Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

La transmission des patronymes dans quelques textes hagiographiques provençaux de la fin du xiiie et du xive siècle

Pierre-André Sigal

Texte intégral

1Les sources hagiographiques n'apportent malheureusement qu'un témoignage tardif et limité sur la transmission des patronymes au Moyen Âge et sont beaucoup moins riches que les cartulaires. Elles ne nous permettent en effet, sauf cas exceptionnel, que l'étude de deux générations et ne fournissent des données suffisamment nombreuses qu'à partir du XIIIe siècle, lorsque se développent les procès de canonisation et lorsque les déclarations de miraculés, dans les recueils de miracles, se font sur le modèle de l'enregistrement notarial. Leur étude est malgré tout utile, me semble-t-il, pour compléter les informations données par d'autres sources.

  • 1 Cf. P.-A. Sigal, « L'anthroponymie féminine en Provence d’après le Livre des miracles et le procès (...)
  • 2 Édités dans Analecta Franciscana, t. VII, Florence, 1951, p. 275-331 et p. 122-274. Ils seront dés (...)
  • 3 Ces documents sont édités par J. H. Albanes et U. Chevalier, Actes anciens et documents concernant (...)

2J'utiliserai ici les documents qui concernent deux saints enterrés à Marseille à la fin du XIIIe et au XIVe siècle : saint Louis d'Anjou († 1297) dont les reliques ont été déposées au couvent des Franciscains de Marseille et le bienheureux Urbain V († 1370) dont le tombeau se trouvait au monastère de Saint-Victor de Marseille. Pour saint Louis d'Anjou, les sources sont celles que j'ai déjà utilisées pour une étude antérieure sur l'anthroponymie féminines1, à savoir le Liber miraculorum de 1297 et la procès de canonisation de 13072 ; pour le bienheureux Urbain V, les documents sont constitués par les procès-verbaux des enquêtes de canonisation. Une première enquête fut menée en 1376-1379 puis une seconde enquête fut effectuée sous le pontificat du pape d'Avignon, Clément VII, vers 13903. Le cadre géographique couvert par ces sources est celui de la Provence pour les miracles de saint Louis d'Anjou et celui de la Provence augmentée des régions voisines pour les miracles du bienheureux Urbain V. Quant au milieu social concerné, il s'agit avant tout d'un milieu urbain où dominent les bourgeois et les petites gens auxquels s'ajoutent quelques familles nobles.

La transmission du surnom

  • 4 Ex. : Louis d’Anjou, Procès, ch. 148, p. 208 : « Petrus Mayol de Podio Lauterio, Vapincensis dioce (...)
  • 5 Saint Louis, Liber M., § 183, p. 323.
  • 6 Saint Louis, Ibid., § 42, p. 284.

3Dans ces deux séries de textes, l'indication de la filiation complète (nom et surnom) est relativement rare, aussi bien dans les déclarations des miraculés et de ceux qui ont fait appel au saint que dans celles des témoins interrogés. Elle ne concerne pratiquement que les enfants et les jeunes gens de moins de 25 ans, donc les mineurs. Pour les hommes adultes bénéficiaires d'un miracle ou qui en font le récit, on ne trouve mention que du métier, de la catégorie sociale (miles, par exemple) ou du lieu d'origine4. Dans le courant du récit, l'indication de la parenté peut intervenir lorsque des témoins sont cités. En voici un exemple : « Bertranda Vintena uxor condam Christiani lapicide..., Testes Johannes Christiani et Bonetus Christiani filius ejus »5. En revanche, lorsque le récit fait référence à un mineur, l'indication de la filiation est fréquente mais malheureusement de façon incomplète : seul le nom est mentionné, comme on le voit dans l'exemple suivant : « Pontius Duranti, qui moratur iuxta Sanctam Mariam de Acuis, quemdam habet filium puerum, Petrum nomine, qui... »6.

4Finalement, bien que beaucoup de noms et de surnoms soient cités, ce n'est que dans quarante cas que nous connaissons la dénomination complète d'un père et celle de son fils : nom et surnom de chacun d'eux. On constate immédiatement que dans 37 cas le surnom est le même, avec parfois une petite variation orthographique peu significative. Dans trois cas, le surnom est différent :

  • Petrus Vivaudi iuvenis filius Raymundi macellarii »7. Il est possible ici que le nom de ce Raymond soit caché et qu'il soit appelé par le nom de son métier, ici boucher.
  • Johannes Calverie, filius Guillelmi de Massilia, marinerius »8. Toutefois, un peu plus loin intervient un certain Guillelmus Calverie, marinerius9. Il est manifeste qu'il s'agit du même individu qui a retrouvé son vrai surnom.
  • Bertrandus de Fontaneis, sartor loci de Argeleriis... ejus filius hic presens, nomine suo Petrus de Argeleriis »10. Comme dans le cas précédent, le lieu d'origine a remplacé le surnom.

