influencer les cadres de la pensée et de la politique italiennes. L’analyse du phénomène et la construction législative et statistique auquel il donne lieu reflètent les tensions entre, d’une part, une conception classique de la pauvreté, due à l’insuffisance des ressources et à l’excès démographique et, de l’autre, une conception plus nouvelle, où l’indigence s’explique par l’absence durable de travail, qui ne peut être résolue localement.

D’une conception classique de la pauvreté…

  • 4 Cf. Malthus (1803), vol. 2.
  • 5 Cf. Rieucau (1997).

5Dans les débats parlementaires, la croissance de la pauvreté dans les régions méridionales est communément expliquée par le manque de ressources et l’infertilité des terres face à l’essor démographique. La progression des départs outre-Atlantique de populations que le pays est incapable de nourrir, apparaît alors comme une conséquence directe de la misère et comme une solution à cette dernière. Plusieurs parlementaires évoquent les thèses de Thomas R. Malthus pour justifier cette analyse. Ce dernier estimait que l’émigration – en particulier vers les colonies britanniques – était insuffisante pour faire face à une population qui augmentait sans limite mais pouvait toutefois être envisagée comme un expédient partiel4. Le gouvernement italien ne semble pas véritablement désireux d’empêcher l’émigration, qui amenuise les risques de débordements sociaux. Mais il n’est pas non plus insensible aux discours des députés du Mezzogiorno, particulièrement hostiles aux départs et dont l’intégration politique est indispensable pour la jeune Italie. Ces parlementaires dénoncent l’abandon du Sud par le Nord et, avec le soutien de l’Église, exhortent les fidèles, les paysans utiles et les fils de la patrie à ne pas quitter leur terre natale, à ne pas croire aux discours oniriques sur la vie outre-Atlantique. Ce faisant, ils suggèrent une gestion très classique de la pauvreté5.

  • 6 Cf. Giovanni Lanza (1873), « La circolare Lanza del 18/01/1873 », dans : Ciuffoletti & Degl’Innocen (...)

6Dans un premier temps, des mesures répondant aux attentes de ces milieux conservateurs sont adoptées : les importations de céréales augmentent fortement dans les années 1870 et 1880 et les secours traditionnels sont maintenus pour les plus démunis. En 1873, le ministre de l’Intérieur Giovanni Lanza adopte une politique restrictive des départs, qui est d’ailleurs contraire à ses propres idées libérales. Cette politique est résumée par une circulaire envoyée aux préfets chargés de contraindre les départs. La détention d’un passeport que contrôlent les carabiniers dans les ports, est rendue obligatoire. Le document est délivré s’il n’y a pas d’empêchement (nulla osta) et il est refusé aux jeunes hommes « qui n’ont pas encore satisfait aux obligations du service militaire […] si l’on n’a pas la certitude morale qu’ils sont disposés à revenir dans la patrie au premier appel »6. La même circulaire exige des autorités locales qu’elles fassent pression de multiples façons sur les populations pour les dissuader de partir et qu’elles luttent contre les agences d’émigration qui recrutent directement dans les campagnes.

  • 7 Cf. Romano (1977).

7La gestion morale et policière des départs réactive l’appartenance des émigrants à des espaces communautaires (la patrie, la terre, l’Église). Elle trouvera sa forme la plus achevée à la fin de la décennie 1880 avec la colonisation de l’Éthiopie, dont le but est clairement de trouver un territoire adapté à l’émigration italienne7. Cette option remporte alors l’adhésion de la plupart des politiques car, outre la baisse de la pression démographique et des tensions sociales, l’expédition des émigrants vers les colonies permet de leur octroyer des terres, de s’assurer qu’ils restent patriotes et fidèles. Dans le même temps, la politique colonisatrice confirme définitivement l’idée que les ressources du territoire national sont insuffisantes pour faire vivre toute la population.

  • 8 Vegliante (1993), p. 35.

8Avant même l’échec rapidement avéré de cette tentative de peuplement des colonies, l’impossibilité de gérer et même de penser la pauvreté dans les schémas traditionnels, s’est faite jour. Les discussions sur l’émigration ont en effet mené à réfléchir sur les causes et les conséquences de cette pauvreté, dont l’absence de travail dans les structures traditionnelles devient la manifestation la plus claire et qui comporte des risques inédits en terme de débordements sociaux. L’idée selon laquelle l’émigration est une « valve de sécurité pour ceux qui restent »8, selon une expression populaire reprise dès 1885 à la Chambre des députés, s’impose très nettement.

