Desktop versionMobile version

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Penser la dimension non marchande du travail

Le travail est-il une marchandise ? Économie d’échanges réels versus économie monétaire de production

Vincent Vernay

Full text

Introduction

  • 1 Citons, entre autres, les ouvrages de Lallement (2007) et de Méda (1995).
  • 2 Ou relatifs. La précision s’avère importante pour la suite du développement.

1Le travail est, depuis quelques années, l’une des notions les plus traitées au sein des sciences humaines et sociales. Principalement appréhendé dans un cadre sociologique, philosophique ou historique1, le travail reste, en économie, cependant moins analysé que l’emploi. Pourtant une analyse strictement économique de la notion de travail conduit à des réflexions théoriques qui nous permettent de mieux comprendre le fonctionnement de nos économies. Notamment, et c’est là l’objet du présent article, l’étude, sous un angle strictement économique, du travail offre un éclairage sur la nature de la rémunération des travailleurs. Nous analysons ainsi deux systèmes économiques : l’économie d’échanges réels et l’économie monétaire de production. Selon l’axe théorique emprunté, la notion de travail est définie différemment. Nous présenterons, dans un premier temps, l’approche néoclassique du travail : dans le cadre d’une économie d’échanges réels2, le travail est assimilé à une marchandise, à un objet d’échange vendu par les travailleurs et acheté par les entreprises sur un marché, le marché du travail. La production, mise en œuvre au sein des entreprises, n’est considérée que comme un simple processus physique de transformation des matières, dont le résultat est de mettre à disposition des agents économiques des biens et des services. Le travail est ici examiné sous un aspect physique. La rémunération des travailleurs apparaît alors comme un échange relatif entre le travail, cédé par les travailleurs, et la monnaie que détiennent les entreprises. De plus, considérant la monnaie comme dotée d’un pouvoir d’achat, la théorie néoclassique conçoit la rémunération des travailleurs comme étant de la nature d’un achat.

2Nous considérerons, dans un deuxième temps, l’approche de certains auteurs post-keynésiens qui semble, de prime abord, être en rupture avec la théorie néoclassique. Cette rupture n’est toutefois pas complète puisque, pour ces auteurs, le travail, bien que possédant des spécificités, n’en reste pas moins une marchandise. Leurs analyses fournissent néanmoins des pistes de réflexion sur la nature économique du travail.

  • 3 Nous devons cette notion d’échanges absolus à Bernard Schmitt. La notion d’échange absolu se différ (...)

3Dans un troisième temps, la théorie monétaire de production nous permettra de préciser la nature et le rôle du travail dans nos économies. Au sein d’une économie monétaire de production, le travail ne peut plus être assimilé à une marchandise. La production étant l’opération économique première, les échanges relatifs laissent la place aux échanges absolus3. La monnaie étant de nature bancaire, les salariés, lors du processus de production, convertissent leur travail en un produit physique lui-même converti en un salaire monétaire par l’intermédiaire des entreprises et des banques. Par conséquent, les travailleurs ne vendent leur travail à personne et leur rémunération n’est pas de la nature d’un achat.

La théorie dominante : le travail est une marchandise

4Le cadre de l’analyse néoclassique est purement microéconomique. Décrivant un monde où tout est déjà donné initialement et où les agents sont dotés de biens et de capacités à fournir des services marchands, les néoclassiques assimilent la production à un processus de transformation de richesses.

5L’équilibre général des marchés constitue la structure du cadre néoclassique. Le marché du travail en est l’une des composantes et le lieu où s’achète et se vend le travail. Le travail est échangé par les travailleurs contre une certaine quantité de monnaie cédée par les entreprises. La relation qui s’établit entre les deux marchandises que sont le travail et la monnaie est de la nature d’un transfert : la rémunération des travailleurs constitue alors un échange relatif. Toutefois, les entreprises, afin de pouvoir acheter le travail, doivent disposer d’une monnaie dotée, avant toute production de biens et services, d’un pouvoir d’achat. La dépense de monnaie, par les entrepreneurs, dans la rémunération des travailleurs est alors un simple transfert de pouvoir d’achat préexistant.

Le travail, objet d’échange sur un marché

6Dans le modèle néoclassique, les agents économiques disposent, avant toute production, de dotations initiales qui sont distribuées entre eux.