5Finalement, ces trois cas aberrants ne le sont qu'en apparence et ne contredisent pas la règle générale.

  • 11 Louis d'Anjou, Liber M., § 113, p. 302.
  • 12 Urbain V, Procès, § 48, p. 157.
  • 13 Cf. P.-A. Sigal, « L'anthroponymie féminine... », p. 191-192.

6La même règle de transmission du surnom paternel s'applique aux filles. Nos textes en présentent neuf cas. Ainsi Beatrix de Mordel est la fille de Guillelmus de Mordel11 et Johanna de Cabreriis est la fille de Gaufridus de Cabreriis12. Toutefois, si la fille est mariéé, elle porte, sauf exception, le surnom de son mari13.

  • 14 Saint Louis, Liber M., § 61, p. 316.
  • 15 Saint Louis, Procès, ch. 190-192, p. 239-241.

7Deux autres récits offrent une situation plus originale : la fille prend comme nom le surnom du père féminisé. Le premier exemple se trouve dans le Liber miraculorum de saint Louis d'Anjou : Guillelmus Faraudi a une fille appelée Farauda (Faraudam nomine)14. Le second se présente dans le procès-verbal des miracles du même saint en 1307 : Reynalda, épouse de Raymundus Enuezat, est la fille de Petrus Reynaldus15.

  • 16 Ex. : Saint Louis, Liber M., § 25, p. 280 : « Petrus Vincentii vir suits et Durantus Vincentii fra (...)
  • 17 Ex. : Saint Louis, Procès, ch. 111, p. 182 : Aryxenda Torta de Aquis est la soeur de Johannes Tort (...)
  • 18 Ex. : Louis d'Anjou, Liber M., § 24, p. 280 : « Johannete Boisona... Testis Maria de Berra, soror (...)

8Ces indications directes sur la transmission du surnom paternel sont renforcées par les récits qui révèlent d'autres relations de parenté : deux frères, deux soeurs, une soeur et un frère, une mère et un fils ou une fille. Ainsi huit récits mentionnent deux frères qui portent le même surnom16, deux récits concernent deux soeurs et six autres un frère et une soeur17. Toutefois, si la soeur en question est mariée, elle prend généralement le surnom de son mari, ce qui explique que, dans quatre cas, une soeur n'ait pas le même surnom que son frère ou sa soeur18.

  • 19 Saint Louis, Liber M., § 198, p. 324.
  • 20 Saint Urbain, Procès, § 24, p. 137.
  • 21 Ex. : Louis, Procès, ch. 83, p. 158 : Alarida Amigua est la fille de Stephana Andriodesa ; Ibid., (...)

9C'est cette même coutume qui permet de retrouver le surnom du père à travers le surnom de la mère lorsque seul ce surnom est cité. Ainsi dans les treize cas où une mère et un fils portent le même surnom, ce surnom est évidemment celui du père. Deux exceptions cependant : Domina Mabilia de Barraton de Manoascha a pour fils Petrus Gebas19 et Catherina Fromentana a pour fils Petrus Forici20. Le manque d'autres informations ne permet pas d'en donner l'explication. En revanche, lorsqu'une mère et une fille ne portent pas le même surnon, c'est que la fille a pris le surnom de son mari. Sur huit récits mettant en scène une mère et une fille, quatre ont le même surnom que leur mère, et sont donc célibataires, quatre ont un surnom différent et sont donc mariées21.

10Je signalerai enfin, pour terminer, à côté des relations de filiation directe, quelques individus rattachés par un même surnom à des collatéraux :

  • relation oncle-neveu : 3 cas.
  • relation tante-neveu : 2 cas.
  • 22 Urbain V, Procès, § 302-303, p. 319.

11Ainsi, dès la fin du XIIIe siècle, la règle de transmission du surnom paternel semble tout à fait enracinée en Provence. Les exemples rencontrés dans les textes étudiés le montrent sur deux générations. Nous pouvons même, dans un cas, suivre le phénomène sur trois générations puisque nous trouvons que le grand-père, le fils et le petit-fils portent le même surnom : Bartholomeus Aymerici est le père de Jacmetus Aymerici qui a lui-même pour fils Bertrandus Aymerici22.

La transmission du nom

  • 23 Ce nombre est nettement plus important que celui que j’ai indiqué au début car il englobe les cas (...)
  • 24 Saint Louis, Procès, ch. 75-78, p. 153-155.

