Version classiqueVersion mobile

Repenser le travail et ses régulations

 | 
Christophe Lavialle

Introduction

Christophe Lavialle

Texte intégral

Introduction

1Jean-Christophe Le Duigou le souligne dans sa contribution :

Le travail est revenu au cœur des préoccupations sociales après s’être évanoui pendant deux décennies derrière le problème de l’emploi, [et ce] à un moment critique où il faut faire collectivement des choix. (Le Duigou, infra, p. 337)

2Symbolisé par les débats suscités par les lois de réduction du temps de travail dans les années 1990, ou leur remise en cause de facto sinon de jure depuis 2002, et la place occupée par la question de la « valeur travail » lors de la dernière élection présidentielle en France, le travail est en effet revenu au cœur du débat que nos sociétés entretiennent avec elles-mêmes. Ce débat concerne tout à la fois la place du travail dans nos vies et dans la constitution du lien social, le manque de travail pour les uns et la surcharge de travail pour les autres, les formes du travail, les conditions de travail et la question du stress au travail, et, plus fondamentalement, la nature et les mutations contemporaines de la relation d’emploi et de la relation de travail.

3C’est pourquoi le sujet du travail est apparu, au moment où il s’est agi d’organiser le 12e colloque international de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique, comme le sujet par excellence qui permettait de montrer comment l’histoire de la pensée pouvait éclairer utilement les débats contemporains.

4L’histoire de la pensée a en effet à nous apprendre, tant il est vrai que cette interrogation sur le travail, au terme de laquelle l’homme s’efforce de se penser en pensant son travail, est une interrogation ancienne, devenue centrale à l’âge moderne, quand le travail s’est progressivement affirmé, au fur et à mesure que l’économique s’émancipait de l’architectonique aristotélicienne, comme l’une des formes privilégiées du rapport de l’homme à la société. Et, au total, aucune des sciences humaines issues de la Renaissance n’a pu penser l’homme et la société en l’absence du travail. La science économique s’est constituée autour d’un double acte fondateur, où excluant la monnaie comme principe d’homogénéité des grandeurs dont elle devait rendre compte, elle choisit, avec les classiques anglais, de faire du travail, « fonds primitif de toute richesse », l’étalon des valeurs, l’outil de commensurabilité des valeurs d’usage. Au xxe siècle, et jusqu’à aujourd’hui, le regard sociologique est demeuré indissociable des questions sociales que soulèvent les mutations du travail dans les sociétés capitalistes. Le regard philosophique, lui, continue d’animer une critique de la nouvelle condition humaine dessinée par l’omniprésence du travail : l’homme saurait-il se réduire à la seule image de l’homo faber ? Le regard anthropologique, lui, favorise une relecture plurielle de la réalité du travail et de sa place, et relativise nos perspectives.

5Mais aujourd’hui, la place du travail est telle, et il fait à ce point partie de la vie quotidienne de nos sociétés, que les réflexions à son sujet proviennent évidemment de milieux diversifiés, qu’ils soient « académiques » ou non. Les analyses pragmatiques des gestionnaires, les observations, les ressentis et les revendications des syndicalistes, les évaluations et les analyses des juristes, sont autant de regards complémentaires. À tel point d’ailleurs que, dans cette concurrence argumentative, les sciences humaines s’exposent de fait, au soupçon de banalité.

6Au final, le pari de ce colloque était double : d’abord, décentrer du vécu immédiat, par une mise à distance diachronique de notre rapport contemporain au travail, les regards que nous pouvons porter sur le travail, l’emploi, la société salariale, leurs significations et leurs crises.

7Puis, enrichis de cette distance, croiser les regards des universitaires, au-delà de leurs disciplines d’appartenance, et les confronter à celui des acteurs du monde du travail.

  • 1 Lavialle (éd.) (2011b).

8Il en résulte deux ouvrages qui se complètent. Le premier, Le travail en question : xviii-xxe siècle1, retrace le chemin parcouru par le concept de travail, depuis son « invention », jusqu’à sa dilution derrière la question de l’emploi, et l’empilement jamais pensé des significations alors attachées à ce concept. Le second, Repenser le travail et ses régulations, s’attache à traiter d’un certain nombre des questions essentielles que soulèvent les crises de l’emploi et du travail, et s’efforce de repérer alors les voies à suivre pour repenser, en toute intelligence, le travail et ses régulations, et le devenir de la société salariale et des compromis sur lesquelles elle se fonde.

Les ambiguïtés du travail

  • 2 Méda (1995).
  • 3 Vatin (1997).

Tout débat mérite une introduction à sa hauteur, qui autorise la mise en perspective des enjeux. Dominique Méda avait accepté de donner la conférence inaugurale de ce colloque, elle dont l’ouvrage Le travail, une valeur en voie de disparition2 avait précisément fait du débat sur le travail un débat central à la fin des années 1990. Elle a accepté de rédiger, à partir de cette conférence, un texte, ici reproduit. François Vatin3, qui fait partie des lecteurs assidus de Dominique Méda, et de ses contempteurs les plus pertinents, a bien voulu lui répondre. Il en résulte un passionnant moment ou deux auteurs, habitués à se lire, tentent de clarifier leurs oppositions et de réduire les fractures.

9La thèse de Dominique Méda est que la crise du travail est aussi crise du concept de travail, résultant d’un empilement non pensé de trois ordres de signification : le travail comme facteur hétéronome de richesse, le travail comme essence de l’homme, le travail, ou plutôt l’emploi, comme socle des droits et des protections sociales .

Notre concept moderne et actuel de travail est composé de différentes couches de signification qui se sont sédimentées au cours des deux derniers siècles, qui n’ont pas été « retraitées », qui continuent à coexister et qui sont relativement contradictoires, [au point que] les politiques publiques mises en œuvre, dépourvues de référentiel clair, ne peuvent dès lors qu’être confuses. (Méda, infra, p. 35)

10Un autre élément est essentiel, qui est souvent passé sous silence. C’est le fait qu’au travers du concept de travail (et de l’économicité qu’il véhicule), c’est aussi le rapport entre l’économique et la démocratie que l’on interroge, et les linéaments du contrat social que l’on imagine. Deux figures du social s’opposent alors. Une première décrit une société d’individus isolés, producteurs, et se parlant via les choses qu’ils produisent, chacun occupant une place stabilisée par sa seule contribution productive. La seconde revendique que la société ne peut émerger qu’à partir d’individus délibérant le contenu et la nature du contrat social les unissant.

11Précisément, pour Dominique Méda :

[l’heure est peut-être venue de] considérer le travail et la production non pas comme la principale activité des individus et de la société mais comme l’une de celle qui importe, parmi d’autres qui importent également, [de dépasser ce qu’Axel Honneth désigne comme] le paradigme de la production […] cet héritage historico-philosophique qui prend ses racines chez Marx [(La société du mépris, p. 158) et de] voir le cœur du social non plus dans l’action instrumentale mais dans l’activité communicationnelle. (Ibid., p. 48)

12Rebondissant sur cette dernière proposition, François Vatin, dans le commentaire qu’il fait de la contribution de Dominique Méda souhaite, dans la démarche consistant à vouloir définir le travail, « défendre Marx contre Méda » : « Aucun auteur n’a, à mon sens, pensé de façon aussi complète la notion de travail dans ses multiples dimensions » affirme-t-il en préambule.