Chaque individu se trouve le lundi matin de chaque semaine donné en possession d’une collection initiale de biens qui, comme la manne des Enfants d’Israël, est « tombée du ciel » au cours de la nuit précédente. [Patinkin (1972), p. 22]

7Claude Jessua confirme l’hypothèse néoclassique des dotations initiales :

C’est-à-dire que les biens disponibles dans cette économie sont produits en quantités déterminées par des forces exogènes qui les distribuent alors arbitrairement et gracieusement entre les individus de l’économie. De même, le seul problème économique d’une économie d’échange est la redistribution optimum de ces biens entre les divers individus. [Jessua (1982), p. 7]

  • 4 Patinkin (1972), p. 22.

8Les théoriciens néoclassiques étudient une économie d’échanges réels ou, plus précisément, d’échanges relatifs. Les individus évoluent dans un monde où tout est déjà donné initialement sous forme de dotations initiales, c’est-à-dire de biens et de capacités à fournir des services marchands. Désireux de satisfaire leurs besoins, les individus vont vouloir consommer des biens et services dont l’usage leur procurera une certaine satisfaction. Dans le cas où leurs dotations initiales n’y suffiraient pas, ils échangeront certaines quantités de biens ou services avec les autres « participants au marché », suivant leurs préférences. Chaque individu peut ainsi « troquer des quantités variables de ces biens initiaux contre des quantités variables d’autres biens qu’il préfère à leur place »4.

  • 5 L’expression est de Léon Walras.

9En considérant une économie d’échanges réels, la théorie néoclassique adopte une vision réduite de la production, qui n’est qu’un processus de transformation physique des services producteurs5(donc, entre autres, le travail) en produits. Le travail est ici examiné sous son aspect physique.

La rémunération des travailleurs est un échange relatif

  • 6 Walras (1874), 1952, p. 44.

10Un marché est défini par la théorie néoclassique comme un lieu où se rencontrent les vendeurs et les acheteurs d’une même marchandise. De cette confrontation, entre les offres des vendeurs et les demandes des acheteurs, résulte un prix : celui de la marchandise échangée. En réalité, il n’y a pas un objet d’échange sur un marché mais deux. En effet, un échange relatif, tel qu’il est défini par la théorie néoclassique, suppose la présence de deux marchandises. Comme l’a montré Léon Walras, « tout échange de deux choses l’une contre l’autre se compose d’une double vente et d’un double achat »6.

  • 7 Encore une fois, la précision est importante.

11Sur le marché du travail, deux marchandises sont échangées : le travail, vendu par les travailleurs et acheté par les entreprises, et la monnaie, cédée par les entreprises aux travailleurs. La confusion courante qui veut que seul le travail soit objet d’échange vient de ce que le marché du travail est assimilé à un lieu où s’achète et se vend le travail. La monnaie est pourtant également objet d’échange sur le même marché. Ce dernier est donc bien le lieu d’un échange relatif 7 les travailleurs offrent une certaine quantité de travail (demandée par les entreprises, pour la production) en contrepartie d’une certaine quantité de monnaie cédée par les entrepreneurs.

  • 8 La notion de travail en tant que telle sera expliquée infra, p. 131.
  • 9 Ce qui supposerait que le travail n’est pas une marchandise.

12Appréhendé de cette manière, le marché du travail apparaît comme un lieu où s’échangent des biens formés au préalable. D’un côté, le travail est une richesse détenue et fournie par les travailleurs aux entreprises. De l’autre côté, la monnaie existe également comme richesse détenue par les entreprises, dont celles-ci cèdent une certaine quantité aux travailleurs. De cet échange travail- monnaie, résulte le prix du travail, à savoir le salaire. Sur le marché du travail, les actions qui ont lieu sont de simples transferts : le travail se déplace des travailleurs aux entreprises et la monnaie, des entreprises aux travailleurs. Les deux intervenants procèdent à ce que l’on peut définir comme un échange relatif puisque cette opération consiste en deux transferts réciproques : l’échange d’une masse, c’est-à-dire un stock (la monnaie matérielle), contre une activité physique et intellectuelle, c’est-à-dire un flux (le travail humain). Se pose alors un problème : comment les entreprises peuvent-elles acheter un flux – le travail, activité physique et intellectuelle – qui disparaît au fur et à mesure de son exercice8 ? Ce transfert s’avère irréalisable, auquel cas les entreprises, en contrepartie de la somme de monnaie qu’elles cèdent aux travailleurs, n’obtiendraient rien en vérité. Si les entreprises achètent quelque chose, ce n’est pas le travail9. Nous pourrions encore penser qu’avec la monnaie dont elles disposent, elles achètent le résultat de l’activité productrice, à savoir le produit physique. Cela supposerait que celui-ci appartienne à un groupe d’agents économiques, en l’occurrence les travailleurs, ce qui n’est pas le cas : ce sont les entreprises qui détiennent le produit physique dans leurs stocks. Ne pouvant acquérir celui-ci qu’en dépensant leur salaire sur le marché des produits, les travailleurs ne peuvent pas le mettre à disposition des entreprises sur le marché du travail. Pourtant, il apparaît que, dans l’analyse néoclassique, les entreprises détiennent une monnaie qui a, dans les échanges, un pouvoir d’acquisition sur les biens et services, donc sur le travail : la rémunération des travailleurs est donc de la nature d’un achat.

