Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Pauvreté, indigence, chômage : catégorisations et action publique

Exploitation et pauvreté, des classiques à Keynes une histoire de l’émigrant italien

Laurent Cordonnier et Franck Van de Velde

Texte intégral

Introduction

1Le rapport entre l’exploitation et la pauvreté dépend du mode d’exploitation, c’est-à-dire de la relation entre l’extorsion et l’utilisation du surplus. De ce point de vue, on peut distinguer deux formes d’exploitation du travail par les propriétaires des moyens de production : l’exploitation tributaire à l’ancienne et l’exploitation capitaliste moderne. D’un mode d’exploitation à l’autre, la relation entre l’extorsion et l’utilisation du surplus est inversée et le rapport entre exploitation et pauvreté s’en trouve modifié. Il existe donc deux manières d’être exploité, et à chacun des régimes d’exploitation est associée une forme particulière de pauvreté.

2Dans le cadre de l’exploitation à l’ancienne, l’extorsion du surplus, c’est-à-dire l’exploitation, précède et détermine l’utilisation du surplus. Ce n’est pas parce qu’il y a des improductifs (utilisation du surplus) que les paysans sont exploités (extorsion du surplus), mais c’est dans la mesure où les paysans sont exploités qu’il y a des improductifs. Par ailleurs, dans un tel régime d’exploitation, la pauvreté n’a rien de mystérieux. Les travailleurs sont d’autant plus pauvres qu’ils sont moins productifs et plus exploités.

3En mode d’exploitation capitaliste, la relation entre l’extorsion et l’utilisation du surplus est inversée : les capitalistes ne dépensent pas ce qu’ils gagnent, ils gagnent ce qu’ils dépensent. Le montant du profit global est déterminé par la somme des dépenses d’investissement et de consommation des capitalistes. Par ailleurs, la pauvreté n’est pas tant liée à la faiblesse du salaire réel qu’à l’existence du chômage. L’existence du chômage elle-même est due à l’insuffisance de la dépense capitaliste. Les travailleurs sont d’autant plus exploités que la dépense capitaliste est importante, mais le chômage est d’autant plus élevé que la dépense capitaliste est faible, de sorte qu’on pourrait dire que plus les travailleurs sont exploités, moins ils sont pauvres.

4Dans la première partie, le principe de l’exploitation à l’ancienne est confronté aux conceptions classique et keynésienne de l’exploitation capitaliste. À une différence près, classiques et néoclassiques appréhendent l’exploitation moderne sur le modèle de l’exploitation à l’ancienne. Ce n’est qu’avec Keynes que la spécificité du mode capitaliste d’exploitation est véritablement prise en compte.

  • 1 On sait que Keynes (1934) a intitulé « La pauvreté dans l’abondance » l’une de ses conférences radi (...)

5La seconde partie s’attache à expliciter la relation entre régime d’exploitation et nature de la pauvreté en mode de production capitaliste. Il s’agit plus précisément d’expliciter les rapports entre « l’abondance et la pauvreté »1. Le principe de l’exploitation capitaliste, c’est-à-dire de la détermination du profit par l’investissement et, plus généralement, par la dépense capitaliste, débouche sur une théorie de l’emploi. À cette théorie de l’emploi est bien sûr associée une analyse de la nature et des causes du chômage. Les deux sources possibles du chômage capitaliste que sont l’excès du désir d’enrichissement et la faiblesse de la volonté d’investissement ont chacune à voir avec l’abondance. Tandis que dans les économies pré-capitalistes, la pauvreté procède en grande partie de la rareté, en mode de production capitaliste, la pauvreté provient d’une certaine manière de l’abondance.

6En conclusion, nous nous demanderons dans quelle mesure la substitution partielle de la consommation des rentiers à l’investissement des entrepreneurs comme source du profit macro économique, dans le cadre d’un capitalisme dominé par la finance, correspond à un retour à l’exploitation à l’ancienne.

Deux modes d’exploitation

7On utilise dans ce qui suit une définition de l’exploitation à la fois formelle et très simple : il y a exploitation du travail par les possesseurs des moyens de production, lorsque les travailleurs ne récupèrent pas la totalité du produit. Et l’on appelle mode d’exploitation, la manière dont le prélèvement d’une partie de la production est opéré par les propriétaires.

8À une exploitation à l’ancienne, directe, en nature et non marchande s’oppose une exploitation moderne, indirecte, monétaire et marchande. Les choses se compliquent quelque peu dans la mesure où la forme capitaliste de l’exploitation n’est pas appréhendée de la même manière par les théories classique et keynésienne.

Un régime de référence : le mode d’exploitation féodal

  • 2 Dans le Tableau économique de François Quesnay, les deux emplois improductifs de la rente par les p (...)
  • 3 Les biens produits par les paysans sont des biens « fondamentaux » au sens de Piero Sraffa, puisque (...)

9Le mode de production féodal serait l’illustration du premier type d’exploitation. En acceptant un certain schématisme, on pourrait le décrire comme suit. Le seigneur effectue un prélèvement sur la production des paysans attachés à son domaine. Ce prélèvement lui permet d’entretenir des soldats et des domestiques2. Les paysans peuvent être qualifiés de « productifs » au sens précis où ils produisent des biens de subsistance, nécessaires à la reproduction de la force de travail des productifs (en nombre Np) et des improductifs (en nombre Ni)3. Le degré d’exploitation e, défini comme la part de la production des paysans prélevée par le seigneur, détermine l’importance relative des improductifs dans la population active totale du domaine (N).

10De la division de la population active entre productifs et improductifs :

N = Ni + Np

de la définition du taux d’exploitation :

e = (a − w)/a

a représente le produit par travailleur dans l’agriculture, et en supposant que les improductifs sont rémunérés comme les productifs :

on déduit la formule de détermination de l’importance des improductifs par le degré d’exploitation :

Ni = e. N

11Dans ce système, la population totale étant donnée (N), c’est le degré d’exploitation (e) qui détermine le nombre de travailleurs improductifs (Ni), et non l’inverse. Ce n’est pas parce qu’il y a des improductifs que les paysans sont exploités, mais parce que les paysans sont exploités qu’il y a des improductifs, et l’importance relative des improductifs est directement déterminée par l’intensité de l’exploitation.

12La rémunération réelle des travailleurs productifs et improductifs (w) dépend quant à elle du degré d’exploitation et de la production par tête des productifs (a) :

w = a. (1 − e)

  • 4 Il vaudrait mieux dire : « de la rareté des facteurs, et de l’efficacité des technologies qui les a (...)
  • 5 Le fait que la rémunération soit décrétée unilatéralement ne signifie pas que le seigneur ait intér (...)