13Car, d’accord avec Méda lorsqu’elle décrit les conceptions contemporaines du travail comme résultant d’un « empilement de significations » :

Le travail, tel que nous le pensons aujourd’hui, procède bien de cet empilement de significations. L’analyse [que Dominique Méda] mène du retournement par Marx de la pensée économique classique, puis du retournement de la critique marxiste du salariat par la social-démocratie est claire et judicieuse. (Vatin, infra, p. 51)

14François Vatin en tire précisément argument pour refuser que l’on réduise le travail à sa seule dimension économique. Au contraire, cet empilement de significations constitue bien la preuve du caractère polymorphe du travail, qui ne se réduit jamais au travail « saisi par l’économique », à ce travail abstrait qui en révèle l’aliénation.

15Cela vaut pour le passé : le travail, comme rapport de l’homme à la nature existe avant que l’économie ne s’en saisisse et en fasse une réalité abstraite et une métrique. Cela vaut « pour le futur », dans la logique de Marx, à l’issue d’une peut-être utopique « libération » du travail, entendue comme une émancipation du travail d’avec l’économique, et une pleine réalisation du travail « concret » comme « essence de l’homme ». Et l’on peut sur ce point :

concevoir l’importance du champ conceptuel ainsi dégagé, sans forcément partager le messianisme marxien, en tout cas comme axiologie politique de court ou moyen terme. (Ibid.)

16Cela vaut plus généralement ici et maintenant, comme le soulignent la tradition sociologique et l’ergonomie :

La tradition de sociologie du travail comme la tradition ergonomique sont riches ici pour nous montrer que jamais le travail ne peut être réduit à sa métrique marchande. Qu’il reste toujours et d’abord un acte qu’il faut comprendre dans une complexe dynamique productive où se joue de façon imbriquée la subjectivité individuelle (le sens que le travailleur peut donner à son action) et la reconnaissance collective de cette action par des médiations sociales multiples qu’il est à l’évidence impossible de réduire à l’organisation formelle du travail et aux métrologies qui l’accompagnent, même si l’acheteur de travail n’a de cesse de tenter d’opérer cette réduction, jamais atteinte.
(Vatin, infra, p. 52-53)

17Au sein de cette réalité polymorphe, à la base, en quelque sorte, de cet « empilement de significations », le travail est avant tout, et demeure, un acte productif, au terme duquel « le monde est un peu autre qu’avant ». C’est par rapport à cette dimension productive que peut alors se penser sa dimension psychologique, économique, sociale.

18Or penser cette dimension productive est essentiel, car elle permet de souligner que le travail, même lorsqu’il se dématérialise, n’est jamais un artefact. Elle permet aussi de poser plus généralement la question du rapport de l’homme à la nature qu’il transforme, et de lier ainsi question sociale et environnementale.

19Dominique Méda, dans sa réponse au commentaire de François Vatin, souligne qu’il ne lui apparaît pas qu’ils soient en désaccord. C’est précisément parce que le travail est polymorphe, qu’il est un empilement de significations que nos débats sur le travail sont sans fin, car ces significations, s’il convient de les penser toutes, demeurent contradictoires :

Le travail est aujourd’hui à la fois une désutilité, un facteur de production, une activité hétéronome parce que l’on travaille aujourd’hui le plus souvent en vue de l’obtention d’un revenu et pas par plaisir ; une activité dans laquelle nous nous exprimons, nous réalisons, transformons la matière et autrui, ou souhaitons le faire, conformément à ce que le xixe siècle nous a légué ; et le pivot du système de distribution des revenus, des droits et des protections, le pivot de la société salariale. Ces trois dimensions coexistent, dans notre imaginaire, dans la réalité et dans notre perception. Et elles sont contradictoires. Et cette contradiction n’a pas été résolue. (Méda, infra, p. 57)

20Finalement, dans son rapport à Marx, Dominique Méda reconnaît que nul mieux que Marx n’a effectivement pensé le travail. Mais ne le suit pas, et revendique ne pas vouloir le suivre, à la fois lorsqu’il considère que la libération du travail ne peut se faire qu’à l’issue de l’accomplissement achevé de l’acte productif « pour sortir du travail aliéné, il nous faut pousser les feux du développement, développer comme jamais les forces productives » et en raison de l’insuffisante place qu’il laisse à la délibération collective dans l’ordonnancement social. Bref, le reproche fait à Marx par Méda est de rester excessivement économiste, à un moment où les crises contemporaines doivent nous conduire à repenser l’articulation de l’économique et du productif au politique, à l’éthique, et à l’écologique.

Le travail entre flexibilité marchande et protections collectives

  • 4 Esping-Andersen (1990).

21Au cœur des débats contemporains relatifs au travail et à ses régulations, la question du caractère marchand de la relation de travail s’est à nouveau posée. D’une certaine manière, les évolutions des trente dernières années peuvent être en effet lues, suivant l’indication d’Esping Andersen4, comme relevant d’une forme de « remarchandisation » de l’emploi et du travail, en rupture avec le processus, initié à la fin du xixe siècle et poursuivi tout au long du xxe siècle, tout particulièrement dans l’après-seconde guerre mondiale, de « démarchandisation » et de régulation institutionnelle, politique et démocratique de la relation de travail.

  • 5 Il est de ce point de vue intéressant de noter comment, à l’instar de ce que laisse transparaître l (...)

22Les controverses portent alors à la fois sur la manière de « penser » le travail, et sur la possibilité d’en revendiquer la dimension partiellement ou totalement non marchande, le rôle et la place du Droit du travail, les sécurités qu’il procure, ou les insécurités qu’il génère5, et sur les fondements de l’État social et ses reconfigurations envisageables.

Penser la dimension non marchande du travail

23Que les débats économiques contemporains se soient prioritairement organisés, au niveau théorique d’abord, avant leur déclinaison pratique au niveau des politiques publiques, autour de la question de la nature du contrat de travail, c’est ce que révèle la relecture des controverses autour de la fameuse « courbe de Phillips ».