… à celle de l’absence de travail

9Le caractère irrégulier de l’emploi, associé aux ruptures classiques d’activité de la morte-saison, forme la règle dans les régions rurales peu développées et ne représentent donc pas une nouveauté. Ce qui est nouveau en revanche, c’est l’amplification et l’aggravation du phénomène, le manque récurrent d’ouvrage et l’absence de perspective pour une partie croissante de la population, pourtant valide. L’ambiguïté de l’émigration réside dans le fait qu’elle est formée d’individus qui, dans la force de l’âge et aptes au travail, sont inemployables dans leur pays et prennent de la valeur en le quittant.

  • 9 Lanza (1873), p. 33.

10Qu’ils soient opposés ou favorables aux départs outre-Atlantique, les parlementaires italiens ont, dans leurs discussions des dernières décennies du xixe siècle, contribué à définir l’émigrant tel un individu pauvre mais valide et donc apte au travail. Il a en effet été tout d’abord distingué de l’indigent invalide puisque, d’après la circulaire du ministre de l’Intérieur de 1873, les autorités ne doivent pas délivrer de passeport aux individus qui « pour des imperfections physiques ou mentales, ne sont pas en mesure d’effectuer un travail fructueux »9. Les personnes aptes au travail sont, quant à elles, autorisées à émigrer puisqu’on ne peut leur refuser le passeport. La finalité explicite des départs (celle de la recherche d’un travail) n’est pas encore clairement établie, mais une première étape est franchie en définissant les émigrants comme des personnes pauvres car excédentaires dans le secteur rural traditionnel, mais en situation de pouvoir travailler.

  • 10 Cf. Mansfield et alii (1994).
  • 11 Zanelli (1877), p. 5.
  • 12 Cf. Sonnino (1875).

11Le candidat au départ, mobile par excellence, renvoie inévitablement à l’image du vagabond sans attaches. La nécessité de distinguer le misérable méritant, dont l’existence nomade est due aux aléas de l’économie, de celui qui préfère l’oisiveté et l’errance au travail, traverse les débats sociaux du xixe siècle en France et en Grande-Bretagne10. On la retrouve clairement à propos de l’émigration italienne. Ces discussions sont d’ailleurs l’occasion de réaffirmer que les indigents non valides forment, aux côtés de la veuve et de l’orphelin, les pauvres classiquement secourus par l’assistance publique, tandis que la masse de misérables aptes au travail et désœuvrés, que les départs outre-Atlantique révèlent en grand nombre, doivent être traités autrement. Pour les libéraux, les institutions de bienfaisance ne doivent pas être accessibles aux populations valides qu’elles « encouragent à la paresse », d’où l’impérieuse nécessité de laisser partir « les oisifs, les parasites du travail des autres11 ». Les indigents valides sont mis au travail, non pas dans les workhouses ou autres abris occasionnels, mais en partant à l’étranger. C’est à cette condition qu’ils échapperont à la révolte stérile et au brigandage et c’est en émigrant qu’ils trouveront la dignité et la vertu du travail12.

12À mesure que la pensée libérale se précise, la figure de l’émigrant se dessine : elle veut que l’individu ne soit pas assisté mais mis en condition de travailler pour se procurer de quoi vivre. Les premières statistiques sur l’émigration reflètent la teneur des tensions politiques ; elles contribuent également à clarifier les contours de cette catégorie autour de l’idée que les émigrants sont des personnes démunies, détachées de leurs appartenances anciennes et s’expatriant définitivement.

Les mises au point du dénombrement statistique

  • 13 Cf. Sanfilippo (1990).
  • 14 En 1861, le premier recensement national distinguait la population résidente de la population prése (...)
  • 15 Les congrès internationaux de statistiques sont organisés de 1853 à 1876, à l’initiative de statist (...)

13La nécessité d’un dénombrement officiel de l’émigration s’est rapidement fait jour dans les débats politiques autour de l’émigration, afin d’atténuer les nombreuses polémiques relayées notamment par la presse, sur l’ampleur du phénomène13. Deux séries dénombrant les départs à l’étranger sont publiées par l’office des statistiques à partir de 187614, reflétant la nécessité politique de connaître et maîtriser cette question. Ce dénombrement semble également influencé par la tenue des premiers congrès internationaux de statistiques, qui cherchent à impliquer les États dans la construction de données sur les questions sociales, en particulier sur celles ayant trait aux migrations de populations.15

  • 16 Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, Roma. Années 1895 et 1897.