12Comme les documents ne nous permettent de suivre que deux générations, la transmission du nom dans chaque famille apparaît peu car nous ne pouvons apercevoir la transmission du grand-père au petit-fils ou de l'oncle au neveu. Dans quelques cas, cependant, le père transmet non seulement son surnom mais aussi son nom. Cela se produit 9 fois sur 42 dans les documents qui concernent saint Louis d'Anjou et 6 fois sur 73 dans ceux relatifs au bienheureux Urbain V. Au total, le père transmet son nom à son fils dans quinze cas sur 11523, soit 13 % des cas. Un récit du procès de canonisation de saint Louis d'Anjou permet une précision supplémentaire car il évoque deux fils d'un certain Guillelmus de Fayensa, chevalier. L'un, Blacacius de Fayensa, a 24 ans au moment du récit, l'autre, Guillelmus de Fayensa, a 18 ans. C'est donc le cadet qui a reçu le nom de son père24.

  • 25 Ibid., ch. 65-67, p. 145-147.
  • 26 Saint Louis, Liber M., § 39, p. 283.

13En ce qui concerne les filles, les indications sont encore plus rares : transmission du nom d'un père à sa fille25 et d'une mère à sa fille26.

Conclusion

14Nos documents hagiographiques semblent éloquents dans leur uniformité : dans la région provençale, les surnoms sont fixés et se transmettent de père en fils et de père en fille dès la fin du XIIIe siècle et peut-être même avant. Quant aux noms, ils semblent se transmettre de père en fils dans la proportion d'un sur sept environ.

Notes

1 Cf. P.-A. Sigal, « L'anthroponymie féminine en Provence d’après le Livre des miracles et le procès de canonisation de saint Louis d'Anjou (fin XIIIe-début XIVe siècle) », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II-2, Persistances du nom unique, Publications de l'Université de Tours, 1992, p. 187-205.

2 Édités dans Analecta Franciscana, t. VII, Florence, 1951, p. 275-331 et p. 122-274. Ils seront désignés en abrégé par Liber M. et Procès.

3 Ces documents sont édités par J. H. Albanes et U. Chevalier, Actes anciens et documents concernant le bienheureux Urbain V pape, Paris-Marseille, 1897, t. I., Procès-verbaux des miracles, p. 117-365 et Information sur la vie et les miracles, p. 366-480. Ils seront désignés en abrégé par Procès-verbal et Information.

4 Ex. : Louis d’Anjou, Procès, ch. 148, p. 208 : « Petrus Mayol de Podio Lauterio, Vapincensis diocesis, filius dicti Petri Mayol, etatis XVII annorum... ». En revanche, Ibid., ch. 43, p. 130 : « Raymundus Vassalli, presbyter, dois Massiliensis etatis XL annorum... ».

5 Saint Louis, Liber M., § 183, p. 323.

6 Saint Louis, Ibid., § 42, p. 284.

7 Saint Louis, Liber M., § 44, p. 285.

8 Urbain V, Procès, § 164, p. 224.

9 Ibid., §185, p. 250.

10 Ibid., § 202, p. 262.

11 Louis d'Anjou, Liber M., § 113, p. 302.

12 Urbain V, Procès, § 48, p. 157.

13 Cf. P.-A. Sigal, « L'anthroponymie féminine... », p. 191-192.

14 Saint Louis, Liber M., § 61, p. 316.

15 Saint Louis, Procès, ch. 190-192, p. 239-241.

16 Ex. : Saint Louis, Liber M., § 25, p. 280 : « Petrus Vincentii vir suits et Durantus Vincentii frater eius » ou encore, Saint Louis, Procès, ch. 55, p. 138 : « Petrus Lamberti... frater carnalis dicti Hugonis Lamberti ».

17 Ex. : Saint Louis, Procès, ch. 111, p. 182 : Aryxenda Torta de Aquis est la soeur de Johannes Torti de Aquis « frater camalis dicte Aryxende ».

18 Ex. : Louis d'Anjou, Liber M., § 24, p. 280 : « Johannete Boisona... Testis Maria de Berra, soror sua ».

19 Saint Louis, Liber M., § 198, p. 324.

20 Saint Urbain, Procès, § 24, p. 137.

21 Ex. : Louis, Procès, ch. 83, p. 158 : Alarida Amigua est la fille de Stephana Andriodesa ; Ibid., ch. 120, p. 189 : Aycarda Gaufrida est la fille de Jordana Blancarda.

22 Urbain V, Procès, § 302-303, p. 319.

23 Ce nombre est nettement plus important que celui que j’ai indiqué au début car il englobe les cas où nous ne connaissons que le nom du fils.

24 Saint Louis, Procès, ch. 75-78, p. 153-155.

25 Ibid., ch. 65-67, p. 145-147.

26 Saint Louis, Liber M., § 39, p. 283.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site