Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

Nommer à Toulouse aux xie-xive siècles

Pierre-Henri Billy

Texte intégral

  • 1 Cf., par exemple, Dauzat, Traité d'anthroponymie française. Les noms de famille de France, Paris, (...)

1À en croire les anthroponymistes, ou plutôt ceux qui en font figure, la nomination personnelle au Moyen Âge suivait un processus relativement simple : après la longue période du nom unique — en gros des invasions germaniques au Xe s. —, vint la période du nom à deux éléments, le second pouvant être, au génitif, le nom du père (nomen patemum, patronyme), nom unique (du père) faudrait-il préciser1.

  • 2 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne (Études d'anthroponymie médiévale, Ie et IIe Renco (...)

2Les historiens médiévistes, dépassant les simples poncifs, se sont aperçu récemment que la nomination n'était pas si simple qu'elle le paraissait de prime abord2. Dans la mesure où, cependant, les historiens actuels se penchent plus sur une analyse quantitative fondée sur des corpus de noms relativement peu importants, il nous est paru bon de tenter une analyse du phénomène à travers un important corpus de textes bien localisés (Toulouse et ses alentours) qui attestent, du Xe s. au début du XIVe s., les noms de quelque dix mille personnes.

3Nommer participe de deux éléments essentiels : la dation et l'usage du nom.

La dation du nom

4Jusqu'aux XIe-XIIe s., les enfants n'étaient guère baptisés que parvenus à l'âge adulte : en général, leur nom de baptême était alors le nom que leurs parents leur avaient conféré dès leur plus jeune âge. Ce n'est que vers le XIIe s. (mais plus tôt en Toulousain) que se généralisa le baptême des nouveaux-nés et c'est lors de cette cérémonie que le nom de l'enfant, choisi par le père, parfois influencé par sa famille, le parrain ou la marraine, voire le prêtre, était donné à l'enfant. La dation du nom à l'enfant est un usage mais aussi un rite religieux autant que familial.

a. Nom unique

5Les actes du cartulaire de Saint-Sernin, les plus anciens de notre corpus, présentent un nombre infime de filiations au Xe s. Dans tous les cas, quand père et fils ne portent qu'un nom, celui-ci diffère.

  • 3 Escotus et Flandina ont trois fils : Guillermus, Odo, Escotus (Grand-Prieuré no I).
  • 4 Franca est la tante maternelle de Francesca (CSS no 116 ; 1164).
  • 5 Galardus est l'oncle paternel de Galarda (CSS no 419 ; 1166).
  • 6 Amelius Geraldi a pour fils Ugo, filleul de l'évêque Ugo (CSS no 280 ; 960-992).

6Au XIe s., le nom unique du père peut être transmis tel quel à l'enfant : le seul exemple que nous ayons, au sein d'une famille, est celui du fils troisième qui reçoit pour nom celui de son père3. Une fille peut aussi recevoir pour nom, mis au féminin, celui de sa tante maternelle4, ou de son oncle paternel5. Le nom unique du parrain peut aussi être donné à son filleul : tels est le cas du filleul de l'évêque à la fin du Xe s.6.

7Les exemples sont néanmoins plus fréquents d'un enfant au nom unique provenant d'un nom à deux éléments.

  • 7 Amalvinus de Bo Vilar a pour petit-fils Amalvinus (CSS App. no 26 ; 1184).
  • 8 Arnaldus Gallus a deux enfants, Arnaldus et Arnalda (CSS no 492 ; 1157) ; Willelmus Unaldi de Lant (...)

8Dès le XIIe s., l'enfant peut recevoir pour nom unique le premier élément d'un nom à deux éléments : ce peut être celui de son grand-père“7, de son père ou de son oncle paternel8.

  • 9 Radulf Baron a pour fils Baron (CSS no 10 ; 996-1031) ; Bonum Mancipium Maurandus, fils de Petrus (...)
  • 10 Ato Amelius, père de Bertrandus et Willelmus, tient du premier un petit-fils, Amelius (CSS no 200 ; (...)

9Dès le Xe s., l'enfant peut recevoir pour nom unique le second élément du nom de son père9 ou de son grand-père10.

  • 11 Petrus Arnaldus a quatre fils, Isarnus, Petrus, Willelmus, Arnaldus (CSS no 155 ; 1139) ; cf. auss (...)

10Il arrive aussi, au XIIe s., qu'un fils porte pour nom unique le premier élément du nom de son père et son frère le second élément11 : la primogéniture n'est pas ici en cause et il n'y a point d'ordre préférentiel parmi les récipiendaires du nom.

  • 12 Bo[s]quus a pour frère Bosquetus (CSS no 694 ; 1177).

11Un nom peut être attribué qui est un diminutif ou un simple dérivé du nom d'un frère12, ou d'une tante.

b. Nom à deux éléments

  • 13 Cf. le second exemple de la note 9.

12Extrêmement rares au Xe s., les noms à deux éléments le sont déjà moins en Toulousain au siècle suivant. C'est seulement au XIe s. que les textes attestent l'usage d'un même second élément nominal dans une fratrie13.

1. Le premier élément

13Cas le plus fréquent, le premier élément est un nom simple.

  • 14 Rodgerius de Aura a quatre fils, Petrus, Willelmus, Rodgerius, Bernardus (CSS no 209 ; 1108-1137)  (...)
  • 15 Guillelmus de Lordad, frère de Raimundus de Lordad, a pour fils Raimundos, Guilelmus, Arnaldus (CS (...)
  • 16 Sicardus (de Laurag : déjà mentionné dans le second exemple de la note 14) a pour fils Sicardus, G (...)

14Ce nom peut être le premier élément du nom du père14, toujours sans marque préférentielle dans l'ordre de naissance de la fratrie, de l'oncle paternel15 ou du grand-père16.

  • 17 Pontius de Brugariis a pour frères Petrus de Brugariis et Pontius de Brugariis (CSS no 77 ; 1121).

15Il est très rare qu'un fils ait pour premier élément nominal le même que celui de son frère aîné17.

  • 18 Petrus Bernardus de Leonag a pour fils Bernardus de Leonag (CSS no 417 ; 1165).— D'après D. Kremer(...)

16Lorsque le premier élément du nom éponyme est double, l'enfant peut recevoir en premier élément de son propre nom la seconde partie de ce nom double18.

  • 19 Bemardus Vitalis a pour fils Vitalis Stephani (CSS no 312 ; 1146).

17Le premier élément du nom de l'enfant peut aussi être le second élément du nom éponyme : il semble que ce soit toujours celui de son père19.

18Cas le plus rare, le premier élément est un nom double.

  • 20 Odo de Pis a pour fils Willelmus Odo (CSS no 243 ; XIIe s.) ; Iordanus de Ynsula a deux fils, Bern (...)

19Il semble que le premier élément du nom simple éponyme ne soit jamais placé qu'en seconde position à l'intérieur du nom double de l'enfant20.

2. Le second élément

20Quand le second élément du nom du fils est mentionné, il est, en règle générale, le même que celui du père. Il est cependant quelques exceptions ou aménagements à ce poncif.

  • 21 Vitalis Caidanus a pour fils Petrus Vitalis (CSS App no 65 ; 1165).

21Il peut être le premier élément du nom du père21.

  • 22 Arnaldus Guilabertus a pour second fils Arnaldus Guilabertus (CC no LXXIV ; 1222).
  • 23 Arnaldus Bertgavus a pour fils Rodgerius Arnaldus dont les trois fils sont Raimundus Rodgerius, Ar (...)
  • 24 Vitalis Willelmus a pour fils Vitalis Willelmus iunior (CC no LXXXV, LXXXVI ; 1222).