13Dans ce régime d’exploitation, la pauvreté des travailleurs n’a rien de mystérieux. Elle procède du degré d’exploitation(e) et de « l’avarice de la nature » (a)4. Le revenu réel de chacun (w) est d’autant plus faible que e est élevé et a faible. Les travailleurs sont pauvres parce qu’ils obtiennent une faible part d’un gâteau pas bien épais. Cette « transparence » du régime d’exploitation provient des trois propriétés caractéristiques de l’exploitation à l’ancienne. Il s’agit d’abord d’un mode d’exploitation non marchand : le degré d’exploitation n’est pas négocié, il est « décrété » unilatéralement par le seigneur5. Le prélèvement est ensuite effectué directement : il a lieu à la source, dans le moment même de la rémunération du travail, laquelle est inférieure au produit créé. Le prélèvement intervient enfin en nature, et non par le biais d’une transaction monétaire.

14À ce mode d’exploitation féodal ou tributaire, s’oppose le mode marchand d’exploitation. Il existe cependant deux analyses du mode marchand d’exploitation. Nous verrons que les classiques analysent l’exploitation capitaliste en grande partie sur le modèle de l’exploitation à l’ancienne, tandis que Keynes et les post-keynésiens appréhendent pleinement la spécificité du mode capitaliste d’exploitation.

Le mode d’exploitation marchand selon les (néo) classiques

15À l’intérieur même du corpus (néo) classique, il faut faire la part entre ce qui relève d’une vision tributaire (ou féodale) de l’exploitation, et ce qui relève d’une vision modernisée.

16Pour une part, les classiques conçoivent l’exploitation moderne à l’image de l’ancienne. En effet, dans ce cadre de pensée, l’exploitation intervient sur le seul marché du travail. Pour qu’il en soit ainsi, c’est-à-dire pour que le partage du produit soit déterminé dès le moment de l’achat-vente de la force de travail, il est nécessaire de concevoir le marché du travail comme un lieu d’échange de travail contre bien. Il est donc nécessaire de supposer que tout se passe comme si les travailleurs étaient rémunérés directement en biens. L’exploitation capitaliste selon les classiques est donc, comme l’exploitation pré-capitaliste, une exploitation directe et en nature. Ceci fait que la pensée classique entretient une parenté très forte avec une conception « tributaire » de la génération du profit.

  • 6 C’est l’un des objets importants de la théorie de la concurrence ou de l’économie industrielle, mêm (...)

17Cependant, s’agissant de la troisième caractéristique du mode capitaliste d’exploitation, la vision classique ne se confond pas avec l’exploitation pré-capitaliste. Elle conçoit en effet l’exploitation comme le résultat de rapports marchands. L’échange de travail contre bien, qui est le moment dans lequel le travailleur renonce à une partie du produit de « son » travail, a lieu sur un marché, gouverné par les lois de la concurrence, au premier rang desquelles figure la liberté de contracter. La transaction étant marchande, le « tarif » de l’exploitation est négocié, et non pas décrété, imposé par l’une des parties. Le degré d’exploitation est la résultante du fonctionnement d’ensemble d’un dispositif concurrentiel particulier, résultat sur lequel chaque acteur en particulier n’a aucun poids (dans le cas de la concurrence pure) ou n’a que le poids que lui confère l’imperfection de la concurrence. Dans cette perspective, expliquer le degré d’exploitation « négocié », c’est mettre en évidence les déterminants du pouvoir de négociation de chacune des deux parties à l’échange, dans les différents « régimes » de concurrence imaginables6.

18En termes de pauvreté, la conception classique de l’exploitation capitaliste a deux implications.

191. On peut d’abord démontrer qu’à partir du moment où l’on suppose qu’il existe un marché du travail contre bien (exploitation directe en nature), le plein-emploi est nécessairement assuré. Le fait qu’il s’agisse d’un échange de travail contre bien garantit en effet que la loi des débouchés est respectée : n’importe quel niveau de production génère son propre débouché et se trouve donc « théoriquement » possible. Le caractère concurrentiel du fonctionnement du marché du travail garantit ensuite que le plein-emploi sera sélectionné parmi l’ensemble des niveaux d’emploi rendus possibles par la loi des débouchés.

202. On peut ensuite établir que si le maintien du plein-emploi est garanti, le salaire réel augmente nécessairement au rythme des gains de productivité. Le plein-emploi assure en effet l’égalité du salaire réel et de la productivité marginale du travail. On est donc assuré que le salaire réel suit la productivité dans sa croissance sous l’effet du progrès technique.

21Le degré d’exploitation du travail étant objectivement déterminé, l’amélioration du « sort des classes laborieuses » ne peut provenir que de la croissance de la productivité du travail. Mais, en contrepartie, les classes laborieuses sont assurées de bénéficier pleinement des gains de productivité. Les classes laborieuses n’ont rien d’autre à faire qu’à attendre avec confiance l’augmentation de la productivité du travail, assurées qu’elles sont d’en bénéficier.

Le mode d’exploitation marchand selon les keynésiens

Chez les keynésiens il en va bien différemment. Le prélèvement effectué sur le produit du travail n’a pas lieu sur le marché du travail, mais sur le marché des biens, parce que le partage de la production entre salariés et capitalistes ne s’effectue pas en nature au moment du paiement des salaires, mais par le truchement de la dépense monétaire consacrée à l’achat de la production.

  • 7 C’est parce que la rémunération monétaire des salariés institue cette séparation entre production e (...)
  • 8 La principale simplification consiste à supposer que les capitalistes ne consomment pas et que les (...)
  • 9 Cf. Keynes (1930) et (1936).
  • 10 Cf. Kalecki (1936-1937) et (1942).