14La première statistique officielle de l’émigration, instaurée en 1876, porte sur les autorisations de passeports délivrées, qui ont été introduites par la circulaire du ministère de l’Intérieur en 1873. Cette statistique fournit des indications sur la situation démographique des candidats au départ, leur profession présente, leur région de provenance ainsi que leur destination. Les informations issues de la notoriété publique sont également prises en compte pour fournir une estimation de l’émigration clandestine, c’est-à-dire sans passeport. Enfin, les autorités interrogent les individus sur la durée prévue de leur absence et, sur cette base, distinguent l’émigration temporaire (moins d’un an) de l’émigration permanente (au-delà). Cette dernière est le véritable objet d’attention puisqu’elle est qualifiée de proprement dite et correspond, de fait, aux départs outre-Atlantique. Selon la source des autorisations de passeports, l’émigration permanente progresse, passant de moins de 50000 personnes par an en 1876, à environ 150000 dans la seconde moitié des années 1880. L’émigration temporaire, plus stable, concerne environ 80000 personnes par an sur la période 1876-189016.

  • 17 Ce dénombrement était effectué au préalable par les capitaines des navires, pour leur comptabilité. (...)
  • 18 Cf. Congrès international de statistiques, 1853.
  • 19 Cf. Rieucau (1999).

15Les départs lointains forment l’unique objet de la seconde statistique officielle établie en 1876. Elle est relative aux passagers embarqués depuis les ports nationaux et à destination du Continent américain.17 Cette série ne comporte pas d’informations détaillées sur les individus mais représente toutefois une image précieuse de l’émigration au sens où l’entendent les autorités italiennes : seuls les passagers de troisième classe, donc les plus démunis, sont en effet comptabilisés comme émigrants. Le premier Congrès international de statistiques, réuni à Bruxelles en 1853 et auquel participaient de nombreux Italiens, préconisait de dénombrer les passagers des navires pour mesurer les migrations, sans préciser toutefois de restreindre cette mesure aux seuls voyageurs de troisième classe18. Les Italiens se sont-ils inspirés ici de la statistique britannique, qui, depuis les années 1830, établissait ses données sur l’émigration sur le nombre de passagers d’entrepont figurant sur les listes des capitaines des navires ? Même s’il est difficile de savoir, force est de constater que dans les deux cas, c’est bien le dénuement qui est reconnu comme principal motif de l’émigration19.

  • 20 Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, année 1895, p. 50.

16Quelques années plus tard, une nouvelle mesure va préciser et réaffirmer cette définition de l’émigrant italien. Pour obtenir un passeport, il faut désormais payer une taxe, dont le niveau varie selon les ressources des personnes qui en font la demande. Cette précision est reprise dans les statistiques de l’émigration où seules les personnes s’acquittant de la taxe la plus basse sont comptabilisées comme émigrantes. Les autres étant « simplement des voyageurs allant à l’étranger pour loisir, étude ou pour affaires momentanées »20. Cette précision est importante car elle revient finalement à préciser davantage les motifs de l’émigration : les émigrants ne partent pas dans le cadre de leurs propres affaires ou loisirs ; ils quittent leurs attaches antérieures et partent pour une nouvelle vie faite de travail outre-Atlantique.

17L’idée que la motivation principale de l’émigration est la recherche d’un travail s’imposera au cours des décennies suivantes, à mesure que la figure première de l’émigrant fuyant la misère s’atténuera. Le fait d’émigrer témoigne dès lors de la motivation à travailler et la politique libérale d’encouragement aux départs du tout début du xxe siècle peut être interprétée comme une politique d’incitation au travail. Conjointement au traitement libéral de l’émigration, la rationalité économique s’empare de l’objet : l’émigrant devient une catégorie d’analyse permettant de penser la mobilité et la mise en valeur du facteur travail excédentaire et participe plus largement à la mise en forme du marché du travail.

L’émigrant : une catégorie pour analyser et organiser le marché du travail

  • 21 Cf. Rieucau (1997).