22Les deux éléments du nom peuvent être les mêmes que ceux du père, soit dans le même ordre22, soit dans l'ordre inverse23. Quand les éléments se présentent dans le même ordre, le scribe peut distinguer le fils du père en faisant suivre son nom de la mention iunior24 (ou iuvenis).

  • 25 Condition des Juifs no XII.
  • 26 Raimundus de Nat (CSS no 279 ; 1108-17) ; Poncius den Duran (CC no LXXV ; 1222) ; Arnaldus den Gal (...)

23Quand ni le nom complet éponyme, ni le lien de filiation ne sont mentionnés dans le texte, alors que l'emploi du génitif pour le second élément n'éclaire rien en soi, l'emploi de la préposition de peut montrer et le lien de filiation et le nom du père, sans toutefois préciser s'il s'agit du premier élément, du second ou de l'intégralité de son nom. Le cas le plus explicite est celui, dans un texte de 1206-0725, de Raimundus Monachus filius d'Augerio dit aussi Monachus de Augerio. Les autres cas qu'offrent les textes où le nom du père supposé est toujours précédé de n'/en sont moins explicites, mais le premier apparaît à l'aube du XIIe s. et le procédé est toujours en usage au XIVe s.26.

  • 27 Isarnus Dalaisa (CSS no 205, c. 1050) ; Ramundus de Duza (CSS App. no 62 ; 1200) ; Crescas de Nare (...)
  • 28 Bernardus de Naboeria (Condition des Juifs no VIII ; 1195) ; Stephanus de Cycarda (Fief no 10 ; 12 (...)
  • 29 CSS no 323, 91 ; 1155,1156. Il est peut-être le fils d'un dénommé Paies, possesseur de la terra de (...)
  • 30 CSS no 96,80 ; 1145,1156.

24L'enfant peut aussi, dès le milieu du XIe s., recevoir pour nom celui de sa mère supposée, au nominatif ou précédé de de, précédé ou non de na, que ce soit le premier élément du nom de la mère27, ou le nom de son défunt mari, mis au féminin ou non28. Les cas le plus explicites sont, au XIIe s., ceux de Willelmus Petri filius Pagesie appelé l'année suivante Willelmus Petri Paiesa29 (le nom Paiesa / Pagesia ne sera pas rare au XIIIe s. en tant que second élément nominal) ; et de Iohannes filius Gualarde appelé neuf ans plus tard Iohannes Galarda30.

  • 31 Willelmus Bernardi filius Petri Rufeti (CSS no 97 ; 1157) ; Segneros de Sancto Theozardo a trois e (...)
  • 32 Poncius Teudbertus, frère de Bernardus Teudbertus, a pour fils Petrus de Castilione (CSS no 240 ; (...)

25Il arrive aussi que le second élément du nom du fils ne rappelle rien du nom de son père : il peut être un nom de personne31 dont on ignore qui dans sa famille en fut le porteur, ou un nom de lieu32, lieu qui peut être celui de l'habitation du fils.

  • 33 Bernardus Dalbinac a pour sœur Blanca de Nizas (CSS App. no 14 ; 1117-40). D'après Dauzat (op. cit (...)
  • 34 Willelmus de Bolencs a pour femme Aldiarda del Born (CSS no 592 ; 1161).
  • 35 Bruna Cultellaria (CSS no 565 ; 1133) ; Iohanna Bertranda (Fief no 10 ; 1218) ; en 1335, domina lo (...)
  • 36 CSS no 364, 322 ; 1147, 1154.
  • 37 Bernarda Escrimada est la veuve de Bernardus Escrimatus (Estimes p. 158 ; 1335).

26Le second nom des femmes, fille, épouse ou mère, est très rarement noté dans les actes, car il se définit le plus souvent par rapport au père, à l'époux ou au frère, très rarement à la mère. Il est toujours inconnu, dans nos textes, quand il se définit par rapport au nom du frère ou du père : la seule exception est celle d'une sœur qui ne porte pas, pour second nom, celui de son frère, mais un tout autre33 : serait-ce celui de son mari, mais est-elle mariée ? Du vivant du mari, le nom de jeune fille de l'épouse peut être mentionné34. Le mari mort, elle devient chef de famille et prend pour second élément de son nom celui de son mari, mis au féminin35 ; ce procédé sera courant au XIVe s. Le cas le plus explicite est, au milieu du XIIe s., celui de Doza que fuit uxor Petri Marguil, appelée sept ans plus tard Doza Margila36. Dans un exemple, on pourrait même se demander si la veuve n'a pas été nommée d'après les seuls deux éléments du nom de son mari, mis au féminin37.

3. Nommer en famille : cas complexes

  • 38 M. Bourin, « Les formes anthroponymiques et leur évolution d'après les données du cartulaire du ch (...)

27« Il est excessivement rare que le surnom soit rappelé lorsque plusieurs frères ou un père et ses enfants, des parents en général agissent ensemble »38. Quand un père est avec ses enfants, un homme avec ses frères (et sœurs), partie à un acte, en règle générale, au premier nommé de la liste est affecté le nom de la famille ; ce n'est cependant pas toujours le cas, surtout, évidemment, quand diffère le second élément du nom.

28En 1146, Bernardus Vitalis a deux fils, Vitalis Stephani et Petrus Vitalis (CSS no 312). Alors que le cadet porte pour second élément nominal celui de son père, l'aîné le porte en premier élément.

29En 1144 et 1157, trois frères s'appellent Gualinus de Columbariis, Petrus Gualini, Bermrdus Gualini (CSS no 195 et 297) : on suppute que Gualinus serait le second élément du nom du père. Mais, comme précédemment, l'aîné le porte en premier, et a pour second nom, non pas un nom de personne, mais un nom de lieu, celui de son habitation.

30En 1222, trois frères s'appellent Embrinus, Arnaldus Embrinus, Petrus Embrinus (CC no LXXV). Seul l'aîné porte, en nom unique, le second élément présumé du nom de son père ; les deux cadets le portent en second élément.

31En 1142, Raimundus Garsia a trois fils, Cenebrus, Raimundus Garsias, Galterius (CSS no 264). D'habitude, le nom du second fils (ou frère) n'est jamais suivi, dans un acte, du nomen paternum quand celui du premier ne l'est pas. Si ce n'est, en l'espèce, une exception, nous pouvons dire que l'aîné et le benjamin ont reçu un nom unique, sans rapport avec les éléments nominaux de leur père et que le cadet a reçu les deux noms de son père.

32En 1163, Gausbertus Isarnus de Viridi Folio a quatre fils, Pondus Isarnus, Isarnus, Ato, Petrus Pondus (CSS no 43). L'aîné porte en second élément nominal celui de son père, le cadet le porte en premier, les deux suivants ne reçoivent aucun élément du nom du père. Gausbertus Isarnus de Viridi Folio est probablement le fils de Bernardus Isarnus de Viridifolio cité en 1117-40 (CSS App. no 19).

33En 1172, trois frères s'appellent Petrus Raimundus de Viridi Folio, Bermrdus Raimundus de Viridi Folio, Raimundus Willelmus de Viridi Folio (CSS no 58) : les deux aînés portent en second élément nominal celui que le benjamin porte en premier ; il est probable que ce soit le second élément du nom du père. Mais le fils du benjamin s'appelle Petrus Raimundus Amelii, portant en second élément nominal le premier de son père, auquel a été adjoint un troisième élément, nom de personne dont on ne sait à qui il se réfère.