22Si l’exploitation n’a pas lieu sur le marché du travail, c’est parce que les salariés sont rémunérés en monnaie. La rémunération monétaire du travail institue une séparation entre production et appropriation du produit, séparation qui constitue selon Keynes la caractéristique constitutive d’une économie marchande7. Comment s’opère alors la ponction des propriétaires sur le produit du travail, si ce n’est pas directement au moment de la rémunération des travailleurs ? On peut dire, sans trop schématiser8, que dans une économie monétaire, telle que l’ont théorisée Keynes9 et Kalecki10, l’ensemble du produit réel des travailleurs est apporté au marché des biens par les entreprises. Face à cette offre réelle, il existe deux types de demandes prêtes à se disputer l’achat du produit. La première demande est la somme d’argent que les entrepreneurs sont disposés à dépenser pour acheter une partie du produit aux fins d’investissement. La seconde demande est la somme d’argent que les salariés ont reçu en paiement de leur travail et qu’ils s’apprêtent à dépenser pour acheter une partie du produit à des fins de consommation. La part du produit que chaque demande pourra emporter est complètement déterminée par l’importance relative des dépenses d’investissement et de consommation. Chaque catégorie de demandeurs repartira ainsi du marché des biens avec la partie du produit qui correspond à ce qu’était son pouvoir d’achat relatif à l’arrivée sur le marché des biens. Cela signifie que la partie du produit que les capitalistes parviendront à s’approprier dépend uniquement de la somme d’argent qu’ils sont prêts à dépenser pour acheter des biens d’investissement, relativement à celle qu’ils ont déjà dépensé en salaires et que les salariés consacrent à l’achat de biens de consommation. C’est la volonté d’investir des entrepreneurs, ainsi que les moyens de financement qu’ils dégagent pour ce faire, qui « arme » le pouvoir d’achat qui leur permettra de disputer aux salariés l’acquisition d’une partie du fruit de leur travail. Dans cette approche, le profit est simplement la mesure comptable de ce prélèvement d’une partie du travail des salariés qui a lieu au moment de la dépense en achat de biens d’investissement.

23À production donnée, le montant des dépenses d’investissement détermine donc le partage du produit entre salaire et profit. La relation entre extorsion et utilisation du surplus est effectivement inversée par rapport à l’exploitation à l’ancienne. C’est l’investissement, c’est-à-dire l’utilisation capitaliste du surplus, qui détermine le profit, forme capitaliste du surplus.

  • 11 Et non dans la « sphère de la production », comme le pensait Marx. Marx distinguait entre « créatio (...)

24Comme on le verra infra, ce régime d’exploitation, opérant dans la sphère de la circulation11, imprime à la pauvreté la forme particulière qu’elle revêt dans les économies d’abondance. Car la théorie ne s’arrête pas là. Le montant de l’investissement détermine certes le montant du profit mais, au-delà, en introduisant le comportement maximisateur des entrepreneurs, il détermine également le niveau de la production et de l’emploi, ouvrant à la possibilité du chômage involontaire. Les gains de productivité liés au progrès technique ne garantissent alors nullement l’élimination de la pauvreté proprement capitaliste. Du fait que « les capitalistes gagnent ce qu’ils dépensent », il peut y avoir de « la pauvreté dans l’abondance ». Il se peut en effet que les dépenses capitalistes soient insuffisantes pour assurer le plein-emploi de la main-d’œuvre. La pauvreté est alors directement liée à cette forme de chômage inhérente au capitalisme. Paradoxalement, s’il y a des pauvres, c’est parce que tous les travailleurs ne sont pas exploités. Mais s’il y a des chômeurs, c’est-à-dire des travailleurs non exploités, c’est en raison du mode capitaliste d’exploitation.

La pauvreté du fait de l’abondance

25Nous commencerons par montrer que le principe de l’exploitation capitaliste, tel qu’il a été présenté dans la section précédente, se trouve au cœur de la théorie keynésienne de l’emploi : il s’agit en effet d’une pièce maîtresse du principe de la demande effective. À cette théorie de l’emploi est bien sûr associée une analyse de la nature et des causes du chômage en mode capitaliste de production. L’explicitation de cette analyse du chômage nous permettra de distinguer entre les deux causes du chômage capitaliste : l’excès du désir d’épargne et la faiblesse de l’incitation à investir. Chacun des deux derniers paragraphes est consacré à l’une de ces causes, en insistant dans chaque cas sur la relation entre abondance et chômage, c’est-à-dire entre richesse et pauvreté capitaliste.

Du régime d’exploitation au principe de la demande effective

26La détermination du profit par l’investissement présentée dans la section précédente ne constitue pas une théorie de la répartition, mais une théorie de l’emploi. La détermination du profit par l’investissement n’aurait le statut de théorie de la répartition que si le niveau de la production était « déterminé par ailleurs ». Tel n’est pas le cas. En analyse keynésienne, le principe selon lequel « les capitalistes gagnent ce qu’ils dépensent » se prolonge en une théorie de l’emploi. En quoi et comment ? C’est en adjoignant au principe de la détermination du profit par l’investissement le comportement de maximisation du profit des entrepreneurs que l’on débouche sur une théorie de l’emploi. Voyons cela de plus près.

27Chaque entrepreneur cherche à maximiser son profit en amenant sa production au niveau pour lequel le coût marginal de cette production est juste égal au prix de marché du produit. Par ailleurs, au niveau macro économique, le marché des biens produits sera à l’équilibre, par définition même de l’équilibre, si les entrepreneurs se retrouvent sans motif de modifier le niveau de la production. Des deux propositions précédentes, portant sur le comportement rationnel des producteurs et sur la définition de l’équilibre du marché des produits, il s’ensuit que l’équilibre du marché des biens sera assuré lorsque la demande globale sera juste suffisante pour permettre aux entrepreneurs d’écouler la totalité de leur production à un prix juste égal au coût marginal de cette production.

28L’équilibre du marché des biens peut donc s’exprimer par l’une ou l’autre des trois formules suivantes :

Y = DG(Y)

  • 12 Le terme Y, produit de la quantité produite Q par le coût marginal de cette production correspond à (...)

avec Y = CT’ (Q). Q12

CT’ (Q) = DG(Y)/Q = p

avec DG(Y) = C(Y) + I

Y=C(Y) + I

Y est le prix d’offre globale, DG la demande globale, Q la quantité produite, CT’ la fonction de coût marginal, p le prix de marché, I le montant de l’investissement et C la fonction de consommation.

  • 13 La valeur d’équilibre de l’emploi (Le) a les mêmes déterminants (I et C) que celle du revenu Ye, au (...)

29La valeur d’équilibre du revenu Ye est solution de l’équation Y=C(Y) +I. En d’autres termes, Ye est déterminé par le montant des dépenses d’investissement des entrepreneurs (I) et la propension à consommer de l’ensemble des agents (la fonction C). Dit encore autrement, pour une propension à consommer donnée, c’est le montant de l’investissement qui détermine les niveaux du revenu, de la production et de l’emploi13. On a bien affaire là à une théorie de la détermination de l’emploi par l’investissement.

