Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Penser la dimension non marchande du travail

La courbe de Phillips : histoire d’un instrument de l’analyse économique, entre contrat et statut

Dominique Pellissier

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rappelons que cet article a été écrit pour présentation lors du 12e colloque international de l’ass (...)
  • 2 Phillips (1958).

1Il y a cinquante ans1 paraissait « The relation between unemployment and the rate of change of money wage rates in the United Kingdom, 1861-1957 » par Alban William Phillips (1914-1975)2. La courbe de Phillips était née. En 2008, si on ouvre un manuel de macroéconomie, que trouve-t-on ? Un modèle de l’équilibre, issu des travaux de Lucas, avec une équation qui ressemble à celle de Phillips.

  • 3 « […] we must consider, that though the high price of commodities be a necessary consequence of the (...)
  • 4 Lucas (1995).

2Il y a donc une permanence d’une problématique très générale en économie, à savoir l’intersection entre deux sphères, celle de la monnaie et du niveau général des prix, et celle de l’activité économique et du niveau de l’emploi, et cela ne date pas d’aujourd’hui, mais de 1752 avec Hume3 (cité par Lucas dans son discours Nobel de 19954) qui, déjà, s’interrogeait sur les effets de la monnaie sur l’activité économique en distinguant : effet temporaire sur la production et effet définitif sur le niveau des prix.

3Mais, si permanence d’une problématique il y a, un glissement de la formalisation s’est opéré au fil du temps. Ce glissement n’est pas que technique. Il pose des questions de fond, notamment sur la nature du marché du travail. La courbe de Phillips de 1958 est néo-classique, avec une rigidité nominale sur le salaire. La courbe standard de 2008 est devenue une droite d’offre agrégée qui suppose des marchés concurrentiels parfaits, y compris pour le travail.

  • 5 Une méta-économie définit les principes fondateurs d’une pensée économique. C’est un paradigme qui (...)
  • 6 Dogmatique, du grec δόγμα (dogma), « opinion ». Chez Legendre, c’est un discours sous forme de text (...)

4Certes, on pourrait dire : rien de bien nouveau dans cette présentation qui ravive une controverse entre les néo-keynésiens et les nouveaux classiques. Mais notre propos est plus ambitieux. Il vise à mettre en perspective cette histoire d’un instrument de l’analyse économique avec une méta-économie5 issue d’une pensée nouvelle de nature anthropologique, qui renouvelle la controverse, après d’autres méta-économies qui ont cherché à faire la même chose, mais sans résultat aussi pertinent à notre avis. Il s’agit de l’anthropologie dogmatique de Pierre Legendre où les agents économiques sont vus comme sujets de droit, en rapport les uns avec les autres à travers une culture commune, essentiellement juridique, qui constitue un espace dogmatique6. Cette culture commune vise à créer des droits et des statuts. Sur un marché comme celui du travail, l’échange n’est pas réductible à un échange marchand comme pour un bien quelconque. En termes juridiques, l’échange n’est pas un simple contrat puisque le salarié accepte un lien de subordination. En contrepartie de ce lien librement choisi, il va demander un statut.

  • 7 Cf. Supiot (1994) et (2005).

5Alors que les méta-économies inspirées par Marx distinguent capitalisme (lieu de pouvoirs et d’appropriation des ressources par des agents privés), et marché (lieu des échanges où se forment des prix), distinction qui explique que les statuts des agents soient issus d’un conflit sur la propriété et le contrôle des ressources initiales de l’économie, avec in fine, une partie de la plus-value qui revient aux salariés, l’anthropologie dogmatique fait de la recherche du statut (ou de la défense du statut) la pierre angulaire de la dynamique sociale. Paradoxalement, ce que les économistes appellent « anomalie » sur le marché du travail, ou ce que les managers en ressources humaines désignent comme « barrière à la flexibilité », serait une caractéristique psychologique inhérente à l’être humain et, à moins de vouloir créer un homme nouveau, laisser le travailleur installer une barrière entre lui et « le marché » serait pratiquement plus efficace (contrat de second best) que de laisser le travailleur « tout nu », selon l’expression de Deleuze, face à un marché de concurrence (contrat de first best). C’est tout l’édifice construit par Hayek pour séparer deux mondes, celui de l’efficacité économique et celui des institutions, celles-ci ayant pour rôle de donner de l’épaisseur au lien social. Au niveau particulier du marché du travail, c’est la séparation entre le contrat de travail et le statut du travailleur salarié qui est remise en cause. Les juristes du droit du travail7 ont déjà exploité avec succès le travail de Legendre. Il reste aux économistes à prouver que cette anthropologie est aussi féconde dans leur discipline.

6Dans une première partie, la courbe originale de Phillips est présentée avec ses hypothèses, dont la non-linéarité qui permet de tenir compte d’une « imperfection nominale » par rapport à la théorie standard de la concurrence sur le marché du travail : les salariés résistent à la baisse du taux de variation des salaires nominaux. Dans une seconde partie, l’avant Phillips est étudié avec des précurseurs qui sont partis de Ricardo pour expliquer les anomalies de comportement des offreurs de travail : principalement Jacques Rueff, et Irving Fisher pour un traitement statistique de la relation entre le niveau de l’emploi et la variation des prix, traitement qui préfigure la courbe de Phillips. Entre 1958 et aujourd’hui, l’après Phillips se distingue par la transformation de la courbe, avec Robert Lucas, en une équation d’offre globale, l’une des équations d’un modèle d’équilibre macroéconomique standard. Cette transformation est abordée dans une troisième partie où on s’interroge sur la « révolution scientifique » qui aurait été opérée par Lucas. Cette interrogation amène à une quatrième partie où la réponse à la question passe par l’emploi de méta-économies marxistes qui questionnent la nature du modèle de Lucas inspiré par une méta-économie hayekienne. La cinquième partie expose une méta-économie nouvelle, l’anthropologie dogmatique de Legendre, qui aboutit à un résultat original, une fois confrontée à la méta-économie dominante de Hayek. Sous le nom d’écart spéculaire (= du miroir), la théorie de Legendre explique pourquoi une société moderne qui tente de faire disparaître les codes sociaux nés d’institutions qui donnent du sens à l’identité du sujet risque de déclencher des réactions irrationnelles, alors que l’efficacité est recherchée. Enfin, la sixième partie revisite la courbe de Phillips en tenant compte de l’expression économique de l’écart spéculaire à la lumière de la nouvelle économie keynésienne.

La courbe originale de Phillips

Graphique 1 – La courbe de Phillips.

Graphique 1 – La courbe de Phillips.

7L’équation est de la forme non linéaire :

y + a = bxc

8Pour la période 1861-1913 au Royaume-Uni, représentée par la courbe ci-dessus, l’équation s’écrit :

y + 0.9 = 9.638x−1.394

avec a déterminé a priori de manière à ce que la courbe coupe l’axe des x en un point historiquement plausible. y représente le taux de variation annuel en % du salaire nominal (ou « monétaire ») et x le taux de chômage.

9Phillips adopte une approche purement empirique en partant de deux hypothèses :

101. Il existe un marché du travail et celui-ci fonctionne comme pour n’importe quel bien ou service : plus grand est l’excès de demande, plus grand est le taux de variation du prix ;

112. Il existe un salaire de réserve : plus on se rapproche de ce salaire, moins l’effet du taux de chômage sur la variation du salaire se fait sentir. Il y a donc une imperfection nominale par rapport au modèle microéconomique standard de l’équilibre. Cette imperfection est une variable historique et Phillips propose plusieurs courbes pour différentes époques.

12On peut donc dire que cette courbe est néo-classique (synthèse de Keynes et de la microéconomie), keynésienne en raison de l’hypothèse 2, et classique en raison de l’hypothèse 1, parce que Phillips admet l’existence d’un « marché » du travail. On est dans le courant dominant de l’économie, initié par Samuelson en 1947 avec ses Foundations.

  • 8 Par « théorie classique », Keynes désigne aussi bien la pensée économique issue de Ricardo que cell (...)
  • 9 Keynes (1936), chap. 2, section II, 1982, p. 39.
  • 10 Ibid., chap. 2, section III, 1982, p. 40.

