Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

Tel père, tel fils ? L'héritage du nom dans la noblesse languedocienne (XIe-XIIIe siècles)

Monique BOURIN

Texte intégral

  • 1 J'ai volontairement laissé cette dénomination en latin pour conserver la forme génitive à Pierre (P (...)

1Jourdain de Cabaret avait deux fils : Jourdain de Cabaret et Pierre Roger de Cabaret. Au même moment, dans la première moitié du XIIIe siècle, Pierre Raimond d'Arzens avait deux fils, Pierre Raimond d'Arzens et Bernard du Pech (de Podio). On pourrait ainsi multiplier les exemples qui attestent une parfaite identité de dénomination entre le père et le fils aîné. Mais d'autres familles offrent au même moment des discontinuités anthroponymiques totales : Bernardus de Fraisseneda a engendré Guillelmus Petri de Petriaco1 qui a lui-même engendré Amelius de Petriaco. La petite et moyenne noblesse languedocienne connaît, au XIIIe siècle, diverses solutions de transmission des noms. Les dénombrer, en prendre la mesure, en comprendre la signification, et observer les données antérieures pour en suivre l'évolution depuis le temps, où, au cours du XIe siècle, les usages anthroponymiques se sont modifiés et ont généralisé le surnom devrait permettre d'apporter quelques éléments à la connaissance des structures familiales et des représentations mentales de ce milieu social.

L'enquête sur les faidiments2 : faire le point pour le milieu du XIIIe siècle

  • 2 B.N. Lat 11013, cahier de 70 feuillets, dénommé Inquesta de Albigiensibus. Les éléments les plus im (...)
  • 3 Bien qu'Arnaud de Laure soit un vieil homme au moment où il témoigne et qu'il ait lui-même connu le (...)

2Aux lendemains de la Croisade contre les Albigeois et de la conquête du Languedoc par le roi de France, vient la volonté de pacification de Louis IX. La noblesse languedocienne a été lourdement spoliée, parfois ruinée ; le roi confie à ses envoyés le soin d'enquêter sur les comportements passés de tous ceux qui réclament restitution de leurs biens et de ceux dont ils les ont hérités. Leur viennent-ils de leur mère dont le faidiment (la rébellion) n'est pas attesté ? dont le mariage est antérieur au faidiment du mari ? Les droits de la mère lui viennent-ils d'un père faidit ? ou même hérétique ? On interroge plusieurs anciens faidits du Minervois. L'enquête a plusieurs intérêts anthroponymiques. D'abord son existence même à un moment où s'arrête la plupart des cartulaires languedociens, qui ne sont encore relayés ni par les minutes notariales, perdues, ni par les archives privées encore squelettiques. Son ampleur ensuite : elle concerne environ 250 plaignants et cite plus de 500 personnes. L'homogénéité du témoignage enfin : puisqu'une seule et même personne désigne les membres d'une même famille, les différences de circonstances ou de locuteur ne risquent pas d'interférer. La capacité de vérifier l'unicité des désignations : plusieurs témoins sont interrogés séparément, deux répondent longuement et en détail et parlent des mêmes plaignants. Mais cette enquête a aussi ses limites. D'une part, elle ne concerne pratiquement que des nobles. D'autre part, pour la plupart des plaintes, elle ne se réfère qu'à des événements récents3 qui ne justifient pas de remonter aux actes du père ou du grand-père et ne cite que le plaignant lui-même. Enfin, le rang des enfants dans la fratrie n'est qu'implicitement connu, par leur ordre d'énonciation, lorsque plusieurs enfants sont signalés.

3Le fonctionnement du système anthroponymique induit un nombre restreint d'homonymes, malgré une extrême concentration des noms. Cette homonymie est-elle considérée comme gênante ? Il n'est pas exclu que certains changements de surnoms renvoient à des cas d'homonymie, mais je n'en ai pas trouvé la preuve. En revanche, dans deux villages voisins, distants de 8 km, il semble que coexistent simultanément deux Bernard Arnaudi ayant pour fils chacun un Pierre Raimundi. Les détails du contexte familial semblent les différencier complétement. Nous trouverons, chemin faisant, d'autres exemples, familiaux ceux-ci, pour lesquels à l'évidence l'homonymie est une sorte de jeu voulu.

Les grandes lignes du système anthroponymique de la noblesse en Bas-Languedoc au XIIIe siècle

4Avant d'observer les modes de transmission des noms et des surnoms, il est utile d'essayer de comprendre comment fonctionne le système de désignation dans son ensemble. Un mode de dénomination l'emporte nettement : le nom suivi d'un surnom de lieu représente la moitié des occurrences (ex. Guillelmus de Glujano). Le nom double (Pierre Raimundi) : le quart. Le nom double suivi d'un surnom de lieu (Petrus Rogerii de Cabareto) : un sixième. D'autres solutions ne sont là qu'à titre d'exception : le nom seul, le nom suivi d'un sobriquet, l'enchaînement de surnom sans nom (Villanova de Tribusbonis, c'est-à-dire Villeneuve de Trèbes).

5Les désignations sont remarquablement stables : de nombreux personnages sont cités plusieurs fois, à propos de plusieurs de leurs parents, toujours sous le même nom. Non seulement par chaque témoin, mais aussi d'un témoin à l'autre. Les quelques variantes méritent attention. Elles sont de deux types.

6a. Des changements majeurs, au nombre de trois seulement :

  • le même Radulfus peut être d'Aiguesvives ou de Laure : « contra petitionem Guillelmi de Glujano, filii quondam Radulfi de Aquaviva, dixit quod vidit Monachus de Glujano, patrem Radulfi de Laurano, patris dicti agentis, faiditum » : il y a hésitation entre deux surnoms de lieu pour Radulfus, qui représente ici la génération intermédiaire. Le grand-père et le petit fils portant un même et troisième surnom.

    • 4 fo 7.

    Raimundus Ademari qui dicitur Pilus d'Estivo » dit le témoin Arnaud de Laure4 : le plaignant se désigne lui-même comme Pilus d'Estivo. Ici Pilus d'Estivo semble être comme un sobriquet qui s'installe, adopté par le plaignant lui-même.

    • 5 Il est dit aussi Rogerius Durofortis. Les deux formes d'expression du lieu coexistent, mais la plus (...)

    Rogerius de Duroforti5 qui vocabatur Badaonus de Laurano ». Ailleurs, il est dit « contra petitionem Raimundi Duroforti et Rogerii, fratrum, dixit quod Rogerius pater dictorum petentium, qui vocabatur Badaonus, fuit faiditus » et ailleurs encore « Rotgerius Badaoni ». Une anthroponymie « classique » faite d'un nom et d'un surnom de lieu est remplacée par un sobriquet accompagné d'un autre lieu, sans doute un « aggiornamento » ; et pour le fils cadet ( ?) le sobriquet du père devient le second élément d'un nomen paternum.

7Ces trois cas de divergence entre les témoignages correspondent à un moment de flottement anthroponymique où le surnom hérité est progressivement remplacé par un surnom plus actuel. Soit l'invention d'un sobriquet, soit une ambiguité due au nom de lieu. Raimond de Gourdon voit son nom précisé par l'un des témoins en Raimond de Gourdon de Pennautier : le deuxième élément est une localisation et pas à proprement un surnom. Le nom de Gourdon peut ensuite disparaître, comme chez Raoul d'Aiguevive, lorsqu'il est dit Raoul de Lauran. Ces exemples confirment le caractère normalement héréditaire du surnom, mais les évolutions éventuelles pour prendre en compte une situation réelle : le surnom de lieu évolue, chez les nobles, entre lignage et résidence. Les fluctuations anthroponymiques sont rares : l'un des témoins, Arnaud de Laure, est très soucieux de préciser le lieu de résidence après le surnom, mais il est rare qu'il supprime le surnom de lignage ou de seigneurie. Les autres témoins sont moins attentifs à préciser la résidence. L'essentiel est qu'ils s'accordent sur le premier surnom.