24Dominique Pellissier nous conte cette « longue » histoire de la réflexion économique sur l’interaction entre sphère de la monnaie et du niveau général des prix, et celle de l’activité économique et du niveau de l’emploi, depuis Hume en 1752 jusqu’à l’équation de Lucas de 1972, en passant par cette fameuse « courbe de Phillips », dont nous fêtions en 2008 les cinquante ans. Derrière cette permanence de la problématique, il est possible de retracer l’histoire d’un glissement dans la formalisation de la relation. Mais, l’important, pour l’auteur, est que ce glissement n’est pas que technique, et retrace, précisément, une évolution qui est aussi celle des conceptions de la nature du marché du travail, des « méta-économies » qui commandent ces modèles d’interaction. En particulier, le débat autour de la courbe de Phillips oppose une « méta-économie » anthropologique qui explique la présence du « contrat » de travail et du « statut » dans le contrat par le fait de la subordination du travailleur dans la relation de travail, à une autre, celle de Hayek, qui voit dans le marché du travail un lieu d’échange où des contrats s’établissent sans qu’il y ait nécessairement un statut pour le salarié. Dans la première les individus sont d’abord pensés comme sujets de Droit, en rapport les uns avec les autres à travers une culture commune, essentiellement juridique, qui vise à créer des droits et des statuts. Sur un marché comme celui du travail, l’échange n’est donc pas réductible à un échange marchand, et la recherche (ou la défense) du statut est la pierre angulaire de la dynamique sociale. Au contraire dans la méta-économie de Hayek, qui sous-tend la vision « nouvelle classique » de la relation de Phillips, l’individu est un sujet marchand et le substrat institutionnel une rigidité, une anomalie, un dysfonctionnement du marché. Finalement, conclut l’auteur :

Paradoxalement, ce que les économistes appellent « anomalie » sur le marché du travail, ou ce que les managers en ressources humaines désignent comme « barrière à la flexibilité », serait une caractéristique psychologique inhérente à l’être humain et, à moins de vouloir créer un homme nouveau, laisser le travailleur installer une barrière entre lui et « le marché » serait pratiquement plus efficace (contrat de second best) que de laisser le travailleur « tout nu », selon l’expression de Deleuze, face à un marché de concurrence (contrat de first best). (Pellissier, infra, p. 67)

25La mise en évidence du caractère non marchand du travail peut alors se faire, d’abord dans le cadre du « canon », en produisant, sur la base de ses postulats fondamentaux, et en s’éloignant de l’épure du modèle de la concurrence pure et parfaite, des résultats où les salaires, par exemple, ne jouent plus tout à fait le rôle d’un prix de marché. Ce qui, au regard de la norme concurrentielle, peut être alors interprété comme une « rigidité », un obstacle à la flexibilité marchande, n’est bien en fait que la manifestation de l’irréductibilité du rapport salarial à un pur rapport marchand.

26Alain Alcouffe et Jean-Pierre Plassard reviennent sur ces théories qui ont voulu voir dans le salaire autre chose qu’un coût à réduire pour les firmes, et ont développé des théories soulignant les vertus des hauts salaires sur la productivité et donc la nécessité de complexifier notre analyse de l’arbitrage coût – bénéfice implicite à la relation de travail. C’est l’occasion pour eux de nous rappeler que si ces théories ont, dans les années 1990, attiré l’attention au travers des fameuses théories des « salaires d’efficience », elles étaient de ce point de vue en filiation avec une longue tradition qui, de certains auteurs mercantilistes à Babbage, Jevons et Hicks, en passant par Turgot et Smith, justifient, soit sur la base d’arguments macroéconomiques, soit à partir d’analyse d’équilibre partiel du marché du travail, les raisons économiques des hauts salaires.

27L’enrichissement de l’analyse théorique de la relation de travail peut alors logiquement se poursuivre, dans le sens suggéré par l’analyse du travail efficient, au moyen de l’exploration systématique de la dimension organisationnelle de la firme et des contenus explicites et implicites du contrat de travail.

28Dans cette optique, Bernard Baudry et Benjamin Dubrion veulent, eux, ressusciter la portée de l’analyse de Chester Barnard. The functions of The Executive (1938) de Chester Barnard est en effet de plus en plus cité par les économistes contractualistes, que ce soit en raison de ses apports à la théorie des coûts de transaction, à la théorie des droits de propriété ou à l’analyse des incitations et du rôle des autorités au sein des organisations. Il s’agit pour nos deux auteurs de mesurer si ces emprunts restent fidèles à la pensée de Barnard.

  • 6 Schumpeter (1954), chap. 6.

29On peut finalement préférer, pour contester plus « radicalement » la vision marchande du rapport salarial (et les conséquences performatives qu’elle peut avoir), placer la démonstration de ce que « le travail n’est pas une marchandise » dans le cadre d’un langage formel alternatif, revendiquant son hétérodoxie au regard du canon. Vincent Vernay rattache ainsi le débat sur la nature marchande du travail à l’opposition fondamentale entre, pour reprendre les termes de Schumpeter6, « analyse réelle » et « analyse monétaire » Il montre en quoi, sur la base d’un modèle d’économie monétaire de production, le travail ne peut logiquement pas être pensé comme l’objet d’un échange. Dans le cadre d’une économie d’échanges réels, le travail est assimilé à une marchandise, à un objet d’échange vendu par les travailleurs et acheté par les entreprises sur un marché, le marché du travail, car la production, mise en œuvre au sein des entreprises, n’y est considérée que comme un simple processus physique de transformation des matières, dont le résultat est de mettre à disposition des agents économiques des biens et des services. Le travail est ici examiné sous un aspect physique. La rémunération des travailleurs apparaît alors comme un échange relatif entre le travail, cédé par les travailleurs, et la monnaie que détiennent les entreprises. De plus, considérant la monnaie comme dotée d’un pouvoir d’achat, la théorie néoclassique conçoit la rémunération des travailleurs comme étant de la nature d’un achat.

30Au sein d’une économie monétaire de production, en revanche, la production étant l’opération économique première, les échanges relatifs laissent la place aux échanges « absolus ». La monnaie étant de nature bancaire, les salariés, lors du processus de production, convertissent leur travail en un produit physique lui-même converti en un salaire monétaire par l’intermédiaire des entreprises et des banques. Par conséquent, les travailleurs ne vendent leur travail à personne et leur rémunération n’est pas de la nature d’un achat. Le travail ne peut donc plus être assimilé à une marchandise.

31Au final, cette réflexion sur le caractère marchand – ou non – du travail, et sur les modalités d’individuation du social, des rapports entre l’acteur et le Droit, de la nécessité de statuts sécurisants et de substrats institutionnels et organisationnels aux « trans-actions » du travail et de l’emploi, pourrait s’avérer un éclairage nécessaire pour repenser le travail et ses régulations.

32Ces questions sont au cœur des interrogations sur la spécificité du Droit du travail et sur ses évolutions, et sur les réformes à mettre en œuvre de l’État social.

Le Droit du travail en question : perspective longue et évolutions contemporaines

33À cette étape de notre réflexion, il nous a paru intéressant de redonner du champ en regardant ce qu’il était advenu aujourd’hui de la volonté de faire du travail une source de droits, et de considérer la spécificité du contrat de travail pour mieux l’éloigner de sa saisie par l’économique et le marchand.

34Il s’agissait, une nouvelle fois, de décentrer le regard, cette fois du juriste, pour s’efforcer de donner sens, au moyen de l’histoire du droit, aux évolutions marquantes du Droit du travail qui ont été actées ou initiées récemment à l’occasion notamment de deux négociations d’importance portant, l’une sur les critères de représentativité syndicale, l’autre sur la « modernisation du marché du travail ». Comme le remarque Nicolas Moizard dans son commentaire, « il n’est pas sûr que les évolutions qui se dessinent [ainsi] résultent d’un projet cohérent, mais elles portent la marque et poursuivent des tendances lourdes décrites par Jean-Pierre Le Crom ».