La formation du pouvoir d’achat de la monnaie est inexpliquée

13En suivant le raisonnement néoclassique, on comprend que la monnaie que détiennent les entreprises leur permet d’acheter une certaine quantité de travail. La monnaie dont elles disposent est donc dotée d’un pouvoir d’achat, avant même toute production et avant la rémunération des travailleurs. D’où provient le « pouvoir d’acheter » de la monnaie ?

14Pour les théoriciens du courant dominant, la monnaie est indissociable de son pouvoir d’achat. Elle est une marchandise que les agents économiques possèdent parmi leurs dotations initiales et qui vient s’intercaler dans les échanges entre biens. Elle apparaît toujours comme un actif doté d’un pouvoir d’acquisition sur les biens. Son utilité consiste à s’insérer dans les échanges en tant que marchandise et semble permettre aux agents de financer des achats nets.

15Sur le marché du travail, les entreprises transfèrent, par l’acquisition d’une quantité de travail, un pouvoir d’achat aux travailleurs qui pourront l’exercer sur le marché des produits. Nous constatons le transfert du pouvoir d’achat de la monnaie mais nous sommes sans réponse quant à sa formation. Il ne semble pas créé dans l’opération de rémunération des travailleurs : la monnaie dépensée par les entreprises pour acquérir du travail n’est qu’un transfert de pouvoir d’achat. Identiquement, le pouvoir d’achat de la monnaie dépensée par les travailleurs, sur le marché des produits, est transféré aux entreprises. Le pouvoir d’achat que les entreprises avaient cédé aux travailleurs reflue ainsi en leur sein. La monnaie dépensée sur le marché des produits provient ainsi de la monnaie lancée sur le marché du travail. C’est ce que Walras expliquait dans son ouvrage majeur :

[...] car c’est avec la monnaie qu’ils ont reçue sur le premier marché de leurs services producteurs que les propriétaires fonciers, travailleurs et capitalistes consommateurs vont sur le second acheter des produits ; et c’est avec la monnaie qu’ils ont reçue, sur le second, de leurs produits que les entrepreneurs producteurs vont sur le premier acheter des services producteurs.
[Walras (1874), 1952, p. 193]

  • 10 Bailly (1990), p. 110.

16Jean-Luc Bailly confirme que, dans le cadre de la théorie néoclassique, le pouvoir d’achat « n’étant pas détruit dans les dépenses [réalisées sur les marchés du travail et des produits], il n’est pas non plus créé, il est seulement transmis dans les paiements »10. Sa formation reste inexpliquée.

17L’analyse néoclassique ne nous donnant pas de réponses satisfaisantes sur la nature économique du travail, les développements de la théorie post-keynésienne vont s’avérer utiles dans notre recherche.

La remise en cause partielle de l’analyse néoclassique par les post-keynésiens

18La théorie orthodoxe n’offrant pas de réponses satisfaisantes à leurs yeux, les économistes post-keynésiens, dans la lignée des travaux de John Maynard Keynes, ont proposé une autre conception de l’économie.

Le marché du travail « n’existe pas vraiment »

19L’assertion majeure des auteurs post-keynésiens sur le marché du travail est la suivante : il n’existe pas vraiment.

Ironiquement, l’aspect majeur de la vision post-keynésienne des marchés du travail est que de tels marchés n’existent pas réellement. Alors que l’on peut admettre qu’il existe un marché pour les cacahuètes ou les bananes, avec des courbes d’offre et de demande basées sur les comportements des individus, la même hypothèse ne peut pas être faite dans le cas du travail.
[Lavoie (1992), p. 217 ; traduit par nous]

20Pour Marc Lavoie, le marché du travail, tel qu’il est conçu par les néoclassiques, n’a aucune signification dans le monde dans lequel nous vivons.

