Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Conclusion. Le choix anthroponymique : entre hasards individuels et nécessités familiales

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

  • 1 Parmi de nombreuses études qui ont ouvert les perspectives historiques de l'évolution des noms dan (...)

1À l'origine de l'enquête sur la génèse de l'anthroponymie moderne était le désir de comprendre l'apparition des surnoms et de vérifier si les évolutions anthroponymiques, et notamment la naissance de la double désignation, étaient une simple réponse à son corollaire, la difficulté à distinguer les individus entre eux. Le problème s'est révélé assez complexe. L'homonymie étant un phénomène global, à observer dans le cadre social et politique où s'exprime l'anthroponymie, mesurer globalement l'évolution des noms et des surnoms constituait la première approche1. Le tableau régional se complète peu à peu, notamment en s'orientant vers des régions plus septentrionales de la France, sans en réorienter les thèmes, mais en suggérant quelques analyses complémentaires.

2Pour les régions où cette étude primitive est acquise, des démarches prosopographiques permettent d'affiner la connaissance du fonctionnement anthroponymique. Prosopographie individuelle pour situer le moment où le surnom se fait nom à son tour, c'est-à-dire le moment où il identifie de manière unique et certaine l'individu. Un surnom pour chaque individu et un seulement. Prosopographie familiale aussi : la transformation du surnom en nom de famille est une longue histoire, qu'il faut suivre soigneusement entre frères, entre père et fils, puis sur plusieurs générations. Que le système du nom de famille soit la base du système anthroponymique moderne n'exclut pas de multiples réajustements, par abandon d'un nom inadapté auquel il en est préféré un autre, par individualisation d'une branche cadette. L'étude est commencée ; elle est à poursuivre.

3La reconstitution des familles par une approche généalogique permet d'aborder un autre type de question : la dévolution familiale des noms et des surnoms, qu'il faut essayer de ne pas limiter aux milieux aristocratiques.

4Ce troisième volume fait le point sur ces démarches et notamment les premiers essais de prosopographie anthroponymique.

Compléter et préciser les analyses globales

  • 2 L'hérédité très générale des surnoms est acquise à Marseille et dans la région marseillaise à la f (...)

5Parmi les objectifs de l'approche statistique et globale de l'anthroponymie, évaluer l'homonymie et sa gestion par la société. La dénomination étant à la fois moyen de distinguer les personnes et manière de situer l'individu dans un groupe familial ou social, la proportion d'homonymie tolérée, variable avec les périodes et les sociétés, est un indice de son fonctionnement. C'est là un aspect de l'enquête à poursuivre, notamment pour comprendre les changements de noms qui demeurent fréquents à la fin du Moyen Âge, dans un système de désignation des individus vivant et souple, soucieux d'adapter la désignation à la situation réelle de a personne. Les différents milieux et les diverses régions2 semblent avoir d'ailleurs, entre les pesanteurs du patronyme héréditaire et les ajustements circonstanciels, des comportements nuancés qu'il importera d'observer.

  • 3 Sur ce point, cf. l'étude fondamentale de Michael Mitterauer, Ahnen und Heilige. Namengebung in de (...)

6La première phase de l'enquête avait aussi le projet de repérer les axes de référence de la dénomination et leur évolution dans une perspective de comparaison régionale, en considérant l'anthroponymie comme un indice socioculturel. Que le choix des noms se concentre peu à peu sur ceux de quelques princes ou de quelques grands saints caractérise les désirs, les inquiétudes et les modèles d'une société3 aussi bien que les modes passagères actuelles qui font désigner une partie des enfants du nom d'une brève gloire de star, en fonction d'un goût provisoirement exotique, ou d'un archaïsme « distingué ». Il n'est pas non plus indifférent de mesurer si le surnom qui vient compléter la désignation situe l'individu par un trait distinctif c'est-à-dire par un sobriquet, par une fonction sociale, par un autre nom qui peut être celui d'un ancêtre, ou par un lieu.

a. Les fonctionnements divers des noms de lieu

  • 4 Cf. P. Beck et P. Chareille, « Le peuplement de la ville de Dijon à la fin du XIVe s. : étude des (...)

7Dans ce domaine, l'enquête n'est pas non plus achevée, d'abord parce qu'elle laisse bien des régions dans l'ombre, ensuite parce qu'il reste à affiner l'analyse, tant pour les noms de lieux que pour les sobriquets. La contribution de P.-H. Billy à ce volume permet de préciser la typologie des surnoms, et notamment celle des noms de lieu, en distinguant le nom de lieu d'origine, le nom de lieu d'habitation, le nom de lieu de seigneurie, le nom de lieu de fonction, et l'ethnique. Entre désignation complémentaire et surnom individuel ou patronymique, l'interprétation est souvent difficile. On sait avec quelle prudence il faut interpréter le nom d'un lieu comme celui d'un point de départ migratoire : un voyage ponctuel ou quelque particularité individuelle peuvent aussi susciter un nom de lieu ou un ethnique qui est alors une sorte de sobriquet. Et, dans le cas d'un surnom d'origine repéré en milieu urbain, la distance est un facteur d'imprécison : autant les villages proches et connus constituent des surnoms stables parce qu'ils sont connus, autant une origine villageoise lointaine est peu durable. L'analyse des noms de lieu permet une représentation de l'espace connu et de sa précision autant qu'elle offre un tableau exact de l'espace migratoire4.

b. Sobriquets : un code des valeurs sociales à explorer

  • 5 Dominique Barthélemy a montré comment aux environs de 1100 les sobriquets portés par les milieux c (...)

8Une étude systématique des sobriquets permettrait d'établir les points communs du système de valeur de cette période où ils s'inventent — ou du moins sont désormais pris en compte par l'écriture —, d'en établir les nuances sociales et de les comparer aux normes exprimées par la littérature. On sait l'inégale fréquence régionale des sobriquets : l'Ouest de la France les pratique sensiblement plus ; sans doute parce que dans ce domaine, comme dans bien d'autres, l'écrit y « colle » plus à la réalité. Par-delà cette inégalité, il serait intéressant de comparer les fonctionnement régionaux et chronologiques5 des sobriquets, entre surnoms laudatifs et caractéristiques péjoratives, à condition de pouvoir les discerner sans équivoque.

La fidélité du copiste

  • 6 Dominique Barthélemy, ib. p. 636 sq.
  • 7 Dans un des exemples cités par Michel Parisse : Gaufredus cognomine Charnallardus.

9Tel ou tel type de surnom mériterait donc une étude spécifique approfondie. Du moins, la pratique d'indiquer ces divers types de surnom en interligne, telle que l'a observée Michel Parisse dans les chartes originales du xie siècle, confirme qu'ils sont bien situés sur le même plan, dès cette première phase de l'adoption d'une double dénomination. Les documents vendômois ont montré à Dominique Barthélemy que les divers types de surnoms étaient soigneusement distingués, la filiation, l'officium, le lieu de référence et le sobriquet qui seul est désigné par le mot de cognomen6. Néanmoins, quels qu'ils soient, de lieu, de fonction, ou sobriquet, ils figurent également au-dessus du nom dans certaines chartes. Cette habitude de certaines chancelleries justifie la typologie retenue ; en revanche elle réduit l'intérêt de la distinction, laborieusement établie et très fragile à l'usage, entre désignation complémentaire et surnom. Le scribe n'a pas d'état d'âme pour distinguer l'une de l'autre. En somme tout ajout au nom, quel qu'il soit, constitue une première phase de la double dénomination, la seconde étant celle où ce surnom est un patronyme. La disparition de l'interlignage des signa correspond à celle de la mention cognomine7 dans l'énoncé du nom de l'auteur de la charte. Elle souligne parfaitement la phase d'élaboration du système de la double dénomination. La répartition de ces actes interlignés, localisés essentiellement dans l'Ouest de la France, renvoie peut-être à une moindre rigidité des chancelleries, soucieuses d'un enregistrement précis des personnes, comme elles le sont de narrer certains événements. Elle suscite une interrogation : l'absence ou la rareté de ces scrupules, l'interlignage pour les signa et l'écriture du surnom précédé du mot cognomine doit-elle être interprétée comme un enregistrement de la mutation anthroponymique plus rapide, plus naïf ou au contraire plus tardif par force de la tradition notariale ?

