Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Conclusions. L’avenir du travail et de ses régulations

Statut du travail et nouveau plein-emploi1

Jean-Christophe Le Duigou

Texte intégral

  • 1 Texte rédigé le 5 août 2008.

1Le travail est revenu au cœur des préoccupations sociales après s’être évanoui derrière le problème de l’emploi pendant deux décennies. Mais ce retour s’opère dans un contexte « critique » comme en parlent les scientifiques : c’est-à-dire à un moment où il faut collectivement faire des choix.

2Ces choix se discutent bien sûr théoriquement. Le débat voit s’opposer des écoles différentes représentant autant de partis pris scientifiques autour de plusieurs logiques d’analyse. Ces choix s’opèrent aussi dans la pratique avec des réformes plus ou moins structurantes. Mais il y a peu d’occasions de croiser ces deux démarches. Cette table ronde est une exception.

3La CGT a ses propres hypothèses sur l’évolution du travail et de son insertion dans l’économie et la société.

4Notre hypothèse qui s’oppose totalement au paradigme libéral, est que le travail est inséparable de la personne humaine. La question est dès lors celle de l’espace que le travail ouvre à l’activité des hommes. Celui-ci est aujourd’hui contraint. Je reprendrai l’expression d’Yves Clot en l’adaptant : l’organisation économique actuelle est « trop petite » pour permettre « le développement humain ».

5À l’inverse de notre approche, nombre d’experts, le patronat, beaucoup de gouvernements considèrent que le marché du travail n’aurait d’autre perspective que celle d’une « adaptation aux contraintes de gestion des entreprises et de la concurrence ». Je ne nierai bien sûr pas le besoin de mutation des règles sociales. Je conteste cependant un processus de « dérégulation » qui fait du salaire, de l’emploi et plus globalement du travail la variable d’ajustement. La recherche de la « flexicurité » me paraît le signe d’un problème non résolu alors qu’il faut déterminer la place du travail dans nos économies, en ce tournant de siècle.

6Il faut d’abord s’arrêter sur le diagnostic. Celui-ci est loin de faire consensus.

  • 2 Kessler (1999).

7L’approche dominante qui s’est imposée ces dernières années est très « schumpétérienne ». Celle-ci semble avoir envahi tout le spectre du débat économique depuis 10 ans. Nous serions entrés dans une nouvelle phase du cycle économique alimenté par la vague des nouvelles technologies ; les « acquis sociaux » représenteraient autant de « blocages » qu’il faudrait lever pour favoriser le développement des nouvelles initiatives2.

  • 3 L’OCDE opère ainsi une adaptation de son discours traditionnel sur le salaire minimum en 2000 : cf. (...)

8Il s’agirait, dans l’optique libérale, de réduire les protections de l’emploi qui font barrage à une réallocation optimum des ressources : des salaires trop élevés, une protection sociale trop étendue, une garantie de l’emploi trop forte… C’est la logique à l’œuvre, à peine tempérée dans la dernière période de quelques préconisations sociales sur l’intérêt à ne pas négliger plusieurs règles sociales fondamentales considérées comme « raisonnables »3.

  • 4 Cf. Artus & Virard (2008).

9Autre réponse. Dans une optique sociale, il faudrait certes transformer le système antérieur de gestion de l’emploi en l’adaptant au nouveau contexte, mais en prenant soin de compenser les contraintes par de nouvelles structures redistributives. Ce serait le nouvel espace de la social-démocratie. À mes yeux, ces deux approches se combinent plus qu’elles ne s’opposent ; l’optique sociale faisant davantage écho au libéralisme pur et dur en se proposant de gérer différemment l’adaptation plus qu’elle n’en conteste ses fondements. Mais cela est-il crédible alors que les marchés financiers tiennent le haut du pavé imposant à chaque entreprise de faire « mieux que la moyenne » en matière de taux de profit et de rendement financier ? Et avec pour double conséquence une pression sans précédent sur l’emploi et les salaires et des restructurations sans fin4.

10Or, c’est le diagnostic qui n’est pas correct. Le concept de « destruction créatrice » joue le rôle de voile, plutôt que d’éclairage, sur ce qui se passe dans le tissu économique et social. Je prends comme hypothèse que l’on n’est pas en réalité confronté à un problème classique de réallocation des ressources de main-d’œuvre entre secteurs. On est face à une restructuration d’ensemble des activités et même de la société, avec une recomposition des fonctions productives qui implique la reconnaissance d’une nouvelle place au travail.

11Faute d’un diagnostic solide, la transformation du travail est inaccomplie, biaisée, contrainte.

12La disjonction homme/travail continue à se creuser avec son cortège de pathologies, de souffrances, le tout est source d’inefficacité majeure et génère un fort traumatisme social.

13La mutation technologique est évoquée mais elle n’est pas correctement évaluée. Le rôle de l’information et l’existence de nouvelles sources d’efficacité ne sont pas encore perçus à leur juste importance.

14Du coup, la réorientation nécessaire de la politique économique qui s’annonce, est vécue comme « un tête à queue » largement incompréhensible. Après avoir annoncé « la fin du travail », on affiche un retour de la « valeur travail » ; alors que tout a été fait pour sortir du marché du travail, jeunes, travailleurs âgés, femmes, salariés peu qualifiés, il faudrait inciter au retour à l’emploi ; alors qu’on dit vouloir valoriser la qualification, on multiplie les emplois peu qualifiés et faiblement rémunérés et on incite plus à l’allongement de la durée du travail qu’à un relèvement de son efficacité. La segmentation du marché du travail s’accroît alors que l’on évoque le besoin d’un contrat de travail unique.