[L]e marché du travail n’existe pas vraiment ; le taux de salaire n’est pas simplement un autre prix ordinaire : il a beaucoup d’influence sur l’économie globale. Les travailleurs ne sont pas des marchandises : des règles se trouvent au-dessus des forces d’offre et de demande ; la demande et l’offre de travail ne sont pas comportementales. [Ibid., p. 217 ; traduit par nous]

21Non seulement les travailleurs ne sont pas des marchandises mais le travail lui-même ne semble pas être une marchandise. C’est du moins ce que montre Lavoie.

Une différence entre le travail et les marchandises

22Pour Lavoie, l’analyse néoclassique se voit infirmée non seulement parce que le marché du travail, telle qu’elle le conçoit, n’existe pas dans les économies dans lesquelles nous vivons, mais également parce qu’il existe une différence majeure entre les marchandises et le travail.

  • 11 Alfred S. Eichner considère l’approche post-keynésienne du travail comme une approche anthropogéniq (...)
  • 12 Lavoie reprend ici les propos de Seccareccia (1991).

La distinction essentielle, sur laquelle insiste Eichner11, entre le travail et les marchandises est que le travail ne peut pas être conservé. Si le premier n’est pas utilisé durant une période, en raison d’un chômage cyclique, il est perdu définitivement. [...] les travailleurs apportent avec eux [sur le marché du travail] non seulement leur force de travail mais en plus leur passé.12
[Marc Lavoie, ibid., p. 218 ; traduit par nous]

23Il est évident que les travailleurs ne fournissent pas uniquement une dépense d’énergie dans l’activité productrice pour laquelle ils sont employés. Ils mettent aussi à disposition de leur employeur leur temps, leurs compétences et l’expérience qu’ils possèdent et qui sont propres à chacun d’eux. C’est ce que Seccareccia appelle « leur passé ». En effet, leur travail, en tant qu’activité productrice de biens et services, dépend de ces aptitudes. Le problème qui subsiste est que la notion de travail dont parlent Eichner, Lavoie ou Seccareccia n’est pas mesurable économiquement. Bien sûr, comme le fait remarquer Lavoie, la distinction qu’apporte Eichner entre le travail et les marchandises est tout à fait réelle : le travail n’est pas un objet matériel que les travailleurs peuvent conserver avec eux et céder sur un marché à des acheteurs potentiels. Ce n’est cependant pas au plan physique que l’on doit baser une définition économique du travail. Comme nous le développerons ci-après, il apparaît que l’idée de conservation physique mise en avant par Eichner n’est pas ce qui différencie le travail d’une marchandise, un grand nombre de services marchands répondant à ce critère.

24L’analyse post-keynésienne est critique envers la conception néoclassique du travail. Toutefois, pour radicale qu’elle soit et bien qu’offrant de nouvelles pistes de réflexions, cette critique ne semble pas aboutie car elle ne remet pas en cause les points fondamentaux de la théorie orthodoxe. Dès lors, les économistes post-keynésiens ne s’écartent pas complètement de la vision physicaliste qui caractérise l’analyse néoclassique.

25Il nous semble nécessaire d’appréhender la notion de travail d’une manière différente. Mobilisant la théorie monétaire de production, nous utiliserons les notions de production et de monnaie que celle-ci met à notre disposition pour écarter le travail de la catégorie des marchandises et défendre l’idée que la rémunération des travailleurs n’est pas de la nature d’un achat.

Le travail au sein de nos économies monétaires de production

La production est l’opération première de l’économie

26On ne peut parler de travail, en économie, sans y attacher l’opération première qu’est la production. Pour autant, doit-on considérer celle-ci comme un simple processus physique ?

[D]epuis les débuts de notre science, il est question de savoir si la production n’est définissable qu’en termes physiques ou si elle peut constituer l’objet propre de la science économique. Autrement dit, la production est-elle une transformation ou une création ? [Cencini (1985), p. 59]

27Cette interrogation s’inscrit pleinement dans notre tentative de caractériser la nature économique du travail.

28Il est acquis que l’opération de production est entreprise dans le but de satisfaire les besoins des individus.