8b. L'autre type de variante, un peu plus fréquent, correspond à des raccourcissements d'une désignation classiquement longue. Le plus souvent, l'un des témoins cite le plaignant sous la forme d'un nom double suivi d'un nom de lieu (Petrus Rogerii de Cabareto) ; l'autre sous la forme abrégée, Petrus Rogerii. Plus rarement un même personnage porte chez l'un des témoins un nom et surnom de lieu et chez l'autre un nom double : Pons de Villasicca est pour Leon de Rebentino Pons Guillelmi. Outre cette abréviation, on dénombre aussi un ou deux exemples de chacune des combinaisons variantes possibles. Il apparaît donc qu'il existe au XIIIe siècle chez certains nobles languedociens un système de triple dénomination, qui paraît, à première vue, tout à fait analogue à celui de la société russe contemporaine, juxtaposant un nom, un nomen paternum (otchestvo) et un surnom de famille (familia).

Les faux nomina paterna

9Ce nom triple complique considérablement notre appréhension des règles anthroponymiques. Le deuxième élément, qui a l'aspect d'un nomen paternum, est l'élément faible :

  • à la différence du système russe, il n'est pas d'un usage généralisé.

  • souvent, il concerne un seul enfant de la fratrie, plus rarement tous les frères, voire se retrouve d'une génération à l'autre. Les noms les plus communs, Guillaume, Raimond, Pierre et Bernard sont si fréquents comme deuxième élément qu'il est difficile d'évaluer la part du hasard dans ces répétitions et la part de programme concerté. Exceptionnellement, surtout lorsque le second élément du nom double est rare, il peut devenir un surnom : chez les Ferrandi, trois frères portent le même surnom Pons Ferrandi, Pierre Ferrandi et Bertrand Ferrandi, hérité de leur père. De même pour Bernard Lobeti de Petriaco et son fils Raimond Lobeti.

  • le deuxième nom n'est pas régulièrement formé sur le nom du père et semble beaucoup plus souvent n'être en réalité qu'un nom double. On pourrait imaginer que le porteur d'un tel nom bénéficie d'une double protection, d'un double programme. Mais pourquoi cette forme génitive dominante, comme s'il s'agissait d'un nomen patemum ? Il n'est pas exclu que ce nom double provienne d'un aïeul, peut-être par voie maternelle, mais la vérification d'une telle hypothèse se heurte à la difficulté de reconstituer avec sécurité les ascendants maternels.

  • 6 En revanche, il n'est plus au XIIIe siècle affaire de diplomatique. Les notaires usent systématique (...)
  • 7 fo 19 b.

10Il arrive au nom double d'être caché par l'usage qui ne retient que les éléments 1 et 3, mais plus souvent c'est le troisième élément qui est supprimé. Cette forme abrégée, faite des éléments 1 et 2, d'une dénomination complète à trois éléments (Guillelmus Petri pour Guillelmus Petri de Villanova) intervient, la plupart du temps lorsqu'il n'y a pas d'ambiguité, notamment parce que le contexte familial a été situé par l'énonciation préalable d'un parent. Peut-être aussi parfois, la familiarité avec l'individu se marque par l'allègement de sa désignation6. En tous cas, les régies de son utilisation semblent rigoureuses : le deuxième élément ne peut venir, au nominatif, remplacer le premier. Arnaud de Laure déclare à propos de la plainte de Guillaume Rogerii de Congusto « se non cognoscere aliquem qui vocatur hoc nomine. Tarnen dixit quod quidam est apud Lauranum qui vocatur Rogerius de Congusto » et il donne à son propos et à celui de son frère Raimond une série de détails, prouvant qu'il les connaît bien. L'ordre des noms n'est donc pas indifférent : Guillaume Rogerii n'est pas Rogerius7, du moins au XIIIe siècle. Mais le deuxième élément peut être omis : ainsi Bernard Raimond de Puichéric ou Bernard de Puichéric

11Dans la fratrie, ce deuxième nom joue-t-il en alternance entre aîné et cadet ? Les exemples ne révèlent pas une pratique homogène. Dans la famille de Niort, Géraud a engendré Géraud de Niort, Guillaume Bernard, Bernard Hot et Guillaume de Niort. Le nom double est ici porté par les deuxième et troisième des fils, qui revendiquent les biens familiaux. Mais l'alternance port du surnom-port d'un nom double n'est souvent qu'apparente : en dehors d'un contexte familial, désigné seul, Guillaume Bernard peut retrouver le surnom de Niort. Le port d'un nom double supprime l'utilisation du surnom dans des circonstances où un seul nom le maintient.

12Dans le binôme aîné-cadet, le cas le plus fréquent est le port du nom double par le cadet, mais l'inverse existe aussi : Raimond Dozeti de Siran semble le frère aîné de Guillaume de Siran.

13Cet emploi du double nom pourrait être le moyen de différencier un père et son fils, portant le même nom (premier élément et surnom), mais il n'est pas utilisé de cette manière au début du XIIIe siècle. Il pourrait être le moyen de différencier entre eux deux frères portant le même nom. Ce n'est pas le cas : ainsi chez les fils, parvenus à l'âge adulte, de Guillaume de Podio, Aymericus de Podio, Arnaudus Raimundus et Bertrand, l'abbé de Saint Papoul, pas plus que dans la majorité des cas. Il n'y a pas d'homonymie entre eux. Différencier deux fils en attribuant à l'un un nom complémentaire n'est pas l'objectif fondamental de l'attribution du second nom. Néanmoins, le cas se produit que dans une même fratrie, le même nom soit attribué à deux frères, l'un portant un nom double et l'autre un nom simple : par exemple dans la famille de Niort : Guillaume Bernard et Guillaume. Dans ce cas, comme chez les fils de Géraud de Niort, c'est le plus âgé des deux qui porte le nom double : dans l'ordre, Géraud, Guillaume Bernard, Bernard Hot et Guillaume. On peut imaginer que Guillaume Bernard est ainsi nommé pour le distinguer d'un premier Guillaume, mort avant la naissance du second Guillaume, dernier frère de la fratrie. Mais l'introduction du deuxième nom ne paraît pas répondre à une volonté fondamentale de différenciation des personnes. Plus généralement, le choix du second élément n'est pas dicté par une recherche d'originalité : le deuxième nom est en général aussi banal que le premier. D'où une multitude de Guillaume Bernard ou de Pierre Raimond.

  • 8 Elles avaient été confondues, dans une perspective purement formelle, dans l'enquête sur la Génèse (...)

14Le deuxième élément du nom, répond donc à trois logiques différentes, celle du nomen paternum de plus en plus rare, celle du nom double individuel et celle du surnom8.

L'héritage du surnom

  • 9 C'est l'avantage de cette enquête que de fournir dans un même document les surnoms de plusieurs mem (...)

15L'enquête fournit une cinquantaine d'exemples de segments lignagers où le père et un seul fils sont connus par leur nom et surnom9 et un petit nombre de cas où la fratrie, mieux encore le cousinage, sont connus.