13Si Keynes commence sa Théorie générale par une critique de la théorie « classique »8 de l’emploi, c’est pour poser au départ une hypothèse portant sur des obstacles à l’ajustement du salaire nominal afin de réaliser l’équilibre sur le marché du travail. Pour la première fois dans l’histoire de l’analyse économique, depuis Ricardo (cf. infra), une remise en cause radicale de l’équilibre du marché du travail, vu comme un marché standard par les « classiques », est proposée. Keynes parle de contrat de salaire au lieu et place d’un salaire, prix abstrait du travail, sur un marché de concurrence. Il énonce9 que les classiques ont posé une « hypothèse arbitraire » en énonçant que ces contrats déterminaient le salaire réel. Au contraire, ces contrats déterminent un niveau de salaire nominal et, de plus, ce niveau est susceptible de rester constant car « tout syndicat opposera une certaine résistance à une amputation des salaires nominaux, si faible soit-elle »10.

14Contrat de salaire et syndicat, au lieu d’un salaire réel d’équilibre et d’individus atomisés, Keynes part de l’observation de la réalité sociale, en reconnaissant une base juridique (contrat de droit privé) et sociale (recherche d’un statut salarial par le syndicat) aux obstacles à l’ajustement du salaire nominal. Cette courbe de Phillips, au-delà de ses aspects techniques, stylise tout cela : fluidité du contrat et rigidité du statut.

  • 11 Lipsey (1960).
  • 12 Malinvaud (1991).

15Enfin, la non-linéarité de la courbe de Phillips soulève un problème dit d’agrégation qui fut mis en exergue dès 1960 par Lipsey11. Supposons une économie avec un taux de chômage moyen de 4 %. Avec la fonction qui a servi à construire la courbe ci-dessus, on trouve un taux de variation du salaire d’environ + 0.5 %. Supposons maintenant que cette économie soit composée de deux bassins d’emploi (ou de deux branches : le raisonnement et les résultats sont les mêmes) de taille égale, avec un taux de chômage de 5 % pour l’un(e) et de 3 % pour l’autre. Si on applique la même courbe à chaque bassin (ou branche), on obtient respectivement : + 0.1 % et + 1.2 % et, en moyenne, le taux de variation du salaire est de + 0.65 %, donc supérieur au taux de variation du salaire pour une économie ayant un taux de chômage de 4 %. Le fait d’agréger des fonctions non linéaires conduit à une courbe collective qui ne respecte pas un théorème d’agrégation parfaite au sens défini par Malinvaud12. Ce problème recouvre des situations concrètes et signifie que plus les taux de chômage par bassin d’emploi, ou par branche, divergent entre eux, plus la courbe agrégée va se déplacer vers le NE, donc entraîner des tensions salariales. L’équation d’offre du modèle standard (cf. infra, p. 74) ne retient plus cette relation non linéaire. Elle n’a plus lieu d’être si tous les marchés sont clos en équilibre, y compris le marché du travail.

16Mais que s’est-il passé avant Phillips et après ?

Les précurseurs de la courbe de Phillips : Rueff et Fisher

  • 13 Après la révolution marginaliste, le prix naturel du travail, calculé à partir d’un fonds des salai (...)

17Penser le salaire en termes de prix d’une marchandise sur un marché du travail est aussi ancien que les débuts de l’économie comme science. Dans le chapitre 5 des Principes, consacré aux salaires, Ricardo écrit dès la première phrase : « Le travail, ainsi que toutes choses que l’on peut acheter ou vendre, et dont la quantité peut augmenter ou diminuer, a un prix naturel et un prix courant. »13

  • 14 Ricardo (1917), 1970, p. 76.
  • 15 Ibid., p. 79.

18Plus loin, Ricardo conclut : « Ainsi que tout autre contrat, les salaires doivent être livrés à la concurrence franche et libre du marché, et n’être jamais entravés par l’intervention du législateur. »14 Or, il existe les lois sur les pauvres qui, en fournissant une assistance gratuite, entravent cette belle mécanique, créant une sorte de salaire de réservation supérieur au (ou proche du) salaire naturel. C’est pourquoi, Ricardo écrit de manière volontairement abrupte cette phrase restée célèbre : « Toute modification des lois sur les pauvres, qui n’aurait pas pour but leur abolition, ne mérite aucune attention. »15

  • 16 Les syndicats sont interdits par les combination acts de 1799-1800.

19Pourquoi un penseur aussi subtil que Ricardo a-t-il proposé une analyse aussi frustre et totalement déshumanisée du marché du travail et de la pauvreté ? Par foi dans une vision mécanique de la société (vision appelée péjorativement le vice ricardien chez Schumpeter dans son Histoire de l’analyse économique) ? Par application du droit romain des contrats, revu à la sauce de la common law anglo-saxonne ? Par aveuglement devant le besoin d’un statut du salarié, statut qu’il avait avec les corporations et qu’il perd avec la révolution industrielle libérale ? Probablement un mélange de ces trois raisons. La réification du louage de services de travail vient de l’histoire du droit : à Rome, le travail est abondant et gratuit du fait de l’esclavage. Il existe néanmoins un contrat de louage de choses par lequel un homme libre loue ses services. C’est ce contrat qui va être repris au Moyen Âge, mais qui restera marginal du fait des corporations. C’est la révolution industrielle en Angleterre qui, en faisant disparaître les corporations (craft guilds) entre 1814 et 1835, va faire émerger, comme contrat principal, quelque chose resté marginal jusqu’ici : le locatio operarum ou contract of service. Certes, Ricardo aurait pu voir les effets sociaux désastreux de ce contrat mais, en bon Anglais pragmatique, il a dû penser que les salariés, s’ils estimaient être des contractants lésés, pouvaient, après tout, agir en justice16 et, de ces procédures, naîtraient tôt ou tard des droits nouveaux selon l’adage : remedies precede rights.

  • 17 Rueff (1925), p. 425-37.

20Chez Jacques Rueff17, l’écho de la pensée ricardienne se fait entendre dans un cadre historique différent marqué par la déflation des années 1920 consécutive, d’abord au flottement de la livre entre 1919 et 1925, puis à la réévaluation de la livre sterling par rapport au dollar en 1925, afin de retrouver la parité-or de 1914. En 1914, une once d’or troy valait officiellement 4,25 livres et, sur le marché libre de Londres : 4,24. En 1925, l’once est à nouveau à 4,25 livres sur le marché officiel comme sur le marché libre. Pourtant, il y a eu entre temps le financement monétaire des dépenses de guerre qui a fortement déprécié la livre : en 1920, l’once est à 5.65 sur le marché libre, soit une dépréciation de la livre de 33 % par rapport à 1914. On peut donc dire que, en 1925, la politique déflationniste a réussi à atteindre son objectif au bout de cinq années, mais au prix d’un chômage dont la soudaineté et l’ampleur sont impressionnantes, et ont impressionné Rueff qui écrit :

En août 1920, il y avait en Angleterre 120000 chômeurs, sensiblement le même nombre que dans les mois précédents ou qu’en période normale d’avant-guerre. En octobre, deux mois plus tard, il y en avait 470000 – quatre fois plus – et ce nombre ne cessa de croître jusqu’en juin 1921, atteignant alors le chiffre à peine croyable de 2170000. [Rueff (1925), p. 21]

21En 1921, le taux de chômage est de 17 % alors qu’il était en moyenne de 5 % entre 1883 et 1914. Jacques Rueff va mettre en correspondance la courbe du chômage avec le salaire réel (plus précisément l’indice des salaires nominaux déflaté par un indice de prix). Il observe une inertie des salaires nominaux qui augmentent moins vite que les prix quand il y a inflation et qui ne baissent pas quand il y a déflation.

  • 18 Dole signifie portion en Anglo-saxon ancien. Le mot a une racine indo-européenne : dail, qui a donn (...)