30Du principe de détermination de l’emploi précédent, se déduit immédiatement une analyse du chômage en mode de production capitaliste.

Du principe de la demande effective à l’analyse du chômage

31L’analyse du chômage associée au principe keynésien de détermination de l’emploi par l’investissement peut être présentée de la façon suivante.

32Il y a du chômage lorsque la demande globale associée à la production de plein-emploi est inférieure au prix d’offre globale de cette même production, c’est-à-dire lorsque la demande globale est insuffisante pour écouler la totalité de la production de plein-emploi à un prix égal à son coût marginal.

33Soit, traduit en formules :

Yf > DG(Yf)

avec : Yf = CT’ (Qf). Qf ; Qf = F(Lf) ; et Lf solution de : Ls(wrf) = Ld(wrf)

  • 14 Cette comparaison un peu provocatrice est due à Eckalbar (1997), p. 125 : « In figure 1 we see the (...)

34Dans l’expression précédente, Lf représente le niveau de plein-emploi. Ce dernier est défini de la même manière qu’en analyse néoclassique : par l’égalité de l’offre et de la demande de travail. C’est le niveau auquel s’établirait l’emploi s’il existait un marché « travail contre bien » de type néoclassique. Le fait qu’un tel marché n’existe pas n’empêche pas de définir le niveau de plein-emploi en référence à cette égalité. Il suffit pour cela de supposer, comme Keynes est prêt à l’admettre, que l’offre et la demande de travail sont fonctions croissante et décroissante du salaire réel et qu’il n’existe qu’une seule valeur du salaire réel pour laquelle elles sont égales. Admettre cela n’implique nullement qu’il existe un marché du travail à la mode néoclassique, de la même manière qu’admettre que l’offre et la demande de bière sont fonctions du temps qu’il fait n’implique nullement que le temps qu’il fait est déterminé sur le marché de la bière14.

35La question qui se pose ensuite est de savoir pourquoi, partant d’une situation hypothétique de plein-emploi, un éventuel excès d’offre sur le marché des biens se traduira finalement par du chômage ? La réponse est simple en substance : dans leur recherche de maximisation du profit, les entrepreneurs réagiront à l’infériorité du prix de marché par rapport au coût marginal (caractéristique d’un déséquilibre de surproduction) par une réduction de la production et de l’emploi.

36Le déséquilibre du marché des biens (Yf > DG(Yf)) implique en effet, comme expliqué précédemment, la supériorité du coût marginal par rapport au prix de marché : CT’ (Qf) > DG(Yf)/Qf = p. Pour ramener le coût marginal au niveau du prix de marché, en vue de maximiser leur profit, les entrepreneurs réduiront l’emploi et la production. Et l’on peut effectivement établir que cette réaction des entrepreneurs au déséquilibre initial ramènera l’équilibre sur le marché des biens. Autrement dit, on peut montrer qu’il existe un prix d’offre globale :

Ye < Yf tel que : DG(Ye) = Ye

37Le rétablissement de l’équilibre sur le marché des biens interviendra donc au prix du déséquilibrage du « marché du travail », c’est-à-dire au prix du chômage.

38Pour expliciter les causes du chômage, il suffit donc de revenir à l’expression du déséquilibre de surproduction du marché des biens lorsque le plein-emploi est assuré : Yf > DG(Yf). En distinguant entre composante autonome et composante déterminée de la demande globale, on obtient :

Yf > C (Yf) + I

ou encore :

S (Yf) > I

  • 15 L’importance de la propension sociale à épargner ne dépend pas uniquement de la propension à épargn (...)

39Cette dernière expression résume assez bien le cœur de la pensée keynésienne : il y a du chômage parce que le désir d’épargne de l’ensemble des agents économiques15 (représenté par la fonction S) est trop élevé relativement à la volonté d’investissement des entrepreneurs.

40Dans les deux paragraphes suivants nous examinerons séparément chacune de ces deux causes de chômage : volonté d’épargne excessive, incitation à investir insuffisante. Ce faisant nous montrerons en quoi l’abondance peut être cause de chômage et donc source de pauvreté.

L’épargne contre l’emploi

41Pour établir qu’un renforcement du désir d’épargne peut être source de chômage, nous partons d’une situation de plein-emploi, c’est-à-dire, comme vu précédemment, d’une situation telle que S(Yf) > I soit, en supposant, pour faciliter l’expression, que la fonction d’épargne est linéaire :

s. Yf = I

42Afin d’exclure l’autre cause possible de chômage, nous supposons en outre que le montant de l’investissement ne varie pas. Dans ces conditions, pour I donné, un accroissement de s se traduira par un excès d’offre sur le marché des biens, auquel les entrepreneurs réagiront par réduction de la production et de l’emploi :

Ds > 0 → s. Yf > I → DY < 0

43La soif d’enrichissement individuel par l’épargne (Ds > 0) se traduit par un appauvrissement collectif (DYe < 0), appauvrissement qui est par ailleurs inégalement réparti, puisqu’il est supporté au premier chef par les chômeurs.

44S’il peut être facilement établi qu’un renforcement de la volonté d’épargner crée du chômage, la question qui suit est de savoir pourquoi le désir d’épargne peut faire obstacle à la volonté de travailler. Comment se fait-il que ces deux volontés, de travailler et d’épargner, ne puissent être rendues compatibles et que la première l’emporte nécessairement sur la seconde ?

45Selon la théorie néoclassique, les ménages sont caractérisés par deux espèces de préférences : préférences pour le loisir (le non-travail) relativement aux biens, et préférences pour le présent relativement au futur. Par ailleurs, l’économie capitaliste est supposée être organisée de manière telle que les deux espèces de préférences soient parfaitement compatibles. Sur le marché du travail contre biens est assurée la confrontation des préférences du premier type (représentées par la fonction d’offre de travail Ls) avec les contraintes technologiques des producteurs (représentables par la fonction de demande de travail Ld). Par ailleurs, il est censé exister un marché dit des « fonds prêtables », assurant la confrontation des préférences du second type (préférences pour le présent relativement au futur, représentées par la fonction d’épargne, ou d’offre de fonds prêtables) avec les contraintes technologiques des investisseurs (représentées par la fonction d’investissement, ou de demande de fonds prêtables). Le fonctionnement concurrentiel du premier marché assure la détermination des valeurs du salaire réel, de l’emploi et de la production. Quant au second marché, son fonctionnement détermine la valeur du taux d’intérêt et le partage de la production totale (déterminée sur le premier marché) entre consommation et investissement. L’existence de ces deux marchés assure que chaque agent est libre de travailler et épargner exactement comme il le souhaite pour les valeurs d’équilibre du salaire réel et du taux d’intérêt.