34En 1222, Arnaldus Guilabertus a trois fils : Willelmus de Brugueriis, Arnaldus Guilabertus, Bernardus Willelmus de Brugueriis (CC no LXXIV). Si le cadet tient de son père l'intégralité de son nom, le second élément du nom de l'aîné est différent (nom de lieu d'origine), et le benjamin tient son nom de son frère aîné avec, en prime, un nom double comme premier élément nominal.

35En 1148, trois frères s'appellent Pilistortus, Bernardus Raimundi, Petrus Guillermi (CC no XXVIII). On ignore le nom du père ni même s'il avait un second nom : peut-être est-ce Pilistortus époux de Margareta (Grand-prieuré no XXI ; c. 1134), mais il se peut aussi que ce Pilistortus soit le premier nommé de la fratrie. Au premier abord, on aurait tendance à penser que Bernardus et Petrus ont pour seul second nom Raimundi et Guillermi. Or, deux autres chartes (CSS no498, 696 ; 1145, 1175) nous apprennent que le nom complet des deux puînés est Bernardus Raimundi Pelestortus et Petrus Willelmus Pilistortus. II est donc probable que le nom de leur père (premier ou second élément, voire nom unique) fût Pilistortus : l'aîné a reçu pour nom unique le nom de son père, les autres l'ont reçu pour troisième élément : c'est là le nomen paternum de la famille. À la fin du XIIe s., les fils de Petrus Willelmus Pilistortus sont, dans l'ordre, Guillermus de Gastello Novo, Petrus Willelmus Pilistortus, Raimundus de Castello Novo, Aimericus de Castronovo. Si le cadet tient de son père l'intégralité de son nom, les autres ont un nouveau second nom que ne portaient pas même leurs oncles, mais que porte leur cousin germain Aimericus de Castronovo. C'est le nom de lieu d'origine — ce n'est pas le lieu d'habitation. Alors qu'à la génération précédente l'aîné avait la marque préférentielle pour la tradition de l'intégralité du nom, le privilège est ici réservé au cadet et ni ses frères, ni ses neveux ne porteront le nom de famille Pilistortus. À la génération suivante, un seul enfant, dont on ne sait précisément s'il est l'aîné ou le cadet, portera pour nom unique le nouveau second élément du nom (nom d'origine) de la famille : Aimericus de Castronovo (dernier fils de Petrus Willelmus Pilistortus père) a quatre fils, Aimericus de Castronovo iuvenis, Castellum Novum, Petrus de Castronovo, Curvus. Ce dernier porte pour premier élément nominal un sobriquet et nous supposons qu'il porte en second le nomen paternum de Castronovo.

36En 1140, Isarnus de Porta a trois fils, Petrus Azemari, Pondus Azemari et Willelmus Ortiquer (CSS no 171) : non seulement aucun ne porte pour second élément le nom de son père (ce qui peut s'expliquer par l'extrême banalité de la localisation qu'il impose), mais les deux aînés portent en second un même nom de personne qui peut avoir une origine familiale, tandis que le troisième a reçu en second un sobriquet.

37En 1132, Ugo de Cadunio a, de son mariage avec Geralda, deux fils, Raimundus de Cadunio et Willelmus Esforcivus (CSS no 259) : alors que l'aîné hérite du nomen paternum, le cadet ne bénéficie, lui, que d'un sobriquet comme second élément du nom. On pourrait supposer que certains des Esforcivus (en second nom) cités plus tard en seraient issus.

L'usage du nom

38L'étude de la nomination porte tant sur la dation du nom que sur son usage qui est fonction de sa nature. Dans l'étude de la dation, le nom apparu le plus souvent est ce qu'il est convenu d'appeler le nom de baptême : c'est en effet le nom donné à l'enfant par et dans sa famille. Sauf exceptions, le nom unique et le premier élément nominal sont à l'origine des noms de baptême. Le second élément nominal n'est jamais conféré lors de la cérémonie, mais plus tard, quand l'enfant sort de sa seule famille pour entrer dans la vie sociale. Les autres catégories de noms, sobriquets et noms de métier ou d'état, noms de lieux et ethniques sont attribués le plus souvent à l'adolescent ou à l'adulte, en fonction de sa personne, de son métier ou état, de ses déplacements géographiques. Du nom de l'enfant ils sont un complément, parfois même un remplaçant, donné par l'usage social.

a. Le sobriquet

  • 39 Malus Gaudinus (CSS no 239 ; 1127), formation Adj. + NP, équivalent à un seul nom, comme Bonum Man (...)
  • 40 Estultus Arnaldus (CC no CI ; 1247).

39Le sobriquet apparaît en nom unique dans la première moitié du XIIe s.39. Comme premier élément du nom, il n'est pas attesté avant le milieu du XIIIe s.40.

  • 41 Poncius de Franco Casale vocatus Mor (Grand-prieuré no XLI ; 1183) ; Ramundus Vitalis qui dicor No (...)
  • 42 Bernardus qui vocatur Conils (CSE no 89 ; 1186), Conillus (CSE no 104 ; 1192-93).
  • 43 Premier élément : Petrus de Roaxio qui vocatur Grivus (CC p. 245 ; 1182-83), Grivus de Roaxio (CC (...)
  • 44 Poncius de Naga seu Colonbus Yspani (Gild records p. 134 ; 1318).
  • 45 Raimundus Monachus (Liberty no 5 ; 1189), Ramundus qui vocatur Monachus (Condition des Juifs no VI (...)

40Les alias, formules onomastiques du genre (X) qui vocatur (Y), sont assez nombreux à partir de la fin du XIIe s. Sur quinze exemples recueillis41, six sont particulièrement intéressants en ce que, attestés quelquefois dans différents actes, les noms apparaissent et comme sobriquets en fonction, et comme nom unique42, ou premier ou second élément nominal43 dont ils remplacent le primitif, ou enfin premier et second éléments nominaux44. Le cas le plus curieux est, à la fin du XIIe s., celui de ce vicarius d'abord appelé par son nom de baptême suivi de son sobriquet (sous forme d'alias ou non) — il ne paraît pas avoir eu de nom à deux éléments avant l'attribution de ce sobriquet —, puis par ce nom à deux éléments suivi de la désignation filiale filius de et du nom de son père, enfin du seul sobriquet suivi du nom de son père45.

b. Le nom de métier ou d'état

  • 46 Ferraderius (Condition des Juifs no I ; 955). Au Xe s., les signataires de chartes ne signent que (...)

41Il apparaît en nom unique dès la fin du Xe s, comme signum convient-il de préciser46.

  • 47 Estimes p. 270.

42Tout le monde sait comme il est difficile de distinguer, dans les manuscrits médiévaux, le nom de métier du nom de personne issu d'un nom de métier. L'utilisateur des documents édités doit, le plus souvent, se fier au jugement de l'éditeur, même si sa confiance peut, de temps en temps, être bien entamée. Dans le cas de Vitalis Ovelherii en 133547, le doute est légitime : Ovelherii peut être un simple nom de métier si Vitalis est au génitif. Cependant, le contexte indique que ce dernier est au nominatif, impliquant que le second terme n'est pas une apposition — donc un nom de métier —, mais un second élément nominal mis au génitif — les scribes des Estimes ont plus souvent usé du génitif que du nominatif pour les seconds éléments nominaux. Sur la même page du document, figure aussi un Franciscus Ovelherii : ici, aucun doute, le second terme est bien un second nom. Un indice confirme bien l'origine du nom qui peut pourtant faire douter de sa nature onomastique : ces deux individus habitent in carreria Ovelheriorum (« la rue des bergers »).