18Entre 1901 et 1914, plus de 8 millions d’Italiens ont émigré hors des frontières, selon la statistique des passeports, alors que la péninsule compte environ 36 millions d’habitants. Les départs les plus nombreux ont lieu depuis les régions méridionales, que quittent entre 200 000 et 300 000 mille personnes chaque année. Cet exode massif rencontre l’adhésion de l’ensemble des forces politiques, des syndicats, des réformateurs sociaux et des industriels car il devient évident que l’émigration est une source de richesse pour le pays. Outre les entrées massives de devises, elle stimule les exportations de produits nationaux pour les Italiens installés à l’étranger. En limitant les populations surnuméraires, elle facilite l’amélioration de la condition ouvrière dans les premières industries situées au nord du pays, les premières lois qui codifient le salariat étant votées au cours de ces années de très forte émigration21.

L’analyse libérale : mobilité et utilité du facteur travail

  • 22 Cf. Luzzatti & Pantano (1900) « Relazione alla camera dei deputati » dans : Ciuffoletti & Degl’Inno (...)
  • 23 Cf. Mayo-Smith (1895).

19Cette émigration massive va s’opérer dans le cadre d’une loi très libérale votée en 1901. Cette dernière libère les départs puisque l’obtention d’une autorisation préalable pour obtenir un passeport est supprimée et le document, désormais établi pour trois années au lieu d’une, est valable pour plusieurs pays. Pour justifier cette politique, on affirme que la liberté individuelle des émigrants doit être respectée et ne souffrir aucun obstacle22. Pour l’approche libérale désormais dominante, les individus doivent être mis en situation de pouvoir travailler, fonction très présente dans les écrits de Richmond Mayo-Smith23, statisticien et sociologue américain, auteur de l’une des premières recherches sur l’immigration aux États-Unis.

  • 24 Luigi Bodio, parlementaire partisan de longue date de l’émigration, a été très investi dans l’élabo (...)

20Les débats qui se déroulent au sein de l’association économique libérale italienne montrent que les émigrants forment une catégorie d’analyse bien identifiée : celle d’un facteur travail surabondant par rapport au capital disponible en Italie et qui doit être mobile. Ainsi, Luigi Bodio24 estime que dans la Péninsule :

l’organisation industrielle et commerciale est défaillante et [les hommes excédentaires] sont comme des instruments sans poste, inutilisés. Ils sont à la charge de la communauté et deviendront des valeurs actuelles quand ils auront trouvé à l’étranger cette occupation qu’ils cherchaient en vain dans leur propre pays. [Bodio (1899), p. 82]

  • 25 Ufficio centrale di statistica (1917), Statistica dell’emigrazione italiana per l’estero, Roma, p.  (...)

21Le dénombrement statistique participe à la clarification de la finalité de l’émigration. À partir de 1904, les sources peu objectives d’informations sont abandonnées : c’est le cas de l’appréciation des émigrants quant à la durée de leur absence et de la référence à la notoriété publique pour connaître les départs illégaux. Le dénombrement des passagers de troisième classe est conservé et officialisé en 1901, puis en 1913, par une loi qui définit l’émigrant comme travailleur, puisqu’il est « celui qui va se procurer à l’étranger un travail manuel, exercer le petit trafic ou rejoindre des parents ou des proches déjà émigrés dans le but de travailler »25.

  • 26 Cf. Kiker (1966).

22La mobilité du facteur travail, fût-elle externe, est désormais conceptualisée et la théorie libérale considère par ailleurs que l’émigration a pour effet de valoriser les capacités d’un facteur travail totalement improductif en Italie. En cela, les départs s’apparentent à un investissement en capital humain, dont ils représentent une des racines conceptuelles26, même si cette dimension a été moins explorée que d’autres dans les travaux ultérieurs de la théorie du capital humain.

  • 27 Cf. Mayo-Smith (1895).
  • 28 Cf. Coletti (1905).
  • 29 Cf. Pareto (1905).

