Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Conclusions. L’avenir du travail et de ses régulations

Oublier la valeur-travail pour penser le travail : un programme pour la sociologie du travail

François Vatin

Texte intégral

1Le sujet proposé pour cette table ronde a une grande qualité dans sa formulation : il invite en effet à distinguer le travail de ses régulations, autrement dit, l’activité de travail, des dispositifs sociaux par lesquels celle-ci est encadrée.

2Comme le souligne Jean-Christophe Le Digou dans son exposé, la thématique du travail a été au cours de ces dernières décennies par trop occultée par celle de l’emploi. Qu’est-ce à dire et comment distinguer ces deux termes ? Je reviendrai sur la notion de travail qu’il faut entendre comme « activité productive », et cela dans une acception large de la notion de « production ». La notion d’emploi renvoie quant à elle à la reconnaissance sociale de cette activité productive par un statut, le plus souvent salarial, dans la société contemporaine. Confondre le travail avec l’emploi, c’est alors confondre l’activité de travail avec le statut qu’elle confère, et, par réductions emboîtées, avec le statut de travail de référence dans les sociétés marchandes développées contemporaines, soit le salariat. Cette réduction conceptuelle a été favorisée par deux conjonctures connexes dont il faut étudier la combinaison : la première socio-économique (le développement d’un chômage de masse à partir de la fin des années 1970) ; la seconde théorique (la réflexion sur la construction historique de la « notion » de travail et le débat coextensif sur la possible « fin » du travail).

3La montée continue du chômage, tout particulièrement en France, de la fin des années 1970 au milieu des années 1990 est un phénomène souvent mal compris, car interprété sur le modèle de référence de la Grande Crise. Or, à la différence de la configuration qui avait prévalu dans les années 1930, l’économie française n’a jamais perdu d’emplois au cours de ces trois décennies de chômage de masse entamées au milieu des années 1970, à l’exception d’un bref creux dans les années 1992-1993, et, a fortiori, de la véritable dépression que nous connaissons aujourd’hui. Tout au contraire, l’emploi, et notamment l’emploi salarié, n’a cessé de croître au cours de cette période. La montée du chômage n’était donc aucunement liée à une crise de l’institution salariale, mais, au contraire, à son succès, c’est-à-dire à son expansion continue conduisant de nouvelles couches de la population qui en étaient jusque-là exclues (les femmes tout d’abord, mais aussi, par exemple, les populations d’origine agricole) à la recherche d’un tel statut. La montée statistique du chômage peut ainsi être interprétée comme une croissance de l’attente de travail salarié plus rapide que la croissance du salariat lui-même. Ainsi, dans les faits, mais encore plus dans les consciences, le travail a été identifié au salariat, seule forme légitime de reconnaissance sociale de l’activité productive dans notre société. Or, faut-il souligner à quel point une telle identification du travail et du salariat est épiphénoménale à l’échelle de l’histoire et du monde ? Le travail non-régi par l’institution salariale, que l’on désigne, bien à tort, d’« informel » (parce que sa régulation sociale ne correspond pas à notre forme juridique de référence) domine aujourd’hui à l’échelle de la planète, comme il a dominé naguère dans nos propres sociétés. Dans nos sociétés mêmes, le « travail domestique » n’a pas aujourd’hui disparu. À y regarder de plus près, on verrait que si, assurément, la reproduction de nos sociétés est essentiellement dépendante des échanges marchands (et du salariat qu’ils génèrent), elle repose aussi sur toute une « informalité » dans les échanges au sein de la famille, du voisinage, etc.

  • 1 Notons à cet égard les conséquences négatives des dispositifs contractuels de pilotage de la recher (...)