10L'observation des chartes originales participe en outre du travail critique sur la fiabilité des sources en matière d'anthroponymie. Que le cartulariste n'ait pas respecté la disposition en colonnes des signa peut introduire des distorsions dans leur ordre d'énoncé. Qu'il ait abrégé la liste des témoins pour ne conserver que les plus connus nous prive d'une partie des informations. Il est évidemment beaucoup plus grave qu'il ait parfois raccourci les dénominations de témoins en ne conservant que les nomina propria, pis encore qu'il ait « modernisé » ou actualisé les noms, pour les rendre plus compréhensibles ou mieux adaptés au contenu de la charte, à la manière du scribe de Moissac qui, comme le remarque l'analyse de Franz Neiske, recopia les noms des témoins de la donation de Lézat à Cluny en enrichissant les noms uniques de divers surnoms. Il resterait évidemment à chiffrer ces diverses formes de variation entre originaux et copies de cartulaire pour mesurer leur impact statistique. La proportion est peut être d'autant plus forte que le cartulariste soigneux des droits de son monastère est bon connaisseur de ses archives, plus historien que notaire. Une étude systématique de ces variantes, en liaison avec les diverses mains qui écrivirent le cartulaire, permettrait d'observer s'il s'agit là de traditions de chancellerie, d'époques ou de tendances personnelles, si les modifications portent sur des actes presque contemporains de la confection du cartulaire ou constituent des mises au goût du jour d'anthroponymies anciennes jugées imprécises.

11Loin d'être un handicap s'opposant à toute étude de l'anthroponymie, ces variantes révèlent le fonctionnement plastique de l'anthroponymie, et tout particulièrement de l'anthroponymie des nobles, qui joue des divers éléments, nom, titre, filiation et surnom de seigneurie, non seulement aux premiers temps de la double dénomination mais jusqu'à la fin du XIIIe siècle au moins. Une approche prosopographique de l'anthroponymie s'impose donc. Elle constitue le second volet de l'enquête.

Pour une prosopographie anthroponymique : unicité ou pluralité des dénominations ?

  • 8 Olivier Guyotjeannin, « Lignage et mémoire généalogique au XIIIe siècle : l'exemple de Salimbene d (...)

12Sauf dans quelques lignages princiers ou à titre très exceptionnel — on y reviendra plus loin —, il ne semble pas qu'une personne change de nom. On connaît certes l'exemple de Salimbene qui a été successivement désigné au baptême d'après le nom de son parrain Balianus, Omnebonum par l'usage courant de sa famille, en attendant le nom plus humble qu'il eut en religion8. Mais les documents de la pratique ne révèlent pas de tels exemples, ni ne permettent par recoupement d'en reconstituer, peut-être parce qu'ils n'enregistrent pas les appellations de la vie courante.

  • 9 Cf. A. Lecoy de la Marche, Le rire du prédicateur, présenté par J. Berlioz, Brepols, 1992, p. 96.

13Les variantes concernent les surnoms. L'évolution du nom avec l'ascension sociale est un thème comique. Il est aussi matière à exemplum9. Il ne s'agit alors que de broderie sur une désignation originelle.

  • 10 Cart. chap. Agde, no 257 et 260, éd. Terrin, Nîmes 1969, p. 230 et 234.

14Mais est-il fréquent que soit désignée par deux surnoms différents une seule et même personne ? Les groupes familiaux, reproduits d'une charte à l'autre, soigneusement comparés apporteraient une réponse. De même que la comparaison des possesseurs et des confronts d'une parcelle plusieurs fois mentionnées dans les sources. Les ressources du cartulaire du chapitre d'Agde sont médiocres, puisqu'il n'est connu que par une copie, souvent fautive, du XVIIIe siècle, mais il présente l'avantage de concerner une société et un ensemble de biens assez étroitement définis. Les cas de variation de surnom demeurent limités, exprimant plus souvent une même dénomination sous deux formes, dans lesquelles l'incertitude de la lecture peut souvent être une explication suffisante. Ainsi l'un des chanoines vivant dans les premières décennies du XIIe siècle, Maurinus, chapelain de Saint Pierre de Preignes apparaît quatre fois en compagnie d'un de ses frères, qui est trois fois Raimond de Roffiaco, une fois Raimond de Rostagno. L'erreur de lecture paraît évidente. Durand de Fumo, de Pinet est sans doute le même que Durantus del Fiaag, forme douteuse pour « del fioc » (du feu) : deux formes pour un même nom. En 1152, à deux mois d'intervalle, un frère et sa soeur font donation de plusieurs terres au chapitre10. La seconde charte ne semble pas recopiée sur la première car le notaire n'est pas le même, l'ordre d'énonciation des neuf parcelles est différent et certaines précisions manquent, concernant les confronts dans la deuxième. Mais les 14 noms cités sont les mêmes à une différence près : Chatgerius de Riparia, deux fois cité sous cette forme dans la première charte est devenu pour ces deux mêmes confronts Jacquerius de Riparia. Une fois encore, c'est en fait le même nom entendu et orthographié différemment. Dans d'autre cas, la variante concerne l'abréviation de Guillelmus en G. ou en W. ; R. Gatberti ou Jatberti. Les nuances renvoient plus à des variations orthographiques, intéressantes pour les linguistes, qu'à de réelles différences.

La richesse anthroponymique de la moyenne et petite noblesse

  • 11 Il faut bien évidemment réserver cette remarque à la moyenne et petite aristocratie. Comtes et pri (...)
  • 12 Cette richesse de l'anthroponymie aristocratique a été mise en lumière dans la thèse de Dominique (...)

15L'anthroponymie des nobles, plus riche11, renvoie une image plus trouble. La coexistence de plusieurs surnoms pour une même personne paraît peut-être plus fréquente pour la moyenne et petite noblesse parce que ses membres sont plus souvent cités dans les documents. Pourtant il n'y a pas là qu'une impression due à la densité des sources mais bien à la complexité de l'anthroponymie aux premiers temps de la double dénomination. Comme l'a remarqué D. Barthélemy en Vendômois12, il y a en général prédominance d'une des désignations et chaque choix a sa raison d'être, adapté aux circonstances des chartes et aux justifications utiles.

  • 13 C'est à Franz Neiske que nous sommes redevables de cet exemple très éclairant. Les références des (...)

16Les variantes correspondent aussi à des changements au fil de la vie. Tel est le cas, dans les chartes de Cluny, d'Artaud de Saniperio qui apparaît successivement dans des actes échelonnés entre 1063 et 1100, sous les formes suivantes : Walterius et Artaldus de Berziaco / Walterius et Artaldus et uxor ejus Dierna / Artaldi de Bertiaco / Artaldus cum filio meo Hugone / Artaldus, Diema de Berziaco castro, Hugo / Faletrudis, filia Artaldi de Sanipiero, soror Hugonis de Berziaco13. Hodierne unique enfant survivant du seigneur de Berzé épousa Artaud de Sanipiero (Saint Prix) qui en devint seigneur par mariage. Leur fils Hugues recueillit les droits, mais mourut sans enfant et les transmit à sa soeur. La désignation de Faletrudis est fort intéressante : elle donne à son père mort son premier nom, et non celui qu'il portait lorsqu'il exerçait la fonction seigneuriale à Berzé, et à son frère le nom de Berzé, parce qu'il est le dernier en date à avoir eu ces droits, et qu'elle les tient de lui. Nom simple et double dénomination sont donc également utilisés pour désigner ce seigneur, dans la seconde moitié du XIe siècle. La fonction châtelaine semble prioritaire : Artaud en porte le nom tant qu'il exerce au nom de sa femme.

  • 14 II est vrai que Guiraud de Touroulle semble l'aîné et qu’il reçoit en legs de son neveu, sans héri (...)

17Entre une origine glorieuse et une seigneurie effectivement détenue, l'hésitation est possible. Les seigneurs de Touroulle, près d'Agde, portent aussi parfois le nom des « Deux-Vierges », le glorieux et ancien château du Lodévois dont ils sont issus : si Guiraud de Touroulle ne semble pas porter d'autre nom, son frère cadet Guillaume, comme leur père Raimundus Pontii, portent les deux14.