35La première négociation analysée concerne donc l’organisation des relations collectives de travail, laquelle a fait l’objet d’une position commune de la CGT, de la CFDT et du MEDEF le 9 avril 2008, visant à instaurer l’audience comme critère de représentativité syndicale. Cette initiative s’éclaire à l’aune de l’évolution, depuis la révolution française, du droit des relations collectives.

  • 7 Le Crom, infra, p. 141.

36D’abord niée et réprimée au titre de la reconnaissance de l’émancipation souhaitée des intérêts individuels au moment de la révolution française (loi Le Chapelier qui réprime les coalitions et décret d’Allarde qui supprime les corporations), l’action collective se voit reconnaître un cadre légal, d’abord libéral sous l’Empire et la Troisième République. C’est ce libéralisme qui contribue à pousser le syndicalisme dans la voie de la contestation révolutionnaire davantage que dans celle de la co-gestion, et qui, au bout du compte, organisant de fait la faiblesse de la négociation collective, entérine « l’importance du rôle de l’État dans la production des normes et le rôle majeur que joue la loi dans les sources du Droit du travail, ce que Georges Scelle appelait le “politicianisme français” »7.

37Puis, ce cadre réglementaire et normatif va progressivement évoluer, à partir de la crise des années 1930, autour de la recherche d’une « troisième voie » entre libéralisme et collectivisme. La solution sera cherchée dans l’organisation du droit collectif dans le cadre de la référence à « la profession organisée » autour de syndicats forts et organisés. Dans ce cadre, et jusqu’en 1945, « l’entreprise est la grande absente du système de relations professionnelles » : la négociation collective s’organise au niveau de la branche ; les délégués du personnel n’existent pratiquement pas, les comités « sociaux » d’entreprises ne font que gérer les œuvres sociales, le droit syndical ne peut s’exercer qu’à l’extérieur des établissements. C’est sur ces trois points (la représentation du personnel dans l’entreprise, la reconnaissance de l’action syndicale dans l’entreprise, le développement de la négociation d’entreprise) que les choses vont continûment évoluer au lendemain de la seconde guerre mondiale, pour, au bout du compte, acter un déplacement de la profession vers l’entreprise comme cadre normal et régulier des relations professionnelles, déplacement qui fait des syndicats, souvent absents à ce niveau, davantage des régulateurs (en encadrant la négociation) que des opérateurs (en négociant au niveau de l’entreprise).

38L’évolution récente s’inscrit dans cette lente évolution. Comme le rappelle Nicolas Moizard :

Depuis les obligations de négocier instituées en 1982, le législateur a fait la promotion d’une « auto réglementation de l’entreprise », qui a finalement conduit à ce que « la négociation collective d’entreprise » acquiert aujourd’hui une place centrale, les autres normes devenant subsidiaires.
(Moizard, infra, p. 155)

39Et le « politicianisme français », dont on a vu qu’il est consubstantiel en France à la manière de penser le droit des relations collectives de travail, est lui-même progressivement remis en cause, le contrat prenant la place de la loi, en dépit des interdits que fixe encore en ce domaine l’article 34 de la Constitution.

40La seconde négociation récente qu’il convient d’analyser dans sa perspective historique est l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 qui se veut explorer les voies d’une « flexicurité » à la française en échangeant l’assouplissement des règles relatives au contrat de travail (possibilité de rupture conventionnelle et expérimentation d’un nouveau contrat « de mission ») contre la portabilité de certains droits, en matière de complémentaire santé et de formation. À son tour, donc, cette initiative importante s’inscrit dans la lignée d’une histoire qu’il convient de retracer, qui est celle de l’évolution des règles relatives au contrat de travail, laquelle, souligne Jean-Pierre Le Crom « emprunte d’autres chemins et présente une chronologie différente ».

41Là encore, il faut du temps pour que se stabilise la notion de « contrat de travail », lequel se distingue progressivement, aux yeux de la jurisprudence, d’autres types de contrat marchand, par la dimension de subordination qui lui est attachée. Une fois ainsi caractérisé, le contrat de travail va évoluer dans sa définition et sa réglementation jusqu’à présenter ce caractère paradoxal qui veut que, issu de l’accord initial des seules volontés de l’employeur et du salarié, il déclenche automatiquement l’application de règles qui lui sont extérieures (sur le salaire, la durée du travail, le licenciement, l’hygiène et la sécurité…), – lesquelles marquent un progrès continu jusque dans les années 1980 –, et l’accès aux dispositifs de protection sociale. Le contrat est ainsi le socle d’un statut « salarié » qui s’avère de plus en plus attractif.

42L’évolution récente, de ce point de vue, semble s’inscrire en rupture avec ce renforcement du droit des relations individuelles de travail, le contrat de travail étant l’objet de remises en cause depuis le début des années 1980, sous l’influence du renouveau de thèses libérales poussant à la déréglementation. Cette remise en cause a pris trois formes : la diversification des formes juridiques d’emploi (avec le déploiement, autour du CDI à temps plein, de formes particulières d’emploi, et l’affirmation d’un droit de l’emploi qui naît à la périphérie des rapports de travail) ; la flexibilisation des conditions d’emploi de la main-d’œuvre (notamment en termes de durée du travail) ; enfin, dans un sens moins dérégulateur l’affermissement des droits de la personne du salarié.

43C’est le constat de cette évolution finalement contrastée qui conduit Jean-Pierre Le Crom à conclure que la déréglementation a été au bout du compte modérée, limitée aux exonérations de charges sociales et fiscales et à la multiplication des dérogations. Ceci ne préjuge pas de l’évolution future, et des pressions continues en vue d’un assouplissement plus général du droit des relations du travail. Cela ne prend pas en compte non plus les pratiques et la question de l’effectivité de la règle de droit et du contrôle de son application (qui renvoie à la question de l’inspection du travail), ni d’ailleurs celle de l’influence normative du Droit européen, pourtant de plus en plus forte, sur le Droit français.

44Sur ce dernier point, d’ailleurs Nicolas Moizard montre bien comment, sous l’influence du Droit européen, « le droit du travail se voit attribuer progressivement la fonction d’aider au maintien et à la création d’emploi et est évalué sur cette base ». Levier de la politique de l’emploi, il est alors jugé à l’aune de sa compatibilité avec les exigences économiques, en particulier, comme le révèle le débat européen sur la « flexicurité », à l’aune de sa capacité à intégrer, quitte à les compenser, les exigences de « souplesse » des entreprises.

L’État social et ses reconfigurations : la codification du rapport salarial

  • 8 Esping-Andersen (1990).

45L’État social est appréhendé comme la forme d’État qui a émergé de la transformation du capitalisme en capitalisme régulé, en étant un vecteur majeur de la « démarchandisation » du travail8 et qui a marqué le xxe siècle à travers ses quatre piliers (protection sociale, régulations du marché du travail, services publics, politiques macro-économiques de soutien à l’activité et à l’emploi).