4La préoccupation du chômage a ainsi conduit à traiter du travail sur un mode profondément réducteur1 Le chômage a été pensé comme un manque de travail, au niveau macro-économique (déséquilibre entre l’offre et la demande de travail), comme au niveau psycho-social (un besoin de reconnaissance sociale non-satisfait). Dans une telle topique, le travail n’est plus pensé comme une activité singulière, mais comme une grandeur sans qualité : une marchandise pour la théorie économique, le support d’une identité sociale pour la sociologie. Avec raison, on s’est inquiété des risques de désocialisation liés au chômage, non sans faire appel à la théorie durkheimienne de la « division du travail social » qui souligne que, dans les sociétés développées, reposant sur la « solidarité organique », le travail constitue le lien social par excellence. Les politiques dites de « traitement social du chômage » visaient ainsi à lutter contre la marginalisation de pans entiers de la société, évincés de l’activité salariale, et à « re-socialiser » ces personnes par des stages, des emplois aidés, voire un revenu minimum dit d’« insertion », c’est-à-dire visant le retour à l’emploi. De même, la politique de « réduction de la durée du travail » avait pour objectif de mieux « distribuer » le travail pour que chacun puisse trouver sa place dans ce vaste échange social de travail, afin qu’il ne se trouve pas en situation d’« exclusion ».

5Il n’entre pas dans mon propos de discuter telle ou telle mesure de politique économique et sociale, tel ou tel dispositif de lutte contre le chômage. Je voudrais seulement souligner que le centrage du questionnement sur la socialisation par le travail a eu pour conséquence d’évincer du débat la question du travail lui-même comme acte producteur. Chercher à socialiser par le travail, c’est faire comme si le travail était en soi une valeur socialisatrice. Mais c’est là prendre le problème à l’envers. Le travail n’est socialisateur que parce qu’il est productif. Tel est le paradoxe du « traitement social » du chômage qui vise à mettre les chômeurs au travail pour les resocialiser, tout en déniant à ces travaux leur caractère « productif » (i.e. « économique »). Autrement dit, on a confondu là le travail avec les formes socio-juridiques de sa régulation, comme si le travail était réductible à un « contrat de travail », fut-il aidé. Ce qui me ramène à mon point de départ.

6C’est ici qu’il faut introduire le débat théorique sur la notion de travail, sa genèse et son devenir. De nombreux auteurs ont insisté sur la relativité historique de la notion de travail et sur son lien intrinsèque avec une philosophie puritaine de la chute en rappelant son étymologie : le trop fameux tripalium, lequel n’est qu’un banal trépied, qui peut servir à torturer (tripaliere, qui deviendra « travailler »), mais aussi à ferrer les animaux (le travail des maréchaux-ferrants). Cette histoire du mot travail est sans doute importante pour comprendre la genèse de notre civilisation, mais il est pour le moins réducteur de ramener la question du travail à celle du mot qui le désigne. Le discours relativiste qui associe la genèse du travail à celle du mot « travail » conduit par ailleurs à laisser accroire à la possibilité de sociétés « sans travail », ou, tout au moins, de sociétés, dont l’archétype aurait été la Grèce antique, où le travail occuperait une place marginale dans les valeurs sociales. De plus, le retour à un tel modèle social fut souvent présenté comme désirable, en ce qu’il permettrait de remettre au cœur de l’organisation sociale, les « vraies » valeurs, celle du politique, qui occupaient les hommes de la Grèce antique (entendons par là les individus mâles et libres). La relativisation historique de l’idée de travail, dont on situe la genèse dans l’Europe chrétienne, et plus particulièrement à l’époque de la Réforme, et le triomphe lors de la Révolution industrielle, permet ainsi, symétriquement, de penser sa possible « fin », laquelle fut abondamment débattue dans le courant des années 1990.

  • 2 Cf. Vatin (2008).