18La gloire ne semble pourtant pas toujours l'emporter : pourquoi, vers 1150, Pierre Raimond de la Livinière préfére-t-il ce nom a celui de Sauvian, dont il a hérité par son père d'une part de la co-seigneurie ? Son fils le relève aussi, mais il n'est pas exclu qu'il soit aussi désigné sous le nom, attesté par deux fois, de Pierre Raimond de Sauvian. Les dénominations sont, à l'intérieur de limites fixées par l'usage, l'indice d'une hiérarchie individuelle, familiale, voire collective. Certaines vies ne se prêtent guère à l'ascension des noms, d'autres voient la fortune leur sourire. Dans l'établissement de la hiérarchie, bien des facteurs entrent en jeu, au sein desquels l'honneur est sans doute primordial. Ils pèsent sur la seigneurie châtelaine anciennement établie en comparaison d'une seigneurie villageoise plus récente. Mais l'attachement à un nom glorieux, celui de la lignée agnatique originelle, la topolignée, peut interférer avec la revendication d'une autonomie par rapport à une branche aînée qui agit en sens opposé.

  • 15 Les cartulaires méridionaux abondent de ces exemples. Si l'on comprend bien le nom d'un Berengariu (...)

19Dans les régions méridionales, la complexité s'aggrave de l'usage du nom double. Deux grands types de surnoms coexistent, le nom de topolignée et le nom double mais en outre celui-ci peut être soit un nomen paternum (où le deuxième nom, généralement au génitif est le nom du père), soit un véritable nom de famille, soit un double nom à l'origine mystérieuse15. Certains usent du nom complexe, juxtaposant les trois éléments, nom, second nom et surnom de lieu ; d'autres usent de l'une ou l'autre des trois solutions. La géométrie variable de ces noms est plus courante dans les documents qui intègrent une part de narration (enquêtes ou testaments notamment) que dans les chartes proprement dites. Elle n'en révèle pas moins un riche jeu anthroponymique, dont les principes nous échappent pour l'essentiel.

20La logique eût été que le système de la double dénomination s'imposant peu à peu, les régies s'en fissent plus strictes et les variations personnelles plus rares. Que l'usage de la double dénomination se soit installé peu à peu comme une règle sociale, le décompte des deux formes, dénomination à un ou plusieurs éléments, le montre sans ambiguité aux alentours de 1100. La pratique notariée le confirme. Peu à peu, le scribe ne se contente plus d'avoir énoncé une fois, en tête du dispositif, la dénomination complète du donateur ou du vendeur, ne reprenant, par la suite, que le nom ; il le répète systématiquement tout au long de la charte. La raison n'en est pas seulement son avidité à écrire quelques mots de plus, mais bien que la double dénomination s'impose, du moins à l'écrit, comme un ensemble, le surnom devenu inséparable du nom pour désigner une personne. Il serait intéressant d'observer la diffusion de cet usage. À cette observation, il faudrait rattacher les modifications des dénominations liées à la fonction dans l'acte : le développement maximal de l'anthroponymie individuelle pour l'acteur de la charte, les formes plus brèves pour les témoins, plus courtes encore pour les mentions diverses à l'intérieur du dispositif.

21Pourtant les décennies passant, les usages anthroponymiques ne semblent pas s'appauvrir et se codifier : les variations individuelles ne se font pas sensiblement moins nombreuses. Elles demeurent rares, semble-t-il, en dehors de la noblesse, du moins dans les régions méridionales. Elles ne sont certainement pas des hasards. Nul doute qu'elles n'aient répondu à des usages et à des besoins qui nous demeurent partiellement obscurs, mais renvoient à des histoires et à des intentions précises.

L'approche généalogique

22Si la prosopographie des individus est une source de compréhension des règles souples de l'anthroponymie médiévale, celle des familles est indispensable pour saisir continuités et ruptures de dénomination, traditions familiales et conformité aux modèles environnants. La méthode généalogique s'impose ; ou plutôt les méthodes généalogiques, tant la variété des sources commande des approches différentes.

a. Sources et métasources généalogiques

23Deux grands types de matériau généalogique s'opposent de prime abord : les récits généalogiques, construits par un auteur médiéval et les généalogies reconstituées par l'historien actuel, métasource laborieusement élaborée par le recoupement des chartes

  • 16 Voir notamment, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles (...)
  • 17 Léopold Génicot, Les généalogies. Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 15, Brepols (...)

24Dans le premier ensemble, bien de sous-groupes. D'abord l'histoire généalogique, genre littéraire, à la manière de Lambert d'Ardres ou des gesta des seigneurs d'Amboise. Cette hausgebundene Literatur a été admirablement exploitée par G. Duby16 et caractérisées par L. Génicot17. C'est à ce genre que se rattachent les généalogies portugaises, telles que celle commentée, dans ce volume, par Robert Durand, de la famille de Souza. Même si la raison avancée est ici la difficulté de connaître la parenté pour veiller au respect des interdictions de mariage, de tels textes ont un objectif commun, l'exaltation d'une grande famille par un passé glorieux.

  • 18 Voir également B. Barrière, « Généalogies et lignages. Un problème de transmission lignagère en l (...)

25D'autres généalogies sont intégrées à des chroniques, telle celle de Geoffroy de Vigeois, qui nourrit son récit, très « limousin », des XIe et XIIe siècles des hauts faits de l'aristocratie locale, dont il est fièrement issu et trace quelques portraits généalogiques : Bernadette Barrière en commente, dans ce volume18, l'un des mieux fournis, celui des vicomtes de Comborn. Fortement étayée par les témoignages oraux, une telle généalogie ajoute à la connaissance des noms et des rapports de parenté, un discours explicatif.

  • 19 Cf. note 7, p. 239-241.

26Entre les deux, un genre mixte, telle la généalogie de Salimbene, histoire familiale introduite dans une œuvre en forme de chronique, reposant sur une recherche, faite à la requête de sa nièce et concernant la grand-mère paternelle de cette jeune Clarisse, peu après la mort de l'aïeule. La belle étude qu'en a faite Olivier Guyotjeannin, est plus orientée vers les structures de parenté que vers le commentaire anthroponymique à proprement parler, mais les développements consacrés à la cohésion et au fractionnement du casale sont au cœur du fonctionnement du surnom19.

27De ces divers styles d'histoires familiales, on peut rapprocher les généalogies insérées dans des notices (Handlungstexte), outils forgés par les moines pour justifier ou réfuter une revendication. Telle est celle qui concerne la terre de Zaera, contenue dans le cartulaire de Sainte Marie d'Auch et commentée dans ce volume par Benoît Cursente.

28Les unes et les autres présentent, nettement aggravés, les risques des cartulaires pour la connaissance de l'anthroponymie, malgré l'évident recours aux archives monastiques : une réécriture des dénominations afin de les rendre plus limpides, voire plus adaptées aux besoins de la démonstration. Une anthroponymie plus complète, plus riche pour les gloires familiales : que seuls les membres les plus brillants du Livro Velho, ceux qui menèrent la vie la plus prestigieuse à la cour, portent pendant quatre générations, de père en fils aîné, ajouté à une dénomination classique, le nom de Sousa, n'est-il pas manière de leur donner, dans la présentation généalogique, une place spécifique ? De même il n'est pas exclu que le surnom de Zaera ne soit affirmé, dans la généalogie composée, avec une force plus dominante que dans la réalité. Quant à la variété des formes rencontrées dans la pratique pour désigner un même individu, elle est évidemment gommée par le discours simple de la généalogie.

  • 20 O. Guyotjeannin a justement fait remarquer que Salimbene situe d'emblée sa généalogie sur le terra (...)

29Les avantages de ces sources sont néanmoins évidents. Les informations dispersées dans les chartes n'ont pas la densité offerte par les sources généalogiques. Ici, Tordre de naissance des fils est indiqué. La mention des femmes, sans être à l'égal de celle des hommes, prend une part beaucoup plus grande que dans les chartes. Les transmissions de nom en ligne brisée, d'oncle à neveu, ou par voie matrilinéaire ont quelque chance d'apparaître. Dans les chartes nous lisons l'anthroponymie à partir de l'histoire du patrimoine, et sans doute ce crible patrimonial accentue-t-il les liens essentiels entre dénomination et droit au patrimoine. Les histoires généalogiques ont l'immense intérêt d'offrir une image de la parenté et d'y intégrer les informations anthroponymiques20.

b. Généalogie, anthroponymie et structures de la parenté : une nécessaire prudence

  • 21 Ce n'est pas le cas des généalogies anciennes et de toutes celles qui n'ont pas pour objectif l'ét (...)