46L’État social est traditionnellement lu comme une réponse à la « question sociale » entendue comme « question autour du travail salarié ». Christophe Ramaux nous invite à nous écarter de cette réduction. Si l’État social a à voir avec la « question sociale », il importe de ne pas l’y réduire et de ne pas voir dans l’émergence de l’État social une réponse à la seule question sociale. Son fondement, souligne-t-il après Stedman Jones, n’est pas à chercher d’abord dans le registre économique des dégâts portés par la révolution industrielle, mais dans le registre proprement politique. L’État social est d’abord l’instrument par lequel est susceptible de se construire une société d’égaux sans laquelle la démocratie n’est pas concevable. Il est donc le lieu essentiel où se construit la tension entre le politique et l’économique, la démocratie et le marché, et qui définit au sens propre du terme nos économies comme des économies « mixtes ».

47C’est aussi à une interrogation sur les fondements de l’État social (et les fondements de sa remise en cause actuelle) à laquelle, reprenant l’approche par la « variété des capitalismes », Laure Bazzoli et Étienne Cognard nous invitent. Il s’agit en fait de s’intéresser aux forces et aux équilibres politiques qui sous-tendent les configurations – par ailleurs diverses – de l’État social. Au cœur de ces « champs » de forces, et selon cette approche particulière des complémentarités institutionnelles qu’est la théorie de la variété des capitalismes, « les » capitalismes peuvent se caractériser en fonction des modalités de coordination que les firmes sont à même de nouer. Au final, la diversité des capitalismes et des formes de l’État social qui les caractérisent, renvoit à la diversité des préférences patronales selon les contextes institutionnels et productifs, diversité elle-même produit des conflits entre et au sein des groupes socio-économiques. Au rebours d’une opinion qui voudrait que l’émergence de l’État social soit le fruit de la mise sous tutelle des employeurs dans un processus imposé de rééquilibrage du rapport de forces entre employeurs et « monde du travail », cette approche a donc l’intérêt de nous amener à considérer le rôle (différencié selon les « types » de capitalismes) des employeurs dans l’émergence des institutions de cet État social. Elle doit être néanmoins, et de manière à penser de manière endogène le changement institutionnel (en l’occurrence l’effritement de l’État social et sa remise en cause), être amendée par la prise en compte des conflits strictement politiques entre salariés et employeurs d’une part, au sein des employeurs de l’autre.

48Rachid Belkacem et Cathel Konig, en étudiant les conditions historiques d’institutionnalisation de la pratique du travail intérimaire, nous rappellent, quant à eux, à la fois la spécificité de la subordination salariale (qui se construit aussi, historiquement et logiquement sur un lien a priori de non-dépendance que, d’une certaine manière, l’interim développe), combien les formes de subordination peuvent être variées, et combien sont alors centrales, dans la codification du rapport salarial, les règles, les institutions et leur variabilité dans le temps et l’espace.

49Christophe Lavialle revient finalement sur le débat particulier relatif aux modalités de réformes de l’État social en Europe, et visant à œuvrer à l’émergence d’un système de « flexi-curité ». L’idée est d’éclairer ce débat en soulignant les inscriptions théoriques et les enjeux sociétaux auxquels il renvoie. Il met en évidence l’existence d’une multiplicité des voies de « flexi-curisation » des marchés du travail, multiplicité qui se structure autour de l’opposition entre deux principales options. L’une, qui a inspiré en leur temps les réformes entreprises au Royaume-Uni par les gouvernements successifs de Tony Blair, conduit à vouloir mettre en œuvre un capitalisme « idéal » d’individus rendus autonomes par la possession de dotations suffisantes en différents « capitaux » (notamment humain, mais aussi économique, social…). L’autre, qui se manifeste au travers de l’évolution des modèles sociaux-démocrates d’Europe du Nord, renvoie au contraire à une vision qui pourrait être avantageusement rapprochée de la vision qui était celle de John Rodger Commons d’un « capitalisme raisonnable ». Il s’agit ici de mobiliser la collectivité pour sécuriser les trajectoires économiques et sociales des individus, et d’équiper pour ce faire les marchés des dispositifs institutionnels nécessaires, bien davantage que d’équiper les individus des capitaux qui leur permettraient d’affronter seuls, ainsi dotés, des marchés dérégulés.

50Cette opposition renvoie par ailleurs à une opposition sur la nature des institutions du capitalisme, les conditions de leur genèse, enfin le contenu de l’acte démocratique et son rapport au marché.

De la pauvreté au chômage : la question sociale entre représentations et action

  • 9 Cf. Baverez et alii (1986) et Topalov (1994).

51Parmi les référentiels et les catégorisations sur lesquels l’action publique en matière d’emploi et de régulations du travail est amenée à s’appuyer, il y a celle, ancienne et centrale, de l’appréhension du pauvre, de l’indigent, du surnuméraire, du chômeur. On sait depuis les travaux séminaux de Topalov ou Baverez et alii9, comment la catégorie de chômage a été « construite », et on sait combien, aujourd’hui encore, sa mesure reste un enjeu politique décisif.

52C’est autour de ce thème essentiel de la catégorisation des référentiels de l’action publique, que nous avons choisi de poursuivre notre réflexion sur les significations du travail, leur évolution récente, et leurs conséquences performatives.

Pauvreté, indigence, chômage : catégorisations et action publique

53Cordonnier et Van de Velde reviennent d’abord sur le désormais fameux « paradoxe de la pauvreté dans l’abondance » en soulignant le caractère spécifique de la question sociale et de la pauvreté en régime capitaliste, spécificité que Keynes, contrairement aux classiques, avait su saisir. Ils opposent ainsi la pauvreté dans le cadre de « l’exploitation tributaire à l’ancienne » et la pauvreté dans le cadre de « l’exploitation capitaliste moderne ». Dans la première forme, la pauvreté procède de la rareté, et les travailleurs sont d’autant plus pauvres qu’ils sont moins productifs et exploités. Dans la seconde forme la pauvreté procède de l’abondance, et elle n’est plus tant liée à la faiblesse du salaire réel qu’à l’existence de chômage, elle-même due à l’insuffisance de la dépense capitaliste. De ce point de vue, les travailleurs sont d’autant moins pauvres qu’ils sont exploités. Et la question sociale prend la forme spécifique de la privation de travail. En conclusion, les auteurs se demandent dans quelle mesure la substitution partielle de la consommation des rentiers à l’investissement des entrepreneurs comme source du profit macro-économique, dans le cadre d’un capitalisme dominé par la finance, correspond à un retour à l’exploitation à l’ancienne.

54La contribution de Géraldine Rieucau procède à la fois de l’appréhension de la question sociale et sa déclinaison en catégorie de l’action publique, tout en anticipant les débats contemporains sur l’appréhension de « l’absence de travail » et la construction/déconstruction de la catégorie de chômage. Elle est aussi pertinente au regard d’un autre objectif du colloque et de l’ouvrage : utiliser l’histoire pour réfléchir aux problématiques contemporaines du travail, en décentrant notre regard. Ici c’est aussi la question, évidemment, des migrations qui est abordée.