15Cela ne fait que multiplier les questions : va-t-on vers un morcellement des activités et du marché du travail ? Faut-il opposer « vieille » et « nouvelle économie », « industrie » et « services » ?

  • 5 Cf. Le Duigou & Le Bris (1998).

16Ou, à l’inverse, ne faut-il pas analyser ce processus en termes de rapprochement et d’homogénéisation des différents types d’emplois ? Nous soutenons depuis au moins deux décennies l’hypothèse d’une nécessaire valorisation du travail quel qu’il soit et d’une convergence industrie-services sur la base de la « révolution informationnelle »5.

17Dans le tertiaire comme dans l’industrie, le recours au capital s’est accru. Les taux de salarisation et de féminisation ont augmenté. La standardisation des services a beaucoup progressé dans la banque, l’assurance, les activités de santé. À l’inverse, la personnalisation des biens matériels s’est affirmée comme dans l’automobile, les biens d’équipement ménagers… Les relations avec la clientèle se font partout plus étroites. La crise d’un néo-taylorisme qui marque l’organisation du travail touche tous les secteurs. La montée des emplois dits « tertiaires » est donc avant tout la marque des transformations que connaissent tout notre système économique et le travail lui-même.

18Cela appelle une nouvelle stratégie de développement social.

19La France ne peut s’en sortir qu’en vendant relativement cher une production et des services élaborés à partir d’un travail bien rémunéré et en utilisant intelligemment les ressources spécifiques de son territoire.

20La crise a révélé les faiblesses de la régulation du marché du travail à la française qui avait été partiellement dissimulée derrière « les succès des Trente Glorieuses ». Le coût du travail demeure la préoccupation centrale au détriment de la qualification. Le chômage et l’emploi ne sont traités que du point de vue global de la répartition de la richesse, de la consommation et des débouchés. D’où la priorité donnée jusqu’à présent aux questions micro-économiques de « compétitivité-coût » et macro-économiques de « désinflation compétitive ».

  • 6 Cf. Castel (1995).

21Si le politique savait accomplir les tâches de régulation conjoncturelle, il se révèle incapable d’impulser une dynamique de développement et d’emploi dans le contexte nouveau. Plus grave, il se montre incapable de reconstruire des visions communes. Il ne sait pas relier des individus qui sont en voie d’exclusion, de « dé-relations »… dirait Robert Castel6.

22Renforcer le champ de la négociation sociale alors que la pression de la rentabilité financière n’a jamais été aussi importante ne suffit évidemment pas à résoudre les problèmes, car on ferait ainsi l’impasse sur la crise des outils de régulation héritée du passé. Il faut une nouvelle construction globale mêlant les différents champs : économique, social, politique... permettant de « penser un projet de développement social » et de nouveaux objectifs collectifs. La CGT met en avant l’idée d’une « sécurité sociale professionnelle d’emploi et de formation ».

23La société doit en effet pouvoir retrouver des capacités de choix sans les séparer des conditions du développement économique. C’est dans ce cadre que les débats sur l’évolution du marché du travail et de la protection sociale peuvent prendre un sens offensif. La recherche d’un nouveau plein-emploi s’articulera à de nouvelles garanties sociales combinées à une nouvelle efficacité économique et à de nouvelles responsabilités pour tous les acteurs. C’est la clé d’une réforme réussie du marché du travail.

24La sécurité sociale professionnelle peut permettre le retour à une mobilité choisie, organisée collectivement, compatible avec le développement des compétences, des qualifications et des solidarités.

25Ses trois composantes sont :

  • la formation avec un effort collectif considérablement accru, en proportion de ce que sont les flux de départ à la retraite depuis 2005 ;

  • la transférabilité des droits et la continuité de certaines protections, c’est-à-dire droits individuels bien insérés dans un cadre collectif ;

  • la création d’un nouveau service public de l’emploi apte à mutualiser les efforts collectifs et à garantir un vrai droit à l’intégration dans l’emploi.

26Cette question de la place du travail est un enjeu spécifique pour l’Europe dans le processus de mondialisation.

27Force est de constater le retard de l’action revendicative par rapport à la stratégie des firmes. La moitié du commerce mondial, le tiers des investissements, le quart de la main-d’œuvre sont directement ou indirectement sous l’influence des plus grandes firmes multinationales. L’Europe est-elle un échelon pertinent pour influer sur ces stratégies ? Nous en avons fait le pari. Mais nous sommes encore loin d’une construction crédible. La « stratégie de Lisbonne » n’a pas permis de sortir des contradictions que nous avons pointées. C’est pourtant un enjeu majeur de la période dans laquelle nous sommes entrés. Peut-on construire à l’échelle de l’Union européenne un projet commun quant à l’avenir du travail ?

Notes

1 Texte rédigé le 5 août 2008.

2 Kessler (1999).

3 L’OCDE opère ainsi une adaptation de son discours traditionnel sur le salaire minimum en 2000 : cf. OCDE (2000), « Études économiques : France », juillet.

4 Cf. Artus & Virard (2008).

5 Cf. Le Duigou & Le Bris (1998).

6 Cf. Castel (1995).

Auteur

Secrétaire de la Confédération Générale du Travail

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search