L’effort humain et la consommation humaine sont les sujets ultimes dont découle la signification des opérations économiques ; et toutes les autres formes de dépenses n’ont d’importance que pour autant qu’elles sont, tôt ou tard, en relation avec l’effort des producteurs ou avec la dépense des consommateurs. [Keynes (1930), 1971, p. 120-121 ; traduit par nous]

  • 13 Say (1803), p. 51.
  • 14 L’expression est de Bernard Schmitt.

29Ainsi les hommes cherchent-ils, par l’opération de production, à s’approprier leur environnement et à le transformer pour satisfaire leurs besoins. Au-delà du processus physique de transformation des matières, les hommes s’attachent à créer des formes particulières dans lesquelles ils introduisent les matières pour que les biens produits leur procurent une certaine utilité. Jean-Baptiste Say ne dit pas autre chose quand il explique que la production « n’est jamais la création de matières, mais une création d’utilité. Elle ne se mesure point suivant la longueur, le volume ou le poids du produit, mais suivant l’utilité qu’on lui a donnée »13. Certes, les hommes ne peuvent que transformer les matières au cours de l’opération de production. En cela, cette dernière respecte la loi de Lavoisier selon laquelle rien ne se crée et rien ne se perd. En revanche, ce que créent les hommes, ce sont ces formes imaginées, ces « formes utilités »14 dans lesquelles ils introduisent les matières. Et c’est par leur travail, c’est-à-dire par l’énergie qu’ils dépensent à la production, que les travailleurs peuvent donner naissance à des biens susceptibles de les satisfaire.

30Pour synthétiser, nous pouvons reprendre la définition de la production donnée par Bailly :

La production est donc caractérisée par : 1. l’exercice d’une activité physique qui transforme les matières : le travail, et 2. la création de formes utilités préalablement conçues. [Bailly (2001), p. 7]

La nature économique du travail : une dépense d’énergie

31Cette définition de la production est utile pour préciser la nature économique du travail. En tant qu’« exercice d’une activité physique qui transforme les matières », le travail est une dépense d’énergie consentie par les travailleurs pour la production, soit pour la transformation des matières et la création de « formes utilités ». Les travailleurs cherchent à convertir leur énergie en un produit satisfaisant leurs besoins. Dans cette opération de production, ils ne créent ni détruisent aucune matière et ne vont donc pas convertir leur énergie en une forme physique, ni même ajouter ne serait-ce qu’une infime particule de matière au matériau « de base ». Par leur action, les travailleurs vont convertir leur énergie en une « forme utilité » qui, appliquée aux matières, leur procurera des biens susceptibles de les satisfaire. Dès lors, le travail, qui est un flux mis en œuvre par les travailleurs dans le processus de production, se voit détruit au sein de ce même processus. Il ne survit pas à l’activité productrice et n’est donc pas « réincarné » dans les biens produits. Le travail disparaît pour laisser la place à une « forme utilité ». Il en découle que :

Les matières et l’énergie n’ont d’existence qu’autant qu’elles sont prises dans une forme particulière susceptible de répondre aux besoins des individus. Le travail lui-même est économiquement pris en compte parce qu’il est abouti dans une forme utilité. [Bailly (2001), p. 7, nos italiques]

  • 15 Comme le pense Lavoie (cf. supra, p. 131).
  • 16 Et donc mesurées. La mesure des biens et plus généralement la mesure en économie n’étant pas l’obje (...)

32Le travail étant un flux qui disparaît au cours de l’activité productrice, il ne peut être « perdu définitivement » s’il « n’est pas utilisé durant une période »15 puisque son existence économique n’est effective qu’une fois abouti dans une « forme utilité ». Les personnes sans emploi peuvent effectivement voir certaines de leurs compétences perdre de leurs qualités s’ils ne les mobilisent pas pendant un certain temps. Mais ces compétences ne peuvent être prises en compte économiquement16 qu’une fois les biens produits. Par conséquent, le travail ne peut être un objet d’échange sur un marché puisque son existence économique n’est avérée qu’une fois les biens produits. Il ne peut pas exister comme marchandise ou comme richesse avant la production et ne peut donc pas être l’objet d’un échange relatif entre travailleurs et entreprises.

33La nature économique du travail étant précisée, nous allons voir, dans le point suivant, que la rémunération des travailleurs ne peut pas non plus être le résultat d’un échange relatif.

Pour une analyse macroéconomique : les échanges absolus

  • 17 C’est-à-dire qu’il est stocké en entreprise.