22Dans ce texte de 1925, Rueff évoque la dole18, une allocation-chômage créée dans le cadre du National Insurance Act de 1911, comme cause de l’inertie des salaires nominaux en période de déflation. Rueff arrive à la conclusion suivante :

On est ainsi conduit à cette conclusion, qu’à partir du moment où les prix ont été stabilisés en Angleterre, c’est d’une part la puissance traditionnelle des syndicats anglais, obstacle à l’adaptation des salaires aux conditions nouvelles nés de l’appréciation monétaire, d’autre part la politique de secours aux chômeurs, condition nécessaire du maintien de la discipline syndicale, qui ont été la cause profonde de la subsistance en Angleterre d’une crise qui ne paraît pas en voie d’atténuation. (Ibid., p. 21)

23La dole joue le rôle de salaire de réservation qui conduit à un chômage volontaire. C’est bien ainsi que Rueff la présente dans un texte de 1976 :

Depuis 1911, en effet, il existait en Angleterre un système d’assurance-chômage, qui donnait aux ouvriers sans travail une indemnité connue sous le nom de « dole ». La conséquence d’un pareil régime était d’établir un certain niveau minimal de salaire, à partir duquel l’ouvrier était incité à demander la « dole » plutôt qu’à travailler pour un salaire qui ne lui vaudrait qu’un excédent assez faible sur la somme qu’il recevait comme chômeur. Il semble bien qu’au début de l’année 1923 les salaires, qui suivaient en Angleterre la baisse des prix, soient venus buter contre ce niveau d’équilibre. Ils se sont brusquement arrêtés dans leur chute et, depuis ce moment, ils ont pratiquement cessé de varier.
[Rueff (1976), p. 10]

24Dans son texte de 1925, Rueff n’évoque à aucun moment le retour à la parité-or de 1914 comme la cause de la déflation et du chômage. Partisan toute sa vie durant de l’étalon-or, il ne pouvait pas admettre que l’on pût dévaluer la livre. Toujours en 1976, Rueff remet le couvert et prétend à nouveau expliquer le chômage de la période 1963-75. Il récuse la courbe de Phillips :

Je ne m’attarderai pas à discuter ici la soi-disant « relation de Phillips », qui étudie le marché du travail sans considération des prix auxquels le travail est vendu. Comme il était prévisible, elle s’est révélée fausse et sans portée. Elle est actuellement abandonnée.

25Encore dans ce texte de 1976, Rueff rappelle que son étude de 1925 fit scandale dans la presse britannique sous la plume de Sir Josiah Stamp, un directeur de la Banque d’Angleterre. Certes. Mais, Rueff oublie de dire que cette publication n’était pas faite pour l’avancement de la science économique, mais pour servir les intérêts de la Banque d’Angleterre qui refusait de dévaluer la livre. Le projet de Stamp consistait à réduire de 10 % la dole, financée par le budget, afin d’envoyer un signal fort au marché du change et de restaurer la confiance dans la parité livre/dollar. Peine perdue, le 21 septembre 1931, la livre fut dévaluée.

  • 19 Keynes (1939).

26En 1939, dans l’Economic Journal19, Keynes va récuser l’explication de Rueff en s’appuyant sur l’argumentation de Pigou qui critiquait la démonstration de Rueff sur deux points :

271. Pour calculer l’indice du salaire réel, Rueff utilise un déflateur de prix qui est un indice de prix de gros alors qu’un indice de prix à la consommation aurait été plus pertinent.

282. À court terme, supposons que l’output diminue, à la suite d’un choc de demande, si les coûts sont croissants et essentiellement constitués de coûts salariaux, les prix vont baisser et, comme les contrats de salaires sont stipulés en termes nominaux, le salaire réel augmente. Il n’est donc pas nécessaire d’invoquer la dole et de culpabiliser les salariés. Le chômage n’est pas volontaire, mais involontaire. Il vient d’un choc négatif de demande sur le marché des biens.

29Finalement, l’origine de la courbe de Phillips se trouve là, chez Pigou, cité par Keynes en 1939 :

There can be little doubt that in modern industrial communities this latter tendency (i.e. for shifts in real demand to be associated with shifts in the opposite sense in the rate of real wages for which work people stipulate) is predominant. [Keynes (1939), appendix 3]

  • 20 Fisher (1926).

30Par rapport à Rueff, le travail de Fisher20 est essentiellement statistique, dans le droit fil de sa théorie quantitative de la monnaie de 1911. Il n’y a pas chez lui de référence à une doctrine libérale qui condamne les « anomalies » sur le marché du travail. Ce qu’il décrit comme la danse du dollar sur la période 1915- 1925, période de flottement du dollar sur le marché du change, est vue à travers la variation du pouvoir d’achat du dollar, donc la variation des prix. Mais, afin de tirer une causalité à partir de cette corrélation entre la variation des prix et le chômage, Fisher utilise ce que l’on appellerait aujourd’hui une causalité à la Granger avec l’argument post hoc, ergo propter hoc. Il calcule une variation de prix projetée : la variation à l’instant t est distribuée dans le futur, en t + 1, t + 2, etc., selon une progression géométrique décroissante au lieu d’être entièrement corrélée avec le niveau de l’emploi en t. Comme le coefficient de corrélation apparaît plus élevé ainsi, Fisher en tire une conclusion :

[…] the ups and downs of employment are the effects, in large measure, of the rises and falls of prices, due in turn to the inflation and deflation of money and credit. [Fisher (1926), p. 792]

31L’enchaînement part donc de la monnaie, pour toucher les prix, puis le niveau de l’emploi. Le test statistique indique une causalité contraire à l’équation de Phillips-Lipsey où la causalité part du niveau de l’emploi, considéré comme variable proxy de l’utilisation des capacités de production, pour aller vers les prix. Il est donc un peu abusif de parler d’un précurseur de la courbe de Phillips, voire d’un « découvreur » comme l’a écrit Jacob Mincer dans le JPE de 1973. On est plus proche de la filière Hume-Lucas.

32En revanche, Fisher est plus proche de Rueff sur la politique économique à suivre. Comme la danse du dollar a pour origine le change flottant, il préconise (p. 502) une stabilisation des prix et de l’emploi par un retour à des parités fixes dans le cadre d’un régime de change soumis à l’étalon-or.

La révolution lucasienne : révolution scientifique ?

  • 21 Lucas (1972).

Aujourd’hui, dans le modèle standard de l’équilibre macroéconomique, on trouve une équation appelée courbe d’offre de Lucas21 que l’on peut écrire ainsi :

(y − ȳ̄) = b (p − p̄)

33L’écart de production entre la production réalisée y et la production potentielle est fonction croissante de l’écart entre le taux d’inflation observé p et le taux d’inflation anticipé p.

34On retrouve ici l’intuition de David Hume de 1752 : c’est l’inflation non anticipée, quand (p – p̄) > 0, qui a un effet réel sur la production en donnant aux producteurs une mauvaise information sur la demande. Ceux-ci interprètent l’écart positif comme un signal d’une demande réelle qui augmente, alors qu’il s’agit d’une demande monétaire.

35On retrouve facilement une équation de Phillips en passant par la relation d’Okun :

(u − ū) = −a (y − ȳ)

36L’écart de taux de chômage entre le taux observé u et le taux d’équilibre de pleine capacité (au-delà duquel l’inflation accélère) ū est fonction décroissante de l’écart de production. En d’autres termes, plus l’économie fonctionne en dessous de sa pleine capacité et plus le taux de chômage observé augmente par rapport au taux de chômage d’équilibre.

37En combinant les deux équations et en résolvant pour l’écart de prix, on obtient une équation de Phillips :

38Dans cette équation, on voit que les prix ont remplacé les salaires nominaux. C’est Lipsey qui, dès 1960, propose cette modification majeure. Majeure parce qu’on passe d’une courbe représentative d’un marché, le marché du travail, à une équation linéaire de nature macroéconomique entre inflation et chômage. Avec, en plus, un emploi discutable en politique économique sous le nom de big trade off : le choix par le policy maker entre moins de chômage et plus d’inflation, ou moins d’inflation et plus de chômage.

39D’où, probablement, la critique de Rueff (cf. supra) qui, implicitement, fait référence à la version friedmanienne de la courbe « augmentée » des anticipations (cf. infra).