  • 48 Gild records p. 146.

43Si l'on peut penser que ces deux personnes portent le nom du métier qu'ils exercent encore — mais rien ne permet de l'affirmer, pas même le nom de leur rue —, ils sont cependant quatre retonditores qui, en 1315, portent pour second élément nominal le nom du métier qu'ils exercent : ainsi Pondus Retonditor maior est le père de Pondus Retonditor iunior48.

c. Le nom de lieu

  • 49 Bestias (CSS no 64 ; 1163) ; Salvanacus (Liberty no 10 ; 1202-04) ; femine nomine Narbona (Fief no(...)

44Extrêmement rare est le cas où un individu porte pour nom unique un nom de lieu : les seuls cas attestés le sont à partir de la seconde moitié du XIIe s.49.

  • 50 Bernardus Carraira (CSS no 315 ; 1148) ; Willelmus Gardogius, Willelmus Costa (Fief no 6 ; 1200) ;(...)

45Dans les actes toulousains, le nom de lieu n'apparaît en second élément anthroponymique qu'à partir du XIe s. ; s'il apparaît presque toujours précédé de la préposition de, à partir du XIIe s.50, il arrive qu'il soit encore au génitif. Mais, très tôt, dès le milieu du XIIe s., le nom de lieu apparaît simplement au nominatif. Cette syntaxe ne tendra à se généraliser que dans le cours du XVe s.

  • 51 CC p. 246, 247 ; 1193-94, 1196-97.

46En règle générale, quand un scribe énumère une fratrie, il affecte le nom de lieu (d'origine) au seul premier nommé (souvent l'aîné), parfois au seul second nommé, presque jamais à tous les membres de la fratrie. Deux actes permettent de reconstituer une petite fratrie de trois membres à la fin du XIIe s. : Willelmus Raimundus Descalquencs, Arnaldus Ramundus, Petrus Raimundus51 ; la répétition de Raimundus permet de penser que c'est un véritable nom de famille (peut-être nomen paternum) et pas le second élément du premier nom, et que le nom de lieu est une simple indication (désignation) locative.

  • 52 Ramundus de Recaudo de Cerdana est originaire de Recaud et habite le quartier de Sardane à Toulous (...)
  • 53 Amelio de Claustra de Unzento (CSS no 525 ; 1117-37) habite le quartier de Claustres à Toulouse et (...)

47Quand une personne est désignée par deux noms de lieux à la suite, l'ordre le plus courant est nom de lieu d'origine (qui sert de nom de famille) suivi du nom de lieu d'habitation (qui sert de désignation locative)52. L'ordre inverse est beaucoup plus rare et le nom de lieu d'habitation est alors le nom de famille tandis que le nom de lieu d'origine sert de désignation locative, permettant ainsi de distinguer deux habitants du même quartier qui portent tous deux et le même premier élément nominal, et le même nom de quartier pour second élément53.

1. Le nom de lieu d'origine

  • 54 Guilelmus Fornarius a pour frère Bernardus de Heremo (CC no XIV ; c. 1120) ; Petrus Gaucbertus a p (...)

48Comme on l'a vu précédemment (I. c.), deux frères peuvent porter un second élément nominal différent dont l'un peut être un nom de lieu, soit nomen patemum (fixé d'après le lieu d'origine de la famille) (I. c., dernier ex.), soit le nom du lieu d'origine de la famille54.

  • 55 CSE no 58.

49En 1168, Geraldus de Claromonte, frère de Arbertus de Claromonte, a pour fils Guiraldus de Sancto Mauricio55 : ce dernier porte le nom du domaine dont est probablement originaire la famille tandis que le père et l'oncle portent le nom de la paroisse d'origine sur laquelle est situé ce domaine. Saint-Maurice est en effet sis dans la paroisse de Clermont(-le-Fort).

  • 56 Condition des Juifs no XXXV. Notre collègue G. Gasca Queirazza suggère que ces noms pourraient tou (...)

50En 1242, Pontius de Villanova de Monte Regali56 porte en second élément du nom un probable nomen paternum (sa famille serait donc originaire de Villeneuve), et en troisième élément le nom de son village d'origine (Montréjeau) avant d'émigrer à Toulouse. Villeneuve, paroisse Marignac, est proche de Montréjeau. Il ne semble pas que le troisième élément ait été ajouté pour distinguer ce Villanova des nombreux autres Villanova du Toulousain (ce Pondus de Villanova paraît être le seul à porter ce nom à son époque et dans sa ville).

  • 57 Ato Arnaldus de Caramanio, Atonis Arnaldi (CSS no 136 ; 1108-17) ; Willelmus Barrau (CSS no 442 ; (...)

51Quand un individu porte un nom à deux éléments, le dernier peut être suivi du nom de son lieu d'origine : ainsi, il est assez courant qu'un même acte (ou des actes différents) présente un même individu et sous son nom habituel, et sous son nom suivi de la désignation locative57.

2. Le nom de lieu d'habitation

  • 58 Pontius Bernardi de Picta a deux fils, Regafredus et Pondus de Villamur (CSS no 148 ; 1108-17).

52Nom de lieu, le second élément nominal d'un père et d'un fils peuvent différer : le père porte un nom de lieu d'origine, le fils celui du lieu de son habitation58.

  • 59 Bernardus de Belmont a pour frère Arnaldus de Villamur (CSS no 213 ; 1140-48) ; Donatus de Caraman(...)

53Nom de lieu, le second élément nominal de deux ou plusieurs frères peut être différent59 : c'est probablement le nom de leur lieu d'habitation.

  • 60 Petrus de Rua Meiana (Contrats no XXVIII ; 1144).
  • 61 Cf. le second exemple de la note 53.
  • 62 Poncius Palmata (CC p. 250 ; 1204-05).

54Certains des habitants de Toulouse portent pour second élément nominal celui de leur rue60 ou de leur quartier61. Ce n'est qu'à partir du début du XIIIe s. que le nom de rue peut ne plus être précédé de la préposition de62.

  • 63 Bernardus Carabordas (CC p. 245 ; 1180-81), Bernardus Karaborda de Portaria (CC no XXXV ; 1202) ; (...)

55Quand un individu porte un nom à deux éléments, le dernier peut être suivi du nom du lieu de son habitation : ainsi, s'il est assez courant qu'un même acte (ou des actes différents chronologiquement très proches) présente un même individu et sous son nom habituel, et sous son nom suivi de la désignation locative, il est fort rare que deux actes différents le fassent à plusieurs années d'intervalle63.

3. Le nom de lieu de seigneurie

  • 64 Bernardus de Orbessano filius Petri de Orbessano qui fuit est seigneur d'Orbessan (CC no LXIX ; 12 (...)

56Les seigneurs du Toulousain portent fréquemment pour second élément nominal le nom de leur seigneurie64. On ne le trouve jamais en nom unique ou en premier élément.

4. Le nom de lieu de fonction

  • 65 Willelmus de Lux de Fresenc (CSS no 250 ; 1161) est prieur de Pauliac, mais aussi chanoine de Lux. (...)