7Selon cette thématique, le travail est pensé comme une « valeur », c’est-à-dire comme un dispositif idéologique plus ou moins prégnant dans la société. La critique de cette valeur a pour partie soutenu la politique de réduction de la durée du travail. En retour, cette topique a alimenté une critique de la critique qui a fait florès lors de la dernière campagne présidentielle : la politique des trente-cinq heures aurait « dévalorisé » le travail ; il faudrait le « revaloriser ». « Travailler plus pour gagner plus », tel fut le slogan simple et habilement martelé en faveur d’un grand retour du travail. Mais, comme je l’ai souligné ailleurs2, la politique antérieure de réduction de la durée du travail et celle présente de revalorisation du travail partagent une même représentation : celle du travail comme une grandeur homogène, sans qualité, que l’on pourrait additionner, diviser, répartir, étaler en couches plus ou moins fines ou multiplier comme des petits pains. On confond ici le travail avec une métrique simple : celle de sa durée, mesure sans doute indispensable pour la régulation socio-juridique de l’activité de travail, mais qui ne rend que très grossièrement compte de ce qui se joue dans l’activité productive. Face à de telles simplifications, la réalité se rebelle : on l’a vu dans la difficile application de la loi sur les trente-cinq heures (comment prendre en considération les « pauses » ? que faire pour les cadres ? etc.) comme dans l’application du « travailler plus pour gagner plus » (comment prendre en considération les heures complémentaires pour les salariés à temps partiel ?) Dans ces débats complexes qui surgissent à l’occasion de l’application d’une idée apparemment simple (réduire la durée du travail pour le distribuer de façon plus équitable ou favoriser son allongement en vue de la croissance économique) surgit la réalité du travail, celle d’un secteur donné, d’une profession donnée, d’une entreprise donnée, d’un atelier donné, d’un poste de travail donné. En somme, comment ce secteur, cette profession, cette entreprise, cet atelier, ce travailleur produisent-ils ? Par quelles métriques complexes et multiples peut-on saisir ces actes productifs singuliers ? Comment s’inscrivent-ils dans un système d’échange qui, par gradations successives, va de l’individu, de l’établissement à la nation, à la société mondialisée ?

8Penser d’emblée le travail comme valeur, c’est faire l’économie d’une question préalable essentielle : qu’est-ce que travailler aujourd’hui ou, pour le dire autrement, comment produit-on et d’abord que produit-on ? Ce questionnement, d’apparence triviale, suscite curieusement la perplexité. Il n’est qu’à regarder les livres d’images que l’on donne aux enfants pour se faire une idée du problème. Qu’y trouvera-t-on pour donner une idée du travail ? Un paysan dans les champs, un cordonnier sur son établi, mais assurément pas un cadre dans une réunion de travail ou un opérateur de surveillance-contrôle devant un ordinateur. Le travail, tel qu’on le montre aux enfants, reste perçu comme un engagement du corps dans la transformation de la nature et c’est cela que les images donnent à voir. Curieux contraste avec la représentation totalement désincarnée qui est servie aux adultes : celle d’un travail défini comme une abstraction juridique, économique et sociale. Mais, finalement, la représentation que l’on suggère aux adultes n’est-elle pas plus fautive que celle que l’on donne aux enfants ? Le travail n’est-il plus, pour citer Marx, « de prime abord un acte qui se passe entre l’homme et la nature » ? Un acte par lequel l’homme « agit […] sur la nature extérieure et la modifie » et ainsi « modifie sa propre nature, et développe les facultés qui y sommeillent ». Les images proposées aux enfants sont anachroniques, mais elles visent à présenter le travail comme activité productive ; la représentation standard fournie aux adultes fait du travail une pure contrainte, de ce fait absurde, une obligation sociale qui aurait perdu toute finalité.

9Toute la difficulté vient de ce que nous avons du mal à penser les modalités par lesquelles notre « travail » contemporain, dit « abstrait », « intellectuel », le plus souvent « tertiaire » modifie notre environnement naturel. Le travail semble s’être dématérialisé. Pourtant, la capacité d’intervention de l’homme sur la nature est plus importante que jamais, ainsi que nous le rappellent les incessants progrès technologiques et leur revers : les inquiétudes écologiques. Pourtant également, le travail met toujours en mouvement la corporéité de l’homme, même s’il exige de moins en moins d’énergie musculaire : le cerveau aussi est un organe et son activité ne peut se déployer sans contraintes physiologiques. L’enjeu est donc bien de penser les médiations complexes entre nos activités individuelles de travail et notre capacité collective d’intervention sur notre environnement afin de le conformer à nos besoins et à nos désirs, en d’autres termes, les médiations entre travail et production, au sens technologique comme économique du terme. Rares sont aujourd’hui, dans les pays développés, les travailleurs en contact direct avec la matière ; mais l’ensemble des activités, mêmes « tertiaires », s’inscrivent de façon plus ou moins indirecte dans une finalité d’interaction avec la nature : les professeurs forment des informaticiens, qui établissent des programmes qui sont intégrés dans des processus industriels… Le développement considérable de la division sociale du travail nous occulte cette contribution de chacun à l’interaction globale des sociétés humaines avec la nature.