55Toutes ces questions, déjà traitées, ont l’intérêt de l’être dans le cas particulier et pertinent de l’Italie, pertinent notamment car il distingue une catégorie particulière mais finalement intermédiaire entre le « pauvre » et le « chômeur » qui est celle de l’émigrant. Géraldine Rieucau montre bien notamment comment cette figure de l’émigrant, au fur et à mesure qu’elle s’élabore, permet de définir une frontière du marché du travail (entre un intérieur où peuvent demeurer par exemple les chômeurs, les « employables ») et un extérieur où les inemployables sont rejetés (invalides) ou incités à aller (émigrants). La construction de cette catégorie est donc en même temps élaboration du concept de marché du travail, qui précède la définition de modalités d’action publique, de régulations et d’intermédiations. Car la mise en œuvre de cette catégorie est aussi, comme dans le cas du chômeur, requalification de la pauvreté, associée dans ce cas à l’absence (définitive) de travail : les plus démunis ne sont plus des surnuméraires qui relèvent de la seule charité, ils deviennent une main-d’œuvre laborieuse excédentaire et la construction de la catégorie conduit à la définition de nouvelles politiques publiques.

Du chômage au chômage involontaire : construction et déconstruction d’une notion

56Parmi les débats actuels dont l’implication pour l’orientation des politiques publiques paraît décisive, il y a celui qui concerne le chômage et sa « nature ». Le débat porte en l’occurrence sur la question de savoir si la notion de « chômage involontaire », autour de laquelle Keynes a construit sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, et autour de laquelle toute la conception du chômage et des politiques à mettre en œuvre pour l’éradiquer s’est construite depuis l’après-seconde guerre mondiale et jusqu’au début des années 1980, est une notion nécessaire, ou si elle peut et doit être abandonnée dès lors que son contenu théorique n’est pas affirmé.

57Selon Alain Béraud et Michel de Vroey, la notion de chômage involontaire peut et doit être abandonnée. Pour le premier, le débat autour de cette notion a été mené depuis Keynes sous l’hypothèse d’information parfaite ; or la compréhension du chômage est plus pertinente dans un cadre d’information imparfaite, où il est vain, théoriquement et empiriquement, de chercher à décomposer le chômage en différentes catégories. Pour le second, la macroéconomie n’est pas parvenue à conceptualiser le chômage involontaire dans le programme de recherche keynésien, mais ce n’est pas si grave, car celui-ci, entendu comme la démonstration de la nécessaire intervention de l’État par le soutien de la demande globale, peut s’en passer.

58Christophe Lavialle se révolte contre ce double abandon (au nom de l’analyse du chômage et en celui du programme keynésien) : puisque le langage ordinaire atteste l’existence du chômage involontaire (le « qui le niera ? » de Keynes), le devoir du langage savant est d’en rendre compte, aujourd’hui pas moins qu’à l’époque de Keynes.

59Dans son commentaire, Ghislain Deleplace souligne que :

Il est un point commun à nos trois contributeurs : avant que l’économiste s’intéresse ou non à la question du chômage involontaire, il convient selon eux de se demander si elle se pose en dehors de la théorie économique. Pour Alain Béraud, c’est la question empirique du chômage qui importe. Michel de Vroey est prêt à concéder que la question du chômage involontaire peut être intéressante d’un point de vue philosophique, en ce qu’elle s’inscrit dans une interrogation sur le caractère plus ou moins volontaire des actions humaines. [Or], Selon Michel de Vroey, il est […] vain d’opposer le chômage involontaire au chômage volontaire ; sous l’angle de sa « volontarité », il existe un continuum entre les comportements individuels vis-à-vis du chômage, de sorte que ce critère devient secondaire ; comme chez Alain Béraud, il n’y a plus de raison d’opérer une distinction entre différentes catégories de chômage, en tout cas selon ce critère […]. Si pour Alain Béraud et Michel de Vroey l’absence du chômage strictement involontaire des champs empirique ou philosophique dédouane l’économiste tenté de s’en débarrasser faute de savoir quoi en faire, c’est sa présence manifeste dans le champ linguistique qui selon Christophe Lavialle oblige l’économiste à lui faire une place, quelles que soient les difficultés analytiques. (Deleplace, infra, p. 326)

60Ghislain Deleplace ne se laisse au final convaincre par aucun des « détours » justificatifs proposés :

Ni l’empirie, ni la philosophie, ni le langage ne sont en définitive d’un grand secours dans l’abandon ou la défense théorique du chômage involontaire. (Ibid.)

61S’il se veut lui aussi partisan d’un maintien de la référence à la notion de chômage involontaire, ce n’est pas en raison de la nostalgie de l’historien de la pensée, ni en raison d’une justification ad hoc, mais pour une raison analytique : le chômage involontaire est possible dès lors que que les travailleurs n’ont pas les moyens d’influencer le niveau global de l’emploi, y compris en acceptant des baisses de salaire nominal.

Conclusion : l’avenir du travail et de ses régulations

62Enfin, j’avais souhaité, pour conclure ce colloque, et de manière à en poursuivre les deux intuitions (« croiser les regards » et « décentrer, au moyen de l’histoire, notre pensée du présent »), organiser une table ronde autour de la vision qu’un responsable syndical, Jean-Christophe Le Duigou, secrétaire national de la Confédération générale du travail, peut avoir du futur du travail et du rapport salarial.

63L’heure, nous rappelle Jean-Christophe Le Duigou est au choix :

Ces choix se discut[a]nt théoriquement [, ] mais […] s’opèr[a]nt aussi dans la pratique, avec des réformes plus ou moins structurantes [bien qu’il y ait] peu d’occasions de croiser ces deux démarches.

64Comme il le souligne, l’objet de cette table ronde était, précisément, de l’autoriser.

65Le point de départ de Jean-Christophe Le Duigou est, donc, qu’avant de débattre des choix pratiques et structurants à opérer, il faut d’abord poser un diagnostic cohérent sur les évolutions en cours et leur sens. Or l’opposition se structure à ce niveau. La vision dominante, libérale, déploie un argumentaire finalement très schumpéterien selon lequel nous serions à l’aube d’un nouveau cycle de Kondratieff porté par l’émergence d’une « nouvelle économie ». Dans ce cadre, les protections de l’emploi et l’ensemble des solidarités sociales apparaissent comme autant de rigidités, d’obstacles obérant le nécessaire processus de « destruction créatrice ». À cette pratique semble s’opposer une autre, qualifiée par Jean-Christophe Le Duigou, de « social-démocrate » qui, sans remettre en cause sur le fond la nécessaire transformation de nos sociétés, souhaite accompagner la transition de mécanismes compensateurs. Mais ces deux approches, aux yeux de Jean-Christophe Le Duigou :

se combinent plus qu’elles ne s’opposent, l’optique sociale […] se proposant de gérer différemment l’adaptation plus qu’elle n’en conteste [les] fondements.