34Contrairement à ce qu’affirme la théorie néoclassique, un travailleur, employé par une entreprise et donc pris dans un rapport salarial, n’obtiendra pas comme rémunération une quantité de monnaie matérielle, monnaie qui aurait été formée en dehors de l’opération de production à laquelle il participe. Il n’obtiendra pas non plus le produit physique auquel il a donné naissance, celui-ci étant déposé dans l’avoir des entreprises17. Le paiement des salaires n’est pas le résultat d’un échange relatif entre le travail fourni par les salariés et une somme de monnaie que détiendraient les entreprises sans rapport avec la production des travailleurs qu’elles rémunèrent. Chaque travailleur reçoit individuellement, en rémunération, la forme monétaire de la part du produit que son employeur estime correspondre à ses compétences, ses efforts. Chacun exerce une activité productrice, un travail, mais ce n’est pas celui-ci qui est payé par les entreprises. Irving Fisher, distinguant à la suite de John Bates Clark le travail de l’ouvrage, relève que :

[l’]ouvrage accompli consiste en les services rendus, et il constitue la chose positive ; le travail consiste en les effets nécessaires pour accomplir ces services, et il est négatif. L’ouvrage est objectif ; le travail est négatif. À proprement parler, un employeur ne paye pas un homme pour son travail, mais il le paye pour son ouvrage. [Fisher (1911), note (1), p. 213]

  • 18 Cf. supra, p. 127.

35Ce n’est donc pas le travail qui est payé par les entreprises. Par conséquent, le versement des salaires n’est pas de la nature d’un échange relatif. Les travailleurs ne vendent leur travail à personne puisque l’objet du paiement des salaires par les entreprises est le produit. Cette dernière affirmation semble toutefois contredire nos propos précédents18. Nous avancions l’idée que les entreprises ne pouvaient pas acheter le produit aux travailleurs, ces derniers n’étant pas en possession du produit physique avant la dépense de leur salaire sur le marché des produits. Effectivement, les entreprises n’achètent pas le produit physique aux travailleurs mais payent le produit, qui possède une forme monétaire et une forme physique, à travers les rémunérations versées aux travailleurs.

36La monnaie n’est pas une marchandise mais se présente d’abord comme une simple forme numérique créée par les banques. À ce stade, elle n’est qu’un pur nombre sans dimension. En tant que telle, la monnaie n’est dotée d’aucun pouvoir d’achat sur les biens. Simple promesse émise par les banques, elle n’a donc pas d’existence économique. La théorie monétaire de production nous ouvre une voie analytique nouvelle. Ce n’est que dans l’opération de rémunération des travailleurs que la monnaie devient positive : par la production, les travailleurs introduisent un produit physique au sein de la forme nominale créée par les banques, c’est-à-dire la monnaie. Le paiement des salaires assure alors la correspondance entre les produits physiques et la monnaie :

La rémunération des services [producteurs] ne transmet pas une richesse préalable, elle crée une richesse nominale en corrélation avec la production réelle. Et cette correspondance désigne une force très précise : le pouvoir d’achat de la monnaie. [Schmitt (1966), p. 263]

  • 19 Bailly (1990), p. 219.
  • 20 Comme nous le fait remarquer Schmitt, « “l’échange” n’est pas un vocable informe : il a un sens pré (...)
  • 21 Bailly (2003), p. 367 ; traduit par nous.

37Le paiement des salaires n’est pas le transfert d’un pouvoir d’achat, préexistant à la production, des « mains » des entreprises à celles des travailleurs : il assure la création du pouvoir d’achat. Les entreprises ne peuvent pas acheter le travail aux travailleurs puisque le « pouvoir d’acheter » est créé dans l’opération de versement des salaires : la rémunération des travailleurs n’est donc pas de la nature d’un achat. Les travailleurs n’obtiennent pas, comme rémunération, une monnaie qui serait la contrepartie du produit physique auquel ils ont contribué à donner naissance. « Lors du versement des salaires, les travailleurs reçoivent l’expression monétaire du produit » qu’ils ont créé19. Le produit physique est lui-même converti en un salaire monétaire par l’intermédiaire des entreprises et des banques. La rémunération des salariés est le résultat, non pas d’un échange relatif entre deux marchandises, le travail et la monnaie, mais d’un échange absolu20. Pour reprendre les propos de Bailly, « l’échange qui préside à la formation des salaires est unipolaire »21. Le salaire n’étant pas issu d’un « fonds » monétaire préexistant que détiendraient les entreprises, ce n’est pas dans un échange avec celles-ci que les salariés reçoivent leur rémunération, mais dans un échange avec eux-mêmes. En ce sens, il est absolu.