30Les généalogies reconstituées par les historiens d'aujourd'hui compensent les risques de l'histoire généalogique si les chartes qu'elles utilisent n'ont pas été modifiées par les copies qu'elles ont subies. Les noms auxquels elles donnent accès sont les formes contemporaines des individus recensés, à condition qu'elles les enregistrent toutes fidèlement, dans leurs formes diverses, avec le même soin que dans une prosopographie individuelle21.

  • 22 Suivant les mots d'Olivier Guyotjeannin (cf. note 7 p. 231), l'auteur « ne manifeste aucun intérêt (...)
  • 23 Celle de Lambert de Wattrelos, comme le fait remarquer Georges Duby, ne va pas non plus au-delà de (...)

31Elle présentent en revanche le grave handicap d'offrir une image trompeuse, celle d'une stemma limpide, courant sur de nombreuses générations, sacrifiant la connaissance des femmes et des alliances, bien différente de la conscience qu'en avait la famille elle-même. Les histoires généalogiques sont là pour attester le travail de recherche historique nécessaire à leur fabrication dès le XIIe siècle. Une généalogie comme celle de Salimbene montre que l'intérêt de son auteur22 ne remonte pas au-delà de deux générations23. Dès lors la reconstitution généalogique risque de donner à l'organisation de la famille une profondeur artificielle, notamment un programme de dévolution des noms reposant sur une tradition ancienne, alors qu'elle est avant tout l'accumulation de tronçons de trois générations, qui se recouvrent les uns les autres. Dans un tel schéma, les ruptures anthroponymiques ne revêtent sans doute pas la même gravité que si elles étaient conçues comme l'abandon d'une longue chaîne.

  • 24 cf. note 5 et note 15.

32Quelques généalogies dispersées à travers l'Europe et plusieurs siècles n'ont pas la prétention de présenter un tableau d'ensemble des modèles de dévolution des dénominations, même appuyées par d'autres études récentes24 ; moins encore de traiter de manière générale des rapports entre anthroponymie et système de parenté. Chacune doit être prise pour l'exemple commenté qu'elle offre, mélange d'histoire individuelle et de régies générales (ou locales). On peut cependant chercher à répondre à quelques questions simples à partir de ces exemples.

  • 25 Cf. Bernard Vernier, La genèse sociale des sentiments : aînés et cadets dans l'île grecque de Karp (...)

33Bien évidemment l'analyse anthroponymique de la parenté est loin d'en constituer une image complète. Elle devrait être couplée à celle du vocabulaire de la parenté, qui est accessible à travers les chartes. Mais aussi à des éléments affectifs qui, même à travers les testaments, ont bien peu de chances d'être perçus. Il suffit de se souvenir de l'importance de la théorie des ressemblances, complémentaires de la transmission des noms ou la contrebalançant, pour mesurer quelle partie tronquée du système de la parenté nous fournit l'étude anthroponymique25.

c. Fragments de généalogie

34Presque tous les récits généalogiques — on fera une exception pour la famille de Zaera qui appartient cependant au cercle des notables proches du chapitre métropolitain d'Auch — ont en commun de décrire la haute aristocratie. Il serait imprudent d'étendre au reste de la noblesse, plus encore à l'ensemble de la population les principes anthroponymiques qui y sont observés. Les chartes offrent, à partir du XIe siècle, un grand nombre de « fragments généalogiques » appartenant à un éventail social beaucoup plus ouvert que la littérature généalogique. Les roturiers n'en sont pas absents. Deux générations, parfois trois. Un certain nombre de membres de la fratrie : il est bien rare qu'ils soient tous connus, du moins qu'on en soit avisé. Il est bien rare aussi que les surnoms des diverses générations ou des divers frères soient mentionnés : ces fragments se prêtent mieux à l'étude de la dévolution des noms qu'à celle de l'ensemble de la dénomination. En revanche, avec le XIIIe siècle et les enquêtes, telles que recueils de miracles et procès de canonisation, la succession des surnoms d'une génération à l'autre se perçoit mieux.

35Les limites des informations qu'apportent ces fragments sont évidentes : la parenté y est réduite à sa plus simple expression. Il est bien possible que la méconnaissance des noms de la lignée maternelle ou ceux des oncles paternels constituent une lacune gravissime et que des modèles de dévolution complexes ne leur échappent irrémédiablement. Néanmoins le nombre compense la pauvreté pour des observations simples, telles que la comparaison entre les dénominations du père et celle de ses enfants. À condition de dénombrer avec précision les situations offertes : les fragments qui apportent seulement le nom du père et d'un fils ne peuvent être mis sur le même plan que ceux où le père vient avec trois ou quatre fils.

36Les quelques fragments où paraissent aïeul ou oncle méritent un traitement particulièrement attentif. Mais pour l'essentiel, il faut se contenter de poser à ces documents la seule question à laquelle ils puissent répondre : observe-t-on une transmission des noms entre le père et ses enfants ? Si oui, auquel ? À titre de critique comparative, rien n'interdit de traiter, suivant la même méthode, les informations à partir desquelles ont été reconstituées les généalogies : ce sont des fragments empilés et il est bon de les détacher de leur contexte familial pour les intégrer à une analyse collective de l'évolution chronologique des modes de dénomination. A contrario, situer ces fragments au sein de la généalogie reconstituée permet d'observer à quel type de situation familiale anthroponymique peuvent correspondre les fragments totalement isolés, hors d'une lignée connue.

  • 26 L'exemple est celui de la fratrie de Bernard de Visandoni. On peut le résumer en un tableau :

37Transmission du nom à l'aîné ou à un cadet ? À défaut de nous dire si tel fils porte le nom de son grand-père ou de son oncle maternel, le fragment généalogique peut nous dire à quel rang, parmi les enfants, se retrouve le nom du père. Il n'est pas impossible que l'ordre ne soit pas stable. À travers quelques chartes de Cluny, Franz Neiske a mis l'accent sur la prudence nécessaire26. Les actes méridionaux ne transmettent qu'exceptionnellement de telles turbulences : leurs raisons sont en général compréhensibles par l'avance d'hoirie d'un aîné sorti de la fratrie, par l'entrée en religion d'un cadet, par la mort, mais l'ordre n'est pas fondamentalement atteint. En revanche, il est, dès le Xe siècle, impossible de situer l'ordre de naissance des filles : elles sont en général déjà reléguées, en groupe, après l'énoncé des fils. En Gascogne, la reconstitution de cet ordre est plus difficile, car les chartes y énoncent rarement l'ensemble des enfants ayant-droits et les confirmations individuelles successives n'y donnent pas un accès solide.

d. Quelques questions anlhroponymiques à poser aux généalogies

38Certaines questions, qui mettent en œuvre l'ensemble de la parenté, doivent être réservées aux récits généalogiques. Mais à ces larges informations apportées, pour la haute aristocratie, par les récits généalogiques, pour une noblesse plus large, par les généalogies reconstituées, complétées pour les autres milieux par le traitement des fragments, on peut aussi poser quelques questions simples.

  • 27 Cf. l'étude de Joseph Morsel dans ce volume.

39Nous savons combien les choix des noms se sont modifiés au cours des XIe et XIIe siècles. La noblesse franconienne, telle qu'elle est analysée par Joseph Morsel27, désigne ses enfants suivant deux logiques : la logique familiale pour la dénomination des aînés et la logique de groupe social pour les cadets, désignés désormais par des noms à forte coloration chevaleresque, communs aux diverses lignées et contribuant à la « mobilisation nobiliaire » de ce temps. La concentration des choix sur quelques noms princiers et quelques noms de saints est-elle due à un phénomène comparable, un effet de gonflement statistique dû aux cadets, tandis que les aînés porteraient les noms « familiaux » ? Quelle liberté d'innovation aux lignées ?

40Parmi les noms « familiaux », de quel poids pèse la transmission agnatique ? Les femmes transmettent-elles les noms de leur lignée à leurs enfants ? À leurs filles ou à leurs fils ? En dehors des cas d'hypergamie masculine ?

e. La force de l'organisation agnatique

41L'une des surprises de cette juxtaposition de généalogies, provenant de régions très éloignées, mais pour l'essentiel méridionales, est la force universelle, mais nulle part exclusive, de l'organisation agnatique dans la dévolution des noms.