16Dans le premier cas, on peut supposer que puisqu'aucun frère n'a déposé de plainte, et que le nom (et les actes) du père est cité pour un seul fils, celui-ci est son héritier principal, sinon unique. D'autres solutions sont possibles, et notamment que les autres frères aient un passé de faidit si chargé qu'ils n'aient pas essayé de récupérer le patrimoine familial. Seul mentionné dans l'enquête, le plaignant peut être fils unique, ou bien seul survivant, ou bien encore le bénéficiaire d'un système successoral avantageant l'un des fils, primogéniture ou autre. Les événements ont sans doute gravement troublé les histoires familiales, mais la proportion de cas où un seul fils est connu comme héritier de son père est si écrasante qu'une stricte égalité entre les héritiers ne peut avoir été la régie systématique.

17Parmi les 54 exemples :

183 sont des exemples de nomina paterna,

1914 sont parfaitement identiques,

2023 ont nom différent et surnom identique (18) ou voisin (5),

  • 10 Avec un exemple surprenant, celui de Rascassius de la Livinière dont le fils porte le nom de Pons G (...)

2114 enfin ne présentent aucun point commun entre les désignations du père et du fils. Mais, à dire vrai, aucun cas ne porte sur des noms à trois éléments. Les exemples les plus réellement différents sont ceux où le nom est suivi d'un surnom de lieu, l'un et l'autre différents, tel que Bermundus de Villatenent et son fils Guillelmus de Rivo Vallis Danie10. Plus souvent l'un des deux, père ou fils, est désigné par un nom double, l'autre portant le surnom : l'impression de différence tient alors à un développement différent de l'anthroponymie : Pierre Raimond de Durla et son fils Raimundus Sicredi. Villanova de Tribusbonis et son fils Guillelmus Petri, mais celui-ci est dit aussi Guillelmus Petri de Villanova. L'anthroponymie à géométrie variable et l'existence de nombreux faux nomina paterna aggravent l'impression de rupture anthroponymique entre père et fils.

22Bruts, ces chiffres manquent de sens. Toutefois, l'enquête confirme :

  • que l'authentique nomen paternum (nom du père au génitif) est en voie d'extinction. Il est rare et presque toujours associé à un surnom lignager : ainsi Raimundus Arnaudi de Molino a pour fils Arnaudus Raimundi de Molino.

  • que l'héritage d'un surnom lignager n'est pas la règle absolue, mais qu'il est normal.

23On retiendra le pourcentage d'identité anthroponymique parfaite entre père et fils (un quart des occurrences). Pour le comparer, plus loin, à d'autres époques. Pour se demander quel fils reproduit l'identité de son père, l'aîné ou un cadet.

24Quelques exemples de fratries plus complètes permettent de préciser un peu les comportements familiaux :

25- sur 13 fratries complètes, l'identité du surnom entre les frères est attesté 8 fois. Dans les autres exemples, les frères ont des noms différents, ce qui est une situation rarissime chez les roturiers à cette époque. Les trois frères Bertrand Malpuel, Bernard d'Arzens et Raimond At offrent toutes les solutions typologiques de surnom ; mais deux noms doubles différents se rencontrent aussi, deux surnoms de lieu différents, etc.

26Dans l'Inquesta de Albigensibus, l'identité de surnom entre frères est donc moins fréquente que celle entre père et fils. En règle générale, le fils aîné porte le même surnom que son père, et le cadet un surnom différent. Le surnom ne semble pas transmis par la mère, sauf s'il s'appuie sur une seigneurie : alors le cadet qui en hérite est susceptible d'être désigné par un surnom venu de la branche maternelle. Et le cadet peut abandonner ou non le surnom paternel, porté par le frère aîné, suivant le prestige qu'il en attend. Ainsi, interfèrent dans le sytème du surnom noble la seigneurie et le lignage, dans une confusion qui donne à certaines fratries l'allure curieuse d'une ligne brisée entre le surnom principal du lignage et des surnoms adventices.

27La hiérarchie des désignations au sein de la fratrie s'exprime aussi, nous l'avons vu, dans l'usage du nom double qui est pratiqué plus souvent pour les cadets. Mais sans règle stricte, puisqu'il est des familles où tous les fils (survivants) en portent : par exemple les deux frères Raimond Ermengaud et Arnaud Guillaume. Certains noms ambigus, qui jouent entre nom et sobriquet, introduisent des situations où les nuances hiérarchiques se marquent : Pelfort de Cesseras, Guillaume et Bernard Pilisfortis illustrent cette situation. Pour le premier fils, l'appartenance au lignage apparaît deux fois, dans le nom et le surnom ; pour le deuxième par le surnom de lieu seulement ; pour le troisième par le nom-sobriquet utilisé comme surnom. Ainsi la relation au lignage s'exprime-t-elle différemment suivant la place dans la fratrie : elle paraît insistante pour l'aîné, liée à la seigneurie pour le second, plus personnelle pour le troisième. Ce cas n'est pas exceptionnel, mais il est peu fréquent.

28La régle la plus fréquente est que tous les fils héritent du même surnom lignager.

La dévolution des noms

29Les règles de dévolution des noms sont toujours difficiles à repérer dans la pratique, tant les morts d'enfants en bas âge peuvent introduire de rupture dans les schémas originels. La grande fréquence de quelques noms empêche tout abord de la question par le biais de la statistique globale. Reste donc à observer à la fois les segments généalogiques et les fratries.

30Bien évidemment, l'Inquesta de Albigensibus présente pour la dévolution des noms les mêmes inconvénients que pour les surnoms : elle ne précise pas le rang que le plaignant occupe dans la fratrie. Tout au plus laisse-t-elle penser qu'il s'agit de l'héritier principal. On s'attendrait à une transmission d'autant plus fréquente du nom qu'il s'agit d'un nom rare, supposé marqueur du lignage. Or il n'en est rien. La proportion de transmission du nom est la même, qu'il s'agisse d'un des innombrables Guillaume ou Raimond ou qu'il s'agisse d'un Gaucerand ou d'un Bermond. Environ une fois sur quatre.

31Le nom n'est jamais l'élément prioritaire transmis. Le surnom est à l'évidence plus important que le nom. Si le nom est transmis, le surnom l'est aussi. C'est alors l'ensemble de la dénomination qui passe à la génération suivante. À quel fils ? Trois cas se présentent :

32- dans certains cas, assez nombreux dans la plus haute noblesse châtelaine notamment, le cadet hérite de la dénomination de son père : par exemple chez les enfants de Guillaume de Peyrepertuse ou comme chez Guillaume de la Redorte, qui a pour fils Pierre de La Redorte et Guillaume de La Redorte.

33La descendance de Bernard de Conches semble appartenir à un autre modèle : ses deux fils portent l'un le nom d'Hugues de Conches, l'autre celui de Bertrand de Conches. Mais les fils du fils aîné Hugues s'appellent Bernard de Conches et Bertrand de Conches comme leur grand-père et leur oncle. Il est possible que des segments généalogiques à deux générations, donnant l'apparence d'une rupture de dénomination, correspondent en fait à des systèmes bâtis sur trois générations.

34Avec plus ou moins de régularité, plus ou moins systématiques, ces exemples ne sont pas incompatibles avec une construction issue d'un nomen paternum bâti sur deux noms qui se succéderaient, désignant alternativement à chaque génération le fils aîné et le cadet. Dans ces conditions, le nom du cadet est fondamental dans l'appréciation de la solidité de la construction anthroponymique et de sa profondeur chronologique. Clairement identique au nom de son père, il signale un édifice volontaire. En revanche, si le nom du cadet paraît un choix libre, ou du moins laissant la règle d'alternance se cantonner à la seule branche aînée, il devient plus malaisé d'interpréter la signification du rythme de dévolution des noms : désigner l'enfant, même aîné, du nom de son grand-père, peut n'être qu'une pratique du « nom refait ». Il faut être assuré d'une mémoire généalogique longue pour conclure à la conscience lignagère profonde.