57Rares sont les exemples sûrs. Mais l'un est particulièrement intéressant en ce que l'individu porte toujours, en second élément nominal, celui du lieu dont il est chanoine et, une seule fois, son nomen paternum (en l'occurence un nom de lieu d'origine) apparaît en troisième élément après le nom de sa chanoinie65.

d. L'ethnique

  • 66 La prieure de Volvestre se nomme Navarra (CSS no 580 ; 1151) ; Pictavinus (Fief no 10 ; 1218).

58Dès le milieu du XIIe s., l'ethnique apparaît en nom unique66.

  • 67 Pictavinus Puer (CSS no 87 ; 1159) ; Pictavinus Gauterius (CC no LXXXIII ; 1226).
  • 68 Ugo Pictavinus (CSS no 405 ; 1162) ; Bernardus Navarri (Estimes p. 166 ; 1335).

59À la même époque, il apparaît en premier élément du nom67, fait presque aussi rare, et, fait beaucoup plus fréquent, en second élément68.

Les modifications et variations du nom

a. D'un individu

60Nous avons vu précédemment divers types de modification de nom d'un individu, par l'adoption :

  • du nomen paternum ;
  • d'un sobriquet qui peut remplacer le nom unique, le premier élément ou le second nominal, ou les deux éléments, voire devenir un second élément nominal qui n'existait pas auparavant ;
  • du nom de lieu de fonction ;
  • d'une désignation locative (lieu d'origine ou d'habitation).
  • 69 Poncius Umbert de Claustra (CSS no 155 ; 1139), Poncius Umbertus de Sancto Anatolio (CSS no 166 ; (...)

61Il arrive qu'un habitant de Toulouse, dans deux actes concernant son village d'origine, soit appelé dans l'un d'après son quartier d'habitation, dans l'autre d'après son seul lieu d'origine69.

  • 70 Arnaldus Ainer de Tiurano, Arnald de Tiurano (CSS no 232 ; c. 1040) ; Petrus Atonis a pour frère R (...)

62Dans le cas d'un nom à trois éléments, dont le second est le nom de la famille, le troisième un nom de lieu d'origine, le second élément peut être omis dans un même acte ou dans des actes différents70. La simple désignation locative devient un véritable élément nominal, ce à une époque où le second élément nominal n'est pas encore définitivement fixé (XIe-XIIe s.).

  • 71 Willelmus Philippus Caitapodium, Philippus Caitapodium (Condition des Juifs no XXV ; 1228).

63En cas de premier élément formé d'un nom double (nom double de baptême), le second nom peut être omis dans un même acte71.

  • 72 Ricarda filia W(illelm)i Malet (CSS no 25 ; XIIe s.), Ricard (sic) filia Maleti (CSS no 26 ; XIIe (...)

64S'il est très fréquent que, en général dans un même acte, un même individu soit d'abord désigné par les deux éléments de son nom puis, un peu plus loin, par le seul premier élément, il est fort rare que le second élément soit seul rappelé72.

  • 73 Segneros, Segneretus, Segnerotus (CSS no 7 ; 1158).
  • 74 Seneronus de Turre (CSS no 9 ; 1125), Seniorus de Turre (CSS no 536 ; 1140), Senerosus de Turre (C (...)
  • 75 R(aimundus) Botardus (CSS no 56 ; 1162), Raimundus Botardellus (CSS no 44 ; 1164).

65Enfin, une simple modification du nom peut intervenir quand soit le nom unique73, soit le premier élément du nom74, soit le second75 apparaît sous une forme simple dans un acte, dérivée dans un autre, voire avec différents suffixes diminutifs dans un même acte.

b. Dans la famille

66Les variations de nom qui concernent toute la famille sont bien entendu celles du second élément nominal.

67Nous avons vu précédemment qu'un père et un fils, ou des frères, pouvaient avoir un second élément nominal différent, qu'il fût issu d'un ancien nom de baptême, d'un sobriquet, ou d'un nom de lieu soit d'origine soit d'habitation.

  • 76 Iohannes Gruerius d'Avihnone a pour fils Petrus de Avihnone (CSE no 120 ; 1199).

68Quand un père porte un nom à trois éléments, le dernier étant un nom de lieu d'origine, le fils peut être désigné non plus par le second élément nominal de son père, mais par le nom d'origine76, comme si l'origine importait plus que cet élément.

69S'il est assez facile de suivre l'évolution du second élément nominal sur deux générations — car les exemples ne manquent pas —, il est en revanche beaucoup plus difficile mais aussi intéressant de la suivre sur trois générations : les exemples sont très rares et, en plus, le second nom est rarement indiqué pour les fils de famille. Trois exemples d'époque différente peuvent être utilisés.

  • 77 Cf. le second exemple de la note 23, et le quatrième tableau généalogique.

70À la fin du XIe s., un fils tient son second élément nominal du premier élément nominal de son père ; quant aux petits-fils, l'aîné et le cadet le tiennent du premier élément nominal de leur père, le benjamin ayant reçu un nom unique sans rapport avec le nom de son père ni de son grand-père77.

  • 78 Cf. le cinquième tableau généalogique.

71Dans la première moitié du XIIe s., deux fils tiennent leur second élément nominal du sobriquet placé en troisième élément nominal de leur père ; de plus, l'aîné reçoit pour premier élément le second élément nominal de son père. À la seconde génération, le sobriquet est devenu nomen paternum, mais l'aîné, en recevant le second élément du nom paternel est chargé de transmettre ce nom dont l'origine familiale est plus ancienne. Les deux premiers enfants de l'aîné recevront donc pour nomen paternum ce nom-là, le sobriquet étant tombé en désuétude78.

  • 79 Cf. le huitième exemple de I. b. 3. et le troisième tableau généalogique.

72Dans la seconde moitié du XIIe s., le fils cadet porte les deux éléments nominaux de son père (le second étant un sobriquet nomen patemum), mais aucun de ses trois frères ne porte le nomen patemum, tous ayant reçu un nom de lieu à la place. À la troisième génération, le sobriquet disparaît et les enfants du benjamin portent le nom de lieu devenu nomen paternum soit en second élément soit en nom unique, tandis que le dernier de ses enfants porte un nouveau sobriquet comme nom unique79.

Conclusion

73L'existence, au XIIIe s., de noms uniques, et d'exemples de fils qui n'ont pas, pour second nom, de nomen patemum, prouve que le nom de famille n'était pas encore fixé à cette époque en Toulousain.

74Alors que le premier élément nominal du père se transmet plus souvent au cadet ou au troisième fils qu'à l'aîné, le second élément, ou nomen paternum, se transmet manifestement en priorité au fils cadet, ce aux XIIe et XIIIe s.

  • 80 CSS no 243 ; XIIe s.

75Au XIe s., deux frères sont appelés l’un Raimundus Bernardus, l'autre Willelmus Bernardi80. La répétition du second élément nominal laisse à penser qu'il est bien leur nom de famille. Il ne faut pas pour autant en déduire que le second élément nominal mis au génitif est toujours le nom de famille. Comme l'indique le cas cité plus haut des frères Pilistortus, Bernardus Raimundi, Petrus Guillermi, le nom de famille est Pilistortus, et les noms au génitif sont seulement la seconde partie du premier nom qui est double.

76Dans les actes toulousains, le pourcentage est plus important de seconds éléments nominaux au nominatif plutôt qu'au génitif, quand le premier est au nominatif. Les scribes hésitent cependant dans l'emploi de la désinence ; le cas certainement le plus frappant est celui de Bernardus Ramundus Barravi en 1279 (Gild records p. 14), dont le nom est aussi écrit Bernardus Ramundi Barravus la même année (p. 19) et Bernardus Ramundi Barravi en 1281 (p. 29). Il convient d'ajouter aussi que les rédacteurs des Estimes toulousaines de 1335 ont souvent préféré l'usage, devenu anachronique, du génitif à celui du nominatif.