40Pour trouver un lien entre taux d’inflation et taux de variation du salaire nominal w, Lipsey part de l’équilibre de la firme en microéconomie, équilibre pour lequel le salaire réel w/p est égal à la productivité marginale du travail. Approximons celle-ci par la productivité moyenne y/L avec y la production et L la quantité de travail. On a donc un rapport constant entre w/p et y/L si la part des salaires W dans le revenu global Y est constante (à taux de salarisation constant), selon la formule (dite formule de Pen) :

41On voit que, en dynamique, à productivité du travail constante, w et p augmentent au même taux. Autrement dit, la formule reprend l’argumentation de Keynes prise chez Pigou : avec w constant, si la production et les prix baissent, la demande de quantité de travail L diminue.

42À partir du milieu des années 1960, le trade off entre inflation et chômage ne marche plus en politique économique. Inflation et chômage vont de pair et, avec le premier choc pétrolier de 1974, il devient clair que l’équation de Phillips ne marche plus du tout. C’est la stagflation.

  • 22 Cf. Friedman (1968).

43Avec Friedman22, les anticipations inflationnistes capturent l’instabilité de la courbe. Une première explication de la stagflation, mal chronique des économies occidentales depuis le milieu des années 1960, est donnée.

44L’équation de prix de Friedman peut s’écrire ainsi :

45On voit que, si ß = 1, on obtient l’équation de Lucas.

  • 23 Cf. Abraham-Frois (2001), p. 214-27.
  • 24 On élimine la solution triviale où ß = 0. Dans ce cas on revient à la courbe d’origine.

46Pour Friedman, les anticipations de prix sont adaptatives (0 < ß < 1)23. Les salariés réagissent par rapport à l’erreur de prévision qu’ils font. Si les salaires augmentent plus vite que prévu, ils demanderont dans la période suivante une augmentation. Ce sont ces anticipations qui expliquent le déplacement vers le haut de la courbe de Phillips. Un cas spécial permet de revenir à une quasicourbe de Phillips24, les anticipations sont statiques :

47Dans ce cas, la variation du taux d’inflation a un effet réel sur la production et sur le taux de chômage. L’autre apport de Friedman est le paramètre ū appelé taux naturel de chômage. Ce taux correspond à une situation hypothétique où le marché du travail fonctionnerait avec un taux de chômage égal au taux des emplois vacants en raison d’une information imparfaite ou d’une mobilité imparfaite. C’est donc un point d’intersection, comme le point A, entre la courbe de Beveridge et la diagonale.

Graphique 2 – Taux naturel de chômage et courbe de Beveridge.

Graphique 2 – Taux naturel de chômage et courbe de Beveridge.

48Le propos de Lucas est de réécrire proprement sur un plan mathématique le modèle de l’équilibre macroéconomique afin de l’asseoir sur une base microéconomique solide.

49De plus, sur un plan factuel, les années 1970 sont marquées par deux chocs pétroliers dont les effets économiques, chômage et inflation, ne peuvent pas être capturés correctement par un modèle keynésien, même avec le patch de Friedman. À l’inverse, la modélisation lucasienne permet d’expliquer les effets d’un choc d’offre sur l’équilibre initial et aussi quelle politique mettre en œuvre. La politique économique va en être totalement changée. La désinflation compétitive devient une thérapie adaptée à une telle situation. Elle consiste à créer un choc de demande négatif qui va, temporairement, augmenter le chômage mais faire baisser l’inflation. Puis, l’économie étant redevenue compétitive par rapport au reste du monde, elle revient vers l’équilibre et le chômage revient vers le taux naturel de chômage avec un taux d’inflation plus faible.

50Lucas va donc offrir à la science économique un modèle élégant et apte à capturer les faits économiques stylisés de notre temps : distinction entre choc d’offre et choc de demande, importance de la politique monétaire pour la gestion macroéconomique dans un contexte de change flexible. Pour ce faire, il part de l’équation de Friedman et ajoute une nouvelle hypothèse sur les anticipations de prix : les anticipations rationnelles. Dans l’équation de prix de Friedman, il pose ß = 1. Les agents font des erreurs de prévision mais celles-ci ne sont plus systématiques. L’écart de prix qui mesure l’erreur de prévision est maintenant un bruit blanc, par définition d’espérance mathématique nulle. On dit aussi que les agents, en moyenne, prévoient ce que le modèle leur dit de prévoir. Donc, à l’équilibre, le niveau d’inflation est celui qui correspond au noyau dur d’inflation structurelle, celui qui correspond au taux naturel de chômage et à un écart de production nul (le plein-emploi).

  • 25 Un modèle construit sur quelques hypothèses simplificatrices est jugé sur ses prédictions. Il suffi (...)
  • 26 Bourdieu (1998), p. 109.

51L’hypothèse des anticipations rationnelles crée une boucle causale positive : en apprenant le modèle, les agents se comportent en moyenne comme le modèle et renforcent les prédictions du modèle. Couplée au as if de Friedman25, cette hypothèse va permettre au modèle « de se rendre vrai »26, avec seulement trois équations pour décrire le fonctionnement d’une économie.

  • 27 De Vroey & Malgrange (2006).

52S’agit-il d’une révolution scientifique au sens de Kuhn comme le pensent de Vroey & Malgrange27 ? C’est-à-dire d’un changement de paradigme ? Le critère qui permet de répondre est : observer un changement d’outil de pensée économique (ou méta-économie), changement qui oriente ensuite la modélisation. Manifestement, on est bien en présence d’une modélisation différente, mais qui reste finalement ancrée dans le socle primitif IS-LM. En revanche, à l’étage du dessus, il y a une méta-économie qui oriente la modélisation lucasienne. C’est le cas en ce qui concerne l’offre de travail où les hypothèses de Phillips sont abandonnées au profit des hypothèses habituelles de la microéconomie. Le travailleur est un agent artificiel, appelé consommateur, qui, outre la consommation de biens, possède deux caractéristiques bien particulières :

531. Il consomme un bien particulier, le loisir, dont le prix est le salaire. Il est rationnellement et librement capable d’arbitrer dans le temps entre travail et loisir, en fonction de ce taux de salaire ;

  • 28 Debreu (1959), p. 85.
  • 29 Hayek (1979), p. 153.

542. Il est propriétaire des moyens de production. C’est l’hypothèse d’une économie dite de propriété privée28 où les consommateurs sont propriétaires des ressources initiales de l’économie et contrôlent les producteurs. Cette seconde caractéristique explique pourquoi une telle économie peut fonctionner avec un marché du travail semblable à un marché de biens. En effet, le revenu d’un consommateur est composé du salaire et du profit distribué. Le salaire peut baisser en cas d’excès d’offre de travail puisque, par ailleurs, le consommateur touche des dividendes… Tout cela semble être largement de la science-fiction et, pourtant, c’est là-dessus que les deux théorèmes de l’équilibre et de l’optimum sont construits. Pour comprendre que c’est de la science-fonction, mais de la bonne, il faut remonter à l’étage Hayek29 et à sa distinction entre ordre spontané et ordre artificiel. Rappelons que Hayek considère qu’un ordre spontané est une auto-organisation, le résultat d’actions humaines, en apparence non coordonnées, mais qui convergent vers un attracteur. Le marché concurrentiel du travail rentre typiquement dans cette catégorie. Quant à un ordre artificiel, c’est un ordre construit, avec un dessein initial pour atteindre des objectifs précis. Une administration qui fixe les salaires rentre typiquement dans cette catégorie.

  • 30 L’argument is/ought appelé la guillotine de Hume interdit que l’on puisse tirer un jugement de vale (...)
  • 31 Allais (1991), p. 77-78.