23L’estimation de la valeur économique des migrants a d’abord fait l’objet de débats dans les pays d’immigration. Dans les années 1870 en effet, des économistes américains ont cherché à évaluer les bénéfices que tirait leur pays de l’arrivée massive d’immigrants : certains auteurs ont préconisé une évaluation des gains à partir de l’économie de coûts d’éducation réalisée, tandis que d’autres privilégiaient une évaluation des salaires futurs reçus des immigrants. Cette approche reposant sur l’idée que la valeur des émigrants dépendait avant tout de la demande dont ils faisaient l’objet et devait dont être donnée par le pays où ils exerçaient leurs compétences, quels que soient les coûts de production initiaux27. Dans les années 1900, un débat de même nature sur la valeur économique des émigrants s’engage en Italie. Dans un article du Giornale degli economisti, Beneduce (1904) produit une estimation du capital humain transféré à l’étranger en confrontant leurs coûts de production estimés à partir des coûts d’éducation et des sommes d’argent emportées, aux bénéfices tirés des départs, évalués à partir des devises reçues, des gains du transport maritime, des exportations, et, enfin, de l’allégement démographique. L’auteur conclut à la supériorité indiscutable des gains directs et indirects sur les dépenses. Sa démarche est aussitôt critiquée, dans le même journal, par Francesco Coletti28 qui craint que la mise en évidence des coûts ne conduise à sous-estimer les avantages que tire l’Italie des départs massifs. Intervenant dans le débat, Vilfredo Pareto29 défend Beneduce, estimant que ce calcul mérite d’être mené afin de confronter les dépenses supportées par un pays pour éduquer les populations aux atouts qu’il tire de leur exode, même si la valeur des individus ne peut pas être résumée par l’approximation du coût de leur production.

  • 30 Cf. Vegliante (1993).
  • 31 Cf. Gould (1983).

24Pragmatique et conscient de la valeur prise par les émigrants à l’étranger, où ils sont majoritairement devenus salariés, le gouvernement italien prend des mesures pour tirer le meilleur parti de ces richesses : les dépôts sur des comptes bancaires en Italie sont facilités, tandis que des cours accélérés d’alphabétisation et de formation technique aux adultes sont mis en place. Les institutions catholiques sont chargées de la tutelle morale des Italiens à l’étranger. Cette entreprise de moralisation répond d’une part à la nécessité de valoriser l’image des Italiens immigrés, que la presse étrangère décrit volontiers comme bagarreurs ou voyous ; elle reflète d’autre part la volonté de ne pas laisser les seuls socialistes, déjà très présents, s’occuper des émigrants à l’étranger30. Cette gestion éducatrice et moralisatrice répond par ailleurs aux exigences des pays d’immigration. Les États-Unis notamment, menacent régulièrement d’instaurer un test d’alphabétisation pour les immigrants. Influencés par certains courants eugénistes, ils souhaitent repérer ceux qui, d’après eux, sont simples d’esprit pour leur interdire l’entrée sur le territoire31.

Intermédiation et placement des travailleurs

  • 32 Cf. Bodio (1899), p. 80.

25La loi de 1901 libère l’émigration mais l’encadre également rigoureusement, marquant ainsi une véritable intervention de l’État dans l’organisation du marché du travail et le placement de la main-d’œuvre. Les forces excédentaires sont canalisées et orientées vers les pays étrangers, dans la mesure où « la nécessité suprême pour nous est de trouver un placement utile à l’excès de population, qui menace la tranquillité publique et l’équilibre des facteurs »32. La loi instaure un Conseil supérieur de l’émigration, tandis qu’un Commissariat de l’émigration contrôle l’application effective des mesures décidées par le Conseil, diffuse des informations pour faciliter les formalités de départ et d’implantation à l’étranger. Seuls les ports de Messine, Parme, Naples et Gênes sont officiellement autorisés à embarquer des émigrants, opération que surveillent des inspecteurs de l’émigration.

  • 33 Cf. Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978).

26Dès les années 1860, lorsque débute l’émigration italienne outre-Atlantique, les autorités ont cherché à interdire l’activité des agents qui recrutaient, voire enrôlaient, les populations dans les campagnes. L’intervention de l’État dans ce domaine se manifeste largement dans la politique de libéralisation des départs des premières années du xxe siècle. Ainsi, les conditions de recrutement et de transport des émigrants vont être rationalisées. Ces dernières font l’objet d’une polémique vive et bien enracinée : dans le Mezzogiorno, des acteurs locaux souvent liés à la mafia (maires, fonctionnaires ou petits bourgeois), jouaient traditionnellement le rôle d’intermédiaire entre les candidats à l’émigration et les compagnies maritimes chargées de les mener outre-Atlantique. La presse se fait l’écho de l’opposition entre les deux parties, les transporteurs cherchant à entrer directement en contact avec les émigrants, tandis que les médiateurs traditionnels dénoncent les conditions du voyage et reprochent aux compagnies maritimes de vouloir ruiner le Sud. Le gouvernement intervient dans le conflit, les conditions d’hygiène et de sécurité des navires sont rigoureusement réglementées et un prix maximal de transport est fixé. L’amélioration des conditions de transport doit permettre aux navires italiens de rivaliser avec les navires étrangers. Mais si l’intervention de l’État est en fait très favorable aux compagnies italiennes, c’est aussi parce que ces dernières sont désignées officiellement comme les seuls intermédiaires entre candidats au départ et autorités étrangères. Face aux intérêts locaux du Sud, elles sont reconnues comme les responsables uniques du recrutement33.