35- la transmission à l'aîné est fréquente au XIIIe siècle. Elle relève d'un système qui fonctionne à chaque génération, sur le modèle bien connu, offert aux siècles précédents par quelques familles princières, comme les Guillaume d'Aquitaine. En Languedoc, par les Guilhem de Montpellier. Ainsi, dans l'Inquesta, Guillaume Alfaric engendre Guillaume Alfaric qui engendre Guillaume Alfaric, l'un et l'autre en position d'aîné. Les exemples à trois générations sont rares dans l'enquête, mais l'abondance (1/4 des segments) des identités parfaites entre père et fils en montrent la probable diffusion.

36Dans ce système de transmission stricte à l'aîné, il faudrait une enquête plus approfondie pour déceler le fonctionnement des noms des cadets. Dans la moyenne et petite noblesse, les traces d'une rigueur de dévolution sont infimes. L'impression dominante est celle, sinon d'une relative liberté de choix, du moins d'une variété dont les raisons nous échappent.

37Pour apprécier complétement les régies de dévolution des noms dans les familles nobles languedociennes du XIIIe siècle, il convient de ne pas oublier qu'à cette époque, beaucoup de segments généalogiques père-fils aîné ne semblent pas témoigner d'une conscience anthroponymique lignagère rigoureuse. Les monotones répétitions des quelques noms les plus communs dans la région ne doivent pas cacher que ces noms circulent dans les familles sans qu'apparaisse un plan ordonné et l'attachement familial à l'un plus qu'à l'autre.

En aval : 1270-1330

  • 11 Les données sont fournies par le fonds Thésan aux archives de Léran. F. Pasquier et S. Olive, Le fo (...)

38Au cours des décennies suivantes, le système de l'alternance de deux noms se prolonge. Ainsi, les seigneurs de Thézan s'appellent ainsi Bérenger et Pons11. L'alternance de ces deux noms est une pratique si évidente que lorsqu'un cadet nommé Guillaume hérite de la seigneurie au milieu du XIIIe siècle, son fils nommé Pons appelle son propre fils Bérenger. L'organisation du programme anthroponymique tourne autour de ces deux pôles. Il semble que l'alternance des générations est si fortement ressentie qu'elle se perçoit même pour les noms des cadets : le couple Pons pour l'aîné et Guillaume pour le cadet ne se répète-t-il pas trois fois au cours des six générations qui se suivent entre les années 1150 et les premières années du XIVe siècle ? Mais cette pratique est moins perceptible aux générations dont l'aîné s'appelle Pons. Peut-être à cause de la mort précoce de certains enfants, disparition qui brouille la distribution voulue des noms, les autres cadets apparaissent comme un magma portant les noms les plus courants dans la région, Pierre, Bernard, Bertrand.

  • 12 Cf. Chanoine Sabarthès, « Les seigneurs de Palaja aux XIIIe et XIVe siècles », Bull. Phil. Hist., 1 (...)

39Mais la plupart des familles adoptent la transmission rigoureuse du nom au fils aîné. Ainsi dans la famille de Montady où le nom d'Imbert se perpétue sans solution de continuité pendant plus d'un siècle. Une famille comme les Villeneuve, à Palaja illustre l'évolution et combine les deux sytèmes. A partir du milieu du XIIIe siècle en effet, les fils aînés s'appellent alternativement Guillelmus ou Guillelmus-Petri12 : Guillelmus apparaît donc à chaque génération et une génération sur deux s'introduit le deuxième élément (qui n'est pas un vrai nomen paternum).

  • 13 B.N. Fonds Doat, vol. 47.

40Pour mesurer l'évolution d'ensemble, nous disposons d'un matériel documentaire un peu différent, légèrement déplacé vers le Sud-Ouest, les hommages rendus aux vicomtes de Narbonne entre 1272 et 133013. Il n'est pas question de comparer l'expression des noms elle-même : les formes abrégées sont bannies par des actes suivant un formulaire diplomatique rigoureux. La pratique narrative de l'enquête est absente de cette source. Du moins peut-on y observer, pour un milieu équivalent, la dévolution des noms des fils héritiers et les relations entre le surnom et la seigneurie.

41En 1272, 21 vassaux du vicomte lui prêtent hommage. Considérons à part les trois bourgeois de Narbonne qui ont acquis des seigneuries, récemment, par mariage ou achat : ils portent un nom double et non pas un nom de lieu. Tous les autres sauf un portent une double dénomination, faite d'un nom suivi d'un surnom de lieu. Mais ce surnom de lieu ne correspond même pas une fois sur deux à leur seigneurie : si Sicard de Montbrun reconnaît bien tenir du vicomte une part de Montbrun, Ermengaud de Cascastel reconnaît tenir Bizanet et Gaucerand de Fontjoncouse, au nom si magnifiquement conforme à celui de lointains ancêtres, n'est plus seigneur de Fontjoncouse, mais de Coustouge et d'une part de Fabrezan. Ces distorsions tiennent fort peu, dans la vicomté de Narbonne, aux confiscations du premier quart du XIIIe siècle. Elles existent d'ailleurs déjà au XIIe siècle, dans la région. Ainsi dans la basse "allée de l'Hérault, les descendants des seigneurs de Popian ou des Deux Vierges ont conservé le surnom de leurs glorieux ancêtres de l'arrière-pays, alors qu'ils vivent désormais comme chanoines du chapitre d'Agde ou, pour leurs frères laïcs, comme co-seigneurs des castra à l'entour de la ville. Il faut donc plutôt lier ces surnoms aux destins qui ont éloigné certains cadets du castrum originel et fait entrer, par les femmes, de nouveaux éléments de patrimoine, assez prestigieux pour le relever dans un surnom.

  • 14 Il ne s'agit pas de 50 castra, car la plupart sont déjà démembrés, mais de 50 « honneurs » reconnus (...)
  • 15 Guillaume de Castello reconnaît tenir son fief avec l’accord de ses trois frères, Pierre Arnaud, Ga (...)
  • 16 Ainsi, les deux filles de Pierre Raimond de Montpellier reçoivent, l’une, Bedocia, des biens à Mous (...)

42De ces seigneuries tombant en quenouille, les hommages révèlent le nombre : sur une cinquantaine de seigneuries reconnues par les vassaux des vicomtes de Narbonne entre 1270 et 133014, une dizaine viennent expressément par les femmes ou les mères. La grande époque des partages semble révolue : deux attestés lors de ces prestations d'hommage. Beaucoup d'autres sont repérables qui remontent au plus tard au milieu du XIIIe siècle. La primogéniture est donc de mise, car le tarissement de la fécondité de ces familles est peu probable. Les testaments contemporains signalent l'aîné, désigné comme « filius primogenitus ». Le parage existe, qui voit le fils aîné reconnaître le fief avec l'accord de ses frères15. En revanche, la division des héritages est de règle lorsque, en l'absence de fils, les biens échoient à plusieurs filles16. Mais il n'est pas impossible que l'aînesse qui paraît bien affirmée dans ces familles du Narbonnais fonctionne aussi parfois en faveur d'une fille : lorsque la seigneurie passe à une seule héritière, est-ce par défaut d'autres filles ou par avantage à l'une ?