66Ces deux approches ont en commun de partager un diagnostic qui n’est pas correct, et qui finalement, minore l’ampleur des changements en cours, et au sens propre du terme les « réduit » :

Je prends comme hypothèse que l’on n’est pas en réalité confronté à un problème classique de réallocation des ressources de main-d’œuvre entre secteurs. On est face à une restructuration d’ensemble des activités et même de la société, avec une recomposition des fonctions productives qui implique la reconnaissance d’une nouvelle place au travail. (Le Duigou, infra, p. 339)

67Précisément, c’est cette erreur de diagnostic qui empêche la transformation du travail, et conduit la politique économique à une série de tête à queues :

Après avoir annoncé « la fin du travail », on affiche un retour de la « valeur travail » ; alors que tout a été fait pour sortir du marché du travail, jeunes, travailleurs âgés, femmes, salariés peu qualifiés, il faudrait inciter au retour à l’emploi ; alors qu’on dit vouloir valoriser la qualification, on multiplie les emplois peu qualifiés et faiblement rémunérés et on incite plus à l’allongement de la durée du travail qu’à un relèvement de son efficacité. La segmentation du marché du travail s’accroît alors que l’on évoque le besoin d’un contrat de travail unique. (Ibid.)

68Pour sortir de cette impasse, Jean-Christophe Le Duigou en appelle finalement à une « nouvelle stratégie de développement social » :

la France ne peut s’en sortir qu’en vendant relativement cher une production et des services élaborés à partir d’un travail bien rémunéré et en utilisant intelligemment les ressources spécifiques de son territoire. (Ibid.)

69Il faut pour ce faire une nouvelle construction globale qui articule nouvelle efficacité économique, nouvelles garanties sociales et nouvelles responsabilités pour tous les acteurs.

Une telle construction doit s’appuyer sur la mise en œuvre d’une « sécurité sociale professionnelle », combinant à son tour un effort collectif massif en faveur de la formation, l’organisation de la transférabilité des droits et la continuité des protections, la création d’un nouveau service public de l’emploi. C’est la condition pour imaginer un nouveau plein-emploi reposant sur des mobilités choisies, organisées collectivement, compatibles avec le développement des compétences, des qualifications et des solidarités. (Ibid.)

70Dominique Méda, dans son commentaire, identifie quatre points fondamentaux du débat, en quelque sorte « du plus philosophique au plus concret ». Imaginer pour demain les contours du travail et de ses régulations, du plein emploi et son contenu, implique en effet, successivement :

711. de se poser la question de la nature du travail. Cette nature, nous rappelle l’auteur, reprenant ses propos introductifs, est le produit de différentes couches de signification, qui en font un concept finalement paradoxal. Pensé d’abord comme un « facteur » de production, mobilisé en vue de l’obtention « d’autre chose » (la richesse, le bien-être matériel), le travail a pu aussi être pensé comme « l’essence de l’homme », à la condition qu’il soit libéré, et que les travaux « concrets », les œuvres, puissent s’exprimer et être validés socialement. Mais cela, selon Marx, passe par l’abolition du salariat, alors même que c’est dans l’expansion du statut de salarié qu’est finalement venue se nicher la troisième couche de signification, celle qui fait du travail la source d’un grand nombre de nos droits sociaux. Et Dominique Méda de nous interroger :

Lorsque nous parlons du travail aujourd’hui, à laquelle de ces trois dimensions, toutes trois totalement constitutives du travail, nous référons-nous ? Sont-elles compatibles ? Peut-on vouloir que le travail soit vraiment une œuvre collective s’il est en même temps conçu comme un simple coût ? Peut-il devenir premier besoin vital, s’il est subordonné ? Peut-on vouloir à la fois un PIB le plus gros possible et un travail épanouissant ? (Méda, infra, p. 346)

722. de se poser la question de son statut et des conditions de sa transformation. De ce point de vue, affirme Dominique Méda, le débat un moment ouvert lors des discussions autour des lois de réduction du temps de travail, a vite été d’abord réduit à sa seule dimension de pertinence économique, puis refermé. C’est alors au nom de la « valeur travail » que l’on a paradoxalement choisi de ne plus s’interroger sur le travail, et de proposer puis développer, tout au long des années 2000,

des mesures visant vraiment à consacrer la conception la plus minimaliste du travail : […] C’est au nom de la réhabilitation de la valeur travail que l’on rendit caduques les lois de réduction du temps de travail, que l’on multiplia les mesures d’activation, que l’on élargit les cas de recours au travail du dimanche. C’était aussi au nom de la réhabilitation du travail que l’on avait développé des contrats spéciaux, et que l’on avait inventé qu’il fallait travailler plus pour gagner plus. Oui, nous avons perdu dix ans en stériles débats. (Ibid.)

733. de tirer le bilan de vingt ans de politiques d’activation et de flexicurité. De ce point de vue, Dominique Méda plaide coupable :

J’ai un moment pensé que la flexicurité pouvait constituer une voie de sortie ou du moins un objectif intermédiaire susceptible d’être poursuivi. [Mais il s’avère que] la stratégie qui [sous ce nom] a consisté à rogner toujours plus sur les salaires, les avantages sociaux, les prestations sociales et la protection de l’emploi [et] a été à rebours de la logique que nous aurions dû suivre, particulièrement au niveau européen : améliorer sans relâche les qualifications et les niveaux d’éducation et de formation, développer une politique industrielle, conserver et construire des spécialités fondées sur de hauts niveaux de qualification, investir dans la formation et la qualité du travail. [De la même manière, ] nous avons été nombreux à être séduits par cette idée qu’il valait mieux protéger les personnes (en leur donnant des droits à la formation, des droits à l’accompagnement par des institutions bienveillantes et efficaces…) que les emplois, avec cette idée que les emplois obsolètes doivent laisser place à des emplois nouveaux, plus productifs, plus aptes à occuper des personnes bien formées. [Là encore, ] nous avons certainement été trop loin, d’une part, en croyant qu’à tout emploi détruit correspondrait un nouvel emploi plus productif, d’autre part, en pensant que le dispositif institutionnel permettrait d’accompagner sérieusement et efficacement les personnes de ces anciens emplois aux nouveaux. Il n’en a rien été. (Ibid.)

74Il faut donc inverser cette tendance, stopper cette logique de désindustrialisation, et se préoccuper d’abord de la sécurité des trajectoires professionnelles, de la création d’emplois bien qualifiés et bien payés, mais aussi d’emplois normalement rémunérés pour tous.

754. de se préoccuper alors du « comment » :

Comment faire accepter l’idée que le service de l’emploi doit pouvoir recruter massivement des conseillers qui pourront aider les demandeurs d’emploi à retrouver un emploi ? Comment organiser un dialogue social territorial susceptible d’accompagner véritablement des mobilités ? Comment réformer en profondeur la formation professionnelle pour qu’y recourir devienne un acte banal et facile ? Comment éviter de laisser sortir 120000 jeunes chaque année sans diplôme ou qualification et mettre en œuvre un enseignement professionnel qui constitue une véritable alternative pour accéder à une qualification reconnue ? Comment organiser une sécurité sociale professionnelle qui ne soit pas réservée aux licenciés économiques des grandes entreprises ? (Ibid.)