46Le monde keynésien est loin d’être aussi harmonieux, et il correspond malheureusement bien plus exactement au monde dans lequel nous vivons. En analyse keynésienne, les préférences du second type (représentées par la fonction de consommation) seront nécessairement satisfaites, mais il y a toutes chances qu’elles le soient au détriment des préférences du premier type. S’il en est ainsi, c’est parce que la structuration en marchés de l’économie capitaliste n’a rien à voir avec sa représentation néoclassique en termes de marché du travail contre biens et de marché des fonds prêtables (c’est-à-dire de biens présents contre biens futurs). Dans une économie capitaliste « réellement existante », c’est sur le seul marché des biens (contre dépenses monétaires des ménages et des entreprises) que la confrontation des préférences des ménages du second type avec la volonté d’investissement des entrepreneurs et leurs contraintes techniques de production, assure la détermination du salaire réel, de l’emploi, de la production et son partage entre consommation et investissement… tout cela à la fois. L’équilibre du seul marché des biens signifie à la fois réalisation du programme des producteurs (maximisation du profit), réalisation des souhaits d’investissement de ces mêmes entrepreneurs et satisfaction des préférences pour le présent des ménages, mais pas nécessairement satisfaction de leurs préférences du premier type, c’est-à-dire de leurs désirs de travailler. En d’autres termes, l’équilibre du marché des biens peut parfaitement, et a toutes chances, sauf heureux hasard ou politique économique appropriée, de coexister avec un excès d’offre de travail.

47Quant au second marché capitaliste (ou keynésien) fondamental, il ne s’agit nullement du marché néoclassique des fonds prêtables, mais du marché financier, entendu comme marché des titres contre monnaie (considérée ici dans sa fonction de réserve de valeur). Le fonctionnement de ce second marché assure la détermination du taux d’intérêt et l’adaptation de la structure de la richesse financière des « rentiers », c’est-à-dire sa répartition entre monnaie et titres, à la composition du stock existant d’actifs financiers.

48La substitution des marchés keynésiens aux marchés néoclassiques s’explique à son tour par la prise en compte de l’ensemble des fonctions de la monnaie : intermédiaire de production, moyen de paiement et réserve de valeur, fonctions qui présupposent elles-mêmes l’existence d’une unité de compte abstraite. Et c’est l’organisation monétaire du capitalisme qui explique à son tour, comme nous venons de le voir, que l’excès d’épargne puisse être cause de chômage.

  • 16 Keynes (193, p. 31) évoque la possibilité d’une incompatibilité entre les souhaits d’épargne des re (...)

49Si le souhait d’épargne vient, comme il est probable, à l’emporter sur la volonté de travailler, on peut dire que le chômage est le prix à payer par certains pour la liberté universelle de s’enrichir16. Et si le désir d’épargne l’emporte nécessairement, c’est tout simplement parce que chaque ménage est toujours libre d’épargner une part de son revenu aussi importante qu’il le souhaite, tandis que la réalisation du désir de travailler des salariés est soumise à la volonté d’embauche des entrepreneurs.

  • 17 Ce serait un moindre mal si la désignation de ceux qui doivent porter le poids de la liberté univer (...)

50Si l’épargne est un fléau lorsqu’elle tend à excéder la volonté d’investissement, on doit encore se demander pour quelles raisons la dynamique de l’investissement ne parviendrait pas à compenser opportunément cette volonté d’épargner. L’investissement ne serait-il pas justement le moyen d’assouvir cette soif universelle d’enrichissement indéfini qui se renforce avec l’enrichissement effectif, et d’éviter ainsi qu’elle ne condamne certains à la pauvreté17 ?

L’investissement contre la pauvreté

51Après avoir considéré, dans le paragraphe précédent, l’abondance en tant qu’elle contribue à la faiblesse de la propension à consommer, nous abordons ici le second effet déprimant de la richesse : l’abondance en tant qu’elle contribue à l’affaiblissement de l’incitation à investir.

  • 18 Par « autonome » on entend non déterminé par le revenu, contrairement à la consommation, et de ce f (...)
  • 19 C’est cet effet dépense qui est au fondement du très fameux effet multiplicateur. Contrairement à u (...)

52L’investissement est ici considéré comme moyen d’éviter le chômage. Dans cette perspective, ce que nous devons avoir en vue, c’est l’investissement comme composante « autonome »18 de la demande globale. En d’autres termes, ce que nous considérons ici c’est ce qu’on appelle l’effet revenu ou effet dépense de l’investissement19. Cet effet dépense peut être présenté de la manière suivante. L’investissement consiste en une distribution de revenus aux salariés (ou, plus généralement, aux « facteurs »), comme chaque fois qu’il y a production. Ces revenus donnent lieu à dépenses, mais, et voilà l’important, la distribution de revenus à laquelle donne lieu l’investissement ne s’accompagne pas d’une production de biens qui soient accessibles aux revenus ainsi distribués, pour la bonne raison que, si les ménages avaient accès aux biens d’équipement, il ne s’agirait plus de ménages, mais d’entreprises.

53Nous considérons donc l’effet dépense de l’investissement et non pas, du moins dans un premier temps, son effet production (dit encore « effet capacité »), c’est-à-dire l’investissement comme moyen d’élargir et/ou d’améliorer la capacité de production, qui est mis en œuvre aujourd’hui pour être en mesure de produire plus et/ou à moindre coût demain.

54Envisageant l’investissement comme moyen de lutte contre la pauvreté, il peut sembler étrange de considérer son effet dépense plutôt que son effet productif. Cela nous semble cependant cohérent, puisque ce que nous avons en vue c’est la pauvreté spécifiquement capitaliste, liée à cette forme de chômage dont la déficience de la demande globale est la cause, et non pas la pauvreté « à l’ancienne », liée à la faiblesse des forces productives relativement au degré d’exploitation, et contre laquelle c’est effectivement l’effet production de l’investissement qui serait efficace.

55Nous avons vu que l’investissement, à travers son effet dépense, permet d’éviter le chômage, s’il est suffisant pour absorber la totalité de l’épargne de plein-emploi : si I = S(Yf), alors Le = Lf ; mais si I < S(Yf), alors Le < Lf .

56L’investissement doit être suffisamment important pour que la volonté d’épargne, c’est-à-dire d’enrichissement individuel, ne se traduise pas par un niveau d’emploi inférieur au plein-emploi, c’est-à-dire par du chômage.