10Ce n’est pas le lieu ici d’instruire positivement cette question. Je voulais seulement souligner qu’une bonne analyse du travail comme activités, une bonne compréhension des modalités par lesquelles ces activités ont une vertu productive socialement reconnue, souvent, mais pas exclusivement, via le marché, est indispensable, aujourd’hui comme hier, pour comprendre les formes différentiées de régulation juridique, économique, institutionnelle du travail. Sortir du débat sur la « valeur travail », c’est retrouver les travaux dans leurs variétés, leurs spécificités, leurs contextes techniques, économiques, juridiques, etc. Le travail est inextricablement acte technique productif et lien social, via notamment sa rémunération. Ne l’aborder que sous ce second angle, c’est le réduire à une dimension unique, ainsi que le font les économistes quand ils le prennent sous l’angle de la valeur (économique). Marx, en son temps, avait appelé cela le « travail abstrait », c’est-à-dire le travail saisi par la norme marchande. La sociologie durkheimienne, en faisant du travail dans la société contemporaine le fondement par excellence de la socialisation des individus, ne procède pas de façon très différente. Dans un cas comme dans l’autre, il est intéressant de voir comment le travail est « saisi » par une instance sociale : le marché, la solidarité sociale. C’est un coin du voile qui est alors levé. Ces théories ne sont donc pas sans pertinence. L’erreur est seulement de prendre au premier degré la réduction ainsi opérée et de penser que le travail peut se réduire au travail abstrait ou au lien social des sociétés à solidarité organique.

11Une véritable approche sociologique du travail vise à dépasser ces conceptions fétichisées. Il s’agit de s’appuyer sur une analyse des formes concrètes de l’activité dans des contextes spécifiques pour penser, dans une montée en généralité, l’inscription de ses activités spécifiques dans les espaces sociaux que sont les systèmes techniques, les marchés, les formes de solidarité sociale, etc. On peut ainsi tenter de « tenir les deux bouts » et penser les formes de régulation sociale des activités de travail dans les sociétés contemporaines et, notamment, ce qu’on désigne communément par l’expression de « relations professionnelles » (les cadres juridiques, les conventions collectives, l’organisation syndicale, les relations sociales dans l’entreprise, etc.). Sans doute, une division du travail est nécessaire, même dans les sciences sociales, et certains regarderont plutôt le travail sous l’angle de l’activité (les ergonomes, les psychologues) et d’autres plutôt sous l’angle de la régulation sociale (les juristes, les spécialistes des relations professionnelles). Mais l’enjeu est d’éviter la fétichisation, d’un côté comme de l’autre : les actes individuels de travail n’ont pas de sens indépendamment des dispositifs sociaux dans lesquels ils s’insèrent ; les systèmes de relations sociales ne s’établissent pas sur un travail « abstrait » mais en lien avec des activités concrètes de travail qui imposent leurs normes physiologiques, technologiques, etc.

12Je n’ai sans doute pas répondu à la question : quel avenir pour le travail et pour ses régulations ? Qui peut prétendre parler pour l’avenir ? Mais j’espère pourtant avoir éclairé le problème en précisant dans quel sens il faut à mon sens poser cette question : concevoir l’avenir du travail et de ses régulations suppose, d’abord, de distinguer conceptuellement le travail de ses régulations. Mais c’est un grand chantier théorique qu’il faut ici rouvrir, tellement nous avons intégré une conception fétichisée du travail, sans doute commode pour l’analyse économique et sociale, mais profondément aporétique.

Notes

1 Notons à cet égard les conséquences négatives des dispositifs contractuels de pilotage de la recherche dans le domaine des sciences économiques et sociales. En focalisant l’attention des chercheurs sur ce que les politiques considèrent comme les « problèmes de l’heure », ils favorisent l’abandon de questionnements essentiels qui semblent devenus obsolètes au regard de l’agenda politique.

2 Cf. Vatin (2008).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search