55Hayek en déduit que, si le marché est un ordre spontané, il ne doit pas être pollué par d’autres règles d’organisation30. Non pas que celles-ci ne doivent pas exister (telles que des règles émanant du droit du travail, ou des règles pour instituer un salaire minimum ou une allocation-chômage), mais elles ne doivent pas remettre en cause l’efficacité allocative du marché. On retrouve ici la dichotomie principe d’efficacité/règle de justice sociale qui dérive du second théorème du bien-être. Un bel exemple d’application de cette dichotomie se trouve chez Maurice Allais31 qui condamne le salaire minimum au nom de l’efficacité et qui propose comme alternative une allocation directe via la sécurité sociale.

56Il est donc normal de trouver chez Lucas une offre individuelle de travail, simple conséquence d’un calcul d’optimisation d’une fonction d’utilité intertemporelle. La méta-économie hayekienne lui dicte-t-elle, probablement à son insu, ce qu’il faut modéliser ? Autant que nécessaire pour que le modèle capture l’essentiel des faits stylisés qui décrivent le fonctionnement d’une économie ; autant que possible en évacuant tout contenu institutionnel, refoulé dans l’économie appliquée. De ce point de vue méthodologique, on ne peut rien reprocher à Lucas.

  • 32 Deleuze & Guattari (1972).

57En revanche, pour faire une analyse critique du modèle, il faut « remonter plus haut pour voir où ça commence à mal tourner »32 en opposant d’autres méta-économies à celle de Hayek.

Critiques du modèle standard par les méta-économies marxistes

  • 33 Préface de l’auteur aux Principes : cf. Ricardo (1817).
  • 34 Supposons que seuls les capitalistes épargnent et que les salariés ne font que consommer (des biens (...)

58Avec la formule de Pen, il est facile de placer la courbe de Phillips au cœur du problème du partage salaires-profits dans une économie. Les keynésiens de l’école dite de Cambridge, dont Kaldor, Kalecki et Pasinetti, ont remis au premier plan le problème du partage, considéré déjà par Ricardo comme « le principal problème en économie politique »33 et repris ensuite par Marx. On peut avancer que ces économistes cambridgiens ont utilisé, sans le dire, une méta-économie marxiste pour prolonger dans le long terme le modèle keynésien. On ne parle pas de classes sociales, mais de revenus de facteurs. On ne parle pas de lutte des classes, mais de l’aphorisme de Kalecki : « les capitalistes gagnent ce qu’ils dépensent et les salariés dépensent ce qu’ils gagnent »34. Mais l’ombre de Marx reste présente.

  • 35 Le modèle français de la Direction de la Prévision : DECA (Analyse et prévision, no 1, 1971) suivi (...)

59Ici, la rigidité nominale s’interprète comme une « résistance » des salariés à voir la part relative de la masse salariale diminuée dans le revenu en cas de baisse de l’activité. Dans ce conflit concernant le partage salaires-profits, certaines modélisations anciennes35 ont cherché à donner à l’inflation un rôle : les entreprises utiliseraient l’inflation pour restaurer leurs marges. Il y aurait une dynamique centrée sur ce conflit d’accumulation et de répartition : les entreprises visent un certain taux d’autofinancement et augmentent leurs prix si le taux réalisé est inférieur au taux tendanciel. En réaction, les salariés se protègent de l’inflation en demandant des augmentations de salaires.

60Cette explication de l’inflation comme variable d’ajustement dans un modèle de partage salaires-profits n’a pas résisté face aux chocs pétroliers et à l’explication lucasienne des effets de ceux-ci, aboutissant à la stagflation par un choc d’offre.

  • 36 Cf., par exemple, Attali & Guillaume (1974). Ouvrage très inspiré, jusqu’à son titre, par Deleuze.
  • 37 Cf. Cusset (2003).

61Au moment même où Lucas travaille à mettre au propre le modèle canonique de l’équilibre macro-économique, des deux côtés de l’Atlantique, des économistes dits « radicaux » aux États-Unis, « contestataires » en Europe36, cherchent à miner l’édifice néo-classique qui domine le champ de l’économie. Ils utilisent des méta-économies créées par des philosophes, principalement français, qui connaîtront beaucoup plus tard un certain succès sur les campus américains, regroupés sous l’étiquette passe-partout de french theory37 : Althusser, Deleuze, Foucault, Bourdieu, etc.

  • 38 Althusser (1965).
  • 39 Deleuze & Guattari (1972).

62Les années 1965-1974 ont été fertiles en méta-économies inspirées de près ou de loin par Marx. On en retiendra deux : celle de Althusser qui vise à relire le Capital38, et celle de Deleuze39 qui, partant de Marx, aboutit à une économie politique du désir et de la névrose. Deleuze a un rôle important car il apparaît comme un passeur entre ces méta-économies et celle de Legendre.

63On sait que l’immense mérite de Marx est d’avoir pointé la question de la propriété privée des moyens de production dans une économie. Antérieurement à Marx, dans le modèle de la ferme ricardienne, la terre appartient à un landlord qui la loue à un fermier, lequel emploie des ouvriers agricoles. Le conflit dans la répartition du revenu global a pour origine l’appropriation de la rente du sol par le propriétaire, rente dont la part croissante dans le revenu, fait baisser le taux de profit de l’économie, à progrès technique constant. Chez Marx, le mode de production capitaliste est caractérisé par la révolution industrielle et par l’exploitation du travail salarié par les propriétaires des moyens de production. Le conflit dans la répartition a pour origine l’appropriation de la plus-value par les capitalistes, propriétaires des moyens de production. Le mérite de Marx est immense par rapport à Ricardo qui le précède, et aussi par rapport aux économistes marginalistes qui lui succèdent. Le premier n’a pas vu les questions de conflit salarial, et les seconds ont créé, comme nous l’avons vu, la fiction d’une économie dite de propriété privée avec un salarié-actionnaire-consommateur de loisir.

  • 40 Althusser (1965), 1996, p. 397.

64Dans les années 1960, la relecture du Capital par le philosophe français Louis Althusser domine le débat intellectuel. Cette relecture, d’un abord difficile par la densité du commentaire, règle son sort au modèle standard de l’économie en le refoulant dans l’instance idéologique. Il devient une « idéologie théorique », c’est-à-dire une théorisation de faits observables comme les prix de marché, mais qui cache les rapports sociaux de production et l’essentiel, à savoir l’exploitation du salarié. Cette conception abrupte vient de la place secondaire de l’économie chez Althusser. C’est une « région subordonnée de la théorie de l’Histoire », selon Althusser, et « l’économique ne peut posséder la qualité d’un donné (de l’immédiatement visible, observable, etc.) »40. Subordonnée au matérialisme historique, l’économie, dans sa version formalisée à la Lucas, n’a pas sa place dans l’univers de pensée de Louis Althusser. Un économiste proche du marxisme, comme Henri Denis, en a fait le reproche :

C’est ainsi qu’il rejette, notamment, l’ensemble des travaux qui utilisent des modèles, soutenant que la « théorie des modèles » constitue un simple « avatar de la conception empiriste de la connaissance. Cette attitude […] risquerait de rendre impossible tout progrès de la connaissance économique.
[Denis (1974), p. 773-774]

  • 41 Habermas (1968).

65Un autre philosophe contemporain, l’Allemand Jürgen Habermas, a repris cette notion d’idéologie41, mais dans un contexte différent et plus fécond, avec, selon nous, des applications à la théorie microéconomique du consommateur. Chez Lucas, comme chez tous les économistes de Chicago, les préférences individuelles sont exogènes et stables dans le temps. Ce qui change, c’est le comportement du consommateur en fonction des prix et du revenu. Si les préférences ne sont plus stables mais dépendantes d’un autre facteur, alors tout devient possible, y compris l’irrationalité. Habermas considère justement que les producteurs peuvent agir sur les préférences (à Chicago, on considère qu’ils peuvent seulement modifier les comportements) par le biais de la technologie, elle-même subordonnée à la science. Alors que la science est censée combattre les idéologies, elle devient elle-même idéologie entre les mains de la technocratie qui conseille les États et les entreprises. Ainsi, la gestion « scientifique » des ressources humaines peut créer du normatif, c’est-à-dire des règles d’organisation, en conformité avec la dichotomie hayekienne. Mais, toujours en conformité avec les préceptes de Hayek, ces règles ne doivent pas interférer avec le calcul économique des salariés. Concrètement, on ne peut pas imposer une modification des préférences sur le temps de travail, mais inciter les agents à changer leur comportement face au temps de travail. Habermas n’emploie pas la microéconomie, mais propose une solution politique : « l’agir communicationnel », c’est-à-dire le dialogue social. Avec le modèle principal-agent, les micro-économistes proposent les incitations. Ainsi, face à un choc négatif de demande comme chez Keynes, le producteur peut laisser faire (solution de second best) : le salaire nominal est fixe et le producteur va régler à la baisse les quantités de travail (effectifs ou heures de travail), d’où un chômage involontaire. Mais il n’est pas optimal d’imposer une nouvelle organisation du travail qui modifie le choix individuel travail/loisir.