42L'enquête est difficile car il est bien rare que, compte tenu des règles de dévolution des patrimoines, les ascendances maternelles soient connues. La très haute noblesse nous donne seule accès, avec une fréquence suffisante, à ses « quatre quartiers », essentiellement grâce à la littérature généalogique. Pour les autres niveaux sociaux, les lacunes de la documentation interdisent l'accès direct aux usages de dévolution des noms ; il n'y a pas d'autre solution que d'observer si les informations réunies sont compatibles avec les schémas repérés pour la haute noblesse ou s'ils sont nettement différents.

  • 28 C'est le système qui se généralise à l'époque moderne en France pour désigner l'état-civil des fem (...)

43L'exemple franconien est clair : au XIVe et XVe siècles, les femmes arborent, après leur mariage, leur surnom patronymique — qu'elles ne mentionnaient pas précédemment — avant celui de leur époux28. Mais elles ne le transmettent pas : la tentative pour le faire porter à leurs enfants après celui de leur père (à la manière ibérique actuelle) ne s'installe pas, même si elle est attestée au XIVe siècle. Quant aux noms, ils obéissent pour l'essentiel à deux logiques : celle de la filiation agnatique et celle de la topolignée (tel nom étant lié à la possessions de tel bien). Il peut arriver que dans ce système où les biens stratégiques sont transmis par les hommes, les femmes, dotées, ne transmettant que des rentes et des biens meubles, une femme soit héritière et apporte avec le bien un nom qui s'installe parmi ces descendants. Cependant il n'est pas exclu, que le nom soit transmis par la mère, sans transfert de biens attesté, à l'un des premiers nés, tandis que la logique « groupale » incitant à choisir des noms à résonance chevaleresque, fonctionne pour les cadets. Donc une transmission des surnoms rigoureusement agnatique, moins stricte pour les noms.

44À l'autre extrêmité de l'espace chronologique et géographique, dans le Portugal des XIe et XIIe siècles, les récits généalogiques apportent une information anthroponymique excellente : le bilan de l'apport des deux voies, patrilinéaire et matrilinéaire est possible. La lecture anthoponymique de la généalogie y est donc d'un intérêt exceptionnel. Ici, les règles anthroponymiques paraissent très différentes.

45C'est le triomphe du nomen paternum, où le nom du père est porté par tous les enfants, fils et filles. Le port d'un autre surnom, éventuellement transmissible est exceptionnel, et de courte durée. À la différence de la pratique générale à la même époque dans le reste de l'Occident, les filles portent donc un surnom, le nomen paternum, qui les situe dans une fratrie et dans l'échange entre lignées. Pour autant, elles ne transmettent guère leur patrimoine onomastique. Plusieurs constatations s'imposent :

  • les usages ne sont pas des règles anthroponymiques strictes. Certaines formes de filiation anthroponymique sont perceptibles, elles ne sont visiblement pas impératives et laissent beaucoup de liberté dans les formes d'application.
  • le renouvellement des noms est incontestable, qui n'est pas dû à des hasards biologiques où la mort sans héritier de certains enfants introduirait des ruptures. C'est par des choix délibérés que de nouveaux noms sont introduits : ainsi à la onzième génération connue, trois des petits fils d'Elvira Vasques, issus des trois fils de son premier mariage, s'appellent Lourenço, deux aînés et un cadet, sans qu'aucune raison de filiation l'explique. Le phénomène se reproduit, moins nettement, pour d'autres noms tels que Martim, à la onzième génération29, ou Joâo. Ces innovations ne peuvent pas, en général, être liées au nom d'un oncle ou grand oncle, grâce auquel il aurait été introduit dans la famille. Ce sont bien des politiques anthroponymiques de rupture qui semblent être l'explication la plus plausible : la fréquence de Joâo n'est pas spécifique au Portugal, celle de Martim ou Fernão n'est, en revanche, pas un fait « européen ». L'alignement sur les noms de souverain ne joue pas, au Portugal, comme l'a montré R. Durand30, autant que dans le reste de l'Europe. Il semble qu'il faille invoquer ici des faits de spiritualité, communs à l'ensemble de la société portugaise.
  • la concentration des choix provient de ces ruptures contemporaines dans les diverses branches du lignage, mais aussi des nombreux mariages consanguins qui apportent les mêmes noms par voie maternelle et paternelle.
  • cette rencontre des deux filiations se produit aussi en dehors des mariages consanguins et contribue à accélérer la concentration des noms. Dès la neuvième génération, il est parfois difficile de définir la provenance d'un nom. À la dixième génération, l'un des descendants de Gonçalo de Sousa, premier fils de Gil Vasques s'appelle-t-il Gonçalo du nom de son aïeul par voie paterno-maternelle ou à cause de son grand-père maternel ? À la douzième génération, les arrière-petits fils aînés d'Elvira Vasques, petits-fils de son fils illégitime31 Martim Vasques, portent sans doute leur nom d'après leur grand-père qui l'a transmis à l'un à travers son père (Pero Botelho) et à l'autre à travers sa mère Aldara Martins ; mais le grand-père paternel de Martim Botelho est aussi un Martim. Sans doute devons-nous, dans ces cas, abandonner la question de la voie patri-ou matri-linéaire : si un nom est commun aux deux lignes, il est adopté pour l'un des enfants.
  • la transmission est cependant nettement agnatique. La pratique du nomen paternum réduit à l'exception la réutilisation du nom du père à la génération des fils. C'est donc celui du grand-père que portent les petits-fils, voire celui de l'arrière-grand-père. Dans le premier cas, la transmission doublement patrilinéaire est la plus fréquente : Gil Vasques a pour fils Vasco Gil qui a lui-même un fils cadet du nom de Vasco Gil, l'aîné portant le nom d'Henrique, inhabituel dans la lignée (nom princier ?). L'exemple est ici d'une régularité parfaite, mais rare.
  • cependant, les filles aussi transmettent les noms de leurs lignées. Chamoa Gomes a transmis le nom de son père à son petit-fils, issu d'une union illégitime, il est vrai. Du mariage d'Elvira Garcia (dixième génération de la descendance de Sancha Gomes) et Diego Ordonhes, est né un fils Alvaro Dias qui épouse Sancha Peres : leurs fils s'appellent, le premier Ordonho, du nom de son arrière-grand-père par voie patrilinéaire et le cadet Pero, du nom de son grand-père par voie matrilinéaire. Aldara Martins transmet à son fils aîné le nom de son père, Tereja Anes aussi. Mieux encore, les deux fils aîné d'Elvira Anes, petite fille du comte Mendo o Sousao par la dernière fille Guiomar, a plusieurs fils : l'aîné s'appelle Mem, comme son arrière-grand-père doublement maternel et le second João, comme son grand-père maternel, le troisième Gonzalo comme son grand-oncle maternel et le glorieux ancêtre Gonçalo de Sousa ; la première fille comme son arrière-grand-mère maternelle Orraca (sa cousine germaine porte le même nom) et la deuxième fille, Tereja, comme sa tante maternelle. Bref, à l'exception de la dernière fille qui s'appelle Maria, comme de très nombreuses portugaises de ce temps, les enfants d'Elvira sont tous désignés par la voie matrilinéaire. Hypergamie masculine de son époux ? La soeur aînée d'Elvira, Tereja a également transmis à son fils aîné le nom de son propre père, João (qui porte donc le même nom que son jeune cousin germain) mais c'est aussi le nom du grand-père paternel ; et le cadet redouble le nom de son père, ce qui est rare, et s'apelle Fernão Fernandez. Toutefois d'autres exemples, tels que celui de Toda Lourenço qui transmet le nom de son père à son fils aîné, montrent que l'hypergamie n'est pas la condition absolue de transmission matrilinéaire32.
  • cette vaste généalogie révèle de nombreux exemples où l'hypergamie masculine n'entraîne pas de filiation anthroponymique maternelle. Ainsi le comte Mendo o Sousao, certes grand personnage de l'entourage royal, épouse la petite fille du roi Afonso, dont la mère est Sancha et le père Sancho Nunez : aucun de ses petits-fils ne relève un nom venant de cette royale ascendance. À la génération des arrière-petits-fils, un Sancho et plus rien à la génération suivante.
  • si les femmes transmettent, moins souvent que leurs époux, les noms de leur lignée à leurs fils, en revanche, elles sont fréquemment le vecteur de dénomination de leurs filles. Là encore, la règle est loin d'être absolue : dans la majorité des cas, aucune filiation n'est repérable pour les noms féminins, qui ne sont repris à aucune des générations ultérieures. Un nombre croissant de filles, parmi les lointaines descendantes d'Uffo Belfage, reçoit le nom de Tereja ou de Maria, le second très généralement usité dans la société portugaise, le premier spécialement aristocratique. Mais le lien par lequel ce nom est donné à l'enfant demeure incertain : les filles de Mem Garcia (descendant de Gonçalo de Sousa, à la dixème génération) s'appellent-elles Maria et Tereja à cause de leur trisaïeule Tereja Sanches (par voie strictement agnatique), de leur bisaïeule la comtesse Maria (par voie agnatique également), de leur bisaïeule Tereja par voie materno-paternelle), de leur grand-mère maternelle Maria ou de leur mère Tereja ; à l'exception de la grand-mère paternelle, Elvira Gonçalves, et de la dernière fille, Constança, toutes les femmes de cette lignée se nomment Tereja ou Maria ! Lorsqu'il a lieu, le transfert de grand-mère à petite fille, voire à partir de la bisaïeule, s'opère beaucoup plus souvent par les fils que par les filles : c'est le nom de la grand-mère paternelle qui est repris. Chamoa Gomes transmet son nom trois générations plus tard (à la dixième génération), par l'intermédiaire de son fils et petit-fils ; de même Tereja Gonçalves à Tereja Martins. Elvira Vasques transmet son nom à la première fille de son fils Rodrigo, mais à la troisième fille de sa fille Maria.
  • 33 La femme de Pero Nunes de Barbosa, est fille de Martim de Maia et de Tereja Martims de Vizela.