  • 22 Keynes (1936), 1982, p. 376.

38En 1936, Keynes écrivait que le monde « se trouve aujourd’hui dans une impatience extraordinaire d’un diagnostic mieux fondé ; plus que jamais il est prêt à l’accepter et désireux de l’éprouver, même s’il n’est que plausible »22. À ce jour, établir un diagnostic des problèmes de notre système économique apparaît encore plus urgent et pour cela, il est nécessaire de disposer de connaissances solides sur les mécanismes qui le composent. À ce titre, l’analyse du travail ne peut se faire que dans un cadre strict. Les économies nationales dans lesquelles nous évoluons ne sont pas des économies d’échanges mais des économies monétaires de production.

39Les théoriciens néoclassiques, en voulant concilier dans un modèle unique la liberté individuelle des agents économiques et l’équilibre général des échanges, ont réduit le champ de l’économique aux seuls transferts d’objets entre individus. Richesses formées en dehors de toute activité productrice et composantes des dotations initiales des agents économiques, le travail et la monnaie sont échangés sur le marché du travail. Dès lors, la rémunération des travailleurs par les entreprises est de la nature d’un achat car la monnaie qu’elles détiennent est dotée d’un pouvoir d’achat. La théorie post-keynésienne, bien qu’empruntant les voies théoriques ouvertes par Keynes, ne s’affranchit pas totalement des fondements microéconomiques qui caractérisent l’approche dominante et n’offre pas les éléments déterminants pour concevoir précisément la nature économique du travail. Il faut faire appel à la théorie monétaire de production et aux définitions que celle-ci donne de la monnaie et de la production pour ébaucher des pistes de réponses. Le travail ne peut pas être objet d’échange sur un marché du travail puisqu’il n’existe économiquement qu’une fois abouti dans une « forme utilité ». Les salariés recevant, sous forme monétaire, la part du produit auquel ils ont donné naissance (le produit physique étant déposé, stocké, au sein des entreprises), il s’ensuit que leur rémunération n’est pas de la nature d’un échange relatif mais d’un échange absolu. La rémunération des salariés n’est pas non plus liée à un achat de travail par les entreprises puisque la monnaie, pure forme numérique créée par les banques, ne voit son existence avérée qu’une fois associée aux biens produits.

Notes

1 Citons, entre autres, les ouvrages de Lallement (2007) et de Méda (1995).

2 Ou relatifs. La précision s’avère importante pour la suite du développement.

3 Nous devons cette notion d’échanges absolus à Bernard Schmitt. La notion d’échange absolu se différencie nettement de celle d’échanges relatifs. À ce sujet, voir Bernard Schmitt (1984).

4 Patinkin (1972), p. 22.

5 L’expression est de Léon Walras.

6 Walras (1874), 1952, p. 44.

7 Encore une fois, la précision est importante.

8 La notion de travail en tant que telle sera expliquée infra, p. 131.

9 Ce qui supposerait que le travail n’est pas une marchandise.

10 Bailly (1990), p. 110.

11 Alfred S. Eichner considère l’approche post-keynésienne du travail comme une approche anthropogénique : cf. Eichner (1985).

12 Lavoie reprend ici les propos de Seccareccia (1991).

13 Say (1803), p. 51.

14 L’expression est de Bernard Schmitt.

15 Comme le pense Lavoie (cf. supra, p. 131).

16 Et donc mesurées. La mesure des biens et plus généralement la mesure en économie n’étant pas l’objet du présent article, nous ne développerons pas.

17 C’est-à-dire qu’il est stocké en entreprise.

18 Cf. supra, p. 127.

19 Bailly (1990), p. 219.

20 Comme nous le fait remarquer Schmitt, « “l’échange” n’est pas un vocable informe : il a un sens précis ; échanger est changer » [Schmitt (1984), p. 338].

21 Bailly (2003), p. 367 ; traduit par nous.

22 Keynes (1936), 1982, p. 376.

Author

Université de Bourgogne & LEG - FARGO
(Laboratoire d’Économie et de Gestion (UMR 5118), Thème « Finance, ARchitecture et Gouvernance des Organisations »)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search