77Rappelons pour terminer que, dans les actes toulousains étudiés, aucune filiation sûrement établie ne permet d'attribuer à un père le second élément au génitif du nom de son fils : aucun véritable nomen paternum au génitif n'est donc assuré.

Bibliographie

Sources

CC
R. Limouzin-Lamothe, La commune de Toulouse et les sources de son histoire (1120-1249), Toulouse, 1932.

Condition des Juifs
G. Saige, « De la condition des Juifs du comté de Toulouse avant le XIVe siècle. Pièces justificatives », Bibliothèque de l'École des Chartes, XXXIX, 1878, 432-480 ; XL, 1879, p. 424-456.

Coutumes
H. Gilles, Les coutumes de Toulouse (1286) et leur premier commentaire (1296), Toulouse, 1969.

CSE
A.-M. Lemasson, Publication de documents antérieurs à 1200 relatifs au chapitre cathédral de Toulouse, Toulouse, D.E.S., s. d.

CSS
C. Douais, Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Paris-Toulouse, 1887.

Estimes
Ph. Wolff, Les « estimes » toulousaines des XIVe et XVe siècles, Toulouse, 1956.

Fief
H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles, Pièces justificatives », Revue historique de droit français et étranger, 14, 1935, p. 548-569.

Gild records
M. A. Mulholland, Early gild records of Toulouse, New York, 1941.

Grand-prieuré
A. du Bourg, Histoire du grand-prieuré de Toulouse, Toulouse, 1883.

Liberty
J. H. Mundy, Liberty and Political Power in Toulouse, 1050-1230, New York, 1954.

Annexes

Annexes

CSS no 270, 548 : de 1060-1108 à 1080-1098

CSS no 270, 548 : de 1060-1108 à 1080-1098

CSS no 367, 406, 410, 424 et App. no 26, 45 : de 1115 à 1184

CSS no 367, 406, 410, 424 et App. no 26, 45 : de 1115 à 1184

CC p. 247, no XVIII, XXVIII, LIV, LXIV, LXXVI, XCII et CSS no 498, CSS App. no 55 : de 1145 à 1222

CC p. 247, no XVIII, XXVIII, LIV, LXIV, LXXVI, XCII et CSS no 498, CSS App. no 55 : de 1145 à 1222

CSS no 193 et App. no 39 : de 1074-1105 à 1108-1117

CSS no 193 et App. no 39 : de 1074-1105 à 1108-1117

CSS no 16, 206, 271, 311 : de c. 1120 à 1145

CSS no 16, 206, 271, 311 : de c. 1120 à 1145

Grand prieuré no XXXI et XXXII : s. d. et 1171

Grand prieuré no XXXI et XXXII : s. d. et 1171

Notes

1 Cf., par exemple, Dauzat, Traité d'anthroponymie française. Les noms de famille de France, Paris, 19733, 35s., 54s.

2 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne (Études d'anthroponymie médiévale, Ie et IIe Rencontres, Azay-le-Ferron), Tours, 1989.

3 Escotus et Flandina ont trois fils : Guillermus, Odo, Escotus (Grand-Prieuré no I).

4 Franca est la tante maternelle de Francesca (CSS no 116 ; 1164).

5 Galardus est l'oncle paternel de Galarda (CSS no 419 ; 1166).

6 Amelius Geraldi a pour fils Ugo, filleul de l'évêque Ugo (CSS no 280 ; 960-992).

7 Amalvinus de Bo Vilar a pour petit-fils Amalvinus (CSS App. no 26 ; 1184).

8 Arnaldus Gallus a deux enfants, Arnaldus et Arnalda (CSS no 492 ; 1157) ; Willelmus Unaldi de Lantar, frère de Azemarus, a quatre fils, Unaldus, Raimundus, Willelmus, Azemarus (CSS no 156, 171 ; 1126, 1140).

9 Radulf Baron a pour fils Baron (CSS no 10 ; 996-1031) ; Bonum Mancipium Maurandus, fils de Petrus Maurandus, a pour fils Maurandus (CSS App. no 46 ; 1165).

10 Ato Amelius, père de Bertrandus et Willelmus, tient du premier un petit-fils, Amelius (CSS no 200 ; 1080-1098).

11 Petrus Arnaldus a quatre fils, Isarnus, Petrus, Willelmus, Arnaldus (CSS no 155 ; 1139) ; cf. aussi le second exemple de la note 8.

12 Bo[s]quus a pour frère Bosquetus (CSS no 694 ; 1177).

13 Cf. le second exemple de la note 9.

14 Rodgerius de Aura a quatre fils, Petrus, Willelmus, Rodgerius, Bernardus (CSS no 209 ; 1108-1137) ; Gilabertus de Laurag a quatre fils, Gilabertus, Sicardus, Gausbertus, Ugo (Grand-prieuré no XXXI ; c. 1140 ?).

15 Guillelmus de Lordad, frère de Raimundus de Lordad, a pour fils Raimundos, Guilelmus, Arnaldus (CSS no 105 ; 1163).

16 Sicardus (de Laurag : déjà mentionné dans le second exemple de la note 14) a pour fils Sicardus, Guillelmus Petrus, Gilabertus, Ugo Bonafos (Grand-prieuré no XXXII ; 1171).

17 Pontius de Brugariis a pour frères Petrus de Brugariis et Pontius de Brugariis (CSS no 77 ; 1121).

18 Petrus Bernardus de Leonag a pour fils Bernardus de Leonag (CSS no 417 ; 1165).— D'après D. Kremer, il n'y aurait point de nom double au Moyen Âge. La tradition toulousaine — et gasconne en général — ne justifie point cette opinion. Comment mieux analyser Sancaner (CSS App. no 11 ; XIe s.), Sanzanerius (Grand-prieuré no LXXIV ; c. 1180) si ce n'est par Sancius Aner (Grand-prieuré no LI ; 1213) ? Ou Fortanerius (Grand-prieuré no I ; XIe s. ; aussi CSS App. no 61 ; 1200) si ce n’est par Fortius Anerii (Grand-prieuré no XVI, 1108) — et non comme un dérivé de Fortain, cf. Dauzat, DNFF3, 263 ? Il existe donc bien des noms doubles au Moyen Âge qui, dès le XIe s., fonctionnent, qui plus est, en composés — cf. encore Peramon de Monmirail (< Per Ramon dans Chartes de La Salvetat-Montdragon no 31 ; 1271), où les nombreux autres composés gascons, du XIe au XVe s., cités par M.-F. Berganton, Le dérivé du nom individuel au Moyen Âge en Béarn et en Bigorre. Usage officiel, suffixes et formations, Paris, 1977. À Toulouse, les noms doubles le plus fréquents au XVe s. sont Peyre Ramon, Arnaut Guilhem. Leur ordre de fréquence y est déjà le même dès le XIIe s. et, à partir de cette époque, le second élément du nom double peut être au génitif alors que le premier est à un cas tout autre que le génitif (le plus souvent au nominatif). La plupart des noms doubles du Moyen Âge comportent au moins un élément qui apparaît fréquemment dans les noms simples.