46En somme, malgré la différence de système global, due au nomen paternum, malgré la différence chronologique (limitée, car dans la généalogie portugaise, l'observation correspond, pour l'essentiel, aux générations du XIIIe siècle), le système de dévolution des noms n'est pas fondamentalement différent au Portugal et en Franconie ! Ici et là, les femmes portent leur surnom, mais le transmettent peu. Elles sont susceptibles de transmettre les noms de leur famille, même en dehors des cas d'hypergamie masculine. Il arrive alors que, comme chez les descendants de Guimar Mendes, l'aîné hérite de son nom par voie patrilinéaire et le cadet par voie matrilinéaire : le premier fils (onzième génération) de Pero Nunes s'appelle Nuno comme son grand-père paternel, et le cadet Martim, comme son grand-père maternel et son arrière-grand-père maternel33. Mais ce schéma rigoureux n'est pas généralisable. Même en admettant que la mort d'un grand nombre d'enfants altère profondément le système de dévolution, il ne paraît pas possible de reconstituer de véritables règles. Tout au plus se repère assez souvent une transmission du grand-père au petit fils, de la grand-mère à la petite fille (parfois avec un intervalle d'une génération supplémentaire), avec, dans les deux cas, une dominante agnatique.

47D'autres régions, pour lesquelles nous devons nous contenter de généalogies reconstituées ou de fragments de généalogies, paraissent pouvoir appartenir au même modèle. En Poitou, en Gascogne, en Bourgogne (avec ici peut-être une influence matrilinéaire plus réduite), les pratiques anthroponymiques des familles de moyenne et petite noblesse semblent relever de schémas analogues :

  • les parents (ou du moins les auteurs du choix) semblent disposer d'une certaine liberté de dénomination des enfants, bien qu'il existe un patrimoine anthroponymique familial ;
  • la transmission agnatique est plus fréquente ;
  • l'impression d'une liberté nettement plus grande pour la dénomination des filles tient essentiellement à notre méconnaissance des femmes du lignage ;
  • la transmission enjambant une génération, des grands parents aux petits enfants, est, globalement, la plus fréquente des filiations anthroponymiques. On ne peut en expliquer la raison ; le « nom refait » de l'ancêtre, suivant l'expression de Christiane Klapisch pour les notables florentins de la fin du Moyen Âge, est très plausible.

f. Le nom de l'aîné

48Cette transmission consacre-t-elle un rang, l'héritage anthroponymique se faisant au profit de l'aîné ?

  • 34 Cf. la contribution de B. Barrière dans ce volume. Les Archambaud de Bourbon y sont évoqués par O. (...)
  • 35 Cf. Jean Bocly, Haute et moyenne noblesse dans les pays de la Loire au début du XIIIe siècle, mémo (...)

49Il est dans l'Europe du XIe siècle quelques familles exceptionnelles, de très haut rang, où un même nom est répété à chaque génération : un nom, toujours le même, est attribué au fils aîné, héritier du titre et de la fonction. De tels exemples sont fréquents en Aquitaine, les sires de Lusignan en sont un exemple, tout aussi bien que les Archambaud de Bourbon, les Archambaud vicomtes de Comborn, présents dans ce volume34. Ils sont attestés dans diverses familles châtelaines de Touraine, comme chez les seigneurs de Bauçay, nommés Hugues sans interruption de 1030 à la fin du XIIIe siècle au moins35. Chez les seigneurs de Surgères, etc. Les Guillaume de Montpellier ont à partir du milieu du XIe siècle une politique anthroponymique identique, d'une rigueur parfaite.

  • 36 Cf. l'article de B. Barrière.

50Dans certaines de ces familles, l'identité du nom et de la fonction est si forte que les cadets, amenés par le hasard de la mort sans héritier de l'aîné à se substituer à lui, endossent en même temps le nom et le titre. L'exemple des ducs d'Aquitaine est le plus anciennement rigoureux. Geoffroy de Vigeois en signale un autre, chez les Ventadour, Ebles IV ayant été initialement baptisé Archambaud36. Les admirables régularités d'aînés du même nom, pendant de nombreuses générations sans solution de continuité, ont sans doute pour une part d'entre elles la même origine, même si les sources ne le disent pas. Dans la moyenne aristocratie de tels exemples sont rares. En Bas-Languedoc, il est attesté une fois dans la famille des Bérenger de Puisserguier. Mais, plus souvent, à défaut de renommer le cadet pour l'identifier à l'aîné défunt, le cadet héritier de son frère donne à son fils aîné le « nom » qui caractérise l'aîné de la famille.

51Dans ce cas, le programme anthroponymique de la famille peut être très déterminé : les sires de Déols appellent l'aîné Radulfus, le cadet Odo, le troisième, semble-t-il, Ebo. Comme chez les Bourbon, le cadet est Aymo.

52L'autre modèle simple est celui de l'alternance rigoureuse de deux noms. Système qui n'a qu'une lointaine ressemblance avec les filiations onomastiques irrégulièrement repérées entre grands parents et petits enfants dans la plupart des familles nobles, évoquées précédemment, du Portugal au Poitou. Le système alternant strictement deux noms, est répandu dans quelques familles princières : c'est notamment celui des diverses branches capétiennes. Ce n'est pas seulement une alternance entre les aînés de chaque génération, c'est aussi une alternance entre aîné et cadet, tel que le fils cadet porte le nom de son père et donc le petit-fils celui de son oncle paternel.

53De nombreuses familles aristocratiques en offrent des segments, mais, à la différence des filiations systématiques de père à fils aîné, répétant le même nom à chaque génération, la belle ordonnance ne dure guère. Ce peut être la mort qui semble perturber le rythme, à en juger par les données des textes : ainsi chez les seigneurs de Sainte Maure, où il est difficile de trouver la règle exacte qui organise la dévolution des trois noms-clés de la lignée, Hugues, Guillaume et Goscelin, de l'an mil aux environs de 1200. Même difficulté dans la famille de Mello où Guillaume et Dreux alternent d'une génération à l'autre, sans une totale régularité, Renaud venant en outre troubler cette ordonnance.