76Comment et par où commencer ? Peut-être par changer notre regard sur le travail et le bien-être, pour pouvoir changer les représentations et les comportements des individus et des entreprises ? Peut-être précisément par choisir, dans les trois couches de signification que la notion de « travail » recouvre en fait, celle qui convient, et de laquelle peut alors découler une affirmation du véritable statut que nous souhaitons collectivement accorder au travail, au-delà de la seule et délétère incantation à la « valeur-travail », et les politiques de l’emploi qui s’y articulent ?

La première des choses à faire, si nous voulons vraiment changer le statut du travail dans notre société, c’est de rompre avec le fétichisme du PIB. [Et finalement] la question de savoir quel nouveau modèle de développement économe en carbone et riche en travail soutenable inventer […] semble de nature à occuper toutes nos énergies dans les années qui viennent. (Ibid.)

77François Vatin, lui aussi, pense que la question de l’avenir du travail et de ses régulations doit se poser, avant que de l’être sur le plan « pragmatique » des politiques économiques, au niveau plus fondamental du questionnement sur la nature du travail. Et de ce point de vue, il se félicite que la question soit bien posée dans ces termes : « penser l’avenir du travail et de ses régulations ». Car il est à ses yeux précisément essentiel, dans ce débat, de distinguer le travail, l’activité de travail, des dispositifs sociaux par lesquels cette activité est encadrée. Or, trop souvent le débat évince la question du travail lui-même comme acte producteur, et se centre sur la seule question de l’emploi (avec qui on le confond) et au-delà de la question du travail comme lien social.

78C’est cette confusion qui a conduit le débat à s’organiser autour de la question de la « valeur travail » :

La critique de cette valeur a pour partie soutenu la politique de réduction de la durée du travail. En retour cette topique a alimenté une critique de la critique qui a fait florès lors de la dernière campagne présidentielle : la politique des trente-cinq heures aurait « dévalorisé » le travail ; il faudrait le « revaloriser ». [Or ces deux discours qui semblent s’opposer partagent une même représentation : ] celle du travail comme grandeur homogène, sans qualité, que l’on pourrait additionner, diviser, répartir, étaler en couches plus ou moins fines ou multiplier comme des petits pains. On confond ici le travail avec une métrique simple : celle de sa durée, mesure sans doute indispensable pour la régulation socio-juridique de l’activité de travail, mais qui ne rend que très grossièrement compte de ce qui se joue dans l’activité productive. (Vatin, infra, p. 358)

79De ce point de vue, la difficulté d’application de ces mesures a révélé, pour l’une comme l’autre, que derrière le travail « abstrait », quantifiable, demeurait nichés, irréductiblement, les travaux « concrets », dans leur hétérogénéité qualitative, dans leur réalité productive.

80Poser le débat sur l’avenir du travail et de ses régulations exige donc de poser d’abord la question du travail comme activité productive :

qu’est-ce que travailler aujourd’hui ou, pour le dire autrement, comment produit-on et d’abord que produit-on ? […] Sortir du débat sur la « valeur travail », c’est retrouver les travaux dans leurs variétés, leurs spécificités, leurs contextes techniques, économiques, juridiques, etc. [Pour pouvoir répondre à la question] « quel avenir pour le travail et ses régulations ? », [c’est donc] un grand chantier théorique [qu’il faut rouvrir : il faut] oublier la valeur-travail pour penser le travail. (Ibid.)

81C’est de l’avis de François Vatin, un beau programme pour la sociologie du travail.

82Au final, à l’issue de ce grand et riche colloque, de la publication de ces deux ouvrages, la pertinence du pari engagé dès 2007, avec les membres du conseil d’administration de l’association Charles Gide pour l’étude de la pensée économique, semble avérée.

83Les échanges auxquels ce colloque a donné lieu, et les contributions qu’il a suscitées, ici reproduites, montrent d’abord l’importance de la question posée. Par les liens qu’elle entretient avec la question de la condition humaine (qu’y a-t-il d’humain en l’homme ?), celle du contrat social (quel rapport de l’homme à la société ? Quelles places respectives pour la délibération collective et pour l’acte productif dans l’élaboration du vivre ensemble ?), celle du contrat « naturel » (quel rapport de l’homme et de ses systèmes à la Nature ?), la question du travail se trouve être, au-delà de celle de l’emploi, au cœur des crises contemporaines et des interrogations qu’elles suscitent.

84Ils soulignent ensuite combien, en effet, la volonté d’affronter cette question ne saurait tolérer de la réduire à sa seule acception économique. Le travail est, par définition, un objet partagé, et nos échanges ont pu pointer la fécondité d’une fertilisation croisée des savoirs du philosophe, du sociologue, de l’économiste, du juriste, mais aussi de ceux, en l’occurrence, du responsable syndical. Il est en particulier bien apparu combien, sur cette question en particulier, parce qu’elle est centrale, l’économique devait être mis en tension avec le raisonnement philosophique et le regard du sociologue et de l’ergologue pour ne pas être tenté de ne voir dans le travail qu’une quantité, qu’un artefact pouvant se réduire à une métrique, et pouvoir redonner au travail sa réalité polymorphe, le regarder dans ses différentes significations, comme une réalité productive, matérielle, mais aussi psychologique, voire spirituelle, et percevoir, précisément, la portée fondamentale du débat engagé.

85Enfin, cet ouvrage et ce colloque confirment l’intérêt du décentrage, par l’histoire, de nos visions contemporaines. L’histoire de nos sociétés, de nos pratiques sociales, et des savoirs sur ces pratiques, seule, nous permet de comprendre pourquoi ce débat sur le travail, son sens, sa place, ses régulations passées et à venir, est aujourd’hui aussi complexe, et finalement aussi mal engagé. Seule, elle peut nous permettre de ne pas évacuer ce débat central, faute de ne pas avoir su en saisir tous les enjeux.

86Au final, comme l’illustrent les propos échangés à l’occasion de la table ronde finale, et les commentaires respectifs de Dominique Méda et François Vatin à l’intervention de Jean-Christophe Le Duigou, ce colloque, à défaut d’avoir apporté beaucoup de réponses, aura eu le mérite, me semble-t-il, de contribuer à poser les bonnes questions. Que chacun de celles et ceux qui y ont contribué en soient remerciés.

Notes

1 Lavialle (éd.) (2011b).

2 Méda (1995).

3 Vatin (1997).

4 Esping-Andersen (1990).

5 Il est de ce point de vue intéressant de noter comment, à l’instar de ce que laisse transparaître l’accord national interprofessionnel de janvier 2008 sur « la modernisation du marché du travail », la revendication, de la part des employeurs, de la « sécurité juridique » a remplacé dans les discours celle de la « flexibilité » : cf. Fabre et alii (2008).

6 Schumpeter (1954), chap. 6.

7 Le Crom, infra, p. 141.

8 Esping-Andersen (1990).

9 Cf. Baverez et alii (1986) et Topalov (1994).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search