57L’investissement est en quelque sorte le contre-poison de l’épargne. Mais le poison de l’épargne ne secrète malheureusement pas naturellement son propre antidote sous forme d’investissement. Ce serait même plutôt l’inverse. Lorsque nous avons présenté l’effet sur l’emploi d’un accroissement de la propension à épargner, nous avons supposé que cette modification des préférences des ménages n’avait pas d’incidence sur le montant de l’investissement. Le raisonnement se présentait alors sous la forme suivante :

s. Yf = I, Ds > 0, DI = 0 → s. Yf> I → Ye < Yf

  • 20 L’excès de l’épargne par rapport à l’investissement trouve son débouché dans le financement des « w (...)

58En supposant que l’investissement se maintenait, malgré l’augmentation de la propension à épargner, nous avions mis toutes les chances du côté de l’emploi. La surproduction sur le marché des biens, consécutive à la hausse de la propension à épargner, aurait en effet plutôt tendance à décourager l’investissement. Dire que l’épargne, en entendant par là la tendance à épargner, n’est pas favorable à l’investissement, est donc un euphémisme. Si un investissement suffisant permet bien de compenser l’effet défavorable sur l’emploi d’une épargne excessive, l’excès d’épargne n’incite nullement les entrepreneurs à intensifier leur effort d’investissement, il les inciterait plutôt à le ralentir20. Tel est le premier problème que pose l’investissement comme moyen du plein-emploi.

59L’investissement comme moyen de compenser l’effet sur l’emploi d’une épargne excessive pose encore un autre problème. C’est que l’investissement accroît le stock de capital et que, plus le stock de capital disponible est déjà important, plus l’incitation à l’accroître encore est affaiblie. Dans sa présentation de la décision d’investissement en termes d’efficacité marginale du capital et de taux d’intérêt, Keynes insiste sur cet effet auto-limitateur de l’investissement, aux côtés de la hausse des coûts de production des biens d’équipement, également induite par un investissement important. Dans d’autres passages de la Théorie générale, en particulier ceux consacrés aux anticipations à long terme et au fonctionnement des marchés financiers, il met plutôt l’accent sur la responsabilité de l’incertitude dont sont nécessairement entachées les prévisions à long terme des investisseurs. Pour Skidelski (1994), c’est ce second aspect de l’efficacité marginale du capital, son extrême dépendance à l’égard d’anticipations à long terme éminemment volatils, qui est de loin le plus important : « Keynes’ vision, which one can trace back to his youth, has to do with the logic of choice, not under scarcity, but under uncertainty. »

60Stock de capital disponible trop important ou incertitude excessive ? Les deux points de vue ne sont pas aussi irréconciliables qu’il paraît à première vue. Il suffit de considérer certains cas où l’incitation à investir est incontestablement inversement liée à l’importance du stock de capital disponible. Les périodes de reconstruction d’après-guerre sont souvent des périodes de quasi plein emploi, justement parce que la destruction d’une bonne part de l’appareil productif ne laisse guère de doute sur les opportunités d’investissement rentable et que les entrepreneurs auraient même plutôt l’embarras du choix. Un deuxième exemple significatif est celui du financement de l’accumulation dans les pays neufs par le trop-plein de l’épargne anglaise à la fin du xixe siècle. Du point de vue de l’importance du stock de capital et de l’intensité de l’incitation à investir, les deux partenaires se trouvaient dans des situations exactement inverses et, de ce fait, en position de jouer un jeu à somme très positive. Tandis qu’en Angleterre, la précocité de la révolution industrielle avait quelque peu tari les occasions d’investissement rentable, dans les pays neufs l’appareil productif était encore tout entier à bâtir, et l’abondance des matières premières de toutes sortes rendait les perspectives de cette construction fort alléchantes. Dans ces deux exemples, on voit que l’importance du stock de capital déjà accumulé affaiblit l’incitation à investir, non pas en raison de quelque mystérieuse décroissance de la productivité marginale du capital conçue sur le modèle de la décroissance ricardienne de la productivité marginale du travail dans l’agriculture, mais en raison du renforcement de l’incertitude dont les futures perspectives d’investissement rentable sont alors grevées.

61Les investissements sont faibles parce que les profits futurs sont incertains, et les profits présents sont d’autant plus faibles que l’investissement est réduit, faiblesse de la rentabilité effective du capital qui rejaillit sur la faiblesse des perspectives de profit et donc de l’investissement présent, ce qui à son tour… Nous avons là tous les ingrédients d’un cercle vicieux, dans le cadre duquel le désir d’enrichissement individuel a toutes chances d’être fauteur de chômage, faute d’être compensé par un investissement suffisant.

Conclusion : un retour de l’exploitation à l’ancienne ?

  • 21 Selon Jean-Luc Gréau (2005), l’effet le plus nocif de la mondialisation de la production a été de r (...)

62Le marché institue la concurrence inter capitaliste de chacun contre tous, qui est gage d’efficacité. Mais, à côté de la « bonne concurrence » par l’innovation de produit et de procédé, il est aussi une « mauvaise concurrence »21 : la course aux profits par la réduction des coûts salariaux. Quand la concurrence par la baisse des salaires se substitue à la concurrence par l’investissement productif, l’emploi peut encore être maintenu, à condition que la consommation des profits compense la réduction de l’investissement comme composante autonome de la demande globale et source du profit macro économique.

  • 22 C’est donc en poursuivant son propre profit par l’investissement que chaque capitaliste contribue l (...)

63Dans le cas de l’innovation de procédé et de produit, chaque entrepreneur est poussé à investir par la concurrence. Il investit dans l’espoir de s’assurer un avantage concurrentiel sur les autres, et ce faisant, sans le vouloir, ni même le savoir, il contribue à la création d’un profit pour l’ensemble de ses « collègues » capitalistes22, qu’il réussisse ou non à s’assurer l’avantage concurrentiel qu’il visait. En poursuivant son profit particulier, chaque capitaliste contribue ainsi au profit de tous les capitalistes.

  • 23 Après avoir frôlé l’euthanasie au temps du keynésianisme triomphant, le rentier est revenu aux affa (...)