19 Bemardus Vitalis a pour fils Vitalis Stephani (CSS no 312 ; 1146).

20 Odo de Pis a pour fils Willelmus Odo (CSS no 243 ; XIIe s.) ; Iordanus de Ynsula a deux fils, Bernardus Iordanus et Iordanus de Ynsula (CC no LXX ; 1204) ; Arnaldus de Eclesia a quatre fils, Bernardus, Petrus, Arnaldus, Willelmus Arnaldus (CSS no 297 ; 1157).

21 Vitalis Caidanus a pour fils Petrus Vitalis (CSS App no 65 ; 1165).

22 Arnaldus Guilabertus a pour second fils Arnaldus Guilabertus (CC no LXXIV ; 1222).

23 Arnaldus Bertgavus a pour fils Rodgerius Arnaldus dont les trois fils sont Raimundus Rodgerius, Arnaldus Rodgerius, Borrellus (CSS no 193, App. no 39 ; 1074-1105,1108-17).

24 Vitalis Willelmus a pour fils Vitalis Willelmus iunior (CC no LXXXV, LXXXVI ; 1222).

25 Condition des Juifs no XII.

26 Raimundus de Nat (CSS no 279 ; 1108-17) ; Poncius den Duran (CC no LXXV ; 1222) ; Arnaldus den Galdi (CC no LXXX ; 1222) ; Hugo den Ayt, Petrus Guillelmi den Asam, Guillelmus den Abbas (Gild records p. 71 ; 1322) ; en 1335, Petrus d'en Arzen (Estimes p. 140), Miquael d’en Azam (p. 220), Ramon d'en Huc (p. 228), Vidal d'en Pons Arnaut (p. 229), Iohannes d'Alquerio (p. 299).

27 Isarnus Dalaisa (CSS no 205, c. 1050) ; Ramundus de Duza (CSS App. no 62 ; 1200) ; Crescas de Naregina (Condition des Juifs no XX ; 1217) ; Arnaldus Maria (CC no LXXV ; 1222) ; Willelmus de Rayna (Condition des Juifs no XXII ; 1222) ; Guillelmus Petri de Amata (Fief no 2 ; 1267) ; Guillelmus de Narraina (Coutumes p. 174 ; 1296) ; en 1335, Ceminus Peyrota (Estimes p. 147), Guillelmus de Gausia (p. 186).

28 Bernardus de Naboeria (Condition des Juifs no VIII ; 1195) ; Stephanus de Cycarda (Fief no 10 ; 1218) ; Arnaldus de Eversem (ibid.) ; Ramundus de na Tholosa (Gild records p. 112 ; 1322) ; en 1335, Geraldus de na Paris (Estimes p. 159), Ademarius Bosqua (p. 164), Ioannes de na Suau (p. 223), Bernat de Ferrana Carpentier et sa mother (p. 240).

29 CSS no 323, 91 ; 1155,1156. Il est peut-être le fils d'un dénommé Paies, possesseur de la terra dels Paieses à Pauliac (CSS no 222) citée en 1154. En 1176, Sancius de Napagesa (CSS App. no 62) pourrait être son frère.

30 CSS no 96,80 ; 1145,1156.

31 Willelmus Bernardi filius Petri Rufeti (CSS no 97 ; 1157) ; Segneros de Sancto Theozardo a trois enfants, Arnaldus Ciraldi, Ramundus Sancius, Sibilia (CSS no 6 ; 1158) ; Geraldus Dezmer a quatre enfants, Poncius Astre, Ramundus Sancius, Sobirana, Bona (CSS no 54 ; 1166).

32 Poncius Teudbertus, frère de Bernardus Teudbertus, a pour fils Petrus de Castilione (CSS no 240 ; 1117-25).

33 Bernardus Dalbinac a pour sœur Blanca de Nizas (CSS App. no 14 ; 1117-40). D'après Dauzat (op. cit., 42), "les filles prennent pour nom de famille le nom féminisé de leur mère" : il a repris ce constat à l'étude de Duffaut, « Recherches historiques sur les prénoms en Languedoc », Annales du Midi, XII, 1900, 185, à propos de noms de femmes en 1245 dans les environs de Montgiscard. Aucun cas sûr de cet espèce ne peut être signalé à Toulouse d'après nos documents, faute de preuve.

34 Willelmus de Bolencs a pour femme Aldiarda del Born (CSS no 592 ; 1161).

35 Bruna Cultellaria (CSS no 565 ; 1133) ; Iohanna Bertranda (Fief no 10 ; 1218) ; en 1335, domina lohanna Arabina (Estimes p. 159), Condors Feliberta (p. 163), domina Bertranda Capeleria (p. 166), Guillelma Cambona (p. 188), na Peyrona Viguiera (p. 229), Cibilia Fusteria (p. 240). Mais le second élément du nom de Beatricz Cozendiera (p. 216) peut être soit un surnom dû à sa profession, soit un surnom héréditaire, soit le nom féminisé de son défunt mari — s'il n'est pas tout simplement un nom de métier considéré par l'éditeur comme un nom propre.

36 CSS no 364, 322 ; 1147, 1154.

37 Bernarda Escrimada est la veuve de Bernardus Escrimatus (Estimes p. 158 ; 1335).

38 M. Bourin, « Les formes anthroponymiques et leur évolution d'après les données du cartulaire du chapitre cathédral d'Agde (Xe siècle-1250) », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne (Études d'anthroponymie médiévale, Ie et IIe Rencontres, Azay-le-Ferron), Tours, 1989, p. 181.

39 Malus Gaudinus (CSS no 239 ; 1127), formation Adj. + NP, équivalent à un seul nom, comme Bonum Mancipium ; Pilistortus (Grand-prieuré no XXI ; c. 1134).

40 Estultus Arnaldus (CC no CI ; 1247).

41 Poncius de Franco Casale vocatus Mor (Grand-prieuré no XLI ; 1183) ; Ramundus Vitalis qui dicor Novemsolidos (CSS App. no 31 ; 1191), à mettre en parallèle avec Willelmus Petri Novem Solidos (CSE no 120 ; 1199) ; Pondus qui vocatur Malfara (CSS App. no 49 ; 1200) ; Arnaldus de Villamuro qui dicitur Razigotus (CC no LXII ; 1203) ; Bernardus de Cassanha qui vocatur Espareg (Contrats no XXXII ; 1238) ; Bernardus Doati alias dictus de Venerca (Gild records, p. 71) ; Guillelmi Cabos alias dictus de Mozovilla (Estimes p. 156 ; 1335) ; Guillelmus de Betele alias Tricherii (Estimes p. 166 ; 1335) ; Guillelmi Cabos alias dictus de Mozovilla (Estimes p. 156 ; 1335). Les sept autres exemples sont les suivants (notes 42 à 45).

42 Bernardus qui vocatur Conils (CSE no 89 ; 1186), Conillus (CSE no 104 ; 1192-93).

43 Premier élément : Petrus de Roaxio qui vocatur Grivus (CC p. 245 ; 1182-83), Grivus de Roaxio (CC no CI ; 1247) ; Isarnus de Monte Alto qui dicitur Abbas (CC no LVI ; 1202), Abbas de Monte Alto (CC no LXXX ; 1222). Second élément : Bernardus de Podio alias dicto Mesier (Gild records p. 124 ; 1318), Bernardum Mesier (ibid. p. 135 ; 1318) ; Arnaldus de Bosco Meiano alias dictus Arnaldus Peregrini (Gild records p. 68 ; 1322).