  • 17 Bérenger de Moussan et son fils Pierre Sicredi ; Amiel Sicard et ses fils Frédol de Lautrec et Amie (...)

43La distorsion entre surnom et seigneurie tient aussi à l'affirmation plus forte du surnom patronymique, c'est-à-dire en fait venu par le lignage, en voie agnatique. Les cas sont désormais très rares d'un père qui ne transmet pas son surnom à son fils aîné. Il n'y en a que quatre exemples, encore sont-ils incertains17. De même entre frères, les surnoms se sont-ils rapprochés.

44Les pratiques anthroponymiques ne sont pas en rupture avec celles repérées quelques décennies plus tôt, mais elles révèlent une évolution :

  • un exemple original, sans équivalent dans le corpus de l'Inquesta : celui d'un transfert du nom sans transfert du surnom : Bedocius de Sigean et son fils Bedocius de Matha (le père déjà est seigneur de Matha).

  • le nomen paternum a quasiment disparu : un seul exemple.

  • la progression des cas d'identité anthroponymique complète, nom et surnom, entre le père et son fils. Si l'on découpe les hommages en segments père/fils héritier principal, le rapport entre les cas d'identité et de différence a évolué par rapport à son niveau des années 1220-1250. Les cas d'identité ont nettement dépassé la moitié des occurrences. Il n'est pas impossible que la différence entre les deux périodes soit aggravée par la nature de la source, qui appréhende plus sûrement les aînés que l'Inquesta et par la conjoncture historique, plus calme que la première moitié du XIIIe siècle.

  • dans les autres cas, le rythme de l'alternance construite sur trois générations n'a pas disparu. Dans le lignage urbain du Plan, se succèdent Hugues, Guillaume, Hugues et Guillaume.

    • 18 Vesian Calveria a de même relevé le nom de son grand-père paternel, Vésian de Bages, associé au sur (...)

    les noms les plus « typés » ne semblent pas se maintenir pour marquer le lignage. Prenons l'exemple d'Udalgerius du Lac : il tient son nom de son grand-père maternel, Udalgerius de Sigean, dont il a hérité (le nom est tombé en désuétude, en dehors de ce lignage). Mais ses fils, qui se partagent le patrimoine paternel, n'ont pas gardé ce nom traditionnellement attaché aux seigneurs de Sigean : ils ont gardé le surnom de leur père et portent les noms banaux d'Arnaud et Hugues18.

Une situation peu différente chez les roturiers

  • 19 Le voisinage entre frères permet de penser que certaines parcelles ont été partagées ; mais ce ne s (...)

45À peine plus tard, entre 1320 et 1338, une série de reconnaissances seigneuriales consenties aux divers seigneurs de Conas, près de Pézenas, permet de reconstituer une cinquantaine de familles sur deux générations, la plupart pourvue de deux ou trois fils. Aucune rupture ne se manifeste dans les surnoms. Au mieux deux changements en cours : à ce moment, les deux surnoms de chacune des familles sont indiqués simultanément. Dans 24 familles, on trouve un enfant portant le nom de son père et dans 16, il ne s'en trouve pas. Ne préjugeons pas du nom des morts en bas âge : il est impossible de tirer une valeur absolue de la reproduction anthroponymique entre père et fils. Tout au plus de constater que les ordres de grandeur sont comparables dans la noblesse et chez les roturiers. Avec une monotonie encore plus grande des noms roturiers, qui évoluent avec une piètre originalité entre Guillaume, Raimond et Pierre. Admettons que l'ordre d'énonciation des enfants est celui de leur naissance. Le résultat devient saisissant ; c'est presque toujours l'aîné qui porte le nom de son père : 20 cas sur 24, quatre fois sur cinq. Il est malheureusement impossible de corréler cette pratique anthroponymique à celle du patrimoine. Les enfants sont connus mineurs, voire au moment de l'indivision qui suit temporairement la mort des parents. Il est impossible de reconstituer ensuite les règles du partage19. Là encore, les usages anthroponymiques ne séparent pas radicalement les milieux nobles et villageois, bien que ne s'y rencontrent pas les divergences de surnom entre parents et enfants ou entre frères qui subsistent chez les premiers. Le lien entre surnom et patrimoine, surnom et pouvoir, que révèlent ces divergences, est évidemment absent chez les roturiers

En amont : avant 1200

46Le sens de l'évolution des usages anthroponymiques chez les nobles languedociens n'apparaît que mieux si l'on remonte à la période antérieure. Dans l'attente des résultats majeurs qu'apportera la thèse de Claudie Duhamel-Amado, dont l'achèvement est imminent, consacrée à la « famille aristocratique languedocienne », on peut tenter quelques constatations et questions.

  • 20 Cf. Gellone, no 205, fo 76, 1093 : « Charta guirpicioni... quam faciunt Petrus Raimundi et Raimundu (...)

47Envisager une évolution à grands traits généraux rend bien mal compte d'une situation anthroponymique d'une grande complexité. Non seulement les familles suivent des règles diverses, mais à l'intérieur d'une même famille divers systèmes de dénomination coexistent : ainsi les enfants de Raimond Airad, à l'extrême fin du XIe siècle, s'appellent Pierre Raimond, Raimond Airad, Pons Raimond et Bérenger Raimond. Il semble que le second ait hérité de la dénomination de son père, tandis que les autres ont en commun un nomen paternum20.

  • 21 Ainsi vers 1020 et vers 1068, lorsque le troisième fils de Guilhem II Bernard succède à son frère ( (...)
  • 22 Son testament est conservé dans le cartulaire d'Aniane, no 86 (1182) ; cf. aussi no 87.

48Rares sont les familles qui témoignent d'un programme anthroponymique rigoureux et stable. Le modèle remarquable des Guilhem de Montpellier, désignant de manière systématique leur fils aîné du nom de Guilhem, avec transfert du nom en cas de rupture de descendance21 n'est suivi, à cette époque, que dans la famille des Puisserguier, dont les principes anthroponymiques sont étonnamment lisibles, notamment dans la deuxième moitié du XIIe siècle : Bérenger de Puisserguier n'a pas d'héritier, l'honneur passe aux enfants de sa soeur. L'aîné porte le nom de Bérenger de Puisserguier, le cadet Pierre Séguier, du nom de son père Guillaume Séguier, le troisième reprend le nom de son grand père maternel, Raimond Vassadel. Cependant à la mort sans descendance connue de ce Bérenger, ce n'est pas Raimond Vassadel qui reçoit la part de son frère aîné, mais bien, par ordre de primogéniture, Pierre Séguier, qui prend le nom de Bérenger de Puisserguier22 et le transmet à son fils Bérenger.

  • 23 Cartulaire de Gellone no 309, 310, 311.