64Dans le cas où la consommation des profits se substitue à l’investissement productif comme source du profit macro économique, la pression de la concurrence des entreprises les unes sur les autres, qui contraint chacune à investir, est remplacée par la pression des rentiers (actionnaires) sur les entrepreneurs (managers), qui force à la distribution des profits23. De même qu’il ne suffit pas qu’une entreprise investisse pour qu’elle réalise des profits, il suffit encore moins qu’elle distribue des dividendes pour récupérer les profits ainsi distribués. Ce serait trop facile. Cependant, si toutes les entreprises sont contraintes de distribuer des profits, et dans la mesure où une part de ces profits est consommée, la pompe du profit macro économique se trouve réamorcée, le moteur de l’exploitation moderne est relancé.

  • 24 Lorsque les exigences des financiers sont satisfaites, ceux-ci les attribuent faussement à la meill (...)

65Dans le cadre du capitalisme dominé par la finance, l’injonction des actionnaires aux managers est double : « Soyez plus sélectifs en matière d’investissement » d’une part, et « restituez-nous le cash flow dont vous n’avez plus besoin pour autofinancer votre investissement », d’autre part. Indépendamment de sa légitimité, un tel mot d’ordre procède d’une erreur de raisonnement économique consistant, comme souvent, à transposer au niveau macro économique ce qui n’est valable qu’au niveau micro économique. La réduction de l’investissement à autofinancer n’accroît le profit distribuable que si le profit total n’est pas affecté par cette même réduction des dépenses d’investissement. Si, conformément au principe kaléckien de génération du revenu capitaliste par la dépense capitaliste, la réduction de l’investissement se traduit par une réduction équivalente du profit, il ne se trouve au total pas plus de profit à distribuer. Le mot d’ordre de la finance, élevé au rang de maxime universelle, repose donc sur une erreur de raisonnement, mais ce n’est pas la première fois en économie qu’une idée fausse aurait des effets bien réels24.

  • 25 Cf. Cordonnier (2006).

66Si un capitalisme gouverné par la finance peut néanmoins avoir une cohérence macro économique, c’est dans la mesure où la consommation improductive des rentiers se substitue à l’investissement productif des entrepreneurs25. Cependant, lorsque l’exploitation des travailleurs n’est plus assurée par l’investissement, mais par la consommation des capitalistes, elle perd toute justification économique. Il ne s’agit plus pour les travailleurs d’être exploités aujourd’hui pour vivre mieux demain grâce aux gains de productivité assurés par l’investissement, mais d’être exploités aujourd’hui simplement pour que les capitalistes vivent encore mieux aujourd’hui. On retrouve alors certaines caractéristiques de l’exploitation à l’ancienne mode, mais désormais dépourvue de ses anciennes justifications extra économiques, et sans perspective d’en élaborer de nouvelles à brève échéance.

Notes

1 On sait que Keynes (1934) a intitulé « La pauvreté dans l’abondance » l’une de ses conférences radiophoniques. On pourrait aller jusqu’à considérer que des classiques à Keynes on passe d’une économie politique de la rareté à une économie politique de l’abondance.

2 Dans le Tableau économique de François Quesnay, les deux emplois improductifs de la rente par les propriétaires que sont le « faste de subsistance » et le « luxe de décoration » correspondent respectivement à l’entretien de domestiques et d’artisans d’art.

3 Les biens produits par les paysans sont des biens « fondamentaux » au sens de Piero Sraffa, puisque, par l’intermédiaire de la force de travail, ils sont nécessaires à la production de tous les biens.

4 Il vaudrait mieux dire : « de la rareté des facteurs, et de l’efficacité des technologies qui les agencent ». Il faut garder présent à l’esprit que lorsqu’on parle d’avarice de la nature, on confond la fertilité des terres et l’efficacité des outils et du travail appliqués à la culture de ces terres.

5 Le fait que la rémunération soit décrétée unilatéralement ne signifie pas que le seigneur ait intérêt à la réduire au niveau de stricte subsistance. C’est sans doute dans le cadre de l’exploitation à l’ancienne que la théorie du salaire d’efficience trouve à s’appliquer avec le plus de pertinence. Tant que l’efficacité du travail augmente plus vite que la rémunération, le surplus par travailleur augmente.

6 C’est l’un des objets importants de la théorie de la concurrence ou de l’économie industrielle, même si on ne s’y exprime pas en ces termes.

7 C’est parce que la rémunération monétaire des salariés institue cette séparation entre production et appropriation que les théoriciens du circuit (B. Schmitt, le premier) parlent à cette occasion de la fonction « d’intermédiaire de production » de la monnaie. Keynes (1936), p. 20, de son côté, caractérise une économie non marchande par l’absence de séparation entre production et appropriation du produit : « These conclusions may have been applied to the kind of economy in which we actually live by false analogy from some kind of non-exchange Robinson Crusoë economy, in which the income which individuals consume or retain as a result of their productive activity is, actually and exclusively the output in specie of that activity ».

8 La principale simplification consiste à supposer que les capitalistes ne consomment pas et que les salariés n’épargnent pas. La répartition des rôles est ainsi nettement tranchée.

9 Cf. Keynes (1930) et (1936).

10 Cf. Kalecki (1936-1937) et (1942).

11 Et non dans la « sphère de la production », comme le pensait Marx. Marx distinguait entre « création » et « réalisation » de la « plus value ». En reprenant cette terminologie, on pourrait dire qu’une plus value créée et non réalisée n’existe tout simplement pas, ou encore que la plus value n’est créée qu’en étant réalisée.

12 Le terme Y, produit de la quantité produite Q par le coût marginal de cette production correspond à ce que Keynes appelle le « prix d’offre globale », qui peut aussi se définir comme la valeur de la demande anticipée juste suffisante pour inciter les entrepreneurs à produire la quantité Q, ou encore pour « justifier » aux yeux des entrepreneurs la production de Q.

13 La valeur d’équilibre de l’emploi (Le) a les mêmes déterminants (I et C) que celle du revenu Ye, auxquels s’ajoutent les contraintes techniques des producteurs représentées par la fonction de coût marginal CT’. On notera que les préférences des salariés, représentées par la fonction d’offre de travail Ls, ne figurent pas parmi les déterminants de l’emploi. L’équilibre économique étant déterminé indépendamment de la volonté de travailler pour consommer et épargner des salariés, il s’ensuit qu’il n’a aucune raison a priori de correspondre au plein-emploi de la main-d’œuvre.