54Ce peut être aussi un mariage qui fait entrer dans la famille un nom à honorer. Ainsi chez les seigneurs d'Amboise : Hugues avait engendré Lisois et celui-ci avait épousé Hersend, dont la lignée glorifiait le nom de Sulpice. Lisois et Hersend eurent deux fils, Sulpice et Lisois, conformément à l'ordre de prestige des lignées. Au même moment, un nouveau nom entrait dans la famille, celui de Sulpice, mais la descendance d'Hugues se coupait en deux, et Lisois ne reparut plus dans la branche où alternèrent désormais Sulpice et Hugues. Plus tard, lorsque Sulpice épousa Denise, de la famille de Saumur et Chaumont, cette hypergamie n'influença pas la dénomination des fils ; pas plus que lorsque Hugues épousa Elisabeth de Jaligny. Mais les filles des générations ultérieures s'appelèrent Denise et Elisabeth. La division des dénominations paraît désormais ainsi acquise, patrilinéaire pour les fils, matrilinéaire pour les filles.

55Cet usage qui fonctionne dans la famille d'Amboise n'est pas le seul attesté en Touraine au même moment. D'autres familles voient s'introduire de nouveaux noms dans leur patrimoine, souvent apporté par les femmes. Dans la famille des seigneurs d'Alluyes, les Hugues se succédaient de père en fils jusqu'au milieu du XIIe siècle, lorsque s'introduisit le nom d'André qui désormais alterna avec celui d'Hugues. De même la succession des Aimery seigneurs de La Jaille s'interrompit pour laisser place à une alternance de Tristan et d'Aimery.

  • 37 Cf. note 34.

56L'évolution inverse se produit aussi, celle d'une simplification lorsque se séparent deux branches : l'alternance de deux noms se transforme en deux lignées parallèles, chacune arborant son nom à chaque génération. Ainsi chez les Ventadour, mais plus modestement aussi chez les seigneurs d'Aspremont37.

57Plus vigoureusement dans le cas de noms hérités par l'aîné à chaque génération, perceptible aussi dans le cas d'un arrangement à deux, voire trois noms, ces grandes familles se caractérisent par un caractère nettement agnatique. Les lignées maternelles ne servent qu'à désigner une part plus ou moins grande des filles. Et cette perception agnatique va de pair avec un rôle anthroponymique spécifique dévolu à l'aîné.

g. Le rôle du surnom et l'organisation lignagère des structures familiales

58Mais elles sont l'exception ces lignées où, plus ou moins limpide, le programme lignager se lit suivant les modifications des alternances de noms des premiers nés. La règle est bien plutôt une histoire anthroponymique chaotique, où les ruptures sont plus nombreuses que les filiations. Celles-ci ne durent jamais longtemps : trois ou quatre générations semblent bien constituer une mémoire anthroponymique rarement dépassée, et les nouveautés s'y inscrivent plus efficacement que les permanences. Il est douteux qu'il n'y ait là qu'imperfection de la documentation : l'exemple portugais — lui-seul à vrai dire en donne vraiment la possibilité — nous convainc que même une documentation exhaustive ne permet pas, sauf pour quelques lignées princières ou leurs proches, de retrouver des systèmes rigoureux, régulièrement appliqués dans une famille.

59Sans être l'équivalent d'un mouvement brownien — le désordre n'est pas complet—, les dénominations semblent obéir à des raisons complexes, où l'individuel, le conjoncturel, le momentané gardent une part souvent décisive. Est-ce le fait des XIe et XIIe siècles, lorsque naît, aux côtés du nom, un surnom qui perturbe les anciens équilibres anthroponymiques ? Faut-il expliquer la fragilité générale des noms lignagers par l'apparition des surnoms, susceptibles d'affirmer la filiation par une autre voie ?

60L'expérience montre que les familles (et les régions) où le surnom lignager se fixe mal (à cause du nomen paternum) ont le même comportement que les autres en matière de nom : ni plus ni moins de transmission, patrilinéaire ou matrilinéaire. Celles où le surnom s'hérite précocément, notamment sous la forme d'un sobriquet, tels les Turpin, seigneurs de Crissé, n'ont ni plus ni moins de ruptures de noms que les autres. Faut-il abandonner la piste du surnom ?

  • 38 Ce renouvellement ne porte pas sur le stock lui-même : il y a bien peu de nouveaux noms au XIe siè (...)

61Compte-tenu du caractère souvent topographique des surnoms, la logique voudrait que les surnoms renvoient au patrimoine (hérité ou acquis) et les noms à la filiation, biologique (patri-ou matri-linéaire), spirituelle ou féodale. Les deux éléments pouvant être redondants ou différents. Il est bien difficile d'observer si la dévolution des noms est moins ordonnée selon Tordre de primogéniture au XIe siècle qu'elle ne Tétait auparavant. Il est également bien difficile d'observer si le renouvellement des noms, puisant dans un stock extérieur à celui de la famille, s'accentue au cours du XIe siècle. L'importance du renouvellement des noms38, y compris pour les premiers nés, laisse penser en tous cas que la dévolution des noms connaît un desserrement des contraintes anthroponymiques familiales, au moment même où celle des patrimoines semble plus que jamais contrôlée par l'ensemble de la fratrie, des consanguins et de tous les ayant-droits. Peut-être faut-il reconsidérer la structure de la famille, du moins la famille aristocratique, au cours du XIe siècle, en fonction de plusieurs critères, sans donner à l'anthroponymie un poids trop lourd.

62S'il est encore assez souple au XIe siècle, ne privilégiant pas une puissante expression de l'aînesse, peu à peu s'instaure un ordre anthroponymique de plus en plus strict. C'est en tous cas ce que suggère l'exemple bas-languedocien. En Poitou, en Gascogne aux XIe et XIIe siècles, il n'est pas exceptionnel que l'un des fils porte le nom de son père, mais c'est rarement l'aîné. À partir de la fin du XIIe siècle, s'impose progressivement la filiation anthroponymique directe du père à son fils aîné, jadis réservée à quelques grandes familles. Le fils aîné est le pivot autour duquel s'organisent les désignations de la fratrie. Pour lui, le jeu entre nom et surnom ne fonctionne plus : de son père, il hérite le nom et le surnom en une même parfaite identification.

63L'analyse des quelques généalogies réunies dans ce volume conduit à souhaiter prolonger certains chemins de recherche. D'une part le décalage, chronologique et logique, entre anthroponymie et dévolution du patrimoine. Ni d'après l'exemple portugais, ni d'après les impressions fournies par les autres régions, il ne semble y avoir décalque parfait entre la dévolution des dénominations et celle des biens. Ainsi, les femmes semblent parfois transmettre les noms mieux que les biens. Les aînés bénéficier d'un avantage avant que l'anthroponymie n'enregistre systématiquement la primogéniture.

64D'autre part, deux principes semblent coexister, celui du « nom refait » où certains petits-enfants portent les noms de leurs aïeux et celui de l'organisation linéaire, fondée sur l'héritage d'un nom, pour les fils aînés ; voire de deux noms alternant, éventuellement épaulés par la désignation des oncles paternels. S'excluent-ils ? Dans quelle condition l'un s'impose-t-il à l'autre ?

65La transmission du nom ne peut évidemment pas être distinguée de celle de son complément dans le système de désignation, le surnom. Nom et surnom jouent-ils chacun une partition différente en matière d'hérédité et de stabilité ou bien évoluent-ils conjointement, suivant une seule logique ?

66Cette question suggère son prolongement à l'enquête : par quels processus le surnom s'étend-il d'un individu à un groupe d'individus, qualifie toute une fratrie, se transmet de générations en générations ? Ce thème est déjà abordé dans ce volume ; il devra être plus systématiquement traité en multipliant les analyses des fragments généalogiques afin d'observer les mécanismes de fixation du patronyme héréditaire. Y retrouve-t-on la même chronologie régionale et sociale que dans l'apparition du surnom ? Dans quelles circonstances ce surnom héréditaire est-il abandonné ? S'agit-il alors seulement de le remplacer par un autre surnom héréditaire, ou de revenir à la pratique du surnom individuel ? Il importe d'observer comment cette hérédité éventuelle s'installe comme système de désignation et dans quelles limites elle admet des retouches et conserve une souplesse d'adaptation.