  • 34 Cf. Reyneri (1979).
  • 35 Cf. Rieucau (1997).
  • 36 Cf. Larquier (2000).

27De nombreux travaux ont mis en évidence le rôle essentiel des réseaux familiaux et communautaires dans l’organisation et l’ampleur des migrations34. Ceci n’exclut pas pour autant que les mesures prises au début de xxe siècle pour encadrer les pratiques des intermédiaires – et notamment des compagnies maritimes – représentent une étape clef de l’intervention de l’État dans le placement de l’offre excédentaire de travail hors des frontières nationales. Cette politique est d’ailleurs contemporaine de la mise en place des premiers offices du travail au sein de la péninsule, chargés de recenser la mobilité des ouvriers agricoles et industriels allant travailler dans une commune autre que celle où ils résident35. L’organisation véritable d’un marché de placement public fera ses vrais débuts au moment de la Première Guerre mondiale et durant les années suivantes. L’Italie s’inscrira alors dans la mouvance des recommandations du Bureau international du travail qui, en 1919, préconise le placement public et gratuit et souhaite interdire que les intérêts privés et commerciaux ne s’en occupent. Elle sera à ce moment-là plus proche de la France que de la Grande-Bretagne, qui choisit, non pas de construire un marché du placement mais de réguler les activités privées existantes dans ce domaine36.

Émigrants et chômeurs

  • 37 Cf. Procacci (1987) et Rieucau (1997).
  • 38 Cf. Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, année 1904.

28En limitant les populations surnuméraires, l’émigration vers l’étranger a facilité l’amélioration de la condition ouvrière dans les premières industries situées au nord du pays, les premières lois sur le statut de salarié étant votées au cours des années de très forte émigration37. La libéralisation des départs est également contemporaine du premier dénombrement des disoccupati (chômeurs) dans la Péninsule. Leur caractéristique principale, ce en quoi ils se distinguent radicalement des émigrants, est l’absence momentanée de travail : les maçons, les ouvriers et les journaliers agricoles au chômage sont inoccupés temporairement. À la différence des émigrants partant durablement, les chômeurs conservent un lien avec leur statut précédent et sont définis par rapport à la perte de celui-ci38. En outre, l’émigrant est né dans les régions les plus déshéritées du pays, celle du sud, et son non-travail révèle l’absence de « place » dans les structures traditionnelles. Le chômeur, de construction plus récente, est le fruit conjoint de l’industrialisation située au nord du pays et de la naissance du salariat.

  • 39 Cf. Bureau international du travail (1922).
  • 40 Cf. Meldolesi (1972) et Reyneri (1979).

29Le déclenchement de la Première Guerre mondiale en Europe, le retour forcé de l’étranger de nombreux Italiens et les licenciements massifs que connaît le pays à ce moment-là, vont contribuer de façon quelque peu paradoxale à rapprocher les émigrants et les chômeurs : tous en effet ont été licenciés de leur position antérieure et ont finalement, perdu leur emploi de salarié. Les uns comme les autres se retrouveront d’ailleurs dans les bataillons de soldats lors de l’entrée en guerre de l’Italie en 1915. Au lendemain du conflit, l’idée d’une mobilité internationale de la main-d’œuvre s’affirme ; elle est notamment portée par le BIT, pour lequel la finalité des migrations est clairement de réduire le chômage et d’ajuster les déséquilibres de dotations en facteur travail des différents pays39. Ce n’est pourtant qu’à partir de 1950, après les années de dictature et le nouveau conflit armé, que les deux figures de l’émigrant et du chômeur se rapprochent en Italie sans pour autant se confondre. L’émigration connaît un nouvel essor, orienté cette fois vers les pays européens ; elle est corrélée à des notions plus modernes de « chômage chronique » ou de « sous-emploi » des campagnes et considérée comme temporaire donc potentiellement réversible pour les besoins de l’industrie40. Les émigrants sont toutefois loin d’être assimilés aux chômeurs de l’industrie, largement indemnisés et gardant durablement un lien avec leur position professionnelle antérieure.