44 Poncius de Naga seu Colonbus Yspani (Gild records p. 134 ; 1318).

45 Raimundus Monachus (Liberty no 5 ; 1189), Ramundus qui vocatur Monachus (Condition des Juifs no VII ; 1191), Ramundi qui dicebatur Monachus (CC no L ; 1203), Raimundus Monachus filius d'Augerio, Monachus de Augerio (Condition des Juifs no XII ; 1206-07).

46 Ferraderius (Condition des Juifs no I ; 955). Au Xe s., les signataires de chartes ne signent que d'un nom unique, qu'ils aient un nom à un ou deux éléments.

47 Estimes p. 270.

48 Gild records p. 146.

49 Bestias (CSS no 64 ; 1163) ; Salvanacus (Liberty no 10 ; 1202-04) ; femine nomine Narbona (Fief no 10 ; 1218) ; tous deux noms d'origine.

50 Bernardus Carraira (CSS no 315 ; 1148) ; Willelmus Gardogius, Willelmus Costa (Fief no 6 ; 1200) ; Petrus Bram, Poncius Riberia (Gild records p. 71 ; 1322).

51 CC p. 246, 247 ; 1193-94, 1196-97.

52 Ramundus de Recaudo de Cerdana est originaire de Recaud et habite le quartier de Sardane à Toulouse (Estimes p. 276 ; 1355).

53 Amelio de Claustra de Unzento (CSS no 525 ; 1117-37) habite le quartier de Claustres à Toulouse et est originaire de Unzent ; Willelmus de Turre Bestiacus (CC no LXVII ; 1203) habite le quartier de la Tour à Toulouse et est originaire de Bestiac.

54 Guilelmus Fornarius a pour frère Bernardus de Heremo (CC no XIV ; c. 1120) ; Petrus Gaucbertus a pour frère Petrus de Podio Laurencii (CSE no 16 ; 1121). Dans les deux cas, tout se passe comme si le second frère n'avait pas droit au port du nomen patemum ; mais rien cependant ne permet de le confirmer.

55 CSE no 58.

56 Condition des Juifs no XXXV. Notre collègue G. Gasca Queirazza suggère que ces noms pourraient tout aussi bien se rapporter aux Montereale et Villanova frioulans. D'autres eussent pu nous suggérer un rapport avec les Monterreal / Monreal et Villanueva / Villanova d'Espagne, les Königsberg et Neudorf / Neuendorf / Neuesdorf d'Allemagne et d'Alsace. Tout est possible. Mais il faut tenir compte que le contexte onomastique de la charte n'a rien d'étranger et que le premier nom de l'individu. Poncius, est particulièrement fréquent en Toulousain (environ 5 % des premiers noms masculins au XIIIe s.).

57 Ato Arnaldus de Caramanio, Atonis Arnaldi (CSS no 136 ; 1108-17) ; Willelmus Barrau (CSS no 442 ; 1154), Willelmus Barravus de Blaniaco (CSS no 446 ; 1158) : les deux derniers actes concernent Blagnac.

58 Pontius Bernardi de Picta a deux fils, Regafredus et Pondus de Villamur (CSS no 148 ; 1108-17).

59 Bernardus de Belmont a pour frère Arnaldus de Villamur (CSS no 213 ; 1140-48) ; Donatus de Caraman a pour frères Willelmus de Castel Nou, Iordanus de Caraman (CSS no 447 ; 1165) : Castelnaud est à quelque 9 km de Caraman.

60 Petrus de Rua Meiana (Contrats no XXVIII ; 1144).

61 Cf. le second exemple de la note 53.

62 Poncius Palmata (CC p. 250 ; 1204-05).

63 Bernardus Carabordas (CC p. 245 ; 1180-81), Bernardus Karaborda de Portaria (CC no XXXV ; 1202) ; Arnaldus Pilistortus (Condition des Juifs no XXVIII ; 1232-33), Arnaldus Pilistortus de Portaría (Condition des Juifs no XXIX ; 1232-33).

64 Bernardus de Orbessano filius Petri de Orbessano qui fuit est seigneur d'Orbessan (CC no LXIX ; 1204).

65 Willelmus de Lux de Fresenc (CSS no 250 ; 1161) est prieur de Pauliac, mais aussi chanoine de Lux. Son père est Ugo de Frezencs, ses frères Oddo de Frezens et Petrus Oddo de Frezens (CSS no 182, 186, 249). Il est appelé, dans tous les autres actes où il apparaît, Willelmus de Lux.

66 La prieure de Volvestre se nomme Navarra (CSS no 580 ; 1151) ; Pictavinus (Fief no 10 ; 1218).

67 Pictavinus Puer (CSS no 87 ; 1159) ; Pictavinus Gauterius (CC no LXXXIII ; 1226).

68 Ugo Pictavinus (CSS no 405 ; 1162) ; Bernardus Navarri (Estimes p. 166 ; 1335).

69 Poncius Umbert de Claustra (CSS no 155 ; 1139), Poncius Umbertus de Sancto Anatolio (CSS no 166 ; 1142). Ces deux actes concernent le village de Saint-Anatholy ; l'homme habite le quartier de Claustres.

70 Arnaldus Ainer de Tiurano, Arnald de Tiurano (CSS no 232 ; c. 1040) ; Petrus Atonis a pour frère Raimundus Atonis de Montibus (CSS App. no 68 ; 1173), aussi appelé Raimundus de Montibus, Raimundus Atonis (no 104 ; 1158) ; Petro Amaldi de Aquis Mortuis (Gild records p. 124 ; 1318), Petrum de Aquis Mortuis (ibid. p. 135 ; 1318).

71 Willelmus Philippus Caitapodium, Philippus Caitapodium (Condition des Juifs no XXV ; 1228).

72 Ricarda filia W(illelm)i Malet (CSS no 25 ; XIIe s.), Ricard (sic) filia Maleti (CSS no 26 ; XIIe s.).

73 Segneros, Segneretus, Segnerotus (CSS no 7 ; 1158).

74 Seneronus de Turre (CSS no 9 ; 1125), Seniorus de Turre (CSS no 536 ; 1140), Senerosus de Turre (CSS no 349), Seniorellus de Turre (CSS no 40 ; 1146). Senoretus de Ponte (CC p. 244 ; 1152), Segneronus de Ponte (ibid. ; 1164). Robert de Levinhac (Estimes p. 178 ; 1335), Robi de Levinhac (ibid. p. 179 ; 1335).

75 R(aimundus) Botardus (CSS no 56 ; 1162), Raimundus Botardellus (CSS no 44 ; 1164).

76 Iohannes Gruerius d'Avihnone a pour fils Petrus de Avihnone (CSE no 120 ; 1199).

77 Cf. le second exemple de la note 23, et le quatrième tableau généalogique.

78 Cf. le cinquième tableau généalogique.

79 Cf. le huitième exemple de I. b. 3. et le troisième tableau généalogique.

80 CSS no 243 ; XIIe s.

Table des illustrations

Titre CSS no 270, 548 : de 1060-1108 à 1080-1098
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre CSS no 367, 406, 410, 424 et App. no 26, 45 : de 1115 à 1184
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre CC p. 247, no XVIII, XXVIII, LIV, LXIV, LXXVI, XCII et CSS no 498, CSS App. no 55 : de 1145 à 1222
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre CSS no 193 et App. no 39 : de 1074-1105 à 1108-1117
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre CSS no 16, 206, 271, 311 : de c. 1120 à 1145
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Grand prieuré no XXXI et XXXII : s. d. et 1171
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site