Notes

1 Parmi de nombreuses études qui ont ouvert les perspectives historiques de l'évolution des noms dans la période centrale du Moyen Âge et ont servi de référence à cette enquête, il faut citer les deux ouvrages fondateurs : J.L. Biget, « L'évolution des noms de baptême en Languedoc au Moyen Âge (IXe-XIVe) », in Cahiers de Fanjeaux no 17, Liturgie et Musique, Toulouse 1982, p. 297-341 et Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, CNRS, Paris 1984, ainsi que les pages que Pierre Toubert consacra à ce sujet dans sa thèse, Les structures du Latium médiéval, Paris-Rome 1973, p. 693-703.

2 L'hérédité très générale des surnoms est acquise à Marseille et dans la région marseillaise à la fin du XIIIe siècle (cf. l'étude de P.-A. Sigal dans ce volume), comme elle est de règle dans le proche Bas-Languedoc. Il faudrait observer précisément les phénomènes dans d'autres régions, en tenant compte des milieux et des sources, les sources fiscales ayant peut-être, à cet égard, des caractéristiques un peu différentes des actes notariés. Observer également si les mobilités de la seconde moitié du XIVe siècle ont accentué les changements de surnoms : les lettres de rémission semblent fournir un grand nombre de double surnom. Faut-il alors considérer que le système anthroponymique doit être désormais exprimé comme « prénom, nom et surnom » ?

3 Sur ce point, cf. l'étude fondamentale de Michael Mitterauer, Ahnen und Heilige. Namengebung in der europäischen Geschichte, Munich 1993.

4 Cf. P. Beck et P. Chareille, « Le peuplement de la ville de Dijon à la fin du XIVe s. : étude des flux et des espaces migratoires », à paraître dans Espace vécu, mesuré, imaginé. Actes de la Table ronde de Tours 1994, en l'honneur de Christiane Deluz.

5 Dominique Barthélemy a montré comment aux environs de 1100 les sobriquets portés par les milieux chevaleresques se font plus courtois ou plus neutres, au moment où les famuli ne sont pas épargnés par les mentions de disgrâces diverses. Il a souligné aussi que les sobriquets cruels passent rarement comme surnoms héréditaires (cf. D. Barthélemy, in La société dans le comté de Vendôme, Fayard, Paris 1993, p. 634 sq.)

6 Dominique Barthélemy, ib. p. 636 sq.

7 Dans un des exemples cités par Michel Parisse : Gaufredus cognomine Charnallardus.

8 Olivier Guyotjeannin, « Lignage et mémoire généalogique au XIIIe siècle : l'exemple de Salimbene de Adam », in Media in Francia, recueil de Mélanges offerts à K.F. Werner, Paris, p. 231, note 9.

9 Cf. A. Lecoy de la Marche, Le rire du prédicateur, présenté par J. Berlioz, Brepols, 1992, p. 96.

10 Cart. chap. Agde, no 257 et 260, éd. Terrin, Nîmes 1969, p. 230 et 234.

11 Il faut bien évidemment réserver cette remarque à la moyenne et petite aristocratie. Comtes et princes n'ont de désignation que très brève, le nom et le titre, sans localisation. Les ajouts se font par la suite.

12 Cette richesse de l'anthroponymie aristocratique a été mise en lumière dans la thèse de Dominique Barthélémy (cf. note 4) : dans les documents vendômois, « Salomon Tailhahart » est aussi « Salomon fils d'Ive » ; « Aleaume de Vendôme est aussi Aleaume Boutefeu ». Cependant en Vendômois, cette coexistence d'appellations n'est pas réservée aux milites : les famuli en bénéficient aussi.

13 C'est à Franz Neiske que nous sommes redevables de cet exemple très éclairant. Les références des chartes sont BB 3654, 3268, 3504, 3328, 3062, 3744.

14 II est vrai que Guiraud de Touroulle semble l'aîné et qu’il reçoit en legs de son neveu, sans héritier direct, sa part du castrum de Touroulle, dont il devient le principal seigneur (cart. chap. Agde, no 15, éd. Terrin, Nîmes 1969, p. 26).

15 Les cartulaires méridionaux abondent de ces exemples. Si l'on comprend bien le nom d'un Berengarius Guillelmi de Duabus Virginibus, parce que son père s'appelle Guillaume, on comprend moins bien pourquoi son neveu, Raimond Pontii de Touroule a un fils aîné nommé Raimundus Hugonis, nom qu'il transmet à son fils. L'introduction de ce second nom ne semble pas venir de la famille maternelle, si comme le pense Claudie Amado elle appartient à la famille des seigneurs de Popian : le nom d'Hugo n'y est pas attesté. Cf. Claudie Duhamel-Amado, la famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d'Agde, Thèse soutenue devant l'Université de Paris IV, 1995.

16 Voir notamment, « Structures de parenté et noblesse dans la France du Nord aux XIe et XIIe siècles » et « Remarques sur la littérature généalogique en France aux XIe et XIIe siècles », in Hommes et structures du Moyen Âge, Paris-La Haye 1973. Et Le chevalier, la femme, le prêtre, Hachette, Paris 1981, p. 241 sq.

17 Léopold Génicot, Les généalogies. Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 15, Brepols, Turnhout 1975.

18 Voir également B. Barrière, « Généalogies et lignages. Un problème de transmission lignagère en l imousin au XIe siècle », Croyances, pouvoirs et sociétés, Limoges 1988, p. 103-127.

19 Cf. note 7, p. 239-241.

20 O. Guyotjeannin a justement fait remarquer que Salimbene situe d'emblée sa généalogie sur le terrain anthroponymique : au début du dossier généalogique, il présente ainsi son père : « fuit dictus pater meus Guido de Adam, (ib. p. 239).

21 Ce n'est pas le cas des généalogies anciennes et de toutes celles qui n'ont pas pour objectif l'étude de l'anthroponymie ; en régie générale, elles ne sont que partiellement utilisables pour l'étude de la dévolution des surnoms, mais gardent tout leur intérêt pour celle des noms.

22 Suivant les mots d'Olivier Guyotjeannin (cf. note 7 p. 231), l'auteur « ne manifeste aucun intérêt pour les "Adam avant Adam" ».

23 Celle de Lambert de Wattrelos, comme le fait remarquer Georges Duby, ne va pas non plus au-delà de l'arrière-grand-oncle de Lambert.

24 cf. note 5 et note 15.

25 Cf. Bernard Vernier, La genèse sociale des sentiments : aînés et cadets dans l'île grecque de Karpathos, EHESS, Paris 1991.

26 L'exemple est celui de la fratrie de Bernard de Visandoni. On peut le résumer en un tableau :

Image

27 Cf. l'étude de Joseph Morsel dans ce volume.

28 C'est le système qui se généralise à l'époque moderne en France pour désigner l'état-civil des femmes.

29 Dans le cas de Martim, il est possible que la filiation ait joué pour une part, le nom apparaissant déjà chez plusieurs membres de la famille à la neuvième génération. Chez les petits-fils de Tereja Gonçalves (filles de Gonçalo de Sousa et de la comtesse Elvira) le nom a pu se répandre à partir du fils aîné, mort sans héritier, de Tereja, Martim Vasques, qui l'aurait donc transmis à ses arrière-neveux. On peut aussi imaginer que Fernão Sanchez (onzième génération), arrière-petit-fils de Garcia Mendes porte le nom de Fernão comme son oncle paternel.

30 Cf. l'article de R. Durand dans ce volume.

31 L’illégimité ne semble introduire aucune différence dans l’héritage des noms, ni meilleur ni moindre.

32 L'exemple est net aussi pour les fils de Mem Garcia (dixième génération, arrière-petit-fils de Gonçalo de Sousa), dont le fils aîné porte le nom du grand-père maternel.

33 La femme de Pero Nunes de Barbosa, est fille de Martim de Maia et de Tereja Martims de Vizela.

34 Cf. la contribution de B. Barrière dans ce volume. Les Archambaud de Bourbon y sont évoqués par O. Trotignon.

35 Cf. Jean Bocly, Haute et moyenne noblesse dans les pays de la Loire au début du XIIIe siècle, mémoire de maîtrise soutenu à l'Université de Tours en 1983-84.

36 Cf. l'article de B. Barrière.

37 Cf. note 34.

38 Ce renouvellement ne porte pas sur le stock lui-même : il y a bien peu de nouveaux noms au XIe siècle. Mais sur la gestion familiale de ce stock : c'est dans le cadre de la famille qu'il faut considérer le renouvellement, lorsqu’y apparaissent des noms qui n’y avaient encore pas été portés.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site