Conclusion

30Émigrants et chômeurs ont en commun d’être définis autour d’une même finalité, celle de la recherche de travail. Les deux figures supposent également au préalable que les individus aient été reconnus comme aptes et disponibles pour travailler, critères que privilégie aujourd’hui encore le Bureau international du travail pour recenser les chômeurs. Sur ces trois points essentiels, la construction de la catégorie de l’émigrant précède largement celle du chômeur. La régulation de l’émigration apparaît également comme l’occasion de penser la mobilité du facteur travail et d’organiser son placement. Pour ces diverses raisons, ce phénomène représente un des éléments fondateurs du marché du travail.

Notes

1 Cf. Mansfield, Salais & Whiteside (1994), et Topalov (1994).

2 Cf. Sanfilippo (1990).

3 Camera dei deputati (1868), « Discussioni » in : Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978), vol. 1, p. 7-13.

4 Cf. Malthus (1803), vol. 2.

5 Cf. Rieucau (1997).

6 Cf. Giovanni Lanza (1873), « La circolare Lanza del 18/01/1873 », dans : Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978), p. 33.

7 Cf. Romano (1977).

8 Vegliante (1993), p. 35.

9 Lanza (1873), p. 33.

10 Cf. Mansfield et alii (1994).

11 Zanelli (1877), p. 5.

12 Cf. Sonnino (1875).

13 Cf. Sanfilippo (1990).

14 En 1861, le premier recensement national distinguait la population résidente de la population présente et donnait, par différence, une approximation du nombre d’émigrants partis à l’étranger (les absents temporaires). Cette mesure ne permet toutefois pas de caractériser l’émigration, pas plus que l’estimation du nombre des Italiens à l’étranger, établie à partir des recensements étrangers et des données fournies par les diplomates italiens (Direzione generale della statistica, 1895, 1897).

15 Les congrès internationaux de statistiques sont organisés de 1853 à 1876, à l’initiative de statisticiens de renoms, tel Adolphe Quetelet. Ils réunissent les délégués des gouvernements et des savants de nombreux pays. La première édition du congrès, à Bruxelles en 1853, émet des recommandations pour l’enregistrement des « émigrations ». Il préconise de tenir des registres au niveau communal et de compter les passagers par mer comme moyen de contrôle supplémentaire. Les congrès suivants ne reviendront que très marginalement sur la question des migrations (Congrès international de statistique, Session de 1853, Bruxelles. Instituto nacional de estadisticas (Espagne), Congrès international de statistiques : rapports des sessions plénières de 1853 à 1876, Madrid, 1883).

16 Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, Roma. Années 1895 et 1897.

17 Ce dénombrement était effectué au préalable par les capitaines des navires, pour leur comptabilité. Réalisant que la source était sûre, les autorités italiennes leur demandèrent de fournir ce relevé.

18 Cf. Congrès international de statistiques, 1853.

19 Cf. Rieucau (1999).

20 Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, année 1895, p. 50.

21 Cf. Rieucau (1997).

22 Cf. Luzzatti & Pantano (1900) « Relazione alla camera dei deputati » dans : Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978), vol. 1, p. 362-372.

23 Cf. Mayo-Smith (1895).

24 Luigi Bodio, parlementaire partisan de longue date de l’émigration, a été très investi dans l’élaboration des premières statistiques officielles. Il dirige le Conseil supérieur de l’émigration mis en place en 1901.

25 Ufficio centrale di statistica (1917), Statistica dell’emigrazione italiana per l’estero, Roma, p. 1.

26 Cf. Kiker (1966).

27 Cf. Mayo-Smith (1895).

28 Cf. Coletti (1905).

29 Cf. Pareto (1905).

30 Cf. Vegliante (1993).

31 Cf. Gould (1983).

32 Cf. Bodio (1899), p. 80.

33 Cf. Ciuffoletti & Degl’Innocenti (1978).

34 Cf. Reyneri (1979).

35 Cf. Rieucau (1997).

36 Cf. Larquier (2000).

37 Cf. Procacci (1987) et Rieucau (1997).

38 Cf. Direzione generale della statistica, Annuario Statistico Italiano, année 1904.

39 Cf. Bureau international du travail (1922).

40 Cf. Meldolesi (1972) et Reyneri (1979).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search