14 Cette comparaison un peu provocatrice est due à Eckalbar (1997), p. 125 : « In figure 1 we see the yearly demand and supply for beer drawn as functions of the annual rainfall. The demand curve slopes downward, since hot dry days lead to increased beer demand, and cool rainy days lead to consumption of beer substitutes. The supply curve slopes upward, because increased rainfall means cheaper and plentiful hops, rice, and other ingredients. Does it follow from this that rainfall is determined by the demand and supply for beer ? Of course not. Just because we can draw two curves in the same space, it does not follow that the value of the variable on the vertical axis is determined by the intersection of the two curves. »

15 L’importance de la propension sociale à épargner ne dépend pas uniquement de la propension à épargner des ménages, mais également de la part des profits retenus par les entreprises qui constituent la contribution des entreprises à l’épargne sociale.

16 Keynes (193, p. 31) évoque la possibilité d’une incompatibilité entre les souhaits d’épargne des rentiers et la volonté de travailler des salariés dans les termes suivants : « A wealthy community will have to discover much ampler opportunities for investment if the saving propensities of its wealthier member are to be compatible with the employment of its poorer members. »

17 Ce serait un moindre mal si la désignation de ceux qui doivent porter le poids de la liberté universelle de s’enrichir, c’est-à-dire l’élection des pauvres, intervenait par tirage au sort régulièrement renouvelé. Les néo-classiques sont bien trop attachés à l’incommensurabilité des préférences individuelles pour objecter qu’il est trop douloureux de devenir pauvre quand on a été trop longtemps riche, et qu’il vaut donc mieux que ce soit toujours les mêmes qui soient pauvres, comme c’est le cas avec les règles du jeu actuelles. Avec tirage au sort des pauvres, la pauvreté apparaîtrait, en outre, en toute clarté, comme ce qu’elle est au fond réellement : un coup du sort, au lieu de représenter, à la fois dans les discours des puissants et de leurs affidés et dans le cœur des pauvres eux-mêmes, comme le juste châtiment de leurs péchés, ou comme la conséquence inévitable de leurs tares. Les pauvres assumant seuls pour tous le poids du péché universel de cupidité, la pauvreté finirait par se parer de l’auréole du sacerdoce, de sorte qu’on en viendrait à devoir tirer au sort parmi les candidats trop nombreux à la pauvreté. Il y aurait excès d’offre sur le marché de la pauvreté, de sorte qu’il n’y aurait rien que de très normal à payer pour devenir pauvre. Au total, il n’y aurait plus que des pauvres volontaires et les riches le seraient encore plus. Le plus difficile dans cette entreprise de réforme sociale serait sans doute de recréer cette dose de sacralité dont la pauvreté devrait être auréolée.

18 Par « autonome » on entend non déterminé par le revenu, contrairement à la consommation, et de ce fait déterminant de la valeur d’équilibre du revenu. Quant à la consommation, si le montant de la consommation est déterminé (par le revenu), la propension à consommer est déterminante (de la valeur d’équilibre du revenu), comme l’investissement.

19 C’est cet effet dépense qui est au fondement du très fameux effet multiplicateur. Contrairement à un accroissement de la production de biens d’équipement, un accroissement de la production de biens de consommation, à partir d’une situation équilibrée, n’aura non seulement aucun effet multiplicateur, mais il se traduira d’abord par un excès d’offre sur le marché des biens et disparaîtra ensuite, puisque dans ce cas, l’accroissement de la dépense des ménages engendré par l’accroissement de la production est inférieur à l’accroissement du prix d’offre de la production des biens destinés aux ménages.

20 L’excès de l’épargne par rapport à l’investissement trouve son débouché dans le financement des « windfall losses » que cet excès d’épargne occasionne. Lorsque le marché des biens est en situation de déséquilibre de sur production, l’épargne excède l’investissement, mais elle est juste égale au besoin de financement des entreprises, constitué de la somme des dépenses d’investissement et des pertes imprévues.

21 Selon Jean-Luc Gréau (2005), l’effet le plus nocif de la mondialisation de la production a été de relancer la course à la réduction des coûts salariaux qui avait été proscrite dans le cadre du capitalisme territorialisé d’après-guerre, et de générer ainsi une déflation salariale au niveau mondial.

22 C’est donc en poursuivant son propre profit par l’investissement que chaque capitaliste contribue le plus efficacement au profit de l’ensemble des capitalistes. Ce n’est pas exactement la « main invisible » à laquelle songeait A. Smith, puisque son action bienfaitrice est limitée à la classe des capitalistes. Si la main invisible d’A. Smith étend son influence bienfaitrice à l’ensemble des agents, c’est parce que ceux-ci appartiennent à un « mode de production marchand simple », c’est-à-dire qu’ils sont tous autant producteurs que consommateurs. En d’autres termes, la main invisible du marché ne vaudrait que dans une société sans classes.

23 Après avoir frôlé l’euthanasie au temps du keynésianisme triomphant, le rentier est revenu aux affaires, plus fringant et avide que jamais. Ce n’est évidemment pas la célèbre « veuve de Carpentras » qui s’est réveillée de sa torpeur, mais les gestionnaires de fonds de pension à qui elle a confié ses petites économies qui se sont chargés de rappeler aux entrepreneurs qu’ils n’étaient jamais que les mandataires des actionnaires. Et ce sont les entrepreneurs qui se sont chargés à leur tour, de plus ou moins bon gré, de rappeler aux petits fils de la veuve qu’il était temps de se remettre au travail. Moyennant quoi la vieille dame, qui n’est pas indigne, se voit obligée de compléter les revenus de ses petits fils, devenus chômeurs ou travailleurs pauvres.

24 Lorsque les exigences des financiers sont satisfaites, ceux-ci les attribuent faussement à la meilleure sélectivité des investissements qu’ils ont imposée aux managers. L’erreur est toujours de même nature. Que les projets d’investissement soient sélectionnés d’une manière ou d’une autre, la somme des profits à répartir entre les capitalistes restera toujours déterminée par la somme des investissements effectués. Il n’empêche qu’au moment d’évaluer la rentabilité des divers projets retenus, les projets les meilleurs se révéleront les plus rentables. Cette proposition est même une tautologie. Quelle autre définition avons-nous en effet des projets « les meilleurs » que ceux qui se révèlent les plus rentables !

25 Cf. Cordonnier (2006).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/17673/img-1.png
Fichier image/png, 2,1k

Auteurs

Université de Lille I & CLERSE – Hpes
(Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques, UMR CNRS 8019, programme « Histoire de la Pensée Économique et Sociologique »)

Université de Lille I & CLERSE – Hpes
(Centre Lillois d’Études et de Recherches Sociologiques et Économiques, UMR CNRS 8019, programme « Histoire de la Pensée Économique et Sociologique »)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search