  • 42 Deleuze & Guattari (1972).
  • 43 Descombes (1979), p. 200.
  • 44 Deleuze & Guattari (1972), p. 415.
  • 45 Aujourd’hui encore, Deleuze et Guattari sont reconnus par les artistes.

66Toujours dans la mouvance marxiste, mais à la sauce « mai 1968 », le travail de Deleuze et Guattari : « L’anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie »42 a marqué son époque. Comme l’écrit Vincent Descombes43 : « Il fallait compléter Marx par Freud. » Ce fut l’agenda de recherche de ce philosophe et de ce psychanalyste clinicien. L’objet de la réflexion, comme chez Pierre Legendre plus tard, est d’analyser la « déterritorialisation » engendrée par l’expansion du capitalisme marchand. Ce que Deleuze appelle le « décodage des flux ». Mais, par rapport à Legendre, la méthode est différente. Deleuze reste marxiste, même si son marxisme est très original puisqu’il place le « désir » dans… l’infrastructure44, et considère l’inconscient, comme une « machine désirante ». La machine à vapeur, force productive de la révolution industrielle au temps de Marx, est donc remplacée par cette nouvelle machine ! Anti-Œdipe parce que Deleuze et Guattari rejettent la psychanalyse de Lacan, psychanalyse familiale à la papa-maman, pour une psychanalyse individuelle du « travailleur tout nu » (sic) face à la société. La machine désirante est une abstraction qui permet la construction d’un modèle des interactions sociales (les « flux »). L’inconscient est vu comme une machine qui produit du désir et ce désir libère le sujet, lui permet de changer, de communiquer et de faire même de sa vie une œuvre d’art45. La conclusion est que le décodage des flux par le capitalisme marchand (largement mondialisé aujourd’hui) ne libère pas l’individu, mais le rend névrosé en ce sens que la société lui impose un recodage, appelé simili-code, qui a pour finalité la répression des désirs de la machine désirante, alors que la même société crée un double bind, source d’un comportement schizoïde. Elle accepte en effet un discours de pseudo-libération du désir en tant que manque, reprenant ainsi le discours de la psychanalyse traditionnelle (et du marketing), pour faire consommer plus et ouvrir de nouveaux marchés. Il y a chez Deleuze et Guattari, à la fois, une dénonciation de la « société de consommation » et l’éloge de la fuite, ces deux postures recoupant chez eux une distinction entre schizophrénie passive et schizophrénie active. La thèse, fortement contestée par les médecins, est de poser que le capitalisme, par le biais de la société de consommation, pousse à une schizophrénie passive parce qu’il détruit les codes et propose des simili-codes. L’exercice d’une schizophrénie active, comme thérapie, consiste à libérer le désir en le fusionnant au monde extérieur. En caricaturant : désirer nager dans la mer et se prendre pour une machine désirante appelée (mer + nageur). La publicité d’aujourd’hui, récupératrice de toutes les idées, y compris subversives, est remplie de spots inspirés par cette analyse.

67Deleuze a joué un rôle important, celui de passeur, pour l’élaboration de l’analyse de Pierre Legendre. La déconstruction du marxisme de Marx, d’abord par Althusser avec ses trois instances (idéologique, politique et économique) dotée chacune d’une certaine autonomie, puis par Deleuze avec sa machine désirante, va permettre à Legendre d’achever le travail en faisant de l’infrastructure un espace dogmatique.

Contrat et statut sur le marché du travail

  • 46 Sauf, évidemment, salaire aux pièces.
  • 47 Keynes (1939).

68On a vu que le marché du travail des économistes est fondamentalement un marché libre où le travailleur salarié est un consommateur arbitrant entre travail et loisir en fonction du prix du loisir (égal au salaire) et, éventuellement, de ses revenus initiaux comme propriétaire des ressources initiales de l’économie. Comme le salarié stipule un contrat dans lequel est fixé un salaire nominal horaire (ou mensuel), il est logique d’observer une certaine inertie46 par rapport à la productivité en cas de choc de demande pour les biens fabriqués, comme l’avait souligné Keynes47. C’est une première « anomalie » que la microéconomie moderne est capable de prendre en compte avec, par exemple, les menu costs. Cette anomalie à court terme peut être amplifiée par le comportement d’un syndicat qui cherche à maintenir le niveau de salaire nominal, quels que soient les chocs négatifs de demande, par un salaire minimum par exemple. Ces deux « anomalies » relèvent de deux problématiques différentes. Dans le premier cas, on est en présence d’un contrat que les deux parties respectent. Mais un événement extérieur vient modifier les données réelles du contrat. Dans le second cas, un syndicat, pour le compte de ses adhérents, cherche à obtenir un statut. Nous avons déjà dit que la relation employeur-employé, n’est pas réductible à un simple contrat en raison d’une caractéristique particulière du contrat de travail : l’employé accepte, librement certes, un lien de subordination. La recherche d’un statut s’analyse alors comme la recherche par l’employé d’une sorte de compensation : d’accord pour accepter un lien de subordination, mais pas à n’importe quel prix, le prix étant un salaire de réservation négocié qui est au point de départ d’un statut. On parle, par exemple, du statut du salarié rémunéré au SMIC (ou « smicard »).

69La courbe de Phillips tient compte de manière stylisée de la recherche du statut avec la non linéarité. L’équation d’offre globale de Lucas ne le fait pas.

70Nous allons montrer que, au nom de l’axiome spéculaire de Legendre (cf. infra) et de la théorie du statut qui en résulte, on est fondé à rejeter la dichotomie de Hayek issue des deux ordres, avec son application au marché du travail, à savoir : le marché relève de l’ordre spontané et les réglementations de l’ordre artificiel. D’où le rejet du salaire minimum hors des mécanismes de marché.

  • 48 Legendre (2001).
  • 49 « Le discours fonde le lien social » [Lacan, cité par Descombes (1979), p. 127].

71Le travail de Pierre Legendre48, bien que plus vaste que cette question, permet d’analyser la naissance, le développement et l’affirmation de ce statut. Au départ, il y a un axiome spéculaire que l’on peut poser en ces termes : l’homme se regarde dans un miroir ou « machine à voir » qui lui donne un reflet de lui-même, modifié par une Weltanschauung donnée par des discours49 et des textes. Commentons cet axiome. L’homme en question ici est un « animal parlant » écrit Pierre Legendre, « être naturellement politique » parce que doué de la parole, reprenant ici l’expression d’Aristote dans le livre I de Politique. Cet homme répond à la question fondamentale (qui suis-je ?), non pas par le « Je pense, donc je suis » cartésien, mais par le « quelque chose pense en moi » nietzschéen ou encore : « Le je est un autre. » Le thème du miroir permet à Pierre Legendre d’introduire une donnée psychanalytique sous la forme du mythe de Narcisse. Si, en regardant dans le miroir, l’homme ne voit que lui-même (cogito), il risque des troubles psychiques sous le nom d’isthme narcissique. En revanche, si en regardant dans le miroir, l’homme se voit tel que des discours et des textes, disons pour faire court : des institutions, lui dictent sa perception (anti-cogito), alors la logique spéculaire est déjouée.

72L’écart spéculaire mesure la distance de l’homme par rapport à l’image qu’il voit dans le miroir telle qu’elle est modifiée par les institutions. L’écart est nul dans le cas où aucune institution ne fait écran. C’est l’isthme narcissique des psychiatres, hypothèse clinique expliquant des troubles de comportement comme la dépersonnalisation.

73Plus l’écart augmente, plus la réponse à la question existentielle devient riche. L’épaisseur de l’écart, c’est le domaine du dogmatique, c’est-à-dire des textes fondateurs qui sont des montages de la raison pour donner du sens à la vie en société. Pierre Legendre trouve ces textes dans le droit romano-canonique. Mais on n’est pas obligé de le suivre sur ce terrain.

74Si on applique, de manière volontairement abrupte, cette anthropologie dogmatique à l’économie, on aboutit à des propositions qui remettent en cause les principes fondateurs de la méthodologie de Hayek et les conséquences de celle-ci sur la conception du marché du travail au sein d’un équilibre économique général constitué de marchés libres. Ce n’est pas rien.

  • 50 La neuro-finance distingue le trader sans émotion (« Mr Spoke » de Star Trek) qui réussit mieux que (...)

75Observons d’abord un marché qui se rapproche le plus possible de l’idéal concurrentiel et informationnel parfait : un marché financier. Paradoxalement, l’écart spéculaire existe, là où on ne devrait pas le voir justement, car ces marchés expriment l’idéal concurrentiel des théoriciens : efficience allocative et informationnelle. Or, les traders invoquent « le marché » comme un être en soi, alors qu’ils sont dans le marché, puisque ce sont eux qui concourent aux mouvements du marché et à la formation des prix (modèle de point fixe). Mais ils ressentent le besoin de faire un pas de côté et de voir le marché en se décentrant. Le trader fou, justement, est celui qui est aspiré par la mise en abîme (isthme narcissique) : il pense battre le marché, seul contre tout le monde ; il se prend pour le démon qui fait bouger le marché s’il reste collé à l’écran de son ordinateur à rechercher des figures chartistes qui vont lui servir de prévision pour spéculer. Le trader rationnel, lui, sait qu’il ne peut pas battre le marché, mais profiter d’anomalies pour faire des montages spéculatifs profitables. Entre lui et le marché, il y a justement ces anomalies. Il y a un écart spéculaire50.

76Prenons ensuite un exemple de politique économique inspirée par Hayek et qui a échoué par rejet du corps social : la poll tax (de son vrai nom : Community charge) au Royaume-Uni en 1990. Conseillée par un économiste proche de Hayek, le Premier ministre, Mrs Thatcher, remplace la taxe d’habitation sise sur la valeur des biens immobiliers par un impôt local de capitation. La théorie microéconomique dit que, pour financer des services publics locaux, lesquels par nature profitent à tous de manière égale, il faut un impôt qui soit égalitairement réparti entre les électeurs qui élisent et contrôlent les élus qui votent ces services. De plus, l’impôt de capitation est neutre sur le plan de l’efficacité économique : sa nature forfaitaire garantit qu’il ne biaise pas les décisions d’achat/vente de biens immobiliers. Pourtant, cet impôt sera rejeté par la population, provoquera de violentes émeutes et finalement sera abandonné, entraînant la chute du Premier ministre. Que s’est-il passé ? Qu’il habite une chaumière ou un château, le contribuable payait le même impôt et la population a perçu ce mode de répartition comme profondément injuste. La dichotomie efficacité/équité a fonctionné en faveur de l’efficacité et au détriment de l’équité. En réduisant l’écart spéculaire (en augmentant l’efficacité et en réduisant l’équité), la poll tax a renvoyé aux classes moyennes (il y avait des exemptions pour les bas revenus) une image humiliante qui a été à l’origine de la violence sociale. Pourtant, un économiste connaissant la théorie des incitations aurait conseillé une solution de second best : taxer les habitants en dessous du niveau qui les inciterait à vendre ou à ne pas acheter ou à ne pas louer les maisons, et ne pas taxer en dessous du niveau qui inciterait des habitants à s’installer pour faire les free riders, en bénéficiant gratuitement des services publics locaux.

  • 51 Friedman (1962), p. 225.
  • 52 Becker & Nashat (1997).
  • 53 Legendre (2001), p. 126.

77Revenons enfin au marché du travail et aux « anomalies » qui expriment un rejet non pas du marché (contrat), mais un rejet d’absence (ou d’insuffisance) de statut. Le problème est formellement le même que dans le cas précédent : recherche de l’efficience du marché d’un côté, recherche de l’équité d’un autre ; contrat d’un côté, statut de l’autre. La question d’un salaire minimum, déjà évoquée plus haut avec Maurice Allais, a toujours préoccupé les économistes de Chicago. En 1962, dans Capitalisme et Liberté, Milton Friedman écrit51 : « En fait, pour autant que les lois sur les salaires minimaux aient un effet quelconque, celui-ci est, à l’évidence, d’accroître la pauvreté. » Quant à Gary Becker, volontiers provocateur, il écrit : « Même un magicien aurait de grosses difficultés à repousser la loi économique selon laquelle un salaire minimum plus élevé réduit l’emploi. »52 Pourtant, une législation qui supprimerait le salaire minimum, défini nationalement ou défini par branche, serait probablement rejetée par le corps social avec la même violence que la poll tax. Il y a une recherche de statut du salarié par le biais du « juste salaire » et, plus généralement, du « juste prix », depuis les corporations médiévales, sous l’influence de considérations religieuses. Dans le langage de Deleuze, ce statut est un « code ». Dans le langage de Legendre, « L’institution s’empare de l’écart spéculaire. »53 Supprimer le code, supprimer l’écart spéculaire, entraînera des réactions sociales que l’anthropologie rustique de Chicago ne comprend pas.

78Cet écart spéculaire trouve une expression à la Leibniz dans les modélisations économiques, vues comme textes ou montages de la raison (car un modèle est une narration en langage artificiel) qui tiennent compte d’imperfections, d’inerties, de rigidités, etc. Il en est ainsi de la new keynesian Phillips curve.

L’équation d’offre de Lucas revue par les nouveaux keynésiens

  • 54 Cf. notamment : S. Fischer (1997) et Gali & Gertler (1999).

79Nous quittons les grands espaces des méta-économies pour revenir plus modestement à l’étage en dessous, où une nouvelle courbe de Phillips a été présentée il y a environ 10 ans54 pour tenir compte de la viscosité des prix (sticky prices) des biens produits. Cette viscosité empêche la firme d’atteindre son objectif de profit maximal. Cela permet de conserver la simplicité de l’équation de Lucas, en encapsulant toutes les raisons qui font que les entreprises ne sont pas à l’optimum de premier rang. Par rapport à Keynes-1939, pour qui les salaires nominaux sont fixes à court terme mais les prix flexibles, ici ce sont tous les prix qui sont visqueux, mais pas au même moment. Quelles sont les raisons ? D’abord il y a concurrence imparfaite au lieu de la concurrence parfaite chez Lucas. Les firmes sont donc price makers. Elles fixent le prix à partir de la formule : prix = coût marginal C + marge fixe m :

  • 55 Calvo (1983). On retrouve ici, le hasard en moins, les bonnes vieilles hypothèses des modèles macro (...)

80Ensuite, le comportement de l’entreprise va dépendre de l’écart entre ce prix qui optimise le profit et le prix de la rue p. Pour définir ce dernier, les concepteurs de modèles choisissent l’hypothèse qui permet la formalisation mathématique la plus facile à traiter, mais pas nécessairement la plus réaliste : le pricing à la Calvo55. L’entreprise optimise son profit sur une période de temps infinie sachant qu’à certaines périodes, tirées au hasard, elle peut changer ses prix ; à d’autres périodes, non. Quand elle peut changer ses prix, elle choisit évidemment p*t et l’écart est nul. Quand elle ne peut pas, l’écart est non nul. L’écart non nul est un coût marginal réel (augmenté d’une partie fixe m) :

m+Ct−pt

81L’équation d’offre de Lucas qui s’exprimait ainsi (cf. supra) :

devient :

82L’inflation observée pt dépend de l’inflation anticipée en t pour la période (t+1) augmentée de l’écart de coût marginal réel entre la situation de price maker et celle de price taker. le paramètre a mesure le degré de rationalité des anticipations. Le paramètre ß mesure l’impact sur l’inflation observée en t du nombre d’entreprises tirées au hasard en t qui sont price makers. En cas de choc positif de demande, la production augmente à coût marginal croissant. D’où une hausse des prix (pour les firmes qui le peuvent) supérieure à l’inflation anticipée et des effets réels sur la production et l’emploi.

83Si les coûts sont, à court terme, des coûts essentiellement salariaux, l’augmentation des coûts marginaux peut être vue concrètement comme le recours aux heures supplémentaires en cas d’une forte et soudaine augmentation de la demande.

  • 56 Keynes (1939).

84Inversement, en cas de choc négatif de la demande monétaire, on retrouve l’explication de Keynes : la rigidité contractuelle des salaires nominaux entraîne des variations négatives dans les quantités demandées de travail56.

85Reste un dernier problème : l’estimation des coûts marginaux. Comme une courbe d’offre microéconomique est tirée d’une courbe de coût marginal, les auteurs proposent de remplacer la partie droite de l’équation par l’output gap. Finalement, on revient à la courbe d’offre du modèle standard, si ce n’est que le paramètre ß a une signification particulière.

Conclusion

  • 57 Supiot (1994), 2007, p. 33.

86L’anthropologie dogmatique de Legendre, comme méta-économie alternative, amène à considérer que, sur le marché du travail, les anomalies – expressions de l’écart spéculaire – sont la règle et l’équilibre concurrentiel est l’exception. À l’inverse, la méta-économie hayekienne retient la dichotomie entre ordre spontané et ordre artificiel, ce qui amène à refouler les anomalies dans le domaine de l’économie appliquée. Dans un premier temps, la courbe de Phillips initiale a été progressivement vidée des anomalies jusqu’à ce que l’équation d’offre de Lucas se substitue à elle dans un cadre hayekien pur. Puis, cette équation, sous sa forme new keynesian, a repris les anomalies, en leur donnant une origine microéconomique, écartant ainsi l’accusation de holisme des adversaires de Keynes. Quand Legendre écrit que « Tout l’édifice de l’économie se trouve adossé aux constructions dogmatiques », derrière la nature lapidaire de la formule, il y a l’idée que, au-delà des contrats qui sont l’expression juridique de l’échange sur le marché du travail, il y a des statuts qui sont l’expression de l’écart spéculaire. Il y a d’ailleurs « insertion d’un statut dans un contrat »57 en droit du travail français. Les deux sont liés comme en économie où l’échange de quantités de travail sur le marché implique automatiquement l’acceptation de rigidités par les demandeurs, avec toutes les conséquences sur la recherche d’un équilibre de profit maximum. Il est plausible de poser que, au niveau microéconomique, les situations réelles d’équilibre sont des situations optimales de second rang avec, probablement, des effets macroéconomiques non négligeables.

Notes

1 Rappelons que cet article a été écrit pour présentation lors du 12e colloque international de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique, qui s’est tenu à Orléans, au printemps 2008 (note de l’éditeur).

2 Phillips (1958).

3 « […] we must consider, that though the high price of commodities be a necessary consequence of the encrease of gold and silver, yet it follows not immediately upon that encrease ; but some time is required before the money circulates through the whole state, and makes its effect be felt on all ranks of people. At first, no alteration is perceived ; by degrees the price rises, first of one commodity, then of another ; till the whole at last reaches a just proportion with the new quantity of specie which is in the kingdom. In my opinion, it is only in this interval or intermediate situation, between the acquisition of money and rise of prices, that the encreasing quantity of gold and silver is favourable to industry ». [Hume (1752), p. 23].

4 Lucas (1995).

5 Une méta-économie définit les principes fondateurs d’une pensée économique. C’est un paradigme qui oriente la modélisation.

6 Dogmatique, du grec δόγμα (dogma), « opinion ». Chez Legendre, c’est un discours sous forme de texte qui institue la raison de vivre en société. L’erreur serait de prendre ce mot dans sa signification courante.

7 Cf. Supiot (1994) et (2005).

8 Par « théorie classique », Keynes désigne aussi bien la pensée économique issue de Ricardo que celle née du marginalisme. Il serait plus juste de parler de théories économiques inspirées par le libéralisme du xixe siècle.

9 Keynes (1936), chap. 2, section II, 1982, p. 39.

10 Ibid., chap. 2, section III, 1982, p. 40.

11 Lipsey (1960).

12 Malinvaud (1991).

13 Après la révolution marginaliste, le prix naturel du travail, calculé à partir d’un fonds des salaires, disparaît. Il ne reste que le prix courant ou prix de marché en fonction de l’offre et de la demande.

14 Ricardo (1917), 1970, p. 76.

15 Ibid., p. 79.

16 Les syndicats sont interdits par les combination acts de 1799-1800.

17 Rueff (1925), p. 425-37.

18 Dole signifie portion en Anglo-saxon ancien. Le mot a une racine indo-européenne : dail, qui a donné aussi : deal.

19 Keynes (1939).

20 Fisher (1926).

21 Lucas (1972).

22 Cf. Friedman (1968).

23 Cf. Abraham-Frois (2001), p. 214-27.

24 On élimine la solution triviale où ß = 0. Dans ce cas on revient à la courbe d’origine.

25 Un modèle construit sur quelques hypothèses simplificatrices est jugé sur ses prédictions. Il suffit que les faits corroborent ces prédictions pour que l’on puisse dire que les agents se comportent comme si ils étaient rationnels.

26 Bourdieu (1998), p. 109.

27 De Vroey & Malgrange (2006).

28 Debreu (1959), p. 85.

29 Hayek (1979), p. 153.

30 L’argument is/ought appelé la guillotine de Hume interdit que l’on puisse tirer un jugement de valeur à partir d’un jugement de fait.

31 Allais (1991), p. 77-78.

32 Deleuze & Guattari (1972).

33 Préface de l’auteur aux Principes : cf. Ricardo (1817).

34 Supposons que seuls les capitalistes épargnent et que les salariés ne font que consommer (des biens d’aujourd’hui et des biens de demain). Plus les investisseurs dépensent à crédit (donc par création monétaire, le crédit faisant le dépôt) en achetant des biens d’équipement, plus ils gagnent d’argent en vendant des biens de consommation aux salariés.

35 Le modèle français de la Direction de la Prévision : DECA (Analyse et prévision, no 1, 1971) suivi par STAR (no 35, 1973).

36 Cf., par exemple, Attali & Guillaume (1974). Ouvrage très inspiré, jusqu’à son titre, par Deleuze.

37 Cf. Cusset (2003).

38 Althusser (1965).

39 Deleuze & Guattari (1972).

40 Althusser (1965), 1996, p. 397.

41 Habermas (1968).

42 Deleuze & Guattari (1972).

43 Descombes (1979), p. 200.

44 Deleuze & Guattari (1972), p. 415.

45 Aujourd’hui encore, Deleuze et Guattari sont reconnus par les artistes.

46 Sauf, évidemment, salaire aux pièces.

47 Keynes (1939).

48 Legendre (2001).

49 « Le discours fonde le lien social » [Lacan, cité par Descombes (1979), p. 127].

50 La neuro-finance distingue le trader sans émotion (« Mr Spoke » de Star Trek) qui réussit mieux que le trader émotif. Le premier est un fondamentaliste. Le second est un chartiste.

51 Friedman (1962), p. 225.

52 Becker & Nashat (1997).

53 Legendre (2001), p. 126.

54 Cf. notamment : S. Fischer (1997) et Gali & Gertler (1999).

55 Calvo (1983). On retrouve ici, le hasard en moins, les bonnes vieilles hypothèses des modèles macro-économétriques des années 1960 avec la distinction entre secteur abrité (price maker)/exposé (price taker) à la concurrence mondiale.

56 Keynes (1939).

57 Supiot (1994), 2007, p. 33.

Auteur

Université de Nancy & CEREFIGE,
(Centre de Recherches en Économie Financière et Gestion des Entreprises, EA 3942)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search