49Mais la permanence des noms caractéristiques d'une famille, comme celui des Bérenger à Puisserguier est loin d'être une régie générale. La disparition de ces noms « rares » est déjà visible au XIIe siècle, ceux-là même qui nous paraissent être les « marqueurs » familiaux. Ainsi en va-t-il, à cette époque, des Dalmace, Dagbert et autres Guirau ou Alquier qui ont été portés, aux deux siècles précédents, dans les familles de Pomerols, Montpeyroux, Popian ou Corneilhan. Peu à peu, remplacés par la cohorte des Guillaume, des Raimond ou des Pierre, que porte l'ensemble de la population. À travers les XIe et XIIe siècle, se poursuit une constante érosion des noms anciens de l'aristocratie locale. La famille de Petrus Bernardi, donateur d'un manse dans la villa non identifiée de Faixenerias pour faire de son fils Guillaume un moine de Gellone, en offre un exemple caractéristique. Ses enfants se nomment Bernardus Petri (nomen paternum), Eustorgius et Augerius. En 1117 Eustorgius confirme cette donation avec ses propres enfants : Pierre, Bernard, et Frédol23. Le nom d'Eustorgius n'est pas repris et se perd là. Admettons qu'il avait peu de signification pour la famille. Mais la famille de Popian n'a pas eu plus de constance : le nom de Guirau, le « constructeur » du castrum n'a duré que quatre générations, porté, à la dernière, par le dernier enfant du deuxième lit, qui ne le transmet pas à ses enfants. Il est alors relayé dans la branche aînée par celui de Rostaing, à l'apogée de la famille. Plus tard, la ligne aînée, qui perd sa gloire à Popian, semble se prolonger après 1160 à Agde, dans des conditions mal connues jusque vers 1230 au moins. Longévité exceptionnelle de ce nom, avec une brève coupure dans la documentation au moment où l'ancrage géographique se modifie.

50De semblables coupures affectent aussi certains surnoms. Ainsi celui de Carbonnel, porté par un lignage du castrum de Montpeyroux, sur le rebord lodévois du Massif Central. Il est suivi pendant trois générations, dans la deuxième moitié du XIe siècle. Puis ressort, beaucoup plus au Sud, près de Pézenas, dans le castrum d'Aumes, au milieu du XIIe siècle : Pons Carbonnel, comme le lointain éponyme. Quel lien entre les deux ? Ce même lignage a fourni des Dalmace, et en 1119 un R. Dalmatii, de filiation inconnue, est seigneur d'Aumes. Là est un lien possible. Mais le nom de Dalmace n'est pas relevé chez les Carbonel d'Aumes.

  • 24 Parmi quelques exemples, on retiendra aussi celui d'Agnès, dame de Sauvian, fille d'Eleazar de Cast (...)
  • 25 Du premier lit, elle ne semble n'avoir qu'un fils :

51La fréquence de ces ruptures correspond-elle à des avatars malheureux du lignage ? Déclassement d'un lignage par erreur stratégique ? Abandon du nom d'un ancêtre dont la réputation n'honore pas la famille ? Une succession complétement féminine réduit les probabilités de transmission des éléments anthroponymiques, mais ne les annihile pas24 : l'héritière du grand lignage des Cazouls, aux environs de 1200, deux fois mariée à des hommes de même rang qu'elle, a eu trois fils et quatre filles. Elle transmet à l'un de ses fils, issu du deuxième lit, le nom et le surnom de son propre père : Guillaume de Cazouls25. Parmi les deux autres, l'un est appelé du nom de son père, Gaucerand de Capestang, l'autre est dénommé Guillaume de Cabrières ; il a donc le surnom de son père, mais à la différence de son demi-frère n'a pas repris toute la dénomination paternelle et s'appelle Guillaume comme son frère. Guillaume de Cabrières est un arrière-grand-oncle. Est-il plausible que parmi les raisons du choix de ce nom de Guillaume il n'y ait ni volonté politique ni affirmation patrimoniale précise, mais une solution de neutralité entre lignages paternel et maternel puisqu'il est porté dans les deux ? Une sorte de correctif à une dévolution strictement agnatique de la dénomination.

52Les nouveaux choix de prénomination, qui privilégient les noms des puissants et des grands saints jouent dans le même sens que les raisons précédentes pour éliminer les noms des vieux ancêtres du XIe siècle : Fulcrand de Mèze porte, dans les dernières années du XIIe siècle, un très beau nom, celui de Saint Fulcran l'évêque de l'an mil, celui d'un noble personnage, seigneur du castrum de Mèze au début du XIIe. Il appartient à la bonne noblesse locale : loin de conserver le souvenir ancestral dans le nom de ses deux fils, il les appelle Pierre et Paul.

53Comme celui de Fulcrand, reporté à la fin du XIIe siècle après une interruption de plus d'un demi-siècle, certains noms « originaux » réapparaissent sans que la documentation permette d'en comprendre le cheminement. Ainsi les co-seigneurs de Conas à la fin du XIIIe siècle portent-ils les noms d'Imbert de Conas, porté au milieu du XIIe siècle, et celui de Raimond Vassadel, qui appartint jadis au lignage des Puisserguier. La mémoire des ancêtres est donc profonde dans la noblesse languedocienne des XIIe et XIIIe siècles, franchissant allégrement, semble-t-il, les quatre ou cinq générations. Mais il est impossible de la situer entre la branche aînée ou une branche cadette, souhaitant rappeler en un moment spécifique, son appartenance au lignage principal.

  • 26 Qu'est-il arrivé des enfants du cèlèbre Etienne, contemporain de Montfort ? On retrouve le fils, Et (...)
  • 27 On sait, pour les Capétiens, le trouble introduit dans cette alternance par la mort du fils aîné. L (...)

54Cependant, alors que se poursuit, globalement, l'érosion des noms les plus spécifiques des lignages, s'installe peu à peu la tradition complète du nom du père à son fils aîné. Les exemples en sont rares avant les années 1150, illustrés essentiellement par le lignage des Rainard de Béziers où se succèdent au milieu du XIe siècle deux Rainard Salomon. P.R. de Montpeyroux, B.R. de Castelnau et R. Ermengaud de Corneillan ont eu un fils aîné qui portait le même nom qu'eux : ils sont peu nombreux à cette période. Chez les seigneurs de Faugères, trois noms sont spécifiques du patrimoine onomastique : Rodmond, Gaufred et Salomon, mais le rythme de la succession des noms n'est pas celui d'un héritage en ligne directe par l'aîné. Le lignage des Servian est caractéristique des transformations de la dévolution des noms. D'abord au milieu du XIe siècle : un nomen paternum (Etienne Raimond et Raimond Etienne se succèdent). Puis alternent pendant quatre générations Raimond Etienne et Etienne : c'est une solution, rencontrée au XIIIe siècle, qui combine une solution construite sur deux générations et une solution directe qui transmet le nom à chaque génération. Le nom d'Etienne l'a emporté sur Raimond. Enfin, à partir de 1170 : les Etienne de Servian, se succèdent jusqu'à l'extinction26 du lignage. L'accroissement du nombre de succession anthroponymique du père au fils aîné ne supprime cependant pas dans toutes les familles la tradition de l'alternance27.

55Cette affirmation progressive d'une transmission du nom à l'aîné, à chaque génération, s'accompagne-t-elle d'un desserrement des contraintes anthroponymiques pour les cadets ? Sauf dans quelques familles comme les Faugères, les cadets portent de moins en moins souvent, il est vrai, les noms anciens. Comment en décider lorsque 5 noms dénomment les 3/4 de la population ?

56La lente évolution vers un droit d'aînesse du nom suit-elle celle de la dévolution de l'héritage ? Dans ce domaine aussi, il est bien difficile de dégager une évolution générale ; ou plutôt, à l'intérieur d'une évolution globale qui multiplie, notamment par l'aînesse, les tentatives pour lutter contre le morcèlement des héritages, certaines familles ou certains hommes semblent suivre des directions archaïques ou différentes.

57Depuis le Xe siècle, les textes montrent que l'ordre d'énonciation des enfants est invariant d'un texte à l'autre, modifié seulement par la mort ou la sortie de l'indivision des aînés, bénéficiant d'une avance d'hoirie, et des clercs ou moines. Depuis très longtemps aussi, sauf de notables exceptions, dans les chartes, les filles sont rangées à part, toutes ensemble, après l'ensemble des garçons.

  • 28 Cart. chap. Agde no 386, éd. Terrin p. 376.
  • 29 Ib. no 142, p. 141.
  • 30 Ib. no 83, p. 85.

58Les éléments manquent pour observer dans le détail la corrélation entre les pratiques anthroponymiques et la dévolution des biens. Les testaments constitueraient un excellent observatoire, mais ils sont en général le fait d'hommes d'église ou de célibataires, les seuls à avoir grassement enrichi le patrimoine ecclésiastique dans leur testament. Il est vrai que Pierre Rainardi qui teste en 115328 donne à son fils « per majoriam meum stare totum et duos campos quos emi... Omnem alium honorem meum divido infantibus legitimis ut aequaliter dividant inter se » et ce fils avantagé s'appelle Pierre comme son père. De même Guiraud de Touroulle teste en 116029 et donne à sa fille la part du castrum des Deux Vierges, en Lodévois, qui vient de lui échoir ; elle le tiendra de son frère. Mais il donne à son fils Girald le château de Touroulle, à charge pour lui de doter sa sœur et de lui fournir cheval et vêtements nuptiaux. Ici encore avantage au fils aîné et identité de dénomination. Pons de la Fenouillède, à peine plus tard30, offre un exemple a contrario. Il divise ses biens également entre ses deux fils, mais les a appelés Pierre et Bérenger et non Pons : il n'y a pas non plus de droit d'aînesse du nom.

  • 31 Cartulaire de Béziers, Livre Noir f° 304, éd. Rouquette no CLXVIIII.
  • 32 Les dispositions sont prises en ordre inverse de celui-ci, c'est-à-dire en commençant par l'aîné, e (...)

59En revanche Gombaud de Comedian31 qui a cinq enfants dont une fille dotée, divise comme suit son patrimoine. Les deux derniers fils Pierre et Pons, se partageront à égalité les honneurs annexes ; son fils Bernard entrera au chapitre cathédral de Béziers avec des dîmes. Et à l'aîné iront les biens de Corneillan, mais il ne s'appelle pas Gombaud32. Hasard de la mortalité infantile ? Quelques exemples ne suffisent pas en effet à en éviter les pièges.

  • 33 Cart. chap. Agde no 359, éd. Terrin p. 334.
  • 34 Par le testament de la mère, Belissende, par la constitution de dot que lui fit son frère Grégoire (...)

60Carbonel offre un exemple inverse, celui d'un lignage où l'attachement au surnom est si fort que non seulement il est donné à chaque fils, mais que la sœur de Carbonel le porte au féminin (Carbonella), et l'emportera donc lors de son mariage. Carbonel fait son testament en 121533 : il a alors un fils prénommé Grégoire et sa femme est enceinte d'un enfant. Carbonel prévoit que si cet enfant est un garçon34, il héritera de son père, Grégoire n'ayant que 500 sous. En revanche, si c'est une fille, elle héritera de 500 sous et devra s'en contenter, Grégoire étant l'héritier. Avantage à l'un des fils, certes, mais ici ultimogéniture. Quant au nom de Grégoire, porté par l'aîné, il fait une entrée étonnante dans le lignage.

61Ainsi il est bien difficile de lier systématiquement, dans le détail des histoires familiales, l'héritage du nom et l'avantage lors du partage du patrimoine paternel. Mais l'un et l'autre progressent bien ensemble.

Conclusion

62La transmission du nom du père, à chaque génération, à son fils aîné s'implante donc peu à peu dans la noblesse languedocienne. Elle se fait, sauf exception, non pas par transmission du nom accompagné d'un surnom différent, mais bien par transmission de l'ensemble de la dénomination. Malgré la multiplication rapide des Bernard, Raimond, Guillaume, Pierre et Pons qui désignent près des trois quarts des nobles languedociens à la fin du XIIe siècle, malgré la diminution corrélative des noms attachés aux familles seigneuriales au XIe siècle, l'ensemble de la dénomination se constitue peu à peu en une promesse de droits et de fonctions. Une promesse qui en règle générale va à l'aîné, avec des exceptions.

63L'évolution est très lente. A dire vrai, plus rapide, semble-t-il chez les roturiers. Dans la noblesse en effet, persistent longuement d'autres traditions, plus difficiles à repérer dans une documentation où échappe la mort des enfants et des jeunes adultes sans héritier. Persistance du modèle qui est perceptible à partir des années 1050, lorsque s'introduit l'habitude de compléter le nom d'un surnom, fondé sur l'alternance de deux noms, le petit-fils retrouvant celui du grand père. Le couple père-fils aîné n'y est pas privilégié. Le système du surnom formé sur le nom du père fonctionne pour tous les membres de la fratrie. C'est un cadet qui reçoit en général le nom de son père. L'insuffisance de la documentation ne permet pas de décider si la dévolution des noms ressortissait en fait de schémas plus compliqués. Il est particulièrement difficile notamment de mesurer la part réservée aux ancêtres maternels : ils ne sont connus que dans la mesure où la femme appartient à un lignage prestigieux et influencent alors la nomination des enfants, surtout si le mariage est accompagné d'une part de seigneurie. Il est également difficile de mesurer la liberté d'introduction de nouveaux noms, si ce n'est par appréciation de l'équilibre général de la fréquence des noms.

64Semble aussi persister un certain « désordre » anthroponymique. Ou plus exactement, un ordre inaccessible, qui n'est pas celui d'une reproduction du nom des ancêtres. Dans cette documentation si incomplète, de densité variable avec les époques, est-il possible de décider si globalement, un ordonnancement de plus en plus strict se met en place ? L'évaluation d'ensemble est fragile. L'importance croissante de la dévolution du nom du père au fils aîné, nettement attestée, ne signifie pas, pour l'ensemble de la famille, et notamment pour les cadets, une contrainte anthroponymique croissante.

65Dans les chartes, le classement des enfants dans un ordre immuable, comme un ordre de succession sinon de naissance, est bien antérieur à l'apparition d'une organisation à courte période (une ou deux générations) de la succession des noms. La réorganisation anthroponymique qui se manifeste au cours du XIe siècle, avec une fréquence accrue de nouveaux noms, concentration des choix, apparition des surnoms, reste difficile à interpréter en terme de structures familiales. En revanche, la dévolution du patrimoine suivant une hiérarchie des enfants, avantageant l'aîné, précède peut-être l'expression anthroponymique de l'aînesse. En tous cas, à l'échelle familiale, la liaison de la dévolution des noms et des patrimoines ne semble pas absolue.

Notes

1 J'ai volontairement laissé cette dénomination en latin pour conserver la forme génitive à Pierre (Petri). Guillaume Pierre de Peyriac a en effet un nom qui semble être un nomen paternum (Guillaume, fils de Pierre) ; mais son père s'appelle Bernard et sous la forme du nomen paternum conservée, il faut voir un nom double. C'est une situation très classique : elle fonctionne aussi pour Pierre Roger de Cabaret (Petrus Rogerii de Cabareto) et, à dire vrai aussi, pour Petrus Rogerii de Arzinco, encore qu'ici l'anomalie soit moins complète puisque Rogerius figure aussi dans le nom du père, mais comme « nomen paternum » sous la forme génitive.

2 B.N. Lat 11013, cahier de 70 feuillets, dénommé Inquesta de Albigiensibus. Les éléments les plus importants, notamment la déposition du témoin Arnaud de Laure, ont été édités par l'Histoire Générale de Languedoc, éd. Privat, Toulouse 1879, t. VII, col. 331-419.

3 Bien qu'Arnaud de Laure soit un vieil homme au moment où il témoigne et qu'il ait lui-même connu le temps de Simon de Montfort, l'accent est mis sur les rébellions récentes. D'ailleurs, la dernière, la « guerre du comte de Toulouse » en 1242 semble bien avoir été le soulèvement le plus massif.

4 fo 7.

5 Il est dit aussi Rogerius Durofortis. Les deux formes d'expression du lieu coexistent, mais la plus courante est de beaucoup celle qui fonctionne avec la préposition. Seuls quelques noms de lieu se prêtent à être mis au génitif aisément : dans ce cas, c'est la terminaison en-fortis qui explique cette forme, sans doute influencée par la relative fréquence du surnom Fortis (Guillaume Fortis est le contemporain de Rogerius Durofortis).

6 En revanche, il n'est plus au XIIIe siècle affaire de diplomatique. Les notaires usent systématiquement du nom le plus complet. Sur les usages anthroponymiques antérieurs, cf. les remarques de Michel Zimmermann à ce sujet dans « Les débuts de la Révolution anthroponymique en Catalogne » (X-XIIe s.), Cadre de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, no 189-190, janv.-juin 1990, p. 289-308.

7 fo 19 b.

8 Elles avaient été confondues, dans une perspective purement formelle, dans l'enquête sur la Génèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989.

9 C'est l'avantage de cette enquête que de fournir dans un même document les surnoms de plusieurs membres d’une même famille à plusieurs niveaux de génération. Les documents de la pratique livrent rarement les surnoms de plusieurs générations et les reconstitutions sont parfois hasardeuses. Au XIIIe siècle, l'indivision entre parents et enfants se fait de moins en moins fréquente, qui permet au moins de jeter les bases des généalogies.

10 Avec un exemple surprenant, celui de Rascassius de la Livinière dont le fils porte le nom de Pons Guillelmi de Villesèque. Celui-ci a épousé Garsinde de Villesèque : nous sommes peut-être devant le seul exemple d'un mari portant le surnom (de seigneurie) de sa femme.

11 Les données sont fournies par le fonds Thésan aux archives de Léran. F. Pasquier et S. Olive, Le fonds Thésan aux archives de Léran, Montpellier, 1913, et Marquis de Thézan Saint Genièz, Le fonds Thézan aux archives du château de l'Hermitage, Montpellier, 1938.

12 Cf. Chanoine Sabarthès, « Les seigneurs de Palaja aux XIIIe et XIVe siècles », Bull. Phil. Hist., 1919-1920.

13 B.N. Fonds Doat, vol. 47.

14 Il ne s'agit pas de 50 castra, car la plupart sont déjà démembrés, mais de 50 « honneurs » reconnus, qui peuvent être une part de castrum ou la réunion de plusieurs parts de castra ou de parts de castra et de droits dans d'autres lieux : ainsi Bedocius de Sigean reconnaît tenir des droits à la Mathe avec albergue de deux chevaliers et des droits à Rouffiac et à Feuilla, sans albergue.

15 Guillaume de Castello reconnaît tenir son fief avec l’accord de ses trois frères, Pierre Arnaud, Gaubert et Raimond, ce dernier portant le nom de son père, l'aîné celui de son grand père. C'est le seul exemple repéré dans cette source.

16 Ainsi, les deux filles de Pierre Raimond de Montpellier reçoivent, l’une, Bedocia, des biens à Moussan qu'elle transmet à son fils Bernard de Saint Just, l’autre, Guillelma, des droits au bourg de Narbonne, qu'elle transmet à son fils Guillaume Raimond de Montpellier, qui reçoit aussi des biens de son onde, clerc, son homonyme (fo 97).

17 Bérenger de Moussan et son fils Pierre Sicredi ; Amiel Sicard et ses fils Frédol de Lautrec et Amiel Sicard ; Raimond d'Aiguevive et son fils Raimond Pelagos ; Raimond de Quarante et son fils Arnaud Margalionis. Reste encore le cas de Gaubert de Durban (en 1272), dont le fils Gaubert de Leucate, désigne son père en 1292 comme Gaubert de Durban dit de Leucate (fo 209).

18 Vesian Calveria a de même relevé le nom de son grand-père paternel, Vésian de Bages, associé au surnom de son père Bernard Calveria. Il faudrait observer si ce nom de Vesian demeure dans la famille Calveria.

19 Le voisinage entre frères permet de penser que certaines parcelles ont été partagées ; mais ce ne semble pas le cas général. Comme le terroir n'est pas entièrement reconnu, les parts inégales entre frères, que semblent indiquer les reconnaissances conservées, peuvent être trompeuses. La propriété féminine est très présente en nombre de reconnaissants, soit par dot soit par donatio propter nuptias ; la part des femmes est plus modeste, si elle est évaluée en surface. Du moins femmes et filles ne sont-elles pas complétement exclues lors du partage du patrimoine.

20 Cf. Gellone, no 205, fo 76, 1093 : « Charta guirpicioni... quam faciunt Petrus Raimundi et Raimundus Airradi et Pontius Raimundi seu Berengarius Raimundi, filii Raimundi Airradii ». Le sens des mots filius et frater doit être interprété avec prudence. Il n’est pas tout à fait sûr que les quatre hommes appartiennent à la même génération.

21 Ainsi vers 1020 et vers 1068, lorsque le troisième fils de Guilhem II Bernard succède à son frère (cf. C. Amado, « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe). Questions généalogiques et retour à l'historiographie. » Études sur l'Hérault, 1991-92, 7-8, p. 109).

22 Son testament est conservé dans le cartulaire d'Aniane, no 86 (1182) ; cf. aussi no 87.

23 Cartulaire de Gellone no 309, 310, 311.

24 Parmi quelques exemples, on retiendra aussi celui d'Agnès, dame de Sauvian, fille d'Eleazar de Castries, femme de Gaucelme de Claret, dont le fils retrouve le nom, entre-temps abandonné, d'Eleazar de Castries.

25 Du premier lit, elle ne semble n'avoir qu'un fils :

Image 10000000000002C8000000758E85993781ACD998.jpg

26 Qu'est-il arrivé des enfants du cèlèbre Etienne, contemporain de Montfort ? On retrouve le fils, Etienne et la fille, dans les Doléances présentées aux Enquêteurs du roi. Ils n'accédèrent pas à leur demande et les biens d’Etienne restèrent dans le domaine royal. Les documents postérieurs, à Servian, signalent les descendants des lignages chevaleresques, comme les Jordani, pas ceux des anciens seigneurs.

27 On sait, pour les Capétiens, le trouble introduit dans cette alternance par la mort du fils aîné. La transformation n'est donc pas lisible lignage par lignage, mais elle se reproduit assez souvent, comme une évolution générale.

28 Cart. chap. Agde no 386, éd. Terrin p. 376.

29 Ib. no 142, p. 141.

30 Ib. no 83, p. 85.

31 Cartulaire de Béziers, Livre Noir f° 304, éd. Rouquette no CLXVIIII.

32 Les dispositions sont prises en ordre inverse de celui-ci, c'est-à-dire en commençant par l'aîné, en suivant par l'écclésiastique et en finissant par la fille.

33 Cart. chap. Agde no 359, éd. Terrin p. 334.

34 Par le testament de la mère, Belissende, par la constitution de dot que lui fit son frère Grégoire et par les testaments du dit Grégoire et de leur oncle commun Pons, tous réunis dans le cartulaire du chapitre d'Agde, on sait qu'il s'agit d'une fille qui porta le nom de sa